Navigation – Plan du site

Les conséquences socio-économiques du coup d’État parlementaire au Brésil

The Social and Economic Outcomes of the Parliamentary Coup in Brazil
As consequências socioeconômicas do golpe parlamentar no Brasil
Lauro Mattei
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Cet article examine les principales conséquences économiques et sociales du coup d’État parlementaire qui s’est produit au Brésil en 2015-16. Après avoir exposé les conditions économiques de la période précédente, il aborde les évolutions ultérieures et met en lumière la grave crise économique dont souffre le pays et qui conduit à l’une des plus importantes récessions de son histoire. L’instabilité politique a affecté divers indicateurs économiques comme le taux de croissance du PIB et le taux d’investissement, ainsi que différents indicateurs sociaux comme le taux de chômage touchant actuellement plus de 13 millions de personnes. On peut constater des coupes budgétaires significatives dans les dépenses sociales du gouvernement, le retour de la concentration des revenus et de l’expansion de la pauvreté à des niveaux supérieurs à 2009, lorsque le pays était affecté par la crise économique mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les nombreux fléaux que l’on retrouve encore sur le chemin de l’Amérique latine, une certaine propension aux coups d’État politiques n’est pas le moindre. Par le passé, ceux-ci étaient menés par des groupes militaires habituellement associés aux élites nationales et aux grands groupes et intérêts internationaux. Cette forme d’action politique a longtemps perduré, au point de transformer le continent latino-américain en l’une des régions les plus inégales et violentes du monde. D’une manière générale, il s’agissait d’instaurer l’État d’exception sous le commandement des forces armées et d’en finir ainsi avec les libertés individuelles et le droit de manifester. Au seuil du XXIe siècle, on a vu s’installer un nouveau mode de mise en œuvre de ces coups d’État politiques, faisant l’économie de l’État d’exception, de l’emploi direct de la force militaire et de la suppression des libertés publiques, pour mieux feindre la continuité démocratique. Les protagonistes internes, à savoir les élites latino-américaines, se sentent ainsi beaucoup plus à l’aise pour faire valoir leurs intérêts lorsqu’une menace démocratique cherche à briser des trajectoires historiques de longue durée.

2Dans la lignée du Honduras (2009) et du Paraguay (2012), le Brésil a connu un coup d’État en 2016, lorsque la présidente démocratiquement élue Dilma Rousseff a été écartée du pouvoir, jusqu’à présent sans aucune preuve tangible, par un groupe politique représentant, d’un côté, le programme rejeté par les urnes lors des élections présidentielles de 2014 et, de l’autre, un ensemble de politiciens corrompus regroupés derrière le nouveau président en exercice. On a vu depuis lors se développer des politiques de régression économique et sociale renvoyant le pays aux conditions existantes dans les années 1980 et 1990, à savoir l’époque où fut institué l’ordre néolibéral.

3Je n’aborderai pas ici le processus même de destitution de la présidente Dilma Rousseff. Je m’intéresserai plutôt aux questions économiques, en commençant par une brève description de la trajectoire de la politique économique avant de passer à une présentation commentée de certains des indicateurs socio-économiques aujourd’hui les plus pertinents.

L’économie brésilienne avant le coup d’État

4Entre 2003 et 2014 (gouvernements Lula I et II et Dilma I), le Brésil a affiché des performances macroéconomiques assez positives, avec un taux moyen de croissance du produit intérieur brut (PIB) sur la période de l’ordre de 3,4 %. La dette publique est ainsi passée de 52 % du PIB en 2003 à 37 % en 2014, tandis que les réserves de change augmentaient au même moment de 49 à 364 milliards de dollars et que le taux de chômage passait de 12,3 % à 4,8 %.

5Toutefois, si l’on analyse séparément la période 2011-2014 (Dilma I), on peut observer qu’en 2014, l’économie brésilienne montrait déjà des signes de la crise qui a frappé plus fortement le pays lors des années suivantes. D’un côté, on voit que l’inflation était déjà entrée dans une phase d’accélération en passant de 5,84 % (2012) à 6,41 % (2014) tandis que, de l’autre, l’activité économique commençait à se contracter avec une croissance du PIB de seulement 0,5 % en 2014 (graphique n° 1). Comme le gouvernement a continué d’augmenter les dépenses publiques, l’excédent fiscal est passé quant à lui de 2,4 % du PIB en 2012 à - 0,6 % en 2014 et le déficit courant a augmenté jusqu’à 3,2 % du PIB en 2014.

Graphique n° 1 – Évolution du PIB entre 2010 et 2016
Source : IBGE – Comptes nationaux

6C’est dans ce contexte que la présidente Dilma Rousseff a été réélue en octobre 2014 pour un nouveau mandat de 4 ans (2015-2018), écourté par le coup d’État de 2016 qui a permis son remplacement par celui qui était alors vice-président, Michel Temer. C’est pour toutes ces raisons que j’estime que la récente crise de l’économie brésilienne doit être mieux expliquée, étant donné que sa nature n’est pas exclusivement économique, mais découle aussi en partie des effets de la crise politique sur l’environnement économique dans son ensemble.

7Dans la sphère politique, les élections de 2014 avaient déjà révélé certains aspects décisifs du processus de détérioration de l’environnement économique, parmi lesquels on peut souligner : i) les changements au sein de la représentation politique au Congrès national (CN) à la suite des élections législatives de 2014, qui ont vu les conservateurs arriver en force dans la majorité parlementaire, empêchant toute avancée des actions proposées par le gouvernement Dilma II ; ii) l’élection d’un représentant important du camp conservateur pour présider le CN, qui, constatant la fragilité de la majorité parlementaire, prit la tête d’un mouvement contraire aux intérêts du gouvernement ; iii) le fait que le gouvernement Dilma II ne comprit le changement du contexte politique national et la fragilité de sa majorité que lorsqu’il tenta de faire approuver, sans succès, la politique économique de ce deuxième mandat.

8Dans la sphère économique, l’un des principaux aspects reflétant la nouvelle situation politique fut le refus par le CN, tout au long de l’année 2015, des mesures d’ajustement fiscal proposées par le gouvernement, ce qui provoqua une augmentation du déficit public et une perte de contrôle du processus inflationniste (inflation de 10,67% en 2015). Dans ce contexte, le gouvernement a été contraint au remplacement de son équipe économique à la fin de l’année 2015 sans, toutefois, faire preuve d’une quelconque capacité à inverser les prévisions économiques qui étaient déjà relativement pessimistes à ce moment-là. Sa ligne générale d’intervention est restée axée autour d’un choc tarifaire de grande ampleur, de l’austérité et de la dévaluation. Outre le contrôle de l’inflation, l’idée était d’équilibrer rapidement les comptes publics dans le but de gagner la confiance des milieux d’affaires et des investisseurs dans la solidité fiscale du pays, ce qui, selon le gouvernement, aurait dû favoriser le retour des investissements et créer des effets positifs sur la croissance.

L’économie brésilienne après le coup d’État

9L’augmentation des taux d’intérêts entre 2015 et 2016 a sérieusement affecté les performances des entreprises. La combinaison de cette augmentation avec les restrictions apportées au crédit a provoqué une importante contraction du taux d’investissement, principalement en 2015 et 2016, à hauteur de 21%. En conséquence, le taux d’utilisation des capacités de production de l’industrie de transformation n’était plus que d’environ 75 % à la fin de l’année 2016, tandis que de nombreuses entreprises devenaient insolvables.

10Il s’en est suivi une récession brutale (tableau n° 1). En dépit de résultats médiocres, le PIB avait quand même réussi à croître légèrement en 2014 grâce à la contribution du secteur tertiaire, tandis que le secteur industriel était déjà en récession. À partir de 2015, le pays a commencé à vivre l’une des pires récessions économiques de son histoire, avec des résultats tout à fait dommageables pour tous les secteurs sociaux et, particulièrement, pour les travailleurs qui ont été fortement affectés par le chômage et la baisse des salaires.

 

2014

2015

2016

2017

1er trimestre

2,7

-2,0

-5,4

0,0

2e trimestre

0,7

-2,5

-4,5

0,2

3e trimestre

0,4

-3,1

-4,0

0,6

4e trimestre

0,1

-3,8

-3,5

1,0

Total annuel

0,5

-3,5

-3,6

1,0

Tableau n° 1 – Évolution trimestrielle du PIB entre 2014 et 2017 (en %)
Source : IBGE – Comptes nationaux

11En 2016, la chute du PIB s’est généralisée pour atteindre cette fois-ci tous les secteurs d’activité. Cette contraction s’est soldée par une réduction du PIB per capita de 4,4 % entre 2015 et 2016.

12Après deux années consécutives de baisse, le PIB est reparti à la hausse en 2017 (1,0 %), marquant ainsi une certaine reprise économique sans toutefois compenser les pertes occasionnées par les deux années précédentes de récession. En 2017, le secteur agricole a été le principal moteur de ce retour de la croissance, même s’il ne représente que 5,3 % du PIB. Ces bonnes performances sont à mettre, en grande partie, sur le compte des récoltes de 2017 et, plus particulièrement, sur celles de soja et de maïs. Elles ont amené le gouvernement à affirmer que la récession était terminée et que le pays allait entrer dans une nouvelle phase de croissance, avec une prévision de + 2,9 % en 2018, + 3,0 % en 2019 et + 2,5 % en 2020. Il s’agit là de chiffres se trouvant actuellement au centre du débat dans le pays.

13Pour la période postérieure au coup d’État (2016-2018), il convient également de mentionner certaines mesures de politique économique ayant été adoptées et qui affectent déjà négativement d’importants secteurs de la société, en particulier les travailleurs et les milieux défavorisés.

14La première de ces mesures a été de geler les dépenses sociales pour une période de vingt ans, en se fondant sur un diagnostic selon lequel les dépenses publiques provoqueraient des déficits annuels insoutenables qui, à défaut d’être corrigés, remettraient le pays sur la voie de son passé inflationniste. D’une manière générale, ces dépenses ont trait au paiement des intérêts de la dette publique et aux dépenses primaires, principalement dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’assistance sociale, de la culture, des sports et des loisirs. La solution proposée par le gouvernement et approuvée par le Congrès national en 2016 a donc consisté à fixer un plafond pour les dépenses primaires sur une période de vingt ans, avec une révision prévue à partir du dixième anniversaire de l’entrée en vigueur de la mesure. Selon cette nouvelle règle, ces dépenses ne peuvent plus augmenter qu’en fonction de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation sur les douze derniers mois, juin étant choisi comme le mois de référence. Parmi les différents problèmes posés par cet amendement constitutionnel, il convient de souligner, outre le délai de vingt ans, l’absence de prise en compte de la croissance démographique, qui aura un impact évident sur la demande en services publics de base ; l’incompatibilité avec les règles constitutionnelles en vigueur ; les impacts négatifs sur les mécanismes d’augmentation du salaire minimum, avec des effets restrictifs sur le pouvoir d’achat des travailleurs et sur la redistribution du revenu ; ainsi que les restrictions apportées aux politiques publiques d’inclusion sociale.

15La seconde mesure importante du gouvernement Temer a été la réforme du code du travail. L’objectif était de réduire le coût du travail dans le but d’augmenter les bénéfices des entreprises en dépit de la précarisation des travailleurs et de la mise à mal de l’équilibre entre capital et travail dans les relations économiques et sociales de production. La réforme approuvée en 2017 a provoqué d’importants changements dans les rapports de travail, dans le rôle des syndicats, dans les négociations collectives et individuelles et dans la justice prud’homale qui permettait d’équilibrer les pouvoirs entre patrons et employés. Certains des aspects de cette réforme ont des conséquences fortement négatives : prévalence des accords négociés sur la législation (les accords entre patrons et employés vaudront désormais plus que la loi elle-même) ; institution du travail intermittent qui permet en pratique d’abaisser la rémunération ; possibilité d’étendre sans limite le temps de travail journalier qui ne dépendra que des négociations directes entre patrons et employés ; autorisation du travail des femmes enceintes ou allaitantes dans des locaux insalubres ; déclin planifié des syndicats que ce soit par l’abrogation pure et simple de l’impôt syndical ou par leur affaiblissement opérationnel, étant donné que leur présence pour l’homologation de la résiliation du contrat de travail ne sera plus obligatoire ; etc. Soulignons enfin la promesse du gouvernement de créer immédiatement deux millions d’emplois grâce à cette décision, ce qui ne s’est en rien confirmé comme je vais le montrer plus loin.

16La troisième réforme, actuellement débattue au Congrès national, est celle du système des retraites, considérée par le gouvernement comme une mesure centrale pour obtenir les ajustements nécessaires des comptes publics. Partant du diagnostic que le financement des retraites constituerait le principal moteur de l’augmentation constante du déficit public, une transformation radicale du système a été proposée, avec une augmentation du temps de contribution, aussi bien des hommes que des femmes, et l’accroissement du taux de contribution des fonctionnaires.

17D’une manière générale, on peut dire qu’il s’agit là des trois mesures phares de la reprise des politiques macroéconomiques néolibérales au Brésil, auxquelles on doit ajouter les privatisations en cours, avec la flexibilisation déjà approuvée de la gestion du champ pétrolifère du « pré-sal » et le lancement récent d’un programme de privatisation du secteur électrique brésilien. Certaines des conséquences désastreuses des politiques économiques adoptées par le gouvernement Temer jusqu’aujourd’hui seront étudiées ci-après, principalement en ce qui a trait au chômage.

Principaux effets socioéconomiques du coup d’État au Brésil

La chute des investissements

18Le graphique n° 2 (ligne jaune) présente l’évolution du taux d’investissement dans le pays depuis 2000. Il est important de noter que, même pendant l’année 2015, lorsque le gouvernement Dilma II a dû affronter d’importantes turbulences politiques, les taux d’investissement s’étaient maintenus autour de 20 % du PIB. On constate aussi que le taux actuel (2017) est très inférieur à celui de l’année 2009, alors que le pays affrontait la crise économique mondiale. En outre, au niveau international, l’économie de la majorité des nations a retrouvé le chemin de la croissance, ce qui ne fait que révéler par contraste l’étendue du problème dont souffre actuellement l’économie brésilienne.

Graphique n° 2 – Évolution du taux d’investissement (ligne jaune) au Brésil depuis 2000 (en pourcentage du PIB).

19Les investissements publics, qui, en proportion du PIB, avaient fortement augmenté lors des gouvernements Lula et Dilma, ont à nouveau souffert d’importantes réductions suite au coup d’État. Ainsi, de 3 % du PIB en 2014, on est passé à 1,17 % fin 2017. Le taux actuel d’investissement public nous ramène aux chiffres de 1968, ce qui en fait le plus bas des cinquante dernières années.

20Au Brésil, l’investissement productif global dépend étroitement des actions de l’État. Lorsqu’il s’engage peu, l’investissement privé se contracte en conséquence, générant un taux extrêmement faible de formation brute de capital. À titre de comparaison, le niveau d’investissement correspond aujourd’hui au Brésil à un tiers de ce qu’il est en Chine. Cet indicateur sera décisif pour garantir dans un futur proche un redressement approprié et soutenu du PIB brésilien. Néanmoins, les données disponibles jusqu’à maintenant montrent que le pays n’atteindra que très difficilement l’objectif de croissance de 2,9 % fixé pour 2018, comme l’indiquent également les agences internationales.

Détérioration durable du marché du travail après l’embellie des années 2003-2014

  • 1 Voir : CEPAL, Anuario estadístico de América Latina y el Caribe, 2008, accessible en ligne à l’adre (...)

21À la fin des années 1990, le chômage causé par les mesures de type néolibéral a atteint des chiffres élevés, étant donné que tout au long de cette décennie, la création d’emplois n’avait pas accompagné la croissance du PIB du pays. On a ainsi pu assister à un processus de déstructuration du marché du travail, l’importance de l’activité informelle en constituant l’indicateur le plus expressif. Au début des années 2000, les tendances qui avaient prédominé lors des deux dernières décennies du XXe siècle ont commencé à s’inverser. Le taux de chômage a progressivement diminué et le nombre d’emplois informels a cessé d’augmenter, ouvrant la voie à un processus de régularisation des postes de travail1 (Baltar 2010 ; CEPAL 2008). C’est particulièrement sous les deux gouvernements de Lula (2003-2010) et lors du premier mandat de Dilma Rousseff (2011-2014) que ces résultats se sont intensifiés en raison des priorités données au champ social, avec la restructuration des politiques d’emploi et l’intensification des programmes destinés à la lutte contre la pauvreté tels que Fome Zero [Faim zéro], Bolsa Família [Bourse famille] et Minha Casa Minha Vida [Ma maison, ma vie]. En conséquence, le taux de chômage a connu une forte baisse entre 2003 et 2014 (graphique n° 3) et il n’est pas anodin de constater que c’est en 2014 qu’il a atteint son étiage pour cette période.

Graphique n° 3 – Évolution du taux de chômage au Brésil entre 2003 et 2014 (en pourcentage au mois de février de chaque année)
Source : PME / IBGE

22Même si la moyenne annuelle était basse, la période 2011-2014 (gouvernement Dilma I) a connu un taux de croissance moyen du PIB de l’ordre de 2,2 % par an. Néanmoins, c’est en 2014 que la situation a commencé à se dégrader, étant donné que le taux de croissance n’était déjà plus que de 0,5 %. On constatait des pressions inflationnistes et une chute du taux d’investissement, dont les effets sur le marché du travail se feront sentir plus explicitement quelque temps plus tard.

23Si l’on se base sur les données de la Recherche nationale par échantillonnage domiciliaire (Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios - PNAD), on observe une augmentation significative du taux de chômage à partir de 2015, pour arriver à 12 % en 2017 (graphique n° 4). Cela signifie que plus de 12,6 millions de personnes se trouvaient privées d’emploi à la fin de cette année-là, avec des conséquences directes sur d’autres problèmes sociaux et plus particulièrement sur les indicateurs de la pauvreté qui ont recommencé à se détériorer après plus d’une décennie d’amélioration significative. Ces différents aspects du problème ont été mesurés par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística - IBGE) en décembre 2017 dans la Synthèse des indicateurs sociaux (Síntese dos Indicadores Sociais – SIS)2, un document montrant l’augmentation significative de l’extrême pauvreté dans le pays, qui touchait 16,2 millions de personnes en 2014 et 24,8 millions en 2016. La récente crise économique aura donc renvoyé dans cette terrible situation 8,6 millions de personnes comme c’était le cas dans le pays il y a douze ans.

Graphique n° 4 – Évolution du taux de chômage au Brésil entre 2012 et 2017

24Parmi les principaux impacts de la crise sur le marché du travail, il faut souligner que le taux de chômage a pratiquement doublé en à peine trois ans, passant de 6,5 % à 13 %, tandis que le taux de sous-utilisation de la force de travail a augmenté de 60 % durant la même période. En outre, le chômage a affecté plus gravement encore les femmes et les travailleurs se déclarant non-blancs, l’expansion du chômage parmi ceux se déclarant blancs correspondant à seulement deux cinquièmes de ce qui a été constaté pour le reste de la population.

25Au deuxième trimestre 2017, certains secteurs de l’économie ont commencé à montrer des signes de redressement après deux années consécutives de résultats négatifs. C’est dans ce contexte qu’ont été présentées les nouvelles statistiques relatives à l’emploi lors du premier trimestre 2018, compilées par l’IBGE à la fin du mois d’avril 2018. Pour la période de janvier à mars 2018, on constate que le taux de chômage a augmenté de 1,3 % par rapport au dernier trimestre de 2017. Cela signifie l’arrivée de plus de 1,4 millions de chômeurs sur le marché du travail depuis la fin de l’année dernière. Ainsi, le 31 mars 2018, on dénombrait 13,7 millions de travailleurs sans emploi dans le pays.

26Du point de vue des relations de travail, on observe que le nombre d’employés bénéficiant d’un contrat de travail en bonne et due forme a chuté de 1,2 % lors du premier trimestre 2018 par rapport au dernier trimestre de l’année précédente, ce qui signifie 408 000 contrats de travail en moins. Et par rapport au premier trimestre 2017, la baisse est encore plus forte, avec 493 000 personnes ayant perdu leur contrat de travail. En ce qui concerne le nombre d’employés du secteur privé sans contrat, on constate une augmentation de 5,2 % lors du premier trimestre 2018 par rapport à la même période de l’année antérieure, soit plus de 533 000 personnes entrant sur le marché du travail sans contrat.

Baisse des dépenses sociales

27L’un des points centraux du diagnostic du gouvernement Temer a consisté à dire que le déséquilibre des comptes publics procédait directement du niveau élevé des dépenses sociales. C’est sur cette base que s’est construite sa proposition, approuvée par le Congrès national en 2016, de geler les dépenses sociales pendant vingt ans. En outre, le gouvernement a mis en œuvre une série de coupes budgétaires (tableau n° 2). Ce qui attire particulièrement l’attention, c’est la réduction de certains programmes reconnus comme essentiels dans la baisse importante de la pauvreté et de la misère en milieu rural, comme Bolsa Verde [Bourse verte] ou le Programme d’acquisition des aliments (Programa de Aquisição de Alimentos – PAA). En outre, il faut souligner les coupes dans des programmes consacrés comme Luz para Todos [Électricité pour tous], Bolsa Família [Bourse famille] et Minha Casa Minha Vida [Ma maison, ma vie].

Tableau n° 2 – Évolution des coupes dans les dépenses sociales (par programmes)

  • 3 Un blocage de dix jours entre le 22 et le 31 mai 2018 a contraint le gouvernement à réduire le prix (...)

28Cette politique de coupes budgétaires est d’ailleurs en voie d’amplification au moment même de la rédaction de ce texte (fin mai 2018). Pour honorer les accords conclus avec les routiers3, le gouvernement est actuellement en train de procéder dans ce sens à l’ajustement de son budget 2018. Ainsi, pour compenser une partie des 9,5 milliards de reais qui cesseront d’être collectés en raison de la baisse du prix du gazole, il est prévu de raboter les dépenses sociales à hauteur de 5,7 milliards, ce qui affectera le système unique de santé (Sistema Único de Saúde - SUS), la sécurité sociale, le logement, l’enseignement supérieur, les politiques liées à l’amélioration des conditions de travail, l’économie solidaire, la délimitation des terres indigènes, l’acquisition de terres pour la réforme agraire, l’éducation rurale, sans compter différents programmes spécifiques de l’agriculture familiale.

Augmentation de la concentration des revenus et expansion de la pauvreté

  • 4 Le coefficient de Gini mesure la variation du degré de concentration des revenus sur une échelle va (...)

29Depuis le début des années 2000, le Brésil avait connu un processus continu de réduction de la concentration des revenus, grâce notamment à l’augmentation des dépenses sociales. On note à ce propos que le coefficient de Gini4 était passé de 0,596 en 2001 à 0,515 en 2014. À partir de 2015, ce processus a été interrompu et le coefficient est reparti à la hausse pour atteindre 0,523, ce qui représente la première inversion de sa trajectoire en cours au XXIe siècle. Outre l’augmentation de la concentration des revenus, on a observé également une baisse du revenu moyen en 2015, ce qui n’était plus arrivé depuis 2001.

30En 2016, le processus de concentration des revenus s’est poursuivi et le coefficient de Gini a continué à augmenter jusqu’à 0,525. D’une manière générale, on constate que la disparité des revenus au Brésil est extrêmement forte : les revenus moyens d’une personne faisant partie du groupe des 1 % les plus riches étaient pour l’année en question 36 fois supérieurs à ceux d’une personne appartenant au groupe des 50 % les moins fortunés. Ce 1 % était composé de 889.000 personnes jouissant de revenus moyens de 27 000 reais par mois en 2016, tandis que les 50 % les moins riches représentaient 44,4 millions de personnes disposant d’un revenu moyen de 747 reais par mois, un montant d’ailleurs inférieur au salaire minimum en vigueur à l’époque.

31Au mois d’avril 2018, l’IBGE a publié les données relatives à l’année 2017, qui ont montré la continuation de ce processus, avec un coefficient de Gini, toujours en hausse, de 0,549. Ainsi, les revenus moyens des 1 % les plus riches ont atteint 27 213,00 reais par mois, tandis les 50 % les plus pauvres parvenaient à 754 reais mensuels, toujours en-deçà du salaire minimum. Les disparités de revenus entre ces deux groupes ont ainsi un coefficient multiplicateur de presque 37 et, dans certaines régions, comme dans le Nordeste, de 45.

32Pour 2017, le revenu mensuel total a été en moyenne de 263,1 milliards, dont les 10 % les plus riches de la population ont accaparé 43,3 %, tandis que les 10 % les plus pauvres devaient se contenter de seulement 0,7 %. En outre, les disparités entre hommes et femmes s’accentuent, le revenu mensuel moyen des femmes ne correspondant qu’à 77,5 % de celui des hommes en 2017. Du point de vue de la spécification par « races », le tableau est encore plus sombre, avec un revenu mensuel moyen des personnes se disant noires inférieur de presque 40 % à celui de celles qui se disent blanches. Cette situation ne s’est pas aggravée plus pour la seule raison qu’environ 13,7 % des foyers recevaient encore des aides sociales en 2017 (Bolsa Família, Benefício de Prestação Continuada, etc.). En 2016, ce taux s’élevait à 14,3 %.

33Quoi qu’il en soit, la pauvreté s’est mise à augmenter de nouveau dans le pays après des années successives de diminution, principalement sous les gouvernements Lula et Dilma. Du point de vue de l’extrême pauvreté, les indicateurs de la Banque mondiale (BM) utilisant la nouvelle définition à hauteur de 1,90 dollars par jour indiquent qu’entre 2001 et 2014, ce type de pauvreté a chuté d’environ 64 %. De cette manière, à la fin de l’année 2014, moins de 9 millions de personnes se trouvaient dans cette condition. Néanmoins, à partir de 2015, les chiffres ont recommencé à augmenter. Selon les estimations de la BM, plus de 4 millions de personnes sont retombées dans l’extrême pauvreté entre 2015 et 2017. Ces projections de la Banque mondiale ont également été corroborées par les données divulguées récemment par l’IBGE. Selon cet organisme et si l’on applique la définition de la BM (1,90 dollars par jour), on arrive à la fin 2017 à un total de 14,8 millions de personnes en situation d’extrême pauvreté au Brésil, ce qui représente une augmentation de 11 % par rapport à 2016, lorsque 13,3 millions de citoyens se trouvaient déjà dans cette situation.

Considérations finales

34Du point de vue des inégalités de revenus, on peut observer qu’il ne s’agit pas seulement d’une interruption de la trajectoire de réduction engagée auparavant. En effet, les données montrent clairement que le Brésil est redevenu un pays où, depuis maintenant deux ans, les inégalités connaissent une augmentation significative sous la férule d’un gouvernement illégitime. Et ces inégalités deviennent encore plus fortes si on les envisage sous le prisme du genre, de la race et du niveau de scolarité. Durant ces deux dernières années, c’est bien la partie de la population correspondant aux 40 % les plus pauvres qui a été la plus touchée. Comme les riches sont devenus plus riches et les pauvres plus pauvres, le revenu moyen est en chute continue depuis quelques mois, avec une perte nette de 5 % entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018.

35La conséquence directe de ce retour de la concentration des revenus se retrouve donc dans l’augmentation significative de la pauvreté depuis le coup d’État politique. Il en est de même de l’extrême pauvreté, qui avait fortement baissé jusqu’en 2014 et qui repart à la hausse depuis 2015. Cette inversion des courbes est directement liée à la crise économique et, plus particulièrement, à l’augmentation du travail informel et au manque d’accès au système de protection sociale. Si l’on ajoute à cela la politique du gouvernement actuel de coupes dans les dépenses sociales, nous avons là tous les ingrédients pour expliquer la récession sociale en cours dans le Brésil d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Voir : CEPAL, Anuario estadístico de América Latina y el Caribe, 2008, accessible en ligne à l’adresse : https://www.cepal.org/publicaciones/xml/7/35327/anuario2008.pdf (consulté le 2 juillet 2018) et Baltar, P. et al. « Trabalho no governo Lula: uma reflexão sobre a recente experiência brasileira », Berlin: GLU, mai 2010. Accessible en ligne à l’adresse : http://goo.gl/lpy2HZ (consulté le 2 juillet 2018).

2 Síntese dos Indicadores Sociais, accessible en ligne à l’adresse https://www.ibge.gov.br/estatisticas-novoportal/sociais/saude/9221-sintese-de-indicadores-sociais.html (consulté le 2 juillet 2018).

3 Un blocage de dix jours entre le 22 et le 31 mai 2018 a contraint le gouvernement à réduire le prix du gazole de 0,46 reais. Étant donné que cet accord provoquera un manque à gagner de l'ordre de 9,5 milliards de reais pour les coffres publics – le gouvernement ayant décidé de ne causer aucune perte à Petrobrás –, diverses mesures d'ajustement des comptes publics, avec des coupes budgétaires significatives dans le domaine social, ont été adoptées le 31 mai 2018.

4 Le coefficient de Gini mesure la variation du degré de concentration des revenus sur une échelle variant de 0 à 1. Plus on se rapproche de 1, plus la concentration des revenus est importante.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique n° 1 – Évolution du PIB entre 2010 et 2016Source : IBGE – Comptes nationaux
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2890/img-1.png
Fichier image/png, 8,4k
Légende Graphique n° 2 – Évolution du taux d’investissement (ligne jaune) au Brésil depuis 2000 (en pourcentage du PIB).
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2890/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Légende Graphique n° 3 – Évolution du taux de chômage au Brésil entre 2003 et 2014 (en pourcentage au mois de février de chaque année)Source : PME / IBGE
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2890/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Légende Graphique n° 4 – Évolution du taux de chômage au Brésil entre 2012 et 2017
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2890/img-4.png
Fichier image/png, 38k
Légende Tableau n° 2 – Évolution des coupes dans les dépenses sociales (par programmes)
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauro Mattei, « Les conséquences socio-économiques du coup d’État parlementaire au Brésil  », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 16 juillet 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2890 ; DOI : 10.4000/bresils.2890

Haut de page

Auteur

Lauro Mattei

Lauro Mattei est professeur d’économie à l’Université fédérale de Santa Catarina. Il coordonne le Centre d’étude de l’économie de Santa Catarina (Núcleo de Estudo de Economia Catarinense – NECAT) de cette université et est chercheur à l’Obervatoire des politiques publiques pour l’agriculture (Observatório de Políticas Públicas para a Agricultura - OPPA) du Programme de post-graduation en sciences sociales pour le développement, l’agriculture et la société (Programa de Pós-Graduação de Ciências Sociais em Desenvolvimento, Agricultura e Sociedade - CPDA) de l’Université fédérale rurale de Rio de Janeiro (UFRRJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals