Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7VariaDéplacements, décentrages : le ro...

Varia

Déplacements, décentrages : le roman en transit

Deslocamentos, descentramentos: o romance em trânsito
Translocation, Decentering: Novels in Transit
Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos
Traduction de David Yann Chaigne
p. 125-146

Résumés

Cet article s’attache aux notions de délocalisation et décentrement pour explorer les possibilités ouvertes par l’appréhension du roman comme un genre transnational, c’est-à-dire comme un genre qui, bien qu’enraciné dans des contextes spécifiques, élargit et dépasse les frontières nationales, effaçant les limites territoriales dès son ascension au début du XVIIIe siècle jusqu’aux premières décennies du XXe. Avec l’objectif de problématiser le concept de littérature mondiale, nous défendons ici qu’il est encore nécessaire de mobiliser les catégories de centre et de périphérie lorsque l’on veut examiner le roman brésilien du XIXe siècle, dans lequel la tension entre la matière locale et le modèle européen reste décisive et se retrouve au cœur de ses réalisations les plus pertinentes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en octobre 2013 ; approuvé en mai 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

Nous ne sommes ni Européens ni Nord-Américains, mais dépourvus de culture originale, rien ne nous est étranger, car tout nous l’est. La laborieuse construction de nous-mêmes s’opère au sein d’une dialectique raréfiée entre le non-être et l’être autre.
Paulo Emílio Sales Gomes, Cinema: Trajetória no subdesenvolvimento. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1996, p. 90.

Une réponse à la crise

  • 1 Selon Wellek (1963, 290), « une démarcation artificielle de l’objet d’étude et de la méthodologie, (...)

1La littérature comparée, un domaine de recherche institué au XIXe siècle et d’orientation traditionnellement européocentrique, s’est vue dans l’obligation de redéfinir ses principes et ses pratiques pour se réinventer face aux nouveaux défis lancés par les transformations historiques, politiques et culturelles qui sont survenues à partir des années 1990. L’un des premiers signaux de cette réaction est apparu dans une collection d’essais réunis par Charles Bernheimer et publiés en 1995. Celui-ci y diagnostiquait une sorte d’inquiétude qui semblait hanter le comparatiste dont le champ d’étude est par nature, selon ses propres mots, « instable, mouvant, incertain et autocritique » (Bernheimer 1995, 2). La crise n’était pas nouvelle, on le sait bien. En 1958, René Wellek (1963, 282) avait déjà souligné la situation précaire de cette discipline, incapable « d’établir un objet d’étude distinct et une méthodologie spécifique1 ». Par la suite, sans pour autant abandonner l’accent mis sur les identités nationales et linguistiques, la littérature comparée a cherché à élargir ses horizons et ses limites en incorporant le multiculturalisme et les politiques d’identité dans le but de dépasser certaines de ses impasses. Quelques décennies après la constatation de Wellek, le domaine semblait encore aux prises avec des problèmes de définition. Le bilan des pertes et profits ayant résulté des diverses voies empruntées à cette époque, tout comme la conscience de l’urgente nécessité d’offrir des réponses à la conjoncture contemporaine, ont amené Bernheimer à défendre un « élargissement global de perspective », à prôner « les qualités de la dépossession » et à remettre en question « l’autorité centralisatrice », des mesures qu’il considérait comme cruciales pour promouvoir un travail de collaboration entre experts des langues et des littératures spécifiques, ainsi que la création d’interfaces avec des disciplines complémentaires comme l’anthropologie, l’histoire et la sociologie. Il s’agissait selon lui (1995, 12-14) d’exigences incontournables pour ébaucher de « nouvelles configurations disciplinaires avec une vision comparative multiculturelle. »

2Cette prise de position remettait en question quelques-uns des présupposés sur lesquels s’appuyait la littérature comparée et proposait une réorientation de ses axes en invitant à une re-conceptualisation des piliers soutenant la pratique critique des comparatistes : notre compréhension de ce qu’est la littérature, le sens de l’esthétique, la conception du national, la nature même de la discipline et du champ d’étude. Se trouvait en même temps remise en cause la fameuse dichotomie entre centre et périphérie. On suggérait que les centres étaient multiples, circonstanciels et mouvants, on invitait à un réexamen des relations que la discipline avait établies entre cultures et littératures, ainsi qu’à la reconsidération des catégories qui orientaient jusque-là notre travail.

3Dans cet article, en prenant comme référence les notions de déplacement et de décentrage, notre objectif est d’explorer les possibilités ouvertes par la compréhension du roman en tant que genre transnational, à savoir un genre qui, bien qu’enraciné dans des contextes spécifiques, s’est élargi et a fini par dépasser les frontières nationales. Il s’agit de penser le rôle qu’il a joué dans ce processus d’effacement des limites territoriales depuis son ascension au début du XVIIIe siècle jusqu’aux premières décennies du XXe. Ces jalons temporels marquent la longue période de sa formation et de sa consolidation en tant que forme littéraire par excellence du XIXe siècle, accompagnant la naissance des États-nations et l’expansion du capitalisme, jusqu’à sa première grande interrogation face aux avant-gardes et au modernisme, lorsqu’il en est venu à incorporer la crise du réalisme dans sa propre forme.

4Pour parcourir à nouveau ce chemin, il semble utile de redéfinir, ne serait-ce que brièvement, ce que l’on entend par « centre ». Commençons par le sens commun, par le fait d’être face à un concept spatial et éminemment relationnel qui, pour cette même raison, contient son contraire, à savoir ce qui n’est pas au centre ou ce qui ne peut être défini qu’en opposition à ce qui n’est pas centre. Il s’agit d’un concept qui dépend d’un point de vue, d’un lieu à partir duquel se définissent les relations. Londres et Paris, par exemple, sont devenus des centres, en passant de l’insignifiance à la pertinence au long de processus historiques complexes et en fonction de ceux-ci. Le caractère provisoire et, répétons-le, relationnel de ce lieu politique, économique, culturel et symbolique peut être illustré par un autre centre ou, pour être plus précis encore, par une autre capitale à laquelle on pourrait attribuer la qualification d’« excentrique » ou de « margino-centrique ». Petite ville coloniale depuis sa fondation, Rio de Janeiro a accédé à la condition de siège de l’Empire portugais entre 1808 et 1821, avant de devenir la capitale du Brésil indépendant, sans pour autant perdre son double statut de centre par rapport aux autres provinces brésiliennes et de périphérie en relation aux métropoles européennes. Ce caractère réversible et transitoire confère ainsi une dimension autre, cette fois-ci temporelle, à la spatialité que la notion de centre suggère et implique.

5Centre, centres, donc. La reconnaissance de cette nature plurielle et multiple a fait resurgir dans le débat contemporain sur la littérature comparée la nécessité de remettre en question ce qui a été considéré comme la propension européocentrique de la discipline qui, lors de la dernière décennie, a amené certains théoriciens et critiques à se réapproprier le concept de Weltliteratur, proposé à l’origine par Goethe en 1827 et objet depuis lors des plus diverses interprétations, toujours comme une sorte de contrepoint possible aux littératures nationales. Il convient ici de souligner trois de ces interprétations qui semblent suffisamment fertiles pour penser les relations entre les différents centres, principalement en ces temps de mondialisation.

  • 2 Cité par Hendrik Birus (2000).
  • 3 Il convient de signaler au passage le caractère également européocentrique de notions telles que «  (...)

6Il faut sans aucun doute revenir à Goethe pour comprendre le mouvement entrepris par l’auteur de Werther au moment même où, dans cette Allemagne de la fin du XVIIIe siècle était également créé et promu le modèle des littératures nationales à partir des théories de Herder. Nous connaissons tous la fameuse déclaration de Goethe (1863, 298, 31 janvier 1827) dans sa conversation avec son ami Eckermann : « La littérature nationale, cela n’a plus aujourd’hui grand sens ; le temps de la littérature universelle est venu, et chacun doit aujourd’hui travailler à hâter ce temps. » La confiance de Goethe en ce prochain avènement d’une littérature mondiale venait de la conviction que l’art appartient à l’ensemble de l’humanité et qu’« il ne peut être promu que par une interaction libre et générale entre les contemporains2. » Animé par l’esprit des Lumières et véritablement cosmopolite3, Goethe prévoyait un grand avenir à la littérature mondiale et liait sa formation à l’« avancée de la race humaine », à des « perspectives globales et humaines à long terme » et à l’intérêt des nations à « créer des savoirs à partir des relations mutuelles de tous avec tous ». Lorsqu’il donna son sens à cette expression et la mit en circulation, la littérature mondiale équivalait pour Goethe à une littérature européenne. Toutefois, ce commerce intellectuel entre les nations devait à ses yeux s’ouvrir largement à l’altérité linguistique et culturelle. Nous y reviendrons.

7Ce même élan qui animait Goethe ressurgit avec une autre perspective en 1848 dans le Manifeste du Parti communiste où la disposition internationaliste de ses auteurs voyait dans l’ascension de la bourgeoisie moderne et dans le cadre des transformations introduites par cette nouvelle classe sur les décombres du monde féodal la possibilité d’une expansion sans précédent au-delà des frontières nationales. Avec l’ouverture des différents marchés aux biens matériels se créent également les conditions de la circulation toujours plus intense des formes culturelles et, donc, de leur internationalisation. Je cite Marx et Engels (1901 [1848], 43) :

Les antiques barrières où s’abritait la paix solitaire et béate des existences locales et nationales se sont écroulées devant l’infinie complexité des échanges qui font entre les nations une solidarité étroite et complexe. Production matérielle, production intellectuelle, c’est tout un. Les œuvres de l’esprit que produit chaque nation deviennent le bien commun de toutes. C’en est fait des œuvres exclusives et bornées, écrites pour un seul peuple : de la multiplicité des littératures nationales et locales naît une littérature universelle.

8Ce qui, pour un Goethe optimiste, n’était qu’un désir, « un idéal d’unification de toutes les littératures en une littérature où chaque nation ferait sa part dans le concert universel » (Wellek 1955, 221) et, pour Marx et Engels, une conséquence logique du mode de production capitaliste et une prévision possible à partir de l’analyse de son fonctionnement, s’est enrichi de nouveaux traits dans l’article que le pessimiste Erich Auerbach a publié en 1952, encore sous le choc de la Seconde Guerre mondiale et du nazisme. Déplorant l’effacement de la diversité et l’uniformisation de la vie humaine, le grand philologue allemand s’interrogeait sur la signification que le terme « littérature mondiale » pourrait bien encore conserver face au processus d’homogénéisation imposé, et anticipait :

Il faudra s’habituer à l’idée que, sur une terre organisée de façon homogène, seule une unique culture littéraire, voire, dans des délais relativement courts, seules quelques rares langues littéraires, bientôt une seule, peut-être resteront en vie. Ce qui serait tout à la fois la réalisation et la ruine de l’idée de littérature mondiale. (Auerbach 2005, 26)

  • 4 En dépit d’importantes différences, le lecteur ne peut que percevoir la possibilité de lier ces idé (...)

9Malgré tout, certain de ce que « notre patrie philologique est la terre », étant donné que « ce ne peut plus être la nation » (Auerbach 2005, 37), Auerbach se lance dans un long parcours argumentatif, non seulement pour fournir une réponse à la constatation de l’impossibilité qu’un seul individu puisse rendre compte de la totalité de la littérature mondiale mais, également, pour offrir une sorte d’antidote au risque d’uniformisation. Il propose alors comme tâche une « philologie synthétique de la littérature mondiale » (Idem, 26), un élargissement de l’activité synthético-perspectiviste qui parte de la découverte d’un point d’appui à la force d’irradiation suffisante pour rendre compte d’un ensemble plus vaste de phénomènes, qu’il qualifie d’« histoire intérieure de l’humanité » (Ibidem, 27). Il en profite pour réaffirmer la méthode qui a fait de son Mimesis un monument de la critique littéraire, à savoir « la perception du mouvement de l’ensemble » qui, à son tour, « ne peut être discerné que si ses composantes sont appréhendées dans leur nature propre » (Ibidem, 36) ou, en d’autres termes, le mouvement dialectique entre le singulier et le général. C’est, selon lui, le seul chemin possible pour « rendre les hommes conscients de leur propre histoire » (Ibidem, 37)4.

10Le ton est un peu plus sceptique mais il s’agit grosso modo d’un retour aux mêmes présupposés que la Weltliteratur de Goethe qui préconisait également non pas une simple substitution de la littérature mondiale aux littératures nationales mais une éclosion rapide des littératures européennes et non-européennes accompagnée du surgissement d’une littérature mondiale (bien qu’à travers la traduction) comme des mouvements simultanés d’une même dialectique.

11Sans oublier les autres reprises du concept à différentes époques et avec diverses connotations, nous avons déjà avec ces trois positions un éventail de problématiques à traiter. En effet, on y trouve des questions d’ordres divers, implicites ou explicites, qui ont resurgi dans le débat plus récent sur les éventuelles sorties de crise (constitutive, soit dit en passant) de la littérature comparée, pour laquelle le programme de la littérature mondiale semble se présenter comme une solution. Espérons que cet article saura s’attaquer à ces différentes questions !

12Auparavant, il est toutefois nécessaire de rajouter un ingrédient à cette discussion. Il est revenu sur le devant de la scène avec la publication dans la New Left Review, en 2000, d’un article de Franco Moretti, traduit ultérieurement en français sous le titre Hypothèses sur la littérature mondiale (Moretti 2001). Utilisée par l’université nord-américaine comme nomenclature pour une discipline qui prévoyait la lecture des grands classiques (Great Books) dont la liste se réduisait à un petit nombre de chefs-d’œuvre européens consacrés, l’idée de la littérature mondiale est revenue à l’ordre du jour, sous de nouveaux atours, dans cet essai où Moretti reprend le concept introduit par Goethe en 1827 comme emblème du désir d’un monde où deviendrait possible la rencontre des écrivains et de leurs œuvres et comme catégorie qui pourrait se superposer aux nations et aux civilisations. D’après Moretti, le retour à cette ancienne ambition de la Weltliteratur constituerait une réponse possible à la perception de ce que « la littérature qui nous entoure forme désormais un système mondial » (Moretti 2001, 1). Pour lui, le problème résiderait moins dans ce qui devrait être fait que dans la façon d’exécuter la tâche face à l’élargissement du champ d’étude et à la conscience de l’impossibilité de rendre compte de la surabondance de textes, d’auteurs, de langues et de cultures à laquelle nous confrontent la production littéraire et l’horizon même de la littérature comparée. Sur un mode provocateur, Moretti cherche à déconstruire de nombreuses positions critiques et autres schémas interprétatifs prédominants au sein du monde universitaire nord-américain, et affûte à cet effet ses arguments contre la micro-lecture, héritage de la Nouvelle Critique, contre l’étroitesse du canon et contre la permanence des frontières nationales dans les études comparées. Soulignons quelques-unes des idées centrales qui sous-tendent toute son argumentation et qu’il expose d’emblée dès le début de son essai. La première s’attaque à la possibilité même de rénovation du concept de littérature mondiale qui ne se justifierait que si elle fonctionnait comme « une empêcheuse de tourner en rond », « [un] défi intellectuel permanent lancé aux littératures nationales – et particulièrement à la littérature locale » (Moretti 2001, 10). En effet, l’auteur affirme que le projet de la littérature comparée n’aurait pas répondu aux attentes qu’il a créées en raison de sa modestie intellectuelle et de sa limitation à l’Europe occidentale.

13Le second argument de Moretti se fonde sur la constatation de ce que « la littérature mondiale n’est pas un objet, mais un problème, et un problème qui exige une nouvelle méthode critique » (Ibidem, 2). En manifestant sans détours son mépris pour la micro-lecture (close reading), mode d’approche par excellence d’un « canon extrêmement restreint », incapable de rendre compte de l’élargissement des limites qu’exige une histoire littéraire rénovée, Moretti (Ibidem, 3) propose de prendre une certaine distance aux textes (distant reading), sur la base d’une méthodologie dérivée de l’importation controversée de méthodes quantitatives des sciences sociales et biologiques, utilisées pour produire des graphiques, des cartes et des arbres qui « mettent littéralement le champ littéraire sous nos yeux » (Moretti 2007, 2). Toujours selon Moretti, « la distance […] est une condition du savoir. Elle permet de se concentrer sur des unités qui sont bien plus petites ou bien plus grandes que des textes : des procédés, des thèmes, des tropes – ou des genres et des systèmes » (Moretti 2001, 3).

  • 5 . Il affirme : « I take world literature to encompass all literary works that circulate beyond thei (...)

14Moretti ne tarda pas à recevoir des réponses. Il est ici impossible de reproduire le débat enfiévré qui s’en est suivi, remplissant d’abord les colonnes de nombreux numéros de la New Left Review pour se diffuser ensuite dans d’autres publications et provoquer une polémique qui a fait surgir des interprétations conflictuelles sur la signification et la portée des termes « littérature » et « monde », des visions divergentes sur les objets et les modalités de lecture et des contestations quant à la centralité du roman, genre privilégié par Moretti (Prendergast 2001). David Damrosch (2003), par exemple, a suggéré comme solution l’expansion de la littérature comparée au-delà de ses bases européennes et la transformation du monde en son foyer d’adoption. À cet effet, il serait selon lui nécessaire de comprendre la littérature mondiale non pas comme un canon prédéterminé, mais comme une modalité de circulation et de lecture des textes, ce qui aurait comme conséquence de resituer le travail du comparatiste aux confins du possible. Un commentaire s’impose ici. Espérons qu’il ne soit pas trop impertinent d’observer que, malgré l’ampleur revendiquée du spectre et la présence de littératures peu habituées à fréquenter ce type de publication, les six volumes jusqu’ici publiés (en anglais, il s’entend) de l’anthologie de la littérature mondiale dirigée par Damrosch pour la maison d’édition Longman mettent en évidence un déficit flagrant d’écrivains de langue portugaise et plus généralement latino-américains (Damrosch 2004, 4)5. Ce seul exemple illustre bien les problèmes pratiques relatifs à l’inclusion ou à l’exclusion de textes et d’auteurs, ainsi que les limites encore étroites de ce que signifie le « monde » pour nombre de défenseurs de cette position. La reconnaissance explicite de ce qu’une quelconque anthologie implique, par définition, des découpages et une sélection aurait été la bienvenue pour couper court à la sensation, pratiquement inévitable, de ce que toute tentative de cette portée constitue d’emblée un projet voué à l’échec et ce en dépit des intentions d’universalité (Damrosch 2004 ; Puchner 2012).

15C’est également Damrosch qui explicite un autre désaccord et part à la défense de la lecture intensive, plus ou moins dans la lignée d’Auerbach, comme manière de réinscrire les œuvres de la littérature mondiale dans un espace elliptique qui se créerait entre culture source et culture réceptrice :

  • 6 . Dans l’original : « The receiving culture can use the foreign material in all sorts of ways: as a (...)

La culture réceptrice peut faire usage du matériau étranger de toutes les manières possibles : comme d’un modèle positif pour le développement à venir de sa propre tradition ; comme d’un cas négatif, primitif ou décadent devant être évité ou éradiqué au plan local ; ou, de manière plus neutre, comme l’image d’une altérité radicale vis-à-vis de laquelle la tradition locale peut être plus clairement définie6. (Damrosch 2003, 283)

16Parmi les réactions suscitées par Moretti on trouve des accusations contre son « anglo-globalisme », une expression proposée par Jonathan Arac pour se référer à ce qu’il considère comme un renforcement des catégories de centre et de périphérie, à la priorité donnée à la langue anglaise comme médiation – « la langue globale des échanges et de l’information » (Arac 2002, 35) – et au peu d’attention portée à la nécessité de lire d’autres langues –  « la critique s’attache concrètement au langage des textes » (Ibidem) – pour comprendre les « voix narratives locales » (Ibidem, 39) et pour l’étude de l’évolution mondiale du roman. Si nombre de ces critiques sont de fait justifiées, cet essai dispose néanmoins de deux mérites que l’on ne peut lui nier en dépit des innombrables pièges qu’il recèle. Conscient de ce que la littérature mondiale est « un problème », comme il l’affirme lui-même, Moretti prend la question à bras-le-corps en proposant comme solution un travail de collaboration entre les différents spécialistes pour traiter de ce qu’il appelle le « système planétaire », dans l’espoir de dépasser ainsi les frontières nationales pour créer un réseau, le plus étendu et le plus inclusif possible, pour l’étude des phénomènes littéraires. D’un autre côté, la réaffirmation, ou le rappel, de ce que le système-monde littéraire est un et inégal doit continuer à nous faire réfléchir sur les impasses et les limites d’un concept qui reproduit au plan des formes littéraires et dans l’étude des relations entre les différentes littératures les inégalités définissant et caractérisant notre place dans le monde réel. La République mondiale des lettres, pour reprendre l’expression que Pascale Casanova a remise en circulation, se caractérise également par des relations de pouvoir et dépend, comme elle le démontre, d’instances de consécration situées, aujourd’hui comme hier, dans les grands centres, que ce soit Londres ou Paris.

17Les tensions ayant longtemps marqué le champ de la littérature comparée sont donc toujours d’actualité sous de nouvelles configurations. Elles sont aujourd’hui replacées dans le contexte de la mondialisation : modes de lecture, relations entre centre et périphérie, littératures nationales et littérature mondiale, local et universel ou encore, selon les termes de Claudio Guillén, entre l’un et le divers.

  • 7 Il convient d’avertir le lecteur qu’il s’agit ici d’un résumé drastique d’une argumentation autreme (...)

18L’un des traitements les plus lucides de cette question, ou de cet éventail de questions, affrontant les asymétries produites par le développement combiné et inégal de l’ordre mondial, se trouve certainement dans la contribution de Fredric Jameson. Il a abordé à diverses reprises le thème de la littérature mondiale dans le contexte de la globalisation, en offrant une lecture évidemment dialectique et donc moins unilatérale de problèmes se situant simultanément au niveau du littéraire et de l’historique, ou du politique. Il n’oublie pas de prendre en compte que la dimension communicationnelle du concept de mondialisation permet de faire valoir que « toutes les cultures du monde sont mises en contact avec les autres au sein d’un pluralisme culturel tolérant qu’il serait difficile de ne pas accueillir chaleureusement ». Pour lui, on a vu surgir dans les discours de la sphère publique « un éventail immense de groupes, de races, de genres et d’ethnies » provoquant un « affaiblissement des structures qui condamnaient des segments entiers de la population au silence et à la subalternité » (Jameson 2001, 43 et 46). Jameson aide ainsi à neutraliser les interprétations festives et enthousiastes des temps nouveaux. Il signale d’ailleurs que, d’un point de vue économique, il y a bien peu de choses à célébrer car la mondialisation est à la base d’un processus terrifiant d’uniformisation à grande échelle et « d’intégration forcée dans un système mondial ». Étant donné que ces deux sphères ne sont pas autonomes, il convient de les replacer dans une relation dialectique. Avec la projection de l’axe économique sur le culturel, ce que l’on est en passe de voir, c’est « l’américanisation ou l’uniformisation de la culture à l’échelle mondiale, la destruction des différences locales, la massification de tous les peuples de la Terre » (Ibidem, 47)7. L’esprit des temps nouveaux, tel que dénoncé par Tariq Ali dans un autre contexte, nous permet de profiter de la même junk food, des mêmes rebuts culturels et des mêmes romans de mauvaise qualité de New York à Pékin, en passant par Moscou et Vladivostok (Ali 1993, 140). On voit ainsi émerger une « sorte de culture globale » dont les productions à succès supplantent dans la plupart des cas les produits locaux et finissent par abolir les différences entre le centre et les marges. Dans ce marché hypothétiquement libre, il ne semble pas y avoir de barrières à la circulation des marchandises, des personnes et des textes littéraires. Comme le décrit précisément Aijaz Ahmad (2006), derrière cette supposée liberté, la mondialisation occulte une véritable « structure d’inégalités ». Ce regard plus critique et plus attentif semble être l’antidote nécessaire pour ne pas tomber dans le piège ni céder à la célébration, oubliant ainsi que les rapports de pouvoir continuent à agir fortement sur ce monde dont seule l’apparence est vraiment multiculturelle et mondialisée.

19Lors d’une conférence prononcée à Duke University en 2008, à l’occasion de la remise par la Norvège du Prix Holberg International Memorial, Jameson a mis en lumière les tensions qui traversent la discussion de la « littérature du monde » en replaçant dans le débat « la question des nations et de la relation mutuelle entre les littératures nationales » comme une dimension en quelque sorte incontournable du problème. En mêlant littérature mondiale, nation, culture nationale et valeur littéraire au sein d’un exposé cherchant à rendre compte des contradictions inhérentes à chacun de ces concepts controversés, Jameson a offert une contribution féconde à la réflexion sur la situation culturelle contemporaine ainsi que sur les impasses dans lesquelles s’engage aujourd’hui la littérature comparée. Des excuses doivent sans doute être demandées pour cette simplification drastique d’une pensée complexe, mais qu’il nous soit permis de reproduire brièvement ci-après quelques-unes des lignes de force d’une argumentation qui pose des jalons importants et apporte des suggestions indispensables pour repenser dans le présent le concept inventé par Goethe et, dans le meilleur des cas, élaborer un programme d’action pour notre pratique critique.

  • 8 La communication de Fredric Jameson est disponible en ligne.
  • 9 F. Jameson, ibidem.

20Les nations n’ont pas disparu avec la mondialisation ; elles en constituent même l’une des composantes essentielles, nous rappelle Jameson8. Si le national – le lieu de l’union dialectique des contraires – est l’espace de la xénophobie, du fanatisme et des formes les plus abominables de nettoyage ethnique, il est également l’espace du collectif, de l’esprit communautaire et de la solidarité. Il est l’argument idéologique utilisé pour justifier les actes les plus injustifiables, mais il est également l’une des dimensions de notre expérience existentielle. À cette ambivalence dialectique, ainsi qu’à la question controversée de l’usage de termes comme nation, national et nationalisme comme synonymes de collectivité, Jameson répond par une autre formulation, selon lui peut-être plus maladroite mais néanmoins plus précise, celle de « situation nationale » qui, de son point de vue, rend plus cohérent et plus utile le concept de ce que Goethe a appelé la littérature mondiale. Elle ne se réfère pas à une liste d’œuvres et d’auteurs consacrés et universels mais au surgissement d’institutions de communication culturelle, à l’instar des célèbres périodiques du XIXe siècle (Revue des Deux Mondes, Edinburgh Review, etc.), grâce auxquels un étranger pouvait avoir accès à la situation nationale d’un pays, à son milieu littéraire et intellectuel, aux débats en cours, aux concepts et aux formes littéraires en vigueur. En lieu et place de la connexion directe et immédiate entre le lecteur d’un pays et le texte d’un autre, Jameson propose un modèle quadruple de relations par lequel le lecteur d’une situation nationale entre en contact avec le texte d’une autre situation nationale grâce à la médiation d’une relation entre elles deux. Il ne s’agit donc plus d’une littérature classique universelle, mais du « contact complexe entre histoires et situations historiques concrètes9 ». Ce qui naît selon lui de ce contact, c’est la singularité radicale et la différence concrète de chacune des situations en lieu et place de la vision téléologique du chemin vers la modernité définissant certaines d’entre elles comme étant plus avancées et d’autres comme moins développées. Chaque cas est donc particulier et spécifique, ce qui revient à dire singulièrement national.

21Une vision tout aussi ancienne qu’improductive de la littérature mondiale a cherché à insister sur la valeur universelle des œuvres littéraires – un faux problème et une issue stérile et équivoque dont nous devons nous prémunir dans le débat sur la question de la valeur esthétique qui est elle-même une question historique. La valeur ne peut être attribuée qu’a posteriori et n’implique pas de classifications en fonction de catégories préalablement définies. De cette manière, au lieu d’une littérature mondiale où les œuvres partageraient une soi-disant valeur universelle, Jameson considère plutôt « un lieu et un espace de lutte, de compétition et d’opposition ». Cette confrontation prend, par exemple, la forme d’un contentieux littéraire entre les langues disposant d’un pouvoir conséquent et celles de moindre portée, ou encore d’un contrôle des institutions de traduction et de transmission qui régulent cette concurrence. La question de la langue nous ramène ainsi à la sphère de la nation.

  • 10 F. Jameson, ibidem.

22En somme, sous une perspective dialectique, la littérature mondiale doit être entendue en termes de relations entre différentes productions nationales et, donc, en termes aussi bien de différence que d’identité, d’universalité que de particularité. Local, singulier, universel sont autant de catégories réversibles qui doivent être traitées de manière dialectique ; il en est de même de la disjonction entre domestique et étranger, ou entre individuel et collectif, sans qu’un terme en vienne à absorber ou à effacer l’autre. Jameson conclut ainsi que la littérature mondiale n’est pas un Panthéon préfabriqué ou un musée imaginaire auquel on rajouterait chaque jour de nouvelles œuvres. Au contraire, c’est un concept qui doit inclure le fonctionnement non seulement de la différence et de l’opposition radicale, mais également de l’ambivalence dialectique, de l’asymétrie et de l’inégalité canonique. Il s’agit surtout d’un problème qui invite au déplacement et pose des questions encore sans réponses : « Comment les différences entrent-elles en relation, comment la nationalité peut-elle être universelle, comment peut-on envisager la multiplicité globale sans un centre ?10 » Dans la réflexion menée par Jameson, nous retrouvons ainsi Goethe et Auerbach.

Le roman comme genre inter-national

  • 11 Ibidem.

23Entre la précarité et l’état de crise permanente qui semblent caractériser la littérature comparée (Wellek 1963, 282) et les impasses qu’impliquent le concept et la pratique de la littérature mondiale dont Jameson se demande ironiquement si elle n’est pas administrée par une sorte d’Organisation des Nations Unies littéraires11, il semble qu’il y ait justement une voie que nous puissions emprunter. C’est à cela que cette seconde partie entend modestement se consacrer, en examinant certains aspects de la théorie et de l’histoire du roman, un thème sur lequel je me suis longuement penchée lors des dernières décennies. Il n’existe ici aucune prétention à offrir des solutions ou des réponses qui rendent compte de problèmes similaires relatifs à la poésie ou au théâtre. Les spécialistes de ces deux autres genres seront mieux à même d’évaluer la pertinence ou l’effectivité de ce chemin pour traiter des questions spécifiques à leurs objets.

24Une brève digression théorique peut, espérons-le, justifier la centralité du roman dans cette réflexion. Genre ouvert, anti-canonique et multiforme par excellence, le roman fait montre d’une exceptionnelle capacité d’adaptation aux matériaux à sa disposition, ce qui lui a permis de se réinventer à chaque nouveau défi. Comme genre qui a cristallisé dans sa forme l’expérience historique de la relation problématique entre l’individu et la société, qui a établi une relation étroite avec les données de la réalité et qui a élu comme matière les processus sociohistoriques, l’espace s’est configuré en son sein comme le terrain concret où prend racine la succession des événements humains et dont le poids est décisif dans le destin des personnages et dans l’avancée de l’intrigue. L’île de Robinson, chez Defoe, les propriétés et les résidences seigneuriales des romans de Jane Austen, les Hautes Terres de Walter Scott, les landes d’Emily Brontë, le Paris de Balzac, le Londres de Dickens, la mer de Conrad, le Dublin de Joyce, le Rio de Janeiro de Manuel Antônio de Almeida et de Machado de Assis – ces lieux et bien d’autres, tout droit sortis des romans, acquièrent des contours précis et définissent des trajectoires individuelles en se revêtant d’une considérable matérialité et en jouant un rôle central dans le cheminement de la trame, ainsi que dans l’établissement et le développement des relations personnelles et sociales thématisées dans le cadre du récit. D’où l’importance des lieux pour le genre, où le déplacement et la mobilité des personnages dans différents espaces représentent et mettent en scène des expériences historiques spécifiques : exclusion, frontière, colonialisme, altérité, nationalisme. Espace fictionnel, espace géographique et espace historique se croisent, se superposent et établissent des relations internes que le genre incorpore comme éléments de composition inhérents à sa forme. Intrinsèque à l’expérience moderne, la conscience du temps, quant à elle, se transforme également en élément interne, étant donné qu’elle donne au personnage la possibilité primordiale d’apprentissage, d’épanouissement et de changement. Le récit du passé, indispensable pour expliquer le présent, se transforme en trait essentiel et caractéristique du roman, étant donné qu’il peut contenir, selon Lukács (1974, 90), « une explication du caractère du héros et de sa relation à la société ». C’est encore lui qui postule que « seul le roman [...] fait du temps réel, de la "durée" de Bergson, l’un de ses principes constitutifs », car ce n’est qu’en son sein que « le temps est envisagé simultanément à la forme » (Lukács 2000, 127 et 129). C’est ainsi que le monde en tant qu’histoire devient l’objet du roman, en transformant le caractère temporel et historique de l’action des hommes en problème toujours crucial et toujours présent pour le romancier.

25Le roman moderne est un terrain fertile pour la recherche du nœud des problèmes que l’on a essayé d’identifier dans la première partie de cet article, en ce qu’il constitue, comme l’observe Jonathan Arac,

[...] une forme transculturelle de grande ampleur qui s’est propagée à partir du centre européen, de concert avec la double émergence du capitalisme et de l’État-nation – fruit de la convergence globalement favorable de l’édition, du capital et de la nation au cours des deux derniers siècles. (Arac 2002, 36)

26L’appropriation de cette forme littéraire par les différents projets nationaux, qui a amené Franco Moretti (1998) à la décrire comme la « forme symbolique de l’État-nation », ou Doris Sommer (1991) à lire les romans latino-américains du XIXe siècle comme des fictions fondatrices où s’entrecroisent des histoires d’amour et la construction allégorique de la nation, ne doit pas masquer la vocation véritablement internationale du genre, qui n’a jamais connu de frontières et s’est acclimaté au plus diverses latitudes, favorisé par sa double condition de forme véritablement libre et anti-conventionnelle, et de phénomène né et consolidé sous l’égide de l’expansion mondiale du commerce qui le fit arriver jusqu’aux confins les plus lointains.

27Dans l’art, les genres correspondent aux universaux. Le système de conventions et de normes minimales qui régule le roman, rendant possible l’identification et la description des œuvres individuelles ainsi que l’appréhension de la partie dans le tout et du tout dans chaque partie, n’a pas constitué une camisole de force capable d’inhiber le renouvellement et la nouveauté. Il n’a pas empêché les ruptures, l’invention, la recréation des formes et la promesse de nouveaux chemins. Cette grande potentialité, ce caractère inachevé et cette capacité à continuellement se faire et se refaire, identifiés par Mikhaïl Bakhtine (1986), ont conféré au roman la propension à s’implanter dans différentes traditions littéraires. Grâce à un système de diffusion inédit représenté par l’institution d’espaces publics de lecture et par la croissance du commerce international du livre, le roman européen des XVIIIe et XIXe siècles a pu jouir d’une circulation et d’un développement spectaculaires en fonction des échanges, des traductions, des imitations, des influences et de la répercussion qui caractérisaient le processus de dissémination du genre sur le continent européen. Ces siècles du triomphe du roman ont été marqués par les croisements, les appropriations et les emprunts, au sein desquels il est possible de distinguer « trois blocs géographiques et culturels, l’un franco-anglais, animé d’un intense courant d’échanges réciproques, l’autre germanique, en position de récepteur par rapport au premier mais d’émetteur vers le monde scandinave, le dernier italo-espagnol, ni émetteur, ni récepteur » (Racault apud Montandon 1999, 7).

28Le rythme de ce développement et l’affirmation du genre dans différents pays ont bien sûr été inégaux, mais les thèmes et les modèles – tout comme les idées – ont voyagé pour trouver un terrain fertile et germer dans les productions locales, grâce à un mouvement de fertilisation réciproque jusque-là inconnu dans l’histoire de la littérature. Le roman alimente le roman, affirme Alain Montandon (1999, 275) pour expliquer le va-et-vient et les ramifications des différentes formes narratives sur le territoire européen au XVIIIe siècle – voyages et aventures, picaresque, roman épistolaire, pédagogique, sentimental… – et leur incroyable popularité en France, en Angleterre et en Allemagne. La tradition picaresque espagnole, qui a servi d’inspiration à Daniel Defoe dans Moll Flanders (1722 [1721]) et de laquelle Tobias Smollett a été l’héritier, ressurgit dans certains traits du protagoniste de Joseph Andrews (1742) dont les aventures sur les routes anglaises ont été composées à la manière de Cervantès, comme Fielding l’annonce lui-même sur la couverture de son premier roman. Le roman sentimental est arrivé en Russie en 1769 grâce à la Julie de La Nouvelle Héloïse. En Hollande, on lisait les œuvres du français Baculard d’Arnaud qui, pour sa part, confessait être un admirateur des histoires anglaises. Ces exemples sont sans fin. Ils incluent les voyages imaginaires, comme ceux de Gulliver, ou sentimentaux, comme ceux de Yorick, les robinsonnades, l’anglomanie qui s’est emparée de la France au XVIIIe siècle, le bildungsroman, le roman historique de Walter Scott que Balzac s’est approprié et a transformé en histoire du présent, la centralité de Flaubert dans le renouvellement du roman de langue anglaise par Henry James et James Joyce...

29Les chemins, comme je souhaite l’avoir suggéré, furent multiples, et le réseau romanesque a étendu ses mailles dans les plus diverses directions dans toute l’Europe, en s’acclimatant aux particularités de chaque pays dans un mouvement incessant de quête et de découverte de nouvelles formes, de nouveaux thèmes et de nouveaux modes de narration. Les personnages ont parcouru le monde, les trames et les modèles ont été métamorphosés par leurs pérégrinations géographiques et leur appropriation par différentes traditions littéraires. Si l’association entre roman, capitalisme et nation s’est emparée du genre à travers divers projets de construction de la nationalité, ses voyages à travers le monde et son incontestable circulation internationale ont permis à Franco Moretti de formuler la proposition d’une géographie littéraire – à savoir non pas une étude de l’espace dans la littérature, comme à l’accoutumée, mais de la littérature dans l’espace. Le dernier essai de son Atlas du roman européen (1998), intitulé « Le marché du roman vers 1850 », est une recherche systématique sur la migration du roman et de la forme-roman de la Grande-Bretagne et de la France, « les deux superpuissances narratives » du XIXe siècle qui ont assumé le rôle de centres producteurs et exportateurs de fiction vers le reste de l’Europe. Moretti cherche ainsi à dépasser les frontières nationales en identifiant dans l’espace la dissémination des thèmes, des formes, des procédés et des techniques, comme un premier pas sur le chemin du renouvellement de l’histoire du roman dont le but ultime serait de prouver le caractère véritablement transnational du genre. Il s’agit d’une mesure visant à réinscrire le roman dans l’espace, non plus celui délimité par les frontières nationales mais celui d’un monde dont les frontières se sont assouplies et dans lequel le roman transite et s’épanouit en tant que forme véritablement libre dans sa traduisibilité (Moretti 1998).

30La « plus européenne des formes » (Ibidem, 197), a su dépasser les frontières nationales en disséminant des idées, des thèmes et des images (Montandon 1999), en s’adaptant aux conditions et aux projets locaux, et en s’affirmant comme exemple indéniable de fertilisations croisées et successives. Pour Margaret Cohen et Carolyn Dever (2002, 3), de « tels processus revendiquent aussi bien qu’ils contestent les contours imaginés de l’État-nation » et suggèrent que le roman a été en réalité une « invention inter-nationale » résultant des échanges littéraires et culturels constants et effectifs entre les deux rives de la Manche au long des XVIIIe et XIXe siècles. C’est justement là, selon elles, que serait née une zone littéraire – la « zone de la Manche » – dont l’hégémonie dans le champ de la littérature a été concomitante du rôle central joué par les deux pays dans ce que l’historien Eric Hobsbawm (1977, 15) a défini comme « la transformation du monde entre 1789 et 1848 ».

Le cas brésilien

31La question qui se pose enfin est de savoir où se situe le roman brésilien du XIXe siècle au sein de ce processus de diffusion et de circulation du genre hors du continent européen. Comment une forme littéraire issue d’un processus historique spécifique – celui de l’ascension de la bourgeoisie et du capitalisme européens – a-t-elle pu voyager et s’enraciner dans d’autres contrées ? De quelle manière s’accommode-t-elle au nouvel environnement culturel ? Comment traduit-elle une nouvelle réalité et des contenus différents en traversant les barrières linguistiques ? De quelle façon se transforme-t-elle grâce à de nouveaux usages et à une situation nouvelle dans un temps et un lieu nouveaux ?

32Un passant qui flânerait dans les rues du siège de la Cour portugaise à partir de 1808, ou un lecteur qui s’intéresserait aux annonces de journaux qui ont commencé à circuler depuis lors, ferait l’expérience directe des conséquences de l’hégémonie mentionnée plus haut. Les romans européens, surtout français et britanniques, ont commencé à circuler à Rio de Janeiro à partir des premières décennies du XIXe siècle, avant d’être diffusés dans les autres provinces de l’empire. À la location ou à la vente dans les boutiques et les librairies, principalement françaises, et en prêt dans les cabinets de lecture et les bibliothèques locales, on pouvait trouver un peu de tout : Richardson et Marivaux, Lesage et Sterne, Ann Radcliffe et Paul de Kock, Charlotte Brontë et Chateaubriand, Bulwer-Lytton et Fénelon, Fielding et Dumas, Walter Scott, Charles Dickens, Daniel Defoe, Balzac et Eugene Sue, ou encore les œuvres des romanciers anglais et du capitaine Marryat dont se délectait José de Alencar (1959). Les annonces de la presse et les catalogues des bibliothèques montrent clairement un « raz-de-marée de romans qui débordaient de la Manche », une véritable « Internationale romancière », comme l’a justement décrite Marlyse Meyer (2007). Nous avons donc, pour commencer, non pas un canon a minima, mais bien une diversité impressionnante d’auteurs et de titres, qui vont des romanciers aujourd’hui consacrés jusqu’aux plus humbles, oubliés ou disparus. Par ailleurs, la coexistence dans un même espace culturel de ces œuvres de différentes traditions et époques littéraires a créé une véritable compression temporelle. En effet, arrivèrent au Brésil, presque simultanément, des romans produits en Europe au long de plus d’un siècle et demi. Cette présence a ainsi réactivé l’a-synchronie culturelle proverbiale du pays grâce à la circulation d’une quantité importante de thèmes, de formes, de procédés et de techniques mis à la disposition des Brésiliens souhaitant s’aventurer sur le terrain de la fiction. En d’autres termes, ils sont venus s’intégrer à un système littéraire encore en formation et faisaient partie de l’amalgame de modèles européens que nos écrivains pouvaient négocier, incorporer, renouveler, recréer, traduire ou écarter. Ils participaient de l’interaction dynamique entre auteur, œuvre et public constituante du système et chère à Antonio Candido de Mello e Souza (s. d.). Leur disponibilité dans notre pays, avant même l’émergence des romanciers brésiliens, n’a fait que contribuer au répertoire des ressources que ceux-ci ont eu à leur disposition.

33Grâce à sa singularité, qui fait de lui « le seul genre ayant émergé sous les auspices d’une pleine conscience de soi, épistémologique et historiographique, caractéristique de la période moderne » (McKeon 2000, 254), le roman – il serait ici difficile de ne pas être d’accord – « est le monde moderne » (Magris 2009, 1016). C’est cette modernité qui a débarqué dans nos ports et s’est introduite dans le pays pour s’inscrire dans l’imaginaire des Brésiliens. Ce mouvement dans l’espace a également représenté un déplacement dans le temps, qui a mis en conflit deux temporalités différentes et combinées – les pays du centre développé, déjà industrialisés et bourgeois (en dépit de leurs disparités internes) et le pays périphérique, tout juste sorti du régime colonial et en plein processus de constitution en tant que nation. L’appropriation brésilienne de la tradition du roman européen ne serait pas une simple « imitation » ou « reproduction mécanique », mais a plutôt été comprise comme « participation à des procédés devenus biens communs » (Souza 1987, 19). Jorge Luís Borges (1999, 290 et 291), pour répondre à une question à propos de l’Argentine, affirme que « notre tradition est toute la culture occidentale », « notre patrimoine est l’univers », suggérant ainsi que « nous pouvons faire usage de tous les thèmes européens, les manier sans superstitions, avec une irrévérence qui peut avoir, et a déjà, des conséquences heureuses. » Cet indéniable « influx externe » (Assis 1992b, 813) impose donc de s’interroger sur la manière dont s’est opéré le « permanent mélange de la tradition européenne et des découvertes du Brésil » (Souza s. d., 28).

34Dans cette relation entre deux ou plusieurs traditions littéraires ou romanesques, si l’on souhaite préciser la nomenclature relative à ce qui est ici discuté, Silviano Santiago, dans un essai pionnier publié dans les années 1970, attire notre attention sur les modes selon lesquels un écrivain fait usage et tire parti des textes ou des techniques littéraires qui sont entrés dans le domaine public. Il suggère qu’au sein des formes d’appropriation, « si le signifiant est le même, le signifié fait circuler un autre message » (Santiago 2000, 23) et déconstruit ainsi la notion d’assimilation acritique des modèles étrangers pour remettre en question des notions telles que dette ou imitation. Selon lui, étant entendue l’impossibilité d’oblitérer la culture (et donc la littérature) européenne, nous négocions son existence et sa présence parmi nous, nous remettons en question les limites entre le centre et la périphérie, et nous produisons un discours qui occupe un entre-lieu, selon le modus operandi de la culture latino-américaine pour faire face à la dépendance culturelle :

Entre le sacrifice et le jeu, entre l’emprisonnement et la transgression, entre la soumission au code et l’agression, entre l’obéissance et la rébellion, entre l’assimilation et l’expression – c’est là, en ce lieu apparemment vide, son temple et son espace de clandestinité, c’est là que se réalise le rituel anthropophagique de la littérature latino-américaine. (Santiago 2000, 26)

35D’une manière générale, le roman réalise cette opération. En effet, il est un instrument important dans différents processus de construction de la nationalité et de l’identité nationale, mais aussi lance un défi aux frontières réelles et imaginaires comme, depuis sa naissance, au moyen de transmigrations et autres trans-culturations. Il remet en question ce qui, chez lui, est national et ce qui est étranger. Les preuves les plus symptomatiques de cette porosité ont certainement été les intersections, les appropriations mutuelles et les fertilisations qui ont toujours caractérisé la façon d’être propre au genre : hybride, composite et cosmopolite par excellence. Sa nature internationale a également été renforcée par l’action des traductions, pas toujours belles et le plus souvent infidèles. Elles pouvaient impliquer des modifications et des mutilations de l’original pour l’adapter à la culture du pays récepteur. Ainsi, opposer national et étranger, local et universel, revient à créer un faux problème, car il n’existe d’autre issue que de penser le roman et, à la limite, la littérature en termes de réseau et de relations, dont nous participons toujours à partir d’une « situation nationale », pour reprendre la suggestion de Jameson. Les pays ou les « situations nationales » ne sont pas égaux, à l’instar de la diversité de leurs systèmes de relations sociales, matière privilégiée du roman.

36Invoquons ici, en guise d’illustration, la lecture que Roberto Schwarz fait de Dom Casmurro, dans Duas Meninas (1997), où il offre une interprétation du point de vue dans le roman non-conformiste et à contre-courant. En menant à leurs ultimes conséquences les découvertes d’Helen Caldwell sur le manque de crédibilité et d’impartialité du narrateur et celles de John Gledson sur les implications de la position sociale de Bentinho et des intérêts de l’ordre paternaliste et patriarcal qu’il représente, il subvertit la vision habituelle de Bento Santiago, « âme candide et bonne, soumise et confiante, faite pour le sacrifice et la tendresse » (Pujol apud Schwarz 1997, 10). Le thème du roman est, comme nous le savons, la jalousie et l’infidélité, qui se prêtent bien aux incursions dans la psychologie humaine et jouissent d’un écho universel. La perspective d’une psychologie universaliste ne rend néanmoins pas compte de l’ironie constitutive de ce roman, qui est bien loin de viser des vérités éternelles sur l’être humain et expose plutôt un narrateur-protagoniste qui incarne non seulement l’individu jaloux et traditionnaliste aux prises avec un conflit de nature personnelle et subjective, mais surtout un type social, à savoir le « seigneur » brésilien, autoritaire et arbitraire vis-à-vis des femmes et des pauvres. Comme nous le montre Schwarz, Machado est passé maître dans l’art d’agencer les thèmes européens, au sein desquels circulent avec familiarité et désinvolture ses narrateurs, mais c’est la spécificité nationale, ici sous son jour négatif, qui donne au contexte brésilien son pouvoir révélateur et finit par éclairer les contradictions du centre du système.

37Dans un essai relativement récent relatif à la réception de l’œuvre de Machado de Assis au Brésil et à l’étranger, Roberto Schwarz s’intéresse à nouveau au caractère d’universalité qui a été conféré à la production de l’écrivain et qui, de ce fait, a effacé les particularités locales de son œuvre. Dans sa discussion sur les « lectures en compétition », Schwarz (2006) montre comment Machado a été petit à petit intégré au canon de la littérature mondiale aux dépens des spécificités brésiliennes que la critique étrangère ne considérait pas comme cruciales pour lire et comprendre son œuvre. Schwarz (2009) choisit l’une des chroniques du romancier, « O Punhal de Martinha », pour déconstruire littéralement l’antithèse entre universalisme et localisme qui a orienté diverses lectures de Machado dans la critique aussi bien brésilienne qu’étrangère. Pour lui, supposer que l’expérience brésilienne n’a d’intérêt que local, tandis que la tradition occidentale, si bien incorporée par Machado, serait au contraire universelle, ne serait justifié que si cela nous amenait à « douter de l’universalité de l’universel, ou du localisme du local » (Schwarz 2006, 72). Par une opération analytique raffinée, qui démontre de quelle façon « coexistent, luttent ou alternent, chez le chroniqueur, le cosmopolite hautain et l’écrivain blessé par la situation brésilienne » (Schwarz 2009, 25), il expose à quel point ces deux notions sont sujettes à des interprétations idéologiques ou à l’accumulation de lieux-communs, et comment Machado en joue à son gré.

38Dans le cadre de la littérature brésilienne, la dialectique entre endogène et exogène, entre local et universel, sera redéfinie et résolue, ou non, de différentes façons et à divers moments. Ainsi que Schwarz l’a clairement exprimé, Machado n’entre pas dans la description de l’écrivain « nationaliste ». On connaît les critiques qu’il a adressées à la quête de la « couleur locale » qu’il jugeait être l’objectif commun des romanciers de son temps, ainsi qu’au point de vue qui « ne reconnaît l’esprit national que dans les œuvres qui traitent de sujets locaux » (Assis 1992a, 803).

39Pour les modernistes, le problème a été redéfini en d’autres termes. Pour Oswald de Andrade, par exemple, la déglutition anthropophagique de l’étranger serait revêtue d’un caractère libérateur et libertaire, tandis que la marque de la positivité était apposée au primitivisme local. Plus tard, João Guimarães Rosa construira son sertão-monde grâce au croisement et à la tension entre tradition interne et suggestions externes, dans le cadre d’un échange productif et de grande valeur littéraire au sein des processus d’appropriation.

40Dans un manuel intitulé How to Read World Literature, David Damrosch (2009) propose de réaliser une lecture transversale à travers les genres, les temps et les cultures, dans un large spectre temporel et dans une géographie comportant au moins quatre continents, en mettant en dialogue des textes littéraires de différentes traditions. Écrit avec la conviction que toute œuvre de la littérature mondiale peut « transcender les limites de la culture qui la produit » (Ibidem, 2), le livre est pavé de bonnes intentions mais bute sur un problème incontournable en raison du mode de lecture adopté. En privilégiant les coïncidences thématiques et les récurrences imagétiques entre œuvres d’origines et de temporalités distinctes, Damrosch finit, peut-être involontairement, par effacer la spécificité historique de chacune d’entre elles, en rapprochant l’inégal, en oblitérant les différences et, surtout, en en supprimant l’hétérogénéité linguistique de par son monolinguisme. Le désavantage de cette façon de faire réside dans le peu d’attention portée au mouvement entre local et universel, ainsi qu’aux conditions sociohistoriques qui président à la circulation des idées et des formes littéraires dans le temps et dans l’espace. Ce qui semble ici faire défaut, c’est de comprendre le projet comparatiste comme l’étude d’un « problème de filiation des textes et de fidélité aux contextes » (Souza 1993a, 124), auquel l’on ne peut échapper dans un pays qui, comme le nôtre, est « caractérisé par le croisement intense des cultures » (Souza 1993b, 215).

41C’est ainsi que nous revenons à la question posée au début de cet article, dont l’objectif est d’explorer les possibilités de déplacements et de décentrages, ainsi que la relation entre centre et centres, cette catégorie spatiale qui ne peut faire l’économie de l’expérience du temps, cette dimension que la postmodernité tente d’éluder au profit de l’existence dans un éternel présent (Jameson 2011). Il est donc urgent de réintroduire dans notre réflexion et dans notre pratique critique le sentiment du temps, à savoir les coordonnées historiques qui expliquent les asymétries et les déséquilibres de l’ordre mondial où la globalisation occulte les processus de domination et masque les inégalités au sein des relations sociales. L’histoire, nous le savons, est bien plus qu’une succession d’incidents fortuits. Elle est la force qui conforme notre expérience et modèle notre conscience en mettant en mouvement présent, passé et futur. Construite par la coexistence de différents passés et civilisations, elle est discontinue et criblée de ruptures et de conflits. Un projet de littérature mondiale qui ne prenne pas en compte le sentiment du temps, le sens de l’histoire, l’hétérogénéité et la diversité culturelles et linguistiques, qui ne s’ouvre pas de fait à l’accueil de la pluralité du monde et de ses différents centres, trahirait l’esprit de la proposition de Goethe et tendrait simplement à répéter l’eurocentrisme et les vices de la vieille littérature comparée. Soit la République mondiale des lettres devient démocratique et instrument d’équité, soit elle ne servira pas à grand-chose.

42En Amérique latine, il faut reconnaître, en accord avec Octavio Paz (1991, 10), que nos littératures « sont des littératures écrites dans des langues transplantées » mais qui ont pu rapidement cesser d’« être de simples reflets transatlantiques » grâce à l’attention portée par les écrivains à la situation nationale. Il convient ainsi de se poser la question de ce que l’on gagne et de ce que l’on perd en les détachant du contexte littéraire et historique dans lequel elles ont surgi. Machado et Borges illustrent ce problème à la perfection. L’universalité qui leur a été attribuée est remise en question par la façon dont ils ont tous deux répondu à l’apparente dichotomie entre tradition occidentale et « instinct de nationalité », dont ils l’ont problématisée et dont ils l’ont dépassée.

Ahmad, Aijaz. 2006. « World Literature: In a World Globalized and Unequal  ». Conférence, The Heyman Center for the Humanities, Columbia University, manuscrit.

Alencar, José de. 1959 [1873]. « Como e porque sou romancista. » In Obra Completa, vol. I, 125-155. Rio de Janeiro: Ed. José Aguilar.

Ali, Tariq. 1993. « Literature and Market Realism. » New Left Review 199: 140-145, mai-juin.

Arac, Jonathan. 2002. « Anglo-Globalism? » New Left Review 16: 35-45, juil.-août.

Assis, Joaquim Maria Machado de. 1992a [1873]. « Notícia da Atual Literatura Brasileira – Instinto de Nacionalidade. » In Obra Completa, vol. III, 801-804. Rio de Janeiro: Nova Aguilar.

Assis, Joaquim Maria Machado de. 1992b [1879]. « A nova geração. » In Obra completa, vol. III, 809-836. Rio de Janeiro: Nova Aguilar.

Auerbach, Erich. 2005 [1952]. « Philologie de la littérature mondiale. » In Où est la littérature mondiale ?, dirigé par Christophe Pradeau & Tiphaine Samoyault, 25-37. Paris : Presses Universitaires de Vincennes. [Texte original : « Philologie der Weltliteratur. » In Weltliteratur. Festgabe für Fritz Strich zum 70. Geburtstag, dirigé par Walter Muschg & Emil Staiger, 39-50. Bern: Francke Verlag.]

Bakhtine, Mikhail. 1986 [1941]. « Epic and Novel. » In The Dialogic Imagination, 3-40. Austin: University of Texas Press. [Trad. brésilienne : « Epos e Romance. » In Questões de Literatura e Estética, 397-428. São Paulo: Hucitec, 2e éd., 1990].

Bernheimer, Charles. 1995. The Anxieties of Comparison. Comparative Literature in the Age of Multiculturalism. Baltimore & Londres: The Johns Hopkins University Press.

Birus, Hendrik. 2000. « The Goethean Concept of World Literature and Comparative Literature. » CLCWeb: Comparative Literature and Culture 2 (4), http://docs.lib.purdue.edu/​clcweb/​vol2/​iss4/​7 (consulté le 04 février 2015).

Borges, Jorge Luís. 1999. « O Escritor Argentino e a Tradição. » In Obras Completas, vol. I, 288-296. Rio de Janeiro: Editora Globo [Texte original : 1997. « El escritor argentino y la tradición. » In Discusión, Madrid: Alianza].

Cohen, Margaret Cohen & Dever, Carolyn, dir. 2002. The Literary Channel. The Inter-national Invention of the Novel. Princeton & Oxford: Princeton University Press.

Damrosch, David. 2003. What is World Literature? Princeton: Princeton University Press.

Damrosch, David, dir. 2004. The Longman Anthology of World Literature. New Jersey: Longman.

Damrosch, David. 2009. How to Read World Literature. Chichester: Wiley-Blackwell.

Defoe, Daniel. 1722 [1721]. The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders. Londres: Chetwood and others.

Fielding, Henry. 1742. The History of the Adventures of Joseph Andrews and His Friend, Mr. Abraham Adams, written in imitation of the manner of Cervantes, author of Don Quixote. Londres: A. Millar.

Goethe, Johann Wolfgang von. 1863. Conversations de Goethe pendant les dernières années de sa vie (1822-1839) recueillies par Eckerman, traduites par Emile Délerot. Vol. 1. Paris : Charpentier.

Hobsbawm, Eric J. 1977 [1962]. « Préface. » In A Era das Revoluções, Europa 1789-1848, 15-16. Traduction de Maria Tereza Lopes Teixeira & Marcos Penchel. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Jameson, Fredric. 2001. « Notas sobre a Globalização como Questão Filosófica. » In A Cultura do Dinheiro: ensaios sobre a globalização, sélection et préface de Maria Elisa Cevasco, 43-72. Traduction de Maria Elisa Cevasco & Marcos César de Paula Soares. Petrópolis: Vozes.

Fredric Jameson. 2011. « The Aesthetics of Singularity. » Conférence donnée au séminaire Fronteiras do Pensamento. São Paulo, mai, manuscrit

Lotman, Iuri. 2005. « On the Semiosphere. » Sign Systems Studies 33 (1): 205-229.

Lukács, Georg. 1974. « Le Roman. » In Écrits de Moscou, 79-140. Paris : Éd. Sociales.

Lukács, Georg. 2000 [1920]. A Teoria do Romance. Traduction de José Marcos Mariani de Macedo. São Paulo: Duas Cidades/Editora 34.

Magris, Claudio. 2009. « O romance é concebível sem o mundo moderno? » In A Cultura do Romance, dirigé par Franco Moretti, 1015-1028. Traduction de Denise Bottmann. São Paulo: CosacNaify.

Marx, Karl & Friedrich Engels. 1901 [1848]. Le Manifeste communiste. Tome 1. Traduction nouvelle par Charles Andler. Paris : Société nouvelle de Librairie et d’édition/Librairie Georges Bellais. [Texte original (1848) : Manifest der Kommunistischen Partei. Londres : Bildungs-Gesellschaft für Arbeiter.]

McKeon, Michael. 2000. « Watt’s Rise of the Novel within the Tradition of the Rise of the Novel. » In Reconsidering the Rise of the Novel. Eighteenth-Century Fiction 12 (2-3): 253-276, numéro spécial, janv.-avril.

Meyer, Marlyse M. 2007. « Orelha. » In Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos. A Formação do Romance Inglês. Ensaios Teóricos. São Paulo: HUCITEC/Fapesp.

Montandon, Alain. 1999. Le Roman au XVIIIe siècle en Europe. Paris : Presses Universitaires de France.

Moretti, Franco. 1998. Atlas of the European Novel 1800-1900. Londres: Verso. [Trad. brésilienne (2003) : Atlas do romance europeu 1800-1900. Traduction de Sandra Guardini Vasconcelos. São Paulo: Boitempo.]

Moretti, Franco. 2001. « Hypothèses sur la littérature mondiale. » In Études de lettres 2, « Les contextes de la littérature », dirigé par J. David, 1-10. [Texte original (2000) : « Conjectures on World Literature. » New Left Review second series 1: 54-68, janv.-fév.]

Moretti, Franco. 2007. Graphs, Maps, Trees. Londres: Verso.

Paz, Octavio. 1991. « La Búsqueda del Presente. » Vuelta 170: 10-14, janv.

Prendergast, Christopher. 2001. « Negotiating World Literature. » New Left Review 8: 100-121, mars-avril.

Puchner, Martin Puchner et al, dir. 2012. The Norton Anthology of World Literature. New York: W. W. Norton.

Pujol, Alfredo. 1917. Machado de Assis. São Paulo: Typographia Levi.

Racault, Jean-Michel. 1991. L’Utopie narrative en France et en Angleterre, 1675-1761. Oxford: The Voltaire Foundation

Santiago, Silviano. 2000. « O entre-lugar do discurso latino-americano. » In Uma Literatura nos Trópicos, 9-26. Rio de Janeiro: Rocco.

Schwarz, Roberto. 1997. Duas Meninas. São Paulo: Companhia das Letras.

Schwarz, Roberto. 2006. « Leituras em Competição. » Novos Estudos CEBRAP 75: 61-79, juil.

Schwarz, Roberto. 2009. « Martinha vs Lucrecia. » In Machado de Assis e a Crítica Internacional, dirigé par Benedito Antunes & Sérgio Vicente Motta, 17-32. São Paulo: Editora Unesp.

Sommer, Doris. 1991. Foundational Fictions: The National Romances of Latin America. Berkeley: University of California Press.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1987. « Literatura e Subdesenvolvimento. » In A Educação pela Noite e outros ensaios, 140-162. São Paulo: Ática.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1993a. « De Cortiço a Cortiço. » In O Discurso e a Cidade, 123-152. São Paulo: Duas Cidades.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1993b. « Literatura Comparada. » In Recortes, 211-215. São Paulo: Companhia das Letras.

Souza, Antonio Candido de Mello e. [s.d.] Formação da Literatura Brasileira (Momentos Decisivos). 4e éd. São Paulo: Livraria Martins Ed.

Wellek, René. 1955. A History of Modern Criticism: 1750-1950. New Haven: Yale University Press.

Wellek, René. 1963. « The Crisis of Comparative Literature. » In Concepts of Criticism, dirigé par Stephen Nichols, 282-295. New Haven: Yale University Press.

Haut de page

Notes

1 Selon Wellek (1963, 290), « une démarcation artificielle de l’objet d’étude et de la méthodologie, une conception mécaniciste des sources et des influences, une motivation basée sur le nationalisme culturel ».

2 Cité par Hendrik Birus (2000).

3 Il convient de signaler au passage le caractère également européocentrique de notions telles que « Lumières », « cosmopolitisme » et « civilisation ».

4 En dépit d’importantes différences, le lecteur ne peut que percevoir la possibilité de lier ces idées au concept de « sémiosphère » utilisé par Iuri Lotman (2005) pour se référer à l’espace culturel habité par les signes et, par extension, à l’espace de rencontre des différents systèmes culturels. Ce concept englobe nombre des questions ici posées : la relation dynamique entre les espaces externe et interne, la traduction, le dialogisme, la frontière. Lotman soutient que le dialogue et les échanges sont inhérents à la sémiosphère et défend l’hypothèse selon laquelle l’univers entier serait une forme de communication et serait destiné à une lecture universelle, même si ce dialogue est marqué par l’hétérogénéité et par l’homogénéité des éléments.

5 . Il affirme : « I take world literature to encompass all literary works that circulate beyond their culture of origin, either in translation or in their original language [...]. [...] a work only has an effective life as world literature whenever, and wherever, it is actively present within a literary system beyond that of its original culture. » (Damrosch 2004, 4)

6 . Dans l’original : « The receiving culture can use the foreign material in all sorts of ways: as a positive model for the future development of its own tradition; as a negative case of a primitive, or decadent, strand that must be avoided or rooted out at home; or, more neutrally, as an image of radical otherness against which the home tradition can more clearly be defined. »

7 Il convient d’avertir le lecteur qu’il s’agit ici d’un résumé drastique d’une argumentation autrement complexe et raffinée de l’auteur. Il est évident que Jameson fait le mouvement inverse, en projetant également l’axe culturel sur l’économique, pour montrer combien « pullulent les rhétoriciens du libre marché pour nous convaincre avec ferveur des bienfaits et de l’effervescence de la nouvelle économie mondiale ». Il s’agit toutefois d’un versant de la question de moindre intérêt aux fins du présent article.

8 La communication de Fredric Jameson est disponible en ligne.

Voir  http://www.youtube.com/watch?v=EUtV4kCzvnU (consulté le 12 février 2015).

9 F. Jameson, ibidem.

10 F. Jameson, ibidem.

11 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos, « Déplacements, décentrages : le roman en transit »Brésil(s), 7 | 2015, 125-146.

Référence électronique

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos, « Déplacements, décentrages : le roman en transit »Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.1495

Haut de page

Auteur

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos est professeure de littérature anglaise et comparée à l’Université de São Paulo. Cet article est issu d’une recherche sur les relations entre le roman anglais et le roman brésilien au XIXe siècle, dont une partie du financement est assuré par le CNPq

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search