Navigation – Plan du site

La crise politique brésilienne : histoire et perspectives d’une ‘terre en transe’

A crise política brasileira: histórico e perspectivas de uma ‘terra em transe’
The Brazilian Political Crisis : Historical Narrative and Future of an ‘Entranced Earth’
Marcos Napolitano
Traduction de Sébastien Rozeaux

Résumés

Cet article cherche à interpréter la crise politique et sociale qui sévit au Brésil aujourd’hui à la lumière de son histoire, en essayant de dépasser les analyses conjoncturelles qui sont les plus fréquentes dans la presse d’opinion. Dans cette perspective, le texte examine l’impeachment de Dilma Rousseff et le conservatisme qui se fit jour durant ce processus comme produit des structures socio-politiques et des cultures politiques qui se rencontrèrent au moment de la formation de l’État national, du passé esclavagiste du Brésil et de la construction du régime républicain avec son projet de modernisation et d’exclusion. D’un manière synthétique, j’analyse le conflit entre le pouvoir législatif et l’exécutif comme étant l’une des caractéristiques du régime républicain brésilien, les interventions de type coups d’État dans les moments de crise politico-sociale et la présence de valeurs autoritaires qui s’inscrivent dans la longue durée de l’histoire brésilienne, en terminant par un examen rapide des impasses de la conjoncture présente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terre en transe (Terra em Transe) est un film important réalisé par Glober Rocha, le célèbre cinéas (...)

1La crise que traverse le Brésil – à nouveau « terre en transe1 » – s’explique bien sûr par les conflits politiques, idéologiques et sociaux qui ont récemment secoué le pays mais elle a aussi des racines profondes dans son histoire. L’expliquer, sans tomber dans les clichés idéologiques que l’on retrouve trop souvent ces derniers temps dans les débats publics, est une tâche difficile, plus encore lorsque l’on s’adresse à un public étranger comme c’est ici le cas. Il est tout aussi ardu de prévoir quel tour tout cela prendra dans les prochaines semaines, ou d’imaginer une résolution dans un futur proche.

2Les spécificités historiques du système politique brésilien sont l’une des principales causes de la situation actuelle. Ce système a incorporé certaines formes politiques et valeurs libérales venues d’Occident – séparation des pouvoirs, droits et garanties individuelles, représentation, constitutionnalisme – dans une société marquée en profondeur par le patriarcat et l’esclavage, dont il faut rappeler qu’il n’a été aboli qu’en 1888. Ces deux héritages ont généré un système social excluant de larges parties de la société. Depuis la proclamation de la République, en 1889, cette organisation politique n’a jamais permis l’émergence de partis dotés d’une identité idéologique claire, appuyés sur une large base sociale et affiliés aux familles politiques classiques en Occident, comme la démocratie chrétienne, la social-démocratie, les partis libéraux-conservateurs et radicaux.

3Dans leur grande diversité, les régimes qu’a connus le Brésil depuis son indépendance en 1822 ont un trait commun : un conflit latent entre pouvoir législatif et pouvoir exécutif. Le législatif, à commencer par la chambre basse du Parlement, œuvre en général à la défense des privilèges des groupes économiquement dominants et revendique un fort conservatisme social et politique. L’exécutif, quant à lui, a fréquemment porté des politiques de modernisation socio-économique, bien que celles-ci n’aient pas toujours été guidées par des principes démocratiques et socialement inclusifs. Les gouvernements ont en effet presque toujours eu recours à la violence et au centralisme autoritaire pour contraindre, au nom d’un projet national d’intégration, les forces d’inertie que représentaient les élites économiques et politiques locales ou régionales. L’Estado Novo de Getúlio Vargas (1939-1945) et la dictature militaire (1964-1985) sont les exemples les plus aboutis de ce pouvoir exécutif hypertrophié, modernisateur sur le plan économique, autoritaire sur le plan politique et conservateur sur le plan social. Entre ces deux épisodes dictatoriaux, la IVe République (1946-1964) a vu se multiplier les conflits entre un exécutif réformiste et modernisateur et un Congrès conservateur. Le coup d’État civil-militaire de 1964 et la déposition du président de centre-gauche João Goulart en ont été la conséquence directe.

4On le voit, ces antagonismes entre les deux pouvoirs génèrent des crises qui ont mené à des coups d’État et à des dictatures. Ils expliquent aussi l’intervention arbitraire d’un quatrième pouvoir, connu historiquement comme le « pouvoir modérateur ». Sous la monarchie (1822-1889), il était prévu par la Constitution et incarné par l’empereur. Après la proclamation de la République, il a disparu des textes en vigueur mais il a continué à exister dans la pratique, au sein des forces armées. Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à son transfert vers le pouvoir judiciaire : c’est la « judiciarisation de la politique » évoquée dans la presse et dans l’espace public. Dans la crise actuelle, les forces armées s’étaient cantonnées à un rôle discret et respectueux du cadre constitutionnel, en dehors de quelques manifestations ponctuelles d’officiers supérieurs hostiles à la gauche. Cette position a changé en avril 2018, à la veille du jugement par la Cour suprême brésilienne (Supremo Tribunal Federal - STF) de Luís Inácio Lula da Silva. Des généraux d’active ont fait irruption sur la scène politique : ils ont exercé une pression sur les juges pour qu’ils refusent l’habeas corpus à l’ancien président, permettant son emprisonnement immédiat. Ce « nouvel » acteur dans l’actuelle crise politique ne fait qu’ajouter à la confusion, car c’est en réalité un vieux fantôme : celui qui a permis l’intervention militaire dans la vie politique. Il semble rouvrir une page sombre de l’histoire du Brésil que l’on croyait à jamais refermée.

5Le parlement brésilien a toujours été, dans son fonctionnement, l’expression d’intérêts politiques régionaux (fédéralistes ou oligarchiques), de groupes de pression corporatistes et de grands acteurs économiques. Leurs exigences sont prises en compte par un pouvoir exécutif qui tente de tenir un équilibre entre la modernisation économique du pays et le maintien de l’ordre social. À certains moments de l’histoire, les politiques de développement ont également tâché de répondre aux exigences des travailleurs, des paysans pauvres et du salariat urbain, comme au cours des années 1950-1964 et entre 2003 et 2015. Malgré la volonté de concilier ces exigences avec le modèle capitaliste en vigueur, le pouvoir exécutif a alors dû se confronter aux résistances du pouvoir législatif dominé par les conservateurs, mettant au ban des gouvernants et recourant aux coups d’État.

6Cependant, ce système politique cohabite avec une société en mouvement, traversée depuis au moins la fin du XIXe siècle par de très profondes exigences de démocratie et d’inclusion sociale. En même temps, la société brésilienne n’a jamais réussi à faire émerger en son sein une culture républicaine dont un grand parti populaire aurait été l’expression. Ni les radicaux ni les socialistes n’y sont parvenus jusqu’à l’apparition, en 1980, du parti des travailleurs (Partido dos Trabalhadores - PT) né sous la dictature militaire des luttes sociales et populaires en faveur du rétablissement de la démocratie. Or, la société civile qui a permis cette émergence est aussi celle qui a donné à l’autoritarisme, au paternalisme, au clientélisme et au conservatisme ses plus solides racines. Le tableau se complique un peu plus encore si l’on tient compte du fait que l’élite sociale et politique brésilienne, de nature oligarchique, s’est toujours montrée réfractaire aux politiques d’inclusion susceptibles d’atténuer le legs de l’esclavage et l’exclusion des travailleurs ruraux et des paysans du champ politique. En témoignent notamment l’interdiction de vote aux analphabètes jusqu’en 1988, un système judiciaire garant de l’ordre social plutôt que des droits et des garanties individuelles, l’absence de toute réforme agraire ambitieuse, et le maintien de l’une des fiscalités les plus régressives au monde.

7La Constitution de 1988 est le reflet de la lutte démocratique de la société brésilienne pour sortir de la dictature militaire. Elle a consolidé les droits sociaux et politiques, elle a rendu le vote universel et a renforcé le rôle des trois pouvoirs au sein de la République ainsi que l’équilibre de leurs relations. Malgré une transition politique tumultueuse au cours des années 1980, le Brésil semblait enfin sortir de ce système politique autoritaire : les scrutins présidentiels se déroulaient régulièrement, permettant des alternances pacifiques entre coalitions de gouvernement. Pourtant, depuis l’élection en 2003 de l’ex-leader syndical et ouvrier Luís Inácio Lula da Silva (PT), l’ombre de la crise politique s’est à nouveau étendue sur le Brésil et les conflits entre exécutif et législatif se sont à nouveau succédé. Le PT, compte tenu de son discours de gauche radicale et de son opposition farouche au néolibéralisme qui s’est imposé en Amérique latine au cours des années 1990, aurait dû, en toute logique, mettre en œuvre des réformes profondes dans les sphères politiques, économiques et sociales. Le réalisme et le pragmatisme du nouveau président, capable de concilier avec habileté des intérêts contradictoires, ont tôt fait de s’imposer aux dépens des projets de transformation radicale de la société.

  • 2 Il y avait 35 partis enregistrés officiellement en juillet 2016, la plupart minuscules et sans base (...)

8Afin de composer des majorités parlementaires dans un système de partis très fragmenté comme l’est celui du Brésil2, le gouvernement Lula a eu recours à une pratique classique dans le monde politique brésilien et que le PT lui-même n’avait cessé de critiquer, à savoir la distribution d’emplois et de prébendes dans l’administration publique directe et indirecte. Cela a eu pour effet de renforcer le « physiologisme » (fisiologismo), cette pratique qui consiste pour un parti ou un(e) élu(e) à adhérer à une coalition au pouvoir non pour des idées mais pour obtenir des avantages en nature. Afin que le lecteur comprenne bien de quoi il s’agit, il faut rappeler que le président de la République nomme officiellement près de 20.000 fonctionnaires au sein de l’administration publique fédérale. Par ailleurs, le PT a distribué illégalement de l’argent à certains parlementaires pour acheter des voix, en particulier à ceux qui s’étaient endettés lors de campagnes électorales dispendieuses, du fait de l’immensité des circonscriptions dans ce pays-continent et des tarifs abusifs pratiqués par les professionnels de la communication et de la publicité.

9Bien sûr, l’opposition conservatrice a trouvé des relais dans la presse et au sein des classes moyennes supérieures, tant elles sont de tradition économiquement libérale, élitistes et peu enclines au réformisme de gauche. Les succès économiques acquis sous les deux mandats présidentiels de Lula et sa grande habileté politique ont permis de contenir cette insatisfaction. Les groupes de gauche situés en dehors du PT, minoritaires dans le système politique mais actifs au sein de la société civile, ont eux aussi exprimé leur mécontentement mais sans causer de réelles difficultés au gouvernement, notamment du fait de leurs affinités idéologiques réciproques.

10Les choses ont radicalement changé avec l’élection de Dilma Rousseff (PT), en 2010. La crise économique mondiale, les difficultés de la présidente à arbitrer entre des intérêts divergents au sein du Parlement et le mécontentement social, venant en premier lieu des classes moyennes, ont convergé de façon explosive en 2013 contre son gouvernement et le PT. Les grandes manifestations à la veille de la Coupe du monde de football de 2014, bien qu’impulsées par des mouvements de jeunesse d’extrême-gauche, ont été récupérées par les secteurs conservateurs de la société et de la presse libérale, qui ont trouvé là une occasion en or pour se défaire enfin de ce gouvernement. Ils ont largement fait savoir leur soutien moral aux manifestants. En dépit de cela, le vote des plus modestes a permis à Dilma d’être réélue pour un second mandat en 2014, second mandat qui a vite tourné au désastre. La crise économique a empiré et les mesures d’austérité adoptées par l’exécutif dans le but d’équilibrer le budget n’ont fait qu’aggraver la situation. Si le gouvernement avait privilégié, avant 2014, une « politique anticyclique » de subventions pour stimuler la production et la demande intérieures, le second mandat s’est caractérisé par une allégeance au « marché roi », c’est-à-dire par des coupes dans la dépense publique et une hausse des taux d’intérêt afin de contrôler l’inflation (supérieure à 14% par an !). Or, ces mesures ont eu pour conséquence la hausse de la dette publique et du chômage.

11Le lecteur aura remarqué que je n’ai pas abordé jusque-là la question de la corruption. C’est un aspect essentiel de la vie politique brésilienne que l’on mobilise fréquemment dans le jeu politique contre tel ou tel gouvernement, parti ou candidat quand, en réalité, ce problème devrait être traité comme une caractéristique du système politique en soi. Les multiples dénonciations des pratiques illégales de financement de la vie politique et des campagnes électorales par le biais des surfacturations de marchés publics et des détournements d’argent (via les grandes entreprises d’État comme la Petrobrás, principalement) ont considérablement réduit le capital politique du PT, lequel s’était pourtant imposé dans le débat, depuis sa fondation au début des années 1980, comme le parti de « l’éthique dans la politique ».

  • 3 Le ministère public du Brésil est un organisme juridique qui dispose d’une autonomie fonctionnelle (...)

12La multiplication des dénonciations dans la presse et les actions ciblées du ministère public3 et du pouvoir judiciaire contre les membres de la coalition de gouvernement ont permis à l’opposition de trouver là un mot d’ordre de portée universelle contre Dilma. La lutte contre la corruption était déjà un thème récurrent dans la presse conservatrice depuis le scandale du Mensalão [salaire mensuel] révélé en 2005, lorsque le gouvernement Lula avait été accusé d’acheter les voix de parlementaires en échange de leur soutien politique au Parlement. Cependant, ses effets avaient été contenus du fait de la popularité du président et de la bonne santé économique du pays dans la première décennie du XXIe siècle. Or, Dilma n’a ni le charisme, ni l’habileté politique de son prédécesseur, et les secteurs économiques n’ont pas réagi positivement aux politiques lancées souvent à contretemps par le gouvernement en 2014. Voilà comment la situation a pu dégénérer ensuite si rapidement.

13Les classes moyennes conservatrices ont manifesté en masse dans les rues et ont trouvé des relais au Congrès, où les relations des parlementaires avec la présidente étaient déjà largement dégradées. Les députés et les sénateurs ont ainsi pu donner suite à la demande d’impeachment diligentée par trois juges de São Paulo, l’un des États les plus conservateurs du Brésil, épicentre de l’opposition au PT. Il faut souligner que cette action ne visait pas à proprement parler la personne de la présidente puisqu’il n’existait aucune dénonciation judiciaire ou enquête en cours à son encontre. Elle visait d’abord l’héritière de Lula, puisque Dilma était perçue par beaucoup comme l’une des têtes pensantes de ce système de corruption mis en place par le PT et qui préoccupait tant désormais les partis de droite. Pour le Congrès, c’était aussi l’occasion de se débarrasser d’une technocrate accusée de ne pas discuter avec les politiques. Quant aux membres de l’establishment liés à la finance internationale, ils voyaient là l’opportunité de mettre enfin en œuvre des politiques de réduction des dépenses sociales qu’ils tenaient pour responsables des hauts niveaux d’inflation et du déséquilibre des finances publiques, alors que la priorité devait être à leurs yeux le remboursement des intérêts de la dette de l’État. Les arguments opportunistes et discutables pour mettre un terme au mandat de la présidente élue ont été perçus à gauche comme relevant plutôt du coup d’État. En fait, une telle conjonction de facteurs rendait l’impeachment inévitable. Rappelons que ce qui était reproché à l’exécutif était des manipulations comptables dans l’allocation des dépenses publiques qui, certes, avaient été faites en violation des lois fiscales et budgétaires, mais auxquelles s’étaient prêtés également tous les précédents présidents.

14L’analyse de la conjoncture politique complexe qui a abouti à cet impeachment ne doit pas nous exonérer d’examiner quelques-unes des impasses structurelles de la vie politique, sociale et économique au Brésil, tant elles sont déterminantes pour comprendre ce qui est réellement en jeu dans la crise actuelle.

15Sur le plan politique, cette crise traduit d’abord l’usure du « présidentialisme de coalition », un concept forgé par les politistes pour qualifier le système né en grande partie de l’équilibre délicat entre législatif et exécutif tel qu’il avait été défini par la Constitution de 1988. Ainsi, le président élu doit former une majorité parlementaire dans un système politique fragmenté et généralement « physiologique », c’est-à-dire motivé d’abord par des intérêts matériels comme la distribution de charges et de sinécures, plutôt que par des programmes ou des valeurs politiques. Le système électif au Brésil est celui du scrutin majoritaire pour le pouvoir exécutif et de la proportionnelle sans seuil électoral pour le pouvoir législatif. De là résulte ce mélange confus et informel entre des principes qui sont ceux d’un régime parlementaire (puisque le Parlement dispose d’une capacité bien réelle de veto contre l’exécutif) et l’absence d’une culture de partis et des clauses constitutionnelles susceptibles de stabiliser le système. La déposition de Dilma résulte d’une intervention parlementaire typique dans un régime présidentiel traditionnellement fort, c’est-à-dire d’un veto du Congrès contre le chef du pouvoir exécutif, ce qui a eu pour conséquence de transformer cette crise de gouvernement en une véritable crise institutionnelle, aux airs de coup d’État. Pour se sortir d’une telle impasse, il faudrait entre autres choses une réforme politique ambitieuse, capable d’atténuer les effets de la fragmentation des partis, de perfectionner le système électoral (en y incluant la question du financement des campagnes), de garantir une plus grande fidélité des élus vis-à-vis de leur formation, de démocratiser l’accès des citoyens à la vie politique et de mettre en place un mode de scrutin mixte majoritaire et proportionnel. La voie de sortie de cette crise est connue de tous, mais personne ne semble prêt à la suivre, ni l’opposition conservatrice qui a manifesté contre la corruption et qui se fédère d’abord autour du rejet viscéral et élitiste du PT, ni le système politique incarné par un parlement qui se contente de défendre ses intérêts physiologistes et corporatistes.

  • 4 Voir à ce sujet Graziela Serroni Perosa, Adriana Santiago Rosa Dantas, Helena de Souza Marcon et Is (...)
  • 5 Voir à ce sujet Camila Giorgetti, « Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles d (...)

16En outre, la structure sociale brésilienne pose de sérieux problèmes qui font obstacle à la stabilité du système politique et à sa gouvernabilité. Le déficit historique en politiques sociales et cette tradition séculaire d’exclusion socio-politique expliquent que le Brésil soit l’un des pays les plus inégalitaires du monde, malgré les améliorations de ces dernières années. Les services publics sont déficients, le taux d’imposition est régressif (ce qui pénalise les consommateurs et les salariés tout en préservant les grandes fortunes, les propriétaires terriens et les rentiers) et les classes moyennes doivent dépenser beaucoup d’argent dans l’achat de services privés très couteux afin de satisfaire des droits de base comme la santé et l’éducation, ce qui explique d’ailleurs pour partie leur rejet viscéral de l’État4. Or, ces mêmes classes moyennes ont vu diminuer, au cours des dernières années, les privilèges dont ils disposaient relativement aux plus pauvres. Le premier d’entre eux était certainement le recours à une main-d’œuvre bon marché pour les services domestiques et privés. Cela n’a fait qu’exacerber leur élitisme social et leur rejet du PT, accusé d’être responsable de cette « inversion » des hiérarchies sociales. En effet, sous les gouvernements de Lula et Dilma, les plus pauvres ont bénéficié des subsides de l’État : outre un accès démocratisé aux universités publiques traditionnellement élitistes par le système des quotas sociaux et raciaux, ils ont également profité d’une meilleure redistribution des richesses et de la consolidation des droits des travailleurs. En témoigne en particulier la nouvelle loi qui intègre les employées domestiques au droit du travail, critiquée par les conservateurs et par les classes moyennes supérieures5. Ces mesures, que l’on jugerait normales et nécessaires dans des sociétés de tradition plus égalitaire et démocratique, ont toujours été perçues au Brésil comme menaçant l’ordre social, compte tenu du legs de siècles d’esclavage.

17Enfin, la dimension économique de cette crise constitue à elle seule un problème très complexe dont les tenants dépassent en partie le cadre national. Le Brésil comme l’Amérique latine en général se caractérisent actuellement par une économie très dépendante du marché mondial des marchandises et de la finance globale, via les investissements productifs ou spéculatifs. La division internationale du travail qui s’est consolidée lors de la « Troisième Révolution industrielle » à partir des années 1980 a mis fin aux ambitions de développement industriel et de souveraineté économique en Amérique latine. L’industrie brésilienne qui s’était développée entre 1940 et 1980 a perdu en compétitivité pour les biens manufacturés simples et complexes, tout en restant présente dans quelques secteurs bien spécifiques. La volonté de Lula et du PT de faire émerger des « géants capitalistes nationaux » n’a pas survécu à la crise économique internationale, aux assauts des spéculateurs opportunistes, à la logique de corruption et aux prédateurs du monde financier. Même dans un secteur où le Brésil reste compétitif comme celui de l’extraction pétrolière en eaux profondes, la Petrobrás a été frappée de plein fouet par la baisse des tarifs mondiaux du baril de brut.

18La politique financière du pays est une autre facette de cette crise. Les taux de crédit très élevés au prétexte de combattre l’inflation sont soutenus par les économistes orthodoxes et les think tanks des grandes banques brésiliennes et étrangères, même si quelques économistes indépendants du marché financier les récusent. Sortir de cette situation sera très compliqué dans la mesure où elle dépend de la conjoncture globale sur laquelle le Brésil n’a que peu d’influence malgré son poids économique et les ressources de son marché intérieur. De plus, la précarité du système scolaire et les difficultés propres aux milieux des affaires, contraints par une bureaucratie complexe et une législation confuse et conflictuelle, sont autant d’obstacles structurels à un essor rapide du système productif. Enfin, quand bien même toutes les réformes nécessaires seraient entreprises, il n’en serait pas moins très difficile pour le Brésil d’être compétitif sur le marché des biens à forte valeur ajoutée et, donc, d’échapper au statut de pays fournisseur de matières premières et de produits semi-manufacturés.

  • 6 Le Parti de la social-démocratie brésilienne est un parti libéral de centre-droit et conservateur q (...)

19Le temps des réformes de la fiscalité, de l’économie et du droit du travail afin de stimuler la production sans sacrifier pour autant les droits sociaux et ceux des travailleurs n’est pas pour demain. Michel Temer, qui a remplacé la présidente destituée en 2016 en sa qualité de vice-président, préfère satisfaire le grand capital et remettre en cause les acquis. En dépit d’une certaine reprise de l’activité économique après l’impeachment et la crise de 2015-2016 – crise au cours de laquelle le PIB a perdu 7% de sa valeur –, le contexte économique reste très instable. Le chômage (en y incluant le chômage partiel) touche 24 millions de personnes, les jeunes et les plus pauvres d’abord, cependant que l’on coupe dans le budget des services sociaux de base. La grave crise sociale et économique provoquée par la grève des chauffeurs de camions et par le lock-out patronal des entreprises de transport en mai 2018 témoigne de la fragilité du pacte social et de la faiblesse de la reprise économique. Il faut rappeler ici que cette grève résulte de la politique de fluctuation des prix des carburants mise en place par la société Petrobrás, dont la direction libérale est liée au PSDB6, au nom de la « rationalité du marché ».

20Compte tenu de la complexité de cette crise, on ne peut envisager d’en sortir que si émerge au sein de la société brésilienne un nouveau groupe en mesure de présenter une voie politique vers plus de démocratie, d’intégration sociale et de réformes, et capable d’incarner une alternative en vue des élections présidentielles à l’automne. Cela est peu probable, tant à gauche qu’à droite.

21À gauche, l’échec politique du PT a renforcé la méfiance populaire vis-à-vis d’une formation parlementaire réformiste au sein du milieu social et politique conservateur et de tradition putschiste qui existe à Brasília. Les nombreuses contestations qui ont émergé dans l’espace social voient souvent dans la crise du PT et dans l’action de Lula le résultat logique d’une politique erronée d’alliances ainsi que du fossé qui s’est creusé entre le parti et les mouvements sociaux. La séparation entre la gauche institutionnelle, légaliste et parlementaire, d’un côté, et les groupes militants extra-parlementaires, de l’autre, tend à s’accroître, au risque de causer une rupture entre les bases sociales de la gauche et son expression dans le système des partis. Il est avéré que le « physiologisme » et le conservatisme étaient des éléments constitutifs de la coalition au pouvoir dans les gouvernements PT (2002-2016). Cependant, il existait alors au sein de l’exécutif un rempart idéologique et politique capable de défendre des politiques d’inclusion et de modernisation. Reconnaitre ce fait ne signifie pas qu’il faille idéaliser le bilan du PT, car jamais ses gouvernements n’ont su mettre en œuvre un réformisme de gauche ambitieux, appuyé sur un programme clairement défini et une ample base sociale et parlementaire susceptibles de panser les plaies historiques de la politique et de la société brésiliennes. En ce sens, la crise du PT n’est pas seulement morale, elle est aussi politique et idéologique et il faudra bien des années pour qu’elle soit pleinement comprise et assumée.

22À droite, rien ne laisse présager l’émergence d’un parti libéral et républicain capable de promouvoir un minimum d’inclusion sociale, de droits politiques et un projet national, quand bien même celui-ci reposerait sur la défense du « marché roi ». En d’autres termes, il n’existe pas d’horizon libéral et démocratique au Brésil, sauf comme simple slogan électoraliste ou comme expression d’un libéralisme intellectuel sans grande assise sociale. Au contraire, la crise et l’opposition au PT ont nourri l’essor d’une droite ultraconservatrice qui défend d’abord le maintien de l’ordre social traditionnel, la limitation des libertés fondamentales, une idéologie sécuritaire, le fondamentalisme chrétien et le lobby de l’agro-business. Cette dimension de la société brésilienne bénéfice de larges soutiens au Congrès, au sein du groupe parlementaire BBB (« Bœuf, Balles, Bible »). Les libéraux qui se définissent comme « modernes et réformistes », et constituent le noyau historique du PSDB, ont fini par cautionner l’essor de ce mouvement radical anti-gauche et ultraconservateur mais ils ont perdu, ce faisant, le contrôle politique et idéologique qu’ils exerçaient, laissant la place à la droite archaïque et autoritaire qui se retourne désormais contre la direction du parti, cible d’attaques publiques. Et, afin de compliquer plus encore la situation des libéraux « modernes », la droite autoritaire affirme vouloir concilier l’autoritarisme et le conservatisme sur le plan social avec le libéralisme sur le plan économique.

23Depuis qu’il a réussi à écarter du pouvoir les membres du PT et la gauche, Michel Temer a tenté de mettre en œuvre un programme libéral en économie et conservateur en politique, sans renoncer pour autant au physiologisme de toujours. Son programme économique, fondé sur le principe du « marché roi », promeut de grandes réformes de libéralisation du système de sécurité sociale et de l’éducation, ainsi que la dérèglementation du droit du travail et de la relation entre patrons et salariés. La principale réforme exigée par le marché financier, celle de l’assurance sociale, a néanmoins été bloquée au Congrès. La très grande impopularité du gouvernement Temer qui ne dépasse pas les 3% de confiance dans les enquêtes d’opinion et la démoralisation en son sein font désormais obstacle à la mise en œuvre de ces projets.

  • 7 Le Marché commun du Sud, couramment abrégé Mercosur (de l'espagnol Mercado Común del Sur) ou Mercos (...)

24Le programme politique de Temer se donne également pour objectif de remettre en cause les politiques sociales et culturelles héritées des précédents gouvernements de gauche. Celles-ci visaient à réduire l’exclusion sociale par des hausses du salaire minimum réel, une plus grande redistribution des richesses, une politique de quotas sociaux et raciaux dans les universités, ainsi que la promotion d’une meilleure égalité des genres, des droits de l’homme et de la défense des minorités. Une telle remise en cause ne sera pas chose facile car la société brésilienne est très mobilisée sur ces sujets. En politique extérieure, Temer a pris ses distances avec les gouvernements de gauche en Amérique latine et dans le Mercosur7, préférant renouer avec la vieille dépendance vis-à-vis des États-Unis, et ce malgré le poids croissant du nouveau capitalisme chinois en Amérique latine.

25Les évolutions de cette crise et son impact sur les élections présidentielles de l’automne sont encore incertains.

  • 8 L’opération Lava Jato [kärcher] connue aussi comme scandale Petrobrás, du nom de la principale entr (...)

26L’ex-président Lula continue de faire la course en tête dans les sondages malgré son emprisonnement début avril après un procès polémique et en dépit de la fragilité des preuves à son encontre dans le cadre de l’opération Lava-Jato8. Reste qu’il est très probable que son éventuelle candidature serait bloquée par la justice. À gauche, aucune personnalité susceptible d’avoir cette même habileté politique et l’appui populaire n’a émergé. Si les noms de Ciro Gomes ou Marina Silva circulent dans le débat public, ils sont loin de disposer des mêmes relais dans l’opinion. De plus, la seconde a un discours idéologiquement fragile qui s’inscrit plutôt dans la tradition du centre-gauche.

27C’est de l’extrême-droite qu’une surprise pourrait venir, avec la candidature d’un ex-militaire, Jair Bolsonaro, qui bénéficie de l’appui de partis politiques de second rang liés au fondamentalisme chrétien évangélique et qui est susceptible d’attirer à lui des mouvements catholiques ultraconservateurs de la classe moyenne traditionnelle. À six mois de l’élection, depuis l’incarcération de Lula, Bolsonaro est en tête dans les sondages auprès de la petite et moyenne bourgeoisie des principales villes du pays, à l’exception du Nordeste. Il élabore un programme économique modelé sur les exigences du marché afin de gagner les votes des libéraux et des grands patrons. Appuyé sur les réseaux sociaux, il met en œuvre la bien connue « stratégie de la tension » décrivant un pays anomique et frappé de convulsions, afin d’apparaître comme le sauveur, le garant du retour à l’ordre. Or, une bonne partie de l’opinion publique semble disposée à faire sienne cette vision simpliste des choses. Il existe même au sein des classes moyennes et des petits patrons de plus en plus de personnes qui en appellent à une « intervention militaire » afin de faire tomber le gouvernement Temer et d’anticiper ainsi les élections, dans l’objectif de favoriser plus encore la poussée de l’extrême-droite.

28Inutile de dire que la victoire de ce candidat ne ferait qu’aggraver la crise politique brésilienne et les tensions entre le système politique tel qu’il est et les mouvements sociaux. Son programme socio-économique ne peut que générer encore plus d’exclusion, sa vision idéologique est obscurantiste et ses propositions légitiment le recours à la violence par la police pour lutter contre les « classes dangereuses ».

29Les candidats qui se manifestent au centre-droit, dont le très peu charismatique Geraldo Alckmin (ex-gouverneur de l’État de São Paulo), sont encore ceux qui satisfont le mieux aux désirs du marché et de la presse libérale traditionnelle. Toutefois, ils peinent à séduire dans les enquêtes d’opinion au point de compromettre leur chance de réussite, même s’ils peuvent espérer obtenir quelques points supplémentaires pendant la campagne électorale. De plus, la faible croissance économique, la hausse du chômage et la crise continue de la « sécurité publique », qu’elle soit réelle ou fabriquée, jouent contre ces candidatures et en faveur de l’extrême-droite.

30À défaut d’un ambitieux programme d’inclusion sociale et de réformes politiques qui serait porté par une ample coalition progressiste unissant la gauche et les libéraux-démocrates, le candidat qui gagnera les élections, quel qu’il soit, aura le plus grand mal à relever les défis de la crise actuelle. Or, les conditions d’une alliance durable de ce type ne sont pas réunies : la tendance conservatrice et élitiste au sein du libéralisme brésilien comme la tradition populiste et développementiste de la gauche tendent vers des directions opposées. Il me semble donc que, dans la situation actuelle du Brésil, l’absence de leadership comme celle d’une alliance solide hypothèquent la formation de tout gouvernement solide et durable.

31En d’autres termes, il est fort probable que les élections présidentielles d’octobre 2018 – si elles ont lieu car beaucoup en doutent – ne contribuent pas au règlement de la situation que traverse le Brésil mais ouvrent plutôt un nouveau chapitre de cette crise structurelle et conjoncturelle au long cours.

Haut de page

Notes

1 Terre en transe (Terra em Transe) est un film important réalisé par Glober Rocha, le célèbre cinéaste de la nouvelle vague brésilienne en 1967. Dans une veine souvent quasi-surréaliste, il met en scène dans un pays imaginaire un intellectuel confronté à la prise de pouvoir d’un dirigeant autoritaire et populiste qui le conduit à des compromissions et au reniement de ses valeurs (NdT).

2 Il y avait 35 partis enregistrés officiellement en juillet 2016, la plupart minuscules et sans base électorale.

3 Le ministère public du Brésil est un organisme juridique qui dispose d’une autonomie fonctionnelle et exerce diverses fonctions comme, par exemple, demander à ce que des poursuites soient engagées. Il comporte des sections à tous les niveaux de l’État (fédéral et fédéré) ou encore au sein de la justice du travail (NdT).

4 Voir à ce sujet Graziela Serroni Perosa, Adriana Santiago Rosa Dantas, Helena de Souza Marcon et Isamara Lopes Rocha Cruz, « Transformations des classes populaires et de l’offre scolaire à São Paulo », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 05 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1612 ; DOI : 10.4000/bresils.1612.

5 Voir à ce sujet Camila Giorgetti, « Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles de leurs employées domestiques ? Analyse d’un rapport de classe », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 05 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1598 ; DOI : 10.4000/bresils.1598.

6 Le Parti de la social-démocratie brésilienne est un parti libéral de centre-droit et conservateur qui a rejoint la coalition constituée autour du président Temer depuis l’impeachment (NdT).

7 Le Marché commun du Sud, couramment abrégé Mercosur (de l'espagnol Mercado Común del Sur) ou Mercosul (du portugais Mercado Comum do Sul), est une communauté économique qui regroupe plusieurs pays de l'Amérique du Sud, à savoir le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, l’Uruguay, le Venezuela et la Bolivie (NdT).

8 L’opération Lava Jato [kärcher] connue aussi comme scandale Petrobrás, du nom de la principale entreprise concernée, a débuté en 2014 avec une enquête de la police fédérale sur des accusations de corruption et de blanchiment d’argent concernant notamment mais pas exclusivement les principaux partis au pouvoir (PT, PMDB, PP). Les surfacturations permettaient de financer les formations politiques et de remercier personnellement les élus impliqués dans le processus (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcos Napolitano, « La crise politique brésilienne : histoire et perspectives d’une ‘terre en transe’ », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 16 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2687 ; DOI : 10.4000/bresils.2687

Haut de page

Auteur

Marcos Napolitano

Marcos Napolitano est professeur d’histoire du Brésil indépendant à l’Université de São Paulo (USP) dans le Programme d’histoire sociale. Il est aussi accesseur ad-hoc à la Fondation de support à la recherche de l’État de São Paulo (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo - FAPESP) dans le cadre du Conseil national de développement scientifique et technologique (Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico – CNPq).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals