Navigation – Plan du site
Dossier – Ce que l’anthropologie doit au Brésil : terrains et théories

Les études sur la violence et la criminalité au Brésil et les processus de « pacification » dans deux métropoles brésiliennes

Os estudos em violência e criminalidade no Brasil e os processos de « pacificação » em duas metrópoles brasileiras
Studies of violence and criminality in Brazil and the processes of “pacification” in two Brazilian cities
Antonio Rafael Barbosa
Traduction de Maud Chirio

Résumés

Cet article propose une présentation du champ des études sur la violence et la criminalité au Brésil, avant de s’intéresser à deux thèmes particulièrement présents dans l’actualité universitaire de ce domaine de recherche : d’une part, l’impact des politiques de sécurité publique sur la gestion de la vie quotidienne et l’administration des conflits, avec l’adoption d’un nouveau modèle de « police de proximité » à Rio de Janeiro, les unités de police pacificatrice (UPP) ; d’autre part, les effets des pratiques qui régissent ce que l’on a coutume d’appeler les « milieux criminels », en particulier la « discipline » du Premier Commando de la capitale (PCC) dans les favelas et les quartiers défavorisés de São Paulo.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2015 ; approuvé en novembre 2015.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Soulignons qu’au Brésil la gestion des prisons est à la charge des États de la Fédération.

1Deux sujets ont récemment attiré l’attention de nombreux chercheurs brésiliens spécialistes de la violence et de la criminalité dans le pays. Le premier concerne une expérience innovante de maintien de l’ordre récemment mise en œuvre à Rio de Janeiro grâce à des unités de police pacificatrice (UPP). Cette « police de proximité », comme l’appellent ses responsables, s’inscrit dans un effort du gouvernement pour reconquérir des territoires urbains considérés comme dangereux car contrôlés par des groupes liés au trafic de la drogue. Le second a trait aux conséquences de l’implantation du Premier Commando de la capitale (PCC) à São Paulo, à son organisation et à son action. Ce collectif, créé par des prisonniers à l’intérieur du système carcéral pauliste, est considéré par les responsables de la sécurité publique comme une organisation criminelle dotée de diverses ramifications dans d’autres établissements pénitentiaires de l’État1. En s’appuyant sur ces deux exemples, cet article vise à analyser quelques-unes des controverses sur le crime et la violence qui ont eu un retentissement public et la manière dont celles-ci marquent les travaux universitaires. Après un bref examen métathéorique de la constitution de ce champ d’études, les deux expériences de « pacification » en cours dans les États de Rio de Janeiro et de São Paulo seront examinées.

Les études sur le crime et la violence au Brésil

  • 2 Voir Adorno (1993), Zaluar (1999), Kant de Lima, Misse & Miranda (2000) ainsi que Minayo. (1990) : (...)

2L’un des signes de maturité d’un champ d’études est l’accumulation d’un matériel réflexif sur les pratiques en son sein. Les effets politiques de l’accroissement et de la divulgation de ses recherches en sont un autre. Ces dernières années, au Brésil, quelques travaux comparatifs et des recueils de récits biographiques ont été produits par des chercheurs pionniers dans les études sur la criminalité, la violence urbaine, la sécurité publique et la justice criminelle2. La lecture de ce matériel permet de dresser un premier bilan de ces recherches.

  • 3 Un ouvrage réunissant des entretiens avec les « pionniers » du champ, tel qu’il a été conçu par Lim (...)

3Il faut, tout d’abord, souligner l’accroissement rapide de ce champ d’études au Brésil dans les dernières décennies. Dans les années 1970, les travaux étaient encore rares et menés par des chercheurs aujourd’hui considérés comme des pionniers (Lima & Ratton 2011), travaillant de façon artisanale, sans appui institutionnel ni financement conséquent3. En outre, ils se heurtaient à de sévères résistances de la part de leurs pairs : en pleine dictature militaire, de tels thèmes n’étaient pas considérés comme prioritaires, voire soupçonnés de révéler un positionnement politique de droite (Misse 2011). Soulignons également que, comme c’est le cas chaque fois que se constitue un nouveau domaine, ceux qui vont en devenir les spécialistes font l’expérience du décentrement de leurs anciens intérêts et objets d’étude. Cela peut se produire le long d’une ligne thématique : par exemple, l’analyse de la violence rurale ouvre à des questions relatives à la violence urbaine. Dans d’autres cas, ce sont des demandes formulées par des intellectuels, des juristes ou des avocats qui ont déclenché un dialogue avec certains courants de la sociologie, perméables à ces interactions. Cette discipline est en effet depuis longtemps marquée par une tension interne entre plusieurs approches critiques (notamment marxistes) et d’autres perspectives issues de l’œuvre de Max Weber ou de la sociologie états-unienne (Merton ou Wright-Mills, par exemple) souvent utilisées dans des recherches appuyées sur des financements publics ou privés. Enfin, certains chercheurs se sont rapprochés de cette thématique du fait des alertes apparues dans le débat public qui les ont incités à investir un espace de réflexion jusqu’alors inoccupé.

4Ces premiers travaux sont marqués par une quasi-absence de dialogue avec des chercheurs étrangers. Toutefois, après la consolidation des programmes de recherches en sciences sociales au Brésil, les nouveaux enseignants – qui avaient pour beaucoup fait une partie de leurs études supérieures en France, en Angleterre ou aux États-Unis – ont introduit et divulgué des auteurs inconnus des étudiants et des chercheurs brésiliens de l’époque. Les sciences sociales brésiliennes, dès lors, ont davantage utilisé la diversité des références théoriques et des affiliations institutionnelles.

5Le contexte est aujourd’hui complétement différent. Le volume des recherches sur le crime, la violence et les thématiques afférentes s’est accru de manière vertigineuse. Il en a été de même de la qualité de ces travaux du fait du dialogue qui s’est progressivement établi avec des chercheurs étrangers, de l’entrée toujours plus importante d’étudiants dans des formations hors du pays, de l’accès à de nouveaux moyens de communication numériques et de l’ouverture de certains secteurs du marché éditorial à ces thématiques. Du point de vue institutionnel, de nombreux groupes de recherche spécialisés se sont créés ces dernières années, à l’intérieur et en dehors des pôles traditionnels de production en sciences sociales de la région sud-est (Rio de Janeiro, São Paulo, Minas Gerais). Une conséquence a été la consolidation de deux instituts nationaux de science et technologie (INCT/CNPq) dans le domaine de la sécurité publique, qui regroupent une partie de ces centres de recherches et concentrent divers partenariats internationaux. De même, nous nous dirigeons aujourd’hui vers l’institutionnalisation de cours de sécurité publique dans l’enseignement supérieur, proposés dans des filières spécialisées avec, pour objectif, la formation de gestionnaires en sécurité publique et de policiers hors de leurs univers corporatifs.

  • 4 Ce dernier point crée d’innombrables débats. Alors que certains intellectuels affirment que les étu (...)

6Or, tant au sujet de l'offre de formation que de l'implication récente d'intellectuels dans la gestion publique, apparaît une première controverse qui mobilise les spécialistes, et ce pour un certain temps encore : quelles sont les relations possibles entre la gestion des affaires publiques et la production intellectuelle ? Quel est le rôle convenable – si tant est qu'il existe – de l'intellectuel dans la formulation et la gestion de politiques de sécurité publique ? Ou encore, d'un point de vue scientifique, quelle est la place des sciences appliquées dans l'univers des sciences sociales brésiliennes et dans la redéfinition de ses frontières disciplinaires4 ?

  • 5 Dans ce cas, les droits de l’homme finissent par être appelés les « droits des délinquants ». On cr (...)

7Revenons à la discussion sur la période de formation et de consolidation de ce champ. Zaluar (1999) a mis en évidence quelques éléments pertinents pour approfondir la compréhension de cette époque qui va des dernières années de la dictature militaire aux premières années de la re-démocratisation durant les décennies 1970 et 1980. L'auteure évoque en premier lieu une question que je ne considère pas comme étant à la source de la principale controverse dans ce domaine : dans quel contexte politique les recherches universitaires sur ce thème ont-elles été définies et se sont-elles développées ? Elle souligne l'effort réflexif d'une partie des intellectuels d'alors pour penser leur propre positionnement comme chercheurs et comme acteurs politiques, dans leurs institutions universitaires, partis politiques, mouvements sociaux et, par la suite, avec l'avènement des organisations non gouvernementales, dans ce qu'on appelle la « société civile ». Ce qui saute aux yeux, nous dit-elle, est la confrontation relativement imprévue de deux courants, qui génère des dilemmes éthiques et politiques, principalement pour ceux qui militaient pour les droits de l’homme : le modèle marxiste dichotomique, centré sur la lutte des classes ; le modèle de la construction de la nation, centré sur l'inclusion des pauvres des milieux ruraux et urbains, eux-mêmes auteurs et victimes préférentiels des crimes violents (Id., 14). Ainsi s’affirme une lutte pour la garantie de l'universalité des droits en même temps que pour la défense des intérêts de classe de ceux qui sont la cible de la violence institutionnelle et les protagonistes du crime violent, c’est-à-dire les classes populaires dont eux-mêmes sont issus. Cette contradiction rend difficile la recherche d’une position adéquate face à l'impossibilité de reconnaître dans ces classes une réciprocité identitaire qui permettrait de garantir une représentation politique. Cela a été un véritable défi pour ceux qui se réclamaient du marxisme, mais aussi pour ceux qui ont investi dans la « criminologie critique » et cherchaient à ouvrir une brèche dans le droit ou le savoir juridique ou à adhérer à une position plus à gauche. En l'absence de la réciprocité mentionnée plus haut, c'est la perspective de la « construction de la nation et de la citoyenneté » qui s'est imposée, imbriquée dans le processus de re-démocratisation. Dans un premier temps, l'État est devenu la cible privilégiée des revendications pour la garantie des droits civils et sociaux. Dans un second temps, ce sont vers les institutions gouvernementales que les demandes de réformes ont convergé. Par exemple, le débat sur les droits de l’homme, que l’on retrouve tout au long de la période de la re-démocratisation dans les années 1980, est caractéristique de cette dynamique, tout comme les réactions contraires des institutions judiciaires5. Jusqu'à aujourd'hui nous en payons le prix : la controverse sur le crime et la sécurité publique au Brésil est née dans l'ombre épaisse puis évanescente de la dictature militaire et garde la trace de cette origine dans la centralité que l'État occupe dans nos analyses.

  • 6 Cependant nous devons également mentionner ceux qui prennent une voie divergente – à une période où (...)

8Dans les années 1980, un conflit s’est installé entre les intellectuels qui voyaient dans le problème de la violence urbaine et de l’accroissement de la criminalité des causes macro-politiques et économiques – distribution des revenus, inégalité sociale, absence d’investissements dans l’éducation et la santé, etc. – et ceux qui insistaient sur le rôle du fonctionnement au jour le jour des institutions de contrôle et de punition. Comme je l’ai mentionné précédemment, ces derniers sont considérés comme « de droite » par les premiers qu’on désigne parfois sous le terme de « gauche pénale » (Zaluar 1999, 19). Paradoxalement, ceux qui avaient été classés du côté du conservatisme politique ont rapidement occupé des postes administratifs dans des gouvernements « de gauche » pendant la re-démocratisation. Ce sont également eux qui ont ouvert les portes de ces institutions aux chercheurs. La situation apparaît encore plus complexe si l’on regarde du côté des choix méthodologiques (recherches plutôt quantitativistes ou plutôt de type qualitatif). Certains insistent sur la production d’indicateurs sociaux et de statistiques (qui parfois questionnent les statistiques officielles) comme autant d’instruments nécessaires à la formulation des politiques publiques. D’autres considèrent que, sans compréhension correcte de l’univers mental des opérateurs du système judiciaire, on ne pourra rien faire pour modifier leurs pratiques quotidiennes. Toutefois, maintes recherches continuent à ouvrir des perspectives méthodologiques aussi bien quantitatives que qualitatives et, dans un cas comme dans l’autre, la volonté de réformer le système est commune à de nombreux chercheurs en dépit de leurs différentes orientations6.

9En partant de ces considérations, il devient possible de poser la question, décisive, des relations entre contexte politique et production universitaire dans la formulation et la gestion des politiques publiques de sécurité : qu’est-ce qui explique l’émergence de cette thématique au Brésil ? Pour certains intellectuels, c’est l’agenda politique de la re-démocratisation qui en rend le mieux compte par le biais de la dénonciation de la torture ou des escadrons de la mort, de la prégnance de la thématique des droits de l’homme, de la réforme nécessaire des appareils politiques et pénitentiaires, etc. Pour d’autres, le thème de la violence et de la criminalité a été introduit en raison « du changement de profil de la criminalité au Brésil, dans les grandes villes, avec l’augmentation des taux de crimes violents dans les années 1970 » (Misse 2011, 21). Peut-être pouvons-nous considérer que les deux explications sont également valides : elles se réfèrent en fait aux différents contextes de la production scientifique ainsi qu’aux idiosyncrasies qui marquent chaque trajectoire individuelle, comme je le montrerai en comparant certains des travaux produits à Rio de Janeiro avec d’autres élaborés à São Paulo.

10Nous touchons ici à un point délicat pour tous ceux qui souhaitent présenter de façon systématique ce champ d’études. En effet, la diversité des valeurs, des orientations théoriques et méthodologiques interdit de considérer la production brésilienne comme un corpus organique, notamment lorsqu’il s’agit d’en définir les contours. Justice criminelle, sécurité publique, criminalité, violence (urbaine), délinquance juvénile, droits de l’homme, politiques sociales, etc. : autant de thèmes qui se croisent et se superposent. D’un côté, une cohérence minimale est garantie par le fait que, dans le débat public, tous ces sujets sont « marqués par le langage de la violence » (Machado da Silva 2011, 169). De l’autre, des thèmes distincts naissent des diverses dynamiques internes du champ universitaire : définition d’axes de recherche et d’aires de connaissance par les institutions scientifiques et les agences de financement, relations de coopération entre différents laboratoires de recherches, dialogue avec le gouvernement.

11Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas d’un champ que l’on peut délimiter avec précision : ni de façon interne, en distinguant des sous-aires thématiques ; ni de façon externe, en le différenciant des autres domaines de connaissance en sciences humaines. Il demeure malléable du fait de sa polysémie conceptuelle, des multiples approches en son sein et des questionnements internes, qu’ils soient voisins, juxtaposés ou plus éloignés, ce qui ne serait pas un problème si nous ne cherchions pas à unifier la diversité des perspectives (Machado da Silva 2011, 168-169).

12Un autre aspect doit être souligné. Comme je l’ai déjà indiqué, on ne peut que constater l’accroissement substantiel, dans les dernières décennies, des études que nous regroupons ici sous l’étiquette de « violence et criminalité ». Dans le même temps, elles se sont diversifiées et spécialisées. Un consensus est apparu sur la nécessité de faire avancer les travaux sur ce thème. Toutefois, la distinction entre approches empiriques et approches théoriques est devenue un nouveau sujet de débat. Ces deux plans peuvent-ils réellement être dissociés ? Quand nous disons que l’origine de l’intérêt pour ce thème vient de l’accroissement du phénomène criminel, nous affirmons en fait, comme le fait Porto (2011, 211), que « [ce] qui caractérise la question de la violence est qu’elle s’est constituée de manière très évidente comme un objet empirique, pour seulement ensuite se constituer comme un objet théorique ». On dit souvent qu’au Brésil nous avançons beaucoup dans les recherches empiriques, que nous formons des chercheurs dotés d’un solide bagage méthodologique et théorique, mais que nous proposons moins souvent de nouveaux concepts, modèles ou hypothèses analytiques, du moins dans ce champ d’études. Les efforts restent ponctuels et localisés. Il ne s’agit pas de dire que les intellectuels concernés ne sont pas lus hors du Brésil ou que, au contraire, ils ne liraient pas les travaux les plus récents de leur domaine ou même qu’ils n’entretiendraient pas de dialogue direct avec les auteurs qui sont aujourd’hui des références internationales. Ce que j’avance ici est que, du fait de la durable asymétrie des relations de production intellectuelle entre l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Amérique latine, il n’y a pas encore de densité théorique suffisante pour, non seulement inverser le flux de production-réception de modèles théoriques mais, aussi, pour multiplier les occasions de création conceptuelle.

13Toutefois, cette division entre empirique et théorique, présente dans notre pratique et dans nos façons de concevoir la connaissance, recouvre une autre distinction dont l’examen conduit à remettre en question la première dichotomie ou, du moins, son fondement. Il s’agit de l’opposition entre, d’un côté, certaines approches sociologiques privilégiant l’application sur les phénomènes à analyser de grilles de lectures préalablement conçues et, de l’autre, les approches anthropologiques reposant sur l’idée qu’aucune construction théorique ne peut présager de l’expérimentation ou de l’expérience issue du terrain. Pour ces dernières, toute théorie produite est une théorie ethnographique, construite à la rencontre entre des théories académiques dont le chercheur est porteur à un moment donné, et les théories sociales « natives » partagées par ses interlocuteurs (Goldman 2006). Distinguer entre un plan théorique et un plan empirique perd donc tout intérêt. J’exagère certainement en proposant cette distinction en ces termes : entre un pôle et l’autre il y a d’innombrables variations et nuances. Pourtant, il m’intéresse ici d’explorer les effets narratifs de cette opposition, dont découlera plus loin la proposition de confrontation entre une sociologie de la violence et une anthropologie du crime.

  • 7 Au Brésil, comme le souligne Misse (2011, 22), la criminologie surgit en lien avec le droit pénal, (...)

14Enfin, pour clore ce bref commentaire introductif sur les études concernant la violence et la criminalité au Brésil, une précision doit être apportée quant aux travaux sur le système pénal. Beaucoup d’auteurs considèrent que ce sont les recherches sur l’univers pénitentiaire qui ont inauguré les études dans ce domaine au Brésil. Très certainement, l’influence des travaux de Michel Foucault a été déterminante dans ce processus, occupant tant l’espace ouvert par la crise des modèles marxistes, que le vide laissé par l’entrée de la criminologie critique dans le carcan étroit du référentiel théorique juridique7.

15Passons maintenant au thème de la « pacification », que je vais examiner de façon plus détaillée et qui va nous servir de révélateur des controverses qui sont à l’œuvre dans ce champ de recherche.

Les « factions » à Rio de Janeiro et l’organisation du commerce de détail des drogues dans la ville

16Comme je l’ai indiqué en introduction, cette seconde partie s’appuiera sur l’exemple d’une approche particulièrement attentive aux dynamiques politiques et économiques dans l’analyse des phénomènes criminels. Mes propres recherches seront mises en dialogue avec celles d’autres chercheurs travaillant eux aussi sur Rio de Janeiro. Toutefois, pour introduire le thème de la « pacification » issu de la mise en place des UPP, il convient tout d’abord de faire quelques remarques sur les reconfigurations du marché de la drogue à Rio de Janeiro dans les dernières décennies. En raison des limites inhérentes au format de cet article, j’opte pour une présentation synthétique énonçant des faits, suivie de quelques commentaires.

171) Le commerce des drogues à Rio fonctionne en réseaux (segmentés) qui se connectent entre eux.

  • 8 Voir à ce sujet le « trafic de classe moyenne » décrit par Grillo (2008).

18Il n’existe pas un « trafic de drogue » au sens où le répètent les discours médiatiques qui alimentent un état d’urgence social sur le « crime organisé ». Schématiquement, trois grands réseaux recouvrent la ville : celui du commerce de détail des drogues dans les communautés pauvres ; celui qui se pratique dans les rues et ne passe pas par les favelas ; celui qui utilise les ports et les aéroports pour fournir les marchés de consommateurs étrangers. Ils comportent plusieurs points de contact8. Chacun de ces segments a des caractéristiques propres, en termes de rentabilité, de risques, de mécanismes de négociation face à la police. Certains d’entre eux font du commerce de gros et de détail.

192) Les groupes locaux qui assurent le commerce des drogues dans les communautés pauvres de la ville exercent un type particulier de contrôle territorial, possèdent une hiérarchie de commandement rigide et opèrent en distribuant charges et fonctions (de guerre et de négoce).

  • 9 À Rio de Janeiro, la plupart des favelas sont installées sur les collines de la ville (Ndt).

20À Rio de Janeiro, les favelas et les quartiers pauvres de la ville où existe ce commerce illégal (qu’on appelle « mouvement ») sont supervisés par des groupes caractérisés par une organisation hiérarchique dans la distribution des positions politiques et économiques (les « firmes »). En haut de l’échelle on trouve le dono do morro [seigneur de la colline9] ou, en son absence (par exemple s’il est incarcéré, comme dans le cas de la majorité d’entre eux en ce moment), le frente do morro [le premier de la colline] qui le représente. Le dono do morro a pouvoir de vie et de mort sur tous ceux qui appartiennent au groupe local et sur tous ceux qui habitent sur le territoire qu’il contrôle. En dessous de lui, les charges sont distribuées entre les gérants (qui ont différentes spécialités), les soldats, les « vapeurs » (des vendeurs en bout de ligne), les « faucons » (guetteurs), etc. Le dono dispose de divers instruments de distribution des ressources et d’exhibition du statut social qui garantissent l’adhésion des membres du groupe et de ceux qui se consacrent à d’autres activités criminelles, comme les agressions. C’est le cas des « réponses », un mécanisme qui fait confluer la logique du don et de la marchandise (voir, sur ce sujet, Grillo 2013) ainsi que des « renforcements », nom donné à la distribution de ressources financières aux familles des « frères » qui sont emprisonnés et aux personnes incarcérées elles-mêmes.

213) Les « factions » ou « commandos » ne sont pas initialement associés au contrôle du trafic de drogue.

22Les groupes de prisonniers connus comme les « commandos » ou les « factions » ne sont pas issus du trafic de drogue. Comme le signale Lima (1991), la première née de ces organisations – le Commandement rouge (Comando Vermelho) – agissait surtout pour défendre certaines revendications de prisonniers comme la fin des tortures et des passages à tabac, le droit aux rencontres conjugales, un meilleur traitement des visiteurs, l’amélioration des conditions de vie à l’intérieur des unités carcérales, etc. C’était une organisation ou, d’après ses fondateurs, un « mode d’agir » (Lima 1991, 83-84) qui, au contraire de la phalange et de la xerifia (mot issu de l’anglais sheriff) qui existaient auparavant, n’avait pas pour but de garantir l’hégémonie de certaines activités criminelles dans les cellules (contrôle du jeu, trafic de drogue, vol ou harcèlement d’autres prisonniers, viols, prostitution, etc.). Au contraire, il s’agissait de consolider la discipline et le respect entre les criminels eux-mêmes et de tenter d’améliorer les conditions de vie en prison. Ce n’est qu’ultérieurement que s’est établi le contrôle du trafic, avec l’installation des chefs du Comando Vermelho dans les favelas et les communautés pauvres alors qu’explosaient les marchés de la drogue du fait de l’arrivée de la cocaïne dans les années 1980 (Zaluar 1994).

234) Les « factions » ou « commandos » sont des espaces de négociation politique, constitués à partir des prisons.

  • 10 Au contraire de l’État de São Paulo où le PCC est devenu hégémonique, à Rio de Janeiro, cela fait t (...)

24La faction n’est pas une organisation centralisée et pyramidale, avec des leaders situés au-dessus du chef local (dono do morro) et menant les affaires de l’ensemble du groupe (Barbosa 1998). Elle recouvre en fait un ensemble d’alliances et un espace continu de négociation, construit à l’intérieur et à partir des prisons par ceux qui « courent » sous la même « bannière » dans le crime10. En gérant efficacement ces réseaux, un dono se dote des appuis nécessaires pour résister aux attaques de groupes locaux liés à des factions ennemies (indistinctement désignées comme « Allemands ») ou même pour éviter le « coup d’État » d’un gérant qui déciderait de changer de faction.

255) Il n’y a pas (ou il ne devrait pas y avoir) de chefs de factions au-dessus des donos de morros ; il ne doit pas exister de hiérarchie dans le « crime ».

  • 11 Le « crime » ou le « monde du crime » sont des notions endogènes relativement complexes du fait de (...)

26Un des sujets de tension dans les factions, suscitant les critiques des membres d’autres groupes, est l’existence de hiérarchies et de relations d’autorité à l’intérieur du « crime11 ». Il y a un certain temps, le PCC, la principale faction de São Paulo, présente dans presque toutes les prisons de l’État, a introduit le thème de l’égalité dans sa devise (partagée par le Comando Vermelho de Rio de Janeiro) : « Paix, Justice, Liberté et Égalité ». Il s’agissait de marquer sa singularité, tant avec les dirigeants passés du PCC qu’avec les autres factions qui laissent exister des relations de pouvoir en leur sein. Ainsi les groupes locaux impliqués dans le trafic de drogue, de par leur structure et leur fonctionnement, présentent le risque de « contaminer » les factions (PCC, Comando Vermelho) via leurs modes de centralisation et de hiérarchisation politiques (Barbosa 2001).

276) L’activité policière participe directement et indirectement de la dynamique du commerce de détail des drogues dans la ville de Rio.

  • 12 Mineira désigne à la fois les milices (notamment para-policières) et leurs actions (Ndt).

28Pour que les bocas (littéralement les « bouches », les points de ventes de stupéfiants) puissent fonctionner, il faut payer l’arrego [ce qui est perdu, fichu], le pot-de-vin prélevé par les policiers dans les favelas de Rio de Janeiro. Ce n’est pas le seul acte illégal d’une partie des policiers et ex-policiers travaillant sur ces terrains. Ils peuvent inclure aussi la mineira c’est-à-dire l’enlèvement d’un trafiquant d’un groupe local suivi d’une demande de rançon12, la protection personnelle d’un dono de morro, l’envoi de renforts militaires en cas d’invasion du territoire d’une faction adverse, la dénonciation d’un X-9 (un indic), etc. Par ailleurs la police, même lorsqu’elle agit dans le cadre de la loi, fait partie de la logique du trafic. Il suffit de voir comment l’arrestation ou la mort du chef d’une faction est fêtée dans les favelas contrôlées par ses ennemis pour s’en convaincre.

Les unités de police pacificatrice (UPP) à Rio de Janeiro

  • 13 L’action du BOPE (Bataillon d’opérations policières spéciales) en est l’exemple parfait.

29Le déchaînement de la violence létale et l’explosion du marché des armes peuvent être attribués à la compétition qui existe entre différentes factions autour du contrôle des territoires pour y vendre de la drogue. Cependant, il faut rappeler que, depuis les années 1980, la principale stratégie policière de régulation de cette situation a été le combat militarisé des groupes locaux en charge du trafic. Nous ne devons pas non plus oublier le rôle des groupes de policiers et anciens policiers qui les alimentent en munitions et armes de guerre. Dans le jargon des forces de répression, on parle volontiers d’enxugar gelo [littéralement « essuyer la glace »] pour caractériser les opérations de lutte et de contrôle de la vente des stupéfiants, manière d’en rappeler la toute relative efficacité. Ces actions interrompent momentanément les routines de la vente, peuvent causer quelques préjudices aux personnes impliquées et permettre d’effectuer des arrestations. Elles sont aussi l’occasion d’ajuster le prix de la « marchandise politique » (Misse 2014), la taxe appelée arrego, et d’estimer la capacité de résistance des groupes locaux (Grillo 2013). Toutefois, le plus souvent, il s’agit d’abord de tuer. Ce sont des formes perverses de contrôle biopolitique (ou plutôt thanato-politique) de cette population d’hommes jeunes, majoritairement pauvre et noire, qui vit dans ce que les policiers appellent les « zones à risque13 » avec, pour conséquence, un taux de mortalité considérable (Misse, Grillo, Teixeira & Neri 2013). En outre, ces actions permettent de contrôler les déplacements des individus impliqués et de ceux qui vivent dans leur voisinage. Ainsi, on multiplie les barrages policiers qui portent directement atteinte à la libre circulation des habitants, en accroissant les différences entre « l’asphalte » (les quartiers et les rues de la ville où les droits des citoyens ne sont pas entravés par les contrôles de police) et la favela.

  • 14 Sur les résultats de ces expériences, voir Muniz, Larvie, Mussumeci & Freire (1997).

30C’est pour changer cet état de choses – les schémas traditionnels de relation entre la police, le trafic et les habitants – qu’ont été expérimentées, par les gouvernements de plusieurs États, des polices de proximité (policiamento comunitário). Sont ainsi successivement apparus, avant les UPP, les postes de police de proximité (Postos de Policiamento Comunitário), des groupements d’application pratique scolaire (Grupamento de Aplicação Prático Escolar, GAPE), le projet « équipe pour la paix » (mutirão pela paz), l’expérience pilote de police de proximité dans le quartier de Copacabana dans les années 1993-94, les groupements de police en zones spéciales (Grupamentos de Policiamento em Áreas Especiais) mis en place en 200014. La première unité de police pacificatrice (UPP) a été installée en 2008, dans la colline Santa Marta. À la mi-2015 on en comptait 42 dans différentes favelas de la ville.

31Dans les premières années, la population approuvait massivement le projet, en particulier les habitants des communautés pauvres de la ville, qui étaient directement ou non touchées par les UPP (IBPS 2010) surtout du fait de la diminution du nombre des conflits armés et des morts lors de fusillades (Cano, Borges & Ribeiro 2012). En cela, le principal objectif fut atteint. Comme leurs responsables le répétaient, ces unités n’avaient pas été créées pour en finir avec le commerce des drogues, mais pour rétablir l’ordre social à partir d’un contrôle policier du territoire et pour obtenir la décroissance des actes violents. La vieille image des trafiquants trimbalant leurs fusils aux yeux de tous dans les ruelles des favelas, chevauchant leurs motos ou assurant la « protection » des points de vente (bocas de fumo), disparut. Il en a été de même de la relation traditionnelle entre la police et le trafic faite de l’alternance entre complaisance achetée par des dessous-de-table et opérations de guerre ne visant qu’à l’extermination ou à la capture d’individus, accompagnées parfois des profits substantiels générés par un enlèvement avec demande de rançon, une saisie de drogue et surtout d’armes aussitôt revendues dans d’autres favelas ou à des factions adverses. Cette évolution a eu des effets sur la manière dont le trafic a réorganisé son contrôle territorial : de nombreux points de vente sont devenus mobiles, au moins au début de l’occupation, avant que de nouveaux accords soient noués avec l’une ou l’autre des équipes « de garde ». La conception de l’action policière en a été affectée. L’UPP devait être aussi « une expérience de pacification de la police elle-même » (Henriques & Ramos s. d.).

  • 15 Ce fut le cas après la mort du maçon Amarildo au siège de l’UPP de la Rocinha (une grande favela si (...)

32Ces dernières années, cette stratégie a été largement critiquée et a fini par perdre l’image positive dont elle bénéficiait chez les habitants des communautés où étaient installées les UPP. En effet, bien que le projet ait une organisation et des modes opératoires bien définis, sa mise en œuvre ne fut en rien uniforme. D’abord parce qu’il existe des spécificités locales qui influencent directement l’action policière au sein des UPP. Comme d’autres auteurs l’ont souligné avant moi, la police militaire n’agit pas de la même manière dans toutes les régions de la ville. Dans la zone sud et une partie de la zone ouest, les quartiers les plus riches de Rio de Janeiro, les policiers se comportent de manière polie et respectueuse. Par contre, dans les secteurs pauvres de la zone nord et ouest, tout contact est marqué par la suspicion et l’idée d’un possible danger. Ce mode d’approche concerne également les habitants des favelas dont les situations sont différenciées selon leur localisation géographique et leur plus ou moins grande exposition médiatique15. Le crime s’organise aussi différemment dans ces territoires occupés. Récemment, dans la région connue sous le nom du Complexe de l’Allemand, quartier général des principaux dirigeants du Comando Vermelho, les fusillades ont fait leur réapparition et des policiers de l’UPP ont été tués.

33Une deuxième raison de l’hétérogénéité de ces expériences d’implantation de police de proximité est le rôle de leurs commandants. Des travaux récents (Borba 2014 ; Vieira 2014) ont montré que ce sont eux qui choisissent les programmes sociaux à mettre en œuvre et qui autorisent ou non les manifestations artistiques, culturelles et sportives. En déplaçant un de ces gradés, on modifie toute l’organisation de la vie quotidienne d’une communauté, ainsi que les partenariats avec les institutions publiques et privées qui rendent possible l’ensemble des actions en jeu.

34Comme je l’ai souligné par ailleurs (Barbosa 2012), l’UPP ne s’est pas mise à fonctionner comme une police communautaire, ni dans ses pratiques, ni dans ses effets. De nombreux facteurs s’y opposent. D’abord, la réaction des habitants, qui ont accueilli avec prudence les Smurfs [Schtroumfs] (surnom des policiers des UPP à cause de leurs bérets bleus). Si le trafic n’occupait plus le devant de la scène, il n’avait pas non plus disparu. Un habitant qui se rapprocherait de la police pourrait toujours être considéré comme un X-9, un délateur, à qui sont réservées les pires punitions, puis la mort. Les réactions d’évitement et, parfois, d’irrespect voire de défi explicite, s’expliquent pas les modes d’action pérennes de la police dans les communautés pauvres : investir des maisons, enfoncer les portes, casser les meubles, agresser physiquement les habitants, assassiner des innocents sans la moindre raison. Ces images étaient difficiles à déconstruire, en tout cas pour de nombreux habitants de favelas désormais dotées d’UPP. En outre, comment parler de police communautaire sans que la population soit d’aucune manière co-responsable de la sécurité et du maintien de l’ordre public ?

  • 16 Sur la construction de l’identité policière, voir Muniz (1999).

35La police a-t-elle vraiment changé ? C’est le second point d’achoppement. Un Schtroumf, selon l’échelle des valeurs policières, n’est pas un « vrai flic » qui combat le crime, procède à des arrestations, échange des tirs avec des trafiquants. Régler des conflits de proximité dans une « communauté pacifiée » n’est pas considéré comme un travail de police. Cet ethos corporatiste est un obstacle majeur à l’adhésion des forces de l’ordre au modèle envisagé16. C’est aussi pour cela que les Schtroumfs se comportent finalement comme de « vrais flics » dans les communautés et « combattent le crime » : passages à tabac dans les maisons, inspection des habitants, exécution de potentiels suspects abattus malencontreusement, etc. Tout cela amène la population à penser que la police n’a de fait pas changé. En outre, les modes traditionnels de résolutions des conflits locaux par le trafic ont été mis à bas, sans pour autant être remplacés par les mécanismes formels de médiation proposés par les commandants des UPP, justement parce que ni les troupes, ni les habitants n’y adhèrent. Laissée sans recours, la population garde la sensation d’abandon qu’elle avait avant l’arrivée de ces dispositifs.

  • 17 Toujours sur le contrôle militarisé des communautés pauvres et des favelas de la ville, citons un a (...)

36Les critiques actuelles contre les UPP se situent dans cette perspective. On fait d’abord remarquer qu’elles augmentent la militarisation du contrôle policier, en en faisant le principal dispositif de gestion urbaine dans les favelas et les communautés pauvres de la ville. Comme l’indique Machado da Silva (2013), la pacification est un processus de territorialisation du contrôle social visant au maintien de l’ordre dans les « zones à risque ». L’action policière n’a donc plus pour objectif la répression des activités criminelles17. Le second type de critique est surtout avancé par les habitants et les organisations non-gouvernementales lorsqu’ils expriment leurs revendications : le contrôle territorial militarisé, à leurs dires, est de fait un contrôle social diffus qui influence la vie quotidienne de ceux qui y sont soumis de multiples façons, depuis la surveillance au jour-le-jour jusqu’à l’obligation d’une autorisation policière pour la réalisation d’événements culturels. Enfin, remarque-t-on, les UPP promeuvent l’accession à la pleine citoyenneté de personnes traditionnellement considérées comme des « citoyens de seconde classe » par l’intégration au marché de la consommation mais avec d’importantes conséquences secondaires. La présence policière garantit l’ouverture de ces territoires à diverses initiatives qui associent contrôles étatiques et corporatifs : régulation foncière et légalisation de la propriété, contrôle du transport informel, offre de différents services comme l’électricité, l’eau courante, le gaz domestique, la télévision par câble. Ces prestations étaient auparavant gérées de manière informelle ou illégale. Désormais, leur facturation est devenue la règle. Or ce droit à la ville ou à la pleine citoyenneté offert aux habitants de communautés pauvres a des effets pervers, comme le départ des plus démunis remplacés par des gens plus aisés. C’est une conséquence directe de l’impossibilité de payer ces services ou des pressions immobilières dues à l’augmentation de la valeur des maisons et terrains dans les zones pacifiées, surtout en zone sud. Certains auteurs parlent « d’expulsion blanche » (Cunha & Mello 2011).

37Bref, l’analyse de ce modèle de police (ou de trafic de drogue) ne peut ignorer les réseaux politiques et relationnels affectés par la « pacification » ou par la « segmentation sociale » (en ce qui concerne le trafic), ni les programmes gouvernementaux qui les concernent. Ces sujets doivent être abordés sans recourir à des catégories analytiques établies a priori et en les mettant en dialogue avec la description ethnographique.

Les travaux sur le Premier Commando de la capitale (PCC) à São Paulo et la « pacification » par le PCC

  • 18 C’est ce que j’ai désigné précédemment comme la « seconde question » du débat sur les origines du p (...)
  • 19 Notre « première question ».

38À Rio de Janeiro, les recherches sur les marchés illégaux ou informels, dont le trafic de drogue n’est qu’un aspect, sont très marquées par un intérêt pour les effets de réalité issus de la construction sociale de leurs objets18. À São Paulo, les travaux fondateurs de ce champ de recherches sont directement liés à l’agenda de la re-démocratisation19. Au centre de l’effort critique se trouve l’incapacité de l’État à promouvoir la modernisation, à étendre la citoyenneté en garantissant des droits, à assurer la sécurité en donnant un meilleur accès à la justice et en consolidant son monopole de l’exercice légitime de la force, à ouvrir les institutions de contrôle et d’internement (police, prisons, instituts socio-éducatifs) aux expertises extérieures et à les conformer aux valeurs démocratiques. En d’autres termes, il s’agit de restaurer la transparence, le respect des normes et des protocoles formels d’action, la reconnaissance des droits fondamentaux, etc. (Pinheiro 1997 ; Adorno 1998). Cette démarche est résumée dans une affirmation de Sérgio Adorno en référence à Luiz Antônio Paixão, lui-même l’un des pionniers en ce domaine : « L’articulation entre les politiques publiques de sécurité et la justice repose sur la légalité comme fondement de l’ordre social » (1993, 8). Nous ne devons en aucune manière relativiser le mérite de ces travaux, qui ont révélé de manière critique certains aspects internes du fonctionnement des appareils d’État et, plus généralement, ont mis au centre du débat des processus d’exclusion socio-économique et de ségrégation socio-spatiale (Caldeira 2000). Cependant, ce courant a finalement laissé au second plan l’examen des pratiques, des relations et des valeurs qui constituent (ou sont constitutives), notamment, du « crime » ou des dynamiques des « illégalismes » (Foucault 1975, 261-299) présentes dans les marchés informels. En outre, la convergence des préoccupations pour la sécurité, la justice, la légalité et l’ordre social rend possible la transposition de questionnements liés à l’État et aux politiques publiques. Le risque du mélange est toujours présent.

39Pourtant, on ne peut ignorer que l’adoption de cette perspective a longtemps empêché la réalisation de recherches « de l’intérieur » sur les dynamiques criminelles. Ce n’est qu’au cours des dernières années que des travaux de ce genre sont apparus. Par exemple, les factions qui ont occupé l’agenda politique carioca dès la fin des années 1980 n’ont été étudiées qu’au milieu des années 2000, quand les recherches sur le système pénitentiaire à São Paulo ont replacé cette question au centre des préoccupations scientifiques. Il faut, évidemment, prendre également en compte l’émergence du PCC comme acteur politique important, tant par les défis qu’il a lancés aux responsables de la sécurité publique (les méga-rébellions promues par le PCC de 2001 à 2006 sont en cela exemplaires), que par l’organisation du crime dans les territoires des quartiers et des favelas du grand São Paulo et de diverses villes de l’intérieur du même État. Cependant, il existe une certaine continuité entre ces nouvelles perspectives et le processus de re-démocratisation (ou la croyance en un projet de modernisation) qui les précède, même si des ruptures et des déplacements y sont repérables. Comme exemple d’analyse des ruptures, citons les travaux qui font ressurgir la discussion sur la ville et la question urbaine. Certains s’articulent autour de considérations sur les trames sociales qui produisent l’espace urbain et qui débouchent sur le fonctionnement des marchés dits informels, illicites ou illégaux (Telles & Cabanes 2006 ; Telles 2010 ; Telles & Hirata 2010 ; Hirata 2010). D’autres s’intéressent de manière nouvelle aux dynamiques des cracolândias [territoires du crack] (Frúgoli Jr. 2013 ; Rui 2014). Mentionnons également la perspective proposée par Gabriel Feltran (2012) qui, en s’éloignant du critère de la légalité et de l’organisation sociale (du point de vue de l’État), porte un regard nouveau sur les relations entre le gouvernement et le crime. Avec « les situations potentielles de parole », cet auteur introduit également une réflexion sur le langage dans son analyse du conflit politique : signification du « crime » et de la « périphérie » (Feltran 2014) ou « marqueur discursif du crime » (Feltran 2011). Cette discussion est également présente chez des chercheurs qui réalisent leur travail de terrain dans des favelas ou des quartiers en déshérence (quebradas) : le « dialecte de la vie folle (vida loka) » chez Malvasi (2012), la « langue du crime » chez Grillo (2013) ou encore la performance discursive comme élément utilisé dans les « accords » (desenrolos) chez les mineurs internés dans des institutions socio-éducatives chez Neri (2009).

40S’il y a de plus en plus de recherches universitaires sur le PCC et le système carcéral à São Paulo et si elles sont souvent de qualité, on trouve aussi des positions discursives décalées par rapport à la continuité que j’ai mentionnée plus haut (par exemple, Dias 2011). Sur ces sujets, il existe aussi un autre ensemble de travaux qui repensent les débats précédents à partir des problématiques politiques des États et des gouvernements (Biondi 2010 ; Godoi 2015 ; Marques 2014 ; Mallart 2014 ; Ferraz de Lima 2013, etc.). Ce sont des études caractérisées par leur travail ethnographique et par leur théorisation du crime, de l’organisation de la vie quotidienne en institutions de confinement ou des relations avec le monde extérieur. Leur effet, grâce aux lignes de contre-effectuation qui les traversent, est de pouvoir faire se croiser les perspectives finalistes ou étatiques présentes dans les débats sur la sécurité publique au Brésil (Barbosa & Renoldi 2013).

  • 20 Pour l’identification du « crime organisé », voir Mingardi (2007).

41Par ailleurs, ces recherches permettent de reprendre l’opposition narrative que j’ai mentionnée entre une anthropologie du crime et une sociologie de la violence, cette dernière étant marquée par le thème de l’absence (absence de l’État, incomplétude de la modernisation civilisatrice, etc.) et par l’assignation d’une valeur négative à ce qui est décrit (Misse 2006 ; Feltran 2014). Au contraire, une anthropologie du crime reconnaît dans le PCC non pas une organisation criminelle20 mais une expérimentation politique menée à bien par des groupements ou des collectifs de prisonniers, qui, à un certain moment, dépasse les murs de la prison et se propage dans la rue. Je suis ici de près la réflexion de Biondi (2013, 23), lorsqu’il réunit les propositions suivantes : i) le PCC ne fonctionne pas selon des lois ; ii) ce n’est pas une structure hiérarchique pyramidale (bien que des formations hiérarchiques ne cessent d’apparaître en son sein ; iii) le concept de crime organisé n’est pas approprié pour qualifier le PCC. Notons que, si nous voulons comprendre ce qu’a été la « pacification » promue par le Premier Commando ces dernières années, il est d’abord nécessaire d’explorer ces propositions. Un bref récit des tensions qui le traversent depuis sa fondation peut nous aider à situer le sujet.

42Le PCC a été créé à São Paulo, comme cela avait été le cas précédemment du Comando Vermelho à Rio de Janeiro, en réponse aux terribles conditions de détention. Il est né après le massacre, par des policiers militaires, de 111 prisonniers de la maison de détention de Carandiru, en 1992, et à cause du régime de tortures et de passages à tabac adopté par un directeur de cette prison, transféré à l’annexe de Taubaté. Apparu en 1993, il ne se fera connaître hors du milieu carcéral qu’avec la grande rébellion de 2001. À cette occasion les hélicoptères des chaînes de télévision qui survolaient les établissements pénitentiaires soulevés avaient vu inscrits sur le sol des cours le mot d’ordre du Comando Vermelho « Paix, Justice et Liberté » et le numéro « 1533 » (position des lettres P, C et C dans l’alphabet). Il deviendra alors connu du grand public comme le Parti ou le Quinze.

43Prenons chacun des termes qui composent ce slogan. Par « paix » on peut comprendre la « paix entre les voyous » (Biondi 2010, 157-190), l’organisation des relations carcérales et, à partir d’elle, le contrôle des événements de la rue. La « liberté », du point de vue des prisonniers, est la valeur la plus haute qui, parfois, dépasse celle de la vie (Barbosa 2013). La « justice », quant à elle, fait référence à la production d’un code qui va peser sur le comportement des détenus, sur celui des délinquants à l’extérieur et, indirectement, sur celui des habitants des communautés pauvres contrôlées par les « firmes », comme dans le cas de Rio de Janeiro (fin des vols, des viols, de l’irrespect des habitants, etc.). La « justice » comme valeur signifie aussi le combat sans relâche contre les corps de sécurité de l’État, « la guerre contre la police », selon l’expression consacrée. Parfois, cela se déroule de façon explicite, comme dans les grandes rébellions précédemment citées ou comme dans le cas de policiers tués pour avoir été identifiés comme tels au cours d’une agression. De toute manière, cette position indique un état de tension continue, même en dehors des attaques directes, en fonction de ce qui est nécessaire pour le fonctionnement de tel ou tel marché (armes, drogues, motos et voitures, etc.). En somme, comme le signale Marques (2008, 289), on a affaire à une double politique : « paix parmi les voyous » et « guerre contre la police ». La première permet de s’unir pour mettre en œuvre la seconde et faire barrage aux « abus de l’État », selon l’expression recueillie par Biondi (2013, 26).

  • 21 Les debates à São Paulo, comme le desenrolo à Rio, sont des catégories endogènes de grande importan (...)
  • 22 Je résume ici une discussion très bien présentée par Marques (2014).

44Pour comprendre la consolidation de « l’éthique » (expression interne) ou du mode de comportement issu du PCC, il faut rappeler, comme je l’ai fait précédemment, ce second moment qui correspond à l’introduction du terme « égalité » comme mot d’ordre du Commando. Il s’agit d’une révolution interne, le passage de « l’ère des fondateurs [à] l’ère de l’égalité », comme le signale Biondi (2013). Les « débats » (debates) sur « ce qu’il faut faire / ce qui est bon, correct » dissolvent les relations d’obéissance antérieures et instaurent une « éthique » comme code de conduite, qui se situe en dehors des exigences liées au respect des règles et des lois21. Il n’existe pas de législation du crime ou du PCC ; le bon, le correct (o certo) se définissent dans et par les « débats ». Et, de ce fait, il n’y a pas de punition, bien que les actes aient des conséquences car chacun doit répondre de ce qu’il fait. Comme le signale Biondi, ce déplacement de la relation d’autorité vers la responsabilité centrée sur la personne elle-même inaugure toute un mouvement réflexif sur les procédés, sur les valeurs à respecter pour triompher dans les « débats » – sans laisser quiconque « entrer dans sa tête » ni « donner dans le psychologique » – et en même temps se constituer, en termes ontologiques, comme une personne dans et pour le « crime ». « L’humilité » est conjuguée avec la cabulosidade (intelligence relationnelle et contrôle de soi)22.

  • 23 « Biqueira » vient de bico (bec) utilisé comme synonyme familier de bouche (boca). Ici, le mot dési (...)

45Revenons au thème de la paix instaurée par le PCC. À São Paulo, contrairement à Rio de Janeiro, le marché de la drogue n’est pas aux mains de groupes locaux intégrés à une faction et contrôlant les territoires où se trouvent les points de vente. Ces derniers, que l’on appelle biqueiras23 ou lojinhas [petites boutiques] (Malvasi 2012), peuvent appartenir à des « baptisés » du PCC ou à des « cousins » – des alliés du « Parti » qui n’ont pas avec lui les liens du « baptême » (Malvasi 2012, 79) – et même à des personnes sans lien avec le « Parti », à partir du moment où ils ne sont pas affiliés à d’autres commandos. Si tel était le cas, ils mériteraient le traitement réservé aux « choses », catégorie qui englobe les violeurs, les parricides, les policiers, les assassins d’enfants, etc. (Biondi 2010). De cette manière, les membres du PCC concentrent leur action sur le contrôle de segments de marché de gros, mais à certains moments ils organisent les relations au niveau local par l’introduction de la « discipline » du Parti et la création de « syntonies » (Dias 2011 ; Biondi 2010). Cela implique que les conflits entre groupes rivaux pour s’approprier les points de vente, qui ont fait un nombre incroyable de victimes dans les années 1990 (Telles & Hirata 2010), ont pratiquement disparu. Un antagonisme, désormais, débouche sur un « débat » dans lequel peuvent être convoqués des « frères » et des « cousins » de différents « quartiers ». La « conséquence » d’un assassinat réalisé sans « débat », même s’il est considéré comme juste, est le plus souvent la peine capitale. Évidemment, ceci a permis la diminution brutale des morts violentes dans tout l’État de São Paulo à partir de 2001. De plus, de 2006 à la mi-2012, le Parti a hissé le « drapeau blanc » dans sa guerre contre la police (second aspect, signalé par Marques, de la politique du PCC). Une des raisons en a été la multiplication des accords entre la police et le crime, nécessaires au fonctionnement de certains des marchés illégaux déjà mentionnés. Les taux d’homicides ont encore davantage décru (Feltran 2013).

46Un débat passionné s’est alors ouvert, dans et en dehors du milieu universitaire, sur les raisons de la réduction de ces indices de criminalité. « L’hypothèse PCC », selon l’expression consacrée, ne pouvait pas, comme on l’imagine, être intégrée au discours du gouvernement. Comment reconnaître que le « crime » puisse produire de l’ordre ? En fait, en cachant l’influence du PCC et en faisant l’éloge des actions du pouvoir, les autorités ont renforcé les politiques répressives et leurs artisans : « l’incarcération massive, la répression ouverte, la criminalisation du petit travailleur de la drogue, la militarisation de la gestion publique » (Feltran 2013).

47En établissant un lien indissoluble entre le « gouvernement » et le « crime », comme l’indique Feltran (2012), la politique « d’intériorisation pénitentiaire » pensée comme une stratégie de développement des petites villes de l’intérieur de l’État de São Paulo, a eu pour effet d’augmenter la capillarité du PCC (Godoi 2015).

48Pour terminer, il n’est pas inutile d’insister sur les conséquences d’un usage indu de la catégorie de « pacification » pour rendre compte de la politique double du PCC. Rappelons que ce terme, dans le contexte brésilien, renvoie à une action qui suspend le conflit en expulsant ou en éliminant des opposants, des adversaires ou des ennemis. Il est certain que la guerre ou le combat contre le crime qui, jusqu’à aujourd’hui, demeure au fondement de l’image que les policiers se font de leur action, trouve des échos dans ce que fait la Police pacificatrice, bien que les UPP aient été justement créées pour transformer cet état de guerre permanente ou pour « pacifier » la police. Dans le cas du PCC, le mot s’applique avec une certaine relativité. Comme je l’ai souligné, la « paix » découle, d’un côté, de l’établissement d’un nouveau comportement dans les prisons et dans le crime, lui-même issu d’une modalité de résolution des conflits recourant non plus à la violence physique comme précédemment, mais au « débat ». D’un autre côté, la paix est un effet conjoncturel de l’interaction entre le « Parti » et les organismes de sécurité de l’État. Dans ce cas, la paix fait référence à un équilibre toujours provisoire.

Conclusion

49J’ai cherché dans cet article à explorer un certain nombre de controverses au cœur de la constitution d’un champ d’études, celui de la violence et de la criminalité au Brésil, afin de montrer comment nous y analysons nos objets de recherche, mais aussi pour expliciter les alignements (ou éloignements) qui s’y produisent. Par ailleurs, j’ai tenté de mettre en lumière un aspect souvent oublié : les lignes de force qui traversent la vie de nos interlocuteurs trouvent écho dans notre conceptualisation, nos perspectives méthodologiques, notre position politique et nos choix éthiques.

50J’ai choisi d’analyser deux expériences que, par approximation métaphorique, j’ai appelé des « pacifications ». Bien que toutes deux évoquent les relations entre crime et appareil d’État, contrôles territoriaux, production d’un « gouvernement », etc., elles reposent sur des fondements différents. La « pacification » des UPP correspond à l’application d’un modèle hylémorphique. Il s’agit de la projection d’une forme sur une matière considérée comme inerte, en l’occurrence, une matière constituée de la vie palpitante (à tous points de vue) des habitants des favelas et des communautés pauvres de Rio de Janeiro. Nous avons également souligné que, parfois, les recherches et les collectes de données sont réalisées a priori dans l’objectif d’entrer en adéquation avec certaines politiques publiques. On tente de connaître des expériences réussies de « police communautaire », d’effectuer des sondages d’opinion ou des recherches plus scientifiques, de consulter des dirigeants locaux, etc. Toutefois, un principe demeure et c’est lui qui définit l’horizon téléologique à atteindre : il s’agit d’imposer un « surcode » (juridique, finalement) sur les codes (culturels) locaux. D’où l’énorme résistance que le projet des UPP a rencontré dans la population visée par cette politique de sécurité.

51D’un autre côté, l’expérience « d’apaisement » du PCC par les « débats » ou par le « drapeau blanc » peut être comprise en appliquant un autre « modèle » – analytique dans ce cas mais qui peut également désigner certains aspects de la réflexion politique des membres du PCC – que Marques (2007 apud Biondi 2013, 30) appelle une « anthropologie de la jurisprudence ». Je le cite :

  • 24 Les italiques sont dans le texte original.

La Justice, l’Égalité, la Liberté, etc., finalement retrouvent le sol positif des relations de force ; de telles notions sont maintenant utilisées comme des outils dans un affrontement continu appelé Jurisprudence, dans lequel s’ancrent les contingents séparés en bien et en mal […]. Il semble que nous n’atteindrons jamais cette fin appelée le Droit, exactement parce que nous ne sortirons jamais d’un milieu appelé la Jurisprudence – un terme juridique pour les rapports de force.24

52Pour finir, il est important de souligner à quel point nous souffrons encore de la rareté des recherches comparatives au Brésil. Il nous manque des travaux qui nous permettraient de mettre en relation, en les confrontant, les dynamiques criminelles et sécuritaires au niveau local ou régional. Ce sont les principaux défis à relever désormais par les chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Adorno, Sergio. 1993. « A criminalidade urbana violenta no Brasil: um recorte temático. » BIB: Revista Brasileira de Informação Bibliográfica em Ciências Sociais 35: 3-25.

Adorno, Sergio. 1998. « Consolidação democrática e políticas de segurança no Brasil: rupturas e continuidades. » In Democracia e Instituições Políticas Brasileiras no Final do Século XX, dirigé par Jorge Zaverucha, 149-189. Recife: Bagaço.

Adorno, Sergio. 2011. « Entrevista. » In As ciências sociais e os pioneiros nos estudos sobre crime, violência e direitos humanos no Brasil, dirigé par Renato Sergio de Lima & José Luiz Ratton, 76-97. São Paulo & Urbania: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/ANPOCS.

Barbosa, Antônio Rafael. 1998. Um abraço para todos os amigos: algumas considerações sobre o tráfico de drogas no Rio de Janeiro. Niterói: EdUFF.

Barbosa, Antônio Rafael. 2001. « Segmentaridade e tráfico de drogas no Rio de Janeiro. » Alceu 2 (3): 166-180.

Barbosa, Antônio Rafael. 2012. « Considerações introdutórias sobre territorialidade e mercado na conformação das Unidades de Polícia Pacificadora no Rio de Janeiro. » Revista Brasileira de Segurança Pública 6 (2): 256-266.

Barbosa, Antônio Rafael. 2013. « Barra de ferro? Corrente de ouro!: circulação e relações no meio prisional. » Tempo Social 25 (1): 107-130.

Barbosa, Antônio Rafael & Brígida Renoldi. 2013. « Introdução. » In (I)legal: etnografias em uma fronteira difusa, dirigé par Antônio Rafael Barbosa, Brígida Renoldi & Marcos Verissimo, 11-22. Niterói: EdUFF.

Biondi, Karina. 2010. Junto e misturado: uma etnografia do PCC. São Paulo: Terceiro Nome.

Biondi, Karina. 2013. « O PCC: da organização à ética. » In (I)legal: etnografias em uma fronteira difusa, dirigé par Antônio Rafael Barbosa, Brígida Renoldi & Marcos Verissimo, 23-34. Niterói: EdUFF.

Borba, Thiago. 2014. « Convivência e conivência: uma etnografia sobre a atuação policial em temos de “pacificação” no Rio de Janeiro. » Dissertation de mestrado. Niterói : Université fédérale Fluminense.

Caldeira, Tereza Pires do Rio. 1991. « Direitos humanos ou “privilégios de bandidos”?: desventura da democratização brasileira. » Novos Estudos CEBRAP 30: 162-174.

Caldeira, Teresa Pires do Rio. 2000. Cidade de muros: crime, segregação e cidadania em São Paulo. São Paulo: Editora 34/Edusp.

Caldeira, Tereza Pires do Rio. 2002. « Violência, direitos e cidadania: relações paradoxais. » Ciência e Cultura 54 (1): 44-46.

Cano, Ignácio, Doriam Borges & Eduardo Ribeiro, dir. 2012. Os donos do morro: uma avaliação exploratória do impacto das Unidades de Polícia pacificadora (UPPs) no Rio de Janeiro. São Paulo & Rio de Janeiro: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/LAV-UERJ.

Cunha, Neiva Vieira da & Marco Antonio da Silva Mello. 2011. « Novos conflitos na cidade. A UPP e o processo de urbanização da favela. » Dilemas 4 (3): 371-401.

Dias, Camila Caldeira Nunes. 2011. « Da pulverização ao monopólio da violência: expansão e consolidação do Primeiro Comando da Capital (PCC) no sistema carcerário paulista. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Feltran, Gabriel de Santis. 2011, Fronteiras da tensão: política e violência nas periferias de São Paulo. São Paulo: Ed. da Unesp.

Feltran, Gabriel de Santis. 2012. « Governo que produz crime, crime que produz governo: políticas estatais e políticas criminais na gestão do homicídio em São Paulo (1992-2011). » Revista Brasileira de Segurança Pública 6 (2): 232-255.

Feltran, Gabriel de Santis. 2013. « Vinte anos de PCC em São Paulo: o espaço entre governo e crime. » Le Monde Diplomatique Brasil, 1er février. Disponible sur : http://www.diplomatique.org.br/artigo.php?id=1348 (consulté le 15 juin 2015).

Feltran, Gabriel de Santis. 2014. « Crime e Periferia. » In Crime, polícia e justiça no Brasil, dirigé par Renato Sergio de Lima, José Luiz Ratton & Rodrigo Ghringhelli de Azevedo, 299-307. São Paulo: Contexto.

Ferraz de Lima, Jaqueline Stefanny. 2013. « Mulher fiel: a família das mulheres dos presos relacionados ao Primeiro Comando da Capital. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. São Carlos : Université fédérale de São Carlos.

Foucault, Michel. 1975. Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Frúgoli Jr., Heitor. 2013. « Variations sur un quartier du centre de São Paulo. » Brésil(s). Sciences humaines et sociales 3: 49-67.

Godoi, Rafael. 2015. « Fluxos em cadeia: as prisões em São Paulo na virada dos tempos. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Goldman, Marcio. 2006. Como funciona a democracia: uma teoria etnográfica da política. Rio de Janeiro: 7 Letras.

Grillo, Carolina Christoph. 2008. « Fazendo o doze na pista: um estudo de caso do mercado ilegal de drogas na classe média. » Dissertation de mestrado. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Grillo, Carolina Christoph. 2013. « Coisas da vida no crime: tráfico e roubo em favelas cariocas. » Thèse de doctorat. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Henriques, Ricardo & Silvia Ramos. s. d. « UPP social: ações sociais para a consolidação da pacificação. » Manuscrit disponible sur : http://www.ie.ufrj.br/datacenterie/pdfs/seminarios/pesquisa/texto3008.pdf (consulté le 15 janvier 2015).

Hirata, Daniel Veloso. 2010. « Sobreviver na adversidade: Entre o mercado e a vida. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

IBPS [Instituto Brasileiro de Pesquisa Social]. 2010. Pesquisa sobre a percepção acerca das unidades de Polícia Pacificadora. Rapport de recherche. Disponible sur : http://www.senado.gov.br/senadores/liderancas/lidptsf/RELAT%C3%93RIO%20FINAL%20PESQUISA%20IBPS%20004-10%20%28COMUNIDADES%20COM%20UPP%29.pdf (consulté le 3 févier 2016).

Kant de Lima, Roberto, Michel Misse & Ana Paula Miranda. 2000. « Violência, Criminalidade, Segurança Pública e Justiça Criminal no Brasil: uma bibliografia. » BIB: Revista Brasileira de Informação Bibliográfica em Ciências Sociais 50: 45-124.

Lima, William Silva. 1991. Quatrocentos contra um: uma história do Comando Vermelho. Rio de Janeiro: ISER.

Lima, Renato Sergio de & José Luiz Ratton, dir. 2011. As ciências sociais e os pioneiros nos estudos sobre crime, violência e direitos humanos no Brasil. São Paulo & Urbania: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/ANPOCS.

Lima, Renato Sergio de, José Luiz Ratton & Rodrigo Ghringhelli de Azevedo, dir. 2014. Crime, polícia e justiça no Brasil. São Paulo: Contexto.

Machado da Silva, Luiz Antonio. 2011. « Entrevista. » In As ciências sociais e os pioneiros nos estudos sobre crime, violência e direitos humanos no Brasil, dirigé par Renato Sergio de Lima & José Luiz Ratton, 146-175. São Paulo & Urbania: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/ANPOCS.

Machado da Silva, Luiz Antonio. 2013. « O controle do crime violento no Rio de Janeiro. » Le Monde Diplomatique Brasil, 1er février. Disponible sur : http://www.diplomatique.org.br/artigo.php?id=1348 (consulté le 15 juin 2015).

Machado da Silva, Luiz Antonio & Márcia Pereira Leite, dir. 2014. « Dossiê Unidades se Polícia Pacificadora-CEVIS. » Dilemas 7 (4), 1e partie. Disponible sur : http://www.dilemas.ifcs.ufrj.br/page_64.html (consulté le 20 juin 2015).

Machado da Silva, Luiz Antonio & Márcia Pereira Leite, dir. 2015. « Dossiê Unidades se Polícia Pacificadora-CEVIS. » Dilemas 8 (1), 2e partie. Disponible sur : http://www.dilemas.ifcs.ufrj.br/page_65.html (consulté le 20 juin 2015).

Mallart, Fábio. 2014. Cadeias dominadas: a Fundação CASA, suas dinâmicas e as trajetórias de jovens internos. São Paulo: Terceiro Nome.

Malvasi, Paulo Arthur. 2012, « Interfaces da vida loka: Um estudo sobre jovens, tráfico de drogas e violência em São Paulo. » Thèse de doctorat en santé publique. São Paulo : Faculté de santé publique/Université de São Paulo.

Marques, Adalton. 2007, « Anotações preliminares para uma antropologia da jurisprudência. » Teoria & Sociedade 15 (2): 236-251.

Marques, Adalton. 2008, « “Faxina” e “pilotagem”: dispositivos (de guerra) políticos no seio da administração prisional. » Lugar Comum 25/26: 283-290.

Marques, Adalton. 2014. Crime e proceder: um experimento antropológico. São Paulo: Alameda.

Mingardi, Guaracy. 2007. « O trabalho da inteligência no controle do crime organizado. » Estudos Avançados 21 (61): 51-69.

Misse, Michel. 2006. Crime e violência no Brasil contemporâneo: estudos de sociologia do crime e da violência. Rio de Janeiro: Lumen Juris.

Misse, Michel. 2011 [1999]. « Entrevista. » In As ciências sociais e os pioneiros nos estudos sobre crime, violência e direitos humanos no Brasil, dirigé par Renato Sergio de Lima & José Luiz Ratton, 15-28. São Paulo & Urbania: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/ANPOCS.

Misse, Michel. 2014. « Mercadorias políticas e Sujeição criminal. » In Crime, polícia e justiça no Brasil, dirigé par José Luiz Ratton, Renato Sérgio Lima & Rodrigo Ghiringhelli de Azevedo, 198-212. São Paulo: Contexto.

Misse, Michel, Carolina Christoph Grillo, César Pinheiro Teixeira & Natasha Elbas Neri. 2013. Quando a polícia mata. Homicídios e autos de resistência no Rio de Janeiro (2001-2011). Rio de Janeiro: Booklink.

Minayo, Maria Cecília de Souza et al. 1990. Bibliografia comentada da produção científica brasileira sobre violência e saúde. Rio de Janeiro: Fiocruz/Secretaria do desenvolvimento educacional.

Muniz, Jaqueline de Oliveira. 1999. « “Ser policial é sobretudo uma razão de ser”: cultura e cotidiano da Polícia Militar no Estado do Rio de Janeiro. » Thèse de doctorat. Rio de Janeiro : IUPERJ.

Muniz, Jaqueline de Oliveira, Sean Patrick Larvie, Leonarda Musumeci & Bianca Freire. « Resistências e dificuldades de um programa de policiamento comunitário. » Tempo Social 9 (1):197-213.

Neri, Natasha Elbas. 2009. « “Tirando a cadeia dimenor”: a experiência de internação e as narrativas de jovens em conflito com a lei no Rio de Janeiro. » Dissertation de mestrado en sociologie. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Pinheiro, Paulo Sérgio. 1997. « Violência, crime e sistemas policiais em países de novas democracias. » Tempo Social 9 (1): 43-52.

Porto, Maria Estela Grossi. 2011. « Entrevista. » In: As ciências sociais e os pioneiros nos estudos sobre crime, violência e direitos humanos no Brasil, dirigé par Renato Sergio de Lima & José Luiz Ratton, 208-233. São Paulo & Urbania: Fórum Brasileiro de Segurança Pública/ANPOCS.

Rui, Taniele. 2014. Nas tramas do crack: etnografia da abjeção. São Paulo: Terceiro Nome.

Soares, Luis Eduardo. 2000. Meu casaco de general: 500 dias no front da segurança pública no Rio de Janeiro. São Paulo: Cia. das Letras.

Telles, Vera da Silva. 2010. Cidade na fronteira do legal e ilegal. Belo Horizonte: Argumentum.

Telles, Vera da Silva & Robert Cabanes, dir. 2006. Nas tramas da cidade: trajetórias urbanas e seus territórios. São Paulo: Humanitas.

Telles, Vera da Silva & Daniel Veloso Hirata. 2010. « Ilegalismos e jogos de poder em São Paulo. » Tempo Social 22 (2): 39-59.

Vieira, Thales Monteiro. 2014. « Nem junto, nem misturado: uma etnografia sobre paz e proximidade na UPP Nova Brasília no Complexo do Alemão. » Dissertation de mestrado. Niterói : Université fédérale Fluminense.

Zaluar, Alba Maria. 1994. Condomínio do diabo. Rio de Janeiro: UFRJ/Revan.

Zaluar, Alba Maria. 1999. « Violência e crime. » In O que ler na ciência social brasileira (1970-1995), vol. 1, dirigé par Sergio Miceli, 15-107. São Paulo: Sumaré/ANPOCS.

Haut de page

Notes

1 Soulignons qu’au Brésil la gestion des prisons est à la charge des États de la Fédération.

2 Voir Adorno (1993), Zaluar (1999), Kant de Lima, Misse & Miranda (2000) ainsi que Minayo. (1990) : cette dernière est l’auteur d’une recension des études sur la violence dans le domaine de la santé.

3 Un ouvrage réunissant des entretiens avec les « pionniers » du champ, tel qu’il a été conçu par Lima & Ratton (2011), doit être salué comme une initiative qui a certainement contribué à l’enrichissement des études sur ce thème. Cependant, tout recueil impose des choix et, de ce fait, des lacunes, souvent fruits de contraintes formelles liées à la conception de l’ouvrage. En ce sens, parmi les « pionniers », il faudrait également mentionner les auteurs suivants qui ont contribué de manière décisive au débat scientifique sur la violence et la criminalité au Brésil à la fin des années 1970 et au début des années 1980 : Lucio Kowarick, Ruben George Oliven, Maria Victoria Benevides, Maria Célia Paoli, Rosa Maria Fischer, José Ricardo Ramalho, Vinícius Caldeira Brant, Mariza Corrêa, Sérgio Carrara, parmi bien d’autres dont le lecteur voudra bien pardonner l’absence dans cette liste non exhaustive. Je remercie l’évaluateur anonyme de la revue qui a attiré mon attention sur ce point.

4 Ce dernier point crée d’innombrables débats. Alors que certains intellectuels affirment que les études universitaires doivent servir de référence pour les gestionnaires de sécurité publique (Adorno 2011, 88-89 ; Misse 2011, 22), d’autres assument leur participation directe à l’administration publique. Sur le sujet, voir les réflexions de Luiz Eduardo Soares (2000) qui a occupé des postes divers au sein des exécutifs d’État et de la Fédération.

5 Dans ce cas, les droits de l’homme finissent par être appelés les « droits des délinquants ». On crée des catégories comme les « mauvais traitements » pour évacuer dans le discours les dénonciations de torture et de passage à tabac dans les commissariats de police et dans le système pénitentiaire. On utilise la formule « les droits de l’homme pour les hommes droits ». Les droits de l’homme deviennent subjectifs, comme dans l’expression « le droit de l’homme doit faire son introspection aujourd’hui » (Caldeira 1991et 2002).

6 Cependant nous devons également mentionner ceux qui prennent une voie divergente – à une période où cette bipartition est encore très marquante – ou qui, aujourd’hui, échappent à cet effort de réforme en assumant des approches non-normatives, réfractaires aux interventions institutionnelles directes, ce qui renvoie à la première des controverses de ce champ, signalée plus haut.

7 Au Brésil, comme le souligne Misse (2011, 22), la criminologie surgit en lien avec le droit pénal, ce qui implique une méconnaissance des textes classiques de la criminologie nord-américaine de cette période.

8 Voir à ce sujet le « trafic de classe moyenne » décrit par Grillo (2008).

9 À Rio de Janeiro, la plupart des favelas sont installées sur les collines de la ville (Ndt).

10 Au contraire de l’État de São Paulo où le PCC est devenu hégémonique, à Rio de Janeiro, cela fait trente ans que trois grandes factions se disputent les espaces carcéraux et le trafic de drogue : le Comando Vermelho (la plus importante, considérée comme le principal « ennemi » par ceux qui combattent de façon militarisée le trafic) ; le Troisième Commando pur (Terceiro Comando Puro, TCP) ; l’Ami des Amis (Amigo dos Amigos, ADA).

11 Le « crime » ou le « monde du crime » sont des notions endogènes relativement complexes du fait de leurs usages variés : elles peuvent désigner une entité collective plus ou moins bien définie, faire référence à des connexions entre des pratiques considérées comme illégales, renvoyer à un dénominateur commun auquel s’identifient des individus, etc. Sur ce sujet, voir Marques (2014).

12 Mineira désigne à la fois les milices (notamment para-policières) et leurs actions (Ndt).

13 L’action du BOPE (Bataillon d’opérations policières spéciales) en est l’exemple parfait.

14 Sur les résultats de ces expériences, voir Muniz, Larvie, Mussumeci & Freire (1997).

15 Ce fut le cas après la mort du maçon Amarildo au siège de l’UPP de la Rocinha (une grande favela située dans la zone sud de la ville). Les réseaux sociaux se sont emparés de l’événement qui est devenu l’un des thèmes de protestation lors des manifestations populaires de juin 2013.

16 Sur la construction de l’identité policière, voir Muniz (1999).

17 Toujours sur le contrôle militarisé des communautés pauvres et des favelas de la ville, citons un acteur politique apparu, dans les dernières décennies, dans les interstices de la lutte policière contre le trafic de drogue, et que je ne peux examiner en détail dans le cadre de cet article. Il s’agit des milices (groupes paramilitaires composés de policiers, d’anciens policiers, de pompiers, etc.) qui facturent aux habitants et commerçants la sécurité privée et les divers services qu’ils assurent dans les zones qu’elles contrôlent. Très actifs en zone ouest, ces groupes ne sont pas visés par les UPP. Sur les modifications survenues dans les favelas pacifiées, voir également les articles réunis dans le dossier « Unités de police pacificatrice-CEVIS » paru dans deux livraisons successives de la revue Dilemas (Machado & Leite 2014 et 2015).

18 C’est ce que j’ai désigné précédemment comme la « seconde question » du débat sur les origines du phénomène.

19 Notre « première question ».

20 Pour l’identification du « crime organisé », voir Mingardi (2007).

21 Les debates à São Paulo, comme le desenrolo à Rio, sont des catégories endogènes de grande importance. Ce sont les principaux dispositifs de prise de décisions, réglant petits et grands différents.

22 Je résume ici une discussion très bien présentée par Marques (2014).

23 « Biqueira » vient de bico (bec) utilisé comme synonyme familier de bouche (boca). Ici, le mot désigne une petite « boca », point de vente de la drogue (Ndt).

24 Les italiques sont dans le texte original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Rafael Barbosa, « Les études sur la violence et la criminalité au Brésil et les processus de « pacification » dans deux métropoles brésiliennes », Brésil(s) [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1829 ; DOI : 10.4000/bresils.1829

Haut de page

Auteur

Antonio Rafael Barbosa

Antonio Rafael Barbosa est professeur d’anthropologie à l’Université fédérale Fluminense (UFF).

Haut de page

Traducteur

Maud Chirio

(Université Paris-Est Marne-la-Vallée/Mondes américains)

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals