Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes rendusAbreu, Márcia & Ana Cláudia Suria...

Comptes rendus

Abreu, Márcia & Ana Cláudia Suriani da Silva, dir. 2016. The Cultural Revolution of the Nineteenth Century. Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World.

New York/Londres: I. B. Tauris, 309 p.
Sébastien Rozeaux
Référence(s) :

Abreu, Márcia & Ana Cláudia Suriani da Silva, dir. 2016. The Cultural Revolution of the Nineteenth Century. Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World. New York/Londres: I. B. Tauris, 309 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Márcia Abreu (Unicamp) et Ana Claúdia Suriani da Silva (University College London) fait suite au cycle de conférences données en 2012 à l’occasion de « l’École São Paulo d’études avancées sur la mondialisation de la culture au XIXe siècle », qui a réuni des dizaines de doctorants de diverses universités d’Europe et d’Amérique. Bien que la plupart des contributeurs soient lusophones, le choix de l’anglais permet de rendre l’ouvrage accessible au plus grand nombre et, en particulier, aux étudiants qui voudraient explorer quelques-unes des nouvelles pistes de recherche présentées.

2Les treize contributions se répartissent en quatre chapitres thématiques et sont précédées d’une introduction dans laquelle Abreu et Suriani précisent les modalités et la nature de cette « révolution culturelle » qui s’opère de part et d’autre de l’océan Atlantique sur un long XIXe siècle (1780-1914). La circulation d’une densité inédite de biens, d’idées et de personnes affecte en profondeur les nouvelles nations qui, à l’instar du Brésil, se forment aux lendemains des indépendances ibéro-américaines. La fin de l’interdit colonial et l’essor de la demande en biens culturels offrent de nouveaux marchés aux éditeurs, librairies, hommes de lettres ou artistes qui, depuis l’Europe, font le voyage des Amériques. Toutefois, Abreu et Suriani se proposent de penser cette mondialisation culturelle sans tomber dans le piège du « modèle centre-périphérie » (p. 5), compte tenu de la multiplication des « réseaux de partage des savoirs » et des processus actifs de réception, adaptation et appropriation. Outre qu’elle s’inscrit dans la tradition historiographique désormais bien ancrée des transferts culturels, la démarche mise en œuvre par nombre de contributeurs à cet ouvrage entre également en résonnance avec les problématiques plus récentes de l’histoire transnationale et connectée, notamment lorsqu’il s’agit de mettre en évidence les réseaux et relais locaux sans lesquels il serait impossible de rendre compte par le menu de cette mondialisation culturelle. C’est à travers le prisme des relations et circulations culturelles entre le Brésil, le Portugal, la France et, dans une moindre mesure, le reste de l’Europe, que cet ouvrage offre une contribution précieuse au renouvellement de l’histoire culturelle internationale.

3La première partie présente quelques considérations méthodologiques sur l’histoire du livre, de la presse et de l’édition. Roger Chartier rappelle la nécessaire attention de l’historien à la matérialité et l’historicité des productions littéraires, tant les textes sont mobiles et peuvent circuler de façon protéiforme. Jean-Yves Mollier définit pour sa part les conditions de l’émergence de la figure publique de l’éditeur en Europe mais aussi en Amérique au XIXe siècle, non sans rappeler la diversité des sources et des approches que l’historien doit mobiliser pour en prendre la pleine mesure. Tania de Luca s’intéresse au chantier novateur qu’est l’histoire de la presse périodique au Brésil, offrant un vadémécum très précis de la façon dont il faut aborder cet objet d’étude longtemps mésestimé par les historiens.

4La 2e partie déploie à travers des études plus circonscrites la question de la circulation du livre et de l’édition entre l’Europe et le Brésil. João Luís Lisboa et Lúcia Granja retracent l’histoire de l’essor du secteur éditorial au Portugal et au Brésil. On retiendra le rôle décisif joué par quelques Français dans l’essor de la librairie, de la presse et de l’édition dans ces deux pays. Claudia Poncioni s’intéresse à la trajectoire de Louis-Léger Vauthier (1815-1901), un ingénieur français recruté par le gouvernement du Pernambouc dans les années 1840 pour œuvrer à la modernisation de la ville de Recife, où il agit aussi en « passeur » des idées fouriéristes par le biais de la presse et du commerce transatlantique des livres.

5La 3e partie regroupe des études de cas sur la presse périodique. Eliana de Freitas Dutra s’attache à la circulation remarquable de la Revue des deux mondes au Brésil, aux représentations de ce pays qu’elle véhicule et au modèle de référence qu’elle a pu constituer pour de nombreuses revues littéraires, comme la Revista Brazileira. Ana Suriani s’intéresse pour sa part aux revues de mode, ces produits culturels « hybrides et transnationaux » (leur apparition au Brésil résulte d’un processus de réception et d’adaptation de textes et d’images empruntés aux revues de mode de France et d’Allemagne qui font alors référence). Enfin, Adelaide Machado et Júlio Rodrigues da Silva étudient la presse portugaise du XIXe siècle dans sa dimension internationale, notamment à partir de l’essor de la presse luso-brésilienne à la fin du siècle.

6Dans la dernière partie, consacrée aux genre romanesque et au théâtre, Márcia Abreu procède à une histoire comparée des pratiques de lecture au Brésil et en France dans la première moitié du XIXe siècle, afin de souligner le goût partagé d’une culture classique, que tend à effacer une histoire littéraire du XIXe siècle trop centrée sur le canon romantique. Daniel Melo propose une étude comparée du roman historique en France, au Portugal et au Brésil en mettant en lumière les décalages chronologiques et l’importance relative d’une vogue qui perdure plus longtemps dans le Portugal fin de siècle. Enfin, Jean-Claude Yon et Orna Levin s’intéressent à l’essor du théâtre français dans le monde en général et au Brésil en particulier. À Rio de Janeiro, l’arrivée des premières troupes françaises accompagne l’essor d’une vie mondaine dont le répertoire emprunte aux genres dramatiques à succès sur les scènes de Paris que sont le mélodrame, le vaudeville, le drame bourgeois ou l’opérette.

7Bref, cet ouvrage se présente comme une histoire culturelle transnationale. Sa méthodologie complexe, en mobilisant des archives diverses sur deux continents, permet de prendre la mesure précise de cette mondialisation. L’égale attention accordée aux conditions de la production, de la circulation et de la réception de part et d’autre de l’Atlantique permet de mieux comprendre les décalages, les rapports de force, voire les tensions qui structurent cet espace culturel international au XIXe siècle, et qui ne sauraient se réduire à de simples processus de domination entre un centre et ses périphéries.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Abreu, Márcia & Ana Cláudia Suriani da Silva, dir. 2016. The Cultural Revolution of the Nineteenth Century. Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World.  »Brésil(s) [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.2044

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search