Skip to navigation – Site map
Dossier – Classes sociales et rapports de classes

L’étude des classes sociales et des rapports de classe au Brésil

Christophe Brochier and Carolina Pulici
p. 7-16

Full text

Papa gagnait huit cents pengös par mois. Mon mari six mille cinq cents. Il a fallu que je m’y habitue [...] Moi, on m’avait appris qu’il fallait gagner sa vie. Lui, on lui avait inculqué le goût de vivre avec méthode et élégance. Tout cela compte énormément, mais je ne le savais pas encore à l’époque.
Un jour, au début de notre mariage, il me lance brusquement au petit déjeuner :
- Ces housses mauves dans la salle à manger sont vraiment criardes, non ? Elles finissent par me fatiguer. Va donc faire un tour en ville, ma chérie, et trouve-nous un autre tissu.
Il s’agissait de recouvrir douze chaises d’une housse « moins fatigante ». J’étais décontenancée, j’ai d’abord cru qu’il plaisantait... je lui ai jeté un regard embarrassé. Mais non, il lisait son journal, l’air le plus sérieux du monde. De toute évidence, il avait bien réfléchi à ce qu’il venait de dire, le mauve le fatiguait vraiment. La housse était un peu vulgaire, d’accord, j’en conviens. C’était ma mère qui l’avait choisie, flambant neuve. Une fois mon mari parti, je me suis mise à pleurer. Je n’étais pas complètement bornée, j’avais bien saisi le sens de ses paroles... Il voulait tout simplement dire que nous appartenions à deux mondes différents, que nous n’avions pas les mêmes goûts.

Sándor Márai, Métamorphoses d’un mariage

1Le statut de plus en plus controversé des analyses en termes de « classe sociale » au sein de la sociologie européenne de la fin du XXe siècle fait l’objet de vives discussions dans différentes branches des sciences sociales contemporaines. Soumettant à un nouvel examen la thèse d’une société sans classes où les clivages liés au genre ou à l’ethnie auraient pris le dessus (Chauvel 1999 ; Chopart & Martin 2004), certains ont étudié l’effondrement de la conception de classe dans un registre marxiste (Dubar 2003). D’autres ont plutôt interprété le discrédit attribué à la sociologie des classes comme l’envers du décor des analyses postmodernistes radicales, dont l’opposition aux déterminismes et aux classes cacherait mal la revendication de l’inépuisable singularité présumée de l’individu (Pinto 2006).

2Dans ce scénario de contestation internationale, l’un des paradoxes les plus intéressants de la sociologie brésilienne est sans doute l’importance qu’elle a toujours plus ou moins accordée aux analyses en termes de classe (Guimarães 1999), souvent d’une manière théorique et avec relativement peu de travaux empiriques (par comparaison avec des sujets comme le genre ou les « relations raciales »). Il existe ainsi de nombreux travaux sociologiques et anthropologiques sur des groupes sociaux décrits à partir d’études localisées, comme les paysans, les ouvriers, les grands propriétaires, les militaires, etc. On trouve également des études théoriques, souvent à base économique, sur les classes sociales perçues comme des strates de revenus ou bien, dans un autre domaine, comme des « agents politiques » (le « prolétariat », le « grand capitalisme », etc.). Toutefois les études empiriques, et surtout ethnographiques, permettant de décrire les groupes et leurs relations sont moins nombreuses que ce que l’on pourrait penser.

3L’un des aspects du paradoxe est justement que le Brésil est un modèle parfait de société de classes dans laquelle, pour le dire d’une manière abrupte, pratiquement tout repose sur des divisions de classe. Ce décalage s’explique sans doute en partie par le fonctionnement de la sociologie elle-même, qui a facilement tendance à s’orienter vers des questions alimentées par l’actualité, la politique ou les media. Les effets concrets de cette situation sont, quoi qu’il en soit, assez évidents si l’on prend le point de vue d’un jeune chercheur intéressé par l’étude de la structure sociale : il lui faudra explorer la littérature existante, s’y repérer et s’en satisfaire.

Axes principaux du traitement de la question au Brésil

4La sociologie brésilienne des années 1940-1960 a globalement abordé les classes sociales de deux manières opposées. D’un côté, des analyses de communautés se sont fondées sur l’étude de terrain de la structure sociale des bourgs analysés. Dans la tradition de Lloyd Warner (yankee city studies), les classes sociales ont alors été envisagées comme des groupes de statuts variables selon les contextes. Emilio Willems (1947) ou Oracy Nogueira (1962) ont adopté cette position, sans pour autant, comme Warner, faire des indices infimes de la vie quotidienne un des indicateurs de l’appartenance de classe. C’est Donald Pierson (1948, 73) qui a théorisé au Brésil cette approche ethnographique : « L’unique moyen [...] de clarifier le concept de classe est d’étudier la vie sociale et la culture de sociétés spécifiques : quartiers, bourgs et villes. » D’où une prise en compte des relations de classe plutôt en termes d’effets des écarts de statuts, comme la recherche de distinction par la richesse ou la culture. Si l’on a pu, de cette manière, attirer l’attention sur « les dimensions oubliées » des rapports de classe et démontrer l’autonomie relative des représentations symboliques par rapport aux déterminants matériels, le risque est néanmoins de traiter les classes sociales comme des groupes culturels et de subsumer la catégorie « classe » sous le concept de « groupe de statut », se révélant à travers les marques honorifiques de déférence et de réprobation (Shils 1975).

5À l’opposé de cette approche, on trouve des études sur la structure globale de la société brésilienne, en termes d’effets des évolutions de l’organisation productive, donc dans une perspective inspirée par Marx. Les travaux de « l’école de sociologie pauliste » sont de ce type. Dans son article faisant réponse à Pierson, Florestan Fernandes aborde ainsi le concept de classe comme un idéaltype « de manière à capter les relations et les activités sociales de classes comme un type de configuration sociétale de la vie sociale » (Fernandes 1948, 98). Fidèle au marxisme, lui aussi, le Carioca Luis Costa Pinto définit ainsi en 1953 les classes sociales : « Grands groupes ou couches d’individus qui occupent la même position dans l’organisation sociale de la production » (1998, 90). Les classes sont, dans cette veine, envisagées sous l’angle des facteurs de formation (production, conscience de classe) et les rapports sont essentiellement vus comme la conséquence supposée des intérêts politiques et économiques. La structure sociale est généralement étudiée à partir des statistiques du recensement, qui adoptent un système de classification assez éloigné de la pensée des classes. Dans une ligne marxiste orthodoxe, Koval (1982) compte par exemple les membres du « prolétariat » à partir des recensements et n’envisage les rapports de classe que sous l’angle de la lutte. L’approche structuraliste/théorique s’est prolongée des années 1950 aux années 1970 en s’intéressant à la modernisation, au patronat (on verra par exemple la synthèse de Guimarães 1999), à la résistance politique ouvrière, aux luttes syndicales (Weffort 1971), aux mouvements sociaux populaires (Moisés 1978) et même aux classes moyennes (Saes 1984).

6Les études fondées sur un travail de terrain ont toujours été moins nombreuses et se sont plutôt attachées à décrire des catégories sociales particulières, par exemple les paysans ou les ouvriers. Ainsi, Lopes (1964) s’est intéressé à la prolétarisation des travailleurs ruraux, Guimarães, Agier & Castro (1995) ont regardé les nouvelles configurations du monde ouvrier bahianais, Ramalho & Santana (2001) ont enquêté sur le syndicalisme des métallurgistes et Garcia Jr. (1989) a étudié les changements du monde paysan nordestin. Ces recherches montrent en général comment un groupe professionnel évolue en fonction des changements socioéconomiques et le concept de classe est plutôt abordé sous l’angle de la lutte avec les patrons (Pereira 1979), avec des descriptions des nouveaux comportements ou des figures identitaires (Duarte 1987). D’une manière générale, l’étude des groupes professionnels présente l’inconvénient de saisir les membres des classes sociales dans des relations de travail et donc de limiter l’analyse des rapports aux autres groupes. Il y a un risque de confondre analytiquement les relations hiérarchiques et fonctionnelles avec les relations de classe. Or, comme le suggèrent les travaux de Leite Lopes (1988) ou de Vidal (2007), les relations de classes sont présentes dans les relations salariales mais impliquent un substrat social plus profond, enraciné dans les usages et les mentalités.

7Dans les années 2000, l’étude des classes s’est orientée vers le découpage de la population en strates de revenus, notamment à partir de la « découverte » de la « classe C » (Neri 2010). Contrairement à ce qui se passe en France, où la catégorie socioprofessionnelle est l’outil de base des recherches sur les classes (Pfefferkorn  2007), au Brésil la réduction de la « classe » à la « classe de revenu » ne manque pas de marquer aussi bien les travaux scientifiques que les statistiques produites par des organismes publics – comme l’Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (IPEA) ou l’Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira (INEP) – mais aussi les enquêtes d’opinion publique menées par des organismes privés comme l’Instituto Brasileiro de Opinião Pública e Estatística (IBOPE). S’y ajoutent, bien sûr, les études de marché qui sont le pain quotidien des analystes marketing mais aussi la base sur laquelle s’appuient de nombreux textes de presse. S’il n’y a donc pas de consensus autour de ce qu’est une classe sociale – et s’il faut absolument choisir entre deux indicateurs structurels –, il va sans dire que, pour le sociologue, la catégorie socioprofessionnelle s’avère bien plus pertinente que les groupes de revenus, ne serait-ce que parce que « d’une part, elle cristallise des relations systématiques avec d’autres variables (revenus, niveau scolaire) et, d’autre part, elle délimite assez largement un espace de possibles sociaux en partie redondants (stratégies matrimoniales, scolaires, pratiques culturelles) » (Pinto 2006).

8Au regard de ce qui a été (sans doute trop) rapidement retracé ici, un certain nombre de questions demeurent : quel est le découpage en classes le plus pertinent pour décrire la société brésilienne (y compris dans sa dimension régionale comme l’ont fait remarquer Agier et Guimarães en 1991) ? Quels sont les fondements de ces groupes ? Quelle est ensuite la dynamique de cette structure ? Quels sont enfin les rapports que les membres de ces groupes entretiennent avec les autres groupes sur la base de l’appartenance en question ?

Le flou international sur la question

9L’une des raisons qui expliquent ces lacunes tient à la complexité des problématiques concernées et à l’absence de consensus internationaux. La première difficulté consiste, bien évidemment, à se mettre d’accord sur ce qu’est une classe sociale. Depuis Marx et Weber qui partageaient l’ancrage du concept de classe dans l’économie, les approches se sont succédées et ne se ressemblent pas toujours. Certaines font des classes de simples groupes nominaux dessinés par l’analyste, souvent à partir de critères variables ; d’autres cherchent dans les classes des groupes réels, fondés sur des pratiques et des représentations actuelles et actualisées (Briand & Chapoulie 1982). La propriété des moyens de production est-elle suffisante ? Les gestes et les indices corporels relèvent-ils aussi d’une analyse en termes de classe, comme dans la typologie warnérienne ? La classe « perçue » serait-elle aussi importante, comme le veut Goffman, que la classe elle-même, puisqu’« être réellement un certain type de personne […] c’est aussi adopter les normes de la conduite et de l’apparence que le groupe social y associe » (Goffman 1973, 76) ? Faut-il y ajouter la maîtrise du savoir et de la communication comme l’ont proposé Touraine (1969) et Castells (1998) ?

10En plus des problèmes conceptuels, se pose la question de l’étude empirique des classes. La catégorisation opérée par Warner à partir des indices de style de vie et de prestige social a été critiquée pour avoir adopté le point de vue des classes supérieures, normalement plus attentives aux distinctions statutaires (Bourdieu 1966). Les classes sont désormais traitées comme des groupes préexistants à l’enquête, que l’on envisage comme des positions typiques dans l’espace socioéconomique à partir de découpages dont les critères sont souvent flous. En France, la tendance dénoncée par Chapoulie (1985) consistant à assimiler catégories socioprofessionnelles et classes sociales imprègne toujours les pratiques. De fait, les études globales sur les classes consistent généralement en des analyses statistiques concernant l’évolution des quantités de personnes que l’on peut placer dans ces positions typiques. Les enquêtes par entretiens donnent, elles, une idée de la façon dont sont vécus cette position et ces changements de situation, notamment grâce à la notion d’identité de classe. L’observation participante est, pour sa part, rarement conçue comme un moyen de dire ce que sont les classes, leurs contours et leurs dynamiques, bien que l’on trouve des exceptions concernant la bourgeoisie (Le Wita 1988 ; Pinçon & Pinçon-Charlot 2005) et les rapports de classes dans les beaux quartiers (Jounin 2014).

11La question des rapports de classe, justement, apparaît plus délicate encore car peu théorisée. Qu’est-ce qu’un rapport de classe ? Est-ce seulement, comme l’a longtemps voulu la sociologie marxiste, une relation politique entre représentants des groupes professionnels sur la base de leurs intérêts économiques ? De Marx à Mosche Lewin en passant par Caio Prado Jr. au Brésil, ce type de pratique du concept a produit de nombreuses analyses majeures des sociétés développées. Est-ce une raison pour s’en contenter ? Les rapports de classes n’ont-ils pas aussi une dimension observable dans les situations du quotidien ?

12Tout cela étant posé, on peut a minima envisager l’étude : i. des représentations réciproques entre groupes à la manière de Chevalier (1958) ; ii. des comportements collectifs tenant compte de la présence des autres groupes, pour ce qui concerne par exemple le choix de la maison ou des biens culturels (Bourdieu 2000 ; 1979) ; iii. de la façon dont les institutions traitent les populations (Briand & Chapoulie 1992) ; iv. des contacts directs dans le quotidien (Hoggart 1970) qui mettent souvent à jour le mépris et l’évitement (Elias & Scotson 2000).

13En l’absence de définition consensuelle chez les sociologues, on peut, par exemple, suivre l’historien de l’antiquité Mac Mullen (1986) qui voit dans les rapports de classe la prise en compte de l’autre (réciproque ou non) faite par des individus de classes sociales différentes, fondée sur les propriétés de ces groupes. À ce niveau de généralité, le concept est facilement manipulable mais, d’un point de vue empirique, l’application n’en est pas pour autant évidente. Quand un ouvrier et un avocat discutent dans un club de sport, ont-ils un rapport de classe ? Quand deux amis d’enfance qui occupent des positions de classe différentes vont dîner ensemble, ont-ils un rapport de classe ? Les comportements qui rabotent les différences culturelles ou matérielles dues à la position de classe sont-ils des comportements de classe ?

14Pour répondre à ces questions, il y a peu d’études consacrées aux comportements des individus dans l’espace public ou dans les situations qui obligent à fréquenter d’autres milieux. Par ailleurs, les comportements typiques de l’appartenance de classe comme la consommation ou l’organisation du cadre de vie ne sont pas toujours facilement interprétables. Les comportements ostentatoires, par exemple, servent-ils à parler aux autres classes, ou aux membres de son groupe ? En outre, les rapports de classes ne concernent-ils que les groupes proches en interaction fonctionnelle comme la petite bourgeoisie urbaine et le prolétariat ? Enfin, les relations de classes interagissent évidemment avec d’autres types de relations sociales et divers critères interviennent : âge, origine ethnique, position fonctionnelle. Comment faire le tri et hiérarchiser ?

15Comment trancher ? Doit-on céder au sens commun sociologique selon lequel la réalité contemporaine est devenue tellement « complexe », « plurielle », que sa compréhension exigerait le remplacement des outils classiques des sciences sociales ? Beaucoup d’études ne voient ainsi aujourd’hui les classes que comme une dimension. Or, si l’on veut bien admettre qu’il y a différents principes de hiérarchisation sociale, il n’en reste pas moins que ces derniers sont eux-mêmes fréquemment hiérarchisés. De ce fait, les groupes mobilisés sur la base d’un critère secondaire comme le sexe et l’âge ont, comme le suggèrent les articles de ce dossier, « toutes les chances d’être unis par des affinités et des solidarités moins durables et moins profondes que les groupes mobilisés sur la base des déterminants fondamentaux de la condition » (Bourdieu 1979, 118).

Six études sur classes et rapports de classe

16Le thème « classes sociales et rapports de classe » est donc encore largement ouvert et les possibilités à creuser dans ce domaine restent innombrables. C’est dans cette perspective que nous avons voulu poursuivre ici cette exploration par le biais de nouvelles recherches empiriques. Il ne s’agit pas bien sûr de proposer des réponses définitives aux questions soulevées. Il s’agit plutôt d’attirer l’attention sur les rapports de classes en juxtaposant six articles qui envisagent chacun à leur manière une facette du problème.

17La « sociologie de la sociologie brésilienne » présentée dans le texte de Nicolas Fayette constate l’insuffisance des travaux ethnographiques portant directement sur les classes et les rapports de classe au Brésil. Après avoir souligné les limites des enquêtes utilisant seulement des méthodes déclaratives, l’auteur plaide pour le fieldwork, en discutant quatre études récentes sur les classes constituées d’au moins une part d’observation sur le terrain.

18Étudiant les relations entre patrons et employées domestiques dans les beaux quartiers de São Paulo, la contribution de Camila Giorgetti a l’intérêt principal de montrer comment ces rapports sont à l’heure actuelle affectés par d’autres évolutions de la société brésilienne, notamment les changements de la législation sur les conditions de travail des domestiques. Au moyen d’entretiens approfondis semi-directifs, elle étudie la manière dont les hautes classes paulistanas réagissent à l’extension des droits sociaux de ces travailleuses et postule que ces transformations juridiques ne représentent pas une rupture radicale avec les pratiques antérieures, dans la mesure où les rapports entre les maîtresses de maison et les domestiques ne sont pas que des relations de travail et relèvent d’un lien paternaliste plus profond.

19Luciano Costa envisage les relations de classe dans la tradition des études sur le monde du bâtiment et des travaux publics où le mépris de classe et l’exploitation se montrent le plus franchement. À partir d’une enquête de terrain sur un petit chantier d’une ville moyenne du Minas Gerais, il décrit les pratiques d’embauche et de gestion de la main-d’œuvre qui relèvent du contexte plus large de relations hiérarchiques locales entre les ouvriers, le mestre et l’ingénieur. La compréhension de ces mécanismes enracinés dans des usages professionnels et reposant sur une opposition ville-campagne permet de discuter, comme avec Camila Giorgetti, du lien entre le substrat social et relationnel brésilien et les rapports professionnels vécus.

20À la lumière des travaux sur les rapports de classe qui s’expriment à travers la mode, l’enquête de terrain de Maureen O’Dougherty touche à des principes de hiérarchisation très ancrés dans la société brésilienne. Les angoisses liées aux questions de statut et le besoin d’étaler la supériorité de classe, alors que les inégalités de toutes sortes sont déjà trop évidentes, ne pouvaient pas manquer de frapper le regard étranger de l’anthropologue américaine. Ayant vécu à Recife, elle montre comment, au sein des classes moyennes supérieures, les référentiels de bonne conduite en matière de vêtement s’inscrivent dans les rapports de force qui traversent la société, le principe de formation des choix vestimentaires résidant partiellement dans les stratégies distinctives produites dans les rapports de classe.

21L’étude de Graziela Perosa et de son équipe sur l’offre scolaire dans une banlieue ouvrière de São Paulo met en valeur la composante éducationnelle de la position de classe, en montrant comment les nouvelles possibilités de scolarisation et les aspirations socioéducatives qui leur sont associées finissent par dessiner un fractionnement au sein de ces groupes, qui se donne à voir notamment par le choix de l’école privée comme voie d’accès au marché du travail et au style de vie des classes moyennes. Sur la base d’une analyse statistique montrant la position relative des différentes zones de l’espace social de São Paulo et en s’appuyant sur des entretiens auprès des familles, l’article vise à expliquer les facteurs qui ont pu contribuer, à l’intérieur des classes populaires, à la mise en place d’un processus de mobilité sociale fondé sur la réussite scolaire.

22Pour terminer, l’article de Frédéric Lebaron et de Lucas Page Pereira constitue un défi à l’orientation théoriciste-qualitativiste dominante dans les sciences sociales brésiliennes, en se proposant de comparer les outils rendant possible l’étude statistique des classes sociales. Tout en soumettant les nomenclatures socioprofessionnelles à une analyse critique, le texte montre comment les récentes évolutions des statistiques socioéconomiques européennes ont contribué à ce que les analyses en termes de classes recommencent à occuper le devant de la scène, alors qu’au Brésil la situation reste dominée par une perspective « économiciste » qui est le meilleur moyen de maintenir « les classes invisibles dans une société de classes ».

23Aucun de ces articles ne propose une théorie ou même un modèle complet des rapports de classe dans un secteur quelconque de la société brésilienne. Ils partagent tous néanmoins la volonté d’aborder de façon résolument concrète les relations de classes comme un élément central du fonctionnement des différents mondes sociaux étudiés. L’ambition de ce dossier est bien celle de stimuler la réflexion des brésilianistes sur ce thème, et cela dans le sens d’une plus riche intégration entre études théoriques et recherches empiriques, entre enquêtes statistiques et travaux de terrain.

Top of page

Bibliography

Agier, Michel & Antonio Alfredo Sérgio Guimarães. 1991. « Techniciens et “peões” dans l’industrie du process à Salvador de Bahia (Brésil). » Sociologie du travail 33 : 351-374.

Bourdieu, Pierre. 1966. « Condition de classe et position de classe. » Archives européennes de sociologie VII : 201-223.

Bourdieu, Pierre. 1979. La Distinction : critique sociale du jugement. Paris : Minuit.

Bourdieu, Pierre. 2000. Les Structures sociales de l’économie. Paris : Seuil.

Briand, Jean-Pierre & Jean-Michel Chapoulie. 1982. Les Classes sociales : principes d’analyse et données empiriques. Paris : Hatier.

Briand, Jean-Pierre & Jean-Michel Chapoulie. 1992. Les Collèges du peuple : l’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République. Paris : INRP.

Castells, Manuel. 1998. La Société en réseaux : l’ère de l’information. Tome 1. Paris : Fayard [éd. originale (1997) : The Information Age: Economy, Society and Culture. Vol. 1. The Rise of Network Society. Malden/Oxford: Blackwell].

Chapoulie, Jean-Michel. 1985. « Remarques sur les relations entre analyses en termes de classe et études empiriques de catégories sociales par enquêtes statistiques. » In Classes et catégories sociales, aspects de la recherche, dirigé par Bernard Aupetit, 107-117. Roubaix : Edires.

Chauvel, Louis. 1999. « Du pain et des vacances : la consommation des catégories socioprofessionnelles s’homogénéise-t-elle (encore) ? » Revue française de sociologie 40 : 79-96.

Chevalier, Louis. 1958. Classes laborieuses et classes dangereuses. Paris : Plon.

Chopart, Jean-Noël & Claude Martin. 2004. Que reste-t-il des classes sociales? Paris : Éditions de l’École Nationale de la Santé Publique.

Duarte, Luiz Fernando Dias. 1987. « Pouca vergonha, muita vergonha: sexo e moralidade entre as classes trabalhadoras urbanas. » In Cultura e identidade operária: aspectos da cultura da classe trabalhadora, dirigé par José Sérgio Leites Lopes, 203-226. São Paulo/Rio de Janeiro: Marco Zero/Editora da UFRJ.

Dubar, Claude. 2003. « Sociétés sans classes ou sans discours de classe ? » Lien social et politiques 49 :35-44.

Elias, Norbert & John Scotson. 2000. Os estabelecidos e os outsiders: sociologia das relações de poder a partir de uma pequena comunidade. Rio de Janeiro: Zahar [éd. originale (1965 : The Established and the Outsiders: A Sociological Enquiry into Community Problems. Londres: Frank Cass & Co., Ltd.].

Fernandes, Florestan. 1948. « A análise sociológica das classes sociais. » Sociologia 10: 91-113.

Garcia Jr., Afrânio Raul. 1989. O sul: caminho do roçado. São Paulo: Marco Zero.

Goffman, Erving. 1973. La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La Présentation de soi. Paris : Minuit [éd. originale (1959) : The Presentation of Self in Everyday Life. New York: Anchor Books].

Guimarães, Antonio Sérgio Alfredo. 1999. « Classes sociais. » In O que ler na ciência social brasileira, vol. II, dirigé par Sergio Miceli, 13-56. São Paulo: Sumaré.

Guimarães, Antonio Sérgio Alfredo, Michel Agier & Nadia Castro. 1995. Imagens e identidades do trabalho. São Paulo/Paris: Hucitec/Orstom.

Hoggart, Richard. 1970. La Culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre. Paris : Minuit [éd. originale (1957) : The Uses of Literacy. London: Chatto and Windus].

Jounin, Nicolas. 2014. Voyage de classes. Paris : La Découverte.

Koval, Boris. 1982. História do proletariado brasileiro, 1857-1967. São Paulo: Alfa-Omega.

Leite Lopes, José Sergio. 1988. A tecelagem dos conflitos de classe na cidade das chaminés. São Paulo: Marco Zero.

Le Wita, Béatrix. 1988. Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise. Paris : Éditions de la MSH.

Lopes, Juarez Rubens Brandão. 1964. Sociedade industrial no Brasil. São Paulo: Difusão Europeia do Livro.

Mac Mullen, Ramsay.1986. Les Rapports entre les classes dans l’empire romain : 50 avant J.-C. –284 après J.-C. Paris : Seuil [éd. originale (1974) : Roman Social Relations, 50 B. C. to A. D. 284. New Heaven/London: Yale University Press].

Moisés, José Álvaro. 1978. « Classes populares e protesto urbano. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo: Université de São Paulo.

Neri, Marcelo Cortes. 2010. A nova classe média: o lado brilhante dos pobres. Rio de Janeiro: FGV/CPS.

Nogueira, Oracy. 1962. Familia e comunidade: um estudo sociológico em Itapetininga. Rio de Janeiro: CBPE.

Pereira, Vera Maria. 1979. O coração da fábrica. São Paulo: Campus.

Pfefferkorn, Roland. 2007. Rapports de classes, rapports de sexes. Paris : La Dispute.

Pierson, Donald. 1948. « Como descobrir o que é “classe”. » Sociologia 10: 71-75.

Pinçon, Michel & Monique Pinçon-Charlot. 2005. Voyage en grande bourgeoisie. Paris : Quadrige/PUF.

Pinto, Louis. 2006. « Ne pas multiplier les individus inutilement. » Revue Interrogations 2. Disponible sur : http://www.revue-interrogations.org/Ne-pas-multiplier-les-individus. Consulté en janvier 2007.

Pinto, Luis Costa. 1998 [1953]. O negro no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Editora da UFRJ.

Ramalho, José Ricardo & Marco Aurélio Santana. 2001. Trabalho e tradição sindical no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: DP&A.

Saes, Décio. 1984. Classe média e sistema político brasileiro. São Paulo: T. A. Queiroz.

Shils, Edward. 1975. Center and Periphery in Microsociology. Chicago: The University of Chicago Press.

Touraine, Alain. 1969. La Société postindustrielle. Paris : Denoël.

Vidal, Dominique. 2007. Les Bonnes de Rio. Lille : Presses du Septentrion.

Weffort, Francisco Correa. 1972. Participação social e conflito industrial: Contagem e Osasco – 1968. São Paulo: CEBRAP.

Willems, Emilio. 1947. Cunha: tradição e transição de uma cultura rural do Brasil. São Paulo: Secretaria da Agricultura.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christophe Brochier and Carolina Pulici, « L’étude des classes sociales et des rapports de classe au Brésil », Brésil(s), 8 | 2015, 7-16.

Electronic reference

Christophe Brochier and Carolina Pulici, « L’étude des classes sociales et des rapports de classe au Brésil », Brésil(s) [Online], 8 | 2015, Online since 01 December 2015, connection on 18 April 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1597 ; DOI : 10.4000/bresils.1597

Top of page

About the authors

Christophe Brochier

Christophe Brochier est maître de conférences à l’Université Paris 8 et chercheur au CREDA-IHEAL.

By this author

Carolina Pulici

Carolina Pulici est professeur de sociologie à l’Université fédérale de São Paulo (Unifesp).

By this author

Top of page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals