Navigation – Plan du site
Varia

Du Statut de l’enfant et de l’adolescent aux « prisons dominées ». Dynamique de fonctionnement du système socio-éducatif d’internement

Do Estatuto da Criança e do Adolescente às « cadeias dominadas ». A dinâmica de funcionamento do sistema socioeducativo de internação
From the Child and Youth Statute to the Cadeias Dominadas. The Working Dynamics of the Socio-educational System of Internment
Fabio Mallart
Traduction de Marlène Monteiro
p. 211-227

Résumés

Ce texte repose sur une recherche ethnographique développée au sein de la Fundação Centro de Atendimento Socioeducativo ao Adolescente [Fondation Centre d’accueil socio-éducatif de l’adolescent – CASA]. Il porte sur la dynamique de fonctionnement du système socio-éducatif d’internement et prend comme point de départ la promulgation du Estatuto da Criança e do Adolescente [Statut de l’enfant et de l’adolescent – ECA]. Si l’on observe attentivement l’évolution de la réorganisation institutionnelle, on constate que le système socio-éducatif s’est progressivement aligné sur la dynamique de fonctionnement du système pénitentiaire de São Paulo, ce qui met en évidence l’existence d’un processus de symétrisation. La trajectoire de Pedro, qui constitue une sorte de fil conducteur, montre que dans certaines unités d’internement, connues sous le nom de « prisons dominées » (cadeias dominadas), les jeunes assument la responsabilité de la gestion des espaces institutionnels et agissent en fonction des directives du Primeiro Comando da Capital [Premier Commando de la capitale – PCC], principale organisation criminelle de São Paulo.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2013 ; approuvé en février 2014

Traduit du portugais

Texte intégral

1L’étude présentée ici s’appuie sur une recherche ethnographique menée dans une institution de contrôle social, la Fundação Centro de Atendimento Socioeducativo ao Adolescente – CASA [Fondation Centre d’accueil socio-éducatif de l’adolescent] qui a remplacé la Fundação Estadual do Bem-Estar do Menor – FEBEM/SP [Fondation de l’État pour le bien-être des mineurs/São Paulo]. Elle porte sur la dynamique de fonctionnement du système socio-éducatif d’internement et prend comme point de départ la promulgation du Statut de l’enfant et de l’adolescent (Estatuto da Criança e do Adolescente – ECA), loi no 8.069 du 13 juillet 1990. Pour comprendre l’instauration de ce dispositif juridico-politique, il faut la replacer dans le contexte des années 1980, période de grande mobilisation sociale, de mise en place de l’Assemblée nationale constituante et durant laquelle des secteurs de la société civile faisaient pression pour que soient inclus des amendements populaires dans la Constitution fédérale. Ainsi, je reviendrai dans un premier temps sur les événements qui ont marqué la scène politique brésilienne à cette époque, en soulignant le fait qu’avec la mise en place de l’ECA, l’action étatique allait passer, en théorie, d’une répression à une protection intégrale des enfants et des adolescents.

  • 1 Est considérée comme infraction toute conduite décrite comme crime ou comme susceptible d'entrainer (...)
  • 2 Entre 2004 et 2009, j’ai passé beaucoup de temps dans différentes unités d’internement de la Fondat (...)

2Si l’émergence de cette législation s’explique par le mouvement de démocratisation des années 1980, on observe néanmoins sur la durée que le système socio-éducatif d’internement destiné aux jeunes ayant commis des infractions1 s’est aligné sur la logique de fonctionnement du système pénitentiaire de São Paulo. Ceci démontre la similitude existant entre certains espaces d’internement de la Fondation CASA, connus sous le nom de « prisons dominées », et l’univers carcéral2. D’ailleurs, à regarder de plus près la dynamique de fonctionnement des différentes unités d’internement, on est en réalité loin, très loin des droits garantis par l’ECA.

3Tout d’abord, je précise qu’il s’agit d’ethnographier la dynamique institutionnelle à travers la trajectoire d’un informateur ayant été interné pendant trois ans. Je développerai pour cela quelques réflexions sur la façon dont je convoque la notion de trajectoire. Du point de vue de l’analyse utilisée, celle-ci constitue un dispositif de recherche qui sert en quelque sorte de guide descriptif. L’idée est donc de reconstruire le parcours d’un individu, ce qui permet d’éclairer la dynamique institutionnelle. C’est à travers les pratiques, les inflexions, les espaces et les temps qui font de cette trajectoire une expérience singulière, qu’il est possible d’appréhender le mode de fonctionnement des différents espaces d’internement. Ainsi, le fait de reconstruire le vécu d’une personne donnée revient à dépeindre « la multiplicité des espaces et des temps » dans lesquels un destin particulier suit son cours. En même temps, nous devons rester attentifs à l’intrication des relations à travers lesquelles le personnage lui-même se construit (Revel apud Telles 2006, 71). C’est ce dernier qui, tel un fil conducteur, nous indique la voie à suivre pour mettre l’institution en perspective : ses points de tension, ses configurations de pouvoir, ses pratiques punitives, etc.

4Ces observations s’apparentent à la perspective esquissée par Vera da Silva Telles. Dans son travail sur les transformations de fond qui, ces dernières décennies, ont redessiné le paysage urbain de São Paulo et reconfiguré la dynamique sociétale et les usages de la ville, elle opte pour une compréhension de ces changements sur la base des trajectoires urbaines d’individus et de leurs familles. Selon ses propres termes (2006, 85), ces dernières « fonctionnent comme des prismes à travers lesquels la vie urbaine prend forme dans ses différentes inflexions ». D’après Telles, suivre le parcours des citadins permet de mettre en perspective les reconfigurations de mondes sociaux. Il s’agit donc d’élaborer une description de la ville qui suit les traces de ces trajectoires urbaines.

5Au vu de ces considérations, je m’attacherai à trois dimensions dans ce texte : le contexte politique de la fin des années 1980, le milieu institutionnel et la trajectoire de Pedro (nom d’emprunt). En d’autres termes, ce travail consiste à tenter d’articuler le cheminement d’une personne avec la dynamique institutionnelle, en mettant l’accent sur quelques événements qui ont marqué la scène politique au Brésil pendant les années 1980. Ainsi, c’est dans l’histoire de Pedro que je reconstitue dans ces pages que la disparité entre les résolutions de l’ECA et les pratiques institutionnelles, entre autres questions, apparaîtra comme évidente.

Trajectoire de Pedro et réorganisation politico-institutionnelle du pays

  • 3 « Art. 227 – Il est du devoir de la famille, de la société et de l’État de garantir à l’enfant et à (...)
  • 4 Je fais ici référence aux documents suivants : Déclaration des droits de l’enfant (1959), Conventio (...)

6Aîné des garçons d’une famille de cinq enfants, Pedro est né à Salto, municipalité de l’intérieur de l’État de São Paulo. Nous sommes à la fin des années 1980, période marquée par la mobilisation des mouvements sociaux, la mise en place de l’Assemblée nationale constituante, les manifestations populaires ainsi que par de nombreux débats entre militants, juristes, parlementaires et autres membres de la société civile. Tout au long de ces années, le pays a connu une grande effervescence politique dont la Constitution fédérale de 1988 constitue un aboutissement. C’est dans cette atmosphère de démocratisation qu’est créé en 1990 le Statut de l’enfant et de l’adolescent (ECA) se présentant comme une législation spécifique appliquée à cette tranche d’âge. L’ECA est en quelque sorte une ramification de la dernière Constitution fédérale dans la mesure où il réaffirme des dispositions déjà stipulées dans l’article 227 de ce texte (Cardarello & Fonseca 2009)3. Il est important de souligner que le nouveau statut, en harmonie avec les directives établies par l’Organisation des Nations Unies4, proclame l’enfant et l’adolescent comme des sujets de droit et insiste sur la nécessité d’une protection intégrale.

  • 5 Le Code des mineurs a été institué en 1979 par la loi n° 6.697. Cette législation rend explicite la (...)
  • 6 Dans le cadre de cette loi, est défini comme enfant toute personne de moins de douze ans et comme a (...)
  • 7 Pour une analyse du fonctionnement des juridictions spéciales de l’enfance et de la jeunesse de São (...)

7Avec la nouvelle législation, on constate une série de modifications dans les modes de désignation utilisés par l’ancien Code des mineurs5. D’ailleurs, l’ECA impose un nouveau lexique. Le terme « mineur », lourd de présupposés, est le premier à disparaître, surtout parce qu’il « réduisait l’enfant pauvre à une catégorie juridique pénale » (Cardarello & Fonseca 2009, 228). Il a été remplacé par « enfant et adolescent6 ». De la même manière, les deux catégories « adolescent auteur d’une infraction » et « adolescent en conflit avec la loi » remplaceront l’expression « mineur en infraction ». Quant aux « mineurs dans le besoin », ils sont à présent qualifiés d’« enfants et adolescents en situation de vulnérabilité sociale ». De plus, le tribunal pour mineurs cède la place aux juridictions spéciales pour l’enfance et la jeunesse (Varas Especiais da Infância e Juventude – VEIJ), instances spécialisées dans lesquelles est évaluée la culpabilité des jeunes soupçonnés d’être auteurs d’infractions. Ceux qui commettent des crimes, parce qu’ils ne sont pas considérés comme responsables de leurs actes pénalement, ne sont pas condamnés mais sont soumis à des mesures socio-éducatives7.

8Les espaces d’internement, autrefois appelés Unités d’éducation (Unidades Educationais – UEs) sont aujourd’hui connus sous le nom d’Unités d’internement (Unidades de Internação – UI). Avec l’instauration de l’ECA, ces structures marquent la fin de l’accueil des enfants abandonnés qui avaient constitué la principale clientèle de l’institution au cours des années 1970-80.

En ce qui concerne l’accueil des enfants abandonnés, les unités de la Febem seraient remplacées par des programmes décentralisés d’« accueil en milieu ouvert », dans des maisons louées dans plusieurs lieux de la ville, pour des garçons et des filles vivant dans la rue et nécessitant une adoption, une orientation, une scolarisation ou du travail. (Passetti 2007, 364-365)

  • 8 À propos des mesures de protection, l’art. 101 précise : « […] l’autorité compétente pourra détermi (...)
  • 9 « Art.112. Une fois avéré l’acte d’infraction, l’autorité compétente pourra appliquer à l’adolescen (...)

9Ainsi, l’espace institutionnel est alors occupé uniquement par des adolescents ayant commis des infractions. On constate donc une sorte de division dans ce système d’accueil. Si avant la promulgation de l’ECA, il n’était pas rare de trouver des jeunes abandonnés et des délinquants dans le même espace institutionnel, le nouveau statut établit une nette distinction entre ceux qui nécessitent des mesures de protection8 et ceux qui sont soumis à des mesure socio-éducatives parce qu’ils ont commis des délits9. La pratique nous montre une claire tentative de séparer les orphelins et enfants abandonnés qui requièrent aide et protection, de ceux qui sont considérés comme « dangereux » et qui représentent donc une véritable menace pour la société. Pour ces derniers, la mesure socio-éducative d’internement à caractère punitif et carcéral qui privilégie l’enfermement apparaît comme plus adéquate dans la mesure où il est nécessaire de les isoler de l’environnement social.

10Le mode de gestion des politiques publiques dans le domaine de l’enfance et l’adolescence a également subi des changements. En plus de rétablir la démocratie et l’État de droit, de promouvoir de nouveaux droits sociaux, la Constitution fédérale prévoit une série de modifications de la gestion des politiques publiques, parmi lesquelles « la participation active de la société civile dans la formulation et le contrôle social de ces politiques » (Oliveira 2004, 107). De fait, le tournant des années 1990 a été marqué par la redéfinition des rapports établis entre l’État et la société civile, dans le sens où l’antagonisme qui avait caractérisé cette relation dans les décennies précédentes a fait place à la possibilité d’une action conjointe pour plus de démocratie (Dagnino 2004).

11Dans un tel contexte, propice à la création de divers espaces de participation et de délibération, les mouvements de lutte pour la défense des enfants et des adolescents ayant fait pression en faveur de l’ECA à la fin des années 1980, ont exigé de participer à l’élaboration, à la mise en œuvre et au contrôle des politiques publiques touchant au domaine de l’enfance (Feltran 2008). L’ECA, élaboré suivant les principes de la participation sociale et de la décentralisation déjà prévues par la Constitution fédérale de 1988, a instauré une série de mécanismes de cogestion qui articulent les instances gouvernementales avec les représentants de la société civile.

Parmi les principaux mécanismes de mise en œuvre des politiques liées à l’enfance et à l’adolescence, le Statut de l’enfant et de l’adolescent a institué des conseils de défense et des conseils de tutelle. Les premiers se concentrent sur la formulation, la gestion et le contrôle des politiques concernant les enfants et les adolescents, et les seconds sur l’accueil quotidien des victimes du non-respect des droits garantis par le Statut. (Heringer 1992, 61)

  • 10 Les budgets participatifs « sont des processus de discussion publique sur le budget municipal, dans (...)

12Avec le réagencement politico-institutionnel du pays, l’entrée en jeu de la société civile par l’intermédiaire de mécanismes distincts de démocratie participative dont les budgets participatifs10, apparaît comme un élément central du nouveau projet politique de démocratisation. Ainsi, avec la promulgation de l’ECA, les politiques publiques portant sur le domaine de l’enfance peuvent compter avec la collaboration de plusieurs types d’acteurs sociaux, tous impliqués dans la garantie des droits de ce public spécifique.

13À cette époque, l’État cherchait également à s’adapter au modèle néo-libéral engendré par le Consensus de Washington. En ce sens, cela correspond aussi à l’émergence « d’un projet d’État minimal qui se soustrait progressivement à son rôle de garant des droits, à travers la réduction de ses responsabilités sociales et le transfert de ces dernières vers la société civile » (Dagnino 2004, 96).

14D’ailleurs, l’ECA reconfigure le rôle de l’État vis-à-vis des politiques sociales, dans la mesure où ce dernier « continue d’orienter et de superviser les initiatives, mais réduit son action dans le domaine de l’accueil, ce qui facilite l’apparition à grande échelle d’organisations non-gouvernementales » (Passetti 2007, 366). Bien que les ONG s’attachent en priorité à l’accueil des enfants abandonnés qui, depuis l’entrée en vigueur de l’ECA, ne sont plus pris en charge sous le régime d’internement, ces organisation privées se disputent également les financements publics destinés aux adolescents ayant commis ce que l’on appelle des infractions.

15Si le scénario était optimiste au début des années 1990, surtout du point de vue des mouvements de lutte pour la défense des enfants et des adolescents, dans la mesure où la ratification de l’ECA constituait une conquête fondamentale dans leur combat, cette période a été pour Pedro la plus douloureuse de sa vie. À vrai dire, c’est à cette époque que remonte son premier contact avec les forces de police. L’exécution de son oncle maternel, alors que l’enfant avait à peine cinq ans, lui a laissé de douloureux souvenirs.

  • 11 Littéralement, biqueira signifie pointe, extrémité, bout (Ndt).
  • 12 Entretien avec Pedro, 2010.

Mon oncle tenait une biqueira [point de vente de drogue]11. Voir ton oncle se faire descendre par trois coups de feu dans la tête par la police, c’est difficile. Ils sont entrés chez lui, il était condamné à mort. Ils sont entrés et ils ont dit : on veut rien, juste Dai. Dai, c’était son surnom. Alors ils ont dit : mets-toi à genoux parce que ton heure est venue. Et là, ils lui ont tiré trois fois dans la tête. Après ça, on est parti12.

16Après l’assassinat de Dai, Pedro et sa mère, déjà séparée du père de l’enfant parce qu’il les battait, se sont installés à Indaiatuba, dans la région métropolitaine de Campinas. Durant cette période, marquée par les difficultés financières auxquelles était confrontée la famille, la mort de l’oncle maternel était le sujet de conversation favori de Pedro avec ses nouveaux amis. À l’époque, l’enfant avait onze ou douze ans et passait son temps à la bibliothèque, à faire des graffiti sur les murs et à chaparder.

  • 13 Ibidem.

J’ai toujours voulu ce que je ne pouvais pas avoir. Alors c’est comme ça que j’ai commencé à prendre un lecteur de CDs, une chose ici, une chose là, et un cercle d’amis a commencé à se former. C’est là que j’ai commencé à me faire une réputation dans la ville et cette réputation me rapportait13.

  • 14 Le PCC (Primeiro Comando da Capital) est la principale faction criminelle en activité à l’intérieur (...)

17Avec ses camarades de classe, Pedro commet ses premiers délits, poussé par la convoitise de certains objets de consommation, comme les vêtements et les téléphones portables. Avec le temps, les larcins deviennent une habitude. Au début des années 2000, ces actes se multiplient, toujours plus risqués et plus dangereux. La bande d’amis, également connue sous le nom des Caras da APP [gars de l’APP] à cause de l’école publique Antônio de Pádua Prado, commence à « se faire un nom dans la ville ». Les agressions répétées, en même temps qu’elles suscitent l’attention de la police, favorisent le contact avec des criminels plus expérimentés. Le rapprochement avec ces deniers qui appartiennent au Premier Commando de la capitale14 leur donne non seulement accès à des armes à feu, mais leur permet aussi de participer à des activités plus rentables.

  • 15 Entretien avec Pedro, 2010.

C’est là qu’ils m’ont refilé l’attaque de l’atelier. Ils disaient qu’il y avait 40 mille reais. Le mec était peintre, il venait d’arriver de France. Et il avait une employée domestique qui travaillait pour lui, qui consommait un peu [de la drogue] et traînait avec nous. Elle a dit : le patron m’a virée, il m’a pas payée et je veux mon argent. Elle est allée là-bas, s’est expliquée, et les mecs ont dit : nous on y va pas. J’ai dit : alors moi j’y vais15.

  • 16 Les expressions employées par Pedro ou les autres internes sont données entre guillemets dans le te (...)

18En novembre 2004, Pedro part pour sa « mission16 ». La cible est une villa située à Indaiatuba, dans laquelle se trouve aussi un atelier. C’est alors que les armes, qui ne faisaient jusque-là pas partie de l’histoire du jeune, entrent en scène. Arrive ensuite la victime.

  • 17 Entretien avec Pedro, 2010.

Il a ouvert le portail. J’ai maîtrisé le type. Alors on est entré et on a parlé : où est l’argent ? (Victime) : il n’y en a pas. Alors mon partenaire et moi, on a trouvé une mallette. Et là, il a pris peur, on a commencé à se battre et l’autre est parti (le complice de Pedro l’abandonne). C’est là que je lui ai donné quelques coups de couteau. Parce que la victime m’a désarmé et l’autre est parti. Alors j’ai pris la mallette, mais dans l’affolement, j’ai couru dans la rue et quatre pâtés de maisons plus loin, il y avait une brigade de police. C’est là qu’ils m’ont pris17.

  • 18 Le jeune aurait pu attendre son transfert pour l’Unité d’accueil initial dans un poste de police or (...)

19Pedro est conduit au poste de police. L’acte des adolescents ne pouvait avoir de pires conséquences. En attaquant sa victime à coups de couteau, le jeune a aggravé sa situation. Ce qui était censé être un cambriolage au départ, est devenu une tentative de vol à main armée. Ses activités avec les « gars de l’APP » s’arrêtent là. Après avoir passé vingt-et-un jours en cellule, procédure illégale puisque les jeunes appréhendés par la police ne peuvent rester au poste de police plus de cinq jours, Pedro est envoyé à la FEBEM/SP, plus précisément à l’Unité d’accueil initial (Unidade de Atendimento Inicial – UAI), porte d’entrée de l’institution18.

20Dès son entrée à l’UAI, le gardien chargé de recevoir le nouvel arrivant lui explique le mode de fonctionnement de cet espace d’internement : « Qui commande ici, c’est nous ! ». Pedro apprend le sens de ces mots jusque dans sa chair : « Je me suis tout de suite pris une baffe en pleine figure ». L’adolescent subit la procédure d’accueil initial. Il remet ses objets personnels aux employés pour qu’ils soient conservés. Ses vêtements sont remplacés par l’uniforme. La coupe de cheveux personnalisée fait place à un crâne rasé. Les règles du lieu sont vite transmises : « S’il vous plaît Monsieur, s’il vous plaît Madame, tête baissée et mains derrière le dos. »

  • 19 Abréviation argotique de funcionário, littéralement fonctionnaire, c’est-à-dire, en l’occurrence, l (...)

21L’UAI, ainsi que toutes les unités du complexe Brás, est connue des internes et des gardiens comme un espace d’internement sous le contrôle des agents institutionnels, c’est-à-dire comme une unité « aux mains des matons » (funça19). Dans ces lieux, contrairement à ce qui se produit dans les « prisons dominées », les internes sont obligés de participer à des activités scolaires ainsi qu’à des cours de formation professionnelle. Ils dorment, se réveillent, se lavent, s’alimentent et fument leurs cigarettes selon les horaires stipulés par les autorités. Ils marchent les mains derrière le dos et la tête toujours baissée. La formation en rangs est une procédure de routine. Ceux qui se rebellent contre les rangs et les horaires rigides définis par le personnel subissent des punitions diverses qui vont des nombreuses réprimandes verbales aux coups gratuits.

22En règle générale, on peut dire que les différentes unités d’internement sont divisées en « unités aux mains des matons » et « unités dominées ». Si dans le premier cas, le personnel détient le contrôle total de l’espace institutionnel, dans les « prisons dominées », comme nous le verrons plus loin, les adolescents sont les principaux responsables de la gestion de l’espace d’internement, ce qui entraîne évidemment de nombreuses confrontations entre internes et personnel.

23Même si l’expérience a été très douloureuse, Pedro n’a passé que trois jours à l’Unité d’accueil initial. Il a ensuite été transféré vers une Unité d’internement provisoire (Unidade de Internação Provisória – UIP), institution dans laquelle les adolescents attendent l’issue de la sentence judiciaire. En principe, les jeunes qui sont envoyés dans les UIP ne doivent pas y rester plus de quarante-cinq jours, mais ce délai n’est pas toujours respecté. Par exemple, Pedro a passé quatre-vingt-dix jours à l’UIP-6, le double de la durée maximale autorisée par l’ECA (art. 108).

  • 20 C’est à São Paulo que se concentrent 34 % des adolescents se trouvant en régime de milieu fermé au (...)

24Durant les premiers mois de 2005, il a été décidé que l’adolescent devrait se plier à une mesure socio-éducative d’internement. Pedro a été informé qu’il serait transféré vers l’Unité d’internement 1 (UI-1), située dans le complexe de Tatuapé, dans la zone est de la ville de São Paulo20.

25Il faut souligner qu’à la même époque, on constate une augmentation du nombre d’employés du système carcéral travaillant dans les espaces d’internement pour adolescents. La nomination, en juin 2005, de Berenice Gianella à la présidence de l’institution après qu’elle ait occupé les postes de contrôleuse générale des prisons et de secrétaire adjointe du Secrétariat d’administration pénitentiaire (Secretaria de Administração Penitenciária – SAP) et le fait que des agents du système carcéral assument la direction d’unités d’internement de la FEBEM/SP dénotent le glissement de l’institution vers la dynamique du système pénitentiaire.

26Par ailleurs, Geraldo Alckmin, gouverneur de São Paulo, annonçait le 18 mars 2005 le transfert de plus de 700 adolescents de différentes unités d’internement pénitentiaire dans une prison située à l’intérieur de l’État de São Paulo. Le 14 mars, 240 internes du complexe de Franco da Rocha avaient déjà été transférés dans une prison de haute sécurité à Taubaté. De telles mesures auraient été adoptées pour contrôler la crise que connaissait l’institution qui souffrait à l’époque de rébellions répétées (Penteado 2005). Ces événements montrent à quel point l’État lui-même viole le règlement de l’ECA qui, rappelons-le, prévoit dans son art. 123 que : « l’internement devra être effectué dans un établissement exclusivement destiné aux adolescents [...] ». Face à de telles mesures, il n’est pas exagéré d’affirmer que ces actions constituent en quelque sorte un abaissement informel de l’âge de la majorité pénale.

27D’ailleurs, le système socio-éducatif d’internement s’aligne peu à peu sur la dynamique de fonctionnement des prisons de São Paulo. Cependant, il ne faut pas entendre ce processus de symétrisation du point de vue des actions de l’État uniquement. Comme nous le verrons plus loin, les adolescents de certaines unités d’internement, connues sous le nom de « prisons dominées », ont des contacts avec les prisons institutionnelles réparties dans tout l’État, ainsi qu’avec les territoires urbains gérés par les membres du PCC qui orientent leurs actions en fonction des principes et directives de cette faction criminelle.

UI-1 : la porte d’entrée des « prisons dominées »

  • 21 Entretien avec Pedro, 2010. À l’époque où Pedro a été interné dans le complexe de Tatuapé, il y ava (...)

Quand je suis arrivé là-bas, c’est d’abord un gardien qui a discuté avec moi. Après, quand tu entres dans l’unité, arrivent les nettoyeurs (faxinas), on te pose des questions sur ton parcours [historique du nouvel arrivant] et on commence à t’expliquer : ici, la prison est au PCC. Ça fonctionne comme ça : respect pour celui qui te respecte. On est contre l’oppression et tu vas faire comme ça ici, t’auras ta chambre et aussi : pas le droit de chourer (ratear [voler quelque chose à un autre interne]). Si t’as besoin de quelque chose, t’en parles aux nettoyeurs, pas aux gardiens21.

  • 22 Les seguros [sûretés] sont des espaces maintenus hors des unités d’internement. En même temps, cett (...)

28En arrivant dans la cour de l’Unité d’internement 1, Pedro a ses premiers contacts avec les « nettoyeurs ». Il reçoit rapidement quelques indications sur le fonctionnement de la « prison ». Dans les « unités dominées », il est courant que les « nettoyeurs » suivent cette procédure. En outre, ils cherchent toujours à obtenir des informations sur l’histoire du nouvel arrivant. De cette manière, les adolescents indésirables, également connus sous le nom de « vers » (vermes), sont envoyés à la sûreté (seguro)22. En évaluant la trajectoire des nouveaux venus, les « nettoyeurs » sélectionnent aussi ceux qui, avec le temps, feront partie des leaders.

  • 23 Les internes adoptent une sorte de système de classification des crimes commis. Les délits tels que (...)
  • 24 Pour mes interlocuteurs, le PCC est également connu sous le nom de Comando e Partido [commando et p (...)

29D’ailleurs, la connaissance du mode opératoire du PCC, le crime commis23 et les contacts établis par les jeunes apparaissent comme des éléments centraux pour ce qui est de l’histoire du futur « discipline ». Dans le cas de Pedro, par exemple, je rappelle que l’adolescent appartenait à un groupe de délinquants qui, comme nous l’avons vu, incluait des membres du commando24. Du coup, il est évident que le jeune connaissait déjà les directives du PCC avant même son admission à l’UI-1. De plus, il entretenait des relations avec les membres du « parti ». Si nécessaire, il pouvait entrer en contact avec ses « partenaires ». Comme le suggère Pedro, l’adolescent de la « population » qui possède de tels contacts « gagne un point en plus ». À travers cette réflexion, je ne prétends pas suggérer que le processus de constitution du « discipline » prend uniquement en considération son passé. En fait, il y a tout un système interne d’apprentissage. Tout en recevant des instructions, le « discipline » potentiel est évalué en permanence par les leaders.

30Au bout d’un mois de test, Pedro reçoit une « invitation » pour entrer dans le groupe des leaders et devenir « secteur du ménage ». Les jeunes qui occupent ce poste sont responsables de l’entretien de toute l’unité, à l’exception des chambres dont se chargent leurs occupants respectifs et du réfectoire réservé aux « secteurs de la bouffe » qui distribue en outre la nourriture à tous les adolescents. Quant aux « secteurs du sport », ils organisent les championnats de football et les tournois de dominos. Ils regroupent les adolescents qui fréquentent l’école ainsi que les jeunes qui suivent les cours de formation professionnelle dispensés par les ONG.

31En 2005, en milieu d’année, pendant une rébellion ayant impliqué des internes de dix-huit unités d’internement du quartier de Tatuapé, le rôle qu’a joué Pedro en affrontant les fonctionnaires et la police à coup de bâtons et de pierres, a montré aux leaders de l’UI-1 qu’ils avaient eu raison de faire appel à lui pour composer le groupe des « disciplines ». La nouvelle selon laquelle les jeunes de l’Unité d’internement 7 avaient été agressés par les gardiens s’est répandue dans tout le complexe. Étant donnés les événements, les leaders de certains espaces d’internement se sont mis en contact et il a finalement été décidé que les camarades ne pouvaient pas continuer à prendre des coups. Dans ce contexte, il fallait réagir sans la moindre hésitation. Pour cela, il était nécessaire de consulter les membres du PCC :

  • 25 Entretien avec Pedro, 2010.

Ça sert à rien, il faut qu’il y ait quelqu’un de plus structuré et avec plus de pouvoir pour examiner ses idées. C’est là qu’ils ont expliqué aux gars ce qui se passait là-bas dans l’UI-7 et ils ont dit : tu veux renverser ce bordel, tu peux le renverser [en d’autres termes, organiser une rébellion]25.

32Après avoir obtenu l’autorisation des membres du Commando, qui transmettent les ordres depuis le système pénitentiaire ou même depuis quelques régions périphériques situées à São Paulo, les jeunes de chaque espace d’internement se sont engagés dans l’affrontement. Le complexe du quartier de Tatuapé, qui comptait à l’époque plus de 1 600 adolescents répartis sur dix-huit unités d’internement, s’est transformé en un espace totalement « dominé ». Les membres du personnel institutionnel, en particulier les auteurs des agressions, ont dû se résoudre à prendre la fuite.

  • 26 Pour se faire une idée des innombrables problèmes gérés par la direction institutionnelle du comple (...)

33Face à la succession d’évasions et de rébellions qui faisaient partie de la routine de ce lieu, le gouvernement de l’État de São Paulo a annoncé le plan de démantèlement progressif du complexe de Tatuapé, achevé en 2007. Pour Pedro, cela a été la fin d’une étape, un changement qui lui a offert de nouvelles opportunités de mobilité dans la hiérarchie26.

Complexe de Franco da Rocha : Pedro devient « nettoyeur »

  • 27 Entretien avec Pedro, 2010.

Après ce qui est arrivé à Tatuapé, on a été transférés à Franco da Rocha, dans l’unité d’internement 29. Tout de suite après notre arrivée, une direction s’est créée. J’ai commencé comme secteur du nettoyage. Le poste que t’avais dans ton unité allait être maintenu. Là, il y a eu une première direction, avec J., B., ces gars-là. Ils ont été leaders pendant une semaine et ils ont été transférés. Il y a eu une autre restructuration. Au bout d’un mois, je suis devenu nettoyeur27.

34Dans le cas de mon interlocuteur, le transfert de ses camarades lui offre une opportunité de changement. D’ailleurs, dans le contexte des « dominées », les directeurs recourent souvent à cette procédure. Malgré la conviction du personnel administratif selon laquelle cette méthode permettrait d’éradiquer la direction, il se produit le phénomène inverse. Après le transfert de certains « disciplines », ceux qui restent se réorganisent. Du coup, les agents institutionnels sont confrontés aux effets d’une hiérarchie dont les positions sont pérennes. Les acteurs sociaux ne font que passer, ils vont et viennent, mais les positions demeurent.

35Pedro devint donc « nettoyeur » de l’UI-29. En plus d’orienter les novices et d’instruire les futurs « disciplines », les « nettoyeurs », en vertu de leur position de médiateurs, fonctionnent comme un canal de communication entre les jeunes de la « population » et les agents institutionnels. Si un interne a besoin d’un crayon pour écrire à sa famille, il doit le demander au « nettoyeur » qui transmet à son tour la demande au gardien. Celui-ci, suivant le même procédé, remet le crayon au « nettoyeur » qui le donne enfin au jeune de la « population ». D’après les leaders, cette méthode permet non seulement d’éviter des conflits inutiles entre la « population » et les gardiens, mais limite aussi les risques de dénonciation de plans d’évasion. Dans la vie quotidienne de l’internement, on observe que les « nettoyeurs » sont sollicités en permanence, aussi bien par les internes que par le personnel. C’est pourquoi ce sont eux qui sont le plus visibles dans la « prison » et sont les premiers visés lorsqu’un transfert doit avoir lieu. Ces adolescents sont en quelque sorte le bras droit de ceux qui occupent le poste de « pilote de la prison ». Ces derniers sont chargés des négociations concernant une unité d’internement donnée. Ils traitent avec les directeurs pour les horaires d’ouverture et de fermeture des chambres, sollicitent des améliorations de l’infrastructure, des avantages pour les autres internes (vêtements, téléviseurs, etc.).

  • 28 Ibidem.

36Si les problèmes auxquels font face les adolescents affectent toutes les unités d’un même complexe, la responsabilité incombe alors au « pilote du complexe ». Bien qu’il demeure dans une « prison » spécifique, le « pilote du complexe » est responsable de la totalité de l’espace institutionnel. Lorsqu’il explique les relations entre le « pilote de la prison » et le « pilote du complexe », Pedro insiste sur le fait qu’à Tatuapé, « chaque unité avait son pilote de prison. C’était ce système de hiérarchie, il suivait les ordres du pilote du complexe28 ».

  • 29 Entretien avec « le pilote » de l’UI-29, complexe de Franco da Rocha, 2006.

37De fait, les adolescents reconnus comme « pilotes » sont associés à une position de prestige et de pouvoir au sein des « dominées ». En observant le déplacement de ces acteurs sociaux à travers l’espace institutionnel, on constate que les « pilotes » portent toujours des vêtements impeccables, contrairement aux « secteurs » qui sont chargés d’effectuer les activités manuelles au quotidien de l’internement telles que le nettoyage des sanitaires. Cela s’explique par le fait que, disent-ils, « nous, on se sert de notre tête29 ».

  • 30 « La loi nº 10 792, du 1er décembre 2003, a autorisé les administrateurs des prisons brésiliennes à (...)

38Après avoir été « nettoyeur » de l’UI-29 pendant plusieurs mois, durant le deuxième semestre de 2005 Pedro est à nouveau transféré. Il a tenté de s’évader, explique-t-il. Après cet échec, le jeune est envoyé avec trois autres « nettoyeurs » à l’Unité d’internement 1, dans le complexe de Vila Maria. Il se trouve qu’à l’époque du transfert de Pedro, cette institution était réservée aux leaders des grands complexes de l’institution. En d’autres termes, l’UI-1, surnommée le Parc des Monstres (Parque dos Monstros), abritait les « pilotes », « secteurs » et « nettoyeurs ». Dans cet espace d’internement, considéré comme un établissement de sécurité maximale, les internes étaient soumis à un ensemble de règles institutionnelles comparable à celui en vigueur dans des unités carcérales dans lesquelles les prisonniers purgent une partie de leur peine sous le Régime disciplinaire différencié (Regime Disciplinar Diferenciado – RDD)30.

  • 31 Entretien avec Pedro, 2010.

On était à peine arrivés qu’on s’est fait tabasser. Les gardiens ont dit : alors comme ça c’est vous les chefs ? Et là ils nous ont battus, à coup de poing, de matraque, avec les pieds. Le système là-bas, c’était comme ça : il y avait quatre internes par chambre. On avait droit à une heure seulement pour prendre l’air, quatre cigarettes par jour et on avait aussi des cours. C’est tout. Visite, une heure de visite. Tu restais là-bas trente jours31.

39Comme en d’autres occasions, certaines approches adoptées par la direction de l’établissement n’ont pas eu les effets escomptés. Elle pensait résoudre les problèmes auxquels le personnel est confronté en transférant une série de leaders actifs dans différentes « prisons dominées » de l’UI-1. Le fait d’en réunir autant dans un même espace d’internement, au lieu de les affaiblir, a au contraire contribué au processus de constitution de ce que les adolescents appellent la « tour » (torre).

  • 32 Ibidem.

La tour, c’est là d’où ça part [les directives pour les autres « dominées »]. C’est les gars qui ont le contact le plus proche avec [les membres du PCC]. Comme à Vila Maria, là, c’est le gars qui a fait dix passages qui se retrouve là-bas parce qu’ils ont nulle part ailleurs où le mettre32.

40Si l’on prête attention au récit de Pedro, on comprend que la « tour » abrite les internes ayant effectué plusieurs passages par l’institution. D’ailleurs, il s’agit d’un public plus expérimenté, des jeunes qui sont passés par plusieurs « prisons dominées » et qui, par conséquent, méritent la considération et le respect de leurs camarades qui font appel à la « tour » justement parce qu’ils reconnaissent en elle une position de prestige et d’autorité. En effet, les adolescents qui y sont internés ont non seulement plus d’expérience, mais ils sont en contact direct avec les membres du PCC. La « tour » est une référence pour les jeunes d’autres unités, et doit être entendue non seulement comme une position hiérarchique, dans la mesure où elle transmet des ordres aux « pilotes » d’autres « prisons », mais aussi comme un territoire spécifique.

41En ce qui concerne la trajectoire de Pedro, le passage par la « tour » a entraîné une nouvelle étape de formation. En recevant des instructions, le jeune devient un « voleur plus structuré » [expérimenté], c’est-à-dire qu’il acquiert une connaissance du mode opératoire du PCC. Il se renforce par rapport aux internes restés à l’UI-29. Comme nous pouvons le voir, le retour à l’unité signifie une nouvelle opportunité d’ascension dans la hiérarchie.

  • 33 Ibidem.

Tu reviens plus structuré. Tu commences à échanger des idées avec des mecs qui ont plus d’expérience, qui ont 4, 5, 6 passages. Tu reviens avec l’esprit plus clair. Je suis redevenu nettoyeur parce que je voulais. Parce que les gars voulaient que je prenne le poste de pilote33.

42Après son retour de l’UI-1, Pedro a retrouvé son poste de « nettoyeur », mais au bout de quelques jours, Pedro est devenu « pilote » de l’UI-29. Quelques mois plus tard, dans le courant de l’année 2006, il a été libéré. Lors de notre dernière rencontre, il était ému de se remémorer les situations décrites plus haut, tout comme le jour qui a marqué la fin de son internement. À ma grande surprise, malgré les souffrances causées par ce long séjour à la FEBEM/SP, il m’a raconté qu’après sa libération, il ressentait « une certaine nostalgie » pour la période où il avait été privé de liberté. Évidemment, ce sentiment n’était pas lié à l’institution et encore moins à ceux qui l’avaient agressé, mais plutôt aux camarades qui étaient à ses côtés et à la position de leader qu’il occupait.

  • 34 Ibidem.

Le jour où je suis sorti, les gars m’ont porté dans leurs bras. Ici dehors, j’en suis juste un de plus parmi d’autres, à l’intérieur, je dirigeais une prison. Tu sors et on dirait que t’es inutile, t’as pas cette position, t’as pas cette adrénaline, ça donne envie d’y retourner34.

43De fait, si l’on regarde de près la trajectoire de Pedro, on voit que la fin de la mesure socio-éducative a entraîné des changements significatifs. L’ancien groupe d’amis, « les gars de l’APP », s’est dissout. Beaucoup sont morts, d’autres sont en prison. De la même manière, les négociations répétées avec les agents institutionnels et l’excitation générée par ces confrontations appartiennent au passé. La possibilité de parler au nom du PCC n’est plus d’actualité. Cependant, certaines choses ne changent pas. Les angoisses familières persistent, tout comme l’impossibilité de poursuivre des études et l’insatisfaction dans le travail (Pedro empile des sacs de soja dans une entreprise qui emploie d’anciens repris de justice).

44L’adolescent a fait l’objet de mesures socio-éducatives dans une « prison », terme qui démontre en soi la logique punitive et carcérale qui sous-tend ces espaces d’internement et, plus encore, leur proximité avec le système pénitentiaire, question centrale de cet essai. Il ne faut dès lors pas s’étonner que « le seul travail qui s’inscrit à l’horizon du possible » (Wacquant 1993, 191) soit pour lui un emploi instable, précaire, avec un salaire dérisoire. Si dans les « prisons dominées » par lesquelles il est passé, Pedro a occupé des positions de prestige et de pouvoir, en dehors de celles-ci, son sentiment est qu’il est « juste un de plus parmi d’autres ». Face à un tel scénario, clairement anxiogène, nous pouvons peut-être mieux comprendre son « Ça donne envie d’y retourner ».

Haut de page

Bibliographie

Alvim, Maria Rosilene & Lícia do Prado Valladares. 1988. « Infância e Sociedade no Brasil: uma análise da literatura. » BIB – Boletim Informativo e Bibliográfico de Ciências Sociais 26: 3-37.

Brasil. Estatuto da Criança e do Adolescente (1990). 2008. São Paulo: Imprensa Oficial.

Brasil. Secretaria Especial dos Direitos Humanos. Subsecretaria de Promoção dos Direitos da Criança e do Adolescente. 2008. « Levantamento Nacional do Atendimento Socioeducativo ao Adolescente em Conflito com a Lei. » Disponible sur : http://www.promenino.org.br/portals/0/adolescentes%20em%20conflito%20com%20a%20lei/adolescentes_mse_2008.pdf. Consulté le 15 février 2015.

Brasil. Secretaria de Assuntos Legislativos do Ministério da Justiça. 2010. « Responsabilidade e garantias ao adolescente autor de ato infracional: uma proposta de revisão do ECA em seus 18 anos de vigência. » Rapport de recherche. Brasília/Salvador: Université fédéral du Bahia.

Cardarello, Andrea & Claudia Fonseca. 2009. « Direitos dos mais e menos humanos. » In Políticas de proteção à infância: um olhar antropológico, dirigé par Claudia Fonseca & Patrice Schuch, 219-251. Porto Alegre: Editora da UFRGS.

Cunha, Eleonora Schettini Martins. 2007. « O potencial de conselhos de políticas e orçamentos participativos para o aprofundamento democrático. » In Democracia, sociedade civil e participação, dirigé par Evelina Dagnino & Luciana Tatagiba, 25-44. Chapecó: Argos.

Dagnino, Evelina. 2004. « Sociedade civil, participação e cidadania: de que estamos falando ? » In Políticas de ciudadanía y sociedad civil en tiempos de globalización, dirigé par Daniel Mato, 95-110. Caracas: FACES/Universidad Central de Venezuela.

Feltran, Gabriel de Santis. 2008. « Fronteiras de tensão: um estudo sobre política e violência nas periferias de São Paulo. » Thèse de doctorat en sciences sociales. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Heringer, Rosana. 1992. « Movimentos de defesa da criança e do adolescente no Brasil. » In Os impasses da cidadania: infância e adolescência no Brasil, dirigé par Almir Pereira Júnior, Jaerson Lucas Bezerra & Rosana Heringer, 50-65. Rio de Janeiro: IBASE.

Marcílio, Maria Luiza. 2007. « A criminalidade Juvenil e as Políticas Públicas em São Paulo. » In O Cotidiano Infantil Violento: marginalidade e exclusão social, dirigé par Elza Dias Pacheco, 31-40. São Paulo: LAPIC/L’editora/FAPESP.

Marques, Adalton. 2009. « Crime, proceder, convívio-seguro: um experimento antropológico a partir de relações entre ladrões. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. São Paulo : Université de São Paulo.

Oliveira, Rosa Maria Fatima de Castro e. 2004. « A irregularidade de uma situação: a política da infância e da adolescência no Brasil. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Passetti, Edson. 2007. « Crianças carentes e políticas públicas. » In História das crianças no Brasil, dirigé par Mary del Priore, 347-375. São Paulo: Contexto.

Penteado, Gilmar. 2005. « Mais 700 internos da Febem vão para cadeia. » Folha de São Paulo, São Paulo, 18 mars. Disponible sur : http://www1.folha.uol.com.br/fsp/cotidian/ff1803200511.htm. Consulté le 17/04/2011.

Telles, Vera da Silva. 2006. « Trajetórias urbanas: fios de uma descrição da cidade. » In Nas tramas da cidade: trajetórias urbanas e seus territórios, dirigé par Vera da Silva Telles & Robert Cabanes, 69-116. São Paulo: Associação Editorial Humanitas/IRD.

Wacquant, Loïc J. D. 1993. « The zone : avec un hustler dans le ghetto noir américain. » In La Misère du monde, sous la direction de Pierre Bourdieu, 181-204. Paris : Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Est considérée comme infraction toute conduite décrite comme crime ou comme susceptible d'entrainer une contravention pénale (ECA, art.103).

2 Entre 2004 et 2009, j’ai passé beaucoup de temps dans différentes unités d’internement de la Fondation CASA. Au cours de cette période, durant laquelle j’animais des ateliers de photographie pour les internes, je me suis retrouvé dans certaines unités connues sous le nom de « prisons dominées » (cadeias dominadas), espaces institutionnels situés dans les complexes carcéraux de Franco da Rocha, Raposo Tavares, Tatuapé et Vila Maria. C’est là que j’ai pu observer les normes de conduite qui définissent l’expérience des adolescents. Ce sont des règles qui encadrent leur quotidien et qui vont des vêtements adéquats pour un jour de visite à la limitation des contacts entre jeunes et personnel, en passant par les différentiations entre les adolescents eux-mêmes. Ces prescriptions sont semblables à celles appliquées dans les prisons qui fonctionnent selon les directives du Premier Commando de la capitale (Primeiro Comando da Capital – PCC), faction criminelle qui opère à l’intérieur comme à l’extérieur du système carcéral.

3 « Art. 227 – Il est du devoir de la famille, de la société et de l’État de garantir à l’enfant et à l’adolescent, avec priorité absolue, le droit à la vie, à la santé, à l’alimentation, à l’éducation et au loisir, à la formation, à la culture, à la dignité, au respect, à la liberté, ainsi qu’à la convivialité familiale et communautaire, et, en outre, de les protéger contre toute forme de négligence, de discrimination, d’exploitation, de violence, de cruauté et d’oppression. »

4 Je fais ici référence aux documents suivants : Déclaration des droits de l’enfant (1959), Convention relative aux droits de l’enfant (1989) ; ensemble des règles minima des Nations Unies concernant l’administration de la justice pour mineurs (« Règles de Beijing », 1985) ; Principes directeurs des Nations Unies pour la prévention de la délinquance juvénile (1990) ; Règles des Nations Unies pour la protection des mineurs privés de liberté (1990). Voir Marcílio (2007).

5 Le Code des mineurs a été institué en 1979 par la loi n° 6.697. Cette législation rend explicite la stigmatisation des enfants pauvres en tant que délinquants potentiels, en les classant comme étant en « situation irrégulière » (Passetti 2007, 364). Il est important de rappeler que le Code de 1979 a été créé pour remplacer l’antérieur qui datait de 1927, législation qui, pour la première fois, rendait l’État responsable des enfants en situation d’abandon, ainsi que de la correction de comportements considérés comme délinquants. Sur le plan concret, on peut affirmer que les deux législations ont favorisé la pratique de l’internement des enfants et adolescents. De la même manière, bien que l’ECA recommande l’internement en ultime recours uniquement, cette mesure continue d’être largement adoptée. « Il [l’internement] apparaît dans 80 % des sentences proférées, […] ce qui entretient la mentalité incarcératrice. » (Passetti 2007, 371)

6 Dans le cadre de cette loi, est défini comme enfant toute personne de moins de douze ans et comme adolescent toute personne âgée de douze à dix-huit ans (ECA, art. 2). Sur la construction sociale du terme « mineur » et l’utilisation de cette catégorie de classification pour désigner l’enfant pauvre comme nécessairement dangereux et menaçant, voir l’ouvrage d’Alvim et Valladares (1988).

7 Pour une analyse du fonctionnement des juridictions spéciales de l’enfance et de la jeunesse de São Paulo, Porto Alegre, Recife et Salvador, je recommande une étude élaborée par des chercheurs de l’Université fédérale de Bahia : Responsabilidade e Garantias ao adolescente autor de ato infracional: uma proposta de revisão do ECA em seus 18 anos de vigência [Responsabilité de l’adolescent auteur d’infractions et garanties envers lui : proposition de révision de l’ECA à l’occasion de ses dix-huit ans de mise en application], 2010. Comme le démontrent bien ces chercheurs, la mesure socio-éducative d’internement « est systématiquement imposée sur la base de faibles motifs juridiques et ce, souvent, sans la prise en compte requise des exigences légales imposées par le Statut de l’enfant et de l’adolescent » (2010, 52). En ce sens, il y a une certaine disproportion entre les propositions de garantie de l’ECA et la pratique judiciaire proprement dite.

8 À propos des mesures de protection, l’art. 101 précise : « […] l’autorité compétente pourra déterminer, entre autres, les mesures suivantes : I – raccompagnement chez les parents ou tuteur/-rice légal/e, moyennant une prise en charge ; II – orientation, soutien et accompagnement temporaires ; III – inscription et présence obligatoires dans un établissement officiel d’enseignement de base ; IV – inclusion dans un programme communautaire ou officiel d’aide à la famille, à l’enfant et à l’adolescent ; V – préconisation de traitement médical, psychologique ou psychiatrique, en milieu hospitalier ou ambulatoire ; VI – inclusion dans un programme officiel ou communautaire d’aide, d’orientation et de traitement pour alcooliques et toxicomanes ; VII – hébergement en institution ; VIII – placement en famille d’accueil. »

9 « Art.112. Une fois avéré l’acte d’infraction, l’autorité compétente pourra appliquer à l’adolescent les mesures suivantes : I – avertissement ; II – obligation de réparer le dommage ; III – prestation de services à la communauté ; IV – probation ; V – placement en régime de semi-liberté ; VI – internement en établissement éducatif ; VII – toute mesure parmi celles prévues par l’art. 101, I à VI. »

10 Les budgets participatifs « sont des processus de discussion publique sur le budget municipal, dans lesquels le gestionnaire partage avec la société les décisions sur une partie du budget public [...] » (Cunha 2007, 26).

11 Littéralement, biqueira signifie pointe, extrémité, bout (Ndt).

12 Entretien avec Pedro, 2010.

13 Ibidem.

14 Le PCC (Primeiro Comando da Capital) est la principale faction criminelle en activité à l’intérieur et à l’extérieur des prisons de São Paulo.

15 Entretien avec Pedro, 2010.

16 Les expressions employées par Pedro ou les autres internes sont données entre guillemets dans le texte.

17 Entretien avec Pedro, 2010.

18 Le jeune aurait pu attendre son transfert pour l’Unité d’accueil initial dans un poste de police ordinaire, si le délai de cinq jours avait été respecté. En outre, comme le souligne l’ECA (art. 185), Pedro aurait dû être placé dans une annexe séparée de celle destinée aux majeurs, directive qui n’a pas non plus été respectée puisque pendant son séjour au poste, l’adolescent a dû partager sa cellule avec des détenus adultes. Je souligne que le remplacement de la dénomination institutionnelle FEBEM/SP par Fondation CASA n’a eu lieu qu’en décembre 2006, par conséquent, je décris la trajectoire de Pedro avec la nomenclature en vigueur à ce moment-là.

19 Abréviation argotique de funcionário, littéralement fonctionnaire, c’est-à-dire, en l’occurrence, le personnel de l’institution (Ndt).

20 C’est à São Paulo que se concentrent 34 % des adolescents se trouvant en régime de milieu fermé au Brésil. Cf. Levantamento Nacional do Atendimento Socioeducativo ao Adolescente em Conflito com a Lei, [Enquête nationale sur l’accueil socio-éducatif de l’adolescent en conflit avec la loi], 2008.

21 Entretien avec Pedro, 2010. À l’époque où Pedro a été interné dans le complexe de Tatuapé, il y avait, selon une progression ascendante, les postes hiérarchiques suivants : secteur du ménage (setor da limpeza), secteur de la bouffe (setor da bóia), secteur du sport (setor do esporte), nettoyeur (faxina), pilote de la prison (piloto da cadeia), pilote du complexe (piloto do complexo) et tour (torre). Ces charges sont définies comme des postes de direction qui fonctionnent au sein des « prisons dominées ». Les adolescents qui les occupent sont nommés disciplinas [disciplines]. Ils sont responsables de la gestion de ces espaces d’internement. Quant aux jeunes qui n’ont pas de rôle dans la direction, on les appelle la população [population]. Les « nettoyeurs », les « pilotes » et la « tour » opèrent également dans les prisons contrôlées par le PCC, ce qui montre une fois de plus la similitude entre les unités d’internement et l’univers carcéral.

22 Les seguros [sûretés] sont des espaces maintenus hors des unités d’internement. En même temps, cette catégorie renvoie aux internes qui ont commis des actes considérés comme inacceptables par les autres jeunes, tels que le viol.

23 Les internes adoptent une sorte de système de classification des crimes commis. Les délits tels que kidnapping, attaque de banque, vol de marchandise sont valorisés par les adolescents. Par ailleurs, celui qui vole pour consommer des stupéfiants ou le simple pickpocket ont peu de chances de devenir « discipline ».

24 Pour mes interlocuteurs, le PCC est également connu sous le nom de Comando e Partido [commando et parti].

25 Entretien avec Pedro, 2010.

26 Pour se faire une idée des innombrables problèmes gérés par la direction institutionnelle du complexe de Tatuapé, durant les cinq premiers mois de 2005, autrement dit, au moment même où Pedro y était interné, il faut se souvenir que l’institution a enregistré à cette époque 1 006 évasions dans toutes les unités dispersées dans l’État de São Paulo. Sur ce total, le complexe de Tatuapé en comptait 512 à lui seul, soit plus de la moitié. Pendant cette période, 26 mutineries ont été comptabilisées, 15 d’entre elles ayant eu lieu dans le complexe de Tatuapé uniquement. Face à de tels chiffres, il n’est pas difficile d’imaginer les raisons qui ont poussé la direction de la FEBEM/SP à démanteler cet espace institutionnel. Informations provenant d’un reportage publié par le quotidien Folha de S. Paulo : « Número de fugitivos da Febem chega a 1 006 neste ano » [Le nombre de fugitifs de la Febem s’élève à 1 006 cette année], 11 mai 2005. Disponible sur : http://www1.folha.uol.com.br/folha/cotidiano/ult95u108919.shtml. Consulté le 25 août 2013.

27 Entretien avec Pedro, 2010.

28 Ibidem.

29 Entretien avec « le pilote » de l’UI-29, complexe de Franco da Rocha, 2006.

30 « La loi nº 10 792, du 1er décembre 2003, a autorisé les administrateurs des prisons brésiliennes à recourir au RDD pour la correction de prisonniers – qu’ils soient en détention provisoire ou qu’ils aient été condamnés – lorsqu’ils sont soupçonnés d’"appartenir ou de participer, à un titre quelconque, à des organisations criminelles, gangs ou bandes", conformément à la description donnée dans la seconde phrase de son article 52. Ils seraient dès lors passibles de confinement pouvant aller jusqu’à 360 jours (prolongeable) dans des ailes spéciales dotées de cellules individuelles (pendant 22 ou 23 heures par jour), sans activités éducatives ou professionnelles et avec de rigoureuses restrictions des visites. » (Marques 2009, 11)

31 Entretien avec Pedro, 2010.

32 Ibidem.

33 Ibidem.

34 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Mallart, « Du Statut de l’enfant et de l’adolescent aux « prisons dominées ». Dynamique de fonctionnement du système socio-éducatif d’internement »Brésil(s), 7 | 2015,  211-227.

Référence électronique

Fabio Mallart, « Du Statut de l’enfant et de l’adolescent aux « prisons dominées ». Dynamique de fonctionnement du système socio-éducatif d’internement »Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.1548

Haut de page

Auteur

Fabio Mallart

Fabio Mallart est diplômé de mestrado en anthropologie sociale de l’Université de São Paulo et chercheur au Centre brésilien d’analyse et de planification (CEBRAP – Laboratoire d’ethnographies urbaines).

Haut de page
  • OpenEdition Journals