Navigation – Plan du site
Varia

Vivre avec les conditions climatiques de la région semi-aride au Brésil. Le concept d’adaptation comme pensée globale appropriée par les acteurs locaux

Conviver com as condições climáticas do semiárido no Brasil. O conceito de adaptação como pensamento global apropriado pelos atores locais
Living with the Climate Conditions of the Semi-Arid Region in Brazil. The Concept of Adaptation as Global Thinking Appropriated by the Local Actors
Caio Augusto Amorim Maciel et Emilio Tarlis Mendes Pontes

Résumés

« Vivre avec » et s’adapter sont des notions qui reviennent à propos de la zone semi-aride du Nordeste du Brésil, que ce soit dan‡s le domaine académique ou dans celui des actions des gouvernements et de la société civile. La perspective du changement climatique a suscité un rapprochement entre celles-ci du fait que, en dépit des controverses, la collectivité prête désormais plus d’attention aux ambiances sèches. Cet article a pour but d’établir dans quelle mesure les directives nées du discours sur le « vivre avec le semi-aride » – surtout présent à l’échelle régionale – seraient intégralement contenues dans le concept d’adaptation qui renvoie au débat sur le réchauffement global. On a cherché, en même temps, à voir si les stratégies du « vivre avec le semi-aride » pourraient être qualifiées d’actions d’adaptation adéquates à l’échelle locale, combinant ainsi ces deux matrices de pensée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2015 ; approuvé en juin 2015

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 La recherche a pour terrain d’analyse les limites officielles du semi-aride brésilien proposées par (...)

1La région semi-aride du Brésil1 est une vaste enclave ne bénéficiant que de rares précipitations dans un pays où prédomine le climat tropical humide. On y trouve, de ce fait, un ensemble singulier de formations végétales appelé caatinga (Embrapa 2000). Cette contrée est soumise à une grande variété de situations climatiques dont le trait le plus marquant est l’incidence périodique de sécheresses qui affectent profondément la population et l’économie. Une bonne partie des terres sèches de la région Nordeste utilisent divers systèmes pour accumuler de l’eau. Cependant, ceux-ci se trouvent monopolisés par certaines personnes, ce qui aggrave les problèmes sociaux. Selon le recensement le plus récent (Brasil 2012), 11,85% de la population du pays vit dans la région semi-aride, soit 22 598 318 personnes, ce qui en fait l’une des plus peuplées de la planète. La singularité du climat tropical torride et sec, avec une saison des pluies mal distribuée dans le temps et dans l’espace, a provoqué l’apparition d’écosystèmes diversement adaptés à ce manque d’eau ainsi que des types particuliers d’exploitations rurales. Malgré des changements structuraux positifs, opérés au cours de ces dernières années, le semi-aride est encore très vulnérable aux effets des sécheresses. Les difficultés rencontrées par l’activité agricole et pastorale y sont plus graves qu’ailleurs si l’on considère que vit là une bonne partie de la population rurale pauvre du Brésil. Par conséquent, si l’on refuse les systèmes agricoles intensifs et modernes, on se trouve face à un double défi : vivre avec le semi-aride jour après jour et, en même temps, se protéger des dommages causés par les sécheresses périodiques.

2Dans ce contexte, « vivre avec » et « s’adapter » sont les maîtres mots, que ce soit dans le domaine du débat académique ou dans celui des actions concrètes menées par les gouvernements et la société civile. La perspective de changements climatiques, qu’ils soient occasionnés par les activités humaines ou des mécanismes naturels impossibles à contrôler dans leur intégralité, a suscité un retour sur la notion d’adaptation et une actualisation de son abord scientifique. Quels que soient les débats sur les scénarios futurs pour le climat de la terre et sans attendre leurs conclusions, les gouvernements et la société civile organisée ont porté plus d’attention au fait qu’il devenait impérieux d’agir, étant donné les caractéristiques, propriétés et attributs de cet environnement spécifique.

3Il est fort probable que les sécheresses s’intensifieront tout au long du XXIe siècle, en raison de la réduction des précipitations et/ou de l’augmentation de l’évaporation causée par les changements climatiques, y compris au Brésil (IPCC 2012, 11). Ainsi, des espaces qui ont offert à l’humanité des conditions écologiques potentiellement dotées de limites pour les activités agricoles et pastorales, subissant de longue date, comme c’est le cas pour le Nordeste du Brésil, des phénomènes naturels extrêmes, peuvent être des lieux pertinents pour de nouvelles réflexions sur l’adaptation. De plus, depuis un certain temps, vivre avec l’environnement, est devenu un discours plus fréquent, accompagné d’un effort d’appréciation des macro-écosystèmes caractéristiques. Cela explique l’intérêt porté au cas brésilien dans le contexte mondial. Cela permet aussi d’élargir la discussion au-delà de la préservation de la nature.

  • 2 Les concepts de résilience, mitigation et vulnerabilité se réfèrent aux définitions de l’Intergover (...)

4Nous partons ici de l’hypothèse qu’il y aurait une association entre le potentiel adaptatif de la société (la résilience2 dans le jargon global des changements climatiques) et les tentatives de coexistence plus harmonieuse avec le semi-aride du Nordeste (« vivre avec » est le terme favori des mouvements actifs aux niveaux régional, micro-régional et local). Des études antérieures, portant sur la rhétorique du paysage (Maciel 2009), avaient permis de dégager divers récits sur le semi-aride. Une recherche récente (Pontes 2014) a permis d’associer à la réflexion théorique une étude de cas empirique, avec un relevé géo-référencé des technologies sociales utilisées par des familles associées à des actions du « vivre avec » la sécheresse dans la région du sertão de l’État du Pernambouc. Les « technologies sociales » sont des artifices et des procédés bon marché qui ont un impact social inversement proportionnel à leur simplicité (Lassance Jr. & Pedreira 2004, 66), comme on peut le constater avec la collecte de l’eau de pluie des toits et son accumulation dans de petites citernes. La méthodologie d’analyse vise à mettre en rapport ces actions avec les concepts d’ « adaptation » et/ou de « vivre avec », à partir de résultats tenus pour adéquats par les personnes impliquées elles-mêmes. Avant de commencer la discussion, il est nécessaire de rappeler quelques aspects spécifiques de la vulnérabilité du Nordeste sec aux crises climatiques.

La vulnérabilité régionale en question

Une vulnérabilité régionale excédant celle liée au climat

5La région semi-aride brésilienne possède paradoxalement divers systèmes pour accumuler de l’eau. Toutefois ils favorisent les grands propriétaires fonciers. Les caractéristiques du peuplement régional, les inégalités sociales et les systèmes agricoles dépendant de la pluie, constituent une situation complexe qui se traduit par une grande vulnérabilité à des événements climatiques amplement prévisibles et connus de la population la moins favorisée. La question foncière se trouve à la base de divers problèmes d’accès et d’utilisation des ressources naturelles par la population pauvre. La concentration des terres est un phénomène qui persiste, en dépit d’années de programmes de réforme agraire (Favareto et al. 2011, 8).

6Faire partie du semi-aride revient à participer d’une dynamique régionale qui, bien qu’elle dépende de caractéristiques climatiques palpables, comporte aussi des aspects sociaux, économiques et politiques. Au premier coup d’œil, la flore calcinée par les rayons solaires confère au paysage un aspect rude, parfois jugé désolé. C’est là le point de départ d’un imaginaire national qui fait volontiers de cette région un quasi-désert où seuls les êtres vivants les plus tenaces – hommes compris – pourraient survivre. Si pour les sciences humaines, la sécheresse peut désigner un processus social qui s’inscrit dans le quotidien politique et non dans la structure physique de la terre, pour le géographe elle est un problème hybride : les attributs et cycles de la nature (la sécheresse, le semi-aride, etc.) supposent des pratiques concrètes pour ceux qui vivent à son contact. Ce sont autant de signes qui alimentent l’imagination.

7L’histoire écologique régionale est marquée par un peuplement constitué à partir de grandes propriétés d’élevage de bétail, avec une densité relativement élevée pour du semi-aride. Actuellement les types d’usage de la terre révèlent une certaine diversité : des systèmes agricoles traditionnels (patronaux ou familiaux) jusqu’aux terres irriguées de haut niveau technologique et dont la production est destinée à l’exportation. Ces dernières sont peu touchées par les fluctuations de la pluviométrie. Il est bon de rappeler que contraintes naturelles et sécheresses périodiques rendent simplement plus évidentes des situations de fragilité économique et sociale qui sont structurelles dans ces campagnes et dont les répercussions politiques sont bien analysées par les sciences sociales. On observe la domination des grands propriétaires de terre et de leurs représentants politiques sur les ressources naturelles et financières, de même que sur les subsides distribués par l’État à titre de compensation « nécessaire » des inégalités régionales dues au climat (Castro 1992).

8Enfin, la sécheresse, phénomène naturel prévisible, a fait naître ce que l’on connaît au Brésil comme « l’industrie de la sécheresse » – c’est-à-dire les pratiques et stratégies ancrées dans le régionalisme politique des secteurs sociaux qui exploitent la tragédie environnementale à leur profit. Cette réalité a une énorme force d’inertie. Aux moments de crise, il devient difficile de discerner ce qui constituerait des actions structurantes de la résilience plutôt que des réponses à des intérêts peu honnêtes.

Persistance de la vulnérabilité régionale aux sécheresses

  • 3 Environ trois milliards d’euros en janvier 2016 (Ndt).

9La sécheresse qui a commencé en 2011, considérée comme l’une des plus graves de ces cinquante dernières années (Brasil 2012), est la source de fortes préoccupations. Elle touche environ dix millions de personnes et suscite de grandes discussions sur l’exploitation politique de cette crise environnementale. Le ministère de l’Intégration nationale estimait en 2013 que les dommages atteignaient douze milliards de reais pour l’agriculture et l’élevage3. Les impacts économiques négatifs de la sécheresse persisteront un certain temps dans toute la région. Il s’agit donc d’une crise environnementale de grande envergure qui ne se borne pas aux avatars de l’« industrie de la sécheresse », quoique ce phénomène ait aussi montré sa persistance.

10En dépit de changements structurels positifs au cours de ces dernières années, le semi-aride est encore fortement exposé aux effets des sécheresses. Il règne dans la communauté scientifique contemporaine un consensus selon lequel ce phénomène est a priori naturel, qu’il se manifeste avec fréquence et régularité (une dizaine de fois par siècle) avec des variations de durée selon qu’il atteint la région dans sa totalité ou seulement partiellement. Les sécheresses dites sévères surviennent tous les 27 à 30 ans. Les conséquences sociales sont manifestes depuis longtemps, de même que les actions des autorités publiques qui, dès le début du XXe siècle, ont mis en œuvre des grands travaux destinés à accumuler de l’eau (Campello Netto et al. 2007, 473-474). Les programmes les plus récents de transfert de revenu et de lutte contre la misère sont venus compléter cet ensemble important d’actions de l’État. Ils révèlent aussi l’amplitude de la participation des pouvoirs publics aux efforts dont la région bénéficie.

11Selon Favareto et al. (2011), au début du XXIe siècle, le Brésil a connu une croissance économique constante et généralisée, accompagnée d’une réduction significative des inégalités et de la pauvreté, y compris dans la région semi-aride du Nordeste. Les programmes et politiques des États et de la Fédération « résultent en des transferts considérables de revenu aux régions de l’intérieur du pays, améliorant de ce fait les conditions de vie de leurs populations » (Id., 5). Ces programmes permettent une avancée dans le processus de démocratisation et de conquête de la citoyenneté ; ils ouvrent l’accès au marché pour les petits producteurs ruraux. Néanmoins, poursuivent ces chercheurs, même dans les situations où l’on constate un effort significatif des autorités pour créer de nouvelles conditions productives, persistent « des structures locales de longue durée qui pèsent lourdement, limitant l’envergure et le dynamisme de ces initiatives » (Id., 29).

12En d’autres termes, l’atténuation relative du rôle des structures économiques de domination sociale, par la réduction de la dépendance des agriculteurs pauvres face aux grands propriétaires, n’a pas été suffisante pour dynamiser la vie économique du territoire du sertão. Les activités économiques y restent fortement dépendantes de l’État ; la formation historique et sociopolitique du territoire est toujours un élément déterminant du développement régional. La forte concentration foncière bloque autant l’accumulation de capitaux que la formation de compétences sociales dans les secteurs les plus fragiles de la population locale, empêchant de ce fait la diversification de la production. C’est l’organisation de la société qui la rend vulnérable aux crises, en empêchant que les plus pauvres constituent un capital économique, culturel et social permettant une restructuration productive profonde.

13Les populations autochtones manifestent cependant leur mécontentement face à la perpétuation des manières de faire des élites régionales, que ce soit du fait de l’« industrie de la sécheresse » ou de la dépendance qu’elles leur imposent dans l’accès aux aides des programmes sociaux. D’imposantes infrastructures, le versement de fonds et la longue liste des actions menées par l’État se révèlent insuffisants à offrir des réponses satisfaisantes pour une meilleure adaptation au milieu et aux extrêmes climatiques. En outre, l’intervention publique a ignoré le savoir-faire et l’expérience accumulés par les habitants de la région semi-aride, voire s’en est éloigné. Bien que les connaissances empiriques n’aient pas permis une adéquation générale et harmonieuse de la société à son environnement – en raison de la catastrophe qui s’abat sur les activités agricoles lors des années de basse pluviométrie – elles représentent néanmoins un répertoire d’actions et d’improvisations qu’il faut systématiser et incorporer à des pratiques modernes. Les méthodes les plus diffusées, si elles étaient associées aux actions de l’État, pourraient contribuer à réduire la vulnérabilité des habitants aux incertitudes du semi-aride, y compris aux sécheresses.

14Cinq siècles de civilisation brésilienne n’auraient-ils pas développé la capacité d’adéquation des autochtones à ces rigueurs de la nature ? Les habitants du semi-aride ont été considérés par la culture locale comme « des êtres forts », c’est-à-dire aptes à se confronter à un milieu difficile. Aziz Ab'Saber (1999, 65) estimait qu’ils « connaissent à fond les potentiels productifs de chaque espace à diverses échelles ». Il ajoutait que « chaque groupe humain du polygone des sécheresses, lié à une culture de longue maturation, a sa propre spécialité à l’endroit même où il travaille ». L’Organisation des Nations unies, quant à elle, a soutenu l’idée qu’il est important de reconnaître les stratégies de l’utilisation durable des ressources naturelles des terres sèches par les populations locales :

Les connaissances locales résultent de l’interaction entre les populations et leur environnement. Leur valeur n’est pas mesurable en termes monétaires (de marché), mais par le succès ou l’échec des stratégies de vie des familles sur le long terme. On peut attribuer la réussite de certaines d’entre elles aux mécanismes présents dans les communautés de transfert de connaissances et de réponses aux signes de l’environnement. (ONU 2011, 37)

15En conséquence, serait-il possible à l’heure actuelle de promouvoir un accroissement du potentiel d’adaptation des populations du semi-aride, non pas dans le sens de la souffrance et de la résignation, mais au moyen de l’adoption de nouvelles pratiques pour améliorer les stratégies traditionnelles, telles qu’elles sont défendues par le discours du « vivre avec le semi-aride » ou les principes énoncés par l’ONU ? Avant de continuer, il est toutefois nécessaire de s’entendre sur ce que recouvrent « adaptation » et « vivre avec », deux termes essentiels.

Apport global du débat sur l’adaptation et émergence locale de l’idée du « vivre avec »

L’idée d’adaptation et son apport global

16La notion d’adaptation, employée il y a fort longtemps en géographie, diffère considérablement dans cette discipline de celle utilisée aujourd’hui dans le débat mondial sur le réchauffement global. Dans ce dernier cas, une définition minimale est présentée de la façon suivante : « L’adaptation consiste dans l’ajustement de systèmes naturels ou humains comme réponse à des stimuli réels ou prévus, ou de leurs effets, ce qui débouche sur une modération des dommages et une exploitation des opportunités bénéfiques » (Parry et al. 2007, 27). Pour avancer dans le débat en suivant cette voie, il faut d’abord examiner un obstacle épistémologique de fond qui peut être résumé par ce qu’Eduardo Marandola Jr. a appelé la délimitation a priori de la nature du problème à examiner, c’est-à-dire l’examen critique de l’usage de définitions normatives du type de celles, précisément, que l’on retrouve dans la plupart des rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC) lorsqu’ils évoquent les recherches scientifiques, en particulier dans le domaine des sciences humaines (Marandola Jr. 2009, 31-32). L’auteur fait précisément référence à la notion/concept de vulnérabilité, mais son raisonnement peut s’appliquer à celle/celui de l’adaptation. En effet, dans une bonne partie des travaux académiques postérieurs au 4e rapport de l’IPCC (Parry et al. 2007), la normalisation conceptuelle tend fréquemment à effacer la base de la réflexion scientifique, produisant ainsi des consensus appauvrissants.

17Cela est si vrai que les documents de cet organe profèrent les discours sur l’adaptation assortis de la reproduction ipsis litteris des formulations proposées par l’ONU, que ce soit dans des articles académiques, sur les sites d’institutions gouvernementales ou sur ceux de certaines ONG. Des rapports plus récents, tels le « Special Report on Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation – SREX » (IPCC 2012) présentent des acceptions de l’adaptation assez sommaires, destinées aux policymakers. Ainsi, dans de nombreux textes liés au thème, on constate une grande convergence se formulant, par exemple, de la manière suivante :

Adaptation : Dans les systèmes humains, c’est le processus d’ajustement au climat actuel ou attendu et à ses effets de façon à limiter les dommages et exploiter les opportunités intéressantes. Dans les systèmes naturels, c’est le processus d’ajustement au climat actuel et à ses effets ; l’intervention humaine pouvant faciliter l’ajustement au climat attendu. (Id., 4)

18Une définition plus large se trouve dans le rapport de 2007, car il explicite l’interface avec la notion de résilience :

L’adaptation au changement climatique se produit par des ajustements qui réduisent la vulnérabilité ou augmentent la résilience en réponse à des changements climatiques observés ou attendus et associés à des épisodes atmosphériques extrêmes. (Parry et al. 2007)

19D’autre part, le secrétariat des Affaires stratégiques de la présidence de la République attire l’attention sur le fait que, dans le texte de la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (United Nations Framework Convention on Climate Change – UNFCCC), il n’y a pas de « définition de ce que serait l’adaptation aux changements climatiques, ni d’explicitation sur la manière dont ce thème doit être traité. La combinaison de divers articles finit par établir l’ensemble des mesures qui se trouvent en discussion jusqu’à maintenant » (Carvalho 2014, 7). Certains points peuvent être soulignés dans les discussions et négociations internationales portant sur l’élaboration de capacités d’adaptation. C’est le cas de la construction de la résilience des systèmes socioéconomiques et environnementaux, y compris au moyen de la diversification économique et de la gestion durable des ressources naturelles ; l’amélioration des stratégies de réduction des risques face aux désastres dus au changement climatique ; la recherche, le développement, la divulgation et le transfert de technologies, pratiques et processus adaptatifs ; etc. (Id., 11). Indirectement, ces idées constituent un accord sur ce que seraient ces ajustements anticipatoires ou réactifs à la variabilité climatique. Il est important de noter qu’il y a une relation intrinsèque entre adapter et modérer (conçu comme des actions d’adaptation qui réduiraient les dommages, amélioreraient une situation pénible ou la considèreraient comme une occasion).

20En même temps, la notion de résilience – capacité pour un système de retourner à son état original après avoir été perturbé – qui provient de l’écologie, est amplement utilisée et transposée à la société. L’adaptation ne serait atteinte qu’au moyen d’une augmentation de la résilience/réduction de la vulnérabilité.

21Sans sous-estimer l’importance des instruments et des formes conceptuelles qui rendent possible l’organisation pratique de la société au moyen de politiques publiques concrètes, il n’est pas inutile de convoquer le répertoire propre aux populations impliquées. Il pourrait être mobilisé dans le même sens. Ainsi, il semble que le débat géographique de plus d’un siècle sur le thème de l’adaptation de l’homme au milieu est susceptible d’éclairer dans une certaine mesure l’arsenal théorique et méthodologique que la science tente de promouvoir de façon à garantir la prévention et la diminution des dérangements de fond écologiques qui, même s’ils restent en partie dans un registre hypothétique, renvoient à des scénarios inquiétants.

22L’adaptation, dans le débat global actuel, se limite objectivement au cadre des changements climatiques, cherchant à orienter les prises de décision et les actions pour ajuster la société à ces transformations, en synergie avec des mesures pour atténuer les effets et dommages subis. Néanmoins, toute réflexion qui ignore les impasses et les persistances que l’approche géographique de la relation homme-environnement nous a léguées ne peut déboucher que sur des répétitions et des lacunes. La géographie classique n’en a pas été avare lorsque les géographes respiraient une atmosphère imprégnée d’évolutionnisme et étaient « fascinés par les influences que les conditions naturelles exerçaient sur les comportements humains » (Claval 2001, 79). Ces dérives néo-déterministes doivent être évitées.

23La meilleure compréhension des relations entre société et nature, peut-être le plus grand programme nourri par la géographie au long du temps, devient une urgence qui requiert l’apport de cette discipline. Cependant il faut aussi prendre en compte l’avancée formidable des sciences connexes : elles confèrent un peu plus d’assurance pour élaborer les propositions futures visant à des actions intégrées afin que les institutions, les gouvernements et la population locale affrontent mieux les risques environnementaux.

24La géographie française, s’inspirant de Vidal de la Blache, s’est préoccupée des particularités des populations dans leurs espaces, et a proposé une alternative à la pensée déterministe en privilégiant la notion éminemment relationnelle de genre de vie. Cela impliquait de façon explicite l’idée d’adaptation, qui vient d’être revalorisée dans le cadre de la théorie environnementale et des prévisions écologiques auxquelles elle fournit leur principal modèle. L’acception ancienne « inspirée par l’anthropologie et proposée par les géographes à la fin du XIXe siècle, désignait un ensemble de pratiques, techniques, habitudes et comportements grâce auxquels un groupe humain maintient son existence, s’adaptant à un milieu et, éventuellement, l’améliorant » (Bavoux 2010, 39). Les suggestions s’appuyant sur cette perspective enrichissent le principe, actuellement en vogue, selon lequel les sociétés comprennent les rythmes et cycles naturels. Ainsi se développe une idée générale d’adaptation comme on-going process.

25Pour Paul Claval, les genres de vie peuvent être caractérisés par les techniques qu’une grande partie d’un groupe humain peut mobiliser pour exploiter son environnement, en en retirant tout ce qui est nécessaire à sa survie. Cela implique un cadre culturel, un calendrier, un ensemble d’outils et de techniques, ainsi qu’un certain volume de production. De sorte que « la géographie du genre de vie est, avant tout, une écologie » (Claval 2001, 109). Cette conception paraît décisive dans le cadre de la présente réflexion, dans la mesure où l’on souligne, toujours selon cet auteur, que « la nature ne dicte pas aux groupes les solutions que ceux-ci mettent en œuvre : on parle d’adaptation plus que de déterminisme » (Ibid.).

26Il convient d’examiner de quelle façon des approches qui, il y a peu, étaient tenues pour caduques peuvent se réapproprier certains des termes du débat contemporain dans un monde toujours plus connecté, dynamique et modernisé. Les idées de Vidal de la Blache à propos du rôle actif des initiatives techniques de l’homme dans la transformation, la valorisation et la gestion des paysages montrent, depuis le début du XXe siècle, le rôle décisif des stratégies d’adaptation des groupes humains pour échapper aux limites du milieu, ce qui offre d’ailleurs de nouvelles opportunités face à des contextes écologiques défavorables (Ibid., 132-133).

27Cela nous ramène à la question qui sous-tend la réflexion menée ici : dans quelle mesure les directives du discours du « vivre avec le semi-aride » seraient-elles des stratégies d’adaptation au milieu ? La réponse se trouve dans une approche qui met à jour les conceptions présentes dans l’idée de mode de vie, inscrite fortement dans les prises de position, volontés et choix des personnes pour « vivre avec » les ressources dont elles disposent, mais sans se limiter à celles-ci, car elles les transforment, les optimisent, dans tous les domaines de leur existence, grâce à leur ingéniosité. Les pratiques d’adaptation sont inhérentes aux sociétés ; elles relèvent d’un processus d’échange face à l’émergence de la nouveauté. L’ONU elle-même reconnaît l’adaptation aux terres arides et semi-arides comme une qualité positive développée par les peuples dans leur relation ancestrale avec le milieu et propose d’ailleurs ses propres « services environnementaux » (ONU 2011, 22).

28Dans ce sens, les échanges d’expériences entre les agriculteurs ayant connu un certain succès – promues par diverses organisations de la société civile et jouissant de l’appui des gouvernements – renforcent l’idée d’adaptation au milieu. C’est aussi le cas de l’influence décisive des innovations technologiques socialement adéquates. Il en est de même pour l’organisation et l’action des acteurs sociaux ainsi que pour le rôle crucial du changement, en lieu et place des habitudes et de la routine. On est alors face à des agents de l’adéquation environnementale et non plus à des victimes du climat. Dans le Nordeste du Brésil, ce débat s’est doté d’une terminologie singulière qui a été développée au cours de longues années de réflexion sur le caractère régional et le phénomène des sécheresses. On y parle de « vivre avec le semi-aride ».

Le discours qui émerge du lieu : l’idée du « vivre avec »

29Selon Silva (2008), l’idée du « vivre avec » vient d’une relecture des conceptions critiques sur le rôle de l’État dans la lutte contre la sécheresse et les aides à la modernisation de sauvegarde de l’agriculture brésilienne. Les classiques condamnaient la réduction des problèmes du Nordeste au seul phénomène climatique en vertu d’un axiome appelé « approche structurelle des disparités régionales » ou « tendance structuraliste de l’analyse de l’organisation sociale du semi-aride ». Ce discours critique provenait d’une économie politique de la région, bien représentée en géographie par les idées d’Andrade (1998). Le corollaire de la position opposée au déterminisme naturel peut se résumer ainsi : il faut démystifier l’idée que la sécheresse, phénomène naturel prévisible, est responsable du sous-développement du Nordeste semi-aride, en montrant que ses conséquences funestes ne sont que les effets désastreux de la façon dont la société brésilienne est organisée selon des lignes de force de concentration et d’exclusion.

30L’idée du « vivre avec » admet cette analyse comme un contexte nécessaire mais insuffisant pour avancer sur les questions concrètes du quotidien des petits agriculteurs, dans la mesure où elle se limite à une position macro-structurelle. Il faut lui ajouter, en complément, la variable de la durabilité socio-environnementale, en soulignant les potentialités et fragilités des écosystèmes semi-arides et l’action des acteurs à l’échelle locale. Il s’agit, par conséquent, de l’expression mise à jour d’un projet de changement politique pour la région dont les protagonistes seraient les habitants et les organisations sociales qui s’appuient, pour formuler des politiques publiques, sur des connaissances techniques et productives inhérentes au semi-aride.

31Le dialogue avec les théories du développement durable, les mouvements sociaux et écologistes peut ainsi déboucher sur des propositions issues d’acteurs impliqués dans la question régionale, que ce soit en relation aux traditions ou à la promotion d’innovations. Le renouvellement sémantique, propre à cette phase d’interprétation des dilemmes régionaux, a été traité sous la dénomination de « transitions paradigmatiques du semi-aride » (Silva 2008 ; Galindo 2008 ; Pontes 2010 qui, avant de fixer un modèle, proposait le passage à des modes différents de considérer la relation homme/nature dans le sertão). Le « vivre avec » devient ainsi un discours hybride, abritant des arguments du domaine scientifique, politique et social. En prenant en compte des manières de penser et des méthodologies habituellement adoptées par les membres de la communauté scientifique, il ne se borne pas à un paradigme comportant des prémisses théoriques fermées.

32Sans aucun doute, on constate une nouvelle appréhension du rôle de la nature dans la compréhension de la réalité régionale, qui ne considère plus le refus des anciens mythes déterministes comme une position suffisante. La relation matérielle et symbolique des sociétés avec les éléments qui composent ses espaces comporte une interaction nécessaire et réciproque avec le milieu et ses spécificités. L’idée d’adaptation s’associe, dans le semi-aride brésilien, à une nomenclature chargée de connotations locales, ce qui amène à envisager que les actions du « vivre avec le semi-aride » seraient compatibles avec des stratégies adaptatives localement adéquates.

33À l’origine, les défenseurs d’un « vivre avec » harmonieux entre habitants et nature semi-aride soulignent la présence de compétences propres à la civilisation régionale, qu’elles proviennent de traditions culturelles ou de l’acquisition de pratiques innovantes par une population rurale « habituée » à faire face à des incertitudes climatiques et, néanmoins, désireuse d’augmenter sa capacité de résistance. Il ne s’agit pas de défendre un mode de vie traditionnel et fataliste, mais d’augmenter l’adéquation des communautés à la nécessité de se protéger des intempéries et fléaux naturels, obtenant ainsi de meilleurs résultats dans leur quotidien (construction de la résilience, bien que ce terme ne soit que peu utilisé). Les aspects négatifs et non-durables des modes de vie locaux sont appréhendés dans ce contexte.

34Certains indicateurs de la flexibilité de la société locale peuvent se traduire par le caractère double du concept du « vivre avec », susceptible d’apporter des connaissances traditionnelles (autochtones) tout en y introduisant la modernité technique et sociale (adoption d’externalités). Pour Matricardi (2013), la capacité des habitants à affronter le milieu doit être le point de départ de tout appui externe, illustrant la position de ceux qui parlent de « vivre avec ». Ce principe apparaît dans les documents de l’ONU sur l’adaptation et l’atténuation des effets des changements climatiques pour les régions sèches :

Les habitants du lieu ont souvent une compréhension profonde des écosystèmes des terres sèches. Ils utilisent un grand éventail d’espèces sauvages pour leur gagne-pain, et leurs cultures et élevages sont le produit de longues phases de reproduction sélective en vue de l’adaptation aux conditions locales. (ONU 2011, 37)

35De nombreux aspects de cette adaptation et de ce « vivre avec » peuvent renvoyer à des processus assez semblables. Pour en retrouver les diverses connotations, il faut rapidement revenir au contexte historique. Le semi-aride ne manque pas de leçons sur l’impact du manque d’eau sur les populations importantes, avec des répercussions qui vont de l’environnement immédiat de ces communautés affectées jusqu’à la constitution et l’équilibre politique de la Fédération. C’est justement dans cette ambiance féconde que se sont développées les grandes manifestations politiques et économiques des années 1980, en relation avec le moment historique de la re-démocratisation de l’Amérique latine. Elles associaient des mouvements de diverses tendances visant à la montée en puissance du secteur tertiaire en tant que facteur significatif de la promotion et de l’initiative locales. La critique de « l’industrie de la sécheresse » devient alors plus ouverte et plus forte.

36Le retour progressif à la démocratie, au Brésil, a suscité l’espoir d’une participation plus ample du peuple, une grande soif de liberté assortie de l’exigence de la satisfaction des demandes sociales les plus importantes. À partir de la grande sécheresse des années 1979-1982, qui coïncidait avec la fin de la dictature militaire, nombre d’initiatives visant à développer le semi-aride furent mises en place. Des organisations furent créées ou revalorisées qui proposaient l’amélioration des conditions de travail et de production, avec des perspectives à long terme, en contrepoint de la mise en place d’actions de secours contre la sécheresse. L’ouverture politique a permis que des thèmes liés à l’environnement affleurent, incorporant à la thématique de la réforme agraire les impacts sociaux-environnementaux de l’agriculture conventionnelle. Les mouvements pour l’agro-écologie et pour le « vivre avec » possèdent, si l’on peut dire, des racines communes, liées à ce contexte.

37Des groupes de l’aile progressiste de l’Église catholique, forts des idéaux de la Théologie de la libération, influencèrent d’autres Églises et associations qui agissaient dans le sertão, telles que la Diaconia, organisation des Églises protestantes qui bénéficiait de financements internationaux (Pontes 2014, 105).

38Pendant les années 1980, le retour à la démocratie a renforcé le lien social dans un pays en ébullition du fait de la nouvelle constitution fédérale (1988). Après des décennies, l’élection présidentielle fut rendue au vote populaire (1989). Les manifestations publiques furent emblématiques de ce moment d’effervescence sociale, qui se prolongea par la Conférence Rio-92, avec la ratification de la thématique écologique.

39Toutefois, l’absence de réponses effectives dans la conjoncture nationale au cours des années 1990 et la déception face aux changements qui ne furent pas réalisés immédiatement laissèrent le champ libre au scepticisme face à l’univers politique traditionnel. La crise économique y ajouta une insatisfaction collective dirigée contre l’État. En conséquence, la sécheresse de 1998-1999 se situa dans un autre climat politique. Les associations jugèrent en commun que, au cours de l’histoire, l’État brésilien centralisé avait favorisé les secteurs privilégiés de la région semi-aride : oligarques, grands propriétaires et politiciens traditionnels. Cela accentuait la nécessité d’une plus grande décentralisation, revendication citoyenne majeure de ce nouveau discours.

40Selon Matricardi (2013) des méthodes de participation furent soutenues comme stratégies conceptuelles et mécanismes pratiques pour atteindre des compromis entre la protection de la biodiversité et la satisfaction des demandes productives des habitants d’environnements sensibles. En effet, le paradigme du « vivre avec le semi-aride » se situe entre ces deux points de vue. Les pratiques et les innovations technologiques socialement appropriées mettent en relation diverses échelles. Plusieurs organisations agissant en réseau avec des institutions publiques de recherche et développement, créèrent, testèrent et diffusèrent des alternatives d’adéquation au milieu et au climat, connues pour la plupart comme technologies sociales, mises en place grâce à leur interaction avec la communauté. Elles représentent un potentiel de transformation sociale.

41La naissance de la Coordination du semi-aride brésilien (Articulação Semiárido Brasileiro – ASA), à la fin des années 1990, a été l’union de forces sociales qui formulaient déjà, auparavant, des idées et pratiques de coexistence similaires mais dispersées. Plusieurs organisations de la société civile en vinrent à agir au moyen d’un vaste réseau d’appui aux habitants de la région. Elles catalysèrent et synthétisèrent le discours du « vivre avec ». La marque politique de ce changement pour un nouveau modèle se trouve dans le document intitulé « Déclaration du semi-aride » (26 novembre 1999). On y propose un paradigme du « vivre avec » selon deux lignes-forces : (a) la fin du monopole de l’accès à l’eau, à la terre et à d’autres moyens de production ainsi que (b) l’usage durable, la conservation et la recomposition de l’environnement. Un autre moment important pour les défenseurs de ce paradigme a été le début du partenariat entre l’ASA et le Gouvernement fédéral, en 2003, pour le développement de la récupération de l’eau de pluie par le programme appelé Un million de citernes rurales (P1MC). La politique la plus symbolique du « vivre avec » peut être comprise comme « une action publique mise en œuvre par l’articulation entre des organisations de la société civile, des pouvoirs publics (qui fournissent la plus grande partie des fonds) et, dans une moindre mesure, de l’initiative privée » (Schmitt 2012, 91).

42Ces dernières années, le débat sur le « vivre avec » a lié des ONG et des associations de production rurale à la sphère gouvernementale, en raison de sa relation avec les principes de politiques d’atténuation et d’adaptation aux effets des changements climatiques préconisées par l’IPCC, mais aussi en fonction de l’influence, un peu plus ancienne, de l’idée de développement durable. L’État du Pernambouc, l’un des plus atteints par la dernière sécheresse, a lancé sous la forme d’une loi sa Politique du vivre avec le semi-aride, donnant aux populations affectées « les moyens nécessaires de vivre avec les conditions adverses du climat semi-aride, en particulier durant les périodes de longues sécheresses » (ALEPE 2013). Il s’agit autant d’adaptation aux conditions normales du semi-aride que d’atténuation des effets des sécheresses graves. De façon significative, la première réserve naturelle du macro-écosystème caatinga a été créée un an avant la loi mentionnée (Ibid.), ce qui démontre l’emboîtement des thèmes et la tentative du gouvernement d’accorder les programmes locaux avec les objectifs globaux (Maciel 2012). C’est un processus qui gagne en intelligibilité si l’on considère les pressions du haut vers le bas, de même que les aspects des politiques mondiales et de globalisation de l’environnement.

Vivre avec et s’adapter au semi-aride et à la sécheresse dans le Nordeste du Brésil

43En guise de synthèse, on peut affirmer que le paradigme du « vivre avec le semi-aride » cherche à bouleverser le sens commun construit historiquement pour cette région-problème, victime d’un climat supposément maléfique. Il constitue l’envers de l’ancien modèle de combat des sécheresses en vigueur depuis la fin du XIXe siècle. La nature n’est plus la mégère toute-puissante des destins régionaux ; elle devient une source d’inspiration. Le surgissement d’une rhétorique du « vivre avec » qui, ces dernières années, n’en était qu’à ses débuts (Maciel 2009), gagne en force dans la société brésilienne. Les ONG du Nordeste qui en sont à l’origine servent de caisse de résonnance. On constate un dialogue plus explicite avec la notion d’adaptation, sans pour autant en souligner les aspects les plus extrêmes.

44Par ailleurs, les forces de la nature se retrouvent dans les débats scientifiques et politiques sur les changements climatiques, renouvelant l’appel à la rhétorique du développement durable et du marché global (Newell 2012). Même si le rôle de l’atténuation et de l’adaptation aux effets des sécheresses manifeste une certaine ambiguïté par rapport aux directives du « vivre avec », il est cependant possible de situer les actions d’atténuation de ces phénomènes sur un autre plan. Certes, au niveau gouvernemental, s’adapter suppose « vivre avec le semi-aride » et atténuer les effets de la sécheresse (selon le texte de la loi du Pernambouc, de 2013 (ALEPE 2013) mais, dans la sphère de la société civile organisée, règne une crainte que cela ne soit qu’un nouvel habit du discours tragique de lutte contre la sécheresse.

45Ainsi, le cadre climatique actuel n’éradique pas l’impact socioéconomique qui prendra des années à être dépassé par les habitants du sertão et soulève des interrogations : est-ce que les stratégies du « vivre avec » ne seraient applicables que lors des années de pluviosité normale ? Sont-elles assez structurées pour affronter les sécheresses prolongées ? Les attentes et les résultats obtenus jusqu’à présent semblent s’orienter dans une seule direction : il faut un apport politique et académique plus ample en soutien aux initiatives locales, de façon à ce que s’établisse, de fait, un nouveau paradigme basé sur des technologies appropriées.

46Les investissements de l’État sous forme de transferts de revenu, quoique non négligeables, ne seraient que provisoires, étant donné qu’ils devraient impulser un cycle vertueux qui romprait les entraves structurelles de la région, de nature surtout sociale (accès à la terre, éducation, crédit, culture associative, etc.). D’autre part, on a atteint un consensus sur le fait que, sans les conquêtes des dernières décennies, y compris avec l’appui des programmes sociaux qui ont amoindri les conséquences de la dernière sécheresse, le résultat aurait certainement été plus catastrophique. Le « vivre avec » est pour l’instant partiel, dépendant des politiques sociales ou des financements de l’État, même s’il résulte d’une pression de la base, à l’opposé de la dynamique de gouvernabilité environnementale globalisée.

47L’idée de « l’adaptation » comme celle du « vivre avec le semi-aride » incluent la perception de vulnérabilités sociales, économiques et écologiques liées au climat. Or les habitants y ont fait face tout au long de l’histoire, dans une région qui se fit connaître précisément en raison de sa spécificité naturelle et des épisodes catastrophiques de sécheresse. Le « vivre avec », par conséquent, précède « l’adaptation » selon la définition de l’IPCC, comportant sans aucun doute quelque chose de la conception du « mode de vie » de la géographie classique et s’insérant dans la perspective d’une écologie humaine. Ceux qui utilisent la terminologie locale mettent en évidence la rupture avec les mesures de secours et les grands travaux du gouvernement.

48Néanmoins, en suivant les tendances de la géopolitique de la nature à l’échelle mondiale, ces notions se rapprochent actuellement : a) au moyen de stratégies gouvernementales en harmonie avec les directives du policymaking de l’IPCC et de l’UNFCCC ; b) grâce à l’assimilation partielle et inégale du discours des changements climatiques par diverses organisations de la société civile intéressées au semi-aride. Celles qui sont locales mettent en évidence le fait que le centre du problème concerne les fragilités sociales et non climatiques. Elles ne prennent pas non plus en compte les occasions survenues au sein des divers cadres environnementaux suggérés par les prévisions globales.

49L’inclusion des expériences de vie dans le Nordeste sec devient ainsi partie au débat globalisé sur les changements climatiques. Elles y apportent la recherche de stratégies adaptatives localement appropriées, en un processus continu de coproduction des connaissances, qui influe sur les autres modalités de l’action de l’État. L’accent mis sur le « vivre avec » débouche sur la création et la diffusion régionale de technologies sociales et l’amélioration des traditions de la vie quotidienne, alors que « l’adaptation » renvoie à l’atténuation des changements climatiques avec un fort appui de l’État. Donc, il s’agit de conceptions qui ne s’excluent pas a priori, du fait que les pratiques culturelles dispersées et limitées à certaines techniques de captation des eaux et gestion des régions boisées de la caatinga par des groupes locaux doivent être fortifiées par la recherche scientifique, l’innovation et un appui des autorités publiques, sans pour autant retourner aux vieux démons de la politique de lutte contre la sécheresse. Inversement, même dans le cadre utopique d’un vaste développement de stratégies du « vivre avec », la possibilité de crises climatiques exigerait l’augmentation de la qualité des réponses des communautés locales.

50Ainsi, « vivre avec » et « s’adapter » sont deux approches qui dialoguent, bien que la première ait une référence idéologique marquée par l’épistèmê locale, difficile à traduire. On peut toutefois établir certaines caractéristiques fondamentales des deux discours qui habitent le même espace géographique du semi-aride, avec des degrés divers d’influence et d’interpénétration comme le montre le tableau suivant.

51Un des thèmes les plus en évidence de cette analyse réside dans l’évaluation des causes qui expliqueraient la grande défiance des défenseurs du « vivre avec » pour ce qui est de l’incorporation à ces procédés analytiques et à ces méthodes d’action de mesures d’atténuation des effets de la sécheresse. C’est là que réside l’une des principales différences entre l’un et l’autre discours. Des activistes du « vivre avec » refusent d’incorporer la planification de l’atténuation des effets de la sécheresse comme étroitement associée à des méthodes qui n’ont pas d’effets transformateurs de la vie dans la région semi-aride (industrie de la sécheresse). L’utilisation même du terme « sécheresse » est tenue pour problématique et politiquement incorrecte dans la mesure où il s’agit d’atténuer les conséquences d’un phénomène négatif, de minimiser un dommage. En somme, dans une utopie du « vivre avec » il ne semble pas y avoir lieu de remédier mais seulement de prévenir.

Contenus fondamentaux des discours de « l’adaptation » et du « vivre avec le semi-aride » dans le Nordeste du Brésil

« Adaptation »

« Vivre avec »

Accent mis sur les événements climatiques extrêmes, sécheresses

Accent mis sur la normalité du semi-aride

Relation obligée avec le débat global sur les changements climatiques

Relation occasionnelle avec le débat global sur les changements climatiques

Milieu et changements climatiques comme pivots de la fragilité du semi-aride

Inégalités sociales comme pivots de la fragilité du semi-aride

Vulnérabilités environnementales et sociales aux crises

Vulnérabilités environnementales et sociales aux crises

Interactions sociopolitiques avec accent mis sur des paramètres globaux ; pression de haut en bas

Interactions sociopolitiques sur des bases locales ou régionales, pression de bas en haut, avec paramètres globaux récents

Échelle globale, variétés d’écosystèmes

Échelle régionale, limitée au semi-aride brésilien

Risques et opportunités qui découlent des changements climatiques et événements extrêmes

Développement de stratégies de coexistence avec le milieu à partir du savoir populaire

Processus continu du développement et adaptation aux nouvelles technologies et pratiques

Processus continu de coproduction des connaissances et technologies sociales innovantes

Programmes de politiques publiques et privées sur la base de paramètres globaux

Surgissement de politiques publiques ayant pour base des expériences locales et régionales

Construction de la résilience et atténuation des crises climatiques

Construction de la résilience, mais avec peu de foi dans l’atténuation des crises climatiques

Grande participation de la communauté scientifique, des gouvernements et compagnies privées, avec importants apports de fonds

Implication progressive de la communauté scientifique, des communautés et des gouvernements, mais avec accent mis sur les ONG, ressources moindres

Relations de proximité entre gouvernements et ONG internationales

Dépendance du secteur tertiaire agissant localement ou régionalement et relations conflictuelles avec les gouvernements

AJUSTEMENT DES PARAMÊTRES GLOBAUX POUR RÉDUIRE LA VULNÉRABILITÉ ET AUGMENTER LA RÉSILIENCE DE COMMUNAUTÉS LOCALES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

MODE DE VIE ET PRODUCTION ASSOCIÉS À LA CULTURE ET L’ENVIRONNEMENT SEMI-ARIDE, CHERCHANT LA QUALITÉ DE LA VIE, Y COMPRIS POUR CE QUI TOUCHE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Source : Pontes (2014). Adapté par les auteurs.

52Bien que la gravité des dernières sécheresses ait montré combien il est indispensable d’adopter des mesures de secours pour les petits producteurs ruraux dispersés dans le semi-aride (y compris par l’usage des camions-citernes, symboles de l’ère du combat de la sécheresse), ce thème est polémique dans le contexte actuel du débat sur « l’adaptation » et le « vivre avec ». Cette situation peut s’aggraver dans la mesure où les sécheresses sévères deviennent un phénomène normal dans les régions semi-arides. Les études sur les modifications du climat suggèrent qu’elles seront toujours plus rigoureuses et fréquentes.

53Le danger de dérives allant dans le sens de pratiques d’assistance apparaît dans les programmes environnementaux actuels. La distribution de citernes plastiques par le gouvernement est sujette à controverse, en opposition à la construction par les agriculteurs de leurs réservoirs d’eau. Ce n’est là qu’un parmi d’innombrables exemples. La simple dotation de caisses à eau en polyéthylène s’oppose à la mobilisation des habitants pour « vivre avec le semi-aride ». Alors que des organisations locales invitent les familles à se mobiliser et à se former, des organes du gouvernement installent simplement des cuves préfabriquées, ressuscitant ainsi des relations de clientélisme.

Considérations finales

54La région du Nordeste brésilien est un territoire qui suscite une forte attention du fait de l’impact du manque d’eau dans la vie de vastes populations, que ces modifications locales soient induites par le changement climatique global ou pas. Les défenseurs du paradigme du « vivre avec le semi-aride » réfutent l’idée d’un milieu hostile qu’il faudrait combattre au moyen de grands travaux pour l’accumulation d’eau réalisés grâce à de généreux financements fédéraux. Des organisations locales insistent sur la nécessité de coordonner l’action de l’État et l’initiative des habitants comme principe de base pour l’amélioration de la vie et le développement régional. Par ailleurs, on constate que le débat sur le « vivre avec » s’est étendu des ONG et des associations rurales à la sphère de l’État, en raison de son adhésion aux principes des politiques d’atténuation des effets des changements climatiques et d’adaptation à leurs conséquences préconisées par l’IPCC, ainsi qu’à l’influence de l’idée de développement durable. De ce fait, le « vivre avec le semi-aride » est redéfini dans le cadre de politiques publiques plus appropriées au milieu et aux caractéristiques socioculturelles de la région. Il en résulte une expansion des associations d’action collective qui disposent d’une plus grande autonomie.

55Toutefois, les directives globales des politiques d’adaptation ne peuvent pas faire oublier l’historicité du « vivre avec le milieu » dans les régions sèches du pays. Il faut souligner l’impact qu’ont eu les politiques sociales, surtout celles qui concernent le transfert de revenu autour du programme Bourse famille, mécanismes permettant d’accroître la capacité de réponse des individus et des foyers face aux phénomènes environnementaux (Favareto et al. 2010), possibilité absente lors de sécheresses antérieures.

56La plupart de ceux qui sont mobilisés par la rhétorique du « vivre avec » cherchent à promouvoir le développement local en modifiant le paradigme qui régit la relation technique, politique et culturelle de la société avec le milieu. L’atténuation des effets des sécheresses et l’adaptation à leurs conséquences comporte une certaine ambiguïté pour ce qui est des directives du « vivre avec », dans la mesure où il déplace le débat vers les changements climatiques et l’échelle globale tout en répondant au défi de situer les actions pour en atténuer les effets sur un nouveau plan. Des organisations qui défendent le « vivre avec » n’ont pas encore confiance dans les politiques visant à diminuer les effets des désastres climatiques qui utilisent des méthodes ponctuelles et qui n’ont pas d’impact sur la vie dans le semi-aride. Quoique les mesures adoptées pour atténuer ces effets aient été appliquées récemment pour secourir les petits agriculteurs suivant les manières de faire du « vivre avec le semi-aride », l’intégration de stratégies et pratiques de différentes lignées idéologiques provoquent toujours des controverses.

57Les expériences de vie dans le Nordeste du Brésil peuvent et doivent être connectées au débat global sur le climat. Dans ce sens, le « vivre avec » serait considéré comme une partie de la recherche de stratégies d’adaptation à l’instabilité du milieu. Bien qu’ayant des accents différents, les diverses conceptions ne s’excluent pas. Ainsi, au-delà du débat théorique, les stratégies qui découlent des paradigmes de « l’adaptation » et du « vivre avec » doivent atteindre un niveau plus élevé de synergie, incorporant les actions préventives et prospectives à court et long terme, tout en suscitant la participation des acteurs sociaux directement concernés.

Haut de page

Bibliographie

Ab’Sáber, Aziz Nacib. 1999. « Nordeste sertanejo: a região semiárida mais povoada do mundo. » Revista Estudos Avançados 13 (36): 60-68.

ALEPE (Assembleia Legislativa do Estado de Pernambuco). 2013. « Lei nº 14.922, de 18 de março de 2013. Institui a Política Estadual de Convivência com o Semiárido. » Disponible sur : http://legis.alepe.pe.gov.br/arquivoTexto.aspx?tiponorma=1&numero=14922&complemento=0&ano=2013&tipo=&url= (consulté le 20 mai 2016).

Andrade, Manuel Correia de. 1998. A terra e o homem no Nordeste. Contribuição ao estudo da questão agrária no Nordeste. Recife: Editora Universitária da UFPE.

Bavoux, Jean-Jacques. 2010. La Géographie. Objet, méthodes, débats. Paris : Armand Colin.

Brasil. 2005. « Nova delimitação do semiárido brasileiro. » Brasília: Ministério da Integração Nacional/Secretaria de Políticas de Desenvolvimento Regional. Disponible sur : http://www.mi.gov.br/c/document_library/get_file?uuid=0aa2b9b5-aa4d-4b55-a6e1-82faf0762763&groupId=24915 (consulté le 20 mai 2016).

Brasil. 2012. « Sinopse do Censo Demográfico para o Semiárido Brasileiro (2010). » Ministério da Ciência, Tecnologia e Inovação/Instituto Nacional do Semiárido. Disponible sur : http://www.insa.gov.br/censosab/index.php?option=com_content&view=article&id=112&Itemid=110 (consulté le 27 de février 2012).

Campello Netto, Manoel Sylvio Carneiro et al. 2007. « Manejo integrado de água no semiárido brasileiro. » In O uso sustentável dos recursos hídricos em regiões semiáridas, dirigé par Cirilo, José Almir et al., 473-501. Recife: ABRH/Editora Universitária da UFPE.

Carvalho, Fernanda Vieira de. 2014. « Adaptação à mudança do clima: o quadro das negociações internacionais. » Brasília: Secretaria de Assuntos Estratégicos da Presidência da República.

Castro, Iná Elias de. 1992. O mito da necessidade. Discurso e prática do regionalismo nordestino. Rio de Janeiro: Bertrand Brasil.

Claval, Paul. 2001. Épistémologie de la géographie. Paris : Nathan.

Embrapa (Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária). 2000. « Zoneamento Agroecológico do Nordeste do Brasil. » Disponible sur : http://www.uep.cnps.embrapa.br/zoneamentos_zane.php (consulté le 20 mai 2016).

Favareto, Arilson et al. 2010. « Políticas de desenvolvimento territorial rural no Brasil: avanços e desafios. » Série Desenvolvimento Rural Sustentável, vol. 12. Brasília: IICA. Disponible sur : http://www.iicabr.iica.org.br/wp-content/uploads/2014/03/S%C3%A9rie-DRS-vol-12-Pol%C3%ADticas-de-Desenvolvimento-Territorial-Rural-no-Brasil-Avan%C3%A7os-e-Desafios.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Favareto, Arilson, Ricardo Abramovay, Maria do Carmo D´Oliveira, João Fábio Diniz & Beatriz Saes. 2011. « Desenvolvimento territorial em uma região do Semi-árido do Nordeste brasileiro – para além das transferências de renda. » Documento de Trabajo nº 83. Santiago do Chile: Rimisp/Centro Latinoamericano para el Desarrollo Rural. Disponible sur : http://www.rimisp.org/wp-content/files_mf/13720831111366296542N832011FavaretoAbramovayDOliveiraetalDesenvolvimentoregiaoSemiaridoNordesteBrasil.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Galindo, Wedna Cristina Marinho. 2008. Intervenção rural e autonomia: a experiência da Articulação no Semiárido/ASA em Pernambuco. Recife: Editora Universitária da UFPE.

IPCC. 2012. « Summary for Policymakers. » In Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation. A Special Report of Working Groups I and II of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), dirigé par Field, Christopher B. et al., 1-19. Cambridge (GB) & New York: Cambridge University Press. Disponible sur https://www.ipcc.ch/pdf/special-reports/srex/SREX_Full_Report.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Lassance Jr., Antônio & Juçara Santiago Pedreira. 2004. « Tecnologias sociais e políticas públicas. » In Tecnologia social: uma estratégia para o desenvolvimento, 65-81. Rio de Janeiro: Fundação Banco do Brasil. Disponible sur : http://www.oei.es/salactsi/Teconologiasocial.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Maciel, Caio Augusto Amorim. 2009. « A Retórica da Paisagem: um instrumento de interpretação geográfica. » Espaço e Cultura 26: 32-48.

Maciel, Caio Augusto Amorim. 2012. « A Caatinga enquanto espaço identitário: geografia e patrimonialização da natureza no Brasil. » In Ética, Identidade e Território, dirigé par Alcindo José de Sá & Paulo Sérgio Cunha Farias, 101-127. Recife: CCS Gráfica e Editora.

Marandola Jr., Eduardo. 2009. « Tangenciando a vulnerabilidade. » In População e mudança climática. Dimensões humanas das mudanças ambientais globais, dirigé par Daniel Joseph Hogan & Eduardo Marandola Jr., 29-52. Campinas & Brasília: NEPO-Unicamp/UNFPA.

Matricardi, Eraldo. 2013. « Convivência com a seca demanda investimentos em pesquisa e tecnologias sociais. » In: ASA – Articulação do Semiárido Brasileiro. www.asabrasil.org.br/Portal/Informacoes.asp?COD_CLIPPING=2138&WORDKEY=adaptação (consulté le 31 mai 2013).

Newell, Peter. 2012. Globalization and the Environment. Capitalism, Ecology and Power. Cambridge: Polity Press.

ONU (Organisation des nations unies). 2011. « Global Drylands: a UN system-wide response. » United Nations Environment Management Group. Disponible sur : http://www.unccd.int/Lists/SiteDocumentLibrary/Publications/Global_Drylands_Full_Report.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Parry, Martin, Osvaldo Canziani, Jean Palutikof, Paul Van Der Linden & Clair Hanson, dir. Climate Change 2007: Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). Cambridge (GB): Cambridge University Press. Disponible sur : https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/wg2/ar4_wg2_full_report.pdf (consulté le 20 mai 2016).

Pontes, Emílio Tarlis Mendes. 2010. Transições paradigmáticas: do combate à seca à convivência com o semiárido nordestino, o caso do Programa Um milhão de Cisternas no município de Afogados da Ingazeira – Pernambuco. Recife: Editora Universitária da UFPE.

Pontes, Emílio Tarlis Mendes. 2014. « A convivência com o semiárido no contexto sul-americano: segurança hídrica em Afogados da Ingazeira (Pernambuco, Brasil) e Graneros (Tucumán, Argentina). » Thèse de doctorat em géographie. Recife : Université fédérale de Pernambuco.

Schmitt, Cláudia Job. 2012. « O enfoque agroecológico e suas imbricações locais. » In Abordagens geográficas do urbano e do agrário, dirigé par Caio Augusto Amorim Maciel, Claudio Ubiratan Gonçalves & Mônica Cox de Britto Pereira, 87-114. Recife: Editora Universitária da UFPE.

Silva, Roberto Marinho Alves da. 2008. Entre o combate à seca e a convivência com o semi-árido: transições paradigmáticas e sustentabilidade do desenvolvimento. Fortaleza: Banco do Nordeste.

Haut de page

Notes

1 La recherche a pour terrain d’analyse les limites officielles du semi-aride brésilien proposées par le ministère de l´Intégration nationale (Brasil 2005) qui comprend la plupart des États de la région Nordeste (à l´exception du Maranhão) et, dans la région Sud-Est, l’extrême nord de l´État de Minas Gerais. Par conséquent, les termes « sertão » et « semi-aride » se réfèrent à cet ensemble de terres. Le terme sertanejos désigne les habitants des zones rurales du semi-aride brésilien.

2 Les concepts de résilience, mitigation et vulnerabilité se réfèrent aux définitions de l’Intergovernmental Panel on Climate Change (Parry 2007 ; IPCC 2012).

3 Environ trois milliards d’euros en janvier 2016 (Ndt).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/1879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caio Augusto Amorim Maciel et Emilio Tarlis Mendes Pontes, « Vivre avec les conditions climatiques de la région semi-aride au Brésil. Le concept d’adaptation comme pensée globale appropriée par les acteurs locaux », Brésil(s) [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1879 ; DOI : 10.4000/bresils.1879

Haut de page

Auteurs

Caio Augusto Amorim Maciel

Caio Augusto Amorim Maciel est géographe, professeur à l'Université fédérale du Pernambouc (UFPE), où il dirige le Laboratoire d'études sur l'espace, la culture et la politique (LECgeo).

Emilio Tarlis Mendes Pontes

Emilio Tarlis Mendes Pontes est géographe, professeur à l'Université de l’État du Ceará Vale do Acaraú.

Christine Rufino Dabat

Université fédérale du Pernambouc (UFPE)

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals