Navigation – Plan du site
Dossier – Classes sociales et rapports de classes

Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles de leurs employées domestiques ? Analyse d’un rapport de classe

Como as classes superiores de São Paulo falam de suas empregadas domésticas? Análise de uma relação de classe
How the Upper Classes in São Paulo Talk about Their Domestic Employees? Analysis of a Class Relationship
Camila Giorgetti
Traduction de Christophe Brochier
p. 73-96

Résumés

Cet article vise à effectuer une analyse idéal-typique des évolutions survenues dans les rapports entre patrons et employées domestiques à São Paulo après l’introduction, dans le débat public, de la discussion de la « PEC des domestiques » (proposition d’amendement constitutionnel pour les employées domestiques). Il part de l’hypothèse selon laquelle ce débat a un impact non pas seulement au sein des rapports domestiques, mais aussi au niveau des représentations sociales. Ainsi, le modèle « traditionnel-bienveillant » qui a prévalu pendant de nombreuses années dans l’esprit des classes supérieures cohabite aujourd’hui avec d’autres modèles résultant du processus de bureaucratisation et de formalisation des rapports sociaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du portugais

Article reçu pour publication en juillet 2014 ; approuvé en décembre 2014.

Texte intégral

  • 1  À titre d’exemple, un certain nombre d’articles du journal français Le Monde montrent la visibilit (...)
  • 2  J’utilise le terme « employée » exclusivement au féminin lorsque je fais référence aux femmes qui (...)
  • 3  Sur ce thème, on consultera l’article de Jurema Brites qui montre « comment les enfants apprennent (...)

1Les conditions de vie des populations défavorisées du Brésil se sont améliorées. L’évolution de plusieurs indicateurs socioéconomiques en rend compte en montrant, notamment, un meilleur accès aux biens de consommation, des liens salariaux plus formalisés et une réduction significative du chômage. Ces changements ont attiré l’attention des observateurs bien que leurs multiples effets soient encore difficiles à évaluer1. Si l’on prend le cas du travail des employées domestiques2, la situation traditionnelle est caractérisée par un modèle de relation fondé sur un lien personnel avec l’employeur mêlant, au-delà des obligations formelles, affection et soumission3. Cela ne veut pas dire que la législation soit restée bloquée et qu’il n’ait jamais existé aucun droit garanti pour ces salarié(e)s. Cependant, ces relations ont été marquées par le passé esclavagiste et ont toujours présenté certaines ambiguïtés : un rapport de domination sous la forme d’une bienveillance apparente combinant distance sociale et sacrifice de soi au service de la famille du patron d’un côté ; protection, reconnaissance et compensations de l’autre.

  • 4  Cela se traduit en général par une résistance des employées plutôt qu’une obéissance passive. La q (...)
  • 5  L’historienne Sandra L. Graham (1992) a montré dans son livre Proteção e obediência: criadas e seu (...)

2Du point de vue de la législation du travail, des avancées étalées dans le temps (surtout pendant l’ère Vargas) ont constitué un frein à l’exploitation en limitant les abus qui pouvaient être commis par les employeurs. Toutefois, la faiblesse du contrôle et certaines lacunes dans les textes ont maintenu des possibilités d’interprétation et de négociation favorables aux maîtres4. Il en allait ainsi, en particulier, pour les heures supplémentaires, peu encadrées par la loi. Ces inconvénients étaient souvent compensés par des rétributions facultatives spécifiques de la sphère domestique : dons de vêtements ou de livres scolaires, cadeaux à Noël et aux anniversaires, aides financières pour l’acquisition de biens immobiliers5 ou pour les soins médicaux. Ces secours étaient en général proportionnels au niveau de dévouement de l’employée et servaient à contrebalancer le non-respect des droits sociaux, fréquemment ignorés.

3Tous les foyers n’appliquaient pas, bien sûr, les divers aspects de ce système informel de compensations, mais la majorité des employeurs recouraient à une forme ou une autre d’« arrangements coutumiers » fréquents dans ces milieux sociaux, afin de faciliter le quotidien des employées et l’exécution de leur travail. L’habitude d’offrir trois repas chaque jour a ainsi toujours été une pratique très répandue, considérée comme une marque de gentillesse de la part de patrons conscients des difficultés économiques de leurs salariés. En proposant spontanément leur aide à leurs domestiques, ils avaient le sentiment d’« offrir bien plus que la loi ne le prévoit, surtout quand les secours venaient dans des moments de détresse » (Girard-Nunes & Silva 2013).

  • 6  « La “PEC des domestiques” prévoit assurance chômage, indemnisation pour licenciement sans faute, (...)

4Ce modèle relationnel, fondé sur ce que l’on pourrait appeler une tutelle protectrice, pouvait bien entendu prendre des formes variables selon les familles. Il a cependant connu certaines modifications depuis quelques années en raison de l’évolution de la législation sur les conditions de travail des domestiques. Dans ce contexte, la Proposta de Emenda à Constituição [Proposition d’amendement constitutionnel] – PEC dite « des domestique6 » – a, certes, contribué à placer juridiquement ces employées au même niveau que les autres salariés, mais elle n’a pas été une rupture radicale avec le passé dans la mesure où elle a prolongé une dynamique déjà ancienne d’amélioration mesurée des textes et des pratiques sociales ayant conduit à certaines avancées réelles. Le statut juridique des domestiques avait déjà été modifié en 1972 avec l’obligation de l’inscription à un régime de protection sociale et le droit à vingt jours de congés-payés puis, plus fondamentalement, en 1988, avec la nouvelle Constitution fédérale. Se pose donc aujourd’hui la question de savoir quelles conséquences peuvent avoir, pour les employeurs des classes supérieures, cet accès à de nouveaux droits alignés sur ceux des autres travailleurs. Il faut également chercher à comprendre si ces mêmes personnes réalisent que ces changements sont un pas important vers l’émancipation complète des employées.

  • 7  Sur la logique de la prévention des risques, voir Ewald (1986).

5En ce qui concerne les effets de la PEC sur la vie des domestiques, on constate que, en plus de l’accès à l’égalité juridique, ils commencent à être mieux protégés par les lois du travail concernant la prévention des risques sociaux7. Notre analyse recoupe celle de Castel et Haroche (2001) qui soulignent que les sociétés modernes sont parvenues, grâce à la protection sociale, à assurer un minimum aux non-propriétaires en les délivrant notamment des liens de soumission, des modes d’instrumentalisation et de la menace de la misère. C’est, selon ces auteurs, par la conquête et la conservation de droits sociaux qui incluent une logique de prévention des risques dans la législation du travail que les pauvres peuvent obtenir leur autonomie avec un minimum de dignité.

  • 8  Ce thème a déjà été abordé. La sociologue américaine Judith Rollins (1990), par exemple, a soulign (...)

6Dans la perspective de ces travaux, cet article présente une étude des représentations sociales élaborées par les membres des couches supérieures de la ville de São Paulo au sujet des relations qu’ils entretenaient avec leurs domestiques dans la période précédant l’adoption de la PEC par le Congrès en 2013, adoption qui a été faite, rappelons-le, dans un climat de débats enfiévrés au sujet du statut de cette catégorie de personnes dans la société brésilienne. Notre hypothèse de départ est que ce type de recherche est particulièrement utile pour comprendre les relations entre classes sociales, ainsi que les processus de domination dans le Brésil contemporain. Discuter avec des membres des classes supérieures des dispositions de la PEC et, en particulier, de la question du FGTS et des heures complémentaires, nous a permis de mieux comprendre comment le type traditionnel de relations exposé plus haut a évolué à São Paulo. Au cours des entretiens, à l’occasion d’une discussion sur l’évolution du système législatif, j’ai pu à la fois discerner le modèle de relation que ces employeurs ont choisi avec leurs employées domestiques et évaluer leurs opinions sur l’extension des droits sociaux à cette catégorie8.

  • 9  Cette enquête fait partie d’un ensemble de recherches plus vaste financé par l’Agence nationale de (...)
  • 10  De nombreux travaux ont décrit les caractéristiques principales de cette catégorie de salariés ces (...)

7Dans la première partie de ce texte, les aspects essentiels de la littérature consacrée au rapport des riches à la pauvreté (avant les débats de la PEC) seront passés en revue. Il sera ainsi possible de vérifier si un changement s’est manifesté et si les relations avec les employées domestiques ont évolué. Ces manières de voir seront analysées dans une seconde partie reposant sur des données empiriques issues d’une enquête qualitative réalisée dans quatre quartiers aisés de São Paulo en 20139et visant à repérer les représentations sociales sous-tendant les déclarations faites au sujet de la PEC et des domestiques. À partir de ces matériaux, une typologie du contenu des représentations a été construite en relation avec les types de domination sociale de Weber. Cet article ne se veut pas une sociologie complète des employées domestiques mais cherche à mettre à jour certains aspects des rapports de classe à partir des discours concernant l’évolution du statut de ces travailleurs10.

Le rapport des riches à la pauvreté au Brésil

  • 11  L’auteur a en particulier souligné la très forte influence de la pensée libérale sur l’élite brési (...)
  • 12  Selon cet auteur, le désir de maintenir une distance sociale prend plusieurs formes qui vont de la (...)

8Le thème de la déresponsabilisation des classes supérieures brésiliennes face aux populations pauvres a été analysé par Elisa Reis en 2000, dans une recherche consacrée aux représentations sociales sur la pauvreté chez les élites et dans l’imaginaire social brésilien. L’une des conclusions que l’on peut en tirer11 est que la concentration de richesses est restée si forte pendant une durée si longue que les élites n’ont pas cru bon de se soucier personnellement de cette question et en ont déchargé la responsabilité sur l’État. L’intensification de la violence dans les grandes villes a cependant modifié cette situation dans la mesure où elle a obligé les classes supérieures à inclure les pauvres et la pauvreté dans le champ de leurs préoccupations. Teresa Caldeira (2000) a ainsi montré, dans un ouvrage désormais célèbre, comment les membres de ces groupes, en particulier à São Paulo, se sont entourés de systèmes de sécurité pour s’en protéger12. On peut considérer que ces murs, par leur énormité même, tracent des frontières infranchissables qui, pour parler comme Bourdieu, sont le résultat de prises de position idéologiques. Dans ou hors ces enceintes de protection, les classes supérieures ont adopté dans leur quotidien certaines « stratégies de reproduction tendant à renforcer, dans la classe et hors la classe, la croyance dans la légitimité de la domination de la classe » (Bourdieu 1977, 411). Les murs servent ainsi à la fois de formes de protection et de moyens d’affirmation de supériorité sur les autres groupes sociaux.

  • 13  Selon Fernandes (2007), l’expression « Noir à l’âme blanche » est employée de façon courante pour (...)

9Il va de soi qu’il existe d’autres formes de rationalisation de la pauvreté que celles que nous avons évoquées (déresponsabilisation et criminalisation) mais nous avons choisi ces exemples dans le seul but de montrer que les élites cherchent à se ségréguer. La tendance à vouloir rationaliser l’existence de la pauvreté n’est pas une nouveauté, elle existait déjà dans l’imaginaire social au temps de l’esclavage. La littérature mobilisée dans cet article montre une certaine pérennité de ces représentations sociales négatives. Un analyste célèbre de la question raciale dans les années 1960 a affirmé que les Brésiliens noirs, avant l’Abolition, devaient se contenter d’une image d’eux-mêmes construite à partir des fausses abstractions créées par les Blancs (Ianni 1966). Il a montré que, même après la fin de l’esclavage, ces derniers ont continué à s’identifier à la figure du seigneur dominant des sujets noirs. Les travaux de Florestan Fernandes (2007) sur la question raciale ont révélé que les représentations qui la soutenaient reposaient sur l’idée que la domination blanche était nécessaire et qu’elle pouvait même être bénéfique pour les Noirs13. Fernandes a également montré que les classes supérieures ont toujours prétendu, depuis l’époque de l’esclavage, que les Africains et leurs descendants n’étaient pas prêts pour la liberté, avaient de faibles capacités d’organisation et une conduite négligente. Ces manières d’envisager les gens de couleur n’ont pas disparu de l’imaginaire social brésilien. Ainsi, la figure du « pauvre mal adapté » est apparue dans les entretiens réalisés par Caldeira bien après la publication des livres de Fernandes. Les membres des classes supérieures, partant du principe que ces individus dépourvus de pouvoir d’achat sont dotés d’une tendance naturelle à l’imprévoyance, affirment volontiers qu’ils ne sont pas en position d’accéder plus largement aux biens de consommation (Caldeira 2000). Tout se passe donc comme s’il existait des lignes imaginaires de séparation entre les classes que l’accès à la société de consommation pourrait en partie effacer, réduisant ainsi la domination d’une classe sur une autre. On peut donc se demander dans quelle mesure ces formes de rationalisation s’étendent à la catégorie des employées domestiques de São Paulo. C’est ce qu’examine la seconde partie de ce texte.

Méthodologie

10Comme on l’a évoqué plus haut, les données ont été recueillies dans le cadre d’un projet international sur les représentations de la pauvreté dans les quartiers de catégories supérieures de trois grandes métropole : Paris, São Paulo et New Delhi. Le même guide d’entretien a été appliqué dans les trois villes. Il reposait sur cinq axes d’investigation : sécurité, hygiénisme, ordre moral, naturalisation de la pauvreté, néolibéralisme et méritocratie.

  • 14  Morumbi est situé au sud de São Paulo, sur une colline, entouré d’arbres et d’espaces verts. Dans (...)
  • 15  Jardins est une région qui se trouve dans la partie ouest de la ville et se répartit entre quatre (...)

11L’échantillon a été constitué selon les principes suivants : 80 entretiens approfondis ont été réalisés dans quatre quartiers de la ville (20 par quartier) en respectant les variations de sexe, d’âge et de situation sur le marché du travail. Les quartiers ont été choisis sur la base de la classification établie par Préteceille & Cardoso (2008) qui situe les classes supérieures dans l’espace urbain à partir de la composition socioprofessionnelle. Nous avons considéré que les quartiers sélectionnés (Morumbi14, Jardins15,

  • 16  La région dans laquelle se trouve le quartier d’Higienópolis est occupée depuis le XIXe siècle. So (...)
  • 17  Il s’agit d’un projet pionnier, créé au tournant des années 1970. Alphaville est une cité satellit (...)

12Higienópolis16 et Alphaville17) sont représentatifs de la diversité des classes supérieures de São Paulo. Les enquêtés font partie de la strate des 10 % des habitants les plus riches, sont propriétaires dans le quartier et sont diplômés de l’enseignement supérieur. La base de l’échantillon était composée d’une quarantaine de personnes (dont trente participants effectifs) qui ont permis, par effet boule de neige, de contacter cinquante individus de plus. Les entretiens se sont déroulés chez les enquêtés et ont duré en moyenne entre une et deux heures. Les enquêteurs étaient âgés d’au moins trente ans et appartenaient à la même classe sociale que les sujets de l’enquête dans le but de donner plus de crédibilité à l’opération et de permettre aux interviewés d’être à leur aise pour pouvoir aborder librement la question des modes de vie.

13Il nous faut également préciser que le thème principal discuté lors de ces entretiens, la promulgation de la PEC des employées domestiques, ne fait pas partie du guide d’entretien utilisé dans les autres villes. Il s’agit en fait d’une spécificité du contexte brésilien dont la recherche a tenu compte pour approfondir certains aspects soulevés par le projet. L’une des limites du matériel collecté est qu’il repose essentiellement sur le point de vue exprimé par les membres des classes supérieures. Il ne nous est donc pas possible de déterminer si les discours concernant les relations avec les employées correspondent aux pratiques réelles. Seul un travail d’observation pourrait donner plus d’informations sur les interactions dans la sphère domestique. Nos données permettent toutefois de comprendre comment les membres des classes supérieures vivent et interprètent le contexte actuel, et donnent à voir leur propension à accepter les transformations sociales en cours.

La rationalisation de la pauvreté chez les enquêtés

14Vidal (2007) a fait remarquer que la naturalisation et l’euphémisation de la pauvreté tiennent une place centrale dans la relation symbolique entre patrons et employées. Les patrons ne sont pas, selon lui, totalement indifférents à la dure réalité quotidienne de leurs salariées, mais adoptent un point de vue singulier au sujet de l’égalité et de la justice sociale : «  On s’en soucie à l’occasion, et ceux qui le peuvent viennent parfois en aide aux plus démunis. Mais la plupart des Brésiliens [...] n’envisagent pas les questions de justice sociale à partir de l’idée de l’égalité fondamentale des individus » (Id., 168). Depuis la mise en œuvre de la PEC, on observe toutefois une série de « nouvelles représentations ». Les entretiens réalisés permettent de constater qu’une attitude convergente se dégage : les interviewés se montrent mal à l’aise et gênés par l’ascension sociale des pauvres qu’ils continuent à voir comme passifs et indolents au travail.

  • 18  Damergian montre à quel point les préjugés sur les Nordestins sont forts dans l’imaginaire brésili (...)

15Il est maintenant possible d’analyser les discours concernant la PEC dans le but de saisir les changements qui ont affecté le modèle relationnel. Je n’ai pas constaté à ce sujet de différence entre les hommes et les femmes. De même, l’âge semble ne pas avoir eu d’effets : les foyers jeunes donnent des réponses semblables à celles des foyers plus âgés. D’une manière générale, on remarque dans presque tous les cas le poids de justifications empruntant leurs arguments au registre moral. Selon les classes supérieures, les conquêtes sociales auraient pour effet de réduire l’ardeur à chercher du travail, valeur forte s’il en est dans la société brésilienne. Ces jugements prennent forme dans le cadre d’un imaginaire dépréciatif déjà constitué au sujet des Nordestins et des pauvres : les premiers vus comme indolents, les seconds comme de plus en plus revendicatifs de leurs droits et donc critiques vis-à-vis de l’ordre social établi. Il existe, en particulier à São Paulo, un discours courant consistant à dénigrer la figure du migrant, principalement nordestin, et à condamner l’immigration18. Il est repérable dans l’imaginaire social des groupes favorisés, même si les enquêtés ont ici réduit au minimum l’usage de ce registre. Ainsi, une femme parmi nos interviewés, au moment de donner sa vision de la question de la pauvreté a fourni une position tranchée et fortement empreinte de préjugés. Cette personne est une habitante de longue date du quartier de Jardim Paulista, descendante d’Italiens et pour qui les Nordestins sont par nature paresseux et privés de l’aptitude au travail qui caractériserait les Italiens ou les Japonais :

  • 19  Amanda, 75 ans, avocate en retraite, était spécialisée en droit de l’environnement et des ressourc (...)

Amanda : Dans le Nord et le Nordeste surtout... Le climat lui-même rend les gens paresseux et mous. C’est culturel. À São Paulo non ; à São Paulo les gens courent...
Enquêteur (E.) : Même ceux qui viennent de là ? Ils sont nombreux à venir de là-bas ?
Amanda : Oui très nombreux et je suis très réaliste... São Paulo était bien mieux avant eux. La violence a beaucoup augmenté et si vous regardez bien... Bon, pas besoin d’être plus royaliste que le roi. Non, c’est vrai. C’est malheureux, mais ceux qui ne trouvent pas de travail se tournent vers la violence.
E. : Inévitablement ? Mais... il y a un aspect culturel ?
Amanda : Je le constate avec mes employées... Il faut répéter, répéter, répéter... C’est difficile. Elles viennent à São Paulo mais elles ont du mal à adopter notre style de vie... Les immigrés qui sont venus dans le temps, par exemple les Italiens et les Japonais, ces immigrés européens qui sont venus ici, ils ont fait São Paulo... Ils ont fait grandir São Paulo. Et les Japonais et les Arabes.
E. : Et qu’est-ce qui est difficile alors ? Vivre ensemble ?
Amanda : Oui vivre avec eux... Il faut faire attention quand vous parlez des Nordestins ici à São Paulo, ils peuvent détourner nos propos. Alors je le dis sincèrement : je n’ai rien contre eux, je ne suis pas… Comment dit-on déjà ? Quelqu’un à préjugés. Non ce n’est pas du préjugé... Mais je crois que le gouvernement de chaque État, et surtout le gouvernement fédéral, devraient faire en sorte de donner moyen à chacun de vivre dans son État d’origine, dans sa terre.19

16À ces types de déclarations qui évoquent la période des grandes migrations du Nordeste se superposent d’autres formes de rationalisation qui sont révélatrices des questions que se posent les membres des classes supérieures au sujet des évolutions de la situation sociale à São Paulo. Ces « nouveaux » discours sur la pauvreté montrent que les relations de classes restent tendues. Les modifications du droit du travail et les mesures visant à obtenir une meilleure distribution des revenus ont contribué à augmenter les frictions apparues dans les années 1970, au moment où les mouvements migratoires internes étaient vus par les élites comme la principale cause des problèmes sociaux à São Paulo. La frontière existant entre les membres des couches aisées, originaires d’Europe ou du Japon, et l’univers des domestiques était à cette époque à peu près infranchissable. Les élites se voyaient comme les responsables de la modernisation de la ville – signe éminent de distinction – et considéraient la précarité des conditions de vie de leurs employées comme une cause de retard dans le développement de la nation. À cela vient s’ajouter aujourd’hui l’inquiétude face à l’augmentation du pouvoir d’achat des pauvres.

17L’extrait d’entretien suivant montre l’indignation d’un habitant du quartier de Morumbi face à ces changements. Il est à noter que ses récriminations se font au nom de la classe moyenne alors qu’il fait lui-même partie d’un milieu social supérieur.

  • 20  Bernardo, 39 ans, chef d’entreprise, est marié avec une bijoutière, n’a jamais travaillé puisqu’il (...)

Bernardo : Si vous me dîtes de combien de pour-cent la vie du gars s’est améliorée... Ce pourcentage a sorti le type de la misère, l’a tiré de la pauvreté... Cela a fait une différence pour lui ? Bien sûr ! Il mangeait des pierres et maintenant du pain et il est évident que le pain est meilleur. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel c’est vraiment d’essayer de le sortir de la misère. Vous lui donnez des conditions de vie dignes. Mais que s’est-il passé de réel et de véritable ? Ils ont aplati la classe moyenne, son pouvoir d’achat...
« Ah ! Mais nous avons augmenté le pouvoir d’achat du pauvre ! » De combien ? [...] Je pense que c’est une erreur d’avoir lésé la classe moyenne qui est celle qui contribue le plus, par ses impôts principalement... Au bénéfice de qui ? Des pauvres !20

18Les membres des classes supérieures associent l’augmentation du niveau de vie des pauvres à l’extension des droits sociaux. Ainsi, un cadre supérieur de la finance, lors d’un entretien, a accusé l’État brésilien de paternalisme. Selon lui, cette attitude a des effets négatifs sur les pauvres : l’accès aux droits du travail les déresponsabilise en leur faisant oublier leurs devoirs vis-à-vis de la société. Pour lui, le travail bien fait et une attitude responsable par rapport aux obligations de l’emploi (horaires, assiduité, respect de la hiérarchie) sont des contreparties indispensables aux « faveurs » venant de l’extension des droits :

  • 21  Carlos Eduardo, 38 ans, propriétaire d’un restaurant à Higienópolis, a longtemps été dans les marc (...)

Carlos Eduardo : Alors je vois que cette population, elle vit comme en bonus et elle doit savoir en profiter, parce que ce que l’on sent en réalité c’est une génération qui est élevée par ce gouvernement paternaliste-étatiste, nourricier, etc. Et elle arrive pleine de droits et sans aucun devoir... C’est une situation déplorable qui a commencé il y a longtemps déjà ; je ne sais pas si c’est Getúlio ou un autre qui a lancé cette histoire de CLT [Consolidação das Leis do Trabalho] insensée, mais ce gouvernement hein, après le gouvernement militaire, cette question sociale... Du coup maintenant on a tous ces gens qui ont une qualification nulle, je ne dis pas mauvaise, je dis nulle mais ils sont remplis de droits – comme on l’a vu dans ma famille – sans se sentir tenus par aucun devoir.21

  • 22  Sur la base de l’enquête mensuelle sur l’emploi (Pesquisa Mensal de Emprego – PME/IBGE) et du fich (...)

19L’ascension sociale des classes populaires surprend en fait les gens aisés22. Dans l’exemple suivant, une femme de 56 ans, habitante d’Higienópolis, ne cherche pas à cacher son inquiétude quand son employée domestique lui annonce qu’elle va prendre des vacances. À ses yeux, les gens du peuple ont actuellement accès à une série de « bénéfices » longtemps considérés comme réservés aux classes supérieures et ils n’hésitent plus à les revendiquer.

  • 23  Débora, 56 ans, professeure d’anglais, est mariée à un ingénieur. Elle habite à Higienópolis depui (...)

Débora : Je pense qu’il existe beaucoup de pauvreté n’est-ce pas ? Même si le gouvernement a beaucoup aidé les pauvres. Du coup la classe C a pratiquement disparu, pas vrai ? Maintenant, parait-il, il n’y a plus que la classe A et la classe B. Mais moi je dirai plutôt qu’il y avait A, B, C, D et que c’est la D qui a disparu. Bon maintenant on aurait A, B et C. Par exemple moi je vois mon employée, eh bien, elle a pris des vacances. C’était quand déjà ? Je crois à la fin de l’année dernière. Cela a été un instant mémorable... Elle a dit : « Je vais partir en vacances... » J’ai trouvé ça comique. Je n’avais jamais vu une domestique qui vienne me trouver pour me dire qu’elle allait prendre des vacances... Cela fait un choc, non ?23

20Le discours de cet autre interviewé suit la même ligne. Il montre l’agacement ressenti vis-à-vis d’un « type de pouvoir » attribué aux employées domestiques et qui, parce qu’elles ne savent pas comment le gérer, ferait des relations employeur-employées « un enfer ».

  • 24  Flávio, 54 ans, est un publicitaire. Sa femme travaille dans l’audiovisuel. Ils habitent à Higienó (...)

Flávio : Je ne sais pas bien t’expliquer. Je peux juste dire que cela a eu une conséquence pour moi puisque ma relation avec ces gens est devenue un enfer. Cela doit être juste, je comprends que cela doit être juste, mais ce que je crois c’est qu’une partie de ce qu’ils [le gouvernement] discutent me semble inspiré par le désir de transformer progressivement une figure sociale, qui est l’employée domestique, en autre chose, un autre type, celui de la fonctionnaire. [...] Ce que j’ai vécu à la maison personnellement, c’est que cela les a transformées... Elles ne se voient plus comme des domestiques… Et que sont-elles alors ? Ce sont des domestiques... Alors elles se retrouvent avec une sorte de pouvoir dont elles ne savent trop quoi faire.24

21Ce pouvoir menaçant a également été évoqué par un entrepreneur (se disant lui-même ultralibéral), ex-cadre d’une agence financière dont le discours contre les lois travaillistes a déjà été analysé plus haut. Dans cet extrait, il se plaint de l’insubordination de l’un des salariés de son restaurant à Higienópolis, qu’il voit comme typique de toute la classe ouvrière de cette génération qui serait à la fois rebelle, protégée et au fait de ses droits :

Carlos Eduardo : Vous prenez un individu, par exemple un barman... Il gagne le salaire légal de sa profession et tout. Alors vous lui dîtes : « J’ai besoin que tu aides l’équipe à ranger par ici pour déplacer ce réfrigérateur. » « – Je suis barman. » Vous lui répondez : « OK... Laisse-moi te montrer comment fait un barman. Tu vois je suis le patron. » Je soulève le frigo et on le porte ensemble. Voilà ! Cette génération a ce défaut. Ils ont ce bonus, une chance énorme fournie par la Chine – tout cela n’a rien à voir avec notre gouvernement – qui se déroule maintenant, et tous ils devraient en profiter pour travailler, pour relever leurs manches, avancer, étudier, se former, etc. Parce que tout le monde est prêt à cela. Les chefs d’entreprise sont prêts à cela – former les gens, etc. – mais ils veulent que ça soit un peu donnant-donnant.

22Le manque de main-d’œuvre sur le marché du travail est un autre problème récurrent pour les membres des classes supérieures. Habitués à disposer d’un volant d’individus toujours prêts à accepter toute proposition d’emploi, ils essaient d’interpréter les raisons de l’inversion du rapport entre l’offre et la demande intervenue dans le secteur du travail domestique. Les propos abrupts et sans nuance de cette mère de famille de 33 ans qui habite Morumbi témoignent de l’importance de cette question pour les personnes étudiées.

  • 25  Gilda, 33 ans, femme au foyer, est mariée avec un ingénieur. Elle habite Morumbi depuis deux ans e (...)

Gilda : Je pense que le Brésilien est un peu sans gêne. Aujourd’hui le chômage s’est bien réduit. J’ai des amis qui cherchent des employées domestiques et qui n’en trouvent pas. En même temps, quand on s’arrête au feu rouge, il y a toujours autant de gens qui mendient. C’est plus facile de gagner de l’argent comme cela que de mettre la main à la pâte. Le Brésilien ne se bat pas pour ses ambitions, son futur. C’est un peu la mentalité. Les gens ne voient pas cela ailleurs.25

23Il faut ici rappeler que les débats agités à propos du vote de la PEC et l’assimilation des domestiques aux autres catégories de travailleurs se sont produits lors d’une période particulière qui a vu les tensions entre riches et pauvres se durcir et les préjugés sociaux se renforcer. Notre recherche a ainsi subi un effet conjoncturel et il est difficile de déterminer ce qui tient au contexte ou ce que l’on peut attribuer à un tissu plus permanent de représentations.

Les réactions face à la PEC : trois types de relations employeurs-employés

  • 26  Les données sur la répartition entre hommes et femmes ne servent pas à prouver la représentativité (...)

24Lorsque nous avons abordé avec les personnes qui nous ont répondu le thème de la PEC et, en particulier, la question du FGTS, des heures supplémentaires et des horaires hebdomadaires, nous avons obtenu différentes réponses que nous avons classées en fonction de la propension des interviewés à accepter un nouveau modèle de relations. Nos données montrent sans ambiguïté que l’effet de la PEC sur la vie des gens aisés n’a rien à voir avec l’augmentation du coût du travail domestique. Ce qu’ils redoutent et refusent est en fait d’ordre symbolique et concerne les relations de classes. L’analyse compréhensive des données que nous avons réalisée a abouti à trois types (weberiens) de relations bien distincts : la bienveillance, le conflit, la convention. Cette typologie exagère bien sûr les spécificités de manière à faciliter l’interprétation et elle ne suffit pas à rendre pleinement compte du phénomène, mais elle donne une idée assez précise des tendances principales. Ainsi, au centre de l’analyse, on ne trouve pas la description des diverses catégories de personnes, mais la compréhension des tendances « idéal-typiques ». Cette typologie doit cependant être saisie de façon dynamique : la relation entre employeurs et employées peut, par exemple, se dégrader soudainement à la suite d’un incident mineur et une relation de type conventionnel devenir alors conflictuelle. L’analyse permet de comprendre les variations de façon plus précise et plus qualitative. Elle s’écarte en ce sens de la classification plus rigide qu’impose le raisonnement statistique26.

La relation bienveillante

  • 27  Girard-Nunes & Silva (2013, 12) ont remarqué cette tendance. Selon eux : « Les employées étant con (...)
  • 28  La stricte volonté du maître fut prépondérante pendant la période esclavagiste. Depuis, elle se he (...)

25Le premier type consiste en une relation qui s’éloigne du modèle conventionnel du salariat puisque les employées sont considérées pratiquement comme des membres de la famille27. Les droits du travail ne sont appliqués qu’a minima et passent après les liens affectifs qui induisent des attentes en termes de comportement de la domestique. On attend d’elle surtout un grand dévouement pour la famille : elle est supposée se consacrer entièrement à sa mission, en échange de quoi elle reçoit certaines gratifications sous la forme de remerciements et par l’expression de sentiments ambigus mêlant affection et considération. Dans sa forme typique pure, selon Weber (1971, 332) : « Celui qui détient le pouvoir n’est pas un “supérieur” mais un seigneur personnel. Sa direction administrative ne [se compose] pas principalement [de] “fonctionnaires” mais de serviteurs personnels… » Ce qui caractérise ce type de domination n’est pas « les devoirs objectifs d’une fonction, c’est la fidélité des serviteurs qui détermine les rapports de la direction administrative et du détenteur du pouvoir » (Id.). Dans notre cas, cette fidélité augmente à proportion des « cadeaux » faits aux serviteurs contre leur travail. On n’obéit donc pas à des statuts ou des lois mais au « seigneur » qui peut en retour agir selon la tradition, c’est-à-dire selon ce qui a été imposé de façon coutumière dans le quotidien des familles, ou bien selon sa libre volonté28. De surcroit, la relation bienveillante n’est rompue qu’en des occasions particulières : « [La résistance du subordonné], lorsqu’elle survient, se dresse contre la personne du détenteur du pouvoir (ou celle de son serviteur), lequel a méprisé les limites traditionnelles du pouvoir, mais non contre le système en tant que tel […] » (Ibid., 333).

26Nos entretiens montrent que ce type de domination est probablement en voie de disparition puisque peu de nos témoignages peuvent y être rattachés. La relation bienfaisante n’est donc certainement plus la relation typique entre patrons et employées. L’extrait suivant montre cependant à quel point elle peut être complexe lorsqu’elle implique des récompenses matérielles dans des situations régies par l’arbitraire en même temps que des formes d’indignation en cas de manifestations d’infidélité :

  • 29  Heloísa, 57 ans, femme au foyer, est divorcée. Son ex-mari est ingénieur. Elle habite Alphaville d (...)

Heloísa : Ma femme de ménage, elle emporte des choses ; je ne jette pas la nourriture, je la lui donne. Mais quand elle me joue des tours, je ne lui donne rien. Par exemple, elle cuisine deux fois plus de riz que nécessaire pour pouvoir en ramener chez elle. Être juste c’est une chose, mais être idiote c’en est une autre. Je ne jette rien, ni vêtement ni alimentation, je l’emmène en voiture jusqu’à l’arrêt de bus quand il pleut, je verse le salaire sans retard [elle prend un air indigné]. Tu veux gagner plus ? Moi je ne peux pas payer plus que cela. Tu veux t’en aller ? Va ! Il n’y a pas de souci... Tu sais où est la porte. Mon avis c’est... Ok ! Il existe un problème social sérieux mais je ne suis qu’un oiseau au printemps.29

27Dans l’exemple suivant une veuve justifie sa réticence à adhérer au nouveau modèle relationnel par la perte des faveurs concédées à l’employée qui pourrait s’ensuivre :

  • 30  Isabela, 71 ans, architecte, veuve d’un ingénieur, emploie une diarista qui se rend quatre fois pa (...)

Isabela : Je crois qu’il fallait qu’elles aient ces droits aussi car les autres travailleurs les ont, n’est-ce pas ? Maintenant, il y a quand même un détail spécial dans le cas de la domestique : elle bénéficie de trois repas par jour et elle ne les aurait pas si elle travaillait dans une entreprise. Elle aurait au mieux un ticket repas, pas vrai ? Sans parler des autres avantages qu’on a quand on habite sur place… Je veux dire, dans une maison de famille : l’horaire est flexible, on peut être tranquille pour passer des coups de fil, n’est-ce pas ? J’ai eu une femme de ménage qui téléphonait au Piauí quand je sortais, pour parler des tresses de sa fille ou je ne sais quoi.30

28L’enquêtée préfère ici trouver une solution personnelle de soutien et de prévoyance pour son employée, en cas de besoin, plutôt que de suivre les procédures légales qui imposent des versements, sans doute pour maintenir la dépendance financière et affective. Dans les termes de Weber, sa conduite se conforme à des principes non formels d’équité ou de justice matérielle ou d’opportunisme utilitariste.

E. : Mais vous payez le fonds de garantie [FGTS] ?
Isabela : Non, pas le fonds de garantie. Alors qu’est-ce que je fais ? Elle ne le sait pas, mais je dépose pour elle tous les mois une petite somme comme si c’était un fonds de garantie, comme cela en cas de nécessité je peux l’aider. Parce que je n’ai pas de gros revenus que je pourrais comme cela distribuer, alors je fais cette petite épargne à ma manière pour l’aider si besoin... N’est-ce pas ?

La relation conflictuelle

29Le deuxième type a comme caractéristique principale la difficulté qu’éprouvent certains enquêtés à transformer la relation affective avec les employées en relation professionnelle. Dans ces situations, on le verra, il existe un véritable conflit de valeurs entre les principes moraux et idéologiques et les principes légaux. Cet aspect a été particulièrement saillant dans notre recherche et révèle une véritable crise dans la relation patrons-domestiques que l’on doit comprendre comme un problème de légitimation du pouvoir traditionnellement exercé par les uns sur les autres.

30Pour comprendre la nature de ce rapport, il est important de préciser que l’un des objectifs de la PEC est de corriger les irrégularités relevées dans les prestations du service domestique. Ces changements de règles ont provoqué des situations de pertes de repères et ont remis en question des habitudes et des rapports de force. De là, un accroissement des tensions entre les domestiques et les patrons. Si, d’un côté, nous ne sommes plus dans un schéma de domination bienveillante, d’un autre côté, les conditions d’une relation seulement professionnelle ne sont pas encore réalisées en raison du décalage entre la morale privée qui fonde l’expérience quotidienne au foyer et les principes légaux. Il s’agit donc clairement ici d’un conflit normatif. Les membres des classes supérieures attendent des employées qu’elles se comportent comme des salariées ordinaires, respectant tous les règlements s’imposant au travail domestique, et qu’en même temps s’établisse une relation affective comme auparavant. Cette ambiguïté est sans aucun doute source de nombreux conflits : face à la désintégration du modèle ancien, les membres des classes supérieures s’en prennent aux domestiques en faisant valoir des arguments propres à les déconsidérer professionnellement et à démontrer leur manque de maturité et leur incapacité à agir comme des travailleurs ordinaires. De cette manière, ils affirment leur supériorité et justifient leur opposition à la PEC. Ils perçoivent en fait que leur pouvoir, légitimé jusqu’ici par la croyance en la tradition, est de plus en plus remis en question par un nouveau credo. Ce dernier, en s’opposant à l’obéissance comme fondement, met en avant l’impersonnalité et l’efficacité de la loi. Un tel ébranlement de l’ancien modèle apparait de façon très nette dans le discours d’une femme de 58 ans, interrogée au sujet de la PEC. Elle se plaint que les domestiques ne résident plus comme auparavant au domicile de l’employeur. Elle y voit une perte morale et financière due à la réduction de la charge de travail quotidienne et hebdomadaire :

  • 31  Jaqueline, 58 ans, femme chef de petite entreprise, est mariée à un architecte, habite le quartier (...)

E. : Pensez-vous que la PEC ait été une mesure positive ?
Jaqueline : Non, je ne crois pas ! Je pense que l’employée domestique aujourd’hui bénéficie de nombreux avantages par rapport à avant, quand elles dormaient chez le patron. Maintenant, c’est fini : elles finissent la journée à 16 heures. Une bonne partie d’entre elles, pas toutes, mais beaucoup... Le samedi, le dimanche, c’est repos ! Si elle vient ces jours-là, il faut payer en plus. Alors je crois que cela va finir par devenir compliqué pour elles aussi, car cela va faire trop cher pour les patrons. Si cela continue, qui va pouvoir verser des salaires aussi élevés ?31

31Dans l’exemple suivant, de même, les heures de travail sont l’objet d’une inquiétude. Alors que cette femme au foyer exprime en apparence son adhésion aux principes de la PEC, elle ne peut s’empêcher de souligner que son employée domestique manque de discipline et ne respecte pas la durée de travail convenu, ce qui doit inciter, selon elle, les employeurs à être plus vigilants :

  • 32  Katarina, 62 ans, femme au foyer, est mariée avec un économiste-entrepreneur. Elle habite dans le (...)

E. : Que pensez-vous de la PEC des employées domestiques ?
Katarina : Je trouve cela excellent !
E. : Mais ne pensez-vous pas que cela pourrait avoir certains effets, certaines conséquences ? Trouvez-vous ces changements indispensables ?
Katarina : Je pense qu’il s’agit d’une profession comme les autres... Et cela s’applique des deux côtés, vous voyez ce que je veux dire ?
E. : Comment cela ?
Katarina [avec un sourire, puis en parlant plus bas] : Ici, elle arrive à 10 heures et s’en va à 4 heures [de l’après-midi] : 10, 11, midi, 1, 2, 3, 4 [montrant avec les doigts que l’employée ne reste en tout que 6 heures], voilà cinq heures. Alors, on va s’y mettre, on va faire les choses comme il faut, respecter l’horaire, suivre toutes les règles : c’est pas que d’un côté...32

32On trouve les mêmes données de fonds dans le cas suivant :

E. : Quelle est votre opinion au sujet de la PEC des employées domestiques ?
Heloísa : Je trouve cela très bien, parce que la domestique est une citoyenne, un être humain comme les autres, un architecte, un ingénieur… Maintenant il faut voir que la domestique ne travaille aujourd’hui pas plus que huit heures. La loi prévoit qu’elle doit travailler du lundi au samedi si elle est mensalista... Mais elles ne le font pas. Elles ne compensent pas le samedi perdu dans les heures normales de la semaine.

33Le fait que les employées ne restent pas longtemps chez un même patron est l’un des arguments avancés par l’une des enquêtées pour justifier son refus de payer le FGTS. Les versements sont présentés comme une sorte d’engagement de sa part, fragilisé par un protectionnisme excessif garanti par la législation du travail qui inciterait les domestiques à ne pas se sentir liées à leurs employeurs :

  • 33  Laura, 40 ans, designer, est mariée avec un cadre supérieur du secteur bancaire. Elle habite Jardi (...)

E. : Que pensez-vous de la PEC des employées domestiques ?
Laura : Bon, moi j’agis en fonction de la pratique. Pas de fonds de garantie. C’est exagéré. Il y a trop de rotation... Le lien avec l’employeur aujourd’hui... Je ne peux pas dire si c’est l’œuf ou la poule... Sincèrement, je ne sais pas... Peut-être qu’il y a de la mobilité parce qu’il n’y a pas assez de droits du travail, ou peut-être que c’est parce qu’il y a trop de droits... Vous voyez ? C’est comme cela... Et cela ne me plaît pas parce que je crois qu’il y a trop de rotations.33

34D’autres extraits d’entretiens attribuent les problèmes de la PEC au comportement des employées et à des facteurs culturels venant de leur socialisation :

  • 34  Mariane, 64 ans, psychologue, mariée à un designer. Elle habite Higienópolis depuis 19 ans et sala (...)

E. : Que pensez-vous de la PEC des employés domestiques ?
Mariane : Je dirais que, théoriquement, ils sont des salariés comme les autres. Ils devraient être régis par les mêmes principes que n’importe quel travailleur soumis à la CLT. Mais il se passe que, même si on ne peut pas toujours généraliser, la grande majorité d’entre eux, ils veulent des droits mais pas des devoirs. Alors on est obligé d’abord d’imposer l’idée que le travail domestique doit être fait de façon responsable. Si c’est pour le ménage par exemple, cela ne sert à rien de laver ici en oubliant le coin... C’est cela que l’on n’arrive pas à obtenir...
E. : C’est un problème de main-d’œuvre déqualifiée ?
Mariane : Non, ce n’est pas le problème de la main-d’œuvre déqualifiée ! Je crois que c’est de la roublardise, c’est rouler le patron. J’ai un exemple ici, chez moi. Je crois que... Par exemple dans mon cas... Si je vais travailler pour une entreprise et que l’on me donne une tâche à faire, je me donne à fond pour faire le travail le mieux possible. J’attendrais donc que la femme de ménage qui bénéficie de tous les avantages de la CLT, elle ait la même attitude. Mais comment est-ce que vous pouvez exiger d’une personne qui vient du sertão bahianais, complètement démunie, qu’elle donne la même importance que vous aux coins de murs propres ou au linge bien repassé ?34

La relation contractuelle

35Le troisième type se différencie des précédents par une plus grande acceptation des changements post-PEC, chez les interviewés qui signalent notamment : l’amélioration de la valeur des services fournis par les employées, la rareté de la main-d’œuvre, la réorganisation de la répartition des tâches quotidiennes. Ces nouvelles situations n’apparaissent pas pour eux comme de véritables problèmes puisqu’ils ne sont pas attachés à des habitudes traditionnelles et se montrent optimistes vis-à-vis des changements. Ils pensent que des bénéfices sont à attendre pour eux comme pour les domestiques. Toutefois, les enquêtés qui peuvent être assimilés à ce dernier type restent peu nombreux. Ainsi, il est possible d’affirmer que cette tendance, comme on l’a vu, ne s’exprime que partiellement dans l’imaginaire des classes supérieures de São Paulo.

36Le trait marquant de ce dernier type est l’application sans restriction de la CLT. Les patrons qui s’y rattachent préfèrent les relations professionnelles sans lien affectif et exemptes de la déformation du lien formel et légal qui est généralement associée au modèle traditionnel. Le type pur de relation conventionnelle concerne des personnes qui se soumettent à une régulation impersonnelle, objective et fondée sur la loi. Selon Weber (1971, 320), le détenteur caractéristique du pouvoir légal, « lorsqu’il statue et, partant, lorsqu’il ordonne, obéit pour sa part à l’ordre impersonnel par lequel il oriente ses dispositions ». Dans ce modèle, le subordonné obéit seulement aux règles de droit, se voit doté de compétences fonctionnelles déterminées et n’est rémunéré qu’en argent. En plus de cela, il a le droit de déposer une réclamation ou de se plaindre de ses supérieurs. Il exerce sa charge en tant que profession unique, séparé des milieux administratifs, et se trouve soumis à un système absolu, rigoureux et homogène de discipline et de contrôle du travail. On exige de lui rendement, précision, continuité, rigueur et fiabilité. Les rapports sont impersonnels (dans les termes de Weber), sans haine ni passion ou considération personnelle, d’égal à égal d’un point de vue formel.

37Dans la relation conflictuelle, les personnes ayant répondu à l’enquête, bien qu’elles ne suivent plus complètement la tradition, ont du mal à se conformer et à adhérer aux règles qui gouvernent une relation conventionnelle. Dans cette dernière les personnes enquêtées s’efforcent, au contraire, d’appliquer les principes contractuels comme s’il s’agissait d’une conduite incontournable en accord avec leur morale privée et leur style de vie. D’une manière générale, elles n’expriment aucune forme de mécontentement face aux changements actuels. Leur très fort pouvoir d’achat leur permet de les envisager sans inquiétude puisqu’elles savent qu’elles trouveront aisément une solution au manque de main-d’œuvre domestique. Elles ne regrettent donc pas la disparition du modèle ancien de relations et se préparent avec calme aux évolutions à venir.

38Le témoignage de cette dirigeante d’entreprise de 59 ans tranche avec ce que nous avons vu jusqu’à maintenant par son attitude bienveillante vis-à-vis des employées qu’elle voit comme obligées à un travail dégradant et socialement dévalorisé :

  • 35  Natália, 59 ans, chef d’entreprise, mariée avec un chef d’entreprise, salarie trois employés à dem (...)

Natália : Je ne paie pas seulement le fonds de garantie, mais aussi le panier alimentaire de base, ce qui n’est pas dans la loi, le bon de transport, les congés et le treizième mois, même pour celle qui vient trois fois par semaine et qui pourrait être une femme de ménage ordinaire. C’est important pour moi de payer tout cela car cette femme est jeune et cela peut être bon pour son futur, n’est-ce pas ? Il y a seulement le fonds de garantie que je n’ai pas encore commencé à payer, mais ce sera bientôt fait. Je pense que c’est comme cela qu’il faut faire. Elles ont l’un des pires métiers à mon avis, c’est-à-dire fastidieux : le ménage, la cuisine ; alors je pense que nous qui avons le privilège d’avoir quelqu’un, le moins que l’on puisse faire c’est de bien payer.35

39Les extraits suivants permettent d’analyser les positionnements de deux interviewés face aux évolutions actuelles. Le premier interprète la survivance du modèle traditionnel comme un problème culturel qui ne trouvera pas de solution à court terme :

  • 36  Otávio, 78 ans, consultant en marketing politique, marié avec une enseignante à la retraite, habit (...)

E. : C’est vrai... Comment va se poser cette question selon vous ? Nous allons devoir nous adapter à ces changements...
Otávio : S’adapter... C’est un problème culturel, pas vrai ? Chacun va devoir faire son lit, son repas, adopter des habitudes alimentaires plus frugales et oublier un peu les feijoadas, ces plats qui demandent tout un personnel... Et vraiment, ces choses-là vont devenir de plus en plus difficiles pour les classes privilégiées. Mais on va rester à un niveau moins strict qu’en Europe où ceux qui se font servir sont seulement les plus riches de tous... Au Brésil ça va rester encore un peu accessible.
E. : Pensez-vous que le service domestique va continuer longtemps à exister ?
Otávio : Sa fin ce n’est pas pour ma génération, plutôt pour mes petits enfants...36

40L’interviewé suivant compare sa situation actuelle avec l’époque où il pouvait disposer d’une véritable armée de domestiques. Il ne se montre pas anxieux face aux changements, car il sait bien, qu’au fond, il a les moyens de rémunérer ces services. Il cherche seulement à s’adapter aux nouvelles exigences de la loi et prétend n’être pas incommodé par l’obligation de réchauffer lui-même son dîner :

  • 37  Paulo Henrique, 71 ans, gérant d’entreprise à la retraite, marié à une avocate. Il habite Jardins (...)

Paulo Henrique : Non, l’employeur qui a une domestique a les ressources pour s’acquitter des charges sociales. Vous savez quel est le futur probable des domestiques ? Il suffit de regarder les États-Unis : elles ont disparu. Vous savez, je vis depuis 40 ans avec mon épouse. Avant, elle avait une femme pour le ménage, une pour repasser, une blanchisseuse, et d’autres encore à la journée. Aujourd’hui elle a une employée qui quitte à 17 heures. Je réchauffe mon dîner au micro-ondes, mais nous avons une femme de ménage deux fois par semaine…37

41Le témoignage ci-dessous est celui d’une femme de 40 ans qui n’a pas l’intention de payer le FGTS en raison du turn-over des domestiques (nous l’avons déjà citée plus haut dans la section consacrée au conflit normatif). Toutefois, le niveau de vie auquel elle est habituée lui permet d’envisager les changements à prévoir avec un certain détachement teinté d’humour :

Laura : Je pense que ce type de main-d’œuvre va disparaître... Avec la facilité du crédit, tout cela, et qui sait un peu plus d’éducation, les gens vont vouloir étudier plus et donc les domestiques vont disparaître... Donc je pense que l’on va devoir s’adapter à nouveau... Comme là-bas, à l’étranger, et je crois que c’est bien ! Oui, je crois que c’est bien ! [...] Mais je dirais qu’à partir de ce moment qu’est-ce qu’on va voir arriver ? La technologie. Du coup, on aura à la place un aspirateur ultra-mega-high tech, un tapis qui...
E. : Un petit robot qui va faire plein de choses... [rires]
Laura : C’est ça ! Exactement, un petit torchon qui enlève la poussière pour une semaine, vous comprenez ? C’est ça, quoi...

42La plupart des discours que nous avons rapprochés de notre dernier type indiquent une acceptation sans restriction du nouveau modèle de relations. Les enquêtés se sont souvent montrés indignés par nos questions, comme si les évolutions étaient inexorables et suivaient le cours naturel des choses. Ils justifiaient leur position en soulignant certaines valeurs fondamentales comme l’autonomie et la justice dont l’application mettrait fin à la dépendance et à la soumission des domestiques, à leurs yeux marque de retard incompatible avec le développement du pays.

Conclusion

43Les données que nous avons présentées dans ce texte montrent que l’héritage historique et certains éléments du contexte actuel (comme l’augmentation du pouvoir d’achat des populations pauvres) contribuent à façonner les représentations des classes supérieures de São Paulo. Nous avons constaté lors de cette recherche l’existence d’un climat de forte tension qui sous-tend les relations analysables à partir d’un triple modèle : le type traditionnel, le type conflictuel et le type conventionnel.

44Dans le type traditionnel-bienfaisant, on constate une inégalité de traitement marquée entre les deux parties : il s’établit entre les employeurs et les domestiques une relation fondée sur la subordination consentie dans laquelle les patrons assument une fonction de protection, payée en retour par le dévouement des employées. La relation se développe dans une atmosphère de grande intimité puisque chacun des protagonistes connaît les détails de la vie privée de l’autre. Le dévouement et la protection peuvent atteindre un niveau élevé car ils impliquent en général toute la famille du patron à laquelle la domestique peut être complètement liée. L’une des causes de cette situation est le risque de chômage qui peut mener à la rue si l’employée n’a pas de famille à São Paulo. La protection offerte contre la dépendance ne peut donc dissimuler l’arrière-plan d’extrême vulnérabilité sociale. L’expression utilisée par les patrons, « nous la traitons très bien », signifie qu’ils donnent une protection au sein de la sphère familiale, assortie de marques d’affection et de divers avantages qui ne sont pas prévus par la loi, mais qu’ils considèrent comme indispensables pour garantir le bien-être des domestiques et une bonne entente au sein du foyer. En fait, la protection et la dépendance assurent la reproduction de la force de travail et permettent une meilleure productivité des salariées au service des patrons.

45Dans le second type, le modèle traditionnel est remis en question par l’ambition de la PEC de placer les domestiques au même niveau que les autres salariés pour qu’elles accèdent à une relation typiquement salariale, sans contreparties et liens d’affection. Toutefois, de nombreux enquêtés se plaignent non pas tant de la nouvelle position des femmes de ménage sur le marché du travail ou de l’augmentation des salaires, que de la perte d’une institution traditionnelle dont ils gardent la nostalgie. Ils regrettent en effet les arrangements sociaux confortables qui légitimaient leur pouvoir grâce au maintien de relations de dépendance, de soumission mais aussi d’affection. Ils se sentent donc désorientés et amers : ils aimeraient conserver l’inégalité de situation et de traitement qui a toujours caractérisé les rapports avec leurs domestiques mais ils n’y parviennent plus. Ainsi, ils mettent en avant les « désavantages » que la PEC entrainerait pour eux-mêmes comme pour leurs salariées. Ils parlent de l’« incapacité » des domestiques à jouer leur rôle dans la société et donc à être traitées comme des égales. Ce faisant, ils réactivent de vieux préjugés enracinés dans l’imaginaire social brésilien et leur servant à justifier leur opposition aux changements en cours. Ils ajoutent également, dans le même registre d’idées, que la PEC, mais également toutes les mesures de redistribution, découragent le travail. Ils visent ici surtout les mécanismes destinés à diminuer la distance entre les classes.

46Le troisième type est marqué par la volonté d’établir une égalité absolue de traitement entre patrons et employées domestiques. Le fondement de la relation est le contrat de travail établi en conformité avec la loi. Les deux parties y sont donc soumises tout comme au contrôle de ses clauses, ce qui crée une situation beaucoup plus égalitaire. La protection et le dévouement sont remplacés par des rapports fondés sur le respect, le professionnalisme et l’objectivité. L’une des raisons en est la conviction, chez cette catégorie d’employeurs, que les nouvelles mesures qui rendent les domestiques indépendantes vont dans le bon sens. Ils ne font donc pas l’éloge de l’affection et des avantages dont celle-ci les fait bénéficier puisque leur seule référence est le respect de la loi. Ils parlent des domestiques comme de « travailleurs pareils aux autres », capables de tenir leur rôle dans la société. Par ailleurs, ils affirment que le nouveau modèle de relations est devenu inévitable et représente une évolution naturelle. Le comportement qu’ils adoptent rompt donc complètement avec le modèle antérieur puisqu’il repose sur la conviction que la PEC est nécessaire et efficace et peut, seule, donner à la profession de domestique sa dignité.

47À ce point de notre analyse, on peut se demander si les types de relation que nous avons étudiés ne correspondent pas finalement aux étapes du processus de bureaucratisation à l’œuvre sur le plan juridique dans le secteur des employées domestiques, processus qui se traduit inévitablement par des résistances et des tensions, mais qui semble néanmoins bien engagé. Si une partie de l’échantillon se montre favorable à cette évolution, une autre, numériquement significative, la voit d’un mauvais œil dans la mesure où elle remet en cause la légitimité de sa domination sur les pauvres. Ce qui est en jeu, plus profondément, c’est l’ensemble des valeurs qui participent à la définition du concept de justice sociale. Vidal (2007) avait noté, à l’époque de sa recherche, que la plupart des Brésiliens n’envisageaient pas les questions de justice sociale à partir de l’idée d’une égalité absolue entre les individus. Nos conclusions sont aujourd’hui plus nuancées puisque nous avons montré qu’il existe une modification des représentations qu’ont les classes supérieures de leurs relations avec leurs employées et, par conséquent, du statut juridique de ces dernières dans la société. Toutefois, même si l’on peut dire que le débat sur la situation des domestiques a probablement donné à la notion d’égalité de nouvelles significations qui se diffusent lentement et pénètrent le sens commun, on est en droit d’affirmer qu’il n’a pas encore engendré une transformation complète des représentations véhiculées dans l’imaginaire social. Il reste aux classes supérieures de São Paulo un long chemin à parcourir pour que l’égalité soit la base de la relation entre patrons et employées.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre. 1977. » Sur le pouvoir symbolique. » Annales. Économies, sociétés, civilisations 32 : 405-411.

Brites, Jurema. 2004. « Serviço doméstico: um outro olhar sobre a subordinação. » In Gênero, cultura e poder, dirigé par Maria Lisboa & Sonia Maluf, 111–143. Ilha de Santa Catarina: Editora Mulheres.

Brites, Jurema. 2007. « Afeto e desigualdade: gênero, geração e classe entre empregadas domésticas e seus empregadores. » Cadernos Pagu 29: 91-109.

Bruschini, Cristina & Maria-Rosa Lombardi. 2000. « A bipolaridade do trabalho feminino no Brasil contemporâneo. » Cadernos de Pesquisa 110: 7-37.

Caldeira, Teresa. 2000. Cidade de muros. Crime, segregação e cidadania em São Paulo. São Paulo: Editora 34.

Castel, Robert & Claudine Haroche. 2001. Propriété privé, propriété sociale, propriété de soi. Paris : Fayard.

Costa, Joaze Bernadino. 2013. « Controle de vida, interseccionalidade e politica de empoderamento: as organizações politicas das trabalhadoras domesticas no Brasil. » Estudos Históricos 52: 471-489.

Damergian, Sueli. 2009. « Migração e referenciais identificatórios: linguagem e preconceito. » Psicologia USP 20: 251-268.

De Swaan, Abram, James Manor, Else Byen & Elisa P. Reis. 2000.« Elite Perceptions of the Poor: Reflections for a Comparative Research Project. » Current Sociology 48: 43-54.

Dieese et al. 2011. « As características do trabalho doméstico remunerado nos mercados de trabalho metropolitanos. » Convênio DIEESE, SEADE, MTE/FAT e instituições regionais, sistema PED – Pesquisa de Emprego e desemprego. http://portal.mte.gov.br/data/files/8A7C816A2E7311D1012FE44B208D575F/DIEESE_Trabalho%20Dom%C3%A9stico%202011.pdf (consulté le 29 septembre 2015).

Ewald, François. 1986. L’État providence. Paris : Grasset.

Fernandes, Florestan. 2007 [1972]. O negro no mundo dos brancos. São Paulo: Global.

Georges, Isabel. 2009. «  Entre discrimination et reconnaissance, les employés domestiques. » In São Paulo la ville d’en bas, dirigé par Robert Cabanes & Isabel Georges, 69-88. Paris : L’Harmattan.

Girard-Nunes, Christiane & Pedro Isaac Silva. 2013. «  Entre o prescrito e o real: o papel da subjetividade na efetivação dos direitos das empregadas domésticas no Brasil. » Sociedade e Estado 28: 587-603.

Graham, Sandra L. 1992. Proteção e obediência: criadas e seus patrões no Rio de Janeiro – 1860-1910. São Paulo: Cia das Letras [éd. originale (1982) : « Protection and Obedience: The Paternalist World of Female Domestic Servants, Rio de Janeiro, 1860-1970. » PhD. Austin: University of Texas].

Ianni, Octavio. 1966. Raças e classes sociais no Brasil. São Paulo: Civilização Brasileira.

Neri, Marcelo. 2008. A nova classe média. Rio de Janeiro: FGV/IBRE.

Préteceille, Edmond & Adalberto Cardoso. 2008. « Río de Janeiro y São Paulo: ¿ciudades duales? Comparación con París. » Ciudad y Territorio. Estudios Territoriales 158: 617-640.

Reis, Elisa P. 2000. «  Percepções da elite sobre a pobreza e a desigualdade. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 42: 143-152.

Rollins, Judith. 1990. « Entre femmes, les domestiques et leurs patronnes.» Actes de la recherche en sciences sociales 84 : 63-77.

Silva, Elizabeth Bortolaia. 2010. « Empregadas domésticas, máquina e moral nos lares brasileiros. » Revista Tecnologia e Sociedade 10. https://periodicos.utfpr.edu.br/rts/article/view/2548/1781 (consulté le 16 septembre 2015).

Theodoro, Maria Isabel Accoroni & Luiz Guilherme Scorzafave. 2011.« Impacto da redução dos encargos trabalhistas sobre a formalização das empregadas domésticas. » Revista Brasileira de Economia 65: 93-109.

Vidal, Dominique. 2007. Les Bonnes de Rio : emploi domestique et société démocratique au Brésil. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

Weber, Max.1971. Économie et société. Tome 1. Les catégories de la sociologie. Paris : Plon/Agora Les Classiques [éd. originale (1922) : Wirtschaft und Gesellschaft. Tübingen: JCB Mohr].

Yaccoub, Hilaine. 2011. « A chamada “nova classe média” – cultura material, inclusão e distinção social.» Horizontes Antropológicos 36: 197-231.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, un certain nombre d’articles du journal français Le Monde montrent la visibilité actuelle du Brésil en raison des changements opérés ces quinze dernières années : « Le Brésil, plus prospère et toujours plus violent » (9 juin 2014) ; « Les pays en développement cherchent à étendre leurs systèmes de protection sociale » (15 novembre 2013) ; « L’OCDE invite le Brésil à poursuivre la lutte contre la pauvreté » (22 octobre 2013) ; « Recul de la pauvreté et essor de la classe moyenne en Amérique latine » (19 octobre 2013) ; « Pourquoi les émergents resteront au centre de la croissance mondiale » (10 octobre 2013) ; « Au Brésil, les mesures de soutien à l’activité font effet » (31 octobre 2013).

2  J’utilise le terme « employée » exclusivement au féminin lorsque je fais référence aux femmes qui accomplissent des tâches domestiques au sein du ménage. J’utilise le masculin lorsque j’intègre à ce groupe les hommes qui exercent les fonctions de nettoyage et de gardiennage dans les immeubles. Les personnes interviewées parlent du premier et du second groupe très souvent parce qu’elles considèrent que l’employé d’immeuble est aussi à leur service pour toute une série de tâches domestiques.

3  Sur ce thème, on consultera l’article de Jurema Brites qui montre « comment les enfants apprennent par les routines quotidiennes à naturaliser l’inégalité [chez eux] en conciliant l’affection [pour les employées] avec l’évidente et incontournable distance sociale » (Brites 2007). La question de l’affection est également abordée par Rollins (1990), Vidal (2007), Georges (2009) et Silva (2010).

4  Cela se traduit en général par une résistance des employées plutôt qu’une obéissance passive. La question du rôle croissant des organes de représentation politique des travailleurs domestiques dans la conquête de leurs droits sociaux a été discutée de façon complète par Costa (2013).

5  L’historienne Sandra L. Graham (1992) a montré dans son livre Proteção e obediência: criadas e seus patrões no Rio de Janeiro, 1860-1910 que les classes supérieures brésiliennes sont habituées depuis longtemps à fournir à leurs protégés logement, vêtements et nourriture contre obéissance.

6  « La “PEC des domestiques” prévoit assurance chômage, indemnisation pour licenciement sans faute, cotisation au Fonds de garantie pour temps de travail (FGTS), salaire-famille, supplément pour travail nocturne, aide au paiement des crèches et assurance contre les accidents du travail. Ces dispositions obligent les employeurs à verser une cotisation mensuelle au FGTS équivalant à 11,2 % de la rémunération. Une partie (3,2 %) de ces sommes est déposée sur un compte séparé afin de garantir au salarié la récupération éventuelle en cas de renvoi justifié de 40 % du solde du FGTS. Le reste (soit 8 %) correspond à ce qui est versé pour les autres salariés. Le montant de l’assurance correspond à 0,8 % du salaire et les versements à l’INSS (sécurité sociale à 8 %, soit 4 points de moins que pour les autres catégories de salariés (afin de compenser la valeur élevée de la cotisation au FGTS). Ces dispositions existaient déjà dans le texte voté par la commission spéciale et elles n’ont pas été modifiées. [...] Par ailleurs le travail domestique reste interdit aux mineurs et la charge horaire ne peut excéder 8 heures par jour ou 44 heures hebdomadaires. [...] Les heures complémentaires sont toujours payées 50 % de plus que la normale et peuvent être compensées par des jours de congés ou des heures en moins lors d’une journée ordinaire. Ces compensations ne peuvent toutefois s’appliquer si le cumul atteint 40 heures dans le mois : dans ce cas, les heures doivent obligatoirement être payées. Ce qui est compensable s’ajoute à une banque d’heures valable pour l’année. » Voir, à ce sujet, pour plus de détails : http://g1.globo.com/economia/seu-dinheiro/pec-das-domesticas/noticia/2013/07/comissao-aprova-regulamentacao-de-direitos-de-domesticas.html (consulté le 15 mai 2015).

7  Sur la logique de la prévention des risques, voir Ewald (1986).

8  Ce thème a déjà été abordé. La sociologue américaine Judith Rollins (1990), par exemple, a souligné que, souvent, les patronnes américaines ne payaient pas les cotisations sociales de leurs employées domestiques. L’usage était, d’après elle, d’ignorer la législation pour cette profession, ce qui satisfaisait certaines employées qui voulaient être payées en liquide et les employeurs qui prétendaient ignorer le caractère obligatoire des règles du travail.

9  Cette enquête fait partie d’un ensemble de recherches plus vaste financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) sous l’intitulé : « L’élite et les pauvres. Recherche de l’entre soi et représentations sociales de la pauvreté dans trois métropoles : Paris, São Paulo et New Delhi ». La conception et la coordination de ce projet comparatif ont été assurées par Serge Paugam, la réalisation du terrain par Bruno Cousin, Camila Giorgetti et Jules Naudet (voir infra dans la partie méthodologique).

10  De nombreux travaux ont décrit les caractéristiques principales de cette catégorie de salariés ces vingt dernières années, notamment Bruschini et Lombardi (2000), Girard-Nunes et Silva (2013). Citons également la recherche DIEESE, SEADE, MTE/FAT de 2011 sur « Les caractéristiques du travail salarié dans les marchés du travail métropolitains » à São Paulo. Ces publications mettent en évidence une surreprésentation de femmes noires ou métisses, avec une moyenne d’âge en augmentation (ce qui signifie que les femmes jeunes se tournent de plus en plus vers d’autres activités), payées au mois (bien que les employées à la journée soient plus nombreuses qu’avant) et toujours majoritairement sans carte de travail signée. Girard-Nunes et Silva (2013) ont cependant montré que la recrudescence du paiement à la journée n’implique pas une plus forte précarisation dans la mesure où l’adhésion aux organismes de sécurité sociale est aujourd’hui plus courante, avec de meilleurs salaires, ce qui favorise donc une plus grande stabilité financière.

11  L’auteur a en particulier souligné la très forte influence de la pensée libérale sur l’élite brésilienne. Ces classes dominantes sont aveugles à la relation de causalité évidente entre leur situation et celle de la population défavorisée. Ne se sentant pas concernés par les problèmes des pauvres, les membres des élites économiques ne voient en général pas la nécessité de chercher des solutions collectives (Reis 2000).

12  Selon cet auteur, le désir de maintenir une distance sociale prend plusieurs formes qui vont de la protection de la résidence par des barreaux ou des barrières aux discours dépréciatifs marquant la coupure complète avec les autres catégories sociales.

13  Selon Fernandes (2007), l’expression « Noir à l’âme blanche » est employée de façon courante pour désigner une personne de couleur qui a réussi dans la vie, afin de minimiser ses mérites et de légitimer la domination des Blancs.

14  Morumbi est situé au sud de São Paulo, sur une colline, entouré d’arbres et d’espaces verts. Dans les années 1950, il s’agissait d’un ensemble de terres appartenant à un seul propriétaire, l’anglais John Rudge. Le quartier d’aujourd’hui, habité pour une bonne partie par l’élite de São Paulo, est le fruit de la vente de ses terres aux familles aisées de l’époque. Malgré sa richesse, le district du Morumbi a actuellement plusieurs favelas, Real Parque et Jardim Panorama.

15  Jardins est une région qui se trouve dans la partie ouest de la ville et se répartit entre quatre quartiers jugés très aisés, à savoir, Jardim Paulista, Jardim América, Jardim Europa et Jardim Paulistano. Notre échantillon comprend des habitants de ces quatre quartiers. C’est aujourd’hui un lieu très prisé par l’élite patrimoniale.

16  La région dans laquelle se trouve le quartier d’Higienópolis est occupée depuis le XIXe siècle. Son développement a accompagné celui de la ville. L’architecture du quartier est variée et adaptée aux goûts des familles traditionnelles de l’ancienne aristocratie paulista du café. Il accueille aussi des familles d’immigrants de plusieurs origines en particulier une fraction significative des juifs de la ville. Aujourd’hui il est habité entre autres par des artistes consacrés dans le monde des arts brésilien.

17  Il s’agit d’un projet pionnier, créé au tournant des années 1970. Alphaville est une cité satellite située à une vingtaine de kilomètres de São Paulo et caractérisée par une succession de condominiums très sécurisés.

18  Damergian montre à quel point les préjugés sur les Nordestins sont forts dans l’imaginaire brésilien, même chez les enfants : « Notre discussion s’appuie sur un travail de recherche antérieur avec les enfants originaires du Nordeste dans les écoles de São Paulo. Nous avons pu observer le préjugé et l’humiliation qui affectent cette population. Le point du départ est, presque toujours, le langage régional, vu comme incorrect et inadéquat. La linguistique et la sociolinguistique nous montrent le contraire. Cependant tout ce qui enracine et fortifie l’identité est nié. La “barbarie civilisée” détruit le désir, les rêves, l’espoir et l’altérité. » (Damergian 2009, 251)

19  Amanda, 75 ans, avocate en retraite, était spécialisée en droit de l’environnement et des ressources hydriques. Son mari (décédé) était également avocat. Elle vit à Jardim Paulista depuis 1970 et depuis quatorze ans dans le même appartement. Elle salarie au mois une employée (mensalista) en plus d’une diarista qui vient tous les quinze jours. Les termes de mensalista (employée au mois) et diarista (employée à la journée) renvoient au temps de travail et pas aux tâches exercées (ménage, rangement, cuisine, soins aux enfants). Une différence essentielle est cependant que la mensalista dort en général dans la maison ou l’appartement de la famille qui la fait travailler alors que la diarista rentre chez elle à la fin de la journée.

20  Bernardo, 39 ans, chef d’entreprise, est marié avec une bijoutière, n’a jamais travaillé puisqu’il a toujours vécu des rentes familiales. Il habite Morumbi depuis deux mois mais a passé l’essentiel de sa vie avec ses parents à Higienópolis. Il emploie une domestique payée à l’heure.

21  Carlos Eduardo, 38 ans, propriétaire d’un restaurant à Higienópolis, a longtemps été dans les marchés financiers. Sa femme travaille dans une entreprise familiale. Il emploie une nourrice et une domestique qui dorment au domicile. Il habite dans le quartier Jardim Paulista depuis 35 ans. La CLT est la base juridique du droit du travail brésilien mise en place par le président Getúlio Vargas à l’époque de l’Estado Novo (1937-1945).

22  Sur la base de l’enquête mensuelle sur l’emploi (Pesquisa Mensal de Emprego – PME/IBGE) et du fichier général de l’emploi et du chômage du ministère du Travail (Cadastro Geral de Emprego e Desemprego do Ministério do Trabalho e Emprego – Caged/MTE), Neri a montré statistiquement l’existence d’une nouvelle « classe C » et souligné l’ampleur de l’augmentation de son pouvoir d’achat et le niveau de sa position dans l’échelle grâce à une meilleure insertion dans l’économie formelle (Neri 2008). Paraphrasant Neri, Yacoub (2011) a affirmé que les individus de ce groupe sont devenus plus visibles et reçoivent plus de considération en raison de leur plus grand pouvoir d’achat. Cela ne doit cependant pas être confondu, selon lui, avec une augmentation des revenus. On verra aussi l’article de Theodoro & Scorzafave (2011) qui montre l’effet positif de la réduction des charges pour l’accès au marché du travail formel des domestiques.

23  Débora, 56 ans, professeure d’anglais, est mariée à un ingénieur. Elle habite à Higienópolis depuis huit ans et emploie une femme de ménage à la journée.

24  Flávio, 54 ans, est un publicitaire. Sa femme travaille dans l’audiovisuel. Ils habitent à Higienópolis depuis 25 ans et emploient une domestique à la journée.

25  Gilda, 33 ans, femme au foyer, est mariée avec un ingénieur. Elle habite Morumbi depuis deux ans et emploie une domestique et une nourrice.

26  Les données sur la répartition entre hommes et femmes ne servent pas à prouver la représentativité de l’échantillon, mais à signaler les tendances : ainsi 15 enquêtés, dont 10 femmes, s’approchent du modèle « relation bienveillante » ; 40 enquêtés, dont 22 femmes, sont à rattacher au pôle « relation conflictuelle » ; les 25 derniers, dont 18 femmes, peuvent être classés dans la catégorie « relation conventionnelle ».

27  Girard-Nunes & Silva (2013, 12) ont remarqué cette tendance. Selon eux : « Les employées étant considérées “comme si elles étaient de la famille”, les droits et les obligations découlant d’une relation purement contractuelle ne peuvent pas s’appliquer. En fait l’expression “comme si elles étaient”, indique qu’elles ne le sont pas vraiment et c’est ici que se situe la grande fragilité de l’employée domestique dans cette relation ambivalente. »

28  La stricte volonté du maître fut prépondérante pendant la période esclavagiste. Depuis, elle se heurte aux dispositifs légaux qui ont été mis en place progressivement pour la restreindre. Une forme moins rigide continue donc à exister pour contourner la loi ou l’appliquer seulement en partie.

29  Heloísa, 57 ans, femme au foyer, est divorcée. Son ex-mari est ingénieur. Elle habite Alphaville depuis 18 ans et emploie une domestique à demeure.

30  Isabela, 71 ans, architecte, veuve d’un ingénieur, emploie une diarista qui se rend quatre fois par semaine à son domicile, à Jardim Paulista, où elle réside depuis 10 ans.

31  Jaqueline, 58 ans, femme chef de petite entreprise, est mariée à un architecte, habite le quartier de Morumbi depuis 15 ans et emploie une domestique non résidente.

32  Katarina, 62 ans, femme au foyer, est mariée avec un économiste-entrepreneur. Elle habite dans le quartier de Jardim Paulista depuis 20 ans et emploie une diarista.

33  Laura, 40 ans, designer, est mariée avec un cadre supérieur du secteur bancaire. Elle habite Jardim Paulista depuis 10 ans et emploie une baby-sitter à demeure et une diarista.

34  Mariane, 64 ans, psychologue, mariée à un designer. Elle habite Higienópolis depuis 19 ans et salarie une domestique à demeure qui fait le ménage et la cuisine.

35  Natália, 59 ans, chef d’entreprise, mariée avec un chef d’entreprise, salarie trois employés à demeure (chauffeur, femme de ménage et cuisinière) et habite Morumbi depuis 20 ans dans le même appartement.

36  Otávio, 78 ans, consultant en marketing politique, marié avec une enseignante à la retraite, habite Jardim Paulistano depuis 36 ans et emploie trois domestiques (une femme de ménage, une cuisinière, un chauffeur) dont un seul à demeure. Le couple a également des domestiques dans la maison de campagne, dans la maison de plage et dans leur bateau.

37  Paulo Henrique, 71 ans, gérant d’entreprise à la retraite, marié à une avocate. Il habite Jardins depuis 40 ans et emploie une femme de ménage qui vient deux fois par semaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camila Giorgetti, « Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles de leurs employées domestiques ? Analyse d’un rapport de classe », Brésil(s), 8 | 2015, 73-96.

Référence électronique

Camila Giorgetti, « Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles de leurs employées domestiques ? Analyse d’un rapport de classe », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1598 ; DOI : 10.4000/bresils.1598

Haut de page

Auteur

Camila Giorgetti

Camila Giorgetti est sociologue, rattachée à l’Équipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals