Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier – Ce que l’anthropologie ...Ville et différence : les études ...

Dossier – Ce que l’anthropologie doit au Brésil : terrains et théories

Ville et différence : les études sur l’érotisme et la diversité sexuelle et de genre au Brésil

Cidade e diferença: estudos sobre erotismo e diversidade sexual e de gênero no Brasil
City and Difference: Studies of Eroticism and of Sexual and Gender Diversity in Brazil
Isadora Lins França, Regina Facchini et Maria Filomena Gregori
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Cet article a pour objectif de circonscrire et de situer la trajectoire des études sur le genre et la sexualité au Brésil dans le contexte des recherches sur la ville. Nous nous intéressons plus particulièrement aux travaux sur l’érotisme et la diversité sexuelle et de genre au sein de l’anthropologie brésilienne pour montrer de quelle manière les processus de différenciation sociale sont abordés à partir des contextes urbains. Nous examinons en outre comment de telles approches peuvent contribuer à la compréhension de la production même de la ville.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2015 ; approuvé en novembre 2015

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Il s’agit nécessairement d’un parcours partial et situé, étant donné que leurs auteures font égalem (...)

1Cet article examine la production anthropologique brésilienne qui s’intéresse spécifiquement au genre, à la sexualité et aux autres marqueurs sociaux de la différence, et apporte des contributions originales par un dialogue créatif avec l’anthropologie urbaine1. Il convient de signaler qu’à partir des années 1980, l’anthropologie au Brésil a connu une inflexion qui se caractérise par la multiplication des études consacrées à la compréhension des dynamiques à l’œuvre dans les villes du pays. Ces recherches ont commencé à prendre en compte les conflits et les changements sociaux pour donner une nouvelle visibilité à des acteurs tels que les femmes, les homosexuels, les Noirs, les habitants des favelas et des banlieues des grandes métropoles, etc. (Durham 1986).

2La saine tension qui vit alors le jour entre le contexte politique de re-démocratisation du Brésil, où émergeaient de nouvelles versions des mouvements féministes, homosexuels et noirs, et la réflexion critique ancrée dans la meilleure tradition anthropologique a été à l’origine de travaux originaux sur les homosexualités et les expériences et contextes féminins. On doit cet état de fait à l’entrecroisement des débats afférents aux identités, aux systèmes de classification, à la politique, au marché et aux territorialités, configurant depuis lors un ensemble de questions toujours à l’ordre du jour dans nombre de recherches du domaine.

  • 2 Pour une théorisation consistante de l’intersectionnalité, à savoir l’articulation entre genre et a (...)

3Cet entrecroisement a favorisé l’émergence d’un ensemble de travaux centrés sur la production articulée des différences, et plus spécifiquement celles de la sexualité et du genre, dans des contextes urbains où ces processus peuvent être abordés de manière particulièrement fructueuse. En outre, ces travaux ont permis de faire de l’articulation des différences un élément de première importance dans le processus de production de la ville. Il ne serait pas exagéré d’affirmer qu’avant même la montée en puissance du débat sur l’intersectionnalité dans le cadre des théories féministes et sociales, les recherches brésiliennes et, plus spécifiquement, en anthropologie avec leur mise en valeur significative de la production d’ethnographies en contextes urbains, constituaient déjà un apport important2.

4Au fil des années, la production anthropologique brésilienne sur le genre et la sexualité a connu une croissance exponentielle. Depuis le milieu des années 1990, on constate un nouvel élan marqué par la multiplication des groupes de recherche et la diversification thématique, ainsi que par la centralité acquise dans de nombreux travaux par la question de la sexualité. Ce processus s’inscrit dans la trajectoire de légitimation des notions d’« égalité de genre » et de « droits sexuels » dans l’agenda politique international, mais également dans la lignée des « actions positives axées sur la réduction des inégalités de genre, la lutte contre le racisme et l’homophobie, et les politiques en faveur de la jeunesse » (Facchini, Daniliauskas & Pilon 2013, 162).

5C’est dans ce contexte qu’émergèrent les premières politiques publiques considérant les LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) comme sujets de droits, au-delà de la sphère de la santé publique. À partir du milieu des années 1990, les anciens « ghettos » se transformèrent peu à peu en une sorte de « niche de marché ». Ce coming out fut à l’origine de la multiplication des parades de la fierté homosexuelle, tandis que le mouvement LGBT mettait en œuvre des stratégies destinées à influencer politiquement le pouvoir exécutif et législatif (Facchini 2009). Finalement, à partir du milieu des années 2000, ce même mouvement commença à défendre ouvertement au niveau international la reconnaissance des « droits sexuels » en tant que droits de l’homme.

6Après s’être tout d’abord consacré aux questions de genre et de sexualité sous l’angle de la santé publique, ce champ de recherche s’est progressivement ouvert à des questionnements plus larges. Dans ce cadre, on peut notamment souligner le dialogue croissant avec la littérature internationale des queer studies et des contributions théoriques de ce que l’on appelle aujourd’hui communément l’intersectionnalité.

7Dans leur ébauche de la trajectoire du champ des études consacrées à la diversité sexuelle et de genre au Brésil, Simões et Carrara (2014) montrent qu’une part importante de la production se base sur des catégories comme celle des sociabilités en contexte urbain, ce que corroborent aussi les travaux de Facchini, França et Braz (2014). Les remarques de Simões et Carrara s’inscrivent d’une certaine manière dans la tendance qu’on peut identifier lors de l’apparition au Brésil des premières recherches inspirées des contributions de la sociologie et de l’anthropologie urbaines, qui établissent un lien entre, d’un côté, les villes et les territorialités et, de l’autre les moralités. Nous chercherons ici à retracer la trajectoire de ce dialogue en nous basant sur les travaux concernant la diversité sexuelle et de genre au Brésil, ce qui nous permettra de mettre en lumière les objets empiriques et les cadres analytiques mobilisés depuis les années 1960.

8Parmi les principales transformations observées, on peut citer : 1) le passage d’études isolées centrées sur des contextes de loisirs ou sur les rapports intimes entre hommes homosexuels à une cartographie d’ensemble des établissements de loisirs et de sociabilité ; 2) les efforts renouvelés d’analyse des marqueurs sociaux de la différence ; 3) la diversification des objets empiriques et l’accent récemment mis sur les pratiques sociales liées à la sexualité, sans se référer nécessairement aux dichotomies entre hétéro/homosexualité ou entre masculinité et féminité, ainsi que la réflexion sur l’érotisme et l’ethnographie des pratiques sexuelles, ou encore des approches relatives au marché et au sexe qui ne sont plus exclusivement liées à la prostitution et à l’homosexualité.

9Chacune de ces transformations sera ici abordée en prenant en considération les contextes dans lesquels elles s’inscrivent et les articulations entre études urbaines et études sur le genre et la sexualité.

(Homo)Sexualités masculines, « ghettos » et circuits de loisirs et de sociabilité Gays, lesbiennes et sympathisants (GLS)

10La majorité des travaux consacrés à la sociabilité se basent sur la trame classique qui connecte l’espace urbain à l’homosexualité et qui s’exprime principalement à travers la création d’espaces commerciaux et la formation de territoires symboliquement marqués par la présence de l’homosexualité dans les grandes villes (Leznoff & Westley 1956 ; Levine 1979).

11Bien que relativement peu d’études de l’École de Chicago aient directement thématisé l’homosexualité et même la sexualité en général, les approches articulant l’espace urbain aux moralités et aux recherches sur des groupes considérés comme « déviants » établissaient un lien très net entre leurs contributions et les travaux de sciences sociales ultérieurement consacrés à l’homosexualité (Rubin 2002).

12Comme le soutenait déjà MacRae (1990) dans ses analyses des pratiques des activistes homosexuels des années 1970, c’était dans le « ghetto » que l’on pouvait accéder à la « base » du mouvement (à cette époque, homosexuel ou gay et lesbien). De la même manière, la recherche de terrain dans le « ghetto » semble avoir longtemps constitué un choix quasi-naturel pour une partie importante des chercheur-e-s.

13Les travaux brésiliens s’intéressant plus directement à la sociabilité créée autour des établissements commerciaux sont apparus dans les années 1980. L’un des principaux exemples de cette production nous vient du travail de Perlongher (2008 [1987]), qui se distingue par l’intérêt porté aux rapports sociaux, produits et producteurs de l’espace urbain, à travers une lecture critique des notions de « ghetto » et de « région morale ». Cette étude nous permet ainsi de percevoir les dérives et les devenirs des sujets dans les espaces de la ville comme des territorialités itinérantes, à même de flexibiliser simultanément les notions d’identité et de territoire.

14Les travaux comme ceux de Perlongher (ou d’auteurs comme Terto Jr. 1989) sont devenus des références pour les études ultérieures sur les rapports sexuels fortuits et sans suite entre hommes. Il s’agit de recherches qui, en situant les pratiques sexuelles dans l’univers des cinémas pornos, des saunas et des clubs spécialisés de différentes villes brésiliennes, ont fini par fournir une sorte de cartographie de ces lieux tout en nourrissant une perspective reliant l’espace urbain à la sexualité.

15Ces ethnographies ont permis de montrer comment s’est segmenté le marché des espaces consacrés aux échanges sexuels dans différentes villes, pour établir des territorialités liées à des expressions plus ou moins acceptables, dans des régions plus ou moins valorisées par le marché immobilier. Cette dimension est mise en évidence par la lecture conjointe des contributions de Gambôa (2013) et Braz (2012) qui, dans des recherches s’intéressant à la même époque à des régions contiguës de la ville de São Paulo, montrent comment la fermeture des cinémas pornos – connus pour être des lieux d’échanges sexuels entre hommes – du centre ancien de la ville et l’émergence de clubs spécialisés dans des quartiers plus chics ont généré la production de normes et de régulations liées à la sexualité et au désir au sein de dynamiques urbaines plus amples.

16La production d’analyses sur les lieux de loisirs et de sociabilité en lien avec l’homosexualité a eu son heure de gloire entre les années 1950 et le milieu des années 1980, après quoi elle disparait, avant de connaître un renouveau à partir des années 2000. La lacune ici identifiée correspond à une période d’importante récession économique au Brésil, ainsi qu’à l’émergence de l’épidémie de HIV/SIDA, qui a été à l’origine d’un regain des préjugés et de bien des décès, ce qui a occasionné une restructuration du mouvement LGBT (Facchini 2005). Ce contexte occasionna également un certain tiédissement du climat d’effervescence qui avait dominé la fin des années 1970, avec la re-démocratisation du pays et les mouvements de « libération sexuelle » qui avaient vu se multiplier le nombre de bars et de boîtes fréquentés par les gays et les lesbiennes, dans ce que l’on a appelé le « ghetto » (Perlongher 2008 [1987] ; Simões & Facchini 2009 ; França 2006a et 2012b).

  • 3 Une cartographie plus dense et détaillée de ce marché a été présentée par França (2006a).

17Dans les années 2000, les recherches ont commencé à s’intéresser à la constitution de marchés segmentés dans certaines capitales d’État, et la cartographie des circuits commerciaux de sociabilité et de loisirs homosexuels prenait de l’ampleur dans nombre de villes et régions du pays. Ces études revenaient donc dans le sillage des travaux anthropologiques plus classiques qui s’étaient penchés sur les (homo)sexualités au Brésil, tout en faisant montre d’un effort d’incorporation des notions, concepts et débats méthodologiques du champ en construction des études urbaines brésiliennes. Une recherche réalisée à São Paulo, dont les résultats ont été publiés dans un article par Simões et França (2005), influencera les travaux à venir. Dans celui-ci, les auteurs avancent dans le traitement analytique de la notion de marché, et ils situent dans les années 1990 le moment où l’on passe du « ghetto » à un « marché segmenté de biens et de services3 ».

18Ces préoccupations continueront d’ailleurs à imprégner les travaux plus récents, où l’on peut en outre percevoir l’impact des études féministes et des théories intersectionnelles dans la façon qu’ont les auteurs d’articuler les marqueurs sociaux de la différence – comme le genre, la sexualité, la classe, l’âge ou la couleur/race – à l’œuvre dans la production des sujets, des catégories et des styles liés à l’homosexualité. Dans les études de Henning (2008), Facchini (2008) et França (2012a), par exemple, les processus de différentiation occupent une place centrale dans la production des territorialités et des moralités en contextes urbains.

19De nos jours, la visibilité acquise par différentes scènes urbaines impliquant la construction de styles et de subjectivités en lien avec la sexualité continue d’attirer l’attention des chercheurs et ce, dans un cadre dépassant les grandes villes du Sud et du Sud-Est, offrant ainsi de nouvelles contributions basées sur divers contextes ethnographiques et des échelles variées de l’urbain. Dans la région Nord, par exemple, Ribeiro (2012) et Reis (2012) collaborent à une meilleure compréhension du contexte de Belém. Dans le Centre-Ouest, Braz (2014) interprète anthropologiquement les mémoires associées aux lieux de rencontre à caractère homosexuel de Goiânia, un thème également abordé par Passamani (2015) dans l’intérieur de l’État du Mato Grosso do Sul. La pluralité des recherches a mis en constant dialogue les contributions brésiliennes sur la sexualité depuis le début des années 1980 et les perspectives plus contemporaines sur l’articulation des différences et des hiérarchies sociales. Nous explorerons ci-après certains de ces dialogues.

La sexualité dans son intersection avec les autres hiérarchies sociales : nouvelles perspectives

20Les perspectives attentives à la manière dont la sexualité s’articule à d’autres hiérarchies sociales et, plus particulièrement, de genre et de classe sont présentes depuis les débuts de la production anthropologique brésilienne sur les (homo)sexualités. On a toutefois pu assister à une revalorisation de cette tradition à partir des années 2000, de façon concomitante avec la consolidation de politiques publiques ciblées et à la multiplication et spécification de sujets politiques, dans le cadre des mouvements sociaux (Facchini 2009 ; Carrara 2010). C’est également à cette époque que commencent à se distinguer les théories cherchant à lever le voile sur la constitution mutuelle de différents marqueurs de la différence ou axes de différenciation sociale (Piscitelli 2008 ; Brah 1996 ; McClintock 2010 ; Moutinho 2014).

21Dans cette lignée, une série de travaux a continué à explorer la distinction entre classes urbaines moyennes et populaires (Oliveira 2006 ; Lacombe 2005 ; Meinerz 2011a ; Facchini 2008). Díaz-Benítez (2005) a été à l’origine des premières recherches brésiliennes marquées par une approche plus intentionnellement intersectionnelle. Ses études ethnographiques menées dans deux boîtes de Bogota et au Buraco da Lacraia (un club du centre de Rio de Janeiro) cherchent à analyser l’homosexualité en l’articulant à la race et à la classe sociale, dans des contextes nationaux différents.

22Une autre contribution originale suivant cette perspective est celle de Moutinho (2006) qui, à partir de récits de jeunes Noirs originaires des favelas de Maré et de Rio das Pedras, aborde la façon dont la dynamique des affects et des plaisirs croise celle des inégalités sociales dans le circuit LGBT de Rio de Janeiro. Dans la lignée théorique des notions de « tenseurs libidineux » (Perlongher 2008 [1987]) et de « champ de possibilités » (Velho 1994), l’auteure dialogue avec la production relative à l’intersectionnalité pour remettre en question l’idée que les marqueurs sociaux de la différence pourraient simplement être abordés à partir de la somme des exclusions. Le champ de recherche initié par Moutinho dans les favelas de Rio de Janeiro a eu un impact direct sur les recherches ultérieures (voir Aguião 2007 ; Lopes 2011).

23Une autre entrée théorique dans le débat sur l’intersectionnalité nous vient des travaux inspirés par les réflexions des féministes noires, lesbiennes et du « tiers-monde », mais aussi par les études postcoloniales. Ces contributions ont été systématisées par Piscitelli (2008) à partir de la différentiation entre approches « systémiques » et « constructivistes sociales », selon que l’accent est mis sur la « structure » ou sur l’« expérience ». Parmi les auteures considérées comme « constructivistes », on remarque une inflexion tant du regard porté sur la différence, nécessairement entendue comme inégalité, que de l’articulation des axes de différentiation sociale, pensés comme la somme des exclusions (Brah 1996 ; McClintock 2010). Ce type d’approche est à l’œuvre dans les travaux de Facchini (2008), França (2012a) et Braz (2012).

24Dans la sphère d’influence des travaux cités plus haut, on retrouve également les recherches qui traitent de l’articulation entre sexualité et différences générationnelles. L’une des principales références de ce courant est l’article de Simões (2004) sur l’homosexualité et le vieillissement, basé sur une observation ethnographique de lieux fréquentés par des hommes d’un certain âge dans la région centrale de São Paulo, un travail qui inspirera des contributions comme celles de Henning (2014), Saggese (2015) ou Passamani (2015). Toujours dans cette même veine thématique, mais s’intéressant plus spécifiquement aux jeunes, on trouve les mémoires de mestrado de Vega (2008) et Rocha (2013), où sont présentées des réflexions sur le style, en dialogue avec les insigths de França (2006b) sur les jeunes modernes et les recherches de Facchini (2008 et 2011) sur les styles comme opérateurs de différence. Au-delà de la ville de São Paulo, à l’intersection entre jeunesse et sexualité, il convient de citer les recherches de Lobato (2011) sur les trajectoires affectives et sexuelles des jeunes, ainsi que sur les systèmes de classification de la sexualité dans la favela Taquaril de Belo Horizonte ; celles de Perilo (2014) sur les circuits et parcours de jeunes de banlieue fréquentant le parc Vaca Brava, dans les quartiers sud de la ville de Goiânia ; et celles de Pelúcio et Duque (2013) sur les jeunes – y compris des « garçons efféminés » et des travestis – dans un ensemble de bars de la région centrale de Campinas.

25Les mêmes préoccupations et références ont inspiré l’étude internationale (Rio de Janeiro, São Paulo, Johannesburg, Le Cap, Chicago et San Francisco) coordonnée par Laura Moutinho et dont les résultats d’ensemble ont été publiés dans un dossier qu’elle a dirigé avec Sérgio Carrara (2010), dans la revue Cadernos Pagu. Les articles de Simões et al. (2010) et de Simone Monteiro et al. (2010) y présentent les résultats des recherches menées auprès de jeunes de São Paulo et de Rio de Janeiro, et dont les contributions sont axées autour de l’intersection entre race, sexualité et d’autres marqueurs sociaux de la différence.

Lorsque de nouveaux objets entrent en scène : « variations de genre », (homo)sexualités féminines et autres pratiques érotiques

  • 4 Le terme est emprunté à Meinerz (2011b).

26Les études sur les « variations de genre4 » (travestis, drag queens ou cross dressers) et les (homo)sexualités féminines apparurent quant à elles dans les années 1990, mais ne deviendront réellement consistantes que lors de la décennie suivante. En dépit de leur nombre réduit, elles apportent des contributions significatives et distinctes des travaux précédemment cités : 1) par des solutions méthodologiques adaptées au nombre réduit de lieux destinés à ces personnes, mais également aux stratégies de ségrégation de ce public dans les établissements « gays » ; 2) par une perspective qui cherche à rendre compte de la fluidité accrue des conduites et de la dispersion classificatoire afférente, avec d’un côté le refus de catégories telles que « lesbienne » en dehors des cercles les plus proches de l’activisme et, de l’autre, une prise en compte des différentes manières de percevoir, de vivre et de nommer les variations de genre ; 3) par l’accent mis sur les conjugalités, la famille et l’(in)visibilité ; 4) par l’absence de production focalisée sur la sociabilité et les lieux spécifiquement consacrés aux échanges sexuels ; 5) par la présence d’études sur les homosexualités s’intéressant à la production du masculin dans les corps de sujets assignés à la naissance au sexe féminin et ne séparant pas les variations de genre et d’« orientation sexuelle ».

27L’analyse des réseaux et des groupes spécifiques constitue l’une des solutions méthodologiques appliquées dans ces recherches. La première étude consacrée aux femmes et aux (homo)sexualités sur la base des lieux de sociabilité nous vient d’Aquino (1992), qui compare deux groupes de femmes vivant à Porto Alegre et à Querência (dans l’intérieur de l’État du Rio Grande do Sul). L’auteur propose d’intéressantes réflexions sur la difficulté de transposer des axes analytiques développés lors de recherches portant sur les hommes dans des études traitant des femmes (principalement pour ce qui est du rapport à l’activité/passivité). Il pointe aussi les variations de l’identité sexuelle et de genre tout au long de la trajectoire d’acquisition de l’expérience affective et sexuelle. Enfin, les analyses d’Aquino montrent que la variation classificatoire est plus grande chez les femmes relativement à celle que l’on a pu observer chez les hommes. Meinerz (2011a) a quant à elle déplacé son regard de l’espace du ghetto à celui des rapports entre les sujets. L’auteure nous indique que l’espace d’établissement des rapports homoérotiques féminins se dilue dans des réseaux de relations impliquant des amis et des parents et dans lesquels les affinités (comme le fait d’avoir des enfants, d’avoir gravi l’échelle sociale grâce à la scolarisation ou d’être impliquée dans des activités militantes) vont au-delà de l’homosexualité.

28En ce qui concerne les limitations méthodologiques propres à une recherche sur des sujets aux conduites homosexuelles dans le « ghetto », Facchini (2008) explore la disjonction entre conduites et identités sexuelles, et entre celles-ci et la spatialité. Cela l’a amenée à élaborer une cartographie du « circuit » commercial fréquenté par des femmes à la conduite homosexuelle dans la ville de São Paulo. Elle va toutefois plus loin en examinant des réseaux de sociabilité articulés autour d’aspects dépassant le sexe du/de la partenaire (un réseau de jeunes féministes unies autour de l’activisme culturel, riot grrrl, et un autre composé de femmes fréquentant des clubs et des fêtes sadomasochistes). De la même manière, Facchini analyse la sociabilité entre femmes entretenant des relations érotico-affectives dans les quartiers périphériques et leurs déplacements au centre de la ville.

29D’autres travaux, comme ceux d’Aguião (2007) et de Lacombe (2005 et 2010), articulent genre, orientation sexuelle, couleur/race, styles et classe pour élaborer des classifications et des hiérarchies. C’est sur les « masculinités lesbiennes » dans les quartiers populaires de la banlieue de Porto Alegre que porte la thèse de doctorat de Meinerz (2011b. L’auteure y met notamment l’accent sur la mise au second plan de la sexualité dans le discours sur soi-même. Dans ce travail, tout comme dans ceux de Facchini (2008) et de Lacombe (2005 et 2010), le découpage du champ ne sépare pas l’homosexualité des questions relatives à la discontinuité entre sexe assigné à la naissance et expression du genre. Cela permet à Meinerz (2011b) d’aborder les « masculinités lesbiennes » comme des formes non discursives d’énonciation de l’homosexualité, ainsi que l’attribution du genre en tant que pratique relationnelle.

  • 5 Sur ce thème, voir Silva (1992), Pelúcio (2009), França (2006b) et Vencato (2013).

30La littérature consacrée aux variations de genre parmi des sujets désignés comme étant de sexe masculin à la naissance constitue, au contraire, un champ d’étude séparé de la production sur l’homosexualité masculine. Elle est également produite à partir d’arrangements méthodologiques qui n’incorporent que rarement les lieux de loisirs et de sociabilité comme scène du travail ethnographique5.

  • 6 Il est vrai que, comme le signalent Júlio Assis Simões et Sérgio Carrara (2014), cette tendance a p (...)

31Depuis l’émergence des études sur la sexualité dans l’anthropologie brésilienne, les théories anthropologiques sur l’identité et les théories constructivistes sociales sur la sexualité ont servi de soutien théorico-méthodologique pour comprendre la disjonction entre pratiques et identités sexuelles, et permis de considérer les identités comme des catégories relationnelles et situationnelles devant être analysées. Ces travaux adopteront néanmoins de nouveaux contours à partir de la fin des années 1990, lors de l’arrivée des queer studies dans les centres de recherche brésiliens. Même si un ensemble de pratiques liées à la sexualité avait déjà été abordé en anthropologie, l’impact des théories queer a amené à un renouvellement des efforts en vue de la formulation d’objets de recherche à partir des pratiques, et non plus des identités6.

32C’est dans ce contexte qu’ont pris de l’ampleur, entre la fin des années 2000 et le début des années 2010, les études centrées sur les pratiques sexuelles, dont certaines fort particulières, comme le sadomasochisme ou encore ses modalités les plus singulières comme le BDSM (Bondage et Discipline, Domination et Soumission, Sadomasochisme) et le fétichisme. En ce qui concerne les pratiques pornographiques (mainstream d’un côté, et alternatives ou extrêmes de l’autre), on a vu fleurir nombre d’études sur la consommation des objets érotiques ou encore sur les pratiques échangistes et homoérotiques, qui vont des masculinités viriles aux expériences intergénérationnelles impliquant une population vieillissante. L’approche de ces travaux a permis de montrer que les pratiques sont plus centrales que leur éventuelle inscription dans le champ de l’homosexualité ou de l’hétérosexualité.

33On note dans ces recherches un effort constant à extraire du désir – un thème encore peu abordé en termes anthropologiques – une matière susceptible de fournir des éléments pour la réalisation d’ethnographies. Dans beaucoup d’entre elles, le marché constitue – dans ses plus diverses dimensions présentielles ou virtuelles – le champ de recherche. Dans le cadre de ces études, les réflexions de Perlongher (2008 [1987]) sur les interfaces entre transactions sexuelles et désir ont été particulièrement inspirantes en ce qu’elles ont montré que le risque, la différence, la transgression et le plaisir sont des termes en constante interaction dans les relations érotiques. Les « tenseurs libidineux », pour reprendre son expression, dérivent de la notion selon laquelle le désir est constitué de ce qui provoque, incite et signale la différence. Ainsi, si l’on s’intéresse aux relations marquées par l’abus, on peut voir que ce que l’on appelle les marqueurs sociaux de la différence – que l’on retrouve dans la configuration de positions sociales inégales – joue également un rôle dans la configuration de ce qui procure du plaisir. Les hiérarchies, les normes et les prohibitions font partie d’un répertoire de l’érotisme basé sur un effort conséquent de transgression.

34Ces études reconnaissent néanmoins qu’outre la transgression des règles établies et les formes de légitimation de nouveaux droits sexuels, il s’agit également d’expériences à risque : elles peuvent mettre en péril les normes et les conventions, mais également, en fonction des circonstances, transformer le plaisir et le consentement en douleur et violence. Les risques pour l’intégrité physique et morale des individus constituent une possibilité ouverte et non préétablie. Les travaux en question analysent les configurations et les implications d’expériences situées dans le cadre de ce que Gregori (2010) a appelé les « limites de la sexualité », c’est-à-dire dans des contextes d’amplification ou de restriction des normativités sexuelles et, en particulier, d’expansion de la tolérance (ou non) par rapport à ce qui est considéré comme abusif et à ce qui en vient à être considéré comme normal.

35Ces recherches sont caractérisées par l’observation d’expériences au sein desquelles genre, sexualité et risque des plaisirs s’entrecroisent de manière dynamique, ce qui tend à rendre difficile la démarcation de frontières entre « études de genre » et « études sur la sexualité » (Gregori, 2014). Comme nous le signale Gregori (2014), la focalisation sur les érotismes contemporains et les limites de la sexualité ne constitue pas à proprement parler une instauration de dispositifs de la sexualité, mais plutôt de pratiques situées aux frontières de leur champ d’action ou qui mettent celles-ci sous tension, à la croisée des chemins entre plaisir et danger.

36La contribution de ce type d’approche est significative, surtout si l’on prend en considération le débat autour de thèmes comme la sexualité, ses limites et les droits sexuels, au sein desquels on a pu constater un changement de perspective, voire des conflits de significations pour qualifier des pratiques sexuelles auparavant valorisées de manière distincte. De la négociation de ces transformations émerge une demande de libération accrue de l’expression et du choix sexuels ou, sous une toute autre perspective, de nouvelles anxiétés liées à ce que l’on peut considérer comme des limites acceptables, configurant ainsi une sorte de panique sexuelle. En outre, à en croire Gregori (2014), si, par le passé, les contributions féministes faisaient du plaisir et du risque une convention dotée d’une rentabilité analytique significative, il faut aujourd’hui reconnaître que les perspectives actuelles s’intéressent plutôt au consentement et à la vulnérabilité. En d’autres termes, les recherches récentes traitant de la question du consentement – et, fondamentalement, de la façon dont celui-ci est socialement défini et mis en œuvre – mettent en évidence son contrepoint : la vulnérabilité (Díaz-Benítez 2012 et 2013 ; Lowenkron 2013).

37L’un des segments du marché érotique contemporain que l’on retrouve au cœur de ces réflexions est celui des pratiques sadomasochistes. Des recherches sur le thème ont commencé à être réalisées au Brésil pour accompagner la diffusion et la visibilité grandissante de ces expériences lors de la dernière décennie (Leite Jr. 2006 ; Zilli 2007 ; Gregori 2008 et 2011 ; Facchini 2008). Ces recherches s’intéressent spécifiquement aux personnes fréquentant les clubs BDSM de São Paulo et attirent notre attention sur le fait que, dans ces lieux, les relations se produisent au sein d’une communauté, une sorte de confrérie imaginée, définie par des contours (liturgiques ou normatifs) et des contrôles. Il faut ainsi avoir à l’esprit que ces relations ne sont pas essentiellement dyadiques, qu’elles peuvent s’établir entre un(e) maître(sse) et différents individus soumis ou esclaves, et qu’elles sont fondamentalement définies à partir d’un ensemble de prescriptions rigides et collectivement partagées, autour de la maxime « sain, sûr et consensuel ». Facchini et Machado (2013) décrivent un contentieux survenu dans un forum de discussion sur Internet en 2007, à partir d’un cas ayant impliqué les participants à l’une de ces soirées BDSM. Les nombreuses prises de position des membres de la communauté y révèlent le strict contrôle des problèmes de ce type – dont la solution consiste généralement en l’isolement ou encore l’expulsion de l’individu à la conduite inappropriée –, mais également le désir de se constituer en mouvement.

38Sur ce chemin de la reconnaissance de ce en quoi les dynamiques du marché sont en mesure de générer toute une variété d’environnements et de pratiques reproduisant des formes persistantes d’inégalités, les analyses critiques les plus pertinentes ont vu le jour dans les études sur la pornographie. Dans son travail sur les films pornographiques extrêmes, Díaz-Benítez (2013) décrit un univers organisé par le secteur le plus marginal et infériorisé de la production pornographique nationale, et où l’on retrouve des films fétichistes basés sur des pratiques d’« humiliation » et produits pour le marché européen. Ces films articulent divers marqueurs de la différence sociale, et en particulier ceux de classe, d’âge et de race, et ne laissent que peu de place à l’ambiguïté, des éléments tels que la force, la taille et le pouvoir étant employés en dehors d’une quelconque métaphore ou parodie. L’usage littéral de ces référents et l’industrie elle-même, qui implique une production basée sur une demande continue, révèlent qu’il existe une possibilité, toujours ouverte au sein des logiques de marché, de franchir la ligne qui sépare le consentement de l’abus. Il s’agit de contextes délicats où s’ouvre une « fissure » ou, pour reprendre les mots de l’auteure, « une petite brèche où l’acte (ou la représentation de l’acte) devient violence » (Díaz-Benítez 2013, 84).

39En ce qui concerne la réflexion sur l’espace urbain, des recherches comme celles de Gregori (2008 et 2011), Facchini (2008) et Díaz-Benítez (2010), qui décrivent les espaces où sont situés les établissements ou les parcours urbains des adeptes de pratiques érotiques données, permettent d’entrevoir de quelle manière des pratiques plus ou moins socialement et moralement reconnues prennent place dans des espaces plus ou moins valorisés de la géographie politique de la ville. Comme l’ont bien souligné Gupta et Ferguson (2000), les communautés imaginées sont tout autant liées à des lieux imaginés. L’espace émerge ainsi non pas comme une grille neutre où s’inscrivent des différences, mais plutôt comme un élément constitué par celles-ci. Parreiras (2015), dans son étude sur un réseau de producteurs et de consommateurs de pornographie alternative, a montré les connexions qui existent entre des pratiques en ligne données et des territorialités hors ligne : les participants des réseaux de alt porn et les sujets blancs tatoués que l’on retrouve dans les productions visuelles fréquentent les mêmes espaces urbains en fonction des générations, des classes et des styles. França (2013a et 2013b) et Puccinelli (2015) ont quant à eux souligné la façon dont le désir et ses « tenseurs libidineux » constituent autant de centralités et de périphéries au sein de l’ancien « ghetto » homosexuel de la région centrale de São Paulo, mais aussi des imaginaires liés aux pays et aux régions, chez les hommes qui circulent dans le pays et à l’étranger, en quête de types donnés d’hommes ou de sociabilités homosexuelles.

Considérations finales

40Nous reprendrons dans cette conclusion l’argument initial de l’article pour mettre en avant certaines connexions et interlocutions entre les champs d’étude et les dialogues théoriques à l’œuvre dans les débats agitant le domaine des recherches brésiliennes de genre et sur la sexualité. Nous avons pris comme point de départ ce moment d’inflexion au sein de l’anthropologie brésilienne au cours duquel la production de la différence – ou le problème de l’altérité, qui marque particulièrement la production anthropologique du pays (Peirano 1999 ; Corrêa 1995) – en vient à être thématisée à partir de contextes urbains et mise en perspective à travers l’émergence de mouvements sociaux de lutte contre les inégalités sociales, sexuelles et de race.

41Nous avons cherché à montrer que la préoccupation centrale de l’articulation entre différences, inégalités et relations sociales de pouvoir, qui accompagne les discussions du champ des études de genre et sur la sexualité depuis les années 1980, peut être également abordée à partir des contributions des recherches en anthropologie et sociologie urbaines, pour ébaucher une synthèse aussi pertinente que productive. Dans ce contexte, les mouvements sociaux ont fait l’objet d’ethnographies où la différence est analysée comme un processus impliquant la production de nouveaux sujets politiques au Brésil. Dans l’anthropologie brésilienne, l’incorporation des contributions internationales sur les rapports de pouvoir, marquées par la perspective intersectionnelle, avec ses apports féministes et antiracistes (Moutinho 2014), et par l’influence foucaldienne – particulièrement en ce qui concerne la lecture poststructuraliste de la théorie féministe – a donc été imprégnée par ces débats. Aujourd’hui, les résultats en sont fort fructueux pour la production anthropologique dans le domaine des études de genre et sur la sexualité, notamment pour les thématiques de la diversité sexuelle, du genre et de l’érotisme.

  • 7 En portugais, mancha, catégorie analytique proposée par José Guilherme Cantor Magnani et traduite e (...)

42Un effet souvent occulté de l’articulation entre différence, inégalité et pouvoir dans le champ des études de genre et sur la sexualité au Brésil a été la diversification des contextes ethnographiques dans lesquels se réalisent les recherches urbaines. Certaines contributions de l’anthropologie urbaine et des réflexions sur les espaces, lieux et circulations en leur sein ont ainsi pu être mises à profit sous l’influence évidente de l’École de Chicago, à travers l’usage de notions telles que « ghetto » et « région morale », et l’incorporation des catégories de « circuit » et de « zone7 » proposées par José Guilherme C. Magnani (2002). Même s’il s’agit d’un dialogue le plus souvent indirect, de telles notions ont contribué à la description d’un ensemble d’établissements fréquentés par les gays et les lesbiennes de la ville, ainsi qu’à la mise en évidence de connexions entre pratiques, identités et espaces urbains physiques et symboliques.

43Plus récemment, les perspectives qui considèrent l’espace et, notamment, l’espace urbain comme produit et producteur de rapports sociaux ont également pris de l’ampleur. Les études centrées sur le genre et la sexualité continuent de jouer un rôle décisif. Les contributions d’Arantes (2000) et, plus spécialement, le livre qu’il a dirigé intitulé à juste titre O Espaço da diferença [L’Espace de la différence], ont eu un impact significatif. L’auteur y incorpore les réflexions critiques de Gupta et Ferguson (2000) et de Massey (2000), dont les ouvrages renvoient au champ de la « géographie féministe ».

44Les espaces, les lieux, les territorialités et les circulations en leur sein ont ainsi imprégné les débats propres aux études de genre et sur la diversité sexuelle. Cela passe principalement par la préoccupation qui consiste à penser de quelle manière les rapports de pouvoir (avec des articulations sensibles entre différence et inégalités) produisent l’espace de la ville, ainsi que par la nécessité de doter ces relations d’une spatialité. Nous partons du principe que la constitution mutuelle des rapports sociaux de pouvoir et de l’espace s’applique tout autant au genre et à la sexualité.

45Un autre débat important sur la façon dont l’anthropologie et la sociologie urbaines se développent au Brésil concerne les discussions sur la ségrégation et la production de centralités et de périphéries (Frúgoli Jr. 2000). Les contributions qui mettent en perspective la production matérielle et symbolique de l’espace urbain à partir de ces éléments (voir par exemple Frúgoli Jr. 2000 et Feltran 2011) ont été versées au débat du champ des études de genre et sur la sexualité par des chercheurs le plus souvent encore en formation ou récemment diplômés (comme Puccinelli 2015 et Reis 2014).

46On a assisté de manière concomitante à la diversification des objets empiriques en fonction des transformations rapides des conventions de genre et sexuelles au Brésil, mais également en raison de la croissance même de ce champ d’étude. De la même manière, différentes expressions de l’érotisme ont permis la tenue de débats productifs. Dans cette lignée, le potentiel critique de la non-fixation des différences en identités stables permet en outre de promouvoir une déstabilisation fructueuse des rapports entre désirs, identités, corps et territorialités.

  • 8 Référence au titre de l’ouvrage de Perlongher, cité tout au long de cet article, O negócio do michê (...)

47La présence constante de Perlongher a imprégné une grande partie de ces travaux. Son ethnographie est toujours une admirable source d’inspiration, entre autres grâce à l’habileté de cet auteur à reconstituer des trames complexes de la vie sociale qui n’obéissent pas aux frontières thématiques ou disciplinaires. Son articulation sophistiquée de la production des différences et des inégalités, de la diversité sexuelle et de genre, de l’érotisme et du désir, mais aussi de la ville a permis à son œuvre de réunir une variété de fils argumentatifs épars pour ouvrir un éventail de dialogues toujours d’actualité, malgré les quarante années qui séparent ses travaux du débat actuel. De la même manière que Le Travail du gigolo8 est marqué par des agencements du désir « directement sociaux, trans-individuels et intersubjectifs » (Perlongher 2008 [1987], 249), les dialogues et interlocutions possibles, occultes et déclarés au sein de la production de connaissances situées permettent de tracer des chemins – qui ne sont qu’apparemment distincts – trans- et inter-champs de production intellectuelle. Nous avons cherché dans cet article à reconstituer, imaginer et circonscrire certains de ces dialogues et de leurs potentialités.

Aguião, Silvia. 2007. « “Aqui nem todo mundo é igual!”: cor, mestiçagem e homossexualidades numa favela do Rio de Janeiro. » Dissertation de mestrado en sciences de la santé. Rio de Janeiro : Université de l’État de Rio de Janeiro.

Aquino, Luís Octávio Rodrigues. 1992. « As derivas do desejo: processos de construção, manutenção e manipulação de identidades lésbicas em um conjunto de mulheres em Porto Alegre. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Porto Alegre : Université fédérale du Rio Grande do Sul.

Arantes, Antonio Augusto, dir. 2000. O espaço da diferença. Campinas: Papirus.

Brah, Avtar. 1996. Cartographies of Diaspora: Contesting Identities (Gender, Racism, Ethnicity). New York: Routledge.

Braz, Camilo. 2012. À Meia-Luz... uma etnografia em clubes de sexo masculinos. Goiânia: Ed. da UFG.

Braz, Camilo. 2014. « De Goiânia a “Gayânia”: notas sobre o surgimento do mercado “GLS” na capital do cerrado. » Revista Estudos Feministas 22 (1): 277-296.

Carrara, Sérgio. 2010. « Políticas e direitos sexuais no Brasil contemporâneo. » Bagoas: Revista de Estudos Gays 5: 131-147.

Carrara, Sérgio & Júlio Assis Simões. 2007. « Sexualidade, cultura e política: a trajetória da identidade homossexual masculina na antropologia brasileira. » Cadernos Pagu 28: 65-99.

Corrêa, Mariza. 1995. « A antropologia no Brasil (1960-1980). » In O que ler na ciência social brasileira (1970–1995), vol. 2, dirigé par Sergio Miceli, 25-106. São Paulo: Sumaré/Anpocs.

Díaz-Benítez, María Elvira. 2005. « Negros homossexuais: raça e hierarquia no Brasil e na Colômbia. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Díaz-Benitez, María Elvira. 2010. Nas Redes do Sexo: os bastidores do pornô brasileiro. Rio de Janeiro: Zahar.

Díaz-Benítez, María Elvira. 2012. « Sexo com animais como prática extrema no pornô bizarro. » Cadernos Pagu 38: 241-279.

Díaz-Benitez, María Elvira. 2013. « Corpos e sexo bizarros; estéticas transgressoras no pornô. » Rapport final de post-doctorat sous le tutorat de Maria Filomena Gregori (Fapesp/Núcleo de Estudos de Gênero e Sexualidade Pagu). Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Duarte, Luiz Fernando Dias. 1984. « Pouca vergonha, muita vergonha: sexo e moralidade entre as classes trabalhadoras urbanas. » In Anais do IV Encontro Nacional de Estudos Populacionais, vol. 1, 607-629. Disponible sur : http://www.abep.nepo.unicamp.br/​docs/​anais/​pdf/​1984/​T84V01A26.pdf (consulté le 20 juin 2012).

Durham, Eunice R. 1986. « A pesquisa antropológica com populações urbanas: problemas e perspectivas. » In A aventura antropológica, dirigé par Ruth Corrêa Laite Cardoso, 17-37. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Facchini, Regina. 2005. Sopa de letrinhas? Movimento homossexual e produção de identidades coletivas nos anos 90. Rio de Janeiro: Garamond.

Facchini, Regina. 2008. « Entre umas e outras: mulheres, (homo)sexualidade e diferenças na cidade de São Paulo. » Thèse de doctorat en sciences sociales. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Facchini, Regina. 2009. « Entre compassos e descompassos: um olhar para o campo e para a arena do movimento LGBT brasileiro. » Bagoas: Revista de Estudos Gays 1: 131-158.

Facchini, Regina. 2011. « “Não faz mal pensar que não se está só”: estilo, produção cultural e feminismo entre as minas do rock em São Paulo. » Cadernos Pagu 36: 117-153.

Facchini, Regina. 2012. « Comunidades imaginadas: um olhar sobre comunidades políticas a partir de mulheres que se relacionam com mulheres no meio BDSM. » Pensata 2: 6-25.

Facchini, Regina & Isadora Lins França. 2011. « Apresentação ao Dossiê Feminismos jovens. » Cadernos Pagu 36: 9-24.

Facchini, Regina, Marcelo Daniliauskas & Ana Cláudia Pilon. 2013. « Políticas sexuais e produção de conhecimento sobre gênero e (homo)sexualidades no Brasil. » Revista de Ciências Sociais 44 (1): 161-193.

Facchini, Regina & Sarah Rossetti Machado. 2013. « “Praticamos SM, repudiamos agressão”: classificações, redes e organização comunitária em torno do BDSM no contexto brasileiro. » Sexualidad, Salud y Sociedad. Revista Latinoamericana 14: 195-228.

Facchini, Regina, Isadora Lins França & Camilo Braz. 2014. « Estudos sobre sexualidade, sociabilidade e mercado: olhares antropológicos contemporâneos. » Cadernos Pagu 42: 99-140.

Feltran, Gabriel de Santis. 2011. Fronteiras de tensão. São Paulo: Ed. da UNESP/CEM.

França, Isadora Lins. 2006a. « Cercas e pontes. O movimento GLBT e o mercado GLS na cidade de São Paulo. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. São Paulo : Université de São Paulo.

França, Isadora Lins. 2006b. « “Cada macaco no seu galho?”: arranjos de poder, políticas identitárias e segmentação de mercado no movimento homossexual. ». Revista Brasileira de Ciências Sociais 21 (60): 103-115.

França, Isadora Lins. 2012a. Consumindo lugares, consumindo nos lugares: homossexualidade, consumo e subjetividades na cidade de São Paulo. Rio de Janeiro: CLAM/Eduerj.

França, Isadora Lins. 2012b. « Sexualidade e política: uma abordagem a partir do mercado e do consumo. » Bagoas: Revista de Estudos Gays 7: 223-252.

França, Isadora Lins. 2013a. « “Frango com frango é coisa de paulista”: erotismo, deslocamentos e homossexualidade entre Recife e São Paulo. » Sexualidad, Salud y Sociedad. Revista Latinoamericana 14: 13-39.

França, Isadora Lins. 2013b. « Do universo perfeito ao cinemão: homossexualidade masculina, deslocamento e desejo na cidade de São Paulo. » Revista de Ciências Sociais 44 (1): 44-73.

Frúgoli Jr., Heitor. 2000. Centralidade em São Paulo: trajetórias, conflitos e negociações na metrópole. São Paulo: Cortez/Edusp/Fapesp.

Fry, Peter. 1982. « Da hierarquia à igualdade: a construção histórica da homossexualidade no Brasil. » In Para Inglês ver: identidade e política na cultura brasileira, 87-115. Rio de Janeiro: Zahar.

Gambôa, Ricardo Fernandes. 2013. « De prazeres e perigos: abordagem etnográfica dos roteiros eróticos de homens que fazem sexo com homens e desafios à prevenção do HIV na região central da cidade de São Paulo. » Dissertation de mestrado en santé collective. São Paulo : Faculté de sciences médicales de la Santa Casa de São Paulo.

Gregori, Maria Filomena. 2008. « Limites da sexualidade: violência, gênero e erotismo. » Revista de Antropologia da USP 51 (2): 575-606.

Gregori, Maria Filomena. 2010. « Prazeres Perigosos – erotismo, gênero e limites da sexualidade. » Thèse de Livre Docência. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Gregori, Maria Filomena. 2011. « Usos de sex toys: a circulação erótica entre objetos e pessoas. » Mana 17 (2): 313-336.

Gregori, Maria Filomena. 2014. « Práticas eróticas e limites da sexualidade: contribuições de estudos recentes. » Cadernos Pagu 42: 47-74.

Grossi, Miriam Pillar. 2010. « Gênero, sexualidade e reprodução: a constituição dos estudos sobre gênero, sexualidade e reprodução no Brasil. » In Horizontes das Ciências Sociais no Brasil: Antropologia, dirigé par Carlos Benedito Martins & Luiz Fernando Dias Duarte, 293-340. São Paulo: Anpocs.

Gupta, Akhil & James Ferguson. 2000. « Mais além da “cultura”: espaço, identidade e política da diferença. » In O espaço da diferença, dirigé par Antonio Augusto Arantes, 30-49. Campinas: Papirus.

Heilborn, Maria Luiza. 2004. Dois é par: gênero e identidade sexual em contexto igualitário. Rio de Janeiro: Garamond.

Henning, Carlos Eduardo. 2008. « As diferenças na diferença: hierarquia e interseções de geração, gênero, classe, raça e corporalidade em bares e boates GLS de Florianópolis, SC. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Florianopolis : Université fédérale de Santa Catarina.

Henning, Carlos Eduardo. 2014. « Paizões, tiozões, tias e cacuras: envelhecimento, meia-idade, velhice e homoerotismo masculino na cidade de São Paulo. ». Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Lacombe, Andrea. 2005. « “Pra homem já tô eu”: masculinidades e sociabilidades lésbicas em um bar do centro do Rio de Janeiro. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Lacombe, Andrea. 2010. « Ler [se] nas Entrelinhas. Sociabilidades e subjetividades entendidas, lésbicas e afins. » Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Leite Jr., Jorge. 2006. Das Maravilhas e Prodígios Sexuais – A pornografia « bizarra » como entretenimento. São Paulo: Annablume.

Levine, Martin P. 1979. « Gay Ghetto. » In Gay Men: The Sociology of Male Homosexuality, 182-204. New York: Harper & Row.

Leznoff, Maurice & William A. Westley. 1956. « The homosexual community. » Social Problems 3: 257-263.

Lobato, Ana Laura. 2011. « Trajetórias afetivas e sexuais entre jovens de periferia, Belo Horizonte. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Lopes, Paulo Victor Leite. 2011. « Sexualidade e construção de si em uma favela carioca: pertencimentos, identidades, movimentos. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Lowenkron, Laura. 2013. « Abuso sexual infantil, tráfico de pessoas e a desconstrução da centralidade do consentimento. » Communication présentée à la X Reunión de Antropología del Mercosur (RAM). Córdoba (Argentina), 10-13 juillet, manuscrit.

MacRae, Edward John Baptista das Neves. 1990. A construção da igualdade identidade sexual e política no Brasil da abertura. Campinas: Ed. da Unicamp.

Magnani, José Guilherme Cantor. 2002. « De perto e de dentro: notas para uma etnografia urbana. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 49: 11-29.

Massey, Doreen. 2000. « Um sentido global do lugar. » In O espaço da diferença, dirigé par Antonio Augusto Arantes, 175-185. Campinas: Papirus.

McClintock, Anne. 2010. Couro imperial. Raça, gênero e sexualidade no embate colonial. Campinas: Ed. da Unicamp.

Meinerz, Nádia. 2011a. Entre mulheres: etnografia sobre relações homoeróticas femininas em segmentos médios urbanos na cidade de Porto Alegre. Rio de Janeiro: Eduerj.

Meinerz, Nádia. 2011b. « Mulheres e masculinidade: etnografia sobre afinidades de gênero no contexto da parceria homoerótica feminina em grupos populares. » Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Université fédérale du Rio Grande do Sul.

Monteiro, Simone, Eliane Vargas, Fátima Cecchetto & Felippe Mendonça. 2010. « Identidades, trânsitos e diversidade sexual em contextos de sociabilidade juvenil no Rio de Janeiro (Brasil). » Cadernos Pagu 35: 79-109.

Moutinho, Laura. 2006. « Negociando com a adversidade: reflexões sobre “raça”, (homos)sexualidade e desigualdade social no Rio de Janeiro. ». Revista Estudos Feministas 14: 103-116.

Moutinho, Laura. 2014. « Diferenças e desigualdades negociadas: raça, sexualidade e gênero em produções acadêmicas recentes. » Cadernos Pagu 42: 201-248.

Moutinho, Laura & Sérgio Carrara. 2010. « Apresentação. » Cadernos Pagu 35: 1-26.

Oliveira, Leandro de. 2006. « Gestos que pesam: performance de gênero e práticas homossexuais em contexto de camadas populares. » Dissertation de mestrado en santé collective. Rio de Janeiro : Université de l’État de Rio de Janeiro.

Parreiras, Carolina. 2015. « Altporn, corpos, categorias, espaços e redes: um estudo etnográfico sobre pornografia online. » Thèse de doctorat. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Passamani, Guilherme. 2015. « Batalha de Confete no “Mar de Xarayés”: condutas homossexuais, envelhecimento e regimes de visibilidade. » Thèse de doctorat. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Peirano, Mariza. 1999. « Antropologia no Brasil (alteridade contextualizada). » In O que ler na ciência social brasileira (1970–1995), vol. 1, dirigé par Sergio Miceli, 225–266. São Paulo: Sumaré/Anpocs.

Pelúcio, Larissa. 2009. Abjeção e Desejo – uma etnografia travesti sobre o modelo preventivo de aids. São Paulo: Annablume.

Pelúcio, Larissa & Tiago Duque. 2013. « “...depois, querida, ganharemos o mundo”: reflexões sobre gênero, sexualidade e políticas públicas para travestis adolescentes, meninos femininos e outras variações. » Revista de Ciências Sociais 44 (1): 10-43.

Perilo, Marcelo. 2014. Área Fértil: jovens e espaços de sociabilidade. Goiânia: Ed. UFG.

Perlongher, Nestor. 2008 [1987]. O negócio do michê: prostituição viril em São Paulo. São Paulo: Perseu Abramo.

Piscitelli, Adriana Gracia. 2008. « Intersecionalidades, categorias de articulação e experiências de migrantes brasileiras. » Sociedade e Cultura 11 (2): 263-274.

Puccinelli, Bruno. 2015. « Pão com ovo e chilli pepper: poder, sexualidade, usos do espaço e centralidades em São Paulo. » Rapport de qualificação (doctorat en sciences sociales). Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp), manuscrit.

Reis, Ramon. 2012. « Encontros e Desencontros: uma etnografia das relações entre homens homossexuais em espaços de sociabilidade homossexual de Belém, Pará. » Dissertation de mestrado en sciences sociales. Belém : Université fédérale du Pará.

Reis, Ramon. 2014. « Entre Fluxos e Contrafluxos, “Periferias” e “Centros”: descentralizando sociabilidades homossexuais na cidade de São Paulo. » Gênero na Amazônia 6: 63-90.

Ribeiro, Milton. 2012. « Na rua, na praça, na boate: uma etnografia da sociabilidade LGBT no circuito GLS de Belém-PA. » Dissertation de mestrado en sciences sociales. Belém : Université fédérale du Pará.

Rocha, Ane Talita da Silva. 2013. « Construindo desejos e diferenças: uma etnografia da cena indie rock paulistana. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. São Paulo : Université de São Paulo.

Rubin, Gayle. 2002. « Studying Sexual Subcultures: Excavating the Ethnography of Gay Communities in Urban North America. » In Out in Theory: the Emergence of Lesbian and Gay Anthropology, dirigé par Ellen Lewin & William L. Leap, 17-68. Chicago: University of Illinois Press.

Saggese, Gustavo. 2015. « Entre perdas e ganhos: homossexualidade masculina, geração e transformação social na cidade de São Paulo. » Thèse de doctorat en anthropologie sociale. São Paulo : Université de São Paulo.

Silva, Hélio R. Santos. 1992. « Lapa de Travestis. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Simões, Júlio Assis. 2004. « Homossexualidade masculina e curso da vida: pensando idades e identidades sexuais. » In Sexualidade e saberes: convenções e fronteiras, dirigé par Sérgio Carrara, Maria Filomena Gregori & Adriana Gracia Piscitelli, 415-447. Rio de Janeiro: Garamond.

Simões, Júlio Assis & Isadora Lins França. 2005. « Do gueto ao mercado. » In Homossexualismo em São Paulo e outros escritos, dirigé par James N. Green & Ronaldo Trindade, 309-333. São Paulo: Ed. da Unesp.

Simões, Júlio Assis & Regina Facchini. 2009. Na trilha do arco-íris: do homossexual ao movimento LGBT. São Paulo: Fundação Perseu Abramo.

Simões, Júlio Assis, Isadora Lins França & Marcio Macedo. 2010. « Jeitos de corpo: cor/raça, gênero, sexualidade e sociabilidade juvenil no centro de São Paulo. » Cadernos Pagu 35: 37-78.

Simões, Júlio Assis & Sérgio Carrara. 2014. « O campo de estudos socioantropológicos sobre diversidade sexual e de gênero no Brasil: ensaio sobre sujeitos, temas e abordagens. » Cadernos Pagu 42: 75-98.

Terto Jr.,Veriano de Souza. 1989. « No escurinho do cinema...: Socialidade orgiástica nas tardes cariocas. » Dissertation de mestrado en psychologie. São Paulo : Université catholique de Rio de Janeiro (PUC-RJ).

Vega, Alexandre Paulino. 2008. « Estilo e marcadores sociais da diferença em contexto urbano: uma análise da desconstrução de diferenças entre jovens em São Paulo. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. São Paulo : Université de São Paulo.

Velho, Gilberto. 1994. Projeto e metamorfose: antropologia das sociedades complexas. Rio de Janeiro: Zahar.

Vencato, Anna Paula. 2013. Sapos e Princesas: prazer e segredo entre praticantes de crossdressing no Brasil. São Paulo: Annablume.

Zilli, Bruno D. 2007. « A perversão domesticada: estudo do discurso de legitimação do BDSM na internet e seu diálogo com a psiquiatria. » Dissertation de mestrado en santé collective. Rio de Janeiro : Université de l’État de Rio de Janeiro.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit nécessairement d’un parcours partial et situé, étant donné que leurs auteures font également partie de cette tradition intellectuelle et que ce texte reflète d’une certaine manière les discussions qu’elles ont menées au cours de leurs trajectoires professionnelles.

2 Pour une théorisation consistante de l’intersectionnalité, à savoir l’articulation entre genre et autres marqueurs sociaux de la différence, consulter Avtar Brah (1996) et Anne McClintock (2010). Pour des études brésiliennes sur les perspectives intersectionnelles, voir Piscitelli (2008) et Moutinho (2014).

3 Une cartographie plus dense et détaillée de ce marché a été présentée par França (2006a).

4 Le terme est emprunté à Meinerz (2011b).

5 Sur ce thème, voir Silva (1992), Pelúcio (2009), França (2006b) et Vencato (2013).

6 Il est vrai que, comme le signalent Júlio Assis Simões et Sérgio Carrara (2014), cette tendance a parfois amené à des formulations qui finissent par faire ressurgir comme catégorie identitaire des expressions comme « homoérotique », queer et « individus LGBT », forgées dans le processus de critique à l’essentialisation des identités. On note toutefois une multiplication des objets empiriques qui semble accompagner non seulement la prolifération d’identités politiques liées aux variations de genre et de sexualité, mais également le processus d’élargissement des limites du socialement acceptable à partir de la reconnaissance des « droits sexuels » comme droits de l’homme.

7 En portugais, mancha, catégorie analytique proposée par José Guilherme Cantor Magnani et traduite en anglais dans la revue Vibrant par patch, pour désigner des zones qui fonctionnent comme point de référence pour un ensemble de personnes les fréquentant en vue de la pratique d’activités déterminées (zone de loisirs autour des bars, restaurants et équipements culturels, ou encore zone de santé, autour d’un hôpital, etc.). Ndt.

8 Référence au titre de l’ouvrage de Perlongher, cité tout au long de cet article, O negócio do michê: prostituição viril em São Paulo [Le travail du gigolo : prostitution virile à São Paulo], dans lequel l’auteur fait allusion aux diverses dimensions de la prostitution virile – une expression qu’il préfère à prostitution masculine – dans la ville de São Paulo (Ndt).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isadora Lins França, Regina Facchini et Maria Filomena Gregori, « Ville et différence : les études sur l’érotisme et la diversité sexuelle et de genre au Brésil »Brésil(s) [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.1773

Haut de page

Auteurs

Isadora Lins França

Isadora Lins França est professeur d’anthropologie de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Regina Facchini

Regina Facchini est chercheur au Laboratoire d’études de genre Pagu, éditrice des Cadernos Pagu et enseignante dans les programmes de master et doctorat en sciences sociales et en anthropologie sociale de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Maria Filomena Gregori

Maria Filomena Gregori est professeure (HDR) de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search