Navigation – Plan du site
Dossier – Parcs et jardins

Au-delà des tropiques et des consensus : acteurs, pratiques et enjeux dans l’histoire des parcs et jardins au Brésil

Paulo César Garcez Marins et Mônica Raisa Schpun

Texte intégral

  • 1 L’idée de ce dossier, publié en français par Brésil(s). Sciences humaines et sociales et, en portug (...)

1De 2012 à 2016, le Brésil eut deux de ses référentiels urbains les plus importants reconnus comme patrimoine mondial par l’Unesco. À Rio de Janeiro, cet honneur concerna les « paysages cariocas, entre la mer et la montagne » et, à Belo Horizonte, l’ensemble moderne de Pampulha. Dans le premier cas, le périmètre de protection s’étendit aux montagnes couvertes de forêts tropicales du parc national de Tijuca, aux pics de granit mondialement connus du Corcovado et du Pain de sucre, ainsi qu’à des parcs comme le Jardin botanique, le Passeio Público et les jardins du remblai de Flamengo. Dans la capitale de Minas Gerais, il concerna les bâtiments d’Oscar Niemeyer jalonnant la lagune de Pampulha (construits entre 1942 et 1944), parmi lesquels se détache la silhouette sinueuse de l’église de Saint-François d’Assise. La réalisation d’un tel projet permit à l’architecte d’accéder pour la première fois à une notoriété internationale. Cependant, les deux décisions de l’Unesco comportent aussi, dans leurs documents justificatifs, un hommage explicite au plus connu des paysagistes brésiliens : Roberto Burle Marx (1909-1994). Celui-ci conçut la plus grande partie des jardins de Pampulha, tout comme ceux de Flamengo ou ceux qui longent la plage de Copacabana, qu’il souligna, de plus, par une promenade aux mosaïques de pierre1.

2Dès les années 1940, Burle Marx fut reconnu internationalement. C’est à cette époque que le Musée d’art moderne de New York (MoMA) l’exposa pour la première fois et que ses projets furent régulièrement évoqués dans les pages des revues européennes et nord-américaines. En participant à la création de nouveaux langages artistiques modernes et en explorant les ressources végétales des tropiques, il introduisait les parcs et les jardins brésiliens dans les ouvrages de référence sur le paysagisme au XXe siècle. Les hommages rendus par l’Unesco ont été l’aboutissement de ce processus.

3Au-delà des créations du maître du jardin du XXe siècle brésilien, les parcs aujourd’hui classés comme biens patrimoniaux – dont certains datent des XVIIIe et XIXe siècles – sont une source d’inspiration pour les chercheurs, pour les acteurs de la sphère publique et pour l’ensemble des citoyens. Ce patrimoine aux multiples facettes, ces espaces qui fonctionnent depuis des siècles comme médiateurs des sociabilités urbaines, méritent plus notre attention. Ils accueillirent des espèces végétales originaires de tous les continents. Ils permirent des expériences de création artistique témoignant de pratiques innovantes, des synthèses réalisées par des paysagistes, des jardiniers et des artisans préoccupés par leur ornementation. Ces pratiques, amples et diversifiées, furent éclipsées par celles nées des jardins tropicaux créés par Burle Marx ou par ses disciples, impliqués par le mouvement d’architecture et de paysagisme moderne. En effet, la connaissance de cet important patrimoine est restée le plus souvent limitée à sa seule conception formelle.

4Peu étudiés par les sciences humaines et sociales au Brésil, les parcs et jardins des villes du pays sont pourtant un objet particulièrement riche d’enseignements pour qui s’intéresse aux manières de concevoir, d’aménager, de fréquenter et de préserver l’espace public. Plus largement, leur examen nous éclaire aussi sur des enjeux et des conflits sociaux, politiques et symboliques (Bartalini 1999). Ces lieux, véritables laboratoires, croisent ainsi l’histoire de l’urbanisme, du paysagisme et des politiques de définition et de préservation du patrimoine à l’échelle locale, régionale ou nationale, tout comme l’histoire sociale des villes. Touchant directement à la flore – sélectionnée, organisée, mais aussi revisitée afin de composer et dessiner un parc ou un jardín –, ce champ de recherche concerne aussi, au Brésil, l’imaginaire des tropiques et sa mise en question. Les espaces verts des villes brésiliennes, leur étendue, leur état de préservation, leur fréquentation sont enfin des indicateurs non négligeables des conditions de la vie urbaine. Et si leur situation actuelle préoccupe, c’est qu’elle est le résultat d’une histoire complexe où confluent et se confrontent les intérêts économiques et politiques les plus divers. Ces lieux peuvent ainsi, selon les cas, devenir des icônes qui parlent du pays, de ses villes, de l’histoire qui les a façonnées. Car il s’agit en fin de compte, dans le cœur des villes et de la vie urbaine, d’espaces clés pour les citadins qui permettent la rencontre, le vivre ensemble, l’apprentissage de la mixité autant que des évitements, de la reconnaissance mutuelle entre égaux et de l’expérience des inégalités (Scobey 1992 ; Anderson 2011, 104-150). Ils constituent, dans tous les cas, des références centrales dans la carte mentale des habitants d’une ville.

5Ainsi inscrits dans le paysage urbain brésilien depuis la période coloniale, les parcs et jardins rappellent les traditions luso-tropicales d’agencement des espaces. Le Passeio Público de Rio de Janeiro fut créé dans les années 1780, inspiré des jardins géométriques à la française qui furent réinterprétés au Portugal et dans son monde colonial. Il s’agit de l’exemple le plus connu de l’émergence de ces nouveaux espaces qui, pendant le second XVIIIe siècle brésilien (Segawa1996), associèrent à des références formelles européennes des espèces végétales natives d’Amérique ou originaires des Indes orientales. Ces laboratoires où se reformulait l’art des jardins venu d’Europe, permirent des réinventions morphologiques mais aussi la sélection et l’adaptation de multiples espèces aux différents climats présents dans le pays. Donnant le ton aux jardins locaux, cette alliance entre organisation spatiale et création végétale imprima son cachet dans de nombreuses villes pendant le XIXe siècle.

6L’immense succès international des parcs et jardins français de style paysager conçus et construits à Paris pendant le Second Empire en fit une référence pour le paysagisme au Brésil et amena les professionnels français vers les principales villes du pays. Le parcours et la production d’Auguste Glaziou (1828-1906), le plus connu des médiateurs des pratiques du paysagisme entre la France et l’Empire brésilien, a inspiré des études récentes sur sa façon de travailler et sur les solutions qu’il trouva pour ses compositions (Bériac 2012 ; Terra2000 et 2015). Ses disciples concilièrent souvent l’évocation du pittoresque, la technique des rocailles et les tracés naturalisants avec des allées néoclassiques bordées de palmiers impériaux (Roystonea oleracea). Glaziou et ceux qui le suivirent réalisèrent ainsi des synthèses audacieuses entre des répertoires qui s’opposaient alors en Europe. Le Brésil devint le berceau de ces nouveaux accords créatifs. La réflexion sur le paysagisme avançait, mise en pratique par des acteurs aux origines variées qui, tout en s’inspirant des idées et des techniques en vogue en Europe, développaient localement des œuvres singulières.

7Au tournant du XXe siècle, l’urbanisation massive des grandes villes du pays, poussée par l’arrivée des vagues d’immigrants et les interventions des nouvelles autorités républicaines dans les capitales des États fédérés, renforça l’importance des jardins et des parcs. Mus par un imaginaire européiste, voire francisé, les commanditaires multiplièrent les initiatives. Amélioration et embellissement furent facilités par la présence sur place d’artisans qualifiés aux nombreuses spécialités, le plus souvent immigrés, qui se mirent au service des autorités publiques, mais aussi des élites urbaines possédant d’imposants jardins privés autour de leur villa.

8Parcs et jardins devinrent alors de véritables scènes à ciel ouvert permettant l’exhibition des corps des femmes et des hommes des élites, l’exercice des pratiques de loisir des couches populaires et la perception mutuelle des différences sociales du fait de l’émergence des couches moyennes et de la complexification de l’échelle sociale. Espaces civilisationnels par excellence des citadins, les jardins furent aussi des lieux où fleurirent les techniques architecturales et paysagères propres à la Belle Époque : kiosques à musique, pavillons, colonnades, bassins, fontaines et jets d’eaux, monuments, bustes, sculptures et éléments décoratifs variés, allées et parterres les plus divers (Dourado2011).

9Pourtant, nous connaissons encore mal la production paysagère de la Belle Époque brésilienne : les préjugés interprétatifs hérités du modernisme opposent une barrière puissante et de longue durée à son étude. Les concepteurs, artisans et autres professionnels ayant créé et entretenu ces espaces sont toujours ignorés. Pris jusqu’à très récemment pour de simples copies sans intérêt de leurs modèles européens d’alors, les jardins de la Première République commencent à peine à être vus comme des expressions d’une véritable relecture locale de leurs référentiels. La reprise des principes hérités de Le Nôtre qui caractérisa le paysagisme en vogue dans les principales villes du pays à partir de la décennie 1900 – presque en même temps qu’en France – lia les villes brésiliennes aux circuits de diffusion et de réélaboration promus par les paysagistes français qui y travaillèrent. Ils furent nombreux à l’époque à signer des projets au Brésil et dans d’autres pays latino-américains comme l’Argentine ou l’Uruguay, ainsi que dans l’Outre-mer français.

  • 2 Les trois ouvrages cités en référence sont publiés à l’occasion d’expositions. La première, réalisé (...)

10Ce tableau changea radicalement à partir du moment où, durant les années 1930, l’architecture moderne s’empara des formes dessinées par Burle Marx pour les jardins brésiliens, révolutionnant les associations entre flore native et exotique, les relations entre matières végétales et éléments architecturaux, le tout dans un reniement radical des références historicistes des décennies précédentes. Auteur de projets contribuant de façon significative à forger les identités urbaines de Rio de Janeiro, São Paulo et Brasília, entre autres, autant que des œuvres iconiques du paysagisme de villes tropicales et subtropicales comme Caracas, Kuala-Lumpur ou Miami, Burle Marx est incontestablement le grand nom de sa discipline dans le Brésil du XXe siècle. Ce rôle de premier plan fut confirmé dans l’actualité récente grâce à des expositions réalisées au Brésil, aux États-Unis et en Europe (Cavalcanti & El-Dahdah 2009 ; Calvalcanti, El-Dahdah & Rambert 2011 ; Hoffmann & Nahson 2016)2.

  • 3 Voir, par exemple, les travaux du projet de recherche Quapá (Quadro do Paisagismo no Brasil/Cadre d (...)

11La notoriété incontestée de Burle Marx a pourtant fini par cacher une production extrêmement variée de parcs et jardins qui reprenaient et réinterprétaient les courants paysagers et historicistes, mais s’inscrivaient aussi entre principes artistiques modernes et post-modernes. Ces réalisations peuvent désormais compter sur une (re)connaissance de plus en plus systématisée grâce à des chercheurs prêts à suivre des courants et des parcours professionnels que la tradition moderniste dominante avait semé d’embuches3.

12Ces aménagements urbains paysagers complexes ne furent pris en compte que tardivement par les organismes responsables de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine. Souvent délaissés, voire sacrifiés – comme ce fut le cas des parcs du centre-ville de São Paulo conçus par le français Joseph-Antoine Bouvard (1840-1920) –, ils ont souffert des fortes tensions existant entre investissements publics et intérêts privés (sur fond de spéculation immobilière) ainsi qu’entre priorité accordée aux réseaux de voirie et promotion ou préservation des espaces verts. Ces contradictions, si elles sont particulièrement aiguës de nos jours, ne sont pour autant pas récentes et encore moins exclusives de la contemporanéité. Elles s’enracinent au contraire dans une longue histoire de collusion entre les intérêts particuliers et l’action des pouvoirs publics dans les villes brésiliennes, notamment en ce qui concerne la propriété et la spéculation foncière. Les processus souvent violents et non programmés d’urbanisation sont responsables à la fois du peu d’espace réservé aux jardins urbains, comme de leur abandon du fait de leur manque de rentabilité.

13Le dossier présenté ici, sans prétendre à l’exhaustivité, essaie de suivre les moments les plus marquants de l’histoire des parcs et jardins dans l’espace public brésilien. Les articles qui le composent se sont arrêtés sur certains des thèmes, des acteurs, des pratiques sociales et des conflits politiques qui ont caractérisé ces espaces tout au long de leur devenir. Les approches choisies sont variées et dessinent la richesse même de leur objet commun, non sans tenter, en même temps, de faire émerger les points forts partagés.

14Cristiane Maria Magalhães s’attache à une technique appliquée tout au long du XIXe siècle et au début du XXe dans les jardins paysagers, la « rocaille », ainsi qu’aux artisans qui la maîtrisent et la diffusent. Parcourant notamment le Sud-Est du pays, l’auteure suit la piste de deux rocailleurs parmi les plus importants de la période, le Français Paul Villon et le Portugais Francisco da Silva Reis. Visant à produire un effet végétal, les rocailles imitaient généralement la texture des troncs d’arbres et des roches, grâce à l’emploi du ciment. On les trouvait, sous les formes les plus variées, dans les ornements et les équipements habituellement présents dans les jardins de style paysager : ponts, bordures de lacs et bassins, cascades et grottes artificielles, belvédères, kiosques à musique ou réservés à d’autres finalités, bancs, tables, abris… Dans l’air du temps, les rocailles ne furent pas une prérogative des lieux publics. Les familles aisées en installèrent dans les jardins de leur résidence comme dans leur fazenda. En dépit de sa durée, l’engouement pour les rocailles ne laissa pas toujours de traces faciles à suivre compte tenu de la rareté des signatures apposées. Beaucoup de ces équipements disparurent avec l’arrivée, peu de temps après, du paradigme dicté par l’architecture moderne, adopté aussi bien par le paysagisme et l’urbanisme brésiliens. Différentes sources ont été mobilisées par l’auteure pour repérer les œuvres toujours existantes et décrire le savoir-faire des maîtres rocailleurs ayant travaillé, dans une époque de grandes transformations urbaines, à Rio de Janeiro d’abord puis dans beaucoup d’autres villes.

15Aline de Figueirôa Silva nous amène aux jardins de Fortaleza, dans le Nordeste du Brésil, au tournant des XIXe et XXe siècles. Elle y examine les rapports entre les caractéristiques attribuées à la flore naturelle et celles de la végétation installée dans les jardins publics de cette ville au climat chaud et aride. L’imaginaire des jardins luxuriants des zones tropicales humides, considérés comme une marque de la brésilianité, s’y trouve contrarié. L’auteure s’intéresse aux techniques développées pour pallier ce problème. Le cœur de l’article concerne le choix des arbres plantés dans les espaces étudiés et les solutions hydriques utilisées pour lutter contre l’ensoleillement excessif et le manque d’eau chronique de la ville. Elle s’intéresse à l’introduction de bassins artificiels aux finalités utilitaires (et non pas décoratives) et, surtout, à l’installation de moulins à vent de fabrication nord-américaine visant à pomper l’eau souterraine pour la stocker dans des réservoirs métalliques. Disparus à partir des années 1930, ces équipements laissèrent pourtant des traces dans diverses sources écrites et iconographiques. Ils furent une singularité de Fortaleza sur la scène nationale des jardins urbains.

16Les trois autres textes concernent les jardins marqués par les principes de l’art et de l’architecture modernes au Brésil où l’œuvre de Roberto Burle Marx s’est magistralement imposée. Vera Beatriz Siqueira s’intéresse à la façon dont le paysagiste se servait d’éléments architecturaux choisis parmi les débris des démolitions d’immeubles cariocas du XIXe siècle et des premières décennies du XXe pour créer des compositions inusitées au sein de son jardin privé, le Sítio Santo Antonio da Bica, actuellement Sítio Roberto Burle Marx, à Rio de Janeiro. L’auteure voit une connexion entre ces pratiques singulières de composition et celles du collectionneur de plantes et d’objets d’art que fut Burle Marx. Selon Siqueira, si l’on s’en tient à l’« histoire traditionnelle du modernisme brésilien », ces interventions pourraient être qualifiées de conservatrices, voire même de « régressives ». Or, leur analyse permet au contraire de construire de nouveaux outils critiques pour relire l’œuvre du paysagiste. En préservant et en valorisant ces témoignages architecturaux du XIXe siècle et de la Belle Époque, il s’inscrivait contre la tendance de ses collègues, imbibés de modernisme, qui, eux, les méprisaient. Considéré comme emblème de sa génération – de son vivant et après –, il n’en suivait pourtant pas, on le voit, les dictats.

17Travaillant sur le contexte pauliste, Fernanda Araujo Curi s’intéresse, pour sa part, à la longue histoire des rapports particulièrement complexes entretenus par Burle Marx avec le parc Ibirapuera, le plus important espace paysager de São Paulo, inauguré en 1954 lors du 400e anniversaire de la ville. Si la plupart des nombreux bâtiments qui y ont été construits portent la signature de l’architecte Oscar Niemeyer et de son équipe, le projet initial des jardins était dû à Burle Marx. Cependant, celui-ci ne parvint jamais à l’imposer. Or, le paysagiste fut aussi l’auteur, dans les années 1970 et 1990, de deux autres projets pour le parc. Seul le dernier des deux fut mis en place, encore que partiellement. Fernanda Curi examine, au long de cette histoire, les résistances opposées à l’implantation de chacun des projets de Burle Marx. L’auteure parcourt pour ce faire les aléas d’une gestion publique exercée de façon pour le moins très irrégulière pendant six décennies de vie du parc. Elle revient enfin sur le destin du premier projet, celui de 1954, dont quelques planches originales appartiennent aujourd’hui aux collections du MoMA. Faute d’avoir pu mener à bien ce projet, Burle Marx l’a ainsi en quelque sorte pérennisé.

18Revenant à Rio de Janeiro, Márcia Regina Romeiro Chuva traite du processus de patrimonialisation du parc de Flamengo, classé monument historique en 1965 par l’Institut du patrimoine historique et artistique national (Iphan). Il s’agissait d’un projet de Roberto Burle Marx et de l’architecte Affonso Eduardo Reidy. L’auteure du texte se penche tout particulièrement sur les tensions entourant le jardin et le projet architectural dans les débats de l’Iphan, au moment où le parc fut classé, mais aussi après. La décision fut prise dans le contexte des profondes transformations urbaines subies par la ville de Rio de Janeiro alors qu’elle était encore capitale du pays, puis sous le gouvernement de Carlos Lacerda (1960-1965) et avec l’avènement du régime militaire, en 1964. Privilégiant une approche centrée sur la question du « droit à la ville », l’auteure éclaire d’une lumière crue les antagonismes entre préservation du patrimoine et spéculation immobilière. Prolongeant sa réflexion sur les politiques du patrimoine jusqu’à une période très récente, Márcia Chuva les examine enfin dans le contexte des grands événements sportifs ayant eu lieu dans la ville, depuis les Jeux panaméricains de 2007 jusqu’aux Olympiades de 2016. Elle articule cette situation avec le rôle exercé par le parc de Flamengo dans la décision de l’Unesco (2012) d’accorder au « paysage culturel » de Rio de Janeiro le titre de Patrimoine mondial.

19Cet ensemble d’articles entend contribuer au renouvellement en cours des études sur les parcs et jardins au Brésil, notamment en allant au-delà des perspectives formalistes qui ont tant marqué ce domaine de recherches. Ces approches – par ailleurs toujours vivantes – reposaient sur une histoire du paysagisme qui, jusqu’à très récemment, était avant tout conçue comme une extension de l’histoire de l’art. Ce dossier, volontairement interdisciplinaire et orienté vers des questionnements nouveaux, fait émerger des acteurs inattendus, des techniques peu connues et rarement étudiées ou encore des manières peu courantes de se servir de la préservation patrimoniale. Il entend aussi contribuer à la dénonciation de pratiques et de paradigmes d’autant plus établis qu’ils sont imperméables à toute problématisation.

20Rappelons ici que Fernanda Curi a clairement mis en lumière les atermoiements des pouvoirs publics de São Paulo pour implanter les projets successifs de Burle Marx, privant ainsi la ville d’espaces complexes et de grande qualité. L’histoire récente du remblai de Flamengo, comme l’a signalé Márcia Chuva, est encore une démonstration de la perméabilité des pouvoirs publics aux intérêts privés peu soucieux du classement fédéral du parc et de son inclusion dans le périmètre de protection de l’Unesco en 2012. De la même manière, les initiatives récentes de la mairie de São Paulo visant à privatiser la gestion de l’ensemble de ses parcs et jardins s’inscrivent sans solution de continuité dans l’histoire pour le moins turbulente de la valorisation et de la protection de ces patrimoines méconnus des villes brésiliennes que ce dossier espère avoir contribué à mieux faire comprendre.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Elijah. 2011. The Cosmopolitan Canopy: Race and Civility in Everyday Life, New York & Londres: W.W. Norton & Company.

Bartalini, Vladimir. 1999. « Parques públicos municipais de São Paulo : a ação da municipalidade no provimento de áreas verdes de recreação. » Thèse de doctorat. São Paulo : Faculté d’architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (FAU-USP).

Bériac, Jean-Pierre. 2012. « Auguste Glaziou, un paysagiste entre Bordeaux et Rio de Janeiro. » Revue archéologique de Bordeaux 103 : 231-262.

Cavalcanti, Lauro & Farés El-Dahdah. 2009. Roberto Burle Marx : a permanência do instável. Rio de Janeiro : Rocco.

Calvalcanti, Lauro, Farés El-Dahdah & Francis Rambert, dir. 2011. Roberto Burle Marx : la modernité du paysage. Paris & Barcelone : Cité de l’architecture et du patrimoine/Institut français d’architecture/Actar.

Dourado, Guilherme Mazza. 2011. Belle Époque dos jardins. São Paulo : Ed. Senac.

Hoffmann, Jens & Claudia J. Nahson. 2016. Roberto Burle Marx : Brazilian Modernist. New York & New Haven: The Jewish Museum & Yale University Press.

Macedo, Silvio Soares. 1999. Quadro do paisagismo no Brasil. São Paulo : FAU-USP.

Macedo, Silvio Soares. 2012. Paisagismo brasileiro na virada do século – 1990-2010. São Paulo : Edusp/Ed. Unicamp.

Macedo, Silvio Soares & Francine Gramacho Sakata. 2002. Parques urbanos no Brasil. São Paulo : Edusp/Impresa Oficial.

Segawa, Hugo. 1996. Ao amor do público : jardins no Brasil. São Paulo : FAPESP/Studio Nobel.

Terra, Carlos Gonçalves. 2000. Os jardins no Brasil no século XIX : Glaziou revisitado. Rio de Janeiro : EBA/UFRJ.

Terra, Carlos Gonçalves. 2015. « Exchange of Useful Plants between Brazil and England in the Second Half of the Nineteenth-Century: Glaziou and the Botanists of the Royal Botanic Gardens, Kew. Kew Bulletin: Official Journal of the Royal Botanic Gardens 70 (1): 1-10.

Robba, Fabio & Silvio Soares Macedo. 2002. Praças brasileiras. São Paulo : Edusp/Imprensa Oficial.

Scobey, David. 1992. « Anatomy of the Promenade: The Politics of Bourgeois Sociability in Nineteenth-Century New York. » Social History 17 (2): 203-227.

Haut de page

Notes

1 L’idée de ce dossier, publié en français par Brésil(s). Sciences humaines et sociales et, en portugais, par les Anais do Museu Paulista est née des réflexions liées au projet international « Du Monde en miniature au jardin planétaire : imaginer, vivre et (re)créer le jardin de mondes anciens à nos jours », une initiative de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC) réunissant aussi des chercheurs de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), de l’École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine, de l’Université de São Paulo (USP), de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp) et de l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ).

2 Les trois ouvrages cités en référence sont publiés à l’occasion d’expositions. La première, réalisée à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, a été présentée d’abord au Paço Imperial (Rio de Janeiro) et au Musée d’art moderne de São Paulo (MAM-SP) sous le titre « Roberto Burle Marx 100 anos – a permanência do instável ». La seconde, proposée à New York par le Jewish Museum (2016) sous le titre « Roberto Burle-Marx : A Brazilian Modernist », a été ensuite installée à la Deutsche Bank Kunst Halle à Berlin.

3 Voir, par exemple, les travaux du projet de recherche Quapá (Quadro do Paisagismo no Brasil/Cadre du paysagisme au Brésil, FAU-USP), dont les résultats sont publiés dans Macedo (1999 et 2012) ; Macedo & Sakata (2002) ; Robba & Macedo (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paulo César Garcez Marins et Mônica Raisa Schpun, « Au-delà des tropiques et des consensus : acteurs, pratiques et enjeux dans l’histoire des parcs et jardins au Brésil », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le , consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2352 ; DOI : 10.4000/bresils.2352

Haut de page

Auteurs

Paulo César Garcez Marins

Paulo César Garcez Marins est historien, professeur et conservateur au Musée Paulista de l’Université de São Paulo (USP), enseignant en mestrado de muséologie et membre de l’école doctorale de la Faculté d’architecture et urbanisme de la même université (FAU-USP) ; il est co-éditeur des Anais do Museu Paulista.

Mônica Raisa Schpun

Mônica Raisa Schpun, historienne, est chercheure au Centre de recherches sur le Brésil colonial et contemporain de l’École des hautes études en sciences sociales (CRBC/Mondes américains – EHESS, Paris) et professeure visitante à la FAU-USP ; elle est directrice éditoriale de Brésil(s). Sciences humaines et sociales.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals