Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Grill, Igor Gastal & Eliana Tavares dos Reis. 2016. Elites parlamentares e a dupla arte de representar: intersecções entre « política » e « cultura » no Brasil

Rio de Janeiro: Ed. FGV, 260 p.
Carolina Pulici
Référence(s) :

Grill, Igor Gastal & Eliana Tavares dos Reis. 2016. Elites parlamentares e a dupla arte de representar: intersecções entre « política » e « cultura » no Brasil. Rio de Janeiro: Ed. FGV, 260 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Igor Grill et Eliana Tavares dos Reis, professeurs de l’Université fédérale du Maranhão et animateurs du Laboratoire d’études sur les élites politiques et culturelles, s’intéresse à l’amalgame des domaines d’action, aux professionnels aux profils hybrides et tout particulièrement à la fluidité des frontières entre le métier d’homme politique et celui d’intellectuel qui s’est historiquement construite dans le paysage politique brésilien.

2Elites parlamentares e a dupla arte de representar, qui rassemble des textes publiés entre 2008 et 2015, étudie trois générations d’hommes politiques brésiliens qui se sont consacrés à l’écriture, ont publié et ont su mettre à profit cette inscription dans le monde des lettres pour construire des carrières politiques réussies. Couvrant les années 1945-2010, l’ouvrage se propose d’éclairer les interdépendances entre le « monde intellectuel » et le « monde des spécialistes de la représentation politique ». Dans ce but, il combine des approches quantitatives et qualitatives, mobilise des écrits autobiographiques, des documents politico-administratifs (disponibles sur des sites gouvernementaux et universitaires), des dictionnaires historico-biographiques et des tableaux statistiques.

3L’analyse poussée des représentations que les professionnels de la politique construisent d’eux-mêmes et des autres à partir du dépouillement de leurs récits et de leurs mémoires montre qu’ils évoquent de manière récurrente une tradition intellectuelle et politique au sein de la famille d’origine. Ils soulignent, du même coup, l’ancienneté de cette pratique parmi les élites locales ou nationales : c’est là une ressource dont on peut difficilement se passer pour entrer et se maintenir dans le jeu de la politique officielle. Ces écrits qui éternisent les œuvres dans lesquels les hommes politiques étudiés se contemplent donnent aussi à voir l’importance de la participation à des réseaux de relations socialement utiles. Ils permettent de remettre en cause l’autonomie supposée d’une sphère politique entièrement soumise à ses propres règles de fonctionnement.

4Le livre ne se contente pourtant pas, comme bien d’autres avant lui, de souligner l’asservissement du domaine du politique à des critères de hiérarchisation qui lui sont hétéronomes. Si les auteurs postulent que la reconnaissance à la fois comme intellectuel et comme homme politique constitue le critère dominant de recrutement de l’élite politique brésilienne, l’analyse comparative et diachronique qu’ils déploient leur permet de saisir des transformations non-négligeables dans les définitions légitimes du métier de politicien. Attentifs à la professionnalisation progressive de cet univers, ils ne manquent pas de souligner que certaines de ces positions ne sont plus considérées comme des ressources efficaces dans la lutte politique. C’est le cas des écrits se situant hors du domaine de spécialisation universitaire et professionnelle, par exemple, qui sont discrédités en tant qu’apanage des politiciens « à l’ancienne ». On ne reconnaît plus à ces derniers, diplômés en droit, certes, mais tout aussi dévoués à la production de poèmes, de contes et de romans, la compétence et l’autorité « spécialisée » qu’on attend d’eux.

5Dès lors, pour cette élite « letrada e votada » [lettrée et élue] qui réussit à convertir des atouts culturels (universitaires, médiatiques, militants) en positions au sein de l’État et du Parlement, les différents genres d’écriture choisis – généralistes, sectoriels, littéraires et (auto)biographiques – deviennent des éléments distinctifs qui permettent d’externaliser ses convictions à propos de la bonne manière de gérer l’État, la société, l’économie et la culture. En effet, le processus de spécialisation des activités politiques et des activités intellectuelles se manifestant à partir des années 1960 a ouvert la voie à une progressive diversification de la composition sociale de l’élite politique brésilienne, de nouveaux répertoires se disputant le devant de la scène. Afin de mieux les percevoir, Igor Grill et Eliana Tavares dos Reis, après avoir délimité la population (299 politiciens) retenue dans l’étude, discutent les corrélations entre, d’un côté, les modalités d’écriture et les thématiques privilégiées et, de l’autre, la décennie d’entrée dans la politique, le diplôme, la profession et la position politique.

6Deux trajectoires, celles d’Afonso Arinos et de Delfim Netto, sont exemplaires. Elles incarnent non seulement les atouts multidimensionnels et la renommée toute aussi multiple (multinotabilidades) de ceux qui sont parvenus à concilier production écrite et activité politique mais aussi (et peut-être surtout) les deux mécanismes de recrutement du personnel politique les plus discutés tout au long du livre. Le plus traditionnel, appuyé sur la culture « humaniste » et l’héritage familial est illustré par le premier, un diplômé de droit. Le plus récent, fruit de la spécialisation progressive du jeu politique et supporté par la diversification du système universitaire ainsi que par la montée en puissance des savoirs techniques, s’exprime dans le cas du second, diplômé en économie.

7La contribution de l’ouvrage ne se limite pas, néanmoins, à mettre en lumière les attributs nécessaires à l’occupation de positions dominantes dans la hiérarchie sociale au Brésil, ce qui serait déjà assez précieux en soi face à des sciences sociales brésiliennes, jusqu’à présent tournées massivement vers les groupes défavorisés aux pouvoirs limités. Écartant les schémas simplistes, les auteurs ne passent pas sous silence les clivages internes du monde des élites politiques étudiées : opposition entre les héritiers des « grandes familles » et les nouveaux venus, différenciation des profils de recrutement dominants dans des régions contrastées comme dans le Rio Grande do Sul ou dans le Maranhão, confrontations entre hommes et femmes. À ce propos, l’analyse de la présence très minoritaire des parlementaires de sexe féminin – huit sur les 299 cas répertoriés, soit 2% de l’échantillon – atteste que même les femmes dotées de ressources culturelles et politiques suffisamment importantes pour avoir droit de cité dans cet espace fortement marqué par la domination masculine ne parviennent pas à occuper des postes de commandement au sein du gouvernement ou du parti politique d’appartenance, se voyant très souvent affectées à des seconds rôles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Pulici, « Grill, Igor Gastal & Eliana Tavares dos Reis. 2016. Elites parlamentares e a dupla arte de representar: intersecções entre « política » e « cultura » no Brasil », Brésil(s) [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2431

Haut de page

Auteur

Carolina Pulici

Université fédérale de São Paulo (Unifesp)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals