Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9VariaL’invention de soi : autobiograph...

Varia

L’invention de soi : autobiographie et trajectoire sociale de Graça Aranha

Invenção de si: autobiografia e trajetória social de Graça Aranha
Self-Invention: The Autobiography and Social Trajectory of Graça Aranha
Angela Alonso
Traduction de Marion Aubrée

Résumés

Cet article analyse l’autobiographie de Graça Aranha, O meu próprio romance, mettant côte à côte biographie et autobiographie, avec deux objectifs. D’une part, il s’agit de montrer comment Aranha a dû s’adapter à différentes conjonctures et à la pression des réseaux de relations, déterminé ainsi par des forces sociales qui le transcendaient. D’autre part, l’article souligne la façon dont Aranha a profité des possibilités d’agency disponibles dans chaque configuration sociale, habile qu’il était pour tisser des réseaux qui lui ont accordé, d’une certaine façon, un rôle de protagoniste. La fabrication d’un récit de soi, sous la forme de l’autobiographie, fait partie de cette mainmise sur la vie, qui trie et interprète les événements biographiques afin de modeler l’image qu’il léguera à la postérité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mai 2015 ; approuvé en juillet 2015

Traduit du portugais

Texte intégral

L’auteur remercie tout particulièrement Sergio Miceli et Jorge Myers pour les commentaires reçus sur ce travail au cours de deux séminaires tenus en 2011 : « A memorialística brasileira » (35e Rencontre annuelle de l’ANPOCS, Caxambu) et « El recuerdo letrado : la escritura memorialística de artistas e intelectuales latinoamericanos del siglo XX » (Université de Quilmes, Argentine).

La récapitulation du passé se fixe d’emblée sur l’heure de la délivrance.
Winfried Georg Sebald, Les Anneaux de Saturne

1L´autobiographie est cousine de la biographie. Cette dernière, en particulier à partir des années 1970, a joui d’un grand intérêt auprès des chercheurs en sciences sociales et des historiens qui en ont fait la matière première de diverses études. À cette occasion, les lectures structuralistes et l’économicisme marxiste ont été remplacés par des interprétations plus attentives aux acteurs sociaux. E. P. Thompson, Carlos Ginsburg et Jacques Le Goff ont joué un rôle important dans ce changement de perspective qui a ouvert de nouvelles voies aux études biographiques.

2En sociologie, la biographie s’est établie en privilégiant des vies typiques ou exemplaires, dans le but d’éclairer les structures et les processus à l’œuvre dans la société à laquelle elles appartiennent et qui, à leur tour, servent à comprendre les créations, les sentiments et les choix de l’individu concerné. Mozart, sociologie d’un génie de Norbert Elias (1991) en donne une parfaite illustration en prenant pour objet une vie exceptionnelle susceptible de rendre compte de la transition du modèle de production artistique de la société de cour vers celui de la société bourgeoise. Pour y parvenir, il examine la façon dont les conflits découlant du changement ont été vécus comme des dilemmes intra-subjectifs par un individu qui était placé en son centre.

3Travailler sur une biographie n’est pas la même chose que de se fier au récit de celle-ci dans une autobiographie. Se fonder sur la reconstruction de soi faite par l’auteur est plaisant mais contre-indiqué. Cette piste comporte deux limites évidentes. La première est celle de l’instrument mis en œuvre : la mémoire. Celui qui raconte sa vie est sujet à des oublis, à des confusions et des omissions, ainsi qu’à l’idéalisation des événements positifs et à l’oblitération de ceux qui sont négatifs, sans parler de l’intérêt personnel de se présenter de façon avantageuse et de fabriquer des histoires. L’anachronisme est un autre problème : la reconstruction est fondée sur ce que l’auteur est, pense et ressent au moment où il écrit et non pas sur ce qu’il a été, a pensé et ressenti dans le passé.

4Plus dangereux encore est le piège de ce que Bourdieu (1986, 69) a appelé « l’illusion biographique » qui présuppose que la vie est linéaire, unidirectionnelle et téléologique. Elle attribue une cohérence au récit en supposant que les préférences, options et décisions s’agglutinent les unes aux autres dans une direction définie par le sujet sans tenir compte des structures et des processus sociaux dans lesquels elle se déroule. Tant Bourdieu qu’Elias insistent sur le fait que l’analyse biographique ne peut ignorer ces dimensions dans la mesure où elles transcendent l’individu tout en traversant sa vie. Chacun peut raconter son itinéraire sous un angle subjectif mais la pleine signification de celui-ci dépend de la configuration sociale, du champ des possibilités ainsi que des limites dans lesquelles il s’inscrit et qui balisent ses pensées, ses sentiments et ses actions. Des dimensions objectives, comme les socialisations familiales, scolaires, professionnelles, culturelles ou politiques clivent les biographies. Les trajectoires personnelles, affirme Bourdieu (1986, 70), constituent une séquence de positions sociales à l’intérieur d’un ou plusieurs champs sociaux. Elles sont successivement occupées au cours de la vie de l’individu et conditionnent ses identifications subjectives. Il ne va pas de l’une à l’autre selon son bon plaisir, il décide parmi un ensemble de lignes d’action disponibles, en fonction de la structure des opportunités de son groupe social et des circonstances de son temps.

5Pour comprendre une vie et le récit que l’on fait d’elle, il est nécessaire, selon Elias (1991, 25), de « donner une image claire des contraintes sociales qui ont pesé sur l’individu ». C’est pourquoi il reconstruit la tension entre les tendances à l’individuation de Mozart et les pressions qui le poussent soit à reproduire la tradition, soit à rompre avec elle. Ce faisant il révèle les structures de pouvoir de la société dans laquelle le musicien agit. Il éclaire ses choix individuels par la reconstruction des configurations à l’œuvre et de leurs transformations.

6Ces deux perspectives, celle d’Elias et celle de Bourdieu, guident l’analyse qui va suivre. Elle porte sur l’autobiographie de Graça Aranha (1868-1931) qu’il a intitulée O meu próprio romance [Mon propre roman]. Il ne s’agit pas d’aborder toute l’œuvre ou toute la vie de l’auteur mais, plutôt, de comparer biographie et autobiographie en lisant le livre à rebrousse-poil.

7Mon objectif est double. D’un côté, je souhaite comprendre la façon dont un acteur social fait ses choix, poussé par les pressions sociales dont il est la cible et, donc, déterminé par des forces qui le transcendent. En effet, Aranha a dû s’adapter à différentes conjonctures et aux pressions de réseaux de relations sur lesquelles il n’avait aucun contrôle. De l’autre côté, je montrerai comment il a profité des espaces d’action disponibles dans chacune de ces configurations, habile à tisser des liens qui l’ont placé dans une relative position de protagoniste. La fabrication du récit de soi fait partie de ce mouvement de prise en main de la vie, sous une forme autobiographique, par lequel Aranha trie et interprète certains événements de façon à modeler l’image qu’il laissera à la postérité.

8Dans O meu próprio romance, Graça Aranha n’a abordé que ses années de formation. C’est pourquoi l’analyse faite ici sera centrée sur cette période d’auto-construction d’une figure d’homme de lettres, avec un traitement plus rapide des dernières années de sa trajectoire, moment où il s’est redéfini en tant qu’écrivain « moderne » mais qui ne figure pas dans l’autobiographie car il est mort avant de l’avoir terminée.

L’auto-construction de l’homme de lettres

9L’image de soi en tant qu’écrivain, plus précisément en tant que romancier, est lisible dès le titre des mémoires incomplètes de José da Graça Aranha : O meu próprio romance. Rédigé à la veille de la mort de l’auteur et interrompu à mi-parcours du projet initial, le livre n’évoque que son enfance et ses années de faculté. Plutôt qu’une autobiographie pleine de confessions hardies, Graça Aranha a choisi le registre du mémorialiste complaisant et tendre avec lui-même.

  • 1 « [...] ma puberté n’a pas reçu de chocs sexuels perturbateurs. La machine à penser se développait (...)

10Dans cette auto-reconstruction, il déroule un fil destiné à produire le dispositif optique né de « l’illusion biographique ». Il attribue un sens univoque aux événements de sa trajectoire personnelle qu’il enchaîne en des étapes progressives, linéaires, perçues comme le développement d’un projet monolithique, délibéré, imperméable aux contraintes des structures et des processus sociaux. Bref, il écrit une histoire rétrospective. Tout ce qui survient dans son enfance et sa jeunesse donne l’impression du développement continu, inexorable d’une unique vocation, celle d’écrivain. Depuis sa naissance, on peut assister à la formation d’une sensibilité hypertrophiée l’affligeant de « vertiges » ou de « syncopes » et volontiers décrite comme quelque peu efféminée – à la manière de Proust – du fait de la fréquentation au début de sa scolarité d’un « collège de filles » mais aussi du regard de sa mère bien-aimée, une héroïne de roman passant son temps à en lire (Aranha 1931, 577, 565 et 546). La situation est équilibrée par la poigne ferme d’un père viril – et hautement idéalisé – qui canalisait les énergies du jeune garçon vers les études1. Cette autorité patriarcale combinée au sentimentalisme maternel aurait laissé se décanter une personnalité tout en retenue et inclinée à la contemplation, fabulatrice et peu douée pour les offices masculins des affaires et de la politique.

  • 2 Personnages du folklore brésilien. La Mãe d’agua est aussi connue sous le nom d’origine tupi d’Iara (...)
  • 3 Enfant d’un Noir et d’une indienne (Ndt).
  • 4 Il n’est pas difficile de se rappeler combien tout ceci nous ramène au Macunaíma (1928) du modernis (...)

11Toutefois, cette vocation naissante n’est pas seulement celle d’un écrivain, elle est celle d’un écrivain brésilien. Récits de sortilèges, histoires de Saci, de Mãe d’agua2, récits africains des ex-esclaves ou des enfants de la maison, de son valet, le cafuzo3 Sabino et de sa nourrice mulata Militina (Aranha 1931, 551 et 545) : tous ces matériaux apparaissent comme les sources primaires d’une imagination littéraire éveillée dès les jeunes années, alimentée par les excursions familiales aux quatre coins d’un Maranhão imprégné de légendes, de souvenirs de l’esclavage et de bavardages des paysans. C’est de là qu’est né le goût d’Aranha pour une prose libre des contraintes stylistiques ainsi que son attention à ce qui est spécifique, pittoresque et local – plutôt qu’à l’Europe – constituant une sorte de primitivisme cabocle. Ainsi, depuis cette écriture de la vieillesse, l’enfance est baignée de littérature et conspire en sa faveur, une littérature nourrie des « brésilianismes » qu’Aranha revendiquait dans ses textes pamphlétaires des années 19204 alors qu’il rédigeait son autobiographie, en même temps qu’il dénonçait tous les formalismes.

12L’expérience de la faculté de droit de Recife donne une note moderne à la composition de son personnage. C’est à cette époque qu’Aranha s’enchante de la puissance de Tobias Barreto, homme-spectacle, avec son penchant pour la rhétorique et ses leçons pour « penser avec audace » (Aranha 1931, 573). C’est aussi celle où, grâce à ce maître qu’il n’a jamais cessé d’encenser, il devient évolutionniste et, comme lui, se revendique matérialiste, abolitionniste, républicain et même un peu anarchiste en religion, en science ou en politique. Années d’une jeunesse assoiffée d’idées et de livres consommés voracement (comme le faisait sa mère) et régurgités sous forme de vers. Aranha se présente comme moderne ab ovo, depuis toujours (Aranha 1931, 539 et 574). Ainsi, littérature, brésilianité et modernité marqueraient de façon décisive la biographie de cet écrivain-né, attaché à ses racines et, malgré cela, homme de ruptures.

13Se terminant sur la splendeur de la jeunesse, les mémoires donnent un sens univoque au récit car, à la manière de Dom Casmurro, il est lié aux deux bornes de la vie, l’enfance et la vieillesse : « Ma vie a été une harmonie parfaite entre les idées et les actes. J’ai réalisé et vécu mes idées » (Aranha 1931, 539). L’homme de lettres brésilien et avide de nouveautés prend les traits de Juca, enfant du Maranhão puis universitaire à Recife, aussi bien que ceux de Monsieur Graça Aranha, le moderniste cosmopolite qui tient la plume. L’autobiographie trace donc une ligne droite entre la formation et la consécration.

14Toutefois, on saute ainsi par-dessus les années cruciales qui ont mené d’un terme à l’autre. Gageons que si Aranha avait vécu pour les raconter, il aurait certainement eu plus de problèmes pour en élaborer les étapes, tant la route fut alors sinueuse.

L’apprenti politicien

15Graça Aranha, de fait, n’est devenu une personne publique, connue comme écrivain, qu’assez tard dans la vie. C’est à trente-quatre ans, un âge mûr au début du XXe siècle, qu’il a publié son premier roman, Canãa (1902), auquel n’a fait suite qu’un seul autre, deux années avant son décès, Viagem maravilhosa (1929), avec, entre les deux, une expérience théâtrale, Malazarte (1911), seules incursions dans le mode fictionnel.

  • 5 Le Segundo Reinado (1840-1899) est la période de l’Empire brésilien qui se situe entre la déclarati (...)

16En fait, rien dans sa jeunesse n’indique un destin d’homme de lettres. Il serait peu pertinent de prendre pour une vocation littéraire, durant le Second Règne5, la pratique d’une lecture encyclopédique et la composition de vers. Cela faisait partie de l’entraînement rhétorique d’une élite sociale destinée à la vie de cour, à celle de magistrat ou de parlementaire : destins entremêlés et inexorables de tous les bien-nés.

17L’autobiographie elle-même, en présentant la littérature comme une destinée, laisse sourdre à travers des ajouts et des failles les vestiges d’un parcours qui diverge de cette supposée ligne maîtresse. Si O meu próprio romance se veut une histoire du triomphe de la volonté, il est aussi, incidemment, le témoin de faits qui permettent de dégager des structures, des conjonctures, des processus sociaux qui traversent la vie de Graça Aranha et orientent sa route d’une façon bien différente de celle d’un « écrivain moderne ».

  • 6 « Dans la famille de mon grand-père paternel le préjugé contre les Noirs et les métis était agressi (...)

18Né en 1868, à São Luís, dans une rue dont le nom est une promesse, celle de l’Étoile, José Pereira da Graça Aranha était l’un des dix enfants d’une famille aristocratique de troisième ordre : du côté de sa mère « une lignée de politiciens, magistrats, généraux, amiraux, avocats » ; du côté de son père, des propriétaires terriens depuis l’époque des capitaineries (Graça Aranha 1931, 540), imprégnés du racisme tenace des temps de l’esclavage6. Les Aranha n’étaient ni de grands latifundiaires liés aux affaires encore profitables de la plantation, ni des commerçants prospères ayant investi dans les voies ferrées et dans les banques, nouveaux négoces qui émergèrent à la fin du siècle lorsque l’émancipation mit un terme au passé esclavagiste du Brésil. Ils ne s’étaient pas inscrits dans un processus d’ascension sociale ; ils n’étaient pas non plus vraiment en décadence ; ils se situaient dans la colonne en déclin de ceux dont la vie stagne. La politique leur permettait de compenser : le père était coincé dans le parti dominant lié au régime, le Parti conservateur. Le grand-père maternel, baron et lui aussi du Parti conservateur, était président de province. Un oncle un peu plus moderne, Heráclito Graça, sympathisant du mouvement abolitionniste, apportait une note divergente. Graça Aranha grandit dans une maison pleine de « présidents de province, de sénateurs, députés, chefs politiques, artistes, professeurs » (Aranha 1931, 553). La famille vivait dans le luxe assez ordinaire d’une ville doublement périphérique. En effet, le centre politique du nord était alors à Recife qui, comme le reste du pays, était inféodée à Rio de Janeiro.

19La construction d’une carrière au sein de l’Empire obligeait à passer d’un pôle à l’autre. D’abord la faculté de droit de Recife, où Graça Aranha obtint, en 1886, son sauf-conduit pour la politique : une licence en sciences juridiques et sociales. Ensuite, le transfert vers la Cour où, pour trouver une position, il fallait mobiliser les relations familiales et celles, personnelles, acquises à Recife.

20Jusque-là, les deux se complétaient. Malheureusement, au moment où il reçut son diplôme, Aranha perdit son père et fut confronté à la ruine de sa famille (Azevedo 2002, 440). Il dut alors se charger lui-même de renouer les liens dont il avait besoin pour se placer. Il eut recours à des parrains, l’oncle Heráclito et le conseiller José Bento de Araújo – président des provinces du Maranhão et de Rio de Janeiro à la fin de l’Empire – dont il épousa la fille, Iaiá. Cette union lui ouvrit les portes des cercles les plus élevés, rendant possible son accès à des emplois de juriste, antichambre de la candidature au mandat de député. Vers la fin de l’Empire, on le retrouve donc procureur – c’était avec ce type de position que chacun commençait – au bout du monde, à Guimarães puis à Rosario, dans le Piauí (Aranha 1931, 552), traînant toujours le valet Sabino derrière lui.

21Cela aurait pu être la première étape d’une carrière politique prometteuse. La République y mit fin et, démantelant l’aristocratie impériale, punit par la même occasion le côté traditionnaliste de Graça Aranha. Pourtant, le nouveau régime vint aussi couronner son activisme abolitionniste et républicain, même s’il n’y adhéra que lorsqu’il fut devenu étudiant. Cela lui ouvrit des réseaux sociaux plus modernes et lui permit d’accéder successivement aux postes de professeur à la Faculté libre, de juge dans l’État de l’Espirito Santo et de procureur, position de prestige et bien rémunérée (Azevedo 2002, 18-19).

22Pourtant, la carrière politique de Graça Aranha n’alla pas très loin. Le très instable gouvernement de Prudente de Morais (1894-1898) ayant fait obstacle à l’exécution d’une décision judiciaire prise en sa faveur contre l’École polytechnique, Aranha dénonça la « dictature » du président (Azevedo 2002, 19) et se retrouva rapidement limogé. Blessé dans son honneur, il se joint à ceux qui, durant l’année 1896, protestaient contre cette République qui se révélait si différente de celle dont ils avaient rêvé.

23Sans emploi, sans position permettant l’accès à la parole publique et victime comme tant d’autres de la crise économique de 1890-1892 (Encilhamento) qui touchait particulièrement les notables de la monarchie déchue, Aranha s’est retrouvé sans le sou. Il se replia alors sur un cabinet d’avocats. N’ayant pas reçu du gouvernement le droit d’exercer, sa carrière juridique prit le même chemin que sa carrière politique. Il lui fallut chercher un autre terrain d’action. Pour réinventer sa personnalité publique, il mobilisa toute l’habileté sociale acquise dans le microcosme du Maranhão. Gilberto Amado (apud Venâncio Filho 2002, XVI) parlait de lui, non sans quelque malice, comme de quelqu’un de très efficace, « aux manières délicates » : « Quant à l’homme, peu solide de carrure, du côté de la futilité plus que du sérieux, il était aussi empli d’une disposition à aimer, à louer, à applaudir. » Une compétence qu’Aranha mit en œuvre en changeant de peau au tournant du siècle.

24Rejeté par la politique, il commença à se construire comme homme de lettres. Il investit dans cette mue tout son talent à tisser des relations, mais il ne put le faire sans l’approbation d’autres écrivains et institutions.

Du politicien à l’écrivain

25Abandonner la position du magistrat espérant mener une grande carrière politique, au profit de celle d’écrivain « moderne » ne fut possible que parce que la société brésilienne elle-même se trouvait alors en pleine mutation.

26Aranha est entré dans la vie publique à un moment de transition entre un passé où carrière intellectuelle et carrière politique étaient étroitement liées sous la tutelle de l’Empire et un présent marqué par les débuts d’une professionnalisation des intellectuels de la Première République, dont l’Académie brésilienne des lettres (ABL) allait être le symbole. Durant le Second Règne, les lettres et la diplomatie étaient des tremplins pour obtenir un siège au parlement et au gouvernement, dans la mesure où la société de cour fournissait des accommodements pour ceux qui avaient été momentanément expulsés de la politique. On assistait ainsi à une circulation de l’élite sociale entre emplois diplomatiques et mandats parlementaires (Alonso 2015). Avec l’avènement de la République, la disparition de la Cour et la structuration de nouveaux partis politiques, la diplomatie et les lettres devinrent marginales par rapport au centre décisionnel des institutions politiques. Ce n’était pas encore des champs autonomes mais il y avait déjà une certaine difficulté à passer de l’un à l’autre (Alonso 2009). La faible professionnalisation du monde politique obligea de nombreux hommes publics, polyvalents durant l’Empire, à se spécialiser. Certains rejoignirent la politique républicaine, tel Rui Barbosa qui devint ministre. Ceux qui n’entrèrent pas dans ce jeu, qu’ils aient été des monarchistes ou des républicains désabusés par la République, s’exilèrent. Ceux qui avaient des moyens financiers comme les Prado – Eduardo et Paulo – restèrent dans les lettres ; ceux qui devaient se les procurer, comme le baron de Rio Branco et Joaquim Nabuco, se tournèrent vers la diplomatie. Dès lors, la « grande » politique, celle des partis, leur fut fermée et ils durent entrer dans la « petite », faite de disputes pour des postes dans la bureaucratie de l’État et de luttes d’influence à propos de la structuration des organisations, des emplois, des charges et des bénéfices étatiques, mais sans disposer de la force requise pour atteindre les positions de commandement.

27Aranha avait vingt ans de moins que Rui Barbosa, Rio Branco ou Nabuco. Il est arrivé à l’âge mûr au moment de ce tournant politique et social – dont l’effondrement de l’esclavage faisait partie –, devenant lui-même une figure de la transition. Entré en disgrâce dans le monde politique canonique, il s’est tourné vers ces espaces résiduels qu’étaient la diplomatie et les lettres. À cette époque, les contours du métier d’écrivain se définissaient. En 1897, des lettrés éloignés du champ de la politique se sont regroupés pour créer l’ABL. Il s’agissait d’encourager le processus de légitimation de « l’écrivain » dont la figure était jusque-là dispersée dans les revues, les journaux, les maisons d’édition, les soirées, en l’institutionnalisant grâce à un forum où l’activité littéraire pouvait être ratifiée. Machado de Assis devint le monarque de ce petit monde, l’axe central du champ littéraire en construction. Plusieurs déçus de la République entrèrent en compétition pour occuper des places autour de lui, se battirent pour recevoir son onction durant les fins d’après-midi à la librairie Garnier. En ce lieu, des monarchistes comme Nabuco et des républicains comme José Veríssimo se plaignaient de leur carrière politique ratée, dans l’ambiance apaisante des soirées littéraires.

28Quand Aranha s’est retrouvé dans le purgatoire du monde politique, il a commencé à fréquenter les offices de la petite « Église » de Machado, drapé dans une toge « d’intellectuel ». Ce cheminement ne fut pas la conséquence d’une vocation littéraire désirée ou d’un talent inné, comme le suggère son autobiographie. Ce fut surtout la conjonction d’un processus structurel poussant les lettrés hors de la politique et de son habileté personnelle à s’inscrire dans un réseau de relations, centré sur l’ABL qui évaluait et légitimait les aspirants-écrivains.

  • 7 Lettre de Graça Aranha à Machado de Assis, 13 janvier 1897 apud Azevedo (2002, 105).

29Aranha acquit une réputation dans ce milieu grâce à son adresse à nouer des liens. À ses débuts, il était peu intéressé par l’Académie. En 1897, lorsqu’il se retrouva sans emploi, il lança aussitôt ses rets en direction de Machado et demanda à revêtir l’habit. Il explique, de façon candide, ce changement d’opinion : « Que l’incohérence est douce !7 » Et pour bien appuyer la requête, il publia deux contes sous le pseudonyme féminin de Flávia do Amaral (Azevedo 2002, 18).

30Dans un second temps, alors qu’il était à Buenos-Aires pour de toutes autres raisons, il parvint à donner une conférence à l’Athénée argentin sur « La littérature contemporaine au Brésil ». En fait, il parla de l’ABL, contant « Le five o’clock tea de la Revista Brasileira » (Aranha 1897, 807) avec ses thèmes et ses personnages parmi lesquels trônaient en « sainte trinité » (Id., 809) Nabuco, Machado et Rui Barbosa. C’était l’époque où il essayait d’entrer dans le cabinet de ce dernier et il ne manqua pas de citer de larges extraits de ses œuvres. Après quoi il se fit critique littéraire, imitant son ami José Verissimo, et prononça l’éloge des romantiques, des naturalistes et des parnassiens. Ce faisant, il réalisa le prodige de citer pratiquement chacun des quarante membres de l’ABL.

  • 8 Lettre de Graça Aranha à José Veríssimo, 10 mars 1899 apud Azevedo (2002, 16).

31Investi homme de lettres et reconnu comme appréciant les écrivains, il acquit son passeport tant pour l’ABL que pour la très enviée position de stipendié. Quand il apprit que Nabuco – une relation du cercle de la librairie Garnier mais pas un intime – était en train de former une mission diplomatique pour défendre le Brésil dans le contentieux qui l’opposait à l’Angleterre, Graça mobilisa toutes ses relations et ses finances déclinantes pour en faire partie. Il sollicita Verissimo, directeur de la Revista Brasileira, noyau originel de l’ABL, à qui il dit sans détours : « Mon seul désir est de voir l’Europe.8 »

  • 9 Nabuco signale, à l’entrée du 23 janvier 1898 de son journal, « l’agréable impression » laissée par (...)

32Veríssimo était un familier de Machado de Assis qui était lui-même un ami de Nabuco. Grâce à ses relations Aranha obtint le poste de secrétaire de la mission. Nabuco, après une décennie d’ostracisme politique due à son monarchisme déclaré, préférait avoir à ses côtés une figure réconfortante plutôt qu’un républicain trop jacobin9. Pour Aranha, auparavant procureur et visant la présidence de la République, c’était une humiliation. Toutefois, elle pouvait être en partie effacée par la perspective d’un séjour à Londres. En 1899, il partit avec sa famille, aux côtés de Nabuco et de Caldas Viana, l’autre secrétaire. L’apprenti politicien s’était transformé en diplomate.

La consécration

33C’est au tournant du siècle que Graça Aranha devint écrivain. Ce fut la conséquence d’une expérience personnelle douloureuse et du réseau de sociabilité dans lequel la diplomatie le plongea.

34Le séjour londonien commença tragiquement. Almira, sa fille de trois ans, contracta la fièvre jaune et mourut durant la traversée de Rio de Janeiro vers l’Europe. Le premier mois dans le Vieux Monde fut terrible. L’épisode lui donna la motivation personnelle de se tourner vers la littérature. La mort de la fillette trouva sa place, sous une forme transfigurée, dans le chapitre douze de Canaã (Azevedo 2002, 24). L’écriture devint un exorcisme de la « Douleur » qui allait apparaître dorénavant dans plusieurs de ses textes comme le nom propre du destin.

35La souffrance rapprocha Aranha de Nabuco. Ce dernier traversait une phase de repentance et se réfugiait dans sa foi catholique. Il était un homme mûr, accueillant, qui fit de son secrétaire son disciple, lui montrant le Vieux Monde, Paris, Londres, Rome, les musées et les salons, les librairies et les tailleurs. Il lui fit partager sa vie politique et ses dîners, il lui donna des leçons de cosmopolitisme et d’élégance. Il façonna sa carrière, lui trouvant des charges d’avocat, le gardant auprès de lui quand il devint ambassadeur à Londres et s’efforçant de valoriser sa réputation. Nabuco voyait en Aranha un disciple susceptible de lui succéder. Le 1er avril 1901, par exemple, il écrivait à Magalhães Azeredo : « Graça Aranha [...] est l’une des plus brillantes intelligences de notre temps. » Nabuco se mit définitivement à sa disposition comme il le lui dit le 2 février 1905, lui promettant d’être son « miroir » et sa « corde de sécurité » pour l’aider à « grimper sur des hauteurs que personne n’atteint sans avoir un point d’appui » (Nabuco 1949,100).

36Nabuco entretenait en Europe un cercle de jeunes Brésiliens, toujours prêts à discuter, à écrire et à faire éditer des livres en Angleterre, comme il le fit lui-même avec Minha formação (1900) et Escritos e discursos literários (1901). Graça Aranha (1923, 59) se souviendra plus tard de cette atmosphère comme « l’oisiveté féconde des nostalgiques de Londres autour de Nabuco ». C’est ce climat qui lui fournit le cadre et la stimulation nécessaire pour rédiger Canaã.

37L’ouvrage lui demanda un long travail. Le matériel venait en partie de son expérience de procureur dans l’intérieur. Il y ajouta les contes de Flávia do Amaral retravaillés. Il écrivait dans les moments de loisir que lui laissait le bureau et corrigeait son manuscrit en fonction des réactions du petit groupe réuni autour de Nabuco, auquel il lisait des passages en se cachant, à nouveau, derrière un pseudonyme féminin. Le diplomate, exigeant mais indulgent, lui octroya de longues vacances pour terminer le livre et polir ainsi sa figure d’écrivain.

38En 1902, Canaã est en chantier. L’ouvrage n’a pas grande ressemblance avec ceux que les icônes de l’ABL, Machado de Assis et Nabuco, avaient publiés peu de temps auparavant, Dom Casmurro et Minha Formação. Il est nourri par les leçons du premier maître, Tobias Barreto, qui se plaisait dans un scientisme plutôt pessimiste et faisait allusion aux dangers de l’immigration allemande au Brésil. Gilberto Freyre (1969, 23), dans un jugement sévère mais juste, écrivait à propos de Canaã : « Il manque une intrigue. Il manque, parfois, de l’art. D’autres fois, il déborde de sociologie et celle-ci est, par certains côtés, un tant soit peu précaire. »

  • 10 Lettre de Joaquim Nabuco à Graça Aranha, 28 septembre 1908 (Nabuco 1949, 314).

39Nabuco et Machado ont préféré prêter plus d’attention à l’auteur qu’à son œuvre. Le premier se préoccupa de l’accueil de l’ouvrage. Il donna à son disciple la recette du succès : « L’influence vaut bien plus que les positions.10 » Aranha s’empressa de suivre le conseil. À peine le livre imprimé, il écrivit à Machado. En même temps, il chargea Veríssimo de soutenir sa réputation littéraire auprès du maître incontesté des lettres nationales. Critique établi, si mordant avec tant d’autres, y compris Nabuco, Veríssimo servit bien son ami. Il rappela à Machado, en avril 1902, qu’Aranha l’avait choisi comme son premier lecteur avec beaucoup de déférence, sentiment que le maître appréciait. Il souligna le caractère exceptionnel de l’ouvrage qu’il comparait rien moins qu’à l’œuvre de Machado lui-même. Il n’oublia pas de rappeler la place que Nabuco avait faite à Aranha, celle d’héritier et de continuateur :

Mon cher Machado, [...] vous devez avoir reçu aujourd’hui, en édition spéciale, le Canaã de notre cher Aranha. Il me l’a annoncé dans une lettre où il me dit n’avoir envoyé ici que deux exemplaires de cette édition [...]. Vous verrez que le livre est superbe et qu’il se venge de ceux qui, comme nous, ne pouvions pas supporter les « nouveaux », non pas pour être « nouveaux » mais pour ne pas avoir de talent. Je suis sûr que votre gloire bien établie sourira de façon bienveillante à ce successeur qui vous arrive – le seul digne du glorieux aïeul de nos lettres contemporaines. J’espère que votre bénédiction encourageante ne lui manquera pas, récompense inestimable de cette première et déjà victorieuse réalisation de notre chevalier. Qui pourrait l’adouber avec plus de compétence ?11

40Le « pape » Machado, déjà bien disposé par la lettre reçue de « notre cher Aranha », répondit le 21 avril avec des bénédictions que Nabuco lui-même ne lui arrachait pas : « J’ai déjà reçu et lu Canaã, c’est réellement un livre superbe et un premier roman de main de maître. Il y a des idées, de la vérité et de la poésie ; cela vole bien haut. Les caractères sont originaux et forts, les descriptions admirables.12 »

41Parrainé par le meilleur critique littéraire du moment, l’ami Veríssimo, et soutenu par le maître incontestable qu’était Machado de Assis qui, outre son œuvre, présidait l’ABL, le succès de Canaã fut immédiat. Ce sont ces liens avec la génération de littérateurs consacrés et consécrateurs qui l’avaient précédé, notamment Nabuco et Machado, qui ont permis à Graça Aranha de s’affirmer comme écrivain.

  • 13 Lettre de Joaquim Nabuco à Machado de Assis, 8 octobre 1904 (Nabuco 1949, 182).

42Nabuco, secrétaire à vie de l’ABL, fit un pas de plus pour faire de son filleul un grand écrivain. Profitant du retour d’Aranha au Brésil, il organisa une cérémonie d’hommage à Machado dans laquelle le disciple fut son représentant. Le 8 octobre 1904, fier de sa créature, il écrivait au vieux maître : « Je l’ai emmené inconnu, je le ramène en gloire [...].13 » Graça Aranha devint ainsi un pont entre les deux noms les plus célèbres des lettres brésiliennes de l’époque, des hommes âgés face auxquels il assumait la position d’homme et de talent nouveau, de successeur comme Veríssimo l’avait prophétisé.

Réinvention de soi : le moderne

43Sur deux photos de 1903, Graça Aranha et Magalhães de Azeredo entourent Nabuco. Tous trois affichent un air ironique, révélant une camaraderie qui fait passer au second plan la hiérarchie entre le chef et ses subordonnés, entre l’homme âgé aux cheveux blancs et les jeunes gens à la chevelure brune, entre l’établi et les aspirants.

44Sur l’un des clichés Aranha est debout, Azeredo assis ; sur l’autre ils inversent les positions mais sur les deux, Aranha est le seul à ne pas regarder la caméra, offrant son profil au spectateur. Dans la vie, comme sur la photo, il est à côté de Nabuco mais ne regarde pas cette étoile du XIXe siècle brésilien dont l’éclat ternissait le siècle nouveau. Nabuco l’avait accueilli comme disciple mais, à l’approche de la quarantaine, Aranha souhaitait devenir le maître. Dans la photo, comme dans la vie, il regardait le futur.

45Dans des lettres à des amis, Aranha se plaignait de Nabuco qui, disait-il, l’étouffait : « Il est d’un bureaucratisme exagéré » (apud Azevedo 2002, 77). Le vieil homme n’était plus en aussi bonne santé et son influence diminuait. Le 3 mars 1904, à la veille d’être déplacé contre son gré vers les États-Unis (Alonso 2007), il appuyait encore son disciple auprès de Rio Branco, le ministre des Relations extérieures :

Graça est un homme fait pour les commissions importantes, il a de l’initiative, de l’imagination, du dévouement, de l’astuce, une faculté pour diriger et si cela dépendait de moi, je le mettrais à la tête d’une légation en Amérique du Sud. (Nabuco 1949, 157-158)

46En fait, ce parrainage était plutôt mal venu. La légation disponible à cette époque était le Paraguay. Aranha préféra revenir au Brésil.

  • 14 Lettre de Joaquim Nabuco à Graça Aranha, 2 février 1906 (Nabuco 1949, 242).

47Arrivé à Rio de Janeiro, il fit allégeance à Rio Branco, dont les relations avec Nabuco n’étaient plus ce qu’elles avaient été. Il quittait ainsi l’orbite de l’homme sur le déclin pour celle du politicien le plus puissant du moment : « Rio Branco est aujourd’hui ton ami, alors qu’il n’est plus le mien, et je suis certain qu’il ne t’abandonnera pas14 », constatait le mentor déchu.

48Le nouveau parrain allait garantir de nouveaux emplois : un poste provisoire à Rio, suivi du secrétariat du tribunal arbitral Brésil-Bolivie en 1904 (au même moment Aranha tenta une fois encore la députation mais il fut à nouveau bloqué par le système politique en place). Il entra enfin dans la carrière diplomatique régulière en tant que second secrétaire de légation et servit à Berne puis en Hollande (Azevedo 2002, 86-99).

49Ce deuxième séjour en Europe fut celui du renouveau intellectuel. Aranha fut le témoin des changements qui affectaient le Vieux Monde. Il vit arriver la Grande Guerre, mais aussi la psychanalyse et le cubisme. Cosmopolite, il plongeait dans les temps nouveaux où étaient brisées les formes et les conventions : avec le surréalisme l’imagination occupait le premier plan. Ce nouveau regard transparaît dans Malazarte, une pièce de 1911, qui célèbre « la maîtrise des choses à travers la magie, inventant un monde à chaque pas et le désagrégeant sans se soucier de sa substance même » (apud Prado 1983, 83). Au début de son autobiographie, il s’attribua cette caractéristique comme trait atavique : « L’unité de ma vie est contenue dans l’esprit de liberté qui a animé mon être moral depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse » (Aranha 1931, 539).

50Le monde changeait et Aranha changeait avec lui. À son retour au Brésil, à l’âge de la retraite, Machado et Nabuco avaient disparu, tout comme les pompes aristocratiques inspirées de l’Europe dont l’Académie était le joyau. Les Lettres s’étaient assoupies et le parnassisme avait accentué leur déclin, un parnassisme dont, d’ailleurs, la prose d’Aranha était bien moins distante qu’il ne le supposait. L’ABL avait été prise d’assaut par des auteurs sans aucun livre, comme Lauro Muller que, pourtant, il contribua à faire élire.

  • 15 « Le malaise de Nabuco c’est quand on a la nostalgie des quais de la Seine en pleine Quinta de Boa (...)
  • 16 Ce terme d’origine tupi qui désignait à l’époque coloniale les colons qui s’installaient à l’intéri (...)

51Une nouvelle génération tentait de se distinguer en accusant la précédente de s’être écartelée entre la nostalgie de la patrie quand on était en Europe et le sentiment d’être banni de la civilisation lorsqu’on se trouvait au Brésil. Symptôme que l’un de ces jeunes intellectuels, Mário de Andrade, dans une lettre à un de ses condisciples, Carlos Drummond de Andrade, baptisa le « malaise de Nabuco15 ». Le remède qu’il préconisait était une brésilianisation du Brésil, un retour aux origines qui, par delà l’idéalisation romantique, retrouverait l’Indien, le caipira16, le cabocle de chair et d’os.

  • 17 Sur la longue relation entre Nazareth Prado et Aranha, voir leur correspondance éditée par la premi (...)

52Aranha rencontra ce groupe de jeunes gens au cours de ses fréquentes visites à São Paulo. Il occupait alors un emploi de consultant financier auprès de la traditionnelle et riche famille Prado. Il y avait, de plus, noué une liaison amoureuse quelque peu scandaleuse en la personne de Nazareth Prado17. Tant dans sa vie privée que dans sa vie publique, Aranha rajeunissait.

53Nazareth était la fille d’Antonio Prado, leader du Parti conservateur sous l’Empire et du Parti démocratique sous la République, disposant de grandes propriétés et de divers négoces. Aranha avait connu son fils, Paulo, à Paris dans le cercle de l’oncle Eduardo, lui-même ami de Nabuco. C’est en usant de ces liens traditionnels qu’il s’approcha des modernistes. Il se rendait aux soirées, aux fêtes et aux ateliers des jeunes contestataires, Mário et Oswald de Andrade, Tarsila do Amaral, Di Cavalcanti, Renato de Almeida, Brecheret, Ronald de Carvalho. Sur cette nouvelle toile de fond il se construisait une nouvelle réputation, celle de « moderne ».

54C’est ainsi qu’il s’impliqua dans l’organisation de la Semaine d’art moderne de 1922, pour soutenir le mouvement, mais aussi le légitimer. Il s’attacha, en particulier, à Ronald de Carvalho, le parrainant, comme Nabuco l’avait fait pour lui, et prenant soin de sa carrière diplomatique (Prado 1983, 19, 30, 51 et 56). En se mêlant aux jeunes, il se voulait un lien intergénérationnel, reproduisant avec eux la posture que Nabuco avait eu avec lui : celle d’un séducteur, désireux de les guider dans leur carrière, leur vie, leurs idées et, ainsi, de se projeter en tant que chef d’école.

55C’est là l’esprit du discours qu’il prononça le 19 juin 1924 devant une Académie pleine de modernistes (Azevedo 2002, 327). Dans son cahier de notes, il avait fait état de son intention de s’inspirer de son maître : « Refaire le discours de Nabuco sur l’Académie » (apud Azevedo 2002, 332). Seulement il le fit en sens inverse. Nabuco à la fin de sa vie célébrait Camões et l’unité culturelle ibérique tandis qu’Aranha souligna l’indépendance intellectuelle brésilienne, parlant même d’une réforme de la langue qui éliminerait les lusitanismes. Cependant, même dans ce cas, il n’abandonna pas totalement Nabuco, propagandiste du panaméricanisme dans ses dernières années, un concept qu’Aranha inocula dans les veines de Ronald de Carvalho (Prado 1983, 59 et 71).

  • 18 Lettre de Graça Aranha à Afonso Celso Jr., 22 décembre 1924 apud Azevedo (2002, quatrième de couver (...)

56Aranha a pourtant préféré souligner la rupture avec la tradition, y compris avec l’institution qui l’avait nourri. L’Académie était devenue à ses yeux le siège d’un « vague et inutile éclectisme par trop traditionnaliste, dans lequel elle se maintient sans se préoccuper de l’actualité de notre littérature, sans correspondre aux aspirations modernistes de l’esprit brésilien18 ». L’ABL se défendit par les voix de Duque Estrada, de Mário de Alencar, de Coelho Neto qui lui indiquèrent la porte de sortie. Aranha troqua l’Académie morte contre la vitalité des modernistes, à ses yeux les vrais rénovateurs.

57Les jeunes gens, en définitive, développèrent face à Aranha une sorte d’attitude bipolaire : soit ils l’admirèrent avec toute la déférence que l’on doit à l’écrivain établi, une façon de reconnaître la tradition pour mieux rompre avec elle et, dans le cas de Ronald Carvalho, de se garantir un emploi ; soit ils manifestèrent leur gêne à se charger d’un « modernisme attardé » comme éclaireur de leur propre modernisme (Oswald de Andrade apud Azevedo 2002, 341). Mário de Andrade a incarné ce dilemme en oscillant entre éloges et ressentiment, louant Aranha pour ensuite protester contre celui qui s’était « attaché à cette rénovation pour mieux en prendre les commandes » (Andrade 1925 apud Azevedo 2002, 353).

58Ce fut une alliance tendue parce que passée entre des êtres très différents, mais elle fut mutuellement profitable. Aranha devint pour les modernistes ce que Nabuco avait été pour lui : l’homme établi adoubant les débutants. En même temps, ceux-ci reproduisirent le rôle qu’Aranha avait tenu face à Nabuco : des aspirants confirmant le prestige et garantissant la mémoire du précurseur.

59Aranha, qui se fit écrivain via la tradition, en appuyant l’anti-traditionalisme de la nouvelle génération, gagna sa réputation de moderniste. Cette nouvelle image de lui fut peinte par Tarsila. Dans ce portrait, il n’est plus le jeune homme qui se tenait aux côtés de Nabuco, espérant la consécration, il est le faiseur de réputations. Il ne regarde toujours pas le spectateur de face mais il offre un autre profil, celui du « moderne ».

La production de la mémoire

60Aranha fut consacré comme « moderne » sans s’éloigner de la tradition. Un an après la Semaine de 1922, il rendit hommage à Nabuco et à Machado en éditant leur correspondance croisée, précédée d’une longue introduction, pleine de louanges, de révélations sur leur intimité et de légitimation des maîtres (Aranha 1923). Tout en se laissant couvrir des lauriers de précurseur des jeunes, il s’appropriait la gestion de la mémoire de ses grands prédécesseurs.

61Durant ses dernières années, Aranha a maintenu cet équilibre entre l’ancien et le nouveau. Il valorisait tout autant le brésilianisme que l’universalisme. Il réclamait un renouvellement de la politique en s’opposant au gouvernement de Washington Luiz et en soutenant Getúlio Vargas – qui lui rendit le compliment en assistant à ses funérailles – mais il le fit en utilisant ses liens avec le vieil oligarque Antonio Prado. Bien qu’ayant des sympathies pour le socialisme, il s’accrochait au confort de la vie bourgeoise. Il vivait avec sa maîtresse mais sans n’avoir jamais reconnu publiquement la séparation d’avec son épouse.

  • 19 Ce mouvement en direction des modernistes se retrouve dans deux autres de ses livres de la même pér (...)

62Dans ce moment de contradictions évidentes, Aranha rédigea sa seconde et dernière fiction, Viagem Maravilhosa (1929), dédiée aux modernistes qui étaient restés dans son orbite, Ronald de Carvalho et Renato de Almeida. Dans cet ouvrage il mélangeait la fiction et le commentaire du présent, tout en prêchant pour la révolution politique que Vargas préparait. L’imagination tant défendue s’était fanée dans ce livre mi-essai, mi- récit biographique, dans lequel sa romance avec Nazareth apparaît en filigrane et où ses opinions sur la politique et sur l’univers, rompant le cours du récit, traînent en longueur plus qu’elles ne devraient19.

63Deux infarctus successifs rappelèrent à Aranha le temps de préparer son entrée dans l’histoire. C’est à ce moment, en effet, qu’il se soucia de sa propre mémoire en mettant en œuvre deux nouveaux projets. Le premier fut institutionnel. En 1930, Nazareth et les modernistes encore proches de lui l’aidèrent à créer la Fondation Graça Aranha, destinée à rendre un « culte » à son nom et à son œuvre et où « l’écrivain » déposa ses manuscrits, ouvrages et documents (Azevedo 2002, 425). Le projet fut couronné par l’établissement d’un prix littéraire destiné aux nouveaux talents qui, dans sa première édition, fut donné par Aranha à O Quinze de Rachel de Queiroz. Ainsi, en légitimant les nouveaux, il se prolongeait lui-même dans le temps.

  • 20 Lettre de Graça Aranha à Nazareth Prado, 24 juillet 1919 (Prado 1935, 253).

64La seconde forme de contrôle de sa mémoire, menée sur un plan subjectif cette fois, fut la décision de rédiger le récit de soi. En 1926, dans le but de conter à sa manière sa trajectoire, Aranha sélectionna des matériaux puis évalua « des méthodes pour écrire cette histoire personnelle » (apud Azevedo 2002, 393). Il choisit une forme quelque peu psychanalytique, une auto-analyse en quatre volumes, complétée par un dialogue avec les souvenirs de sa compagne, la nouvelle partenaire de ce retour biographique sur soi : « Je te remercie ma fidèle mémoire de me fournir cette consolation qui me fait vivre encore parce que, dans la douce et magique évocation du Passé, se trouve la promesse ineffable du Futur [...].20 » Une évocation très partielle puisque le livre, commencé à la fin de 1928, ne couvre que les années de formation. Aranha s’arrêta à la veille de la mort de son père, hanté par la proximité de la sienne propre.

65Le fil de son existence, depuis si longtemps soigneusement dévidé, touchait à sa fin. Pourtant, Aranha continuait à tisser sa toile, peut-être même y prenait-il plus de soin que jamais. L’image de lui qu’il élaborait pour la perpétuer dans ses mémoires était celle d’un écrivain, d’un Brésilien et d’un moderne. Une invention de soi susceptible de rassembler en une seule pièce un personnage clivé, d’occulter ce mouvement pendulaire entre deux mondes qui avait été le sien, de cacher ce trait-d’union qu’il fut entre deux configurations sociales, entre deux générations. Formé en un temps où la vie politique et la vie intellectuelle se confondaient, parvenant au terme de son existence au moment où les lettres se détachaient de la politique, Graça Aranha fut l’homme-pont entre la tradition de Nabuco et la rupture des modernes allergiques au « malaise » qui portait le nom de ce dernier. Aranha n’a pas été ceci ou cela, il fut ceci et cela ; une figure de transition en continuelle adaptation : politique devenant diplomate, diplomate transformé en écrivain et écrivain se métamorphosant en moderniste.

66Ayant abandonné le cocon filé avec la soie d’une tradition où l’écrivain s’était mûri pour s’installer dans la vie agitée de la nouvelle génération qui fit de lui un moderne, il n’était pas si loin du portrait tracé par le pinceau de Tarsila do Amaral : une face vieillie dans une forme nouvelle. Le titre de son autoportrait, Meu próprio romance, voulait suggérer la fabrication d’une figure plus harmonieuse, « l’écrivain moderne », sa fiction la plus réussie.

Haut de page

Bibliographie

Alonso, Angela. 2007. Joaquim Nabuco: os salões e as ruas. São Paulo: Companhia das Letras.

Alonso, Angela. 2009. « Arrivistas e decadentes: o debate político-intelectual brasileiro na primeira década republicana. » Novos estudos CEBRAP 85: 131-148.

Alonso, Angela. 2015. Idées en mouvement : la génération 1870 dans la crise du Second règne. Paris : Poisson volant.

Andrade, Mário de. 1997 [1928]. Macunaíma: o herói sem nenhum caráter. Belo Horizonte: Vila Rica.

Andrade, Mário de. 2015. A lição do amigo. Cartas de Mário de Andrade a Carlos Drummond de Andrade. São Paulo: Companhia das Letras.

Azevedo, Maria Helena Castro. 2002. Um Senhor modernista. Biografia de Graça Aranha. Rio de Janeiro: ABL.

Bourdieu, Pierre. 1986. « L’Illusion biographique. » Actes de la recherche en sciences sociales 62 (1) : 69-72.

Elias, Norbert. 1991. Mozart, sociologie d’un génie. Paris : Le Seuil [éd. originale (1991) : Mozart, Zur Soziologie eines Gentes. Frankfurt am Main: Suhrkamp Verlag].

Freyre, Gilberto. 1969. « Graça Aranha: que significa para o Brasil hoje. » In Graça Aranha. Obra completa, dirigé par Afranio Coutinho. Rio de Janeiro: Instituto Nacional do Livro.

Graça Aranha, José Pereira da. 1969 [1897]. « A literatura atual do Brasil. » In Obra Completa, dirigé par Afranio Coutinho. Rio de Janeiro: Instituto Nacional do Livro.

Graça Aranha, José Pereira da. 1921. Estética da vida. Rio de Janeiro: Livraria Garnier.

Graça Aranha, José Pereira da. 2003 [1923]. « Introdução. » Machado de Assis & Joaquim Nabuco. correspondência. Rio de Janeiro: ABL/Topbooks.

Graça Aranha, José Pereira da. 1925. Espírito moderno. São Paulo: Cia. Graphico-Editora Monteiro Lobato.

Graça Aranha, José Pereira da. 1969 [1931]. O meu próprio romance. In Obra Completa, dirigé par Afranio Coutinho. Rio de Janeiro: Instituto Nacional do Livro.

Nabuco, Carolina, dir. 1949. Cartas a Amigos, vol II. In Obras Completas de Joaquim Nabuco. São Paulo: IPE.

Nabuco, Joaquim. 1900. Minha formação. Rio de Janeiro: H. Garnier.

Nabuco, Joaquim. 1901. Escritos e discursos literários. Rio de Janeiro: H. Garnier.

Prado, Antonio Arnoni. 1983. Itinerário de uma falsa vanguarda – Os dissidentes, a Semana de 22 e o Integralismo. São Paulo: Brasiliense.

Prado, Nazareth, dir. 1935. Graça Aranha. Cartas de Amor. s/l: s/ed.

Sebald, Winfried Georg. 1999. Les Anneaux de Saturne. Arles : Actes Sud [éd. originale (1995) : Die Ringe des Saturn: Eine englische Wallfahrt. Frankfurt am Main: Eichborn Verlag].

Venâncio Filho, Alberto. 2002. « Prefácio. » In Azevedo, Maria Helena Castro. Um Senhor modernista. Biografia de Graça Aranha. Rio de Janeiro: ABL.

Haut de page

Notes

1 « [...] ma puberté n’a pas reçu de chocs sexuels perturbateurs. La machine à penser se développait en moi, en atrophiant ou en amortissant le mécanisme sensuel. » (Aranha 1931, 574)

2 Personnages du folklore brésilien. La Mãe d’agua est aussi connue sous le nom d’origine tupi d’Iara ou Uiara (Ndt).

3 Enfant d’un Noir et d’une indienne (Ndt).

4 Il n’est pas difficile de se rappeler combien tout ceci nous ramène au Macunaíma (1928) du moderniste Mário de Andrade.

5 Le Segundo Reinado (1840-1899) est la période de l’Empire brésilien qui se situe entre la déclaration de la majorité de Dom Pedro II et la proclamation de la République (Ndt).

6 « Dans la famille de mon grand-père paternel le préjugé contre les Noirs et les métis était agressif. On prenait soin, avec fureur, de la pureté de la race. » (Graça Aranha 1931, 557)

7 Lettre de Graça Aranha à Machado de Assis, 13 janvier 1897 apud Azevedo (2002, 105).

8 Lettre de Graça Aranha à José Veríssimo, 10 mars 1899 apud Azevedo (2002, 16).

9 Nabuco signale, à l’entrée du 23 janvier 1898 de son journal, « l’agréable impression » laissée par ce que Graça avait dit de lui dans la conférence de Buenos-Aires.

10 Lettre de Joaquim Nabuco à Graça Aranha, 28 septembre 1908 (Nabuco 1949, 314).

11 http://panorama-direitoliteratura.blogspot.com/2010/05/cartas-jose-verissimomachado-de-assis.html (consulté le 20 octobre 2010). Souligné par l’auteur de cet article, Angela Alonso.

12 http://panorama-direitoliteratura.blogspot.com/2010/05/cartas-jose-verissimomachado-de-assis.html (consulté le 20 octobre 2010).

13 Lettre de Joaquim Nabuco à Machado de Assis, 8 octobre 1904 (Nabuco 1949, 182).

14 Lettre de Joaquim Nabuco à Graça Aranha, 2 février 1906 (Nabuco 1949, 242).

15 « Le malaise de Nabuco c’est quand on a la nostalgie des quais de la Seine en pleine Quinta de Boa Vista [...]. » Lettre de Mario de Andrade à Carlos Drummond de Andrade, s. d. (Andrade 2002, 70).

16 Ce terme d’origine tupi qui désignait à l’époque coloniale les colons qui s’installaient à l’intérieur des terres est devenu à la fin du XIXe siècle le terme appliqué, souvent péjorativement, au paysan pauvre. (Ndt)

17 Sur la longue relation entre Nazareth Prado et Aranha, voir leur correspondance éditée par la première (Prado 1935).

18 Lettre de Graça Aranha à Afonso Celso Jr., 22 décembre 1924 apud Azevedo (2002, quatrième de couverture).

19 Ce mouvement en direction des modernistes se retrouve dans deux autres de ses livres de la même période, Estética da vida (1921) et Espírito moderno (1925).

20 Lettre de Graça Aranha à Nazareth Prado, 24 juillet 1919 (Prado 1935, 253).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angela Alonso, « L’invention de soi : autobiographie et trajectoire sociale de Graça Aranha »Brésil(s) [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2016, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.1914

Haut de page

Auteur

Angela Alonso

Angela Alonso est professeur de sociologie à l’Université de São Paulo (USP) et présidente du Centre brésilien d’analyse et de planificaiton (Cebrap).

Haut de page

Traducteur

Marion Aubrée

CRBC-Mondes Américains

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search