Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Costa, Luciano Rodrigues. 2013. Trabalhadores em construção: mercado de trabalho, redes sociais e qualificação na construção civil.

Curitiba: Editora CRV, 228 p.
Christophe Brochier
Référence(s) :

Costa, Luciano Rodrigues. 2013. Trabalhadores em construção: mercado de trabalho, redes sociais e qualificação na construção civil. Curitiba: Editora CRV, 228 p.

Texte intégral

1Le livre de Luciano Rodrigues Costa est une référence supplémentaire et importante dans la très courte liste des études sociologiques portant sur le bâtiment brésilien. Ce secteur, qui est pourtant un maillon fondamental de l'économie nationale, n'a suscité que peu d'intérêt de la part des spécialistes des sciences sociales. On ne trouve en effet pas dans le BTP brésilien de grands sites fixes attachés à un quartier ouvrier, peu de syndicalisme, guère d’innovation technique. Pourtant, c’est la porte d'entrée traditionnelle des migrants ruraux vers l'économie urbaine, et le fonctionnement des entreprises y donne à voir la gamme presque complète des mécanismes d'exploitation de la main-d'œuvre.

2L'auteur n'a pas choisi de privilégier les aspects techniques, économiques ou migratoires mais s'est intéressé en priorité aux modes de gestion des effectifs, en prenant en compte le point de vue ouvrier et celui des employeurs. C'est à l'évidence l'une des entrées les plus solides et les plus intéressantes dans l'étude du secteur, même si elle est peu originale. Ce qui est moins convenu, en revanche, est le terrain d'enquête. Luciano Rodrigues, dans le cadre de sa recherche doctorale, a recueilli des données sur trois sites : une grande entreprise moderne de la région de Belo Horizonte, une petite entreprise semi-artisanale de la même ville et une entreprise moyenne en France, dans la région de Toulouse. Une ethnographie internationale comparative est une première dans l'étude du bâtiment brésilien. Même si l'on peut regretter que l'analyse finale intègre peu le cas toulousain, la juxtaposition des trois enquêtes permettra aux lecteurs français de mieux saisir les spécificités du cas brésilien grâce à un élément de comparaison.

3L'intérêt principal de l'étude est de permettre de regarder comment la précarité du travail est organisée dans trois contextes différents. Les entreprises du BTP, en effet, n'ont que peu de salariés ouvriers permanents : les embauches se font en fonction des étapes techniques des ouvrages, selon les besoins et les types de relations établies entre contremaîtres et exécutants. Ce sont ces relations qui ont particulièrement intéressé Rodrigues Costa.

4Ainsi, l'entreprise moderne décrite au début du livre a marié rationalisation de la production et fidélisation relative des ouvriers. Le raisonnement des dirigeants a été le suivant : pour que la qualité du travail s'améliore tout en diminuant les dépenses en matériel, il faut obtenir la coopération des ouvriers. Le confort a été amélioré ainsi que les relations personnelles. En échange, les ouvriers doivent se soumettre à des règles techniques précises et accepter des programmes de formation. Le point le plus intéressant soulevé par Rodrigues Costa est que le turn-over reste élevé en dépit des efforts des ingénieurs pour le réduire. Même si les employés sont souvent transférés sur un autre site à la conclusion d'un chantier, les ouvriers peu qualifiés et les manœuvres continuent à être considérés comme de peu d'importance. Les programmes de formation sont aussi à double tranchant car ils pénalisent ceux qui ont du mal à s'adapter aux nouvelles méthodes. Enfin, les facteurs classiques qui favorisent la rotation jouent toujours à plein : embauche par indication qui conduit à affecter certains professionnels à des tâches qu'il ne maîtrisent pas complétement, sortie volontaire des ouvriers pour bénéficier des indemnités (FGTS) ou sortie forcée par les gestionnaires pour éviter de verser des compensations après douze mois d'embauche.

5Le chapitre central examine, lui, le cas toulousain, dans lequel les entreprises d'intérim sont l'acteur principal de l'orchestration de la précarité. Il est écrit essentiellement pour un public brésilien qui n'est pas familier de ce système et du poids de la main-d'œuvre immigrée. Le lecteur français y trouvera des données et des analyses qui rappellent celles de Nicolas Jounin (Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, 2009) au sujet de l'exploitation et de l'illégalité sur les chantiers.

6Enfin, le dernier cas, qui est sans doute le plus intéressant, donne à voir un petit patron gérant sur un mode paternaliste un réseau d'ouvriers, d'amis et d'obligés dans le monde des chantiers d'une ville moyenne du Minas Gerais. La description fine de l'auteur permet de comprendre comment les intérêts des patrons et des ouvriers se concilient grâce à une soumission des derniers et des concessions des premiers, le tout présenté sous la forme de faveurs ou de gages d'amitié.

7L'une des forces de ce livre est de traiter de manière particulièrement claire et accessible un grand nombre d'aspects du fonctionnement du secteur, grâce aux divers cas examinés. Un chapitre d'introduction présente ainsi quelques caractéristiques générales du fonctionnement du BTP, méconnues des lecteurs généralement mieux renseignés sur les usines. Une partie de la conclusion offre une synthèse utile et précise sur les mécanismes d'apprentissage qui sont l'un des éléments de la gestion de la main-d'œuvre, dans la mesure où la transmission et la reconnaissance des savoir-faire sont toujours conditionnelles et liées au comportement de l'ouvrier.

8Enfin, l'ouvrage est également un témoignage utile sur la façon dont on peut réaliser une enquête dans un milieu professionnel relativement difficile et fermé. L'auteur décrit notamment de façon vivante comment il est parvenu à gagner la confiance de ses interlocuteurs. En nous présentant de manière détaillée les personnes qu'il a étudiées, il nous permet de pénétrer plus facilement dans ce monde viril et secret. Les analyses sont fondées sur une connaissance intime du chantier, ce qui rend aussi l'ouvrage agréable à lire. Ce savoir de première main, que l'on repère par de nombreuses petites remarques, nous fait d'ailleurs regretter que, conformément à une norme implicite des thèses de sociologie du travail au Brésil, les analyses reposent essentiellement sur des extraits d'entretien, et rarement sur des comptes rendus d'observations. On ne peut ainsi que souhaiter que l'auteur approfondisse ses analyses dans des articles de nature ethnographique qui porteraient sur des aspects encore peu connus du fonctionnement des chantiers brésiliens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Costa, Luciano Rodrigues. 2013. Trabalhadores em construção: mercado de trabalho, redes sociais e qualificação na construção civil. », Brésil(s) [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1804

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Paris 8/CREDA-IHEAL – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals