Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Truzzi, Oswaldo. 2016. Italianidade no interior paulista : percursos e descaminhos de uma identidade étnica (1880-1950)

São Paulo : Ed. Unesp, 137 p.
Mônica Raisa Schpun
Référence(s) :

Truzzi, Oswaldo. 2016. Italianidade no interior paulista : percursos e descaminhos de uma identidade étnica (1880-1950). São Paulo : Ed. Unesp, 137 p.

Texte intégral

1Le nouvel ouvrage d’Oswaldo Truzzi aborde les multiples facettes de l’italianité au Brésil. Sa principale originalité est de choisir pour cadre de son étude l’intérieur de l’État de São Paulo plutôt que la ville elle-même comme la plupart de ses prédécesseurs, non sans raison puisque la plupart des immigrés italiens se sont installés dans l’arrière-pays : 77 % des 400 000 d’entre eux arrivés dans cet État avant 1920, sans compter les naturalisés et les descendants (p. 23).

2Un nombre significatif d’études ont abordé les différentes villes de l’intérieur pauliste et Oswaldo Truzzi en rend largement compte. Il s’agit pourtant à chaque fois de monographies centrées sur une seule localité. Pour le monde rural, on a souvent parlé du colonato (système d’organisation du travail sur la base de l’unité familiale qui s’est substitué à l’esclavage après l’abolition et qui a généralisé l’endettement et la dépendance vis-à-vis des propriétaires), mais on n’a pas suffisamment analysé l’expérience de chaque groupe spécifique, même majoritaire, à l’exception peut-être des Japonais. Aucun historien, jusqu’ici, n’a eu l’ambition de faire une synthèse consacrée aux Italiens dans l’espace pauliste. C’est là l’un des grands atouts de ce livre, qui met en lumière une réalité extrêmement variée et fragmentée, difficile à reconstituer et restée jusque-là dans l’ombre.

3Une introduction théorique, qui éclaire le projet, ouvre l’ouvrage. Si la question de l’identité ethnique semble, dès le titre, constituer le fil conducteur de l’étude, la problématique exposée est plus complexe, car elle se situe dans la tension entre « italianité » et « assimilation » qui traverse tous les chapitres à diverses échelles. Ces deux notions sont structurelles pour cette histoire de la présence italienne dans l’intérieur de l’État de São Paulo.

4Le premier chapitre brosse un panorama, chiffré, de l’étendue de cette immigration, de son expansion dans le temps et de sa morphologie, illustré par d’utiles cartes et graphiques. Le chapitre suivant trace les grandes lignes de son histoire : les régions d’origine, les chaînes migratoires et leurs lieux de concentration respectifs, le profil social des immigrés (travailleurs peu qualifiés, illettrés), la politique des « bras pour le café », la réalité du travail. Pour ce qui est du bagage ethnique apporté de la péninsule, le catholicisme et le campanilisme, fruit de l’unification tardive de l’Italie, sont déterminants. Toutefois, la vie dans le pays d’accueil fait apparaître d’autres traits qui dessinent une identité nouvelle, en formation, répondant aux défis lancés par l’immigration. C’est le cas, par exemple, du rapport à la population noire dont la présence permet de se valoriser en tant que personnes se considérant blanches avec la complicité des élites brésiliennes désireuses de « blanchir » le pays. C’est aussi le cas de l’éthique du travail qui porte rapidement ses fruits. Ainsi « l’italianité à laquelle on se réfère est un sentiment d’appartenance […] déclenché par le phénomène migratoire et qui, en bonne partie, se forme au Brésil » (p. 42).

5Le troisième chapitre s’attache à la vie en milieu rural. L’endogamie y joue un rôle essentiel. À São Carlos, que l’auteur connaît particulièrement bien, le pourcentage d’endogamie masculine de 1888 à 1909 n’a jamais été inférieur à 80 %, avec une moyenne de 91,5 % pour la période (p. 49). Si ces chiffres ont diminué fortement par la suite, cela ne s’explique pas par l’augmentation des mariages mixtes, mais simplement par le renouvellement des générations et les unions avec des Brésiliennes filles d’Italiens. Ainsi, l’une des bases les plus importantes de l’italianité concerne les rapports privés et familiaux. Ce n’est pourtant pas sans effet sur l’organisation du travail. D’un côté le système du colonato renforce l’homogénéité des structures familiales (en privilégiant l’endogamie). De l’autre, au cours du temps, l’épargne durement accumulée et l’avancée de la frontière agricole démultiplient le nombre des petites propriétés. En 1920, 39 % des terres du plateau occidental pauliste (vaste zone centrale de l’État) appartiennent à des immigrés, et 32 % à des Italiens. Truzzi y voit une « progressive différentiation sociale entre les immigrés italiens en milieu rural » (p. 58). Cette mobilité sociale relative, vu la taille en général modeste des lots acquis, rend toutefois plus difficile le maintien de la cohésion ethnique et renforce l’individualisme.

6Le portrait dessiné pour le monde urbain (quatrième chapitre) est plus complexe en raison, notamment, de l’abondance et de la diversité des sources et des travaux disponibles. Les expériences varient selon les villes et les régions d’implantation. Globalement, deux éléments sont essentiels pour comprendre les transformations subies par l’italianità : la mobilité sociale et les liens structurés par le biais des associations qui se sont plus développées dans les villes qu’à la campagne. En ce qui concerne la mobilité sociale, on peut dire avec l’auteur que, « au long de toute la période connue comme Première république (1889-1930), dans toutes les régions de l’intérieur pauliste où l’économie caféière s’est développée, les Italiens dominaient tant le commerce que la petite industrie » (p. 62). Ainsi, pour donner quelques exemples dont l’ouvrage regorge, l’industrie de la chaussure, caractéristique de la ville de Franca, comptait 65 entreprises régulièrement enregistrées entre 1900 et 1945 et 36 d’entre elles appartenaient à des Italiens seuls ou associés (55 %). À Araraquara, de 1910 à 1929, 27 des demandes d’autorisation d’installation d’usine ont été déposées par des Italiens soit 56 %. Au-delà de ces chiffres éloquents, l’évocation d’une très grande variété de cas concernant, dans les différentes villes, les métiers les plus divers, trace les contours d’une réalité pratiquement inconnue qui, de plus, est magnifiquement illustrée.

7On assiste ainsi, au fil du temps, à la constitution d’élites italiennes dans toutes ces villes de l’arrière-pays pauliste. Les exemples cités montrent la variété des parcours, des métiers et des réseaux mobilisés, y compris par le biais de mariages d’Italiens ayant « réussi » avec de filles des familles des élites « brésiliennes » locales. En dehors de parcours d’exception ayant une plus grande visibilité, on voit émerger une couche moyenne jusque-là inexistante prête à « remodel[er] définitivement toute la société pauliste » (p. 81).

8Ces nouvelles élites se mobilisent dans les mouvements associatifs, investissant dans l’identité ethnique, non sans une certaine ambiguïté : elles cherchent à la fois à garder leur prestige auprès de la communauté italienne et à se rapprocher des notables brésiliens locaux. Parallèlement, le contexte politique change, d’abord en Italie, avec l’arrivée du fascisme, puis au Brésil, avec l’ascension de Vargas qui accède au pouvoir en 1930. L’italianità est renforcée par la notoriété internationale de Mussolini, mais affaiblie par la popularité nationale du nouveau président brésilien qui aura le dernier mot.

9Car au fond, si le titre de l’ouvrage met au centre de la scène l’identité ethnique des Italiens à São Paulo, au long de l’ouvrage, et dans le sens de la problématique annoncée en introduction, c’est « l’assimilation » qui s’impose plutôt que l’italianità, largement fragilisée par le contexte migratoire. Et ce, bien avant que la deuxième génération lui tourne définitivement le dos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mônica Raisa Schpun, « Truzzi, Oswaldo. 2016. Italianidade no interior paulista : percursos e descaminhos de uma identidade étnica (1880-1950) », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2348

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals