Navigation – Plan du site

La crise politique au Brésil : temporalités, acteurs et enjeux

A crise política no Brasil : temporalidades, agentes e desafios
Brazil's Political Crisis: Temporalities, Actors, and Challenges
Maud Chirio, Christine Douxami, Anaïs Fléchet et Sébastien Rozeaux

Texte intégral

1Depuis 2013, le temps politique a connu une brusque accélération au Brésil. À l’optimisme des années Lula a succédé une profonde crise institutionnelle, économique, sociale et culturelle. Les grandes manifestations de 2013, bien que portant initialement sur des revendications liées aux transports publics, ont donné le coup d’envoi d’une séquence politique complexe, dont il est aujourd’hui encore difficile de démêler l’écheveau. La violente campagne menée par les milieux conservateurs contre la présidente Dilma Rousseff n’a pas empêché sa réélection à une courte majorité en 2014, mais a pesé durablement sur le jeu politique brésilien, contribuant au coup de barre à droite du gouvernement début 2015. La récession économique qui s’est ouverte alors, liée à l’effondrement du cours des matières premières, doublée des premières révélations de l’opération Lava Jato sur des faits de corruption impliquant des personnalités politiques de premier plan en lien avec l’entreprise publique Petrobrás, a exacerbé les critiques contre le Parti des travailleurs (PT) au pouvoir depuis 2003. La montée en puissance de forces conservatrices, associant de manière inédite ultralibéralisme, fondamentalisme religieux et anticommunisme, a alimenté ce mouvement tout en l’inscrivant dans la dynamique plus globale du virage à droite de l’Amérique latine et – depuis l’élection de Donald Trump – de l’ensemble du continent. Ce sont toutefois les anciens alliés de la présidente Dilma Rousseff qui, craignant eux-mêmes d’être jugés pour corruption, ont obtenu sa destitution en août 2016 en tordant le sens de la Constitution brésilienne. Car ce n’est pas pour corruption, mais pour avoir pratiqué la cavalerie budgétaire – les fameuses pedaladas fiscais [coups de pédale fiscaux] – que Dilma est tombée, laissant la place à son vice-président Michel Temer du Parti du mouvement démocratique brésilien (Partido do Movimento Democrático Brasileiro – PMDB). Sur le plan juridique, l’accusation était fragile car elle ne portait pas sur « un crime de responsabilité », seul motif reconnu par la Constitution pour engager une procédure d’impeachment. Sur le plan politique, elle a permis à la droite, qui avait pourtant été défaite dans les urnes en 2014, de s’emparer du pouvoir, faisant voler en éclat le consensus établi sur le fonctionnement démocratique des institutions et contribuant à une polarisation extrême de l’opinion publique.

2C’est dans ce climat tendu qu’ont éclaté plusieurs polémiques sur la supposée infiltration communiste des écoles brésiliennes ou les effets pervers de la théorie du genre – une campagne dont la philosophe américaine Judith Butler a fait les frais lors de son passage à São Paulo en novembre 2016, où elle a été accueillie par des militants hostiles brandissant des crucifix et brûlant des poupées de sorcières à son effigie. Au-delà de cet épisode, la défense de la famille et des valeurs chrétiennes a donné lieu à une résurgence de la censure dans les milieux artistiques, avec l’interdiction d’une série de performances et d’expositions traitant de la question du genre sous la pression d’élus évangéliques, dont le maire de Rio de Janeiro, Mario Crivella.

3Toutefois les atteintes à la démocratie s’opèrent aussi loin des projecteurs, dans l’intérieur du pays, où les assassinats de militants environnementalistes, de paysans sans terre et de leaders indigènes et quilombolas, connaissent une forte croissance depuis 2016, tandis que s’affirme le pouvoir de la bancada ruralista [banc ruraliste] représentant les intérêts de l’agrobusiness au Congrès national. Dans les grandes métropoles, la militarisation toujours plus poussée de la sécurité publique échoue à enrayer l’explosion de la violence urbaine et conduit à la multiplication des bavures qui touchent principalement les populations jeunes et noires. En juin 2018, dans la favela de la Maré (Rio de Janeiro), Marcos Vinícius, quatorze ans, a été tué d’une balle tirée d’un hélicoptère de la police, alors qu’il cheminait vers son école, cartable au dos et uniforme scolaire bien visible. Son assassinat, parmi tant d’autres, est devenu le symbole du délitement de l’État de droit dans les périphéries urbaines. Il exprime le paroxysme d’une violence policière systématiquement impunie et contre laquelle il est de plus en plus difficile de s’élever publiquement : c’est pour avoir voulu organiser un contrôle démocratique sur l’action de l’armée et des milices dans les favelas de Rio que Marielle Franco, conseillère municipale de la ville, a été exécutée le 14 mars 2018. Malgré une forte émotion populaire et une importante couverture médiatique initiale, ce crime demeure à ce jour, lui aussi, impuni.

4Parallèlement, l’enquête judiciaire, le procès et l’emprisonnement de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva ont fait l’objet d’une intense couverture médiatique, sélective et partisane, menée notamment par le groupe Globo. Mis en examen dans le cadre de l’opération Lava Jato en 2016, Lula a été condamné à neuf ans et demi de prison pour corruption et blanchiment d’argent par le juge Sérgio Moro en juillet 2017. Sentence confirmée et durcie en appel en janvier 2018. Du point de vue juridique, l’accusation comporte de nombreuses irrégularités : Lula a été inculpé pour avoir reçu un appartement triplex dans la ville de Guaruja, sur le littoral de l’État de São Paulo, en échange de l’octroi de marchés publics à l’entreprise de construction OAS en lien avec Petrobrás. Cependant, à aucun moment Lula n’a été propriétaire de cet appartement et le juge Moro a reconnu lui-même que les contrats entre OAS et Petrobrás n’avaient pas été attribués de manière frauduleuse. C’est donc pour « actes indéterminés » que Lula a été condamné, puis emprisonné après le rejet de sa demande d’habeas corpus par le Suprême Tribunal fédéral le 5 avril 2018, tout en demeurant en tête des sondages pour les élections présidentielles prévues au mois d’octobre. Son procès a suscité de très vives polémiques, où s’entremêlent questions morales, juridiques et politiques. Entre ceux qui défendent une lutte sans merci contre la corruption et ceux qui dénoncent une justice politique contraire à l’ordre démocratique, le dialogue est rompu, enterrant un peu plus encore, dans la violence des commentaires sur les réseaux sociaux comme du discours politique, le vieux mythe de l’homme cordial brésilien.

5Si la crise déconcerte, c’est qu’elle rompt avec la foi dans la progression inéluctable du Brésil vers une démocratie stable, dotée d’une puissance diplomatique et économique à la hauteur de l’immensité de son territoire et de ses richesses naturelles. Pour une grande partie de l’opinion brésilienne et internationale, c’est en effet ce récit qu’ont porté les années Lula : dans ce pays inégalitaire, racialement très hiérarchisé et récemment sorti d’une dictature militaire (1964-1985), qu’un ancien ouvrier nordestin puisse accéder à la présidence et bâtir un embryon d’État social semblait témoigner d’une étonnante maturité démocratique. La forte croissance économique et les succès de la diplomatie multipolaire menée par Celso Amorim ont fait le reste : le « pays du futur », selon la formule de Stefan Zweig, semblait enfin réaliser la prophétie optimiste des premières heures de sa République.

6Cette impression d’achèvement s’est nourrie de discours très divers, depuis la vieille téléologie positiviste jusqu’à l’idée d’une nécessaire consolidation des démocraties périphériques portée par la transitologie des années 1980 et 1990. Une version brésilienne de la « fin de l’histoire », pour ainsi dire. Or, la crise actuelle enseigne tout autre chose : la précarité des conquêtes d’abord, qu’il s’agisse de participation politique, de réduction des inégalités ou de rapports de force internationaux ; le poids de la longue durée ensuite, raison pour laquelle les réflexions sur les héritages autoritaires et les traces de l’esclavage sont si présentes dans les débats actuels et dans les articles de ce volume ; l’insertion du Brésil, enfin, dans la grande déstabilisation occidentale des démocraties représentatives à l’aube du XXIe siècle.

7L’une des rares certitudes sur l’actuelle crise brésilienne est qu’il s’agit d’un basculement historique : elle brise les schémas déterministes, ouvre le champ des possibles et déstabilise l’observateur qui ne sait plus à quelles échelles de temps et d’espace il doit penser. Comprendre cet événement, dans toutes ses dimensions, est l’objectif de ce numéro hors-série, qui rassemble des textes rédigés par des juristes, historiens, sociologues, anthropologues et politistes. Brésiliens ou ayant fait depuis longtemps du Brésil leur terrain d’enquête, tous ont tenté d’apporter un éclairage critique sur la crise qui secoue le pays. La nécessité d’écrire rapidement, afin de donner au lectorat français des clés de compréhension qui font défaut dans les grands médias, explique le format des articles qui sont plus courts que ceux publiés habituellement par la revue. De ces analyses à chaud et à vif des événements, Marc Bloch a dit toutes les difficultés et les limites dans L’Étrange défaite en 1940. Au manque de recul et à l’impossibilité de traiter tous les aspects d’une crise multiforme s’ajoute ici l’éloignement géographique d’une publication fabriquée par des universitaires et pour des publics étrangers. Comment maintenir une position scientifique quand chaque camp développe un discours bien rôdé et semble à ce point enfermé dans sa propre rhétorique ? Il faut, d’abord, proposer des interprétations fondées sur des éléments concrets et sortir d’une logique binaire réductrice : pro- versus anti-Lula, tous corrompus versus théorie du complot, etc. Décrypter la séquence actuelle au regard des mouvements de fonds de la vie politique brésilienne en contribuant à un bilan critique des années PT et en remontant jusqu’à la dictature militaire ou, plus loin encore, aux fondements du régime esclavagiste qui a marqué d’une empreinte si durable la société : voilà autant de réponses, certes imparfaites, mais essentielles pour analyser la dégradation de l’État de droit au Brésil.

8Les quatre organisateurs de ce numéro tiennent à remercier chaleureusement les membres du comité de rédaction et tous ceux qui ont donné de leur temps pour traduire, relire et corriger ce numéro dans des délais particulièrement courts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Chirio, Christine Douxami, Anaïs Fléchet et Sébastien Rozeaux, « La crise politique au Brésil : temporalités, acteurs et enjeux », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 16 juillet 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2699 ; DOI : 10.4000/bresils.2699

Haut de page

Auteurs

Maud Chirio

Maud Chirio est maître de conférences en histoire à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Articles du même auteur

Christine Douxami

Christine Douxami est maître de conférences en études théâtrales à l’Université de Franche-Comté.

Anaïs Fléchet

Anaïs Fléchet est maître de conférences en histoire à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre de l’Institut universitaire de France.

Sébastien Rozeaux

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals