Navigation – Plan du site
Varias

Question raciale, production culturelle et image démocratique du Brésil pendant la Seconde Guerre mondiale

Raça, produção cultural, e a imagem democrática do Brasil durante a Segunda Guerra Mundial
Race, Cultural Production, and Brazil’s Democratic Image during World War II
Jessica Graham
Traduction de Simon Berjeaut

Résumés

Durant la Seconde Guerre mondiale, le régime de Getúlio Vargas a diffusé des messages apparemment paradoxaux sur la composition et les valeurs raciales du Brésil. D’un côté, il applaudissait à la mixité raciale légendaire du pays et à ses idéaux d’inclusion. D’un autre côté, il cachait les populations de couleur et exprimait le désir de « blanchir » la nation. En s’attachant aux projets culturels destinés au public états-unien, cet article souhaite montrer que l’expression conjointe de ces deux formes de nationalisme racial a permis au gouvernement Vargas de se faire accepter comme une démocratie engagée auprès des Alliés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mars 2017 ; approuvé en mars 2018

Texte intégral

  • 1 En 1937, le président Vargas avait dissous le Congrès et tous les partis politiques, annulé les éle (...)

1Face aux proclamations de défense de la démocratie qui ont largement circulé au cours de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement brésilien de l’Estado Novo, après avoir choisi de soutenir puis de rejoindre les nations alliées, s’est retrouvé dans une position inattendue et souvent délicate. Il s’est tant bien que mal efforcé d’expliquer un choix curieux pour la dictature qu’il semblait être et qu’il était bel et bien. L’entrée en guerre du Brésil aux côtés des pays dits démocratiques avait suscité de vives critiques à l’encontre de ce régime autoritaire et avait donné lieu à de vifs débats jusqu’à ce qu’enfin, en 1945, il se décide à appeler la population aux urnes (Pandolfi 1999, 10-11)1. L’écart entre l’absence de démocratie représentative au Brésil et la mission de sauvegarde de la démocratie que s’attribuaient les Alliés ne pouvait que plonger l’Estado Novo dans l’embarras. Le régime de Vargas se livra alors à toute une série de manœuvres afin de se défaire d’une image politique trop encombrante. Il mobilisa à cet effet une kyrielle de ressources, notamment culturelles, pour faire taire les accusations de fascisme qui lui étaient adressées.

  • 2 Pour un examen plus nuancé de la portée raciale et politique de ce discours depuis son émergence au (...)

2Cette opération d’autojustification reflète la manière dont le conflit avait mis en lumière certains aspects spécifiques de la démocratie. Nombreux étaient ceux, en effet, qui concevaient le conflit des puissances de l’Axe contre les Alliés non seulement comme celui du fascisme contre la démocratie mais également comme celui du racisme exacerbé contre la tolérance. Pour les Alliés, la théorie raciale nazie était un mal absolu perçu comme parfaitement contraire à la démocratie qu’ils défendaient. Leur discours sur le libéralisme racial, étrangement, correspondait en tous points au récit national brésilien, bien connu aux États-Unis, selon lequel le pays se distinguerait dans le concert des nations par son exceptionnelle harmonie entre les races (Nicodemo 2016, 372-373). Cette réputation pouvait être utilisée comme un outil précieux capable de démonter l’image fasciste que renvoyait le gouvernement. À partir de la formule selon laquelle « le racisme n’est pas démocratique », une nouvelle équation établissait qu’un pays racialement tolérant ne pouvait être de fait qu’une démocratie. En d’autres termes, le régime de Vargas se servit de la tolérance raciale comme le succédané d’une véritable démocratie politique. Cette stratégie permit de souligner les parentés morales du Brésil avec les autres puissances alliées et de le présenter comme radicalement opposé à l’Allemagne nazie, faisant ainsi oublier un certain nombre de similarités, de solides sympathies et de liens historiques qui avaient été tissés entre les deux nations2.

  • 3 Pour une analyse des efforts entrepris pour donner du Brésil une image plus blanche à travers ses p (...)

3En même temps, l’Estado Novo voulait éviter que les États-Unis ne se forgent l’image d’un Brésil métissé ou non-blanc qui mettrait à mal les aspirations officielles visant à justifier, à la lumière de conceptions raciales, la présence du pays parmi les Alliés. Dans ce contexte, la très ancienne inquiétude des élites brésiliennes se considérant comme blanches refaisait surface à l’aune des efforts déployés pour assurer leur place parmi les pays occidentaux « civilisés » – c’est-à-dire « blancs » (Santos 2002, 61-82 ; Skidmore 1974 ; Hofbauer 2006)3.

  • 4 Pour plus de détails sur la relation entre le Brésil et les États-Unis pendant la Seconde Guerre mo (...)

4Je me propose d’examiner ici les messages envoyés par l’Estado Novo à la communauté internationale en m’attachant en particulier à la production culturelle brésilienne destinée aux États-Unis, indispensables alliés en temps de guerre4. Je m’appuierai plus particulièrement sur les travaux d’Antônio Pedro Tota et Darlene Sadlier, dont les recherches sur les échanges diplomatiques et culturels entre les États-Unis, le Brésil et, plus largement, l’Amérique latine durant le conflit mondial abordent, sans s’y attarder, la question raciale. Sadlier, notamment, signale que l’Estado Novo « continuait à aspirer à une société blanche » alors même que le régime mettait en valeur son image de paradis multiracial : je cherche à comprendre les raisons de ces choix (Sadlier 2012, 75 ; Tota 2009). Il me semble possible de montrer que, au-delà d’une simple hypocrisie ou d’une indéniable ironie, une stratégie rhétorique complexe et étrangement cohérente a bien été mise en place.

  • 5 Comme l’a écrit Petrônio Domingues (2005), la notion d’une société racialement diversifiée et harmo (...)
  • 6 D’après Thiago Nicodemo (2016, 374), la conception freyrienne de la démocratie était associée à « u (...)

5Les formes racialement complexes de nationalisme abordées ici trouvent au Brésil d’anciennes racines qui précèdent les recherches que leur a consacrées leur plus célèbre historien, Gilberto Freyre, dont le premier livre reconnu sur ce thème, Casa grande e senzala, date de 19335. Toutefois, je souhaiterais en proposer une nouvelle approche pour mieux comprendre l’idée de démocratie raciale à ce moment historique précis. Les théories freyriennes opposent la « démocratie sociale » – que les nations ibériques, et en particulier les Portugais, auraient notablement maîtrisée – et la « démocratie politique » adoptée par les pays occidentaux. Freyre a soutenu que la première d’entre elles a émergé de la pratique et de l’expérience historiques des Portugais dans leur coexistence avec d’autres cultures auxquelles ils empruntaient généreusement et qu’ils respectaient. La colonisation portugaise aurait ainsi engendré des sociétés multiethniques harmonieuses, que Freyre contrastait avec les démocraties libérales occidentales qui, affirmait-il, revendiquaient sur le papier une égalité juridique et politique toute théorique mais engendraient des rapports sociaux et raciaux délétères et sources de division (Schneider 2012, 77-82)6. Si les écrits de Freyre ont défini la démocratie politique et la démocratie sociale et raciale comme deux pôles opposés, le régime autoritaire de Vargas ne pouvait que les contredire et s’attacher à réconcilier ces deux conceptions. Dans ce but, il a utilisé les dimensions raciales de la démocratie sociale pour se revendiquer comme une démocratie politique. Tout comme Freyre, l’Estado Novo saluait les précieux bénéfices des pratiques raciales brésiliennes, mais à la différence de celui-ci, le régime cherchait à en tirer profit pour garantir sa place parmi les démocraties occidentales. Comme nous le verrons en conclusion, la communauté internationale allait accepter l’idée forgée par l’Estado Novo selon laquelle le Brésil pourrait proposer au monde occidental une solution pour ses questions raciales.

6Les instruments privilégiés du régime pour imposer sa vision de l’ordre politique et racial ont été empruntés aux diverses expressions culturelles. D’importantes ressources ont été déployées tout au long de la guerre pour mettre en place un dispositif historiquement inédit visant à générer, diriger, surveiller et censurer des projets culturels variés (Williams 2001 ; Velloso 1987 ; Hertzman 2013 ; Jambeiro et al. 2004 ; McCann 2004). L’État s’appuyait sur les intellectuels et les artistes pour créer une image officielle donnant au Brésil une identité raciale inédite. Toutefois, comme l’a montré Thiago Nicodemo (2016, 352), au cours de la période en question, ces derniers ne jouissaient pas d’un « espace institutionnel privilégié et leurs relations avec l’État s’avéraient souvent aussi ténues que troublées ». Bien sûr, nombreuses ont été les œuvres qui, incluses ou non parmi les projets subventionnés par le gouvernement, ont pu battre en brèche l’establishment culturel ou modifier les paramètres de ce qui, d’un point de vue racial, était acceptable. Pourtant, certaines figures importantes en charge des rênes du pouvoir, comme le ministre de l’Éducation Gustavo Capanema, contrôlaient la propagande de l’Estado Novo quant aux questions raciales. S’il arrivait qu’un artiste soutenu par l’État dépeigne le Brésil d’un point de vue différent de celui que défendaient les censeurs et les responsables culturels, ces derniers exigeaient des modifications, quand ils ne faisaient pas avorter la totalité du projet. Pour toutes ces raisons, on peut considérer les œuvres culturelles financées ou soutenues par l’État que nous évoquerons ici comme emblématiques du message tel qu’il était officiellement formulé.

Un Brésil multiracial et inclusif

  • 7 Pour la version du discours en portugais, voir « As forças armadas americanas estarão presentes em (...)

7Au moment de l’entrée de leur pays dans la Seconde Guerre mondiale, les Brésiliens avaient bien conscience que « démocratie » était le mot-clé que les Alliés avaient choisi pour donner un objectif à leur mission. Les journaux brésiliens s’en faisaient l’écho, les commentateurs vantaient de manière vague la notion tout en la considérant comme une cause méritant que les hommes lui offrissent les plus grands sacrifices. Le président Roosevelt, dans son premier discours sur l’état de l’Union après l’attaque de Pearl Harbour – traduit et publié par les journaux brésiliens dans son intégralité –, soulignait les prémices idéologiques qui sous-tendaient la mobilisation et le déploiement des forces militaires américaines. À propos des puissances de l’Axe, il déclarait : « Ils savent que notre victoire signifie la victoire de l’institution de la démocratie – l’idéal de la famille, les simples principes des bonnes mœurs et de l’humanité » (United States of America 1950, 35). En rappelant à ses auditeurs qu’Hitler utilisait les divisions entre les races pour mieux opprimer ses opposants, il affirmait : « Nous devons être particulièrement vigilants contre la discrimination raciale quelles que soient ses détestables formes » (Id., 39)7.

  • 8 « Celeiro e Arsenal da Democracia em luta contra a barbaria totalitária. » Jornal do Brasil, 15 jui (...)
  • 9 « Fieis à democracia e aos compromissos assumidos com a sua própria história. » Jornal do Brasil, 1 (...)

8L’ambassadeur américain au Brésil, Jefferson Caffery, introduisit en portugais l’expression « arsenal de la démocratie », popularisée par le président Roosevelt en 1940, afin de décrire le rôle de l’industrie de guerre des États-Unis dans le conflit. Le titre d’un article du Jornal do Brasil en révélait la visée : « L’entrepôt et l’arsenal de la démocratie en lutte contre la barbarie totalitaire8. » Le ministre brésilien de la guerre devait plus tard affirmer que la participation de son pays au conflit mettait en jeu le même « arsenal de la démocratie » que ses partenaires alliés. Au cours d’un déjeuner avec l’attaché militaire américain, Dutra affirma que le gouvernement brésilien comme les États-Unis confirmaient leur « loyauté envers la démocratie » et que ce principe politique commun avait permis de consolider la solidarité entre les deux pays9.

  • 10 Getúlio Vargas, « Assistência ao trabalhador intelectual. » Discours prononcé à l’occasion de l’ina (...)

9Cependant, si tous ces discours mettaient à mal la légitimité du régime autoritaire de l’Estado Novo, le président Getúlio Vargas ne s’était jamais lassé de proclamer cet idéal démocratique, pas plus qu’il n’avait échappé au paradoxe politique que cette situation créait. Ses censeurs étaient chargés de protéger l’image du gouvernement et ils étaient connus pour bannir de la sphère publique tout langage pro-démocratique dépeignant le régime sous un jour peu flatteur. En même temps, Vargas et ses proches ne cessaient de mettre en avant la démocratie, purement et simplement, tout en cherchant à amenuiser toutes les prévisibles contradictions. À la fin de 1943, à l’occasion de l’inauguration du Service d’assistance au travailleur intellectuel (Serviço de Assistência ao Trabalhador Intelectual) à São Paulo, il affronta le problème sans détour. En recourant à des mots qu’il attribuait aux intellectuels brésiliens eux-mêmes, il déclara : « Le Brésil, aux côtés des nations alliées […] n’a pas à rougir de défendre la même cause car, par ses traditions mêmes, par son organisation, par sa vie sociale, il est un pays démocratique. Lorsqu’ils prononcent le mot démocratie, c’est donc en toute sincérité que [les intellectuels brésiliens] peuvent parler et sans aucune crainte10. » En rangeant de son côté ceux qui n’avaient jamais hésité à critiquer le régime, Vargas consolidait la crédibilité de l’idée selon laquelle le Brésil était une démocratie à la même enseigne que ses partenaires alliés.

10Afin de donner du poids à ses positions politiques et d’élever le pays au rang des puissances dirigeantes du monde libre, l’Estado Novo s’opposait ouvertement, comme il ne l’avait encore jamais fait à ce point, à l’idéologie raciale des Nazis. En octobre 1942, deux mois après l’entrée en guerre du Brésil, Gustavo Capanema, ministre de la Santé et de l’Éducation, s’adressant à un parterre choisi à l’occasion de la Semaine de l’enfant, en profitait pour mettre en avant une conception nouvelle du nationalisme brésilien :

  • 11 Brouillon du discours daté du 13 octobre 1942, G.1942.10.13, bobine 7, photogramme 690, Archives Gu (...)

Le Brésil ne fonde pas sa culture sur le préjugé racial. Nous ne fondons pas notre nationalité sur l’affirmation qu’une race est supérieure à d’autres, qu’une race devrait dominer les autres, qu’une race a le droit d’attenter à une autre race et de la décimer. Le Brésil ne fonde pas sa civilisation et sa culture sur cette redoutable philosophie sociale qui donne aux êtres humains, en fonction de leur couleur ou de leur physionomie, le droit de se considérer supérieurs aux autres ou de se croire autorisés à liquider ou effacer les autres, à les annihiler. Le Brésil fonde sa civilisation sur le principe d’égalité et non sur la négation de l’égalité. (Applaudissements)11

11Au détour d’un discours sur la nutrition des enfants, Capanema trouvait le moyen de démontrer que l’Estado Novo savait retourner la rhétorique nazie et s’en détachait avec une fierté grandiloquente, montrant ainsi qu’il pouvait jouer pleinement sa partie dans le conflit aux côtés des « démocraties ». Il faisait appel à la réputation du Brésil sur la question raciale qui offrait au gouvernement de précieuses raisons de fanfaronner : l’État pouvait se rengorger d’être aux yeux du monde une véritable juridiction symbolique de la question raciale.

  • 12 Ce discours a été prononcé à l’occasion du déjeuner de l’Associated Brazilian Press, le 15 avril 19 (...)
  • 13 « A “entrevista” distribuída. » Diário de Notícias, 3 mars 1945, p. 4.
  • 14 « Vargas is Evasive on Running Again. » New York Times, 3 mars 1945, p. 8.

12Au fur et à mesure que la guerre se prolongeait, Getúlio Vargas accentuait l’importance de la stratégie raciale de l’Estado Novo et la manière dont elle avait permis de tirer parti des atrocités du Troisième Reich pour sauvegarder l’image politique du Brésil. Voyant venir la fin de la dictature et l’imminente re-démocratisation du Brésil, Vargas s’efforçait de récuser les accusations portées contre son régime autoritaire. Il revenait sur le racisme des nazis et affirmait que la nation brésilienne pouvait s’enorgueillir de s’y être opposée. Dans un discours de 1944 (Vargas 1944b, 19), il déclarait que les Brésiliens devaient être fiers de la « dignité de leur position » dans le combat en cours. Ils avaient su s’opposer au projet d’instaurer au niveau mondial un « régime d’esclavage basé sur la discrimination politique et la haine raciale12 ». En 1945, Vargas, très attendu, tenait sa première conférence de presse depuis plusieurs années. Il n’hésita pas à aborder à nouveau le sujet. À l’occasion de cet événement, le Département de la presse et de la propagande (Departamento de Imprensa e Propaganda – DIP) avait distribué une « interview », la publication d’une déclaration dans laquelle le président s’étendait sur cinq grands sujets, parmi lesquels les « tendances totalitaires qu’on lui impute ». Il y condamnait ceux qui qualifiaient l’Estado Novo de totalitaire parce qu’il n’était pas une démocratie représentative libérale. D’après Vargas, ces critiques avaient trompé le peuple, notamment parce que, à ses yeux, on reconnaissait les nations totalitaires à ce qu’elles imposaient d’« extrêmes prohibitions raciales ». Il posait la question : « Où trouve-t-on ces caractéristiques dans notre constitution13 ? » Grâce à cette subtilité rhétorique – que plusieurs journaux étrangers importants, comme le New York Times par exemple, reprirent14 – Vargas redéfinissait le totalitarisme en tant que racisme et la démocratie en tant que tolérance raciale. À l’instar de ce que son gouvernement n’avait jamais cessé de faire, il recourait à une qualification de la démocratie mettant en avant son caractère « racialement inclusif » afin de détourner l’attention d’autres conceptions qui auraient davantage fait porter l’accent sur une plus grande ouverture des processus politiques.

  • 15 « As declarações do Sr. Getúlio Vargas. » Diário de Notícias, 3 mars 1945, p. 4.

13Toutefois, il ne faudrait pas surestimer la portée, au cours de la période de transition démocratique, de la conférence de presse de Vargas et de la longue déclaration écrite qui l’accompagnait. Par tous les moyens à sa disposition, le président s’efforçait de contrôler son héritage ainsi que la manière dont la dictature de l’Estado Novo resterait dans l’histoire du Brésil et serait considérée à l’étranger. Il aimait rappeler que le mouvement fasciste brésilien, l’Action intégraliste brésilienne (Ação Integralista Brasileira), avait tenté de le renverser en 1938. Ce coup d’État manqué prouvait, précisait-il, que la « cinquième colonne » et les menaces de l’Axe avaient été des réalités au Brésil mais que l’Estado Novo était parvenu à les repousser. Il passait sous silence, comme le soulignait le quotidien Diário de Notícias, que ce furent les communistes et leur soulèvement de 1935 – et non l’intégralisme ou le nazisme – qui constituèrent l’excuse invoquée par le régime pour dissoudre le Congrès, annuler les élections et abandonner la constitution de 193415. Ainsi, transformait-il son opposition au fascisme en l’une des principales raisons d’être de l’Estado Novo et en faisait-il une flatteuse attitude soutenue par l’harmonieuse coexistence multiraciale qui l’accompagnait.

  • 16 La propagande de l’Estado Novo a emprunté aux nazis certaines tactiques d’organisation et a exploit (...)
  • 17 Cette « trilogie » fait référence aux trois chefs militaires unis dans la résistance contre les Hol (...)

14Nombre des administrations d’État utilisaient la culture pour générer dans le pays un consensus national et un « assainissement idéologique ». Il ne s’agissait pas là d’un procédé propre au Brésil. Non sans ironie, pour imposer ses messages sur le pluralisme racial, le régime de Vargas puisait son inspiration chez Josef Goebbels (Carneiro 2002, 47-48)16. C’est dans cet esprit que le DIP – le principal organe de l’Estado Novo pour la mise en œuvre de la propagande, du contrôle et de la censure des médias et de la culture – avait publié le livre Brazil in America (DIP 1942a) à l’intention d’un lectorat anglophone (Capelato 1999, 170). Cet ouvrage dépeignait le Brésil comme une nation née de la solide coopération entre les races et d’une fraternité à toute épreuve, dont les racines étaient indissociablement indigènes, portugaises et africaines. Il prétendait que « le développement politique, administratif et économique du Brésil n’aurait pas été possible sans l’initiative de races fortes et aventureuses ». Brazil in America vantait aussi « l’essentielle trilogie raciale composée d’un homme blanc, d’un Noir et d’un Indien » qui avait dirigé les « magnifiques » soldats brésiliens pour repousser les envahisseurs hollandais au XVIIe siècle (DIP 1942a, 16, 48)17. Comme ce texte le montrait, le Brésil ne pouvait que s’enorgueillir de son multiculturalisme et d’un récit national unique dont les acteurs appartenaient à toutes les « races » qui avaient donné naissance à la nation.

15En présentant cette mixité raciale pacifique, Brazil in America ne manquait pas de souligner discrètement le contraste avec les États-Unis, un pays tristement réputé dans le monde pour ses conflits raciaux violents et explosifs. D’autres textes de l’Estado Novo abordaient cette confrontation plus ouvertement encore. Publié par le DIP, l’ouvrage Facts and Information about Brazil – destiné sans équivoque au public américain et comportant d’innombrables références aux États-Unis – soulignait : « Il n’a jamais existé de “ligne de couleur” au Brésil » (DIP 1942b, 17-21). En faisant ouvertement allusion au modèle ségrégatif caractérisant leurs voisins du Nord, les Brésiliens cherchaient à différencier leur gestion de la question raciale.

  • 18 Le plus célèbre livre de Freyre sur ce sujet, Casa-grande e senzala, n’a pas été publié en anglais (...)

16Facts and Information multipliait les explications sur le contexte et les antécédents historiques afin d’imposer l’image d’un Brésil « cordial ». L’ouvrage affirmait que, depuis la création du pays, les Portugais, les Africains et les indigènes sud-américains « [s’étaient] mélangés et mariés entre eux » car « ni les Portugais ni les Brésiliens ne voyaient un problème dans le mélange avec d’autres races ». Alors que les plus importants travaux de Gilberto Freyre n’avaient pas encore été publiés en anglais, le DIP reprenait pour les lecteurs américains les caractéristiques luso-tropicales exceptionnelles que le Pernambucano avait soulignées et louait les Portugais d’être la nation européenne la plus tolérante et la plus ouverte d’esprit (DIP 1942b, 17-21)18. En évoquant la « ligne de couleur », on laissait entendre que l’ascendance anglaise des États-Unis avait produit une réalité bien différente.

  • 19 En 1943, Vargas a fait adopter la Consolidação das Leis do Trabalho (CLT) qui interdisait la discri (...)

17Le régime de Vargas s’efforçait de convaincre les anglophones que le réputé paradis racial brésilien n’appartenait pas seulement au passé et que le gouvernement en place restait attaché à la cause de l’égalité raciale. Le meilleur exemple de ces efforts se trouve peut-être dans la présentation, proposée par le ministre des Affaires étrangères, de la loi brésilienne dite des « deux tiers » dans son ouvrage rédigé en anglais Brazil, 1943 : Resources and Possibilities (Brasil 1944). Ce texte législatif adoptée en 1930 et renforcé par plusieurs lois postérieures, spécifiait qu’au moins deux tiers de la main-d’œuvre de chaque entreprise devaient être constitués de citoyens brésiliens et qu’au moins deux tiers de la masse salariale devaient leur être versés. Par ailleurs, ceux-ci ne pouvaient pas toucher de salaire inférieur à celui d’un étranger pour un travail équivalent. La législation du travail avait été attentive à la discrimination entre les sexes mais pas à celle relevant de la racialisation des personnes. La loi des « deux tiers » n’alla pas plus loin et n’interdit pas l’expression des préjugés raciaux sur le lieu de travail19. Néanmoins, pour les lecteurs anglophones, Brazil, 1943 soulignait « la noble vertu de l’inclusion sociale des classes défavorisées […] et en particulier des individus de couleur systématiquement exclus par de nombreuses entreprises ». En rattachant la question de l’inégalité raciale dans la vie professionnelle à la loi des « deux tiers », les auteurs suggéraient que le racisme pouvait être lui aussi un produit exogène, étranger aux mœurs luso-tropicales telles que Freyre les définissait. Et l’ouvrage terminait, d’une manière toute hyperbolique, en déclarant : « On peut donc affirmer sans exagération que l’épisode de l’émancipation des esclaves a été totalement intégré et que tout bon Brésilien de la race nègre [sic] est désormais assuré d’atteindre un niveau de vie plus élevé grâce à la dignité de son travail » (Brasil 1944, 513).

18Au-delà de la propagande, la politique culturelle de l’Estado Novo atteste également de la préoccupation accordée à la dimension raciale de la construction du Brésil et, de ce fait, de son indéniable caractère démocratique, justifiant sa place parmi les Alliés. La revue mensuelle du DIP, Cultura Política, que l’on a pu qualifier à juste titre de « principal organe théorique de l’Estado Novo », en donne un exemple particulièrement probant (Lauerhass 1986, 141-142 ; Gomes 1997). Le colonel Newton O’Reilly y avait publié, en 1943, un texte intitulé « Raça de Mestiços ». Il y établissait clairement que la guerre fournissait au Brésil l’occasion de s’affirmer en tant que leader international de la mixité raciale. Une citation du sociologue Vicente Licínio Cardoso reprise en épigraphe donnait le ton : « En tant que race métissée, nous, les Brésiliens, aurons peut-être à accomplir une grande mission dans le monde, consistant à mettre en évidence l’échec de la théorie des races pures » (O’Reilly 1943, 83). Comme Brazil in America, cet article décrivait de manière romantique le mélange du sang portugais, indigène et africain ainsi que les coutumes qui ont donné naissance au Brésil moderne. Pour l’auteur, la bravoure et l’altruisme observés à bord des navires marchands brésiliens attaqués par l’Allemagne en 1942 était une autre manifestation des qualités et des spécificités d’une nation multiraciale, en dépit de sa relative inexpérience militaire. Il ajoutait que le courage collectif que ces actes révélaient, tout comme le caractère unanime de la décision de déclarer la guerre montrait « l’échec de la théorie des races pures » (Id.). Castro Costa, journaliste et politicien de l’État de Goiás, faisait également référence au nazisme pour glorifier le Brésil dans les pages de Cultura Política. Il décrivait la « caractéristique fondamentale » de la démocratie sous l’Estado Novo comme « l’égalité devant la loi » qu’il définissait comme un remède aux « tabous raciaux et religieux » en vigueur dans le monde (Costa 1943, 25-26). Autrement dit, la démocratie de l’Estado Novo se trouvait projetée comme un exemple à suivre par les Alliés dans la mise en œuvre d’une croisade contre le racisme dans laquelle le Brésil pouvait et devait jouer un rôle de leader.

19Ces quelques exemples mettent particulièrement en lumière la façon dont l’Estado Novo a activement forgé pendant la guerre, à destination de l’étranger, une image racialement inclusive du Brésil. Les autorités du pays étaient convaincues qu’un tel portrait pourrait, en ces temps difficiles, offrir à la nation et à son gouvernement un certain nombre de bénéfices et, en particulier, une image plus démocratique. À l’heure où les horreurs de l’Allemagne nazie s’étalaient dans les journaux du monde entier et contribuaient à la reformulation des conceptions contemporaines de la question raciale, les Brésiliens n’avaient pas besoin de beaucoup insister sur la cohérence d’une morale qu’ils partageaient avec les nations alliées. Un pays qui revendiquait fièrement sa tradition de fusion des races aux points de vue politique, militaire, économique et sexuel n’avait aucun mal à se présenter comme l’antithèse de l’aryanisme totalitaire affirmé par le Troisième Reich ; pas plus, du reste, qu’une nation qui affirmait tout mettre en œuvre pour consolider la liberté des Noirs alors que la suprématie blanche supposait, dans le meilleur des cas, leur soumission sinon leur extermination. Les Brésiliens semblaient incapables d’engendrer une quelconque violence raciste – et par extension fasciste – car la tolérance était inscrite dans leurs gènes.

Un Brésil blanc et racialement exclusif

  • 20 Lettre de Valentim Benício da Silva à Gustavo Capanema, 12 octobre 1941, GC b Silva, V., bobine 6, (...)

20Au même moment et en dépit du discours moral sur la question raciale, la politique culturelle du Brésil témoignait d’une attitude ouvertement marquée par l’exclusion. Prisonniers de cette contradiction, nombre des acteurs politiques qui promouvaient une vision du pays comme bastion de la mixité raciale se sont trouvés dans l’embarras. Le cas du ministre de l’Éducation, Gustavo Capanema, en est un bon exemple. Alors que l’Europe était plongée dans le conflit, il avait reçu une lettre du secrétaire général du ministre de la Guerre, Valentim Benício da Silva, déplorant l’organisation à Rio de Janeiro, en 1941, d’un spectacle musical destiné à un public étranger dans lequel une mulata incarnait l’allégorie du Brésil. Notons que Silva faisait précéder sa protestation d’un hommage sophistiqué aux « Noirs dans la formation de notre nation » en rappelant la figure de la mãe preta et l’engagement des soldats brésiliens de couleur. Il ajoutait pourtant : « Faire de l’individu noir ou du mulato la figure nationale typique, choisir ce visage comme modèle de notre race et l’exhiber aux étrangers en tant qu’une norme brésilienne […] qu’on va jusqu’à exporter, voilà des choix inacceptables20. »

  • 21 Lors du recensement de 1940, 63,47 % de la population s'est déclarée blanche, 35,85 % noire ou méti (...)

21Le ministre Capanema, ce grand défenseur de la mixité raciale – nous l’avons vu plus haut – se rangea immédiatement aux arguments de Silva et lui suggéra de s’adresser au DIP pour régler le problème. Il témoignait ainsi du fait que cette démarche s’inscrivait naturellement dans la politique de l’État garantie par la principale organisation chargée de contrôler son image. Nul ne mettait en doute que le DIP suivrait Silva car chacun connaissait les efforts du département pour dépeindre le Brésil aux yeux du monde extérieur comme une nation plus blanche qu’elle ne l’était réellement. En dépit de ses avantages politiques, le pluralisme racial attribué à l’Estado Novo dissimulait d’autres attitudes à l’égard de l'importante population afro-descendante du pays21. En ces temps de guerre, le gouvernement pouvait aussi tirer profit de pratiques culturelles racialement exclusives.

  • 22 L’étude la plus approfondie à propos de ce film est celle de Catherine Benamou (2007).
  • 23 Malheureusement, les archives permanentes du DIP ont complètement disparu et/ou ont souffert d’une (...)

22De nombreuses recherches ont été menées au sujet du bureau américain de la Coordination des affaires interaméricaines (CIAA) et de ses interventions au Brésil, notamment plusieurs études retraçant l’histoire d’« It’s All True », le projet cinématographique avorté d’Orson Welles dans le pays22. La CIAA était l’agence américaine responsable en temps de guerre de la gestion des interactions et des échanges culturels, économiques et éducatifs entre les États-Unis et l’Amérique latine, dont l’attention et les ressources ont été en grande partie consacrées au Brésil. Pour la plupart des chercheurs, la collaboration de la CIAA, dirigée par Nelson Rockefeller, et de plusieurs autres organisations d’État américaines avec le DIP ne constitue qu’un épisode anecdotique, du fait du manque d’informations disponibles sur le département brésilien. En fait, les archives états-uniennes des diverses instances publiques ou privées associées à ces projets fournissent souvent des informations que l’on ne peut pas trouver au Brésil et qui permettent de prendre la mesure de certains aspects de la politique raciale menée par l’Estado Novo par le biais de ses productions culturelles23.

  • 24 Assis Figueiredo avait également écrit au vice-président de la RKO, Phil Reisman, et Fontes a menti (...)
  • 25 Cité par Robert Stam (1989, 102). On trouve des exemples des affinités de Welles avec la culture no (...)

23Le chef du DIP, Lourival Fontes, avait exprimé au directeur de la branche audiovisuelle de la CIAA le désir des autorités brésiliennes de voir Orson Welles réaliser un documentaire sur le carnaval de Rio de Janeiro. Quelques jours avant Pearl Harbour, Francisco de Assis Figueiredo, dirigeant de la section du tourisme au DIP et assistant du responsable des relations avec les États-Unis, abordait à nouveau le sujet avec la CIAA. Celle-ci décida alors de demander à Orson Welles, que le récent succès de son film « Citizen Kane » avait rendu célèbre, de se rendre au Brésil en 1942 comme ambassadeur culturel de bonne volonté afin de participer à ce projet. Le film serait produit par RKO Pictures, l’une des cinq majors de Hollywood, avec l’aide de la CIAA (Benamou 2007, 25-45, 240, 329)24. Arrivé au Brésil, Welles tourna quelques scènes au cours d’un défilé de samba haut-de-gamme et très huppé dont la principale vedette était Linda Batista, une star brésilienne blanche, tête d’affiche du Casino da Urca, rendez-vous de l’élite de Rio de Janeiro. Comme on aurait pu s’y attendre de la part d’un jeune réalisateur attiré par la culture noire et qui allait chercher à collaborer avec des artistes et des intervenants des communauté dont elle était issue, Welles prit le parti d’explorer les racines afro-brésiliennes du carnaval : « Le samba, nous apprend-on, naît de ces collines [les favelas], si bien que c’est vers ces collines que notre film regardera », déclara-t-il25. Ses choix ne lui firent pas que des amis au Brésil.

  • 26 Voir le film documentaire « It’s All True : Based on an Unfinished Film by Orson Welles » (Paramoun (...)

24Comme plusieurs chercheurs l’ont signalé, le gouvernement brésilien prit fort mal sa décision. Pennee Bender (2002, 151) décrit la réaction « alarmée » des autorités. Welles devait plus tard raconter la surveillance et les intimidations dont il avait fait l’objet, estimant que c’était bien son hôte, le régime de l’Estado Novo, qui en avait donné l’ordre. Il évoque un soir de tournage avec son équipe dans une favela où tout le groupe fut attaqué « avec des tessons de bouteilles de bière…, des briques, des pierres, et je-ne-sais-quoi encore ». Elizabeth Amster (Wilson) qui faisait partie du groupe s’est dite convaincue que « le gouvernement de Vargas [avait] commencé à comprendre que cela n’allait pas être un film qui ramènerait des touristes au Brésil », comme le DIP l’avait d’abord espéré26. Lynn Shore, la responsable de la RKO pour ce documentaire avertit Alfredo Pessoa (le responsable désigné par le DIP pour superviser le projet « It’s All True » et spécialiste brésilien de la CIAA) à propos des sujets choisis par Welles pour son documentaire. Shores tournait souvent en dérision les « bidonvilles nègres crasseux et malfamés » que Welles avait filmés et elle signalait à Pessoa que le gouvernement brésilien n’approuverait pas « l’exploitation continuelle des nègres [sic] et des éléments des couches les plus basses de la société ». Réagissant à ces informations, Pessoa contacta le bureau de Richard Wilson, le collaborateur de Welles, pour évoquer les protestations soulevées par les scènes tournées dans les favelas. Le gouvernement n’était tout simplement pas prêt à accueillir « It’s All True ». Comme l’a écrit Robert Stam, avant même l’arrivée de Welles à Rio, et plus encore après son passage, le Brésil, « film après film, cherchait à donner l’impression que la samba était un produit culturel blanc » (Benamou 2007, 47, 55-59, 199, 236-238, 270, 350 ; Stam 1989, 109-110 ; Stam 1982-1983, 18).

  • 27 « Brazil », dossier Reaction to Films, General Records, Central Files, Information Motion Pictures, (...)
  • 28 Cité par Bianca Freire-Medeiros (2002, 63-64).
  • 29 « Brazil », dossier Reaction to Films, General Records, Central Files, Information Motion Pictures, (...)

25Le DIP n’hésita pas à envoyer un mémorandum aux studios d’Hollywood pour indiquer avec précision les orientations souhaitées et les limites à ne pas franchir. Cette liste – qui émanait très probablement d’Israel Souto, le responsable du département en charge du cinéma et du théâtre – incluait certaines cocasseries comme, par exemple, l’exigence que les films « ne formulent jamais de propos désobligeants à l’encontre du café ». Elle révélait également l’inconfort manifeste du gouvernement brésilien face à la question raciale. Le texte précisait : « La race ne doit pas être évoquée, en particulier les mulatos ou les nègres [sic], et ceux-là ne doivent pas jouer de rôles négatifs, comme des criminels, des traîtres, des ivrognes, etc.27 » En fait, il ne s’agissait pas seulement de passer sous silence toute interrogation sur la caractérisation raciale des personnages ou de protéger les personnes de couleur des stéréotypes habituels. Comme l’expliquait un agent de la CIAA dans une note de service, le DIP prévoyait aussi d’interdire les séquences de films qui montreraient trop de docteurs ou d’avocats afro-brésiliens. L’auteur de la note ajoutait : « Ces derniers temps, le Département de la presse et de la censure [du Brésil] refuse également d’autoriser des films qui montrent des individus noirs en nombre, dans la crainte que les États-Unis ne conçoivent l’impression erronée que les Noirs sont majoritaires par rapport aux Blancs28. » Il semble que le DIP ait même eu une idée précise de ce que pouvait être un trop grand nombre de Noirs. Un rapport de la CIAA datant de 1941 à propos de conversations échangées dans les studios de la Warner Bros. évoque les codes en vigueur dans les commissions de censure du DIP : « Pas plus de 20 % des gens apparaissant à l’écran ne doivent être des individus de couleur29. »

26Le désir du gouvernement brésilien était de dissimuler ou d’effacer de son horizon les populations non-blanches et les types d’environnements dans lesquels elles vivaient. L’Estado Novo ne voulait pas que la nation soit décrite comme pauvre, majoritairement noire et « malpropre » ; et Hollywood s’efforçait de le satisfaire. L’étroite relation de travail entre le DIP et la CIAA n’a pas été sans conséquences. Le responsable de la branche du CIAA dédiée au cinéma, Jock Whitney, a encouragé et facilité la censure des productions hollywoodiennes sur l’Amérique latine. Il avait créé à cet effet, en mars 1941, la Motion Picture Society of the Americas (MPSA) qui coopérait avec la CIAA et avec le département d’État. Les studios de cinéma américains prenaient en compte les souhaits exprimés par l’Estado Novo en matière de représentation raciale et ils autorisaient le gouvernement brésilien à interférer dans leurs réalisations. Des Brésiliens plus blancs et plus riches étaient mis en scène à la place de personnages possédant « une quantité importante de sang noir » qui représentaient « les stéréotypes brésiliens primitifs ou issus des classes [urbaines] les plus basses de la société ». Certes, Carmen Miranda – l’actrice la mieux payée d’Hollywood au cours des années 1940 – incarnait-elle dans ses films un modèle exotique de femme latino-américaine, mais celle que l’on surnommait la « bombe brésilienne » faisait également rayonner une identité qui s’opposait aux populations noires filmées par Orson Welles. En effet, Miranda était la parfaite incarnation du canon brésilien de la beauté blanche idéalisée, à côté de laquelle les femmes de couleur apparaissaient comme peu attrayantes. Sa notoriété a été l’un des éléments qui ont permis d’« effacer les caractéristiques physiques noires du paysage visuel de la nation » pendant encore plusieurs décennies (Richard Jr. 1993, xxiii–xxix, xxxii, xxxvi ; Schpun 2008, 459-460, 466-467).

27Comment ces pratiques d’exclusion raciale dans l’industrie cinématographique pouvaient-elles coexister avec la stratégie d’entrée en guerre de l’Estado Novo aux côtés des Alliés cherchant à tirer avantage de son pluralisme racial pour effacer son déficit de démocratie, assimilant antiracisme avec antinazisme ou antifascisme ? La volonté des Brésiliens de se rapprocher politiquement de ses nouveaux partenaires internationaux semblait encourager la diffusion d’une image de la nation tout à la fois inclusive et exclusive quant à la question raciale. Alors même que le Brésil vantait le prestige moral que lui conférait sa pluralité raciale, il s’efforçait de dissimuler le fait que la population du pays était plus largement noire et métissée que celles de nations telles que les États-Unis. Une population blanche représentait du reste un dénominateur commun partagé par les pays alliés. L’Estado Novo cherchait à s’attirer le crédit que lui apporterait son intégration dans ce groupe de nations racialement définies. Hollywood offrait au régime de Vargas la confirmation que le respect acquis du fait d’être un des Alliés serait mis à mal si la véritable identité du pays, fortement non-blanche, venait à être dévoilée.

28De son côté, l’industrie cinématographique américaine obéissait sans réserve à des politiques racistes. Les Brésiliens ne méconnaissaient pas l’attitude condescendante qu’un large pan des États-Unis réservait aux populations noires et à la fraternisation interraciale. À plusieurs reprises, Lynn Shores informa les responsables du DIP qu’« It’s All True » était préjudiciable du point de vue racial et problématique eu égard à la perspective états-unienne. Catherine Benamou soutient que l’opposition des studios hollywoodiens de RKO Pictures à l’encontre de l’approche raciale adoptée par ce documentaire s’est avérée plus ferme que celle du DIP : c’est bien la RKO qui sonna définitivement le glas du projet en invoquant diverses raisons, notamment financières, mais la représentation raciale du Brésil proposée par Welles lui coûta une durable suspicion de la part des patrons des studios hollywoodiens (Benamou 2007, 237-238).

  • 30 Breen est arrivé à la PCA en 1942 après le début de la collaboration de l’Office of War Information (...)

29Il faut croire que les responsables du DIP savaient que l’accueil négatif que la RKO réservait à « It’s All True » reflétait l’obsession que nourrissait Hollywood pour le contrôle des corps racialisés. Welles présentait la samba et le carnaval comme des forces culturelles qui réunissaient les populations de toutes origines pour danser et faire la fête de concert. Les politiques strictes d’exclusion raciale observées par l’industrie cinématographique américaine tournaient le dos à cette imagerie. Le Production Code adopté par Hollywood bannissait les scènes montrant « des relations sexuelles entre des individus de races noire et blanche » et les censeurs chargés de son application traquaient tout manquement à ces règles. Joseph Breen, chef de l’administration du Production Code (PCA) et très conservateur sur la question raciale, instruisait les studios qu’ils devaient éviter toutes les interactions sociales entre femmes blanches et hommes noirs. Les réalisateurs et les producteurs devaient de plus composer avec la censure locale de chaque État. Ceux du Sud étaient connus pour couper les scènes qu’ils estimaient en contradiction avec la ségrégation raciale en vigueur. Breen, assez logiquement, quitta temporairement la PCA pour accepter un poste de directeur général chez RKO, charge qu’il exerçait toujours au moment où Welles débutait son voyage au Brésil (Scott 2015, 11, 15, 21, 68-70)30.

  • 31 Lettre de Reg Armour à Phil Reisman, 27 avril 1942, Dossier WW. Wilson. Film. It’s All True (1993). (...)

30C’est la RKO qui exprima des inquiétudes à propos de la manière dont les États du Sud allaient réagir aux nombreuses scènes tournées par Welles parmi la population noire brésilienne. Son film aurait certainement à souffrir une censure sévère voire une interdiction de diffusion dans l’ensemble de cette région. Le studio s’inquiétait également de voir Welles utiliser une technologie de pointe, le Technicolor, qui accentuait visuellement les différences de pigmentation entre Brésiliens à la peau blanche et Brésiliens à la peau noire lorsqu’ils dansaient ensemble. Pour toutes ces raisons, un responsable de la RKO estimait que, parmi les nombreuses bobines tournées par Welles, deux seulement pourraient être utilisables31. Dès lors, comment le DIP aurait-il pu soutenir un film qui dressait du Brésil un portrait qu’il faudrait drastiquement expurger voire interdire afin d’éviter d’offenser les sensibilités des Américains ? Après tout, le DIP était chargé d’attirer l’attention – aussi bien que les dollars – des pays étrangers, et non d’effrayer les touristes potentiels. Or, si le Brésil devait apparaître aux yeux des citoyens américains comme un repoussoir à cause de sa mixité raciale, comment les objectifs du DIP en temps de guerre pourraient-ils être atteints, et en particulier son désir d’être considéré par les pays alliés comme l’un des leurs ?

31Plusieurs autres productions culturelles réalisées au cours de la Seconde Guerre mondiale révèlent la persévérance de l’Estado Novo pour placer le Brésil sur le même plan que les États-Unis dans son traitement de la question raciale. L’ouvrage Facts and Information about Brazil (DIP 1942b) publié en anglais par le DIP, établissait un parallèle entre la situation du Brésil et celle de son voisin nord-américain en déclarant : « Voilà cent ans que l’importation des nègres africains [sic] a cessé et, par conséquent, cette race, qui, comme aux États-Unis, constitue la partie la plus pauvre de sa population, tend à disparaître progressivement au Brésil. » Cette affirmation désavouait partiellement l’affirmation selon laquelle les Noirs occupaient une place importante dans le pays et comparait leur situation à celle des afro-descendants états-uniens. Tout comme vos populations noires, affirmait le DIP à ses amis américains pour les rassurer, notre communauté noire est reléguée aux marges de notre société. De plus, cet ouvrage affirmait que le pays devenait chaque jour de plus en plus blanc. Facts and Information citait des données issues des recensements et des analyses historiques de la période de l’abolition de la traite afin d’apporter les preuves de ce dernier point. Avec la fin du commerce des esclaves, affirmait-on, la population noire avait rapidement diminué, passant de 50 % de la population totale du Brésil en 1840 à seulement 10 % en 1922. Facts and Information ne manquait pas de rappeler aux lecteurs américains que ces 10 % correspondaient à « l’équivalent [de la totalité de la population noire] aux États-Unis » (DIP 1942b, 18, 20-21).

32Les textes publiés en anglais par l’Estado Novo se montraient également soucieux de débarrasser le Brésil de son image de « nation métissée », que le DIP revendiquait fièrement par ailleurs. Après avoir exprimé son admiration pour « toutes les races qui ont contribué à cette homogénéité typiquement américaine qui caractérise le Brésil », le livre Brazil in America, publié aussi par le DIP, prétendait que « les différenciation entre les races disparaissent petit à petit dans l’homme occidental civilisé » (DIP 1942a, 14). En outre, dans Facts and Information on affirmait qu’avant même que la tendance de la population brésilienne à être de plus en plus blanche ne finisse de faire du Brésil une société occidentale à part entière, le pays avait d’ores et déjà atteint une balance raciale conforme aux standards des États-Unis :

Il est aisé pour l’observateur de distinguer encore l’influence de ces trois races qui ont fondé l’identité brésilienne actuelle. Toutefois, celle qui a toujours été prédominante, parce qu’elle constituait un élément culturellement supérieur, est celle des Portugais. Au vu de sa civilisation morale et matérielle, le Brésil peut être considéré comme un pays occidental au même titre que, par exemple, les États-Unis ou la République d’Argentine (DIP 1942b, 18, 20-21).

33En décrivant un processus dans lequel l’importance historique et numérique de sa mixité raciale et de sa population noire appartenait au passé, l’Estado Novo caractérisait, dans le récit national, sa communauté noire et sa diversité raciale d’une manière qui rendait hommage au rôle qu’elles avaient joué dans la formation lointaine de la nation. Ainsi, les autorités brésiliennes pouvaient afficher aux yeux des États-Unis leur relative harmonie raciale, autrement dit leur démocratie, sans pour autant se démarquer trop nettement du paysage racial de son voisin et allié, socle commun utile en ces temps de guerre.

Conclusion

34Le Brésil, au cours de la Seconde Guerre mondiale, a produit des représentations de son contexte racial et politique qui voulaient concilier des contradictions pourtant insurmontables. Le récit officiel offrait du pays un visage multiracial mais aussi essentiellement européen. L’Estado Novo mettait en avant la mixité raciale unique de sa société et, dans le même temps, cherchait à affirmer la conformité raciale de sa population blanche avec celles des nations occidentales. Pour interpréter ces messages paradoxaux, il faut considérer le fait que le régime de Vargas comptait sur sa légendaire tolérance raciale pour détourner l’attention du manque de démocratie représentative qui le caractérisait, tout en cherchant à s’identifier du point de vue racial avec les Alliés occidentaux.

35Le fait d’avoir construit une nation qui percevait sa mixité raciale comme harmonieuse permettait à l’Estado Novo de bénéficier d’une couverture idéologique dont il avait besoin pour revendiquer sa place parmi les démocraties au cours de la guerre. Cette situation devait pourtant créer deux problèmes auxquels l’État a dû faire face. Tout d’abord, historiquement, la démocratie avait été considérée comme un produit du monde occidental « civilisé », caractérisé par des sociétés blanches. Cette désignation avait longtemps suscité parmi les élites brésiliennes la crainte que leur nation, insuffisamment non-blanche, n’était pas et ne serait jamais l’égale de ses partenaires occidentaux dans les domaines politique, économique, social ou culturel. Ensuite, les inégalités et les divisions raciales étaient l’une des caractéristiques notoires de l’allié sur lequel le Brésil comptait le plus, les États-Unis. Les autorités brésiliennes avaient conscience que l’attitude raciale des Américains et leur racisme anti-Noirs faisaient naître une hostilité et une crainte face au métissage et aux autres formes de contact interracial. Cela ne portait pas seulement préjudice au tourisme : le risque pour le Brésil était que le regard porté par les Américains sur l’infériorité des Noirs et des races métissées puisse donner lieu à un manque de respect du même ordre à l’encontre de la nation brésilienne.

36La manière dont le Brésil a navigué dans ce contexte troublé de temps de guerre a eu des répercussions à la fois dans et hors du pays au cours de la période d’après-guerre. Du point de vue international, les Brésiliens ont contribué à définir ce que devraient être les leçons à tirer du conflit et ils ont fièrement érigé leur pays en exemple à suivre pour résoudre les dilemmes que soulevait la question raciale dans le monde. Comme l’a écrit Thiago Nicodemo, la politique culturelle brésilienne participait d’« une initiative agressive en vue de promouvoir le Brésil dans le monde entier comme une puissance de niveau international au sein de la nouvelle configuration de l’ordre mondial qui a suivi la Seconde Guerre mondiale ». La communauté internationale était convaincue qu’en matière de question raciale le Brésil jouissait d’une aura incontournable. Les Nations-Unies se sont par exemple tournées vers Gilberto Freyre pour conduire certaines de leurs initiatives visant à prévenir les futurs conflits. L’UNESCO a également financé des projets de recherches sur les rapports interraciaux au Brésil en tant que modèle d’une harmonie entre les races : de manière ironique, ces travaux ont permis d’exposer l’existence de discriminations raciales dans le pays (Nicodemo 2016, 356 ; Maio 1999 et 2001). Le Brésil est parvenu, dans la période d’après-guerre, à fasciner le reste du monde par sa manière d’aborder la question raciale. Cela prouve le succès certain de la mission que s’était attribuée l’Estado Novo pour assurer au Brésil une place symbolique avantageuse au niveau international même s’il a échoué à conquérir l’influence politique plus large qu’il ambitionnait et qu’aurait sanctionnée l’obtention d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

  • 32 Dulce Pandolfi, dans son introduction à Repensando o Estado Novo (Pandolfi 1999, 11), affirme que l (...)

37Au niveau de la politique intérieure, les conséquences de la Seconde Guerre mondiale se sont avérées surprenantes. Elle n’a pas véritablement permis que le Brésil se montre plus blanc qu’il n’était, pas plus qu’elle n’a engendré un nationalisme fondé sur la mixité raciale. Elle a néanmoins créé les conditions idéales pour que la description d’un pays à la fois exclusif et inclusif du point de vue racial confère à la dictature brésilienne une légitimité démocratique. Dans ces circonstances, les images officielles du pays, blanc et mestiço, ne se sont pas annulées l’une l’autre. Certes, cela n’a pas permis à la démocratie raciale revendiquée de s’illustrer comme pourfendeur de l’idéologie de l’infériorité noire. Néanmoins, le nationalisme racial brésilien a offert une respectabilité politique à un État non-démocratique. La rhétorique raciale et politique en vigueur pendant la guerre a contribué à permettre le développement de deux phénomènes contrintuitifs qui allaient marquer les futures générations de Brésiliens : la démocratie autoritaire et l’inclusion raciale exclusionnaire32.

Haut de page

Bibliographie

Anjo, Gabrielle dos. 2013. « A questão “cor” ou “raça” nos censos nacionais. » Indic. Econ. FEE 41 (1) : 103-118. Disponible sur : https://revistas.fee.tche.br/index.php/indicadores/article/viewFile/2934/3163 (consulté le 28 mai 2018).

Benamou, Catherine. 2007. It’s All True : Orson Welles’ Pan-American Odyssey. Berkeley : University of California Press.

Bender, Pennee. 2002. « Film as an Instrument of the Good Neighbor Policy, 1930s-1950s. » Thèse de PhD. New York : New York University.

Brasil. 1944. Brazil, 1943 : Resources and Possibilities. Rio de Janeiro : Ministério das Relações Exteriores/Est. de Artes Gráficas.

Capelato, Maria Helena Rolim. 1999. « Propaganda política e controle dos meios de comunicação. » In Repensando o Estado Novo, dirigé par Dulce Pandolfi, 167-178. Rio de Janeiro : Ed. FGV.

Carneiro, Maria Luiza Tucci. 2002. Livros proibidos, idéias malditas : o DEOPS e as minorias sSilenciadas. São Paulo : Ateliê Editorial.

Castelo, Claúdia. 2011. « Uma incursão no lusotropicalismo de Gilberto Freyre. » Blogue de História Lusófona VI : 261-280.

Costa, Castro. 1943. « Conceito de democracia no Estado nacional. » Cultura Política 3 (32) : 25-27.

DIP. 1942a. Brazil in America. Rio de Janeiro : Departamento de Imprensa e Propaganda – DIP/Gráfica Olimpica.

DIP. 1942b. Facts and Information about Brazil. Traduit par Corey James Spencer. Rio de Janeiro : Departamento de Imprensa e Propaganda – DIP.

Domingues, Petrônio. 2005. « O mito da democracia racial e a mestiçagem no Brasil (1889-1930). » Diálogos Latinoamericanos 10 : 116-131.

Fausto, Boris. 2015. História Concisa do Brasil. São Paulo : Edusp.

Freire-Medeiros, Bianca. 2002. « Hollywood Musicals and the Invention of Rio de Janeiro, 1933–1953. » Cinema Journal 41 (4) : 52–67.

Freyre, Gilberto. 1922. « Social Life in Brazil in the Middle of the 19th Century. » Hispanic American Historical Rewiew 5 (4) : 597-630.

Freyre, Gilberto. 1933. Casa-grande e senzala : formação da família brasileira sob o regime da economia patriarchal. Rio de Janeiro : Maia e Schmidt Ltda.

Freyre, Gilberto. 1940. O mundo que o português criou : aspectos das relações sociais e de cultura do Brasil com Portugal e as colônias portuguesas. Rio de Janeiro : Livraria José Olympio Editora.

Freyre, Gilberto. 1945. Brazil : An Interpretation. New York : Alfred A. Knopf.

Freyre, Gilberto. 1946. The Masters and the Slaves : A Study in the Development of Brazilian Civilization. New York : Alfred A. Knopf.

Gertz, René. 1996. « Influência política alemã no Brasil na década de 1930. » Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe 7 : 85-105. Disponible sur : http://eial.tau.ac.il/index.php/eial/article/view/1186 (consulté le 7 janvier 2017).

Gomes, Ângela de Castro. 1997. « L’histoire du Brésil écrite par l’Estado Novo : démocratie raciale contre démocratie libérale. » Lusotopie 4 : 267-273.

Graham, Jessica. 2010. « Representations of Racial Democracy : Race, National Identity, and State Cultural Policy in the United States and Brazil, 1930–1945. ». Thèse de PhD. Chicago : University of Chicago.

Hertzman, Marc. 2013. Making Samba : A New History of Race and Samba in Brazil. Durham : Duke University Press,.

Hofbauer, Andreas. 2006. Uma História de branqueamento ou o negro em questão. São Paulo : Ed. Unesp.

Jambeiro, Othon, et al. 2004. Tempos de Vargas : O Rádio e o Controle da Informação. Salvador : Editora da UFBA.

Lauerhauss Jr., Ludwig. 1986. Getúlio Vargas e o triunfo do nacionalismo brasileiro. Belo Horizonte : Editora Itatiaia.

Loewenstein, Karl. 1942. Brazil under Vargas. New York : Macmillan.

Luca, Tania Regina de. 2011. « A produção do Departamento de Imprensa e Propaganda (DIP) em acervos norte-americanos : estudo de caso. » Revista Brasileira de História 31 (61) : 271–296.

Maio, Marcos Chor. 1999. « Tempo controverso : Gilberto Freyre e o Projeto da UNESCO. » Tempo Social 11 : 111-136.

Maio, Marcos Chor. 2001. « UNESCO and the Study of Race Relations in Brazil : Regional or National Issue ? » Latin American Research Review 32 (2) : 118-136.

McCann, Frank. 1973. The Brazilian-American Alliance, 19371945. Princeton : Princeton University Press.

McCann, Bryan. 2004. Hello, Hello Brazil : Popular Music in the Making of Modern Brazil. Durham & Londres : Duke University Press.

Nicodemo, Thiago Lima. 2016. « State-Sponsored Avant-Garde and Brazil’s Cultural Policy in the 1940s : Candido Portinari and Gilberto Freyre in the USA. » Landa 5 (1) : 350-379.

O’Reilly, Newton. 1943. « Raça de Mestiços. » Cultura Política 25 : 83-88.

Pandolfi, Dulce, dir. 1999. Repensando o Estado Novo. Rio de Janeiro : Ed. FGV.

Richard Jr., Alfred Charles. 1993. Censorship and Hollywood’s Hispanic Image : An Interpretive Filmography, 19361955. Westport : Greenwood Press.

Rinke, Stefan. 2014. « Alemanha e Brasil, 1870–1945 : uma relação entre espaços. ». História, Ciências, Saúde-Manguinhos 21 : 299-316. Disponible sur : http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0104-59702014000100299&script=sci_arttext&tlng=en (consulté le 10 janvier 2017).

Sadlier, Darlene. 2012. Americans All : Good Neighbor Cultural Diplomacy in World War II. Austin : University of Texas Press.

Santos, Sales Augusto dos. 2002. « Historical Roots of the “Whitening” of Brazil. » Latin American Perspectives 29 (1) : 61-82.

Schneider, Alberto Luiz. 2012. « Iberismo e luso-tropicalismo na obra de Gilberto Freyre. » História da Historiografia 10 : 75-93.

Schpun, Mônica Raisa. 2008. « Carmen Miranda : uma star migrante. » Revista de Antropologia 51 (2) : 451–471.

Schwartzman, Sheila. 2004. Humberto Mauro e as imagens do Brasil. São Paulo : Ed. Unesp.

Scott, Ellen. 2015. Cinema Civil Rights : Regulation, Repression, and Race in the Classical Hollywood Era. New Brunswick : Rutgers University Press.

Skidmore, Thomas. 1974. Black into White : Race and Nationality in Brazilian Thought. Oxford : Oxford University Press.

Stam, Robert. 1982-1983. « Slow Fade to Afro : The Black Presence in Brazilian Cinema. » Film Quarterly 36 (2) : 16-32.

Stam, Robert. 1989. « Orson Welles and the Power of Blackness. » Persistence of Vision 7 : 219-244.

Tota, Antonio Pedro. 2009. The Seduction of Brazil : The Americanization of Brazil during World War II. Austin : University of Texas Press.

United States of America. 1950. Public Papers of the Presidents of the United States : F. D. Roosevelt, 1942. vol. 11. New York : Best Book.

Vargas, Getúlio. 1944a. A Nova Política do Brasil X : O Brasil na Guerra. Rio de Janeiro : Livraria José Olympio Editora.

Vargas, Getúlio. 1944b. Discursos. Rio de Janeiro : DIP.

Velloso, Mônica Pimenta. 1987. Os Intelectuais e a política cultural do Estado Novo. Rio de Janeiro : CPDOC. Disponible sur : https://bibliotecadigital.fgv.br/dspace/bitstream/handle/10438/6604/803.pdf (consulté le 28 mai 2018).

Williams, Daryle. 2001. Culture Wars in Brazil : The First Vargas Regime, 1930-1945. Durham : Duke University Press.

Wilson, Richard. 1993. « It’s All True : Based on an Unfinished Film by Orson Welles. » DVD. Hollywood : Paramount Pictures & Les Film Balenciaga Production.

Haut de page

Notes

1 En 1937, le président Vargas avait dissous le Congrès et tous les partis politiques, annulé les élections prévues, suspendu les libertés civiles, imposé unilatéralement la constitution de l’Estado Novo et il s’était donné des pouvoirs dictatoriaux.

2 Pour un examen plus nuancé de la portée raciale et politique de ce discours depuis son émergence au cours des années 1930 et jusqu’à la fin de la guerre – notamment du rôle que les activistes noirs ont joué dans sa construction – voir Jessica Graham (2010). Au cours des années qui ont précédé la guerre, le Brésil a passé plusieurs accords commerciaux bilatéraux avec l’Allemagne, consolidant ainsi les liens économiques entre ces deux nations. On sait également que certains membres influents du gouvernement brésilien et de l’état-major des armées entretenaient des relations avec les nazis. La présence au Brésil de très nombreuses communautés allemandes ou de descendants d’Allemands, en particulier dans le sud du pays, compliquait autant qu’elle renforçait les relations germano-brésiliennes (Fausto 2015, 209-210 ; Rinke 2014 ; Gertz 1996).

3 Pour une analyse des efforts entrepris pour donner du Brésil une image plus blanche à travers ses productions culturelles, voir Schwartzman (2004).

4 Pour plus de détails sur la relation entre le Brésil et les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, voir McCann (1973). En échange du soutien offert par le Brésil, qui incluait l’accès à ses matières premières stratégiques, les États-Unis ont accordé des prêts et d’autres bénéfices économiques et industriels à leur voisin du Sud.

5 Comme l’a écrit Petrônio Domingues (2005), la notion d’une société racialement diversifiée et harmonieuse était acceptée depuis très longtemps au Brésil. D’après lui (Id., 126-127), « Freyre n’a pas fondé le mythe de la démocratie raciale, mais il l’a consolidé. »

6 D’après Thiago Nicodemo (2016, 374), la conception freyrienne de la démocratie était associée à « un type de théorie anthropologique sur les échanges et les assimilations culturelles » produisant des « bénéfices mutuels ». Pendant la guerre et après l’armistice, Freyre, et d’autres intellectuels, ont explicitement relié à la Seconde Guerre mondiale cette question de la caractéristique raciale exceptionnelle du Brésil (Castelo 2011, 267).

7 Pour la version du discours en portugais, voir « As forças armadas americanas estarão presentes em todos os oceanos. » Jornal do Brasil, 7 janvier 1942, p. 7.

8 « Celeiro e Arsenal da Democracia em luta contra a barbaria totalitária. » Jornal do Brasil, 15 juin 1943, p. 8.

9 « Fieis à democracia e aos compromissos assumidos com a sua própria história. » Jornal do Brasil, 11 avril 1943, p. 6.

10 Getúlio Vargas, « Assistência ao trabalhador intelectual. » Discours prononcé à l’occasion de l’inauguration du Serviço de Assistência ao Trabalhador Intelectual au Departamento Estadual de Imprensa e Propaganda de São Paulo, le 21 décembre 1943. In Vargas (1944b, 207). Souligné par nous.

11 Brouillon du discours daté du 13 octobre 1942, G.1942.10.13, bobine 7, photogramme 690, Archives Gustavo Capanema, Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil (CPDOC), Fundação Getúlio Vargas (FGV).

12 Ce discours a été prononcé à l’occasion du déjeuner de l’Associated Brazilian Press, le 15 avril 1944. Le Département brésilien de la presse et de la propagande (DIP) l’a fait imprimer et distribuer.

13 « A “entrevista” distribuída. » Diário de Notícias, 3 mars 1945, p. 4.

14 « Vargas is Evasive on Running Again. » New York Times, 3 mars 1945, p. 8.

15 « As declarações do Sr. Getúlio Vargas. » Diário de Notícias, 3 mars 1945, p. 4.

16 La propagande de l’Estado Novo a emprunté aux nazis certaines tactiques d’organisation et a exploité les manipulations psychologiques qu’ils utilisaient afin d’encourager l’unité et l’adhésion au Troisième Reich. Ces techniques ont été aussi adoptées par l’industrie publicitaire des États-Unis (Capelato 1999).

17 Cette « trilogie » fait référence aux trois chefs militaires unis dans la résistance contre les Hollandais : Henrique Dias (le seul dont le nom n’est pas mentionné dans le texte), João Fernandes Vieira et Antônio Filipe Camarão, respectivement.

18 Le plus célèbre livre de Freyre sur ce sujet, Casa-grande e senzala, n’a pas été publié en anglais avant 1946. Durant la guerre, les lecteurs anglophones ne disposaient que de sa dissertation de master, « Social Life in Brazil in the Middle of the 19th Century », publiée en 1922 dans une revue académique (Freyre 1922). Les conférences qu’il avait prononcées à l’Université d’Indiana en 1944 furent imprimées seulement en 1945 (Brazil : An Interpretation. Bloomington : Indiana University, Patten Foundation series, 1945). La Hispanic Foundation de la Library of Congress et le Département d’État américain ont financé la traduction et la publication de Casa-grande e senzala sous le titre The Masters and the Slaves : A Study in the Development of Brazilian Civilization (Freyre 1946). Sadlier a écrit que la Coordination des affaires interaméricaines (CIAA) avait demandé à plusieurs comités locaux de suggérer des titres pour la traduction et que les artistes brésiliens membres du comité avaient mis en avant des propositions évoquant la race et l’esclavage, comme s’ils « tenaient à souligner les similarités autant que les différences des trajectoires historiques des Noirs aux États-Unis et au Brésil » (Nicodemo 2016, 358-359 et 371 ; Sadlier 2012, 153-155).

19 En 1943, Vargas a fait adopter la Consolidação das Leis do Trabalho (CLT) qui interdisait la discrimination entre les sexes dans six circonstances précises en répétant l’expression « sans distinction de sexe ». Voir : « Decreto-Lei no 5.452, de 1o de maio de 1943. » Disponible sur : http://www2.camara.leg.br/legin/fed/declei/1940-1949/decreto-lei-5452-1-maio-1943-415500-publicacaooriginal-1-pe.html (consulté le 26 juin 2016).

20 Lettre de Valentim Benício da Silva à Gustavo Capanema, 12 octobre 1941, GC b Silva, V., bobine 6, photogramme 172, Archives Gustavo Capanema, CPDOC, FGV. La mãe preta était le nom donné à la célèbre figure de la nourrice noire qui avait allaité tant d’enfants blancs au prix de l’abandon des siens et était considérée comme ayant nourri de la même manière la civilisation brésilienne.

21 Lors du recensement de 1940, 63,47 % de la population s'est déclarée blanche, 35,85 % noire ou métisse (parda), 0,59 % jaune. Cf. Anjo (2013, 111).

22 L’étude la plus approfondie à propos de ce film est celle de Catherine Benamou (2007).

23 Malheureusement, les archives permanentes du DIP ont complètement disparu et/ou ont souffert d’une extrême négligence (Williams 2001, 17-18 ; Luca 2011, 272).

24 Assis Figueiredo avait également écrit au vice-président de la RKO, Phil Reisman, et Fontes a mentionné à Whitney un film sur le carnaval lorsque ce dernier s’est rendu au Brésil (Tota 2009, 43). Les archives de la CIAA mentionnent Assis Figueiredo en tant qu’assistant de direction du DIP chargé des relations avec les États-Unis.

25 Cité par Robert Stam (1989, 102). On trouve des exemples des affinités de Welles avec la culture noire et ses milieux artistiques dans sa mise en scène d’un « Voodoo Macbeth » interprété uniquement par des comédiens noirs pour le Federal Theatre Project en 1936 et dans son adaptation théâtrale de Native Son de Richard Wright. Ce sont ses conseillers, ses enquêteurs et les collaborateurs du film qui ont conduit Welles à s’intéresser à ces collines sur les flancs desquelles les populations noires et métisses produisaient cette musique. Parmi eux se trouvait Alex Viany, qui travaillait en fait pour le DIP, et le comédien noir Grande Otelo (Benamou 2007, 240 ; Stam 1989, 97-98, 101-110 et 219-244 ; et le documentaire « It’s All True : Based on an Unfinished Film by Orson Welles »).

26 Voir le film documentaire « It’s All True : Based on an Unfinished Film by Orson Welles » (Paramount Pictures, une production Les Film Balenciaga, 1993) et Benamou (2007, 260-261).

27 « Brazil », dossier Reaction to Films, General Records, Central Files, Information Motion Pictures, Plans-Policy-Procedure, Films, box 214, Record Group (FG) 229, National Archives (NARA), College Park, MD.

28 Cité par Bianca Freire-Medeiros (2002, 63-64).

29 « Brazil », dossier Reaction to Films, General Records, Central Files, Information Motion Pictures, Plans-Policy-Procedure, Films, box 214, RG 229, NARA.

30 Breen est arrivé à la PCA en 1942 après le début de la collaboration de l’Office of War Information avec les studios, en vue de promouvoir une plus grande égalité raciale dans les films américains « dans l’optique de favoriser la diplomatie internationale » pendant la guerre (Scott 2015, 42).

31 Lettre de Reg Armour à Phil Reisman, 27 avril 1942, Dossier WW. Wilson. Film. It’s All True (1993). Research. Photocopies of 1930s–1950s Mercury docs (6 de 10), Box 12, Richard Wilson-Orson Welles Papers, University of Michigan Library, Ann Arbor, Special Collections.

32 Dulce Pandolfi, dans son introduction à Repensando o Estado Novo (Pandolfi 1999, 11), affirme que la dictature militaire de 1964 à 1985 a été un héritage de l’Estado Novo car ce dernier a répandu dans le pays « la croyance en la dichotomie entre la démocratie sociale et la démocratie politique ». Comme je pense l’avoir montré dans cet article, je n’adhère pas à cette hypothèse, du moins en ce qui concerne le contenu racial de la démocratie sociale au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Graham, « Question raciale, production culturelle et image démocratique du Brésil pendant la Seconde Guerre mondiale », Brésil(s) [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2569 ; DOI : 10.4000/bresils.2569

Haut de page

Auteur

Jessica Graham

Jessica Graham, docteure en histoire de l’Université de Chicago, est professeure assistante au département d’histoire de l’Université de Californie à San Diego.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals