Navigation – Plan du site
Varia

Migrations des personnes hautement qualifiées au Brésil. De l’isolement à l’insertion internationale ?

Migrações de pessoas altamente qualificadas no Brasil. Do isolamento à inserção internacional?
Migrations of Highly Skilled Persons in Brazil. From Isolation to Global Integration?
Luisa Farah Schwartzman et Simon Schwartzman
Traduction de Marlène Monteiro
p. 147-172

Résumés

Partant d’un recensement récent et de données administratives, et dans une perspective historique, nous nous intéressons dans cet article au degré de circulation internationale au Brésil, en particulier celle de personnes hautement qualifiées, et en analysons les conséquences et les implications. Le Brésil a connu des afflux massifs de migration internationale au tournant des XIXe et XXe siècles, mais est resté plus isolé depuis. Dernièrement, et pour la première fois, les Brésiliens ont commencé à partir à l’étranger pour des raisons diverses, tandis que le pays attire à nouveau des migrants en provenance des États-Unis, d’Europe et d’autres pays latino-américains. Nous étudions les liens entre éducation, marchés du travail et migration internationale à destination et au départ du Brésil aujourd’hui, et tentons de comprendre dans quelle mesure les migrants peuvent contribuer au développement économique et social du pays grâce aux transferts d’argent et à leur participation aux activités économiques, ainsi qu’aux marchés du travail brésiliens et internationaux. Nous analysons ensuite le mode de fonctionnement actuel de la circulation transnationale des personnes au sein du secteur de l’éducation. Pour conclure, nous nous penchons sur le rôle que la migration internationale – à visée éducative et professionnelle – est susceptible de jouer dans le développement économique et social du Brésil, et esquissons quelques pistes quant aux différentes politiques qui pourraient être mises en place afin d’y mieux parvenir.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2014 ; approuvé en décembre 2014.

Traduit de l’anglais

Texte intégral

1Alors que, ces dernières années, une grande partie de la planète était en crise, l’économie brésilienne s’est maintenue à un niveau relativement stable. La décennie 2000 était censée appartenir aux BRICS : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud devaient occuper les premiers rangs de la croissance mondiale (O’Neill 2001). En 2008-09, avec la récession mondiale, l’économie brésilienne a stagné et, depuis, les effets conjugués de l’inflation rampante, du déficit commercial croissant et de faibles investissements laissent entrevoir des perspectives plus pessimistes quant à la capacité du pays à réussir sa transition d’une économie en voie de développement vers une société moderne et développée (Leahy 2013). Un des facteurs pouvant faire la différence est l’aptitude du Brésil à améliorer l’éducation de sa population et à créer un vivier de chercheurs, d’ingénieurs et d’experts en mesure de maintenir le pays et l’économie à la pointe de l’innovation et de la compétitivité internationales (Barbosa Filho & Pessoa 2012). Plus généralement, on voit s’accumuler les publications sur les risques, pour les pays émergents, de tomber dans ce qu’on appelle le « piège du revenu intermédiaire ». Celui-ci se définit par une incapacité, d’une part, à rivaliser avec les économies à faible revenu pour la fabrication de produits d’exportation et, d’autre part, avec les économies développées pour les innovations de pointe (Asian Development Bank 2011, 9, encadré no 2). Pour atteindre une productivité élevée, il faut développer des compétences institutionnelles, organisationnelles et techniques, ce qui peut être facilité par une ouverture à la circulation internationale des personnes, des ressources, des savoir-faire et des connaissances tacites (Hidalgo & Hausmann 2009).

2Les responsables politiques et chercheurs en sciences sociales des pays émergents se sont souvent inquiétés de la « fuite des cerveaux », c’est-à-dire du départ pour l’étranger de la population éduquée allant à la recherche de meilleures opportunités. L’hypothèse est qu’en restant chez eux, ces gens qui sont souvent plus privilégiées que le reste de la population contribueraient à l’économie nationale et fourniraient des services très utiles à leurs concitoyens. Dans le cas contraire, cela équivaudrait à un gaspillage des ressources engagées pour leur éducation. C’est une grande préoccupation au Brésil où les dépenses publiques pour l’enseignement supérieur, comparées à celles consacrées à l’éducation de base, sont très élevées (97,3 % du PNB par personne pour chaque étudiant de l’enseignement supérieure contre 20 % pour l’enseignement secondaire) et où seule une minorité de la population va à l’université (Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira 2013).

3Pourtant, décideurs et universitaires ont récemment substitué au concept de « fuite des cerveaux » celui de « circulation des cerveaux ». Ils soutiennent que les flux internationaux de talents peuvent être bénéfiques pour les pays d’émigration, et pas seulement à cause des traditionnels transferts d’argent qu’ils génèrent. L’exemple souvent cité est celui des développeurs de logiciels indiens qui vont passer plusieurs années à la Silicon Valley, y acquièrent des connaissances, un savoir-faire et des contacts, puis retournent créer une industrie informatique dynamique en Inde (surtout à Bangalore) tout en gardant des relations transnationales avec les entreprises californiennes. Le rôle de ces migrants hautement qualifiés (aussi bien ceux qui rentrent que ceux qui restent à l’étranger) est d’établir des ponts entre les différents réseaux grâce à leur mobilité, leurs connexions sociales transnationales et leur connaissance de deux ou de plusieurs contextes nationaux (Saxenian 2002).

4Tout comme les migrants hautement qualifiés qui rentrent chez eux, les immigrés hautement qualifiés peuvent mettre leurs compétences à profit dans la contrée d’accueil en apportant des ressources pour investir dans la création d’entreprises, en mettant en contact des personnes et des sociétés des deux pays et en partageant des connaissances à travers des enseignements formels ou par des canaux informels.

5Ce rôle positif de la circulation des cerveaux n’est pourtant qu’une face de la médaille. Bien que les immigrés hautement qualifiés tendent à envoyer de l’argent chez eux, leur départ représente souvent une perte pour le pays d’origine qui a investi dans leur éducation et ne peut récolter les fruits de leurs compétences professionnelles. De plus, lorsque les travailleurs de haut niveau partent, bien souvent ils n’exercent pas les professions pour lesquelles ils ont été formés en raison de barrières sociales, linguistiques et professionnelles (Iredale 2001) et doivent se rabattre sur des activités mal rémunérées et peu qualifiées. Le cas des migrantes philippines qui sont employées comme domestiques à l’étranger est en ce sens un très bon exemple (Parreñas 2000). Dans cette situation, celles-ci n’ont pas accès aux réseaux et ressources du pays d’accueil et ne peuvent s’en servir pour connecter leur nation d’origine à la circulation mondiale des capitaux, des connaissances et des idées. On peut faire une analyse similaire pour les personnes hautement qualifiées qui retournent chez elles ou pour les étrangers qui s’installent dans les pays émergents. Si les conditions n’existent pas, ils ne peuvent pas se servir de leur savoir-faire, de leurs relations et de leurs moyens au profit du pays d’accueil. Ils restent sous-employés et marginalisés par rapport à l’économie locale (Friedberg 2000).

6Les débats sur la « fuite » et la « circulation des cerveaux » tournent souvent autour des effets de l’éducation reçue par des gens déjà diplômés sur les marchés transnationaux du travail. Ils ne s’attardent pas sur le rôle que les institutions éducatives telles que les universités jouent dans ce processus, parce qu’ils tiennent pour acquises leur existence et leurs caractéristiques. De plus, les universitaires se sont intéressés à la circulation mondiale et à la transmission du « savoir » (et aux personnes porteuses de savoir) au sein des institutions éducatives ou des unes aux autres mais ils ont souvent négligé la relation entre les universités et le monde plus global de la production économique et du travail. Les spécialistes de l’éducation internationale ont étudié comment la circulation d’universitaires entre établissements de différents pays a permis de développer de nouveaux champs de connaissance et d’insérer des universités dans des réseaux internationaux de production intellectuelle. Certaines institutions d’enseignement supérieur ont également tenté d’obtenir une reconnaissance internationale des diplômes qu’elles proposent à leurs élèves, afin qu’ils soient acceptés sur les marchés mondiaux du travail. Elles ont également essayé d’attirer des étudiants internationaux dans le but de faire payer des frais d’inscription plus élevés et de relever le niveau des études en augmentant le nombre de candidats qualifiés. Enfin, les universités et les gouvernements ont souvent soutenu leurs étudiants afin qu’ils étudient à l’étranger, dans l’espoir de les voir acquérir des connaissances et des savoir-faire pouvant être exploités à leur retour soit sur le marché général du travail, soit, dans le cas des étudiants de deuxième et troisième cycles, en tant que futurs enseignants et chercheurs. Le succès ou l’échec de ces efforts dépend à la fois de la façon dont ces échanges internationaux se font et de la capacité des personnes diplômées à établir des relations avec les marchés mondiaux et locaux en dehors des universités (García Guadilla et al 2002 ; Boeri et al 2012 ; Agrawal et al 2011 ; Filipović et al 2012 ; Barrow et al 2003). En d’autres termes, la circulation internationale des personnes, des connaissances et des ressources peut avoir des effets positifs ou négatifs, selon le marché local du travail pour le personnel qualifié, selon la proximité historique, économique et culturelle avec d’autres régions, et selon les politiques publiques de mobilité internationale des personnes et de développement de ressources éducatives et technologiques.

7Partant d’un recensement récent ainsi que de données administratives, sans oublier de nous situer dans une perspective historique, nous nous intéresserons ici au degré de « circulation » des personnes hautement qualifiées au Brésil et analyserons le potentiel de cette circulation pour le développement économique et social du pays. Après une brève présentation des liens historiques entre migration internationale et développement des institutions éducatives et de l’économie, nous examinerons les relations entre éducation, marchés du travail et migration internationale à destination et au départ du Brésil aujourd’hui. Pour cela, nous nous pencherons dans un premier temps sur le degré d’éducation des personnes qui composent l’immigration et l’émigration au Brésil. Nous observerons d’abord le degré d’instruction de ces migrants. Nous nous demanderons ensuite dans quelle mesure ils peuvent contribuer au développement économique et social du pays grâce à l’argent qu’ils envoient et grâce à leur participation aux activités économiques et aux marchés du travail brésiliens et étrangers. Puis, nous analyserons la façon dont fonctionne aujourd’hui la circulation transnationale des personnes dans le secteur de l’éducation, à travers l’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur. Enfin, nous conclurons sur le rôle que les migrations internationales – à visée éducative et professionnelle – sont susceptibles de jouer dans le développement économique et social du Brésil et nous ferons quelques suggestions sur les différentes politiques qui pourraient être mises en place afin d’y mieux parvenir.

Savoir-faire, immigration et développement économique au Brésil : contexte historique

8Le Brésil, dont l’économie a reposé sur la traite des esclaves jusqu’au XIXe siècle, est devenu un grand pays émergent depuis la fin du XXe siècle, ayant bénéficié de l’afflux d’immigrés d’Europe, du Japon et d’ailleurs. Ceux-ci ont apporté avec eux leurs ressources économiques ainsi que leurs connaissances, leurs compétences et leurs relations sociales. Ils ont accédé aux premières institutions éducatives. Cependant, ce flux d’intense immigration a été de courte durée et cette période d’ouverture aux circulations internationales a rapidement fait place à un relatif isolement. En même temps, le Brésil n’a pas développé les connaissances nécessaires au sein de sa propre population parce que les institutions éducatives ont tardé à se mettre en place et sont encore aujourd’hui relativement limitées.

9Pour les premiers colons portugais, le Brésil était la « plantation du roi » (Lang 1979) et n’avait nul besoin d’institutions éducatives et scientifiques ni, d’ailleurs, n’était autorisé à en créer. L’essentiel du travail était effectué par les esclaves africains et afro-brésiliens ainsi que par des hommes libres dont l’instruction n’était pas requise mais qui contribuaient néanmoins, grâce à leurs connaissances agricoles, minières et artisanales (y compris pour ceux qui venaient d’Afrique) à l’entreprise coloniale et à son expansion (Klein 1969 ; Luna & Klein 2003 ; Edelson 2010 ; Martins Filho & Martins 1983 ; Carney 2004 et 2009). Lorsque, fuyant les guerres napoléoniennes, la cour portugaise s’est installée au Brésil, en 1808, elle a certes apporté avec elle quelques-unes de ses institutions professionnelles en droit, médecine et dans l’ingénierie mais, même après l’indépendance, en 1822, la situation a peu évolué (Schwartzman 1991). Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’économie a reposé largement sur le travail manuel et agricole exercé par les esclaves. Les membres de la petite élite qui gouvernait l’empire brésilien au XIXe siècle allaient pour la plupart étudier à Coimbra, au Portugal, mais la Belgique et la France étaient également des destinations de choix. Par contre, en dépit des étroites relations économiques entre le Brésil et l’empire britannique, ils n’allaient pas en Angleterre dont l’influence sur les institutions éducatives nationales a été pratiquement nulle (Carvalho 1982 ; Manchester 1964).

10Avec l’abolition de l’esclavage, à la fin du XIXe siècle, le Brésil est devenu une destination majeure pour les migrations venues d’Europe, du Moyen-Orient et, plus tard, du Japon, peut-être même la plus importante après les États-Unis et l’Argentine (Fausto 1995, 1997 et 1999). Les immigrés étaient pour la plupart pauvres et venaient pour travailler dans l’agriculture mais certains, à la recherche d’opportunités qui faisaient défaut dans leur pays d’origine, avaient de l’argent, des ressources familiales, un grand savoir-faire et entretenaient des liens avec les activités économiques à l’étranger (Dean 1969). Les données sur les caractéristiques socioéconomiques des premiers immigrés sont rares, voire inexistantes. On trouve cependant de nombreuses études historiques et qualitatives montrant l’importance de l’élite immigrée dans la structuration des secteurs modernes de la société brésilienne, dans l’industrie et le commerce. Cela a été le cas, par exemple, des Italiens Matarazzo et Romi ou des Klabin, Juifs d’origine lituanienne, ou encore des Lafer. Les chercheurs et ingénieurs qui ont créé et dirigé les premiers instituts de recherche du pays comme, entre autres, Gustav Brieger, Fritz Feigel, Bernard Gross ou Gleb Wataghin en étaient eux-aussi issus (Brandão 1996 ; Dean 1969 et 1974 ; Martins 1967 ; Schwartzman 1991). À partir de 1915, la fondation Rockefeller a participé à la création des premiers établissements de santé publics et à l’amélioration de l’éducation médicale, en faisant venir des experts et en envoyant un petit nombre de spécialistes brésiliens aux États-Unis pour leurs études (Gadelha 1998 ; Glick 1994 ; Cueto 1994). La communauté allemande, l’italienne et la japonaise ont fondé leurs propres écoles où l’enseignement était prodigué dans les langues d’origine malgré les restrictions gouvernementales. Elles ont aussi contribué, par la suite, à créer plusieurs institutions d’enseignement supérieur de proximité en particulier dans les États du sud du Brésil comme le Rio Grande do Sul, Santa Catarina et le Paraná (Andreazza & Nadalin 2001 ; Kloss 1971 ; Lesser 1994). Après la Seconde Guerre mondiale, cependant, ce flux de personnes hautement qualifiées a décliné. Le Brésil a continué d’envoyer ses ressortissants à l’étranger pour leurs études supérieures mais ils étaient peu nombreux, tendaient à revenir, à être réabsorbés par les institutions locales et à perdre contact avec le lieu de leurs études (Glaser & Habers 1974 et 1978). En comparaison avec d’autres pays en voie de développement, l’économie du Brésil et sa société se sont distinguées par un isolement relatif à l’égard du reste du monde.

11Ce n’est que dans les années 1930 que les premières universités brésiliennes ont été créées. De plus, vers 1950, près de 34 % de la population âgée de plus de dix ans était encore analphabète (IBGE 1956). La situation a rapidement évolué après 1945 et, vers la fin du siècle dernier, la plupart des enfants étaient scolarisés même si la qualité des établissements primaires et secondaires demeurait médiocre. L’enseignement supérieur s’est également développé ces cinquante dernières années mais il est resté faible, compte tenu de la taille du pays, avec un taux net d’inscription de 16 %. Depuis la décennie 1970, le second et le troisième cycle tout comme la recherche ont fait d’énormes progrès. Ces dernières années, près de douze mille doctorants obtiennent chaque année leur diplôme dans les principales universités du pays et un nombre croissant de publications scientifiques paraissent dans les revues internationales (Leta 2012 ; Balbachevsky 2004).

12Les années 1970 ont marqué l’apogée de ce qui est maintenant connu sous le nom de « modèle de substitution des importations », un projet de développement économique et d’industrialisation qui se caractérise par de gros investissements dans l’industrie nationale et de fortes taxes douanières sur les importations (Hirschman 1968 ; Fishlow 1972). Pourtant, à la fin de la décennie, l’économie était en stagnation, touchée par les chocs pétroliers et leurs répercussions (Cardoso 1991). Pour la première fois, les Brésiliens ont commencé à émigrer à la recherche de meilleures opportunités de travail.

Tendances migratoires actuelles

13Nous nous attacherons ici aux flux migratoires internationaux des personnes hautement et peu qualifiées, depuis et vers le Brésil. À partir des années 1980, comme l’économie stagnait, beaucoup de Brésiliens ont quitté le pays pour s’établir à l’étranger. Toutefois, ils restaient peu nombreux en comparaison avec les ressortissants de pays en voie de développement plus peuplés tels que la Chine ou l’Inde, ou d’autres pays d’Amérique latine (Argentine, Pérou) ou d’Amérique centrale. Ces émigrés brésiliens ont eu tendance à rentrer après une période d’études et de travail à l’étranger, peut-être en raison de l’amélioration des conditions économiques du pays depuis le milieu des années 1990. Par ailleurs, l’analyse de la situation des étrangers vivant au Brésil permet de constater que cette nation est non seulement devenue une destination importante pour les migrants pauvres des pays voisins comme le Paraguay et la Bolivie mais, également, que la modernisation et l’internationalisation de segments conséquents de l’économie ont conduit à un afflux de travailleurs qualifiés pour des emplois dans les technologies de pointe et pour des postes de direction.

Les Brésiliens à l’étranger

14En 2011, selon les estimations du ministère des Affaires étrangères, 3,1 millions de Brésiliens vivaient à l’étranger dont 1,4 millions aux États-Unis (Margolis 2013, 5). La majorité des émigrés aux États-Unis travaillent dans des activités peu qualifiées dont le bâtiment, les services domestiques, et la restauration ; beaucoup sont clandestins, d’où le manque de fiabilité de ces estimations. Ainsi, l’American Community Survey [Enquête sur la communauté américaine] de 2010 ne recense aux États-Unis que 340 000 personnes environ ayant déclaré être nées au Brésil (United States Census Bureau 2011). Les estimations démographiques montrent que le Brésil a perdu 1,8 millions d’habitants entre 1980 et 1990 au profit de l’émigration internationale et 550 000 entre 1990 et 2000 (Carvalho & Campos 2006).

15Le Japon était également une destination importante pour les descendants d’immigrés japonais arrivés au Brésil au début du XXe siècle. Toutefois, ils étaient souvent marginalisés au sein de la société japonaise, occupaient des emplois subalternes, envoyaient de l’argent au Brésil ou économisaient pour acheter des terres ou créer une petite entreprise à leur retour.

16Ces données, comparées à une population brésilienne de presque 200 millions d’habitants (190,7 millions lors du recensement de 2010), confirment le relatif isolement international du pays. Il y a certes une émigration en quête de meilleures opportunités économiques parmi les gens qui sont relativement plus aisés que la moyenne et un certain nombre de personnes vont étudier à l’étranger mais les Brésiliens sont moins susceptibles d’y rester que leurs homologues d’Asie ou d’autres pays latino-américains.

17L’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE) a demandé à un échantillon représentatif de la population de 2010 si un membre du foyer vivait à l’étranger. L’enquête a montré que 483 000 familles pouvaient être considérées comme concernées. Selon leurs déclarations, 546 000 personnes étaient dans cette situation. Bien que le recensement n’ait pas pris en compte les informations sur les familles complètes ne vivant plus au Brésil, ceci a permis d’avoir des données récentes sur qui étaient ces émigrés, où ils étaient allés et d’où ils venaient. Le tableau n° 1 donne un aperçu des résultats.

Tableau n° 1 – Ménages brésiliens ayant de la famille à l'étranger, 2010

Région

Nord

Nordeste

Sud-Est

Sud

Centre-Ouest

Total

Nombre de ménages concernés

34 026

75 550

233 965

80 448

59 763

483 752

Part de ces ménages dans la région (%)

0,86

0,51

0,94

0,91

1,39

0,85

Revenu moyen par ménage

Valeur absolue (reais/mois)

1 128,73

1 567,91

2 297,89

2 117,74

1 656,91

1 992,51

Ratio par rapport aux familles sans émigrés

1,79

2,78

2,02

1,98

1,5

2,12

Caractéristiques du membre de la famille ayant émigré

Part des femmes (%)

60

63

51

52

55

54

Âge moyen au moment du départ

27,92

28,51

28,83

28,34

28

28,54

Lieu de résidence (%)

Asie (hors Japon)

0

1

1

2

1

1

Afrique

1

3

1

1

1

2

Europe de l'Est

3

4

7

10

8

7

Amérique centrale et du Sud

26

11

5

12

8

9

France

8

5

3

3

4

4

Allemagne

2

7

3

4

1

4

Italie

3

13

6

8

3

7

Japon

6

2

9

10

4

7

Portugal

11

14

14

11

15

13

Espagne

16

11

6

9

18

10

États-Unis

14

14

31

19

21

24

Information non disponible

0

0

0

0

0

0

Total

100

100

100

100

100

100

Source : IBGE, recensement national de 2010, section 3.

18La plupart de ces émigrés étaient issus de familles vivant dans le Sud-Est et le Sud du Brésil, en particulier dans les États de São Paulo, Paraná, Minas Gerais, Rio de Janeiro, ainsi que de Goiás dans le Centre-Ouest. Dans la ville de São Paulo, la plus grande du pays, 107 000 foyers ont dit avoir de la famille à l’étranger soit environ 0,8 % de la population. Par contre, à Governador Valadares, une ville bien plus pauvre de l’État de Minas Gerais, 6 700 familles se sont déclarées dans ce cas, soit 9 %. Dans certaines petites villes de cette même région, près d’un cinquième des ménages avait de la famille à l’étranger, une situation qui ne se répète nulle part ailleurs dans le pays. La seule autre localité présentant des caractéristiques similaires se situait à la frontière entre le Brésil et la Bolivie, ce qui souligne une autre dimension de l’immigration, celle provenant des pays frontaliers.

19Le cas de la région de Governador Valadares confirme l’idée selon laquelle l’émigration passe par des réseaux personnels qui facilitent la mobilité internationale (Massey et al 1999). Pour les familles concernées, les transferts d’argent de l’étranger sont devenus une source majeure de revenus. Margolis (2013) note qu’en 2004, environ 1,3 millions de Brésiliens bénéficiaient de transferts d’argent internationaux pour un montant total de 5,6 milliards de dollars. Même si cette somme est insignifiante à l’échelle nationale, cet argent représente une ressource conséquente pour les familles et les régions d’où sont issues ces personnes.

20Dans cette municipalité, le revenu moyen des ménages dont un membre a émigré est deux fois plus élevé que celui des autres, ce qui montre que l’émigration peut constituer une opportunité et une option pour les personnes relativement aisées mais pas pour les plus pauvres. En effet, cette différence de revenu ne s’explique pas nécessairement par les transferts d’argent mais est plutôt liée aux conditions générales de vie des familles. La mobilité internationale est acquise dans de meilleures conditions quand les ressources économiques et sociales sont plus disponibles.

21L’American Community Survey nous fournit quelques données sur les immigrés brésiliens aux États-Unis. 49 % d’entre eux ont un diplôme équivalent à bac + 4 ou plus ; 15 % ont travaillé comme experts et chercheurs et 0,7 % ont occupé des postes de direction. Près d’un tiers d’entre eux a pris la nationalité américaine, contre 50 % pour les immigrés venus d’Amérique centrale et de Colombie, un pourcentage faible qui montre que les Brésiliens sont certainement plus enclins à rentrer chez eux. Cet échantillon confirme qu’aux États-Unis, les immigrés brésiliens tendent à être hautement qualifiés en comparaison avec la population générale, même si les immigrés clandestins qui occupent des emplois subalternes sont probablement sous-représentés dans ces données (United States Census Bureau 2011).

22La même enquête nous livre aussi des informations sur ce que font les Brésiliens diplômés qui restent dans un pays d’accueil majeur. Le tableau n° 2 indique les données globales pour toutes les activités dans lesquelles plus de 1 % de Brésiliens sont représentés. Environ la moitié des diplômés au-delà du premier cycle (équivalent à la licence) occupent des postes techniques et de direction. Toutefois, un diplôme d’études supérieures de premier cycle limite souvent les Brésiliens à des emplois de domestiques ou de serveurs, tandis qu’un diplôme de l’enseignement secondaire ne semble pas conduire à autre chose que des emplois faiblement rémunérés.

Tableau n° 2 – Activités des Brésiliens vivant aux États-Unis et ayant un diplôme équivalent au baccalauréat ou plus, 2011 (%)

 

Baccalauréat

BAC + 1

BAC + 2

BAC + 4

BAC + 5 ou plus

TOTAL

Directeurs, cadres

4,3

10,3

7,7

13,8

15,8

9,7

Experts, chercheurs

4

6,9

18

17

39,7

14,9

Employés dans le commerce

5

5,1

3,7

5,3

5,8

5,3

Employés de bureau, secrétaires, guichetiers

2,4

6,2

9,6

7

1

4,1

Employés domestiques*

18,7

9

10,1

6

1,5

10,6

Autres services faiblement rémunérés

30,6

31,8

29,7

16,7

7,2

23,1

Activités occupant moins de 1% de Brésiliens

35

30,7

21,2

34,2

29

32,3

Total

100

100

100

100

100

100

Gouvernant(e)s, femmes de ménage, majordomes, stewards et personnel de nettoyage dans l'hôtellerie.

Source : Données de l'American Community Survey [enquête statistique sur la communauté américaine], 2011, disponibles sur le site Minnesota Population Center : IPUMS_USA, https://usa.ipums.org/​usa/​ (consulté le 22 août 2013).

23Nous disposons de deux autres sources importantes d’information sur les Brésiliens hautement qualifiés aux États-Unis : le rapport Open Doors [Portes ouvertes], produit par l’Institute of International Education [Institut d’éducation internationale] et l’enquête sur les doctorats obtenus (Survey of Earned Doctorates) effectuée pour la National Science Foundation [Fondation nationale des sciences]. D’après l’étude Open Doors, 8 777 Brésiliens étudiaient aux États-Unis en 2011-12, un chiffre comparable à celui des ressortissants allemands, britanniques et français, mais loin derrière celui des Chinois et des Indiens qui dépassent la centaine de milliers, ou des Sud-Coréens, au nombre de 72 000. Le principal groupe latino-américain vient du Mexique avec 14 000 étudiants (Institute of International Education 2010-12). En termes relatifs, le nombre d’étudiants brésiliens à l’étranger correspond à seulement 0,12 % des personnes inscrites dans l’enseignement supérieur dans le pays, un chiffre très nettement inférieur à celui des contrées citées plus haut qui affichent des scores de 0,30 % ou plus, et très loin de la République de Corée (Corée du Sud) avec 2,15 % (cf. tableau n° 3).

Tableau n° 3 – Étudiants étrangers aux États-Unis pour une sélection de pays 2011-12

(a) Étudiants étrangers aux États-Unis (*)

(b) Inscriptions dans le supérieur (**)

% (a/b)

Brésil

8 777

7 241 405

0,12

Allemagne

9 458

2 939 463

0,32

Royaume-Uni

8 947

2 495 779

0,36

France

8 098

2 296 306

0,35

Chine

194 029

32 585 961

0,60

Inde

103 895

28 525 722

0,36

Corée du Sud

72 295

3 356 630

2,15

Mexique

13 713

3 161 195

0,43

Sources :
(*) Institute of International Education 2010-12.
(**) Centre de données de l'Institut de statistique de l'Unesco, http://www.uis.unesco.org/​DataCentre/​Pages/​BrowseEducation.aspx (consulté le 30 novembre 2014).

24L’enquête sur les études doctorales montre que 1 132 doctorats en sciences et ingénierie ont été décernés à des Brésiliens titulaires de visas temporaires entre 2005 et 2011 et que 50 % d’entre eux ont déclaré leur intention de rester aux États-Unis, une proportion assez faible, si on la compare aux 71,6 % des doctorants étrangers pour un total de 100 000 (National Science Foundation 2011). Ceci s’explique en partie par le fait que la plupart des Brésiliens qui partent à l’étranger pour des études doctorales reçoivent des bourses de l’État dont l’octroi est conditionné à leur retour et que leurs visas ne peuvent être transformés en permis de séjour.

25En somme, l’émigration semble être une stratégie de poids dans certaines petites communautés brésiliennes appauvries et, aussi, une option pour les personnes mieux éduquées issues de régions plus développées. Toutefois, les résultats de cette circulation des cerveaux semblent mitigés. Les données sur les Brésiliens aux États-Unis suggèrent que ceux qui y vont pour étudier sont susceptibles d’acquérir d’importantes connaissances et compétences qu’ils pourront utiliser une fois de retour chez eux mais, parce qu’ils rentrent au Brésil tout de suite après leurs études, il n’est pas sûr qu’ils aient eu le temps de développer l’expérience professionnelle et de créer les réseaux qu’ils pourraient utiliser à leur retour. Aux États-Unis, beaucoup de Brésiliens titulaires d’un diplôme universitaire de premier cycle ou inférieur se retrouvent souvent avec des emplois mal rémunérés, soit parce que leurs qualifications ne sont pas reconnues, soit parce qu’il leur manque le réseau adéquat, les connaissances linguistiques et d’autres ressources pour obtenir un travail correspondant à leur formation. Ceux qui restent aux États-Unis et ont des diplômes de deuxième et troisième cycles semblent acquérir de l’expérience à des niveaux de direction et d’expertise, ce qui peut aider le Brésil à participer à l’économie mondiale s’ils entretiennent des relations avec leur pays d’origine tout en occupant ces postes, mais ils ne sont pas nombreux à le faire.

Immigration et retour

26Le recensement de 2010 au Brésil comportait deux questions qui nous sont utiles pour comprendre l’immigration dans le pays : le lieu de naissance des habitants et leur lieu de résidence cinq ans auparavant, soit en 2005. Sur les 190 millions d’habitants en 2010, 592 000 soit 0,3 % de la population, sont nés à l’étranger. En comparaison, en 1900, le pays comptait 1,2 millions d’étrangers, c’est-à-dire 7,5 % pour une population totale de 16 millions (Brasil Diretoria Geral de Estatística 1908-1912, tableau no 29). Avec une moyenne de 51 ans, les étrangers sont dans l’ensemble moins jeunes et, parmi eux, 42 % ont 60 ans ou plus. Les immigrés les plus âgés viennent généralement d’Europe, en particulier du Portugal, du Japon et du Moyen-Orient (surtout de Syrie et du Liban), tandis que la nouvelle génération vient plutôt d’Amérique latine et des États-Unis (cf. tableau no 4).

Tableau no 4 – Population brésilienne née à l'étranger, âge moyen et année d’installation au Brésil

Pays de naissance

Âge

Date d'installation

Personnes

Amérique du Sud et centrale

37,9

1993

183 626

Portugal

65,9

1961

137 972

Japon

61,3

1962

49 059

Italie

64

1965

37 165

Asie

44,2

1990

32 715

Espagne

63

1965

30 736

Europe de l’Ouest

54,3

1977

26 990

États-Unis

24,1

1999

23 513

Moyen-Orient

56,3

1972

19 484

Allemagne

55,5

1975

16 241

Afrique

39,5

1993

15 311

France

44,5

1991

9 559

Europe de l'Est

67,7

1960

4 810

Israël

48,6

1979

2 011

Canada

30,4

1998

1 587

Océanie

33,5

2000

968

Information non disponible

41,1

1985

824

Moyenne et total

51,3

1977

592 571

Source : IBGE, échantillon représentatif de la population de 2010 (micro-données).

27Sur la population totale, 268 000 personnes ont répondu qu’ils vivaient à l’étranger en 2005. Parmi eux, 65,5 % étaient des Brésiliens de retour au pays. Le tableau no 5 établit une comparaison entre la population née à l’étranger, les Brésiliens qui sont rentrés après un séjour à l’étranger durant les cinq années précédentes et le reste de la population.

Tableau no 5 – Caractéristiques de la population générale, émigrés de retour et personnes nées à l'étranger

Type d’emploi (pour les employés) (%)

Employés déclarés

45,3 

29,2 

37,9 

Militaires et employés de la fonction publique

5,4 

3,2 

4,4 

Employés non déclarés

20,2 

15,7 

17,5 

Travailleurs indépendants

21,4 

38,3 

30,1 

Employeurs

1,9 

10,5 

6,8 

Travailleurs non rémunérés

5,7 

3,1 

3,4 

Total

100 

100 

100 

Nombre de personnes

85 983 264

265 058

105 515

Type d’activité (%)

Directeurs, cadres supérieurs dans les secteurs publics et privés

3,9 

12,5 

11 

Experts en sciences et dans les arts

10 

23,5 

19,3 

Techniciens de niveau moyen

6,4 

7,2 

9,1 

Travailleurs dans l'administration

3,1 

6,5 

Travailleurs dans les services

16,8 

16,9 

15,7 

Travailleurs dans l'agriculture

8,6 

3,2 

4,9 

Travailleurs dans l'industrie (production et administration)

19,5 

15,8 

16,7 

Travailleurs dans les services de maintenance et de réparation

20,2 

7,2 

6,8 

Information non disponible

7,5 

10,6 

7,8 

Total

100 

100 

100 

Nombre de personnes

85 983 267

265 058

105 514

Niveau d'éducation (adultes âgés de 25 ans ou plus) (%)

Inférieur à l'enseignement de base

57,8 

38,2 

28,1 

Enseignement de base (8 ans)

14,8 

13,4 

15 

Enseignement secondaire (12 ans)

19,9 

24,4 

34,1 

Enseignement supérieur

23,6 

22,4 

Non défini

0,5 

0,4 

0,4 

Total

100 

100 

100 

Nombre de personnes

109 957 886

491 665

136 963

Discipline pour les diplômés de l'enseignement supérieur (%)

Administration

21,5 

18,9 

18,7 

Formation d'enseignants (éducation)

19,5 

7,1 

8,0 

Droit

10 

5,2 

5,8 

Santé

7,5 

4,1 

4,5 

Sciences humaines

6,3 

8,1 

7,1 

Ingénierie

4,7 

14,3 

9,9 

Médecine, médecine dentaire

4,3 

6,8 

6,4 

Autres

26,4 

35,6 

39,8 

Total

100 

100 

100 

Nombre de personnes

13 284 353

139 922

39 482

Source : IBGE, échantillon représentatif de la population de 2010 (micro-données).

28Par rapport à la population générale, les personnes nées à l’étranger et les émigrés de retour ont plus de chances de devenir travailleurs indépendants et employeurs, directeurs et experts dans les sciences et les arts et d’être considérablement plus instruits, ce qui reflète leur rang socioéconomique plus élevé. Bien que présentant des données très semblables, les personnes nées à l’étranger sont moins susceptibles que les émigrés de retour au pays de travailler dans le secteur formel et comme experts dans les arts et les sciences, en particulier dans l’ingénierie. Certaines données, non citées ici, montrent que ceux qui reviennent avec des diplômes universitaires ont moins tendance à devenir travailleurs indépendants que les non-diplômés, mais beaucoup plus à devenir employeurs.

29Le Registre général des salariés et demandeurs d’emploi (Cadastro Geral de Empregados e Desempregados – RAIS/CAGED) dispose de plus d’informations sur les activités économiques des étrangers au Brésil. C’est une base de données gérée par le ministère du Travail qui porte sur près de cinquante millions de personnes. Dans la mesure où environ la moitié de la main d’œuvre au Brésil appartient à ce que l’on appelle le « marché informel » (leurs entreprises ne sont pas enregistrées ou les personnes travaillant à leur compte ne paient pas de taxes), le secteur le plus riche de l’économie et les employés les mieux éduqués, c’est-à-dire ayant plus de chances d’occuper des emplois sur le marché formel, sont surreprésentés dans les données du RAIS/CAGED. À la fin de 2013, ce groupe comptait 103 000 personnes nées à l’étranger, parmi lesquelles 9 000 avaient obtenu la nationalité brésilienne. Parmi les personnes nées à l’étranger, 40 % travaillent soit à des postes de direction, soit comme experts dans les sciences et les arts, et 24 % travaillent dans le secteur industriel (cf. tableau no 6). Une analyse plus détaillée (qui n’est pas montrée ici) indique que la plus forte concentration relative d’étrangers se trouve dans l’administration des entreprises privées où ils occupent 3,06 % des postes et représentent 2,34 % des chercheurs et scientifiques.

Tableau no 6 – Brésiliens et étrangers sur le marché du travail, classement par types d’activité, décembre 2013

 

Brésiliens

Nés à l'étranger

% du total d'étrangers

% d’étrangers par catégorie

Directeurs, cadres supérieurs dans les secteurs publics et privés

2 331 408

15 757

15,21

0,68

Experts en sciences et dans les arts

5 098 121

25 299

24,43

0,50

Techniciens de niveau moyen

5 254 901

10 024

9,68

0,19

Travailleurs dans l'administration

9 556 947

11 692

11,29

0,12

Travailleurs dans les services

11 448 902

12 863

12,42

0,11

Travailleurs dans l'agriculture

1 519 588

967

0,93

0,06

Travailleurs dans l'industrie

11 660 302

25 183

24,32

0,22

Travailleurs dans les services de maintenance

1 187 016

1 629

1,57

0,14

Non défini

787 681

153

0,15

0,02

Total

48 844 866

103 567

100

0,21

Source : Données du ministère brésilien du Travail, Rapport annuel des informations sociales, Registre général des salariés et demandeurs d'emploi (Relação Anual de Informações Socais – RAIS/CAGED), http://bi.mte.gov.br/​bgcaged/​ (consulté en novembre 2014).

30Plus de la moitié de ces étrangers ont fait des études supérieures et leur nombre est allé croissant ces dernières années, ce qui pourrait être lié à l’afflux d’investissements internationaux directs dans l’économie brésilienne durant la dernière décennie.

Internationalisation de l’enseignement supérieur et scientifique

31En ce qui concerne l’internationalisation de l’enseignement supérieur, on observe au Brésil un paradoxe intéressant. D’un côté, ses institutions sont très repliées sur elles-mêmes, comptent peu d’étrangers parmi leurs étudiants et leurs universitaires et n’utilisent que le portugais comme langue de travail. D’un autre côté, nombre d’éminents chercheurs et professeurs des programmes de deuxième et troisième cycles ont été formés à l’étranger où ils gardent des contacts ; ils publient dans des revues internationales.

32Alors que l’ancienne génération des chercheurs brésiliens venait d’Europe et avait étudié là-bas ou aux États-Unis, aujourd’hui la plupart des docteurs ont obtenu leur diplôme dans des universités brésiliennes. On ne dispose pas d’information sur le lieu où les docteurs qui travaillent ou enseignent au Brésil ont obtenu leur doctorat. Toutefois, une enquête sur le professorat effectuée en 2007 et s’intéressant surtout aux institutions ayant un fort potentiel de recherche (Balbachevsky & Schwartzman 2010) a conclu que 17,3 % des docteurs avaient obtenu leur diplôme à l’étranger, essentiellement aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne, pays avec lesquels le Brésil a des programmes de coopération universitaire de longue date (cf. tableau no 7).

Tableau no 7 – Professeurs brésiliens : pays d’obtention du doctorat, par type d’institution

 

Instituts de recherche publics [%]

Universités de recherche publiques [%]

Universités de recherche régionales [%]

Institutions d'élite privées [%]

Institutions de masse privées [%]

Total [%]

Brésil

69,4

79,5

86,2

83,3

85,5

82,7

États-Unis

8,2

5,8

2,6

3,8

0

3,4

Royaume-Uni

10,2

5,8

0,5

3

0

2,9

France

2

2,1

2

3,8

0

1,9

Allemagne

2

1,6

1,5

0

1,2

1,2

Autres

4,1

2,6

3,6

3

6,6

4

Total

100

100

100

100

100

100

Nombre de personnes

49

190

196

132

166

733

Source : Données issues de l'enquête The Changing Academic Profession [Évolution des carrières universitaires] pour le Brésil, 2007.

  • 1 Une même personne peut cumuler plusieurs postes d’enseignement dans différents établissements.

33D’après des données de la Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (CAPES), l’agence du ministère de l’Éducation chargée de l’enseignement supérieur de deuxième et troisième cycle, le Brésil a délivré 105 000 doctorats entre 1998 et 2012 (Ministério de Ciência e Tecnologia e Inovação, tableau no 3.5.2). Le recensement de l’enseignement supérieur de 2012, réalisé par le ministère de l’Éducation, est arrivé à des résultats proches : 115 000 postes d’enseignants1 sont occupés par des titulaires de doctorats qui sont en quasi-totalité (98%) nés au Brésil. En tout, les étrangers ou Brésiliens naturalisés occupent 5 734 postes, soit 1,5 % du total. Ils viennent principalement de pays hispanophones et lusophones (en particulier d’Argentine, du Pérou, du Portugal, du Chili et de Cuba) et sont avantagés par la proximité linguistique ainsi que par la récente expansion du secteur de l’enseignement supérieur public au Brésil (cf. tableau no 8).

Tableau no 8 – Postes occupés par des professeurs étrangers et naturalisés au Brésil

Pays d'origine

Pays hispanophones et lusophones

3 069

Italie

227

Allemagne

194

États-Unis

155

France

148

Autres

783

Total

4 576

Situation

Naturalisés Brésiliens

1 630

Titulaires de doctorats

3 967

Faisant de la recherche

2 736

Travaillant dans des institutions publiques

3 734

Titulaires de contrats de travail à temps plein

2 889

Source : Données du ministère brésilien de l'Éducation, recensement de l'enseignement supérieur, 2012.

34Le Brésil compte encore relativement peu d’étudiants étrangers. Ils sont moins de 20 000 (cf. tableau n9). Étant donné que les universités publiques ne peuvent pas faire payer de frais d’inscription et qu’elles sont sous pression pour augmenter le nombre d’étudiants brésiliens qu’elles reçoivent, rien ne les incite à recruter et soutenir des étrangers. Quant aux institutions privées, la majorité mise sur les étudiants à faibles revenus et n’attire donc pas non plus ceux qui viendraient d’autres pays.

Tableau no 9 – Étudiants brésiliens et étrangers dans l’enseignement supérieur, 2010

Premier cycle

Programmes de master

Programmes doctoraux

Nombre total d'inscrits

6 197 318

Nombre total d'inscrits

177 471

Nombre total d'inscrits

77 762

Nombre total d'étrangers

15 949

Nombre total d'étrangers

2 051

Nombre total d'étrangers

1 757

dont :

dont :

dont : 

Portugal

1 350

Colombie

250

Colombie

192

Angola

1 314

Pérou

197

Pérou

183

Argentine

1 004

États-Unis

165

France

133

États-Unis

959

Argentine

155

Argentine

119

Cap-Vert

840

France

138

Italie

106

Source : IBGE, échantillon représentatif de la population de 2010 (micro-données).

35En outre, les universités brésiliennes sont mal placées dans les classements internationaux : seules deux ou trois d’entre elles y figurent et, de plus, pas parmi les cent meilleures (même si l’Université de São Paulo se situe invariablement en tête des institutions latino-américaines). Il n’existe pas de politique claire pour essayer d’inverser la tendance (Schwartzman 2007).

36Récemment, le gouvernement a décidé de créer une Université fédérale pour l’intégration latino-américaine (Universidade Federal da Integração Latino-Americana – UNILA) dans la région des chutes d’Iguaçu, à la frontière entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay, dans le but de stimuler la coopération brésilienne avec d’autres pays de la région. Il a également créé une Université pour l’intégration internationale de la lusophonie afro-brésilienne (Universidade da Integração Internacional da Lusofonia Afro-Brasileira – UNILAB) dans l’État du Ceará, dans le Nordeste. Ce sont là de très petites institutions qui manquent de personnel ; en 2011, elles totalisaient à elles deux moins de 1 000 étudiants et ont peu de chances de jouer un jour un rôle majeur. Le gouvernement distribue aussi quelques programmes de bourses pour les étudiants latino-américains et africains.

37Ces initiatives vont dans le sens d’une orientation politique plus générale du gouvernement brésilien qui vise à privilégier les liens avec les pays du « Tiers Monde » dans les relations internationales. Il est important d’établir avec eux des contacts reposant sur l’enseignement supérieur afin de partager des connaissances et des expériences, de développer des savoirs, des réseaux sociaux et de la technologie répondant aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Cependant, il est aussi crucial d’entretenir des connexions avec les universités les plus dynamiques et les plus riches en ressources du « Premier Monde », afin d’apprendre à tirer parti des meilleurs centres internationaux de sciences et technologies.

38Le Brésil n’accueille pas d’antennes d’universités étrangères sur son sol mais la législation permet à des établissements d’enseignement supérieur à but lucratif de coexister avec le secteur public et celui de la philanthropie. C’est ce qui a permis à des sociétés internationales telles que Laureate, University of Phoenix, DeVry Education entre autres, d’investir dans le marché brésilien de l’éducation, ainsi qu’à d’autres groupes nationaux et internationaux sans expérience préalable dans l’éducation de s’installer. Kroton Education, le plus grand des groupes privés dotés d’un capital ouvert en bourse, compte plus d’un million d’étudiants et est évalué à près de six milliards de dollars américains (Levy 2006 ; Geromel 2013). Aujourd’hui, 72 % des étudiants de l’enseignement supérieur sont inscrits dans des établissements privés. Un certain nombre de Brésiliens assiste avec méfiance à l’installation sur leur sol d’organisations internationales et de groupes d’investissement dans l’enseignement supérieur parce que, selon eux, l’éducation ne peut s’apparenter à du commerce et que les institutions internationales pourraient introduire des enseignements inappropriés ou incompatibles avec la culture brésilienne. Dans la pratique, toutefois, les groupes internationaux ont préféré acquérir des institutions existantes sans altérer les contenus d’enseignement qui doivent répondre aux exigences de la législation brésilienne et du ministère de l’Éducation, tout en introduisant de nouvelles pratiques de gestion et de comptabilité pour accroître leur efficacité et leur rentabilité. Ces grandes institutions sont en effet très différentes des universités traditionnelles avec leurs départements académiques puissants et autonomes, mais elles offrent des opportunités d’éducation à beaucoup de Brésiliens qui ne pourraient accéder au secteur d’enseignement public, plus sélectif et disposant de moins de places.

39En 2010, le gouvernement brésilien a lancé le programme « Sciences sans frontières », censé permettre à 100 000 Brésiliens d’aller étudier à l’étranger dans les quatre prochaines années afin d’internationaliser rapidement le secteur de la science, de la technologie et de l’innovation. Toutefois, si l’on y regarde de plus près (Castro et al 2012), on constate que la plupart des bourses ont été accordées à des étudiants tous cycles confondus pour passer une année universitaire hors du pays. Il y a eu aussi des bourses doctorales et postdoctorales, des financements pour inviter des universitaires étrangers au Brésil, ce qui a représenté une augmentation, mais pas un changement significatif par rapport aux programmes antérieurs ou existant en parallèle. De plus, 25 % des bourses étaient financées et gérées par des entreprises privées pour des formations techniques à l’étranger, y compris pour de courtes périodes.

40L’une des difficultés auxquelles a dû faire face le programme a été le manque de candidats ayant le niveau suffisant en anglais ou en français pour aller dans les meilleures universités d’Europe ou des États-Unis, ce qui était l’une de ses ambitions. Les derniers chiffres publiés sur son site Internet (Portal Ciência Sem Fronteiras 2013) montrent que 825 étudiants ont reçu une aide pour leurs études doctorales, 3 700 pour une bourse doctorale dite « sandwich », 2 300 pour des post-doctorats et 15 000 pour des programmes « sandwich » de premier cycle, soit un total de 22 600. On ne dispose pas d’informations sur des bourses en vue de formations techniques ou pour des personnes venant au Brésil grâce au programme. Les pays préférés sont les États-Unis, l’Espagne, la France, le Canada, le Portugal et l’Allemagne.

Discussion et conclusion

41Certes, le nombre des immigrés, des émigrés et et des émigrés de retour a augmenté à nouveau au Brésil ces dernières années. De plus, cette dynamique a concerné des personnes hautement qualifiées. Toutefois, il ne s'agit là que d'une petite fraction des travailleurs, experts et directeurs présents dans les entreprises brésiliennes. Il y a peu de chances que le manque de main d’œuvre qualifiée soit résolu grâce à l’immigration dans un avenir proche, à moins d’un changement radical d’orientation. Cependant, il n’est pas inutile d’en apprendre plus sur qui sont ces migrants et sur ce qu’ils font.

42Nous nous sommes intéressés à deux raisons qui incitent les gens à quitter le pays ou à s’y installer : étudier et travailler. Ces raisons sont interconnectées et ne sont pas uniquement liées à des décisions personnelles. Elles dépendent aussi des politiques gouvernementales et des programmes institutionnels au Brésil.

43En ce qui concerne le rapport entre l’éducation et l’expérience professionnelle à l’étranger, nos données sur les immigrés aux États-Unis permettent de faire deux constats différents. Premièrement, les immigrés brésiliens aux États-Unis, diplômés de l’enseignement supérieur, parviennent rarement à trouver un travail compatible avec leur niveau d’éducation. L’expérience professionnelle acquise à l’étranger et leur nouveau réseau social ne leur apportent pas nécessairement d’avantages une fois qu’ils retournent chez eux (si ce n’est l’argent qu’ils ont éventuellement économisé), pas plus qu’ils ne leur servent à établir des contacts avec des réseaux mondiaux professionnels et entrepreneuriaux. Deuxièmement, les titulaires de diplômes universitaires au-delà du premier cycle ne restent pas à l’étranger en général mais, le cas échéant, ont tendance à occuper des postes d’expertise et de direction ; ils sont donc potentiellement bien placés pour acquérir des ressources, des connaissances, du capital et des relations susceptibles à leur tour de contribuer au développement économique et technologique s’ils se réinstallent au Brésil ou s’ils entretiennent simultanément des relations avec ce dernier.

44Les Brésiliens qui retournent dans leur pays sont également privilégiés par rapport au reste de la population. Ils occupent des postes de haut rang, ceux qui sont diplômés de l’enseignement supérieur sont issus des filières les plus prestigieuses et les mieux rémunérées, les titulaires de doctorats ont plus de chances de trouver du travail dans les universités brésiliennes les plus réputées et les plus axées sur la recherche. Il existe par conséquent de fortes incitations à rentrer au Brésil, en particulier pour les détenteurs de diplômes universitaires qui semblent jouir d’un meilleur statut (mais peut-être pas sur le plan financier) que, par exemple, aux États-Unis, en Europe ou au Japon.

45Aujourd’hui, le Brésil compte peu de personnes nées à l’étranger par rapport à la situation un siècle auparavant. Le taux d’emploi informel chez les immigrés est beaucoup plus élevé que pour la population globale, ce qui s’explique probablement par la politique restrictive sur l’emploi formel des étrangers. Ceux qui obtiennent un emploi formel sont relativement privilégiés, ce qui laisse supposer une politique d’immigration socialement stratifiée et, peut-être, un lien entre migrants hautement qualifiés, migrants des classes supérieures et installation d’entreprises étrangères au Brésil. Dans le domaine universitaire, les étudiants et professeurs étrangers viennent généralement de pays lusophones ou hispanophones. Les facteurs linguistiques et institutionnels semblent donc constituer un frein à l’aptitude du Brésil à « attirer des cerveaux » étrangers.

46Au début du XXe siècle, le Brésil, tout comme les États-Unis et l’Argentine, était une destination majeure des migrations internationales, les chercheurs et entrepreneurs étrangers ont contribué au développement des institutions d’enseignement et de recherche ainsi que des entreprises privées. Le Brésil, ayant rejoint les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale, s’est trouvé sous forte influence nord-américaine lors de la réorganisation de son économie et de ses institutions publiques. L’ouverture de son marché aux investisseurs étrangers a joué un rôle clé dans le développement économique du pays et la modernisation qui s’en est suivie.

47Pourtant, le Brésil n’est pas resté un acteur significatif dans la circulation internationale des informations, du savoir, des idées, des relations et des autres types de ressources. Son relatif isolement économique par rapport au reste du monde l’a peut-être protégé de la crise de la fin des années 1990 mais, à long terme et s’il reste déconnecté de ces circuits, il risque d’en payer le prix, tant économiquement que socialement.

48Bien que la circulation des personnes au départ et en direction du Brésil soit en augmentation ces dernières années, elle reste extrêmement faible au regard des chiffres plus anciens et, aussi, en comparaison avec les autres nations ayant un niveau de développement similaire. Le pays pourrait tirer profit d’une plus grande migration internationale, en particulier de celle des personnes hautement qualifiés, s’il permettait une participation accrue des étrangers au marché du travail formel. Les Brésiliens sont encore jeunes mais le taux de fécondité, d’environ 1,8 enfant par femme, est inférieur au taux de remplacement de la population. Le chômage est faible depuis de nombreuses années, en particulier pour les personnes éduquées. Du coup, une augmentation du taux d’immigration et l’autorisation donnée aux travailleurs immigrés de participer à l’économie formelle n’auraient pas d’incidence significative sur les perspectives professionnelles des Brésiliens éduqués, et permettraient peut-être, en même temps, de plus amples relations avec les réseaux internationaux professionnels et commerciaux. Par ailleurs, les lois existantes sur l’immigration sont obsolètes et encore marquées par les préjugés racistes et nationalistes soutenus par les gouvernements autoritaires des années 1930 aux années 1980 (Cook-Martín & FitzGerald 2010 ; Seyferth 1997).

49En dépit de leurs faiblesses, les principales institutions d’enseignement supérieur et écoles d’études avancées au Brésil figurent parmi les meilleures de la région. Le Brésil pourrait facilement devenir un pôle international pour des étudiants en provenance de toute l’Amérique latine et d’Afrique si ses grandes universités recevaient les incitations et le soutien nécessaires du gouvernement, et si elles pouvaient permettre à leurs étudiants et leurs enseignants de travailler en anglais ou en espagnol et non pas seulement en portugais. Les plus éminents universitaires brésiliens à l’étranger pourraient être incités à exercer dans les meilleures institutions publiques du Brésil si l’on accordait à celles-ci la possibilité d’offrir des salaires compétitifs sur le plan international et si l’on réduisait les barrières bureaucratiques pour attirer de nouveaux talents. L’argent dépensé aujourd’hui dans le programme « Science sans frontières », dont le coût est estimé à 500 millions de dollars pour 2014, pourrait être utilisé plus judicieusement si les étudiants n’étaient autorisés à partir à l’étranger avec le soutien public qu’à condition d’être admis dans des institutions de haute qualité pour des diplômes d’études avancées, si les institutions brésiliennes étaient dotées des ressources financières et techniques pour rapatrier ces étudiants et mettre à profit leurs compétences nouvellement acquises du mieux possible ou, encore, si elles établissaient et entretenaient des relations avec ceux qui choisissent de rester à l’étranger une fois leurs études achevées.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal, Ajay, Devesh Kapur, John McHale, & Alexander Oettl. 2011. « Brain Drain or Brain Bank? The Impact of Skilled Emigration on Poor-Country Innovation. » Journal of Urban Economics 69 (1): 43-55.

Andreazza, Maria Luiza & Sergio Odilon Nadalin. 2001. « The Context of Colonization in Southern Brazil and the Immigrant Family. » Brazilian Journal of Population Studies 2: 121-44.

Asian Development Bank. 2011. Asia 2050 – Realizing the Asian Century. Disponible sur : http://www.iopsweb.org/researchandworkingpapers/48263622.pdf. Consulté le 13 mars 2015.

Balbachevsky, Elizabeth. 2004. « Graduate Education: Emerging Challenges to a Successful Policy. » In The Challlenges of Education in Brazil, dirigé par Colin Brock & Simon Schwartzman, 209-28. Oxford: Symposium Books.

Balbachevsky, Elizabeth & Simon Schwartzman. 2010. « The Graduate Foundations of Research in Brazil. » Higher Education Forum (Research Institute for Higher Education, Hiroshima University) 7: 85-100, mars.

Barbosa Filho, Fernando de Holanda, & Samuel Pessoa. 2012. « Educação e Desenvolvimento No Brasil. » In Desenvolvimento Econômico: Uma Perspectiva Brasileira, dirigé par Fernando Veloso, Pedro Cavalcanti Ferreira, Fabio Giambiagi & Samuel Pessoa, chap. 7, 211-235. Rio de Janeiro: Editora Campus/Elsevier.

Barrow, Clyde W., Sylvie Didou-Aupetit, & John Mallea. 2003. Globalisation, Trade Liberalisation, and Higher Education in North America: The Emergence of a New Market under Nafta? Dordrecht/Boston/Londres: Kluwer Academic Publishers.

Boeri, Tito, Herbert Brücker & Frédéric Docquier. 2012. Brain Drain and Brain Gain: The Global Competition to Attract High-Skilled Migrants. Oxford: Oxford University Press.

Brandão, Ignácio de Loyola. 1996. Oficina de Sonhos – Américo Emílio Romi, Aventuras de Um Pioneiro. São Paulo: DB Artes Gráficas.

Brasil Diretoria Geral de Estatística. 1916. Annuario Estatistico do Brazil vol. 1 (1908-1912). Rio de Janeiro: Ministério da Agricultura, Indústria e Commércio.

Cardoso, Eliana. 1991. « From Inertia to Megainflation: Brazil in the 1980s. » Working Paper 3585. Cambridge (MA): National Bureau of Economic Research. Disponible sur : http://www.nber.org/papers/w3585.pdf. Consulté le 13 mars 2015.

Carney, Judith A. 2004. « “With Grains in Her Hair”: Rice in Colonial Brazil. » Slavery & Abolition 25 (1): 1-27.

Carney, Judith Ann. 2009. Black Rice: The African Origins of Rice Cultivation in the Americas. Harvard: Harvard University Press.

Carvalho, José Alberto Magno de & Marden Barbosa de Campos. 2006. « A Variação do Saldo Migratório Internacional do Brasil. » Estudos Avançados 20 (57): 55-58.

Carvalho, José Murilo de. 1982. « Political Elites and State Building: The Case of Nineteenth-Century Brazil. » Comparative Studies in Society and History 24 (3): 378-399, juillet.

Castro, Claudio de Moura, Hélio Barros, James Ito-Adler & Simon Schwartzman. 2012. « Cem Mil Bolsistas No Exterior. » Interesse Nacional: 25-36, avr.-juin.

Cook-Martín, David & David FitzGerald. 2010. « Liberalism and the Limits of Inclusion: Race and Immigration Law in the Americas, 1850-2000. » Journal of Interdisciplinary History 41 (1): 7-25.

Cueto, Marcos. 1994. Missionaries of Science: The Rockefeller Foundation and Latin America. Bloomington: Indiana University Press.

Dean, Warren. 1969. The Industrialization of São Paulo, 1880-1945. Latin American Monographs. Austin (TX): Institute of Latin American Studies/University of Texas Press.

Dean, Warren. 1974. Remittances of Italian Immigrants from Brazil, Argentina, Uruguay, and USA., 1884-1914. Occasional Papers n° 14. New York: New York University/Ibero-American Language and Area Center.

Edelson, S. Max. 2010. « Beyond “Black Rice”: Reconstructing Material and Cultural Contexts for Early Plantation Agriculture. » The American Historical Review 115 (1): 125-135.

Fausto, Boris. 1995. Imigração e Política em São Paulo. Série Imigração. São Paulo/São Carlos: IDESP/Editora Sumaré/Editora da UFSCar.

Fausto, Boris. 1997 Negócios e Ócios Histórias da Imigração. São Paulo: Companhia das Letras.

Fausto, Boris. 1999. Fazer a América: A Imigração em Massa para a América Latina. São Paulo: Edusp.

Filipović, Jovan, Srečko Devjak, & Goran Putnik. 2012. « Knowledge Based Economy: The Role of Expert Diaspora. » Panoeconomicus 59 (3): 369-386. Disponible sur : http://www.doiserbia.nb.rs/img/doi/1452-595X/2012/1452-595X1203369F.pdf. Consulté le 13 mars 2015.

Fishlow, Albert. 1972. « Origins and Consequences of Import Substitution in Brazil. » In International Economics and Development: Essays in Honor of Raul Prebisch, dirigé par Louis Eugenio Di Marco, 311-365. New York: Academic Press.

Friedberg, Rachel M. 2000. « You Can't Take It with You? Immigrant Assimilation and the Portability of Human Capital. » Journal of Labor Economics 18 (2): 221-251.

Gadelha, Paulo. 1998. « Conforming Strategies of Public Health Campaigns to Disease Specificity and National Contexts: Rockefeller Foundation's Early Campaigns against Hookworm and Malaria in Brazil. » Parassitologia 40 (1-2): 159-175.

García Guadilla, Carmen, Sylvie Didou & Carlos Marquis. 2002. « New Providers, Transnational Education and Accreditation of Higher Education in Latin America. » Communication présentée au First Global Forum on International Quality Assurance, Accreditation, and the Recognition of Qualifications in Higher Education « Globalization and Higher Education ». Paris: UNESCO – International Institute for Higher Education in Latin America (IESALC), manuscrit.

Geromel, Ricardo. 2013. « Brazil's Multi-Billion Dollar Education Industry: Shaping Futures, Changing Lives, and Minting Billionaires. » Forbes. Disponible sur : http://www.forbes.com/sites/ricardogeromel/2013/05/10/brazils-multi-billion-dollar-education-industry-shaping-futures-changing-lives-and-minting-billionaires/. Consulté le 7 mars 2014.

Glaser, William A. & G. Christopher Habers. 1974. « The Migration and Return of Professionals. » International Migration Review 8 (2): 227-244.

Glaser, William A. & G. Christopher Habers. 1978. The Brain Drain Emigration and Return Findings of a Unitar Multinational Comparative Survey of Professional Personnel of Developing Countries Who Study Abroad. Unitar Research Report n° 22. Oxford/New York: Pergamon Press.

Glick, Thomas. 1994. « The Rockefeller Foundation and the Emergence of Genetics in Brazil, 1943-1960. » In Missionaires of Science: The Rockefeller Foundation and Latin America, dirigé par Marcus Cueto, 149-164. Indianapolis: Indiana University Press.

Hidalgo, César A. & Ricardo Hausmann. 2009. « The Building Blocks of Economic Complexity. » Proceedings of the National Academy of Sciences 106 (26): 10570-10575.

Hirschman, Albert O. 1968. « The Political Economy of Import-Substituting Industrialization in Latin America. » The Quarterly Journal of Economics 82 (1): 1-32.

IBGE. 1956. Anuário Estatístico Do Brasil 1955 vol. 16. Rio de Janeiro: IBGE.

Institute of International Education. « Open Doors Data – International Students: Leading Places of Origin. » Institute of International Education. Disponible sur : http://www.iie.org/Research-and-Publications/Open-Doors/Data/International-Students/Leading-Places-of-Origin/2010-12. Consulté le 22 août 2013.

Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira. 2013. « Indicadores Financeiros Educacionais. » Brasil, Ministério da Educação. Disponible sur : http://portal.inep.gov.br/indicadores-financeiros-educacionais. Consulté le 22 août 2013.

Iredale, Robyn. 2001. « The Migration of Professionals: Theories and Typologies. » International migration 39 (5): 7-26.

Klein, Herbert S. 1969. « The Colored Freedmen in Brazilian Slave Society. » Journal of Social History 3 (1): 30-52.

Kloss, Heinz. 1971. « Language Rights of Immigrant Groups. » International migration review 5 (2): 250-268.

Lang, James. 1979. « Portuguese Brazil: The King's Plantation. » New York: Academic Press.

Leahy, Joe. 2013. « Doubts Cloud Brazil Outlook after Disappointing First Quarter. » Financial Times, 30 mai. Disponible sur : http://www.ft.com/cms/s/0/17534428-c85e-11e2-acc6-00144feab7de.html#axzz3UG1X9qDA. Consulté le 13 mars 2015.

Lesser, Jeffrey. 1994. « Immigration and Shifting Concepts of National Identity in Brazil During the Vargas Era. » Luso-Brazilian Review 31 (2): 23-44.

Leta, Jacqueline. 2012. « Brazilian Growth in the Mainstream Science: The Role of Human Resources and National Journals. » Journal of Scientometric Research 1 (1): 44-52.

Levy, Daniel C. 2006. « The Unanticipated Explosion: Private Higher Education’s Global Surge. » Comparative Education Review 50 (2): 217-240.

Luna, Francisco Vidal & Herbert S. Klein. 2003. Slavery and the Economy of São Paulo, 1750-1850. Stanford (CA): Stanford University Press.

Manchester, Alan Krebs. 1964. British Preeminence in Brazil: Its Rise and Decline; a Study in European Expansion. New York: Octagon Books.

Margolis, Maxine L. 2013. Goodbye, Brazil – Emigrés from the Land of Soccer and Samba. Madison: The University of Wisconsin Press.

Martins Filho, Amilcar Vianna, & Roberto B. Martins. 1983. « Slavery in a Nonexport Economy – Nineteenth Century Minas Gerais Revisited. » Hispanic American Historical Review 63 (3): 537-568.

Martins, José de Souza. 1967. Empresário e Empresa na biografia do Conde Matarazzo. Rio de Janeiro: Instituto de Ciências Sociais – UFRJ.

Massey, Douglas S., Joaquin Arango, Graeme Hugo, Ali Kouaouci, & Adela Pellegrino. 1999. Worlds in Motion: Understanding International Migration at the End of the Millennium. Oxford: Oxford University Press.

Ministério de Ciência Tecnologia e Inovação. « Indicadores Nacionais de Ciência Tecnologia e Inovação. » Site du ministère brésilien de la Science, de la technologie et de l’innovation : http://www.mct.gov.br. Consulté le 10 novembre 2014.

National Science Foundation. 2011. « Science and Engineering Doctorates: 2011. » National Science Foundation. Disponible sur : http://www.nsf.gov/statistics/sed/2011/data_table.cfm. Consulté le 22 août 2013.

O’Neill, Jim. 2001. « Building Better Global Economic Brics. » Global Economics Paper 66. Goldman Sachs. Disponible sur : http://www.goldmansachs.com/our-thinking/archive/archive-pdfs/build-better-brics.pdf. Consulté le 13 mars 2015.

Parreñas, Rhacel Salazar. 2000. « Migrant Filipina Domestic Workers and the International Division of Reproductive Labor. » Gender & Society 14 (4): 560-580.

Portal Ciência Sem Fronteiras. 2013. « Estatísticas e Indicadores. » http://www.cienciasemfronteiras.gov.br/web/csf/estatisticas-e-indicadores. Consulté le 2 août 2013.

Saxenian, Anna Lee. 2002. « Brain Circulation. How High-Skill Immigration Makes Everyone Better Off. » Brookings Review 20 (1): 28-31.

Schwartzman, Simon. 1991. A Space for Science: The Development of the Scientific Community in Brazil. University Park: Pennsylvania State University Press. [Éd. originale (1979) : Um espaço para a ciência: A formação da comunidade científica no Brasil. São Paulo: Companhia editora Nacional.]

Schwartzman, Simon. 2007. « Brazil’s Leading University: Between Intelligentsia, World Standards and Social Inclusion. » In World Class Worldwide: Transforming Research Universities in Asia and Latin America, dirigé par Phillip G. Altbach & Jorge Balán, 143-172. Baltimore : The Johns Hopkins University.

Seyferth, Giralda. 1997. « A Assimilação dos Imigrantes como Questão Nacional. » Mana 3 (1): 95-131.

United States Census Bureau. 2011. « The Foreign Born from Latin America and the Caribbean: 2010. » In American Community Survey Briefs. Washington, DC. Disponible sur : http://www.census.gov/prod/2011pubs/acsbr10-15.pdf. Consulté le 13 mars 2015.

Haut de page

Notes

1 Une même personne peut cumuler plusieurs postes d’enseignement dans différents établissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luisa Farah Schwartzman et Simon Schwartzman, « Migrations des personnes hautement qualifiées au Brésil. De l’isolement à l’insertion internationale ? », Brésil(s), 7 | 2015, 147-172.

Référence électronique

Luisa Farah Schwartzman et Simon Schwartzman, « Migrations des personnes hautement qualifiées au Brésil. De l’isolement à l’insertion internationale ? », Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1516 ; DOI : 10.4000/bresils.1516

Haut de page

Auteurs

Luisa Farah Schwartzman

Luisa Farah Schwartzman est professeur au département de sociologie de l’Université de Toronto.

Simon Schwartzman

Simon Schwartzman est chercheur à l’Institut d’études sur le travail et la société (IETS) à Rio de Janeiro.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals