Navigation – Plan du site
Varia

De Combray à Rio de Janeiro : lectures et appropriations brésiliennes de Marcel Proust (1919-1958)

De Combray a Rio de Janeiro : leituras e apropriações brasileiras de Marcel Proust (1919-1958)
From Combray to Rio de Janeiro: Brazilian Readings and Appropriations of Marcel Proust (1919-1958)
Étienne Sauthier

Résumés

En 1919, À l’ombre des jeunes filles en fleurs offre à Marcel Proust le Prix Goncourt. En plus de consacrer son auteur en France, du jour au lendemain, le prestigieux prix le médiatise internationalement, transportant son nom aux quatre coins du monde. C’est dans ce contexte que l’œuvre de Proust arrive au Brésil en langue française, et que l’auteur est pour la première fois évoqué dans la presse de Rio de Janeiro. Après une introduction théorique autour des notions de transfert culturel, d’esthétique de la réception, et de mort de l’Auteur, cet article cherche à observer la diffusion, la réception puis la traduction de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil, entre son entrée dans le pays et la publication en portugais du dernier volume d’À la recherche du temps perdu.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2015 ; approuvé en juin 2016

Texte intégral

  • 1 Cet article prend place dans une réflexion plus large sur la diffusion, la réception et la traducti (...)

1Arrivée au Brésil autour de 1920, l’œuvre de Marcel Proust a connu dans le pays, tout au long de la première moitié du XXe siècle, une trajectoire qui la mènera du statut d’importation littéraire européenne en langue française à celui d’élément de distinction de l’élite culturelle puis sociale, et d’auteur dont se réclament certains des penseurs de l’identité nationale brésilienne. Pour comprendre ce parcours et cette trajectoire, il est nécessaire de l’observer sur la durée à l’aide d’un certain nombre de méthodes1.

2Sur la base d’une conception de la circulation culturelle comme work in progress,il s’agit d’interroger les mécanismes à l’œuvre dans les transferts culturels (Espagne & Werner 1988) et de penser les espaces de réceptions de l’œuvre littéraire comme des acteurs de cette circulation (Barthes 1984, 61-67). On pourra le faire en se fondant sur un certain nombre de méthodes et de théories. Il faudra ainsi observer ce transfert à l’aide de l’esthétique de la réception (Jauss 1978), au sens où une œuvre n’émerge pas dans un contexte neutre mais se lit en fonction de « l’horizon d’attente ». Cette perspective historique se double, dans le cas de la circulation internationale d’une œuvre littéraire, de « l’espace d’expérience » (Kosselleck 1990) : le contexte de parution n’étant pas le même que celui de réception. Tous ces éléments jouent sur la réception et l’appropriation qui peuvent être faite du produit d’une circulation culturelle. Dans le cas de l’arrivée de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil, on constate que ce n’est que lorsqu’elle trouve un écho et une lecture possible dans l’espace de réception qu’elle y est évoquée. Si les volumes arrivent ainsi en tant qu’éléments d’une culture française importée, c’est par le biais d’un processus de transfert culturel que l’œuvre est assimilée à l’espace de réception et que presse et critiques littéraires commencent à en parler.

3Une étude de cette circulation littéraire depuis 1920, moment d’arrivée des premiers volumes au Brésil, jusqu’à 1958, année de parution du dernier tome de la traduction, révèle qu’il y a sans doute autant à lire dans ce phénomène sur la nature de l’élite brésilienne qui reçoit Proust qu’il y a à le comprendre dans ce qu’est l’élite en question. De nombreuses étapes jalonnent cette réception, ce qui fait de celle-ci un processus inscrit dans son contexte.

4Il s’agira tout d’abord d’observer les différents moments d’arrivée, de diffusion et d’ancrage dans le territoire de l’œuvre proustienne. Dans un second temps, on procèdera à l’étude des géographies de l’espace de réception et des usages qui y sont faits de l’auteur, en se demandant si on ne peut parler de diffusion de Proust dans des Brésils pluriels.

5C’est aussi le rapport culturel du Brésil de la première moitié du XXe siècle à la France qui prendra corps avec les lectures, réceptions et intégrations de l’œuvre de Proust au sein des espaces culturels brésiliens. C’est en ce sens qu’il faudra analyser l’adhésion des élites à un auteur a priori si parisien dans un espace d’expérience et avec un horizon d’attente totalement différents. On pourra comprendre ainsi dans quelle mesure ces perceptions justifient l’arrivée et la diffusion de Proust dans le pays.

Au fil du temps : une place trouvée par étapes

6La circulation de l’œuvre de Proust au Brésil s’inscrit dans le temps et se fait par étapes, dans la mesure où le public potentiel de l’auteur s’élargit progressivement au fil de sa circulation en langue française puis de sa traduction en portugais. Un certain nombre de jalons ponctuent cette diffusion : celle-ci connaît des moments d’émergence et des phases de reflux. C’est donc dans une perspective chronologique que l’on pourra en faire une première analyse.

  • 2 O Imparcial, Rio de Janeiro, samedi 13 décembre 1919, p. 4 ; O Paiz, Rio de Janeiro, 13 décembre 19 (...)
  • 3 Tristão de Athayde, « O implacável Proust », Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 9 juillet 1971.
  • 4 Jayme Adour da Camara, « Depoimento sôbre Proust », Revista Branca, n° 4, Homenagem a Proust, Rio d (...)
  • 5 Revue des deux mondes, Paris, 15 juin 1896, p. 11.

7Proust arrive au Brésil en 1920 et il est pour la première fois cité dans la presse carioca relativement au prix Goncourt qu’il reçoit fin 19192. Toutefois, quelques rares Brésiliens présents à Paris avant la Première Guerre mondiale avaient été en contact avec son œuvre avant de retourner au Brésil au début du conflit. Parmi eux, Alceu Amoroso Lima, futur critique littéraire et figure phare du monde intellectuel catholique brésilien. Celui-ci avait passé à Paris la dernière année de sa formation et fréquenté les réunions de l’Action française, où il entendit parler de Proust pour la première fois par Léon Daudet3. La bibliothèque Mario de Andrade de São Paulo possède un exemplaire de Du Côté de chez Swann qui arbore l’ex-libris de Paulo Prado. Or, ce dernier n’était alors que le représentant des Prado à Paris, une des plus importantes familles de propriétaires et d’entrepreneurs de la capitale pauliste. Il n’était pas encore le sociologue et le promoteur de la semaine d’art moderne qu’il deviendrait plus tard. Toutefois, ces premiers Brésiliens en contact avec la Recherche sont une minorité, ce qui justifie que l’écrivain carioca Jayme Adour da Camara ait écrit qu’avant le Goncourt, « personne n’avait entendu parler de Marcel Proust au Brésil4 ». Cette formulation pourrait paraître rapide étant donné la publication en 1896 de Les Plaisirs et les Jours chez Calmann-Lévy, préfacé par Anatole France. On ne peut cependant que faire le constat que les exemplaires les plus anciens de l’auteur conservés à la Bibliothèque nationale de Rio de Janeiro sont ceux de la Recherche dont l’institution fait l’acquisition en 1924, tandis qu’au Real Gabinete Portugues de Leitura [Cabinet portugais royal de lecture], il s’agit d’une édition de 1919 de Pastiches et Mélanges, entrée au fonds en 1921 et faisant partie de la donation reçue à la mort de l’écrivain João do Rio. Bien que la publication du premier livre de Proust ait été annoncée dans la Revue des Deux Mondes le 15 juin 18965 et en dépit du prestige au Brésil de l’auteur de sa préface, cet ouvrage n’a laissé que peu de traces visibles dans le pays. Le dépouillement du Jornal do Commercio de Rio de Janeiro durant les années 1890 confirme cette absence : alors que le père de l’auteur, Adrien Proust, est régulièrement évoqué en tant que médecin hygiéniste, il n’y a aucune référence au fils et à son livre de 1896. Peut-être faut-il relier cette absence à la très faible diffusion de l’auteur avant À la Recherche du Temps Perdu, même en France comme l’a montré Jean-Yves Tadié (1971, 8-9).

  • 6 Fonfon, Rio de Janeiro, 21 août 1920, p. 17.
  • 7 Id., 10 décembre 1921, p. 1.

8Les premiers ouvrages de Proust arrivés au Brésil ne semblent pas faire grand bruit dans la presse. Ainsi, en 1920, un seul article sans signature est publié à son sujet6 et, en 1921, au fil d’un papier consacré au modernisme littéraire de São Paulo, le critique Sérgio Buarque de Holanda se contente de dire que ce mouvement ne s’inspire pas du « passéiste » Marcel Proust7.

  • 8 Carlos Bosleli, « Marcel Proust e Gomez de la Serna », America Brasileira, 2, 21, Rio de Janeiro, s (...)

9C’est en 1923 que commencent à paraître quelques articles critiques dans la presse brésilienne. Le premier, publié dans la revue America Brasileira, reprend un texte de l’espagnol Ballesteros de Martos, paru quelques mois auparavant dans le journal madrilène El Sol. Il y établit une comparaison entre Proust et l’écrivain espagnol Ramon Gomez de la Serna8. L’année suivante est publié à Rio de Janeiro, dans la revue Pan, un article de l’écrivain Graça Aranha, extrêmement négatif, où Proust est considéré comme un auteur qui « ne nous rajeunit pas », passéiste et décadent (Graça Aranha 1925, 99-100). Il est également évoqué dans la presse carioca, mais c’est en raison de son succès international et, jusqu’en 1926, uniquement de manière secondaire.

10De même, Proust n’est cité qu’a minima dans les journaux paulistes au cours de cette période, au détour d’articles de critiques littéraires parisiens ou lors de recensions de numéros de la Nouvelle Revue française.

11Alors qu’on semble ignorer l’auteur français dans le Nordeste, l’écrivain Jorge de Lima produit, avec son poème « O mundo do menino impossivel » [Le monde du garçon impossible] (Lima 1925), une des premières œuvres littéraires brésiliennes dans laquelle À la recherche du temps perdu est une référence intertextuelle directe. Il y décrit un enfant détruisant tous les jouets merveilleux ramenés des quatre coins du monde par ses grands-parents, au coucher, dans l’attente du baiser du soir, face à une lampe vacillante contre le mur : tous ces détails sont autant de références à l’enfance du narrateur de la Recherche, dans sa chambre de Combray.

  • 9 O Paiz, Rio de Janeiro, 19 août 1926, p. 2.

12Le passage de Paul Hazard à Rio de Janeiro, en 1926, à l’invitation de l’Académie brésilienne des lettres, change complètement l’intérêt quelque peu superficiel de la critique carioca pour Proust. Les conférences du professeur français de littérature, dont la presse de Rio se fait largement l’écho9, ont tout pour être parfaitement reçues dans l’espace culturel de la capitale brésilienne. Au cours de l’une d’entre elles, Paul Hazard présente une critique fouillée, détaillée et analytique de l’œuvre de Proust, tout en inscrivant l’auteur de la Recherche dans une mouvance de renouvellement de la littérature française, et non plus dans la continuité de la culture du XIXe siècle.

  • 10 Cet article est largement inspiré de l’ouvrage de Jacques Benoist-Méchin, publié un an auparavant ( (...)
  • 11 « Hommage à Marcel Proust », Nouvelle Revue française, n° 112, Paris, 1923.

13De l’aveu même des critiques littéraires Brito Broca (1969) et Alceu Amoroso Lima (Athayde 1927), cette conférence transforme la réception de Proust au Brésil, donnant une nouvelle impulsion à la lecture et aux réceptions de celui-ci dans le pays. Dans l’année qui suit, la critique commence à s’intéresser à l’auteur de la Recherche. Alceu Amoroso Lima publie ainsi, en 1927, sous son pseudonyme littéraire, Tristão de Athayde, un article relatif à la musique chez Stendhal et Proust (Athayde 1927)10. Dans son deuxième article, paru en 1928 et tiré d’une autre conférence sur l’auteur, Lima revient sur l’image d’écrivain décadent attachée jusque-là au romancier français, en affirmant : « Proust, c’est du nouveau » (Athayde 1928, 147). Il souligne également la dissociation de la personnalité de l’auteur, envisagée non comme une anomalie mentale, mais comme un phénomène normal, sur lequel s’appuie la narration. Lima donne ainsi à la dimension psychologique le statut d’élément de modernité absolue. Le critique s’intéresse ensuite à la mémoire, volontaire ou non, et à son rôle dans la narration. Cette conférence s’appuie essentiellement sur le numéro d’hommage rendu à Proust dans la Nouvelle Revue française en janvier 192311, un mois et demi après la mort de l’auteur, et regroupant bon nombre de critiques, écrivains et intellectuels français.

  • 12 O Paiz, Rio de Janeiro, mercredi 24 octobre 1928, p. 2.

14Les études semblent se multiplier en cette deuxième partie des années 1920 : à la conférence d’Alceu Amoroso Lima succède celle de Ronald de Carvalho12. L’intérêt de la presse est de plus en plus important et devient analytique. Le premier pastiche proustien est publié à Rio de Janeiro par un intellectuel d’origine nordestine : Barreto Filho. Dans Sob o olhar malicioso dos trópicos (Barreto Filho 1929), celui-ci pratique l’évocation de bon nombre de thématiques chères à l’auteur de la Recherche (intermittences du cœur, mémoire volontaire et involontaire, etc.), mais adapte aussi des épisodes de l’œuvre elle-même : évocation des catleyas, scène des bruits de la ville au réveil, à travers la fenêtre, etc. (Id., 12 et 85).

15La même année, l’essai de Jorge de Lima, grâce auquel le poète obtient son poste d’enseignement en littérature au Liceo Alagoano de Maceio, constitue la seconde étude d’importance sur l’auteur au Brésil. Inspiré par le travail d’Alceu Amoroso Lima, il se fonde également sur les études proustiennes de Benjamin Crémieux (1924) et aborde la thématique de la musique, en comparant Proust à Wagner. Contrairement à Mauriac et Alceu Amoroso Lima, Jorge de Lima souligne la présence de Dieu chez l’auteur et relie celle-ci à la thématique du village et de son église et, par là, à la thématique de la région face aux centres : comme un reflet de Combray face à Paris. Le fait que le poète et critique voit dans le village et son clocher « ce qu’il y a de plus Proust en Proust » illustre parfaitement sa volonté de valoriser le territoire régional plutôt que celui des grandes villes (Lima 1929, 18-20).

16De la même manière, en 1932, l’écrivain José Lins do Rego publie le premier roman de son « Cycle de la canne » : Menino de Engenho. Dans celui-ci, le narrateur vit une enfance à la campagne, chez son grand-père, loin des centres culturels : dans le terroir. Il y a là de fortes intertextualités proustiennes, en particulier relatives à la première partie de Du Côté de chez Swann, consacrée à Combray. Le narrateur intra-diégétique de José Lins do Rego a le même rapport à sa mère que celui de Proust : celle-ci représente la figure du manque, provisoire dans « Combray », définitif dans Menino de Engenho, mais toujours attendue. La plantation et le moulin à sucre sont décrits par le narrateur de José Lins do Rego comme un nouvel élément fascinant de son expérience du réel, à la manière de l’église de Combray par le narrateur de Proust, et c’est toutes les réalités du Nordeste que Carlos Melo découvre et qui le marquent, de la même manière que l’histoire de Combray représentée dans les vitraux de la cathédrale du village, fascine le narrateur de la Recherche.

17Au tournant des années 1930, Proust semble également être devenu pour l’élite intellectuelle brésilienne un élément de distinction, comme le souligne Manuel Bandeira dans la revue Souza Cruz.

Initiation à Marcel Proust

  • 13 Manuel Bandeira, « Iniciação em Marcel Proust », Revista Souza Cruz, novembre 1930.

Par deux fois j’ai essayé de lire Proust et j’ai échoué. C’était au temps où le génial romancier était encore vivant, ce qui au final est plutôt bon pour moi : le mythe Proust n’était pas encore formé, il n’avait pas encore d’admirateurs à la douzaine, les vautours de la consécration posthume. C’était encore au temps où notre grand Graça Aranha écrivait : « Proust ne nous rajeunit pas », considération importante pour qui veut rajeunir. Aujourd’hui, Proust ne nous rajeunit toujours pas. Proust est toujours difficile à lire, mais comme il est mort et qu’on lui reconnaît maintenant du génie, tout le monde doit « avoir lu » Proust, parce que tout le monde sent que l’auteur d’À la recherche du temps perdu est un de ces noms qui restent et qui s’étendent pour marquer les générations.13

18L’année 1933 représente enfin une étape de la réception de l’auteur de la Recherche : en effet, dans la préface de son essai sur l’identité nationale brésilienne, Casa Grande e Senzala, Gilberto Freyre se réclame pour la première fois de la démarche proustienne, décrivant l’expérience des vieilles villes coloniales du Minas Gerais comme la remémoration d’une identité toujours connue mais oubliée :

L'étude de l’histoire intime d’un peuple a quelque chose de proustien ; les Goncourt l'appelaient déjà « ce roman vrai ». L'architecte Lucio Costa, devant les vieilles maisons de Sabará, de S. João del Rey, de Ouro Preto, de Mariana, et de la province de Minas en général, dit : « C'est comme si l’on se rencontrait soi-même... On se souvient de choses que l’on croyait ignorer, mais qui étaient en dedans de nous, sans doute – Proust arriverait à expliquer cela. (Freyre 2003 [1952], 44)

19Gilberto Freyre confirme cette référence intertextuelle à l’auteur de la Recherche quelques années plus tard, en l’évoquant dans d’autres travaux. Il définit l’anthropologie moderne brésilienne comme proustienne, notamment dans l’inscription que celle-ci fait de son sujet dans le temps, même lorsqu’il est présent et immédiat :

C’est précisément dans ce rapprochement du « scientifique », de « l’humaniste » et même de « l’artistique » que l’anthropologie brésilienne a connu ses prémices, à travers des méthodes appelées en raison de ce rapprochement proustiennes par plus d’un critique français. Dans la conception proustienne de l’homme comme point dans le temps, le passé voit son action révolue mais ne cesse pas pour autant d’exister. En anthropologie ou en sociologie, l’analyste de l’Homme social, en considérant son objet d’étude, aussi actuel soit-il, comme inséré dans le temps chronologique, dans ce passé persistant, le considère de manière proustienne. Il cherche à le voir comme Proust voulait que soit perçu un objet d’intérêt romanesque : de la fenêtre d’un train qui serait en mouvement autour ou à travers une ville, de manière à permettre à l’observateur de réaliser de cette ville une psychologie dans l’espace-temps, différente de la plane autant que la géométrie dans l’espace est différente de la géographie plane. (Freyre 1959, LXIII)

20Au moment où l’expérience proustienne est ainsi revendiquée comme fondement de pensée d’un travail de socio-anthropologie dont Casa Grande e Senzala s’est voulu dès 1933 une pierre fondatrice, c’est bel et bien l’identité nationale brésilienne qui, dans l’un de ses premiers essais de définition, est reliée par Gilberto Freyre à la démarche proustienne. Le romancier devient ainsi, dans la lecture qu’il fait du passé, un des outils méthodologiques d’étude et de pensée de l’identité nationale et on peut à cet égard considérer que son œuvre est assimilée à son espace de réception.

21Au tournant des années 1930, malgré l’intégration évidente de la démarche proustienne à l’espace de réception brésilien, l’auteur semble cependant connaître un relatif effacement dans la critique. Celui-ci est lié à la conjonction de différents motifs. Tout d’abord, Proust ne fait plus partie de l’actualité littéraire. Depuis 1927, année de la parution du Temps retrouvé, son œuvre est achevée et de nouveaux ouvrages ne sortent plus en France. La présence publique de l’auteur n’est ainsi plus réactivée à intervalles réguliers. Du côté brésilien, la défection d’Alceu Amoroso Lima peut être une des raisons de cet étiage. En effet, en 1928, à la mort de son ami, le penseur et écrivain catholique Jackson de Figueiredo, Lima décide de ne plus se consacrer qu’à son engagement religieux, et abandonne la critique littéraire – ce qu’il verbalise dans sa lettre ouverte de 1928, adressée à Sérgio Buarque de Hollanda : « Adeus à disponibilidade » (Lima 1969). À un moment de vives tensions nationales, l’heure est peut-être aussi aux engagements politiques plus qu’à la lecture et à la critique, notamment pour les intellectuels. Toutefois, Proust disparaît au même moment en Europe et cet effacement brésilien peut aussi être lu comme parallèle à celui qui s’opère de l’autre côté de l’Atlantique.

22Si l’œuvre de Proust semble à ce moment marquer le pas au Brésil en tant qu’objet d’une analyse littéraire spécifique, l’auteur n’en demeure pas moins présent dans la presse comme élément de comparaison et mètre-étalon en matière de modernité littéraire. Ce qui lui donne, malgré son éclipse, un statut de référence.

  • 14 Festa, Rio de Janeiro, an I, n° 1, août 1927, p. 2.
  • 15 Correio Paulistano, São Paulo, 3 janvier 1929, p. 2.
  • 16 Id., São Paulo, 28 juin 1929.
  • 17 Id., São Paulo, 18 août1929, p. 2.

23Ainsi, en 1927, Andrade Muricy, dans la revue Festa, compare Proust à Stravinsky pour sa dimension novatrice, originale et moderne par rapport à ce qui se fait alors en matière de roman14. En 1929, le critique littéraire Motta Filho précise, en faisant la recension des essais de Tristão de Athayde dans le Correio Paulistano, que la modernité littéraire brésilienne peut aussi se construire à partir d’auteurs européens comme Marcel Proust et Luigi Pirandello15. Quelques mois plus tard, dans le même journal, Motta Filho, à l’occasion d’un article consacré au « Roman national » brésilien, dresse un panorama historique du roman français. Pour lui, la Grande Guerre constitue une coupure littéraire radicale et la modernité est représentée par le romancier qui se dégage de l’après-guerre : Marcel Proust16. Motta Filho va jusqu’à s’essayer à une définition de cette modernité : celle-ci est dans la dimension complexe et composite de ses personnages, qui ne représentent pas des types, comme c’est le cas ailleurs, mais des êtres humains à part entière, rassemblant, sur le temps, une multitude d’identités successives. Proust est moderne car il n’est assimilable ni à un romancier – ses livres manquent de structure – ni à un philosophe, puisqu’il ne développe pas de système. Au final, Proust est pour Motta Filho un artiste contemporain car c’est un touche-à-tout assez indéfinissable et, en ce sens, il est en phase avec le monde que le critique voit comme actuel17.

  • 18 Diario de Noticias (sup.), Rio de Janeiro, 27 juillet 1938, p. 16 ; Correio da Manhã, Rio de Janeir (...)
  • 19 Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 3 septembre 1938, p. 10.
  • 20 A Noite, Rio de Janeiro, 5 février 1938, p. 6.
  • 21 Id., Rio de Janeiro, 10 octobre 1938.
  • 22 Id., Rio de Janeiro, 3 juillet 1938, p. 2.
  • 23 Diario Official, Espírito Santo, 12 mars 1937, p. 3 ; Diario da Manhã, Vitória, 21 novembre 1937, p (...)

24Durant la même période, Proust n’est plus systématiquement évoqué comme un auteur français, mais comme une figure de la modernité littéraire. Dans les années 1930, alors que son œuvre est moins commentée, il reste cité dans la presse à de nombreuses occasions à titre de canon de cette modernité et on le compare à Virginia Woolf18, Thomas Mann19, Jean Cocteau20, Georges Bernanos21, mais aussi à des auteurs brésiliens comme Graciliano Ramos22 ou Jorge de Lima. L’écrivain acquiert ainsi une portée universelle plus que française. La Recherche entre par ailleurs au programme de certaines universités dès 193723, devenant de ce fait un classique.

  • 24 Rui Coelho, « Marcel Proust e a nossa época », Clima, São Paulo, n° 1, mai 1941, p. 20-65.

25Durant les années 1930, Getúlio Vargas lance ses reformes nationales, notamment en matière d’éducation, et crée de nouvelles universités portées, à São Paulo et à Rio de Janeiro, par des missions scientifiques françaises. Une nouvelle élite se constitue, qui découvrira Proust au tournant des années 1940. Parmi eux, l’industriel et bibliophile José Mindlin, par exemple, rencontre son œuvre par l’entremise d’Alceu Amoroso Lima (Mindlin 2008, 19). Dans cette seconde moitié des années 1930, Antonio Candido (1918) et son ami Rui Coelho (1920-1990) se passionnent également pour l’auteur de la Recherche. Alors étudiants, ils figurent au nombre des jeunes gens issus de l’Université de São Paulo qui se retrouvent autour de la revue Clima née en 1941 (Pontes 1998). Le premier article, signé par Rui Coelho, est une longue étude24 qui marque le retour de Proust dans l’actualité littéraire brésilienne.

26La critique est tout à fait analytique et fondée sur le texte. Rui Coelho y reconnaît le talent de l’auteur mais, dans les dernières phrases de l’article, il répond à l’interrogation présente dès le titre, « Proust et notre époque », soulignant la culpabilité ressentie par des jeunes gens de gauche, dans la São Paulo de 1941, à parler d’un auteur lié au passé et à un monde qui a échoué. La différence majeure entre cette réception progressiste et celle du catholique Tristão de Athayde, quinze ans auparavant, est certes idéologique, mais aussi contextuelle :

  • 25 Id., p. 63-65.

À chaque fois que je le relis, j’admire plus son style délicieux, le romancier extraordinaire. Mais jamais plus, je n’arriverai à lui pour lui confier mes doutes ou lui demander des solutions. […] Face à la vie, Proust a échoué. […] Si le quotidien est horrible, il nous appartient de le changer, et non de le fuir et de nous enfermer dans les nids inoffensifs et calmes de l’art. Assez de « Paradis artificiels » ! […] Dans ce moment où le monde s’agite douloureusement à la recherche d’une nouvelle et meilleure condition, nous devons nous encourager avec ce que Malraux a écrit à la fin de L’Espoir : « Manuel entendait pour la première fois la voix de ce qui est plus grave que le sang des hommes, plus inquiétant que leur présence sur la terre – la possibilité infinie de leur destin ; et il sentait cette présence melée (sic) aux bruits des ruisseaux et au pas des prisonniers, permanente et confiante comme le battement de son cœur.25

  • 26 Mundo Literário, Lisbonne, n° 4, 1er juillet 1946, p. 3-4.

27Ce que Rui Coelho souligne bel et bien ici est l’inactualité de Proust. Il signale qu’il ne convient plus à des temps d’engagement, relevant ainsi l’incompatibilité entre son attachement à l’auteur et son adhésion au socialisme. Dans les pages de la revue littéraire portugaise Mundo Literário, en juin 1946, le critique lisboète João Gaspar Simões (1903-1987) consacre une chronique à cette critique. Il signale la contradiction qu’assume Rui Coelho entre sa reconnaissance des qualités littéraires de Proust et son opposition idéologique à celui-ci. Il y salue le fait que le jeune critique brésilien n’ait pas de réticences à voir comme géniaux – d’un point de vue esthétique – les textes d’un auteur que, pour des raisons politiques et éthiques, il dit ouvertement réprouver. Selon Simões, il s’agit là d’une honnêteté critique qui serait au même moment rare voire impossible au Portugal26.

28Le même positionnement paradoxal se retrouve dans l’une des premières chroniques littéraires que publie António Cândido dans la Folha da Manhã de São Paulo. Alors que le livre se doit d’être une arme de combat idéologique, soutient-il, Proust lui semble invalide car dépassé :

  • 27 Antonio Candido, « Vinte anos e… », Folha da Manhã, São Paulo, 4 mars 1943, p. 5.

Pour la signification fonctionnelle de son œuvre, [il faut presque] dresser un constat de décès. Dans l’amour permanent que nous dédions à Proust (relevez le pluriel ; s’il y a là une faute, je la partage avec vous), il y a un peu de l’amour que nous dédions aux choses mortes. Proust a vieilli. Proust est passé ; Proust n’a pas de raison d’être ; Proust, c’est une survivance de musée.27

  • 28 O Imparcial (Sup.), Rio de Janeiro, 12 octobre 1941, p. 2 ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 1 (...)
  • 29 Sur la circulation de la culture entre France et Brésil durant la Seconde Guerre mondiale, voir Sau (...)
  • 30 A Noite, Rio de Janeiro, 28 avril 1945, p. 2 ; Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 28 avril 1945, p.  (...)

29En 1941, se pose pour la première fois la question de la traduction de la Recherche. Il faudra en fait attendre l’après-guerre pour qu’elle soit reposée28. L’occupation de la France par les armées allemandes bloque alors de manière radicale la circulation du livre français au Brésil29. Les ouvrages venus de France atteignent des prix fort élevés. Or c’est le moment où l’intérêt pour l’auteur renaît et que les conférences relatives à son œuvre reprennent30.

  • 31 Letras e artes, Rio de Janeiro, 12 janvier 1947, p. 5.
  • 32 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2e section, 8 décembre 1945, p. 1 ; A Manhã, Rio de Janeiro, 23 n (...)

30La fin de la guerre marque le retour du livre français au Brésil, celui-ci est largement accueilli et fêté31. La question de la traduction de Proust se pose à nouveau et le projet est relancé32.

31Le contexte éditorial brésilien de cette époque est particulier. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les maisons d’éditions à capitaux étrangers étaient largement dominantes. Après 1918, nombre de compagnies autochtones avaient vu le jour dans le sillage de celle de Monteiro Lobato. C’était le cas de la Livraria do Globo, à Porto Alegre. Toutefois, elle n’avait pas accès aux grands auteurs nationaux, publiés par les éditeurs de la capitale, et avait dû dès ses débuts s’installer sur un autre créneau. Sônia Maria de Amorim montre que, dans les années 1924 à 1930 déjà, en matière de littérature, la maison s’était spécialisée dans les auteurs régionaux du sud du Brésil (10 % de son catalogue) et les écrivains étrangers traduits (25 %) (Amorim 1999, 32). La crise économique favorisait les éditeurs brésiliens. En raison de l’inflation qui s’était durablement installée, le prix du livre importé avait augmenté en quelques années dans un rapport de un à huit, poussant une bonne partie de leur clientèle vers les éditeurs nationaux qui maintenaient leurs prix (Hallewell 2005, 397-398).

  • 33 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 2 mars 1947, p. 2.
  • 34 Sur la question de la première traduction de Proust, l’inscription de son projet dans une politique (...)
  • 35 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 2 février 1947, p. 2.

32Alors que, durant les années 1930, les traductions concernent essentiellement la littérature de divertissement, la décennie 1940 voit émerger un intérêt pour des traductions d’auteurs plus exigeants. C’est le cas avec À la Recherche du Temps Perdu à la Livrária do Globo, mais également avec l’édition complète de la Comédie humaine de Balzac, de Le Rouge et le Noir de Stendhal et des Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos (Amorim 1999, 66). Les deux collections de prestige de la Livraria do Globo, la collection Nobel et la collection Biblioteca dos Séculos, se démarquent des autres : elles s’installent à Rio de Janeiro, choisissent des traducteurs prestigieux, les paient au mois et non au contrat33 et les constituent en réseau autour d’une bibliothèque d’ouvrages de référence mise à disposition par l’éditeur (Amorim 1999, 94-95). Dans le cas de Proust, ces traducteurs ont été choisis parmi les écrivains, critiques littéraires et poètes les plus en vue du moment. Le poète Mario Quintana assure la traduction de Du côté de chez Swann, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Le côté de Guermantes et Sodome et Gomorrhe ; le poète Manuel Bandeira et Lourdes Souza de Alencar s’occupent de La Prisonnière ; Carlos Drummond de Andrade traduit Albertine Disparue et la critique Lucia Miguel Pereira Le Temps Retrouvé. Enfin, un abécédaire critique de Proust, offert avec Du côté de chez Swann est confié au poète Augusto Meyer. La Recherche sera le plus important best-seller de la collection Nobel, avec 66 000 exemplaires vendus (Amorim 1999, 91)34. Entre la mise en place de l’équipe de traduction, en 1946, et la sortie effective du premier volume est par ailleurs fondé à Rio de Janeiro, en 1947, un Proust Club, visant à expliquer et améliorer la diffusion de l’auteur au Brésil35.

  • 36 Id., Rio de Janeiro, 7 novembre 1948, p. 3.
  • 37 « Homenagem a Proust », Revista Branca, Rio de Janeiro, n° 4, décembre-janvier 1948-1949.
  • 38 « Proust Slogan », Revista Branca, Rio de Janeiro, n° 4, décembre-janvier 1948-1949, p. 27.

33En 1948, quand le premier volume de la Recherche en traduction portugaise paraît au Brésil, il obtient un grand succès (seconde meilleure vente à São Paulo36) et connaît une importante couverture médiatique : la Revista Branca lui consacre un numéro spécial37. Cette nouvelle revue avait été créée un an auparavant sous les auspices du Proust Club et nommée ainsi en référence à la Revue blanche parisienne de la fin du XIXe siècle, dans laquelle le jeune Marcel Proust avait fait ses premières armes. Si elle ne lui est pas uniquement consacrée, cette revue s’inscrit dès le départ dans une dynamique d’hommage. Rapidement, les critiques signalent que la traduction de Proust met un élément de distinction culturelle, bien souvent inaccessible de première main, à la portée de ses lecteurs brésiliens : c’est la fin du « Proust-Slogan »38. C’est ainsi que le critique Saldanha Coelho (1926) avait désigné, dans le quatrième numéro de la Revista Branca, les usages de Proust au Brésil, souvent cité à tout propos, alors qu’il n’avait eu que quelques rares lecteurs effectifs. Nombre des commentateurs n’y avaient pas eu accès de première main, faute de suffisamment maitriser le français. Son nom était ainsi devenu, pour Saldanha Coelho, un slogan essentiellement évoqué dans sa dimension connotative.

  • 39 Nordeste, Recife, année IV, n° 5, novembre-décembre 1949.

34L’année suivante, à Recife, la revue Nordeste consacre un numéro à la dimension provinciale de Proust39. On observe que, loin de Rio de Janeiro et comme dans les années 1920, l’identification avec l’auteur s’opère autour de son rapport à la province et en particulier à l’espace de Combray. En 1950, la publication d’une anthologie de la critique brésilienne de Proust vient doubler et compléter le numéro de la Revista Branca de 1948 (Coelho 1950).

35Parallèlement, la redécouverte française de Proust accentue encore ce regain d’intérêt. En effet, les publications en France de l’édition Pléiade de ses œuvres, du Contre Sainte-Beuve et du Jean Santeuil font grand bruit. En 1958, lorsque Le Temps retrouvé paraît en traduction, Proust réunit un nouveau lectorat et est prêt à faire l’objet de nouvelles réceptions. Cette extension sera couronnée quelques années plus tard, au tournant des années 1980, par la reprise de cette traduction au catalogue des éditions Abril, maison publiant des ouvrages bon marchés vendus dans les kiosques à journaux.

Au gré des espaces : une diffusion aux Brésils

36L’observation des différents contextes culturels présents au Brésil dans les années 1920 suffit pour se convaincre du morcellement du pays : Rio de Janeiro se place alors dans le prolongement d’un rapport fusionnel avec l’Europe d’avant-guerre ; à São Paulo, les milieux culturels disent explicitement vouloir prendre leur distances avec une certaine tradition culturelle européenne ; dans le Nordeste, depuis 1924, se développe un mouvement régionaliste qui s’affirme en opposition aux capitales que sont Rio de Janeiro et São Paulo et se méfie de ce qui arrive d’au-delà des mers. Dans les trois cas, l’enjeu de la définition culturelle tourne, directement ou indirectement, autour d’un rapport à ce qui vient d’Europe et, plus particulièrement, de France.

  • 40 America Brasileira, Rio de Janeiro, an III, n° 28, avril 1924.
  • 41 Fondation Alceu Amoroso Lima, Correspondance Active, Alceu Amoroso Lima à Georges Bernanos, lettre (...)

37Au Brésil, Proust est reçu dans un espace morcelé de manière peu homogène, que ce soit du point de vue quantitatif ou qualitatif, ses réceptions pouvant même, dans bon nombre de cas, s’opposer. Sa présence dans la presse carioca est, dans un premier temps, totalement secondaire. Les articles les plus fouillés sur l’auteur y sont alors ceux de critiques littéraires français, comme Camille Mauclair, collaborant dans les journaux de Rio40. Si Proust est ainsi évoqué dans la capitale brésilienne avant 1926, ce n’est pas dans une perspective critique de l’auteur lui-même ou de son texte, mais pour ce qu’il représente, parce qu’on parle de lui ailleurs dans le monde, ou pour établir des comparaisons. Il est un auteur de référence à Paris, fait l’actualité et c’est à ce titre qu’il est évoqué dans le Rio de Janeiro de 1925 : en tant qu’auteur à succès au méridien de Greenwich de la République mondiale des lettres (Casanova 1999). En ce sens, la démarche de Barreto Filho, lorsqu’il assimile Rio de Janeiro à Paris dans son pastiche avoué, en transposant les épisodes d’un espace dans l’autre, est largement compréhensible. Proust est ici employé pour sa connotation parisienne, mais aussi pour l’image de centre culturel international qu’offre à l’élite carioca cette adhésion à l’actualité française. Parallèlement, l’intérêt pour Proust d’Alceu Amoroso Lima, mais aussi le prix qu’il porte à la médiatisation et la traduction en France de son essai sur l’auteur, souligne la dimension d’autopromotion intellectuelle, dans ce cas internationale, que permet ce genre de critique41.

38Proust disparaît plus ou moins dans la décennie 1930. Dans la seconde moitié des années 1940, il réapparaît lorsque Rio veut donner l’image d’une ville où l’auteur a été reçu de manière précoce et continue. Cette tentative de montrer sa présence constante, notamment en publiant des anthologies de sa critique brésilienne (sensiblement carioca), vise aussi à corroborer une légitimation de Rio de Janeiro comme centre culturel national. Cette dynamique est aussi visible dans les connexions internationales que le Proust Club met en œuvre, comme dans la publication à Rio de traductions en français des essais brésiliens sur Proust (Lima 1953), visant à faire connaître et à exporter à l’extérieur la critique brésilienne sur l’auteur. Il a ainsi une double fonction de légitimation intellectuelle, au niveau national et au niveau international, même si cette seconde partie du projet se solde par un relatif échec.

  • 42 Klaxon, São Paulo, an I, n° 3, juillet 1922, p. 13; Id., São Paulo, an I, n° 4, août 1922, p. 16 ; (...)
  • 43 O Estado de S. Paulo, São Paulo, 26 mars 1926, p. 3.
  • 44 O Correio Paulistano, São Paulo, 7 février 1942, p. 3.
  • 45 Id., 1er mars 1942, p. 5.

39À São Paulo, les choses se passent différemment. En effet, Proust y est nettement moins cité entre 1920 et 1925, du fait, sans doute, du positionnement des modernistes paulistes par rapport à la production littéraire venue de Paris. Il est évoqué trois fois dans la revue Klaxon, mais c’est toujours au détour de comptes rendus de numéro de la NRF42. Proust n’est ainsi clairement pas envisagé en dehors de son actualité française. Il est cependant cité, comme à Rio de Janeiro, par des critiques français, collaborateurs ponctuels de journaux paulistes43. Ainsi, les seuls articles évoquant Proust à São Paulo, autrement que dans une simple dimension connotative, ou au gré d’une note sur la NRF, sont ceux de Camille Mauclair44 et Paul Souday45. Si l’auteur est globalement ignoré, en dehors de son actualité parisienne, c’est dans une démarche de refus d’une matrice culturelle traditionnelle française. Il s’agit également de se positionner face à l’identité cultuelle de Rio de Janeiro et de s’affirmer dans sa différence.

  • 46 Rui Coelho, « Marcel Proust e a nossa época », Clima, São Paulo, n° 1, mai 1941, p. 63-65.
  • 47 Antonio Candido de Mello e Souza, « Vinte anos e… », Folha da Manhã, São Paulo, 4 mars 1943, p. 5.

40À la fin des années 1930 et durant la décennie 1940, une seconde phase de la réception de Proust s’ouvre avec la formation d’une nouvelle élite culturelle et littéraire dans le giron de la nouvelle Université de São Paulo, dont les sciences humaines sont tenues par une mission universitaire française. Le choix de Proust, pour les nouveaux modernistes paulistes qui officient dans la revue Clima, est aussi une manière de se positionner par rapport à la première génération qui avait rejeté celui-ci. L’auteur français permet de jouir du prestige qu’apporte l’introduction d’un nouvel élément culturel dans un espace de réception (Bourdieu 2002, 3-8). Il est cependant important, pour ces jeunes gens, de ne pas rejeter totalement les bases de construction du modernisme pauliste. Dès lors, réfléchir à l’inactualité de Proust, au fait qu’il soit un auteur dépassé, plus de son temps, ou une survivance de musée, comme le font alors Rui Coelho46 et Antonio Candido47, est aussi s’inscrire dans la même filiation.

  • 48 A Pacotilha, São Luis, 26 mai 1920, p. 4.

41Les sources de presse sont moins abondantes dans le Nordeste. Néanmoins, si l’on se réfère à ce qui est disponible, bien que Proust soit évoqué dans certains États de la région quelques mois après son prix Goncourt48, il semble ne pas y avoir intéressé la critique dans les premières années de la décennie 1920. C’est pourtant dans cette région que le poète Jorge de Lima publie son recueil de poésie O Mundo do menino impossivel. Le choix de privilégier l’intertextualité liée à Du Côté de chez Swann ne peut qu’interpeler, dans la mesure où c’est souvent le volume ignoré des premières années de diffusion de Proust au Brésil. Ce choix de Combray comme fondement de la lecture de Jorge de Lima pourrait trouver son explication dans le fait qu’au sein d’À la recherche du temps perdu, c’est bel et bien l’espace qui, par excellence, représente la province, la région, la périphérie, par opposition à Paris, à la capitale, au centre. À cet égard, Proust occupe le statut paradoxal d’une œuvre littéraire importée qui illustre le refus de l’importation culturelle venue des capitales nationales et, par extension, de l’étranger.

  • 49 Nordeste, Recife, année IV, n° 5, novembre-décembre 1949, p. 2.

42Cette perception régionaliste est réactivée dans les années 1940, au moment où paraît la traduction portugaise. La revue Nordeste, à Recife, publie ainsi, en 1949, un numéro consacré à « La Province de Proust ». L’éditorial répond à l’étonnement d’Albert Camus face à l’intérêt que suscite la Recherche dans le Nordeste par une assimilation pure et simple de l’identité régionaliste à son auteur49. Les Nordestins, mêmes lorsqu’ils sont à Rio de Janeiro, ont un poids capital dans la circulation de Proust au Brésil, dans la mesure où ils sont très nombreux au Proust Club, dirigé par ailleurs par l’un d’eux, Octacilio Alecrim.

43Dans la première période d’arrivée au Brésil de l’œuvre de Proust, les lectures qui en sont faites sont multiples. Ainsi, la réception nordestine, bien que sans doute minoritaire, trouve presque immédiatement en la Recherche une identification possible pour soutenir son affirmation par rapport aux centres de gravité culturelle du pays que sont Rio de Janeiro et São Paulo. Les réceptions carioca et pauliste considèrent Proust par la place qu’il occupe à Paris et prennent une dimension essentiellement connotative (importation littéraire, actualité culturelle française, etc.), alors que l’auteur lui-même laisse perplexe, ce qui ne peut se comprendre qu’en raison du contexte culturel local. Néanmoins, qu’il s’agisse de se poser en centre au même titre que Paris, de rejeter de manière méfiante l’ancienne matrice culturelle française, ou encore de se construire une identité culturelle propre, dans le rejet des capitales et de l’importation européenne, c’est bel et bien face à la France qu’il faut se positionner.

44La mobilité des élites brésiliennes et leur profonde endogamie – Rio de Janeiro, en tant que capitale, a, malgré tout, un rôle de creuset rassemblant celles-ci – fait que ces multiples perceptions de l’auteur vont circuler et être mises en relation. Après un étiage relatif, sa redécouverte autour des années 1940 garde les mêmes caractéristiques régionales et des usages similaires.

  • 50 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2e cahier, 24 juillet 1956, p. 3 ; Id., 4 août 1956, p. 3 ; Id., (...)
  • 51 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 5e cahier, 17 août 1958, p. 5 ; Id., 5e cahier, 14 septembre 1958 (...)
  • 52 Diario Carioca, Rio de Janeiro, 5 avril 1959, p. 6.
  • 53 Id., 29 mars 1959, p. 3.
  • 54 Diario Carioca, Rio de Janeiro, 1er octobre 1960, p. 6.
  • 55 Diario Carioca (potins estaduais), Rio de Janeiro, 6 décembre 1960, p. 1.

45L’accès de Proust à la culture de masse dans les années 1950, notamment par le biais de la télévision, en fait un phénomène de mode. Elle intervient de manière curieuse. Une des premières émissions télévisées brésiliennes est un jeu dénommé « O Ceu é o Limite » [Le ciel pour limite] dans lequel des candidats répondent à des questions sur un sujet choisi et reviennent aussi longtemps qu’ils gagnent. Christiane Mendes Caldeira50 et Gilda Oswaldo Cruz51 choisissent de répondre sur Proust et connaissent, chacune, de longues séries de victoires qui sont largement couvertes par la presse. On constate par ailleurs qu’une certaine élite, non plus intellectuelle mais mondaine, cite en interview l’auteur comme lecture du moment ou écrivain préféré. Ainsi, au détour d’un article sur l’épouse d’un riche propriétaire terrien bahianais, une certaine Dilton Portela Lima est présentée comme un exemple d’élégance, ses goûts sont évoqués en matière de cinéma et de littérature lui permettant de se référer à Marcel Proust, Somerset Maugham et Ernest Hemingway52. De la même manière, la mondaine Lourdes Catão déclare en 1959 passer son temps libre à la lecture de Proust, sans avoir encore réussi à s’enthousiasmer53. Lorsque le Diário Carioca consacre un article à une jeune fille carioca de bonne famille, avec force photos, le journal dresse son portrait de la manière suivante : « Maria Margarida Baldanzi, fille de M. et Mme Goliaro Galdanzi, est née en 1942, a des cheveux noirs, étudie au collège Santo Amaro en troisième année scientifique – et son écrivain préféré est Marcel Proust54 ». Enfin, dans les pages du même journal, une autre élégante, Hofke de Sousa, évoque son intérêt – passé – pour la musique (João Gilberto et le Cool Jazz), le sport (tennis) et confesse que son passe-temps du moment est la lecture d’À la Recherche du Temps Perdu, qu’elle poursuivra, dit-elle, avec celle de Kafka55. Proust devient ainsi à la fin de la période une lecture de bon ton dans les milieux mondains. Cela est notamment dû à la présence de la nouvelle traduction brésilienne, à la redécouverte de l’auteur en France, et à l’élitisme culturel et snob que suppose un auteur qui devient une « lecture de miss ». Son public évolue ainsi d’une élite intellectuelle à une élite sociale dans laquelle ce premier public est largement englobé.

De la langue à la culture

46Si le rapport à l’œuvre de Proust, sa lecture et sa réception ne sont pas les mêmes tout au long de la période considérée ici et dans les différents espaces nationaux, force est de constater deux éléments majeurs qui structurent cette réception : tout d’abord, la disponibilité du livre, ensuite, la langue de diffusion et de connaissance de l’auteur. En effet, on observe qu’un certain nombre d’événements extérieurs à la diffusion littéraire de Proust rendent plus ou moins difficile l’accès aux volumes de la Recherche : ainsi la crise de 1929, en causant une importante inflation et en multipliant le prix du livre venu de France décourage les librairies d’importer des livres français et donnent une impulsion majeure à l’édition brésilienne, qui, dans les années 1940, traduira Proust. De la même manière, l’occupation de Paris, en 1940, conduit au gel des importations culturelles françaises vers le Brésil, stoppant toute circulation de l’objet-livre de la France vers le Brésil.

47La langue constitue également une limite essentielle à la diffusion de Proust. S’il devient une référence et un élément de distinction culturelle, dès le début des années 1930, il n’en reste pas moins un auteur exigeant diffusé en français, ce qui limite son public à une petite élite. À cet égard, le moment de sa traduction est celui où il n’est plus uniquement une référence littéraire, un élément de distinction culturelle et un marqueur revendiqué de l’élite nationale, mais un écrivain accessible à une lecture de première main.

48Plus que toute chose, Proust, dans la manière dont il est reçu et mobilisé, est une bonne jauge du rapport de l’élite brésilienne, tout au long de la période, avec la matrice culturelle française. Le succès de sa traduction est le signe que si, au gré d’un élargissement relatif de l’élite culturelle nationale, la maitrise de la langue française n’est plus une constante, le rapport direct à la culture française n’en reste pas moins important, de quelque manière que l’auteur soit lu, reçu et mobilisé. Dès lors il faudrait plutôt souligner une dissociation qui s’opère, tout au long de la période, entre langue et culture française, plutôt que le divorce d’avec cette dernière évoqué par certains historiens (Rolland 2000).

Haut de page

Bibliographie

Amorim, Sônia Maria de. 1999. Em Busca de um Tempo Perdido, Edição de literatura traduzida pela Editora Globo (1930-1950). São Paulo/Porto Alegre : Edusp/Com-Arte/Editora da Universidade – UFRGS.

Athayde, Tristão de [Alceu Amoroso Lima]. 1927. « A música em Stendhal e Proust. » Estudos – 1 ª série, 180-189. Rio de Janeiro : Edição Terra de Sol.

Athayde, Tristão de [Alceu Amoroso Lima]. 1928. Estudos – Série 2. Rio de Janeiro : Edição Terra de Sol.

Barreto Filho, José. 1929. Sob o olhar malicioso dos trópicos. Rio de Janeiro : Festa.

Barthes, Roland. 1984. « La mort de l’auteur. » In Le Bruissement de la langue, 61-67. Paris : Seuil.

Benoist-Méchin, Jacques. 1926. La Musique et l’immortalité dans l’œuvre de Marcel Proust. Paris : Simon Kra.

Bourdieu, Pierre. 2002. « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées. » Actes de la recherche en science sociale 145 : 3-8.

Broca, José Brito. 1969. « Sugestões de uma bibliografia. » In Letras Francesas, 257-260. São Paulo : Conselho Estadual de Cultura.

Casanova, Pascale. 1999. La République Mondiale des lettres. Paris : Seuil.

Coelho, José Saldanha, dir. 1950. Proustiana Brasileira. Rio de Janeiro: Revista Branca.

Crémieux, Benjamin. 1924. XXe siècle, première série. Paris : Gallimard.

Espagne, Michel & Michael Werner, dir. 1988. Transferts. Les relations interculturelles dans l'espace franco-allemand. Paris: Éditions Recherche sur les civilisations.

Frank, Robert. 2003. « Penser historiquement les relations internationales. » Annuaire français des relations internationales IV : 42-65.

Freyre, Gilberto. 2003 [1952]. Maîtres et esclaves. Paris : Gallimard [éd. orig. (1933) : Casa-grande & senzala. Formação da família brasileira sob o regime de economia patriarcal. Rio de Janeiro : Maia & Schmidt].

Gilberto Freyre. 1959. Problemas brasileiros de antropologia. Rio de Janeiro : José Olympio.

Graça Aranha, José Pereira da. 1925. Espirito Moderno. São Paulo : Ed. Monteiro Lobato.

Hallewell, Laurence. 2005. O Livro no Brasil : sua história. São Paulo : Edusp.

Jauss, Hans Robert. 1978. Pour une esthétique de la réception. Paris : Gallimard.

Koselleck, Reinhart. 1990. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques. Paris : Éditions de l’EHESS.

Lima, Jorge de. 1925. O Mundo do Menino Impossível. Maceió : Casa Trigueiros.

Lima, Jorge de. 1929. Dois Ensaios. Maceió : Cass Ramalho.

Lima, Jorge de. 1953. Marcel Proust. Rio de Janeiro : Tupãn éditeurs.

Lima, Alceu Amoroso. 1969. Adeus à disponibilidade e outros adeuses. Rio de Janeiro : Agir.

Mindlin, José. 2008. Uma vida entre livros. São Paulo : EDUSP.

Pontes, Heloisa. 1998. Destinos Mistos. São Paulo : Companhia das Letras.

Rego, José Lins do. 1932. Menino de Engenho. Rio de Janeiro : Andersen.

Rolland, Denis. 2000. La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et identité. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Sauthier, Étienne. 2015. « Une Madeleine tropicale : la première traduction brésilienne de À la recherche du temps perdu. » Caravelle 105 : 137-152.

Sauthier, Étienne. 2016. « Jardin d’hiver – Circulation culturelle entre l’Europe et le Brésil d’une Guerre mondiale à l’autre (1914-1950). » Non Plus 8 : 54-71. Disponible sur : http://www.revistas.usp.br/nonplus/article/view/107372 (consulté le 5 avril 2016).

Tadié, Jean-Yves. 1971. Lectures de Proust, Paris : Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 Cet article prend place dans une réflexion plus large sur la diffusion, la réception et la traduction de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil. Celle-ci a donné lieu à une thèse de doctorat intitulée Combray sous les tropiques. Diffusion, réception, appropriations et traduction de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil (1913-1960), soutenue à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle en décembre 2014.

2 O Imparcial, Rio de Janeiro, samedi 13 décembre 1919, p. 4 ; O Paiz, Rio de Janeiro, 13 décembre 1919, p. 5.

3 Tristão de Athayde, « O implacável Proust », Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 9 juillet 1971.

4 Jayme Adour da Camara, « Depoimento sôbre Proust », Revista Branca, n° 4, Homenagem a Proust, Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949, p. 16.

5 Revue des deux mondes, Paris, 15 juin 1896, p. 11.

6 Fonfon, Rio de Janeiro, 21 août 1920, p. 17.

7 Id., 10 décembre 1921, p. 1.

8 Carlos Bosleli, « Marcel Proust e Gomez de la Serna », America Brasileira, 2, 21, Rio de Janeiro, septembre 1923, p. 248.

9 O Paiz, Rio de Janeiro, 19 août 1926, p. 2.

10 Cet article est largement inspiré de l’ouvrage de Jacques Benoist-Méchin, publié un an auparavant (Benoist-Méchin 1926).

11 « Hommage à Marcel Proust », Nouvelle Revue française, n° 112, Paris, 1923.

12 O Paiz, Rio de Janeiro, mercredi 24 octobre 1928, p. 2.

13 Manuel Bandeira, « Iniciação em Marcel Proust », Revista Souza Cruz, novembre 1930.

14 Festa, Rio de Janeiro, an I, n° 1, août 1927, p. 2.

15 Correio Paulistano, São Paulo, 3 janvier 1929, p. 2.

16 Id., São Paulo, 28 juin 1929.

17 Id., São Paulo, 18 août1929, p. 2.

18 Diario de Noticias (sup.), Rio de Janeiro, 27 juillet 1938, p. 16 ; Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 18 décembre 1938, p. 6.

19 Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 3 septembre 1938, p. 10.

20 A Noite, Rio de Janeiro, 5 février 1938, p. 6.

21 Id., Rio de Janeiro, 10 octobre 1938.

22 Id., Rio de Janeiro, 3 juillet 1938, p. 2.

23 Diario Official, Espírito Santo, 12 mars 1937, p. 3 ; Diario da Manhã, Vitória, 21 novembre 1937, p. 7.

24 Rui Coelho, « Marcel Proust e a nossa época », Clima, São Paulo, n° 1, mai 1941, p. 20-65.

25 Id., p. 63-65.

26 Mundo Literário, Lisbonne, n° 4, 1er juillet 1946, p. 3-4.

27 Antonio Candido, « Vinte anos e… », Folha da Manhã, São Paulo, 4 mars 1943, p. 5.

28 O Imparcial (Sup.), Rio de Janeiro, 12 octobre 1941, p. 2 ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 14 septembre 1941, p. 18 ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 2 novembre 1941, p. 18.

29 Sur la circulation de la culture entre France et Brésil durant la Seconde Guerre mondiale, voir Sauthier (2016).

30 A Noite, Rio de Janeiro, 28 avril 1945, p. 2 ; Jornal do Brasil, Rio de Janeiro, 28 avril 1945, p. 8.

31 Letras e artes, Rio de Janeiro, 12 janvier 1947, p. 5.

32 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2e section, 8 décembre 1945, p. 1 ; A Manhã, Rio de Janeiro, 23 novembre 1946, p. 4 ; Letras e Artes, Rio de Janeiro, 22 septembre 1946, p. 3.

33 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 2 mars 1947, p. 2.

34 Sur la question de la première traduction de Proust, l’inscription de son projet dans une politique de prestige de la maison d’édition Globo de Porto Alegre et les conditions de celle-ci, voir Sauthier (2015).

35 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 2 février 1947, p. 2.

36 Id., Rio de Janeiro, 7 novembre 1948, p. 3.

37 « Homenagem a Proust », Revista Branca, Rio de Janeiro, n° 4, décembre-janvier 1948-1949.

38 « Proust Slogan », Revista Branca, Rio de Janeiro, n° 4, décembre-janvier 1948-1949, p. 27.

39 Nordeste, Recife, année IV, n° 5, novembre-décembre 1949.

40 America Brasileira, Rio de Janeiro, an III, n° 28, avril 1924.

41 Fondation Alceu Amoroso Lima, Correspondance Active, Alceu Amoroso Lima à Georges Bernanos, lettre du 27 septembre 1927. Bien que cette correspondance soit entre Alceu Amoroso Lima et Georges Dumas, en 2012, lorsque les archives de la fondation ont été consultées, celle-ci était classée, sans doute par erreur sous le nom de Georges Bernanos, qu’Alceu Amoroso Lima n’a connu que dans les années 1930.

42 Klaxon, São Paulo, an I, n° 3, juillet 1922, p. 13; Id., São Paulo, an I, n° 4, août 1922, p. 16 ; Id., São Paulo, n° 8-9, décembre-janvier 1922-1923, p. 30.

43 O Estado de S. Paulo, São Paulo, 26 mars 1926, p. 3.

44 O Correio Paulistano, São Paulo, 7 février 1942, p. 3.

45 Id., 1er mars 1942, p. 5.

46 Rui Coelho, « Marcel Proust e a nossa época », Clima, São Paulo, n° 1, mai 1941, p. 63-65.

47 Antonio Candido de Mello e Souza, « Vinte anos e… », Folha da Manhã, São Paulo, 4 mars 1943, p. 5.

48 A Pacotilha, São Luis, 26 mai 1920, p. 4.

49 Nordeste, Recife, année IV, n° 5, novembre-décembre 1949, p. 2.

50 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2e cahier, 24 juillet 1956, p. 3 ; Id., 4 août 1956, p. 3 ; Id., 13 août 1956, p. 11. ; Diario Carioca, Rio de Janeiro, 14 octobre 1956, p. 6 ; Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2e cahier, 15 août 1956, p. 3 ; Id., 2e cahier, 4 septembre 1956, p. 3 ; Diario Carioca, Rio de Janeiro, 7 août 1956, p. 6 ; Id., 8 août 1956, p. 6 ; Id., 17 août 1956, p. 6 ; Id., 23 août 1956, p. 6 ; Id., 26 août 1956, p. 6 ; Id., 27 août 1956, p. 6 ; Id., 14 septembre 1956, p. 6 ; Id., 18 septembre 1956, p. 6 ; Id., 25 août 1956, p. 6 ; A Noite, Rio de Janeiro, 2cahier, 11 août 1956, p. 4 ; Id., 2cahier, 1er octobre 1956, p. 3 ; Ultima Hora, Rio de Janeiro, 2e cahier, 7 août 1956, p. 3 ; Revista da Semana, Rio de Janeiro, 22 septembre 1956, p. 1 ; Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 28 mars 1958, p. 4 ; Ultima Hora, Rio de Janeiro, 1er avril 1958, p. 12 ; Revista da Semana, Rio de Janeiro, 22 février 1958, p. 59.

51 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 5e cahier, 17 août 1958, p. 5 ; Id., 5e cahier, 14 septembre 1958, p. 5 ; Diario Carioca (revue des spectacles), Rio de Janeiro, 17 août 1958, p. 8 ; Id., 24 août 1958, p. 7 ; Ultima Hora, Rio de Janeiro, 21 août 1958, p. 1 ; Ultima Hora, Rio de Janeiro, 21 août 1958, p. 6 ; Ultima Hora, Rio de Janeiro, 1er septembre 1958, p. 2 ; O Diario de Noite, Rio de Janeiro, 16 août 1958, p. 8.

52 Diario Carioca, Rio de Janeiro, 5 avril 1959, p. 6.

53 Id., 29 mars 1959, p. 3.

54 Diario Carioca, Rio de Janeiro, 1er octobre 1960, p. 6.

55 Diario Carioca (potins estaduais), Rio de Janeiro, 6 décembre 1960, p. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Sauthier, « De Combray à Rio de Janeiro : lectures et appropriations brésiliennes de Marcel Proust (1919-1958) », Brésil(s) [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2093 ; DOI : 10.4000/bresils.2093

Haut de page

Auteur

Étienne Sauthier

Étienne Sauthier est chercheur associé au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA – UMR 7227).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals