Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Salgado, Ivone & Angelo Bertoni, dir. 2010. Da Construção do território ao planejamento das cidades: competências técnicas e saberes profissionais na Europa e nas Américas (1850-1930).

São Carlos: Rima editora, 212 p.
Christophe Brochier
p. 236-238
Référence(s) :

Salgado, Ivone & Angelo Bertoni, dir. 2010. Da Construção do território ao planejamento das cidades: competências técnicas e saberes profissionais na Europa e nas Américas (1850-1930). São Carlos: Rima editora, 212 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les contributions à un colloque portant sur la circulation des idées et la constitution des savoirs et des pratiques de l’urbanisme, essentiellement au Brésil et plus exactement dans la région pauliste. Il est constitué d’une douzaine de textes courts (10-15 pages) classés en deux parties : la première portant sur la circulation des connaissances, la seconde proposant des cas de trajectoires biographiques et professionnelles. Le livre n’est pas précédé d’un texte de cadrage historique et les communications illustrent donc chacune, de façon rapide, un aspect de la question.

2Le premier texte, signé Ivone Salgado, rappelle l’importance des préoccupations hygiénistes et médicales lors de la constitution de l’administration publique des villes au Brésil. La topographie des épidémies était considérée comme un aspect déterminant de la gestion des infrastructures. La lutte contre le choléra, en particulier, incita à drainer les marécages et à améliorer le système d’égouts. Dans ce domaine, l’influence de la bactériologie importée des États-Unis a contribué au développement de l’ingénierie sanitaire. Guido Zucconi insiste sur un autre apport états-unien : le concept de ville jardin développé par Barry Parker à São Paulo après la première guerre mondiale. Il souligne également l’importance de la circulation des idées européennes consacrées à l’« urbanisme de la reconstruction » dans les années 1920, avec le succès au Brésil d’ouvrages français, belges et allemands. Ensuite, dans les années 1930, comme le souligne Sarah Feldman, l’urbanisme se trouve dynamisé par l’industrialisation et son champ d’action s’élargit. Les urbanistes prennent en compte, non seulement le sous-sol, l’hygiène et les structures urbaines mais aussi la législation et les finances. Ils deviennent des spécialistes multifonctionnels de la ville. Les congrès des années 1930 et 1940 nous les montrent notamment préoccupés du contrôle de l’expansion urbaine et de la « ville clandestine ». Dans les années 1940, les plans d’urbanismes sont adoptés y compris dans les cités de tailles moyennes.

3Dans ce domaine, la ville de São Paulo, comme le décrit Maria Cristina da Silva Schicchi, envisage dans la décennie 1950 la polynucléarité comme aide au contrôle de l’expansion urbaine. La question de l’organisation du système de transport articulant un métro et des voies rapides sera l’un des axes de discussions des principaux acteurs de l’urbanisme local.

4Deux études enfin regardent le cas particulier de l’Ouest pauliste, territoire encore partiellement inexploré au début du XXe siècle. Norma Constantino dégage l’importance du chemin de fer dans la constitution du tissu urbain dans cette partie du pays. La colonisation est accélérée par la vente de lots de terrains agricoles pour lesquels l’existence des villes peut être un facteur de valorisation. Les compagnies ferroviaires et les compagnies de colonisation sont liées et cherchent à acquérir de vastes terrains qu’elles peuvent ensuite fragmenter à la revente. Cette dynamique particulière a étrangement façonné la structuration urbanistique de ces bourgades de l’Ouest comme le montre Marta Enokibara. Les places et les jardins suivent des modèles communs favorisés par la présence dans la région de paysagistes européens qui suivent le réseau ferré.

5La reconstruction de quelques itinéraires professionnels permet de compléter succinctement le tableau esquissé en première partie. On voit, par exemple avec le parcours de l’allemand Friedrich Joseph Rath à São Paulo dans les années 1840-1850, à quel point la science européenne était valorisée au Brésil. Rath, d’abord explorateur a travaillé pour l’État régional au titre d’ingénieur, de géographe, d’hygiéniste, de géologue. Ces différentes sciences devaient, selon les autorités, être mobilisables pour faire les bons choix : ainsi en allait-il par exemple de l’idée venue d’Italie selon laquelle le type de sol pouvait jouer sur la propagation des épidémies. Saturnino de Brito, ingénieur sanitaire formé à Rio, s’inspirera de même des avancées italiennes dans ses plans pour Vitória et Petrópolis avant de chercher du côté français des idées pour ses travaux à Campos. Un voyage à Paris au tournant du siècle mais, surtout, une correspondance fournie avec les spécialistes français alimentaient sa réflexion. Il soutient pourtant après la guerre que les modèles européens doivent être adaptés à la réalité brésilienne. Cette question de l’importation servile de modèles européens (« ideias fora do lugar ») est de même discutée par Maria Stella Bresciani à propos de l’architecte-ingénieur Anhaia Mello qui, bien qu’influencé par l’urbanisme nord-américain, avait développé l’idée d’un champ scientifique international qui acceptait des modes d’application locaux.

6Ce rapide résumé donne un aperçu des thèmes brassés par ce court ouvrage instructif et jamais lassant. Le but visé – illustrer la circulation des savoirs – est bien atteint mais la brièveté des chapitres ne permet pas d’en comprendre tous les ressorts. Il y a en fait trop de diversité pour satisfaire pleinement le spécialiste et pas assez de recadrages pour le lecteur peu familier avec l’histoire de l’urbanisme. C’est, bien évidemment, le problème général des actes de colloques. L’opinion de l’auteur de ces lignes, qui fait partie des non-initiés, est qu’une longue introduction historique (ne se limitant pas à São Paulo) soulignant les enjeux et les débats aurait permis à un public plus large de mieux comprendre ce qui se joue dans la période concernée dans les sciences de la ville et de mieux tirer parti de la seconde partie, vivante et agréable à lire, consacrée aux itinéraires d’acteurs historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Salgado, Ivone & Angelo Bertoni, dir. 2010. Da Construção do território ao planejamento das cidades: competências técnicas e saberes profissionais na Europa e nas Américas (1850-1930).  », Brésil(s), 7 | 2015, 236-238.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Salgado, Ivone & Angelo Bertoni, dir. 2010. Da Construção do território ao planejamento das cidades: competências técnicas e saberes profissionais na Europa e nas Américas (1850-1930).  », Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1573

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Paris 8 – Laboratoire CREDA/IHEAL-Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals