Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lavinas, Lena. 2017. The Takeover of Social Policy by Financialization: The Brazilian Paradox.

New York: Palgrave Macmillan, XXI-219 p.
Pierre Salama
Référence(s) :

Lavinas, Lena. 2017. The Takeover of Social Policy by Financialization: The Brazilian Paradox. New York: Palgrave Macmillan, XXI-219 pages.

Texte intégral

1Au Brésil, entre 1970 et 2010, le taux de fécondité a baissé de 67% passant de 5,8 à 1,9 enfants par femme. Il devrait se situer à 1,7 en 2020. La structure de la population devrait donc continuer à changer avec une participation de la population âgée de plus en plus importante grâce à la diminution de la natalité et à l’allongement de l’espérance de vie. En 2040, la population ayant plus de 65 ans devrait être supérieure à celle ayant entre 0 et 14 ans selon les évaluations de l’IPEA (nov. 2017). Le ratio actif/Inactif continuera donc à baisser ce qui n’est pas sans poser de sérieux problèmes de financement pour les retraites par répartition. Avec le vieillissement de la population, le coût de la santé devrait augmenter sensiblement dans la mesure où les soins sont plus coûteux pour les personnes âgées que pour les personnes jeunes. Enfin, compte tenu de l’évolution des technologies, le nombre d’années passées à l’école et dans les universités devrait s’accroitre et le coût total de l’éducation augmenter malgré la baisse relative du nombre de jeunes dans la population.

2Ce sont des prévisions dites lourdes. Elles ne peuvent être ignorées. Elles ne sont pas sans poser des problèmes économiques appelant à des choix politiques clairs. D’une manière générale, trois options existent. La première consiste à préserver la notion de service public et à considérer que tout n’est pas marchand même s’il convient d’évaluer le coût économique de ce choix et le financer par une réforme fiscale visant à faire principalement payer aux catégories les plus aisées une solidarité sociale permettant de vivre dans une société plus inclusive qu’elle ne l’est. La seconde consiste à diminuer fortement la part prise par le système de répartition en faveur d’un système de capitalisation, à faire de plus en plus appel à des hôpitaux privés avec, à la clef, l’essor des systèmes d’assurance privés, obligatoires ou non, enfin à développer l’enseignement privé. La conséquence est à la fois une débudgétisation de plus en plus importante de ces dépenses sociales, un essor du crédit pour les financer partiellement et un endettement consécutif affectant le revenu disponible surtout des catégories modestes. La solidarité liée au service public diminue fortement. C’est l’option libérale. Enfin, une troisième option existe : celle-ci consiste à imposer au secteur public les règles de fonctionnement du secteur privé. Il en découle une diminution de l’offre de service public et une augmentation des cotisations. C’est l’option privilégiée par le courant néolibéral.

3Depuis la nouvelle constitution, à la fin des années 1980, et surtout depuis les gouvernements Lula et Dilma, c’est un mixte de ces trois options qui a été privilégié. Les droits des brésiliens ont été étendus surtout avec Lula I et II et Dilma I : augmentation du salaire minimum bien au-delà de la productivité du travail, augmentation des retraites indexées à ce salaire minimum, élargissement de la bourse famille, accès à l’université de nombres de jeunes qui en étaient exclus grâce à un système de discrimination positive, financement à taux d’intérêt réduits, etc. Mais en même temps, les gouvernements de Lula et de Dilma ne se sont pas donné les moyens d’une telle politique et ce sont donc les deux autres options qui ont progressivement imposé leur logique. Pas de réforme fiscale, le système en vigueur restant toujours aussi régressif. Les crédits à faibles taux financés en partie par le Trésor par des emprunts à taux beaucoup plus élevés, les subventions aux universités privées, la possibilité de défalquer de ses impôts une part importante des dépenses liées à la santé et à l’enseignement privé, etc., expliquent pour partie le déficit budgétaire et l’augmentation de sa charge atteignant, à la veille de la crise, un poids équivalent au paiement des retraites… et l’essor de la financiarisation. La logique de la finance l’emporte sur celle de la solidarité nationale, le marchand sur le service public.

4Les effets pervers de la financiarisation se déploient au niveau macroéconomique. La loi votée récemment sur la limitation des dépenses publiques est révélatrice de ces effets pervers : pas de limitation à la hausse des taux d’intérêt – ceux-ci sont parmi les plus élevés au monde – et consécutivement de la charge de la dette de l’État. La réduction du déficit public implique alors nécessairement une réduction des dépenses sociales, notamment celles pour les retraites alors même que celles-ci ne sont pas à l’origine du déficit budgétaire (si on ne tient pas compte des retraites des militaires par exemple), et ce malgré la hausse des dépenses et surtout la réduction des recettes destinée aux retraites décidée depuis les années 2000.

5On comprend alors que si Lula a pu être la mère des pauvres, il a pu être aussi le père des plus riches : solidarité et financiarisation sont les deux mamelles du progressisme. Mais c’est une logique qui contient son propre dépassement, elle est profondément instable ainsi qu’on a pu l’observer dès la fin de Dilma I et le début de Dilma II avec pour apothéose la politique sociale régressive de Temer. Il y a d’autres logiques possibles : celles qui peuvent conduire à des reformes nécessaires mais négociées du système de retraite et de son financement, du système de santé ou d’éducation, mais qui ne se fassent pas au bénéfice seul de la finance, finance qui dans le cas brésilien a revêtu les oripeaux de la financiarisation, de l’essor des rentes et de la désindustrialisation massive.

6Le livre de Lena Lavinas fait l’anatomie de la politique sociale au Brésil, détaille avec talent l’essor de la financiarisation qui en découle, analyse avec pertinence l’incohérence qui a consisté à vouloir marier l’eau et le feu plutôt que d’affronter d’une autre manière la situation de profonde inégalité à l’heure du bilan des régimes progressistes, c’est un livre à lire assurément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Salama, « Lavinas, Lena. 2017. The Takeover of Social Policy by Financialization: The Brazilian Paradox. », Brésil(s) [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2427

Haut de page

Auteur

Pierre Salama

Professeur émérite, Université Paris XIII

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals