Navigation – Plan du site

Les dynamiques sociales et culturelles de la crise brésilienne

As dinâmicas sociais e culturais da crise brasileira
The Social and Cultural Dynamics of the Brazilian Crisis
Marcelo S. Ridenti
Traduction de Marion Aubrée

Résumés

Bien que la société dans son ensemble y participe, la dynamique sociale et politique de la crise de la démocratie brésilienne est le produit des combats des classes moyennes éduquées. En témoigne la composition sociale des manifestations à partir de 2013, ainsi que plusieurs indicateurs sociaux présentés dans cet article. L'accès de plus en plus large à l'enseignement supérieur en est un exemple ; il symbolise les profondes transformations culturelles et symboliques qu’a connues le Brésil au cours des dernières années, alors même qu’il n’y a pas eu de réel bouleversement structurel. Ces changements aident à comprendre l'actuelle polarisation politique qui menace la démocratie.

Haut de page

Texte intégral

Cet article est publié simultanément en portugais dans la revue Plural : Revista de Ciências Sociais (vol. 25, 2018). Il conserve la forme originale de l'exposé fait au cours de débats qui ont eu lieu à l'Université de São Paulo (USP), à l'Université de l’État de São Paulo à Campinas (UNICAMP) et à l'Institut des hautes études d'Amérique latine (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) à l’invitation de l'Association de recherches sur le Brésil en Europe (ARBRE).

Transformations ?

1La société brésilienne de ce début de XXIe siècle n’a pas vécu de grands changements structurels. Les gouvernements dirigés par le Parti des travailleurs (PT) eux-mêmes n'ont pas réussi à mettre en œuvre les réformes nécessaires de l'organisation économique, sociale et politique du pays. Les changements fondamentaux dans le domaine agraire, fiscal, juridique, dans la démocratisation des médias ou permettant la défense de l'environnement n'ont pas été menées à bien. La réforme du système politique n’a pas été faite. La structure institutionnelle du pays continue d'être – pour l'essentiel – celle qui fut mise en place durant le régime militaire, malgré la création d'une série de droits sociaux par la constitution dite « citoyenne » de 1988.

2Pourtant, durant les gouvernements de Luiz Inácio Lula da Silva (2003/2010) et de Dilma Rousseff (2011/2016), des mécanismes compensatoires d'assistance sociale, tels que la Bolsa Familía [Bourse famille], les pharmacies populaires, les programmes « Électricité pour tous » ou « Ma Maison, ma vie » ont été significativement élargis. En outre, l'accès à la santé et à l'enseignement, y compris supérieur, ont été améliorés. Ce dernier, même si l'on peut s'interroger sur sa qualité réelle, s’est ouvert aux pauvres et aux personnes non-blanches. Ces mesures et la croissance de l'économie ont engendré une relative amélioration des ressources et des conditions de vie des laissés pour compte, notamment grâce à une vraie augmentation du salaire minimum et à des facilités de crédit. Cependant, les politiques mises en œuvre ont été celles qui étaient les moins susceptibles d'engendrer de la résistance et qui, donc, cherchaient à concilier des intérêts contradictoires sans se mesurer au système. Le capitalisme brésilien a été développé à travers d’importants financements publics et le renforcement du marché interne. À leur façon, ces gouvernements ont essayé d'incorporer les démunis dans le système politique institutionnel, de mieux les intégrer à l'ordre établi.

3En conséquence, une bonne partie des couches populaires ont été extraites de la misère absolue et ont connu des trajectoires d'ascension sociale, sources d'énormes attentes. L’optimisme était partagé par les classes dominantes, celles qui ont le plus gagné du fait de la robuste croissance durant les gouvernements du PT. Le retournement récent de la situation économique et la crise politique ont donné un coup d'arrêt aux espoirs de gains pour tous et engendré une frustration sociale inédite. Elle s'est exprimée dans la rue à travers de nombreuses manifestations de masse à partir de juin 2013.

4L’incapacité – ou le refus – de réaliser des réformes de fond susceptibles de modifier la structure sociale, le choix de s’attaquer à la ligne de moindre résistance ont en fait engendré une politique réellement nouvelle fondée sur un certain nombre de transformations culturelles et symboliques. L'augmentation du niveau de la scolarité et l'accès à l'informatique d’une grande partie de la population en sont des exemples importants. Même les plus pauvres et les moins blancs ont pu partager un espace auparavant exclusivement réservé aux classes moyennes et supérieures. Or cette universalisation des droits sociaux, notion démocratique s’il en est, instituée par la Constitution de 1988 et élargie par les gouvernements du PT, a produit des effets inattendus. Comme elle n’a pas été accompagnée de réformes structurelles diminuant la concentration de la rente et les inégalités, elle a provoqué, dans les franges des classes moyennes qui avaient déjà l'accès à l'enseignement supérieur, une sorte de frustration, d'insécurité et d'insatisfaction.

Une hypothèse et quelques données statistiques au sujet de la place des classes moyennes éduquées sur la scène politique

5Mon hypothèse est que, même si la société tout entière est concernée, la dynamique sociale et politique de la crise de la démocratie brésilienne tient aux luttes des classes moyennes éduquées. Un indice important dans ce sens est la composition sociale des manifestations de rue depuis 2013. Comme on va le voir dans les tableaux ci-dessous, il existe de nettes ressemblances entre la manifestation du 20 juin 2013 à São Paulo (gigantesque et protestataire), la tout aussi énorme manifestation de droite contre la présidente Dilma Rousseff du 13 mars 2016 et l'immédiate réponse de gauche à celle-ci, le 18 mars. Presque 80 % des participants de ces trois défilés, retenus ici parce qu'ils ont réuni des dizaines de milliers de marcheurs, étaient allés à l’université, un taux bien supérieur aux 28 % de la population globale de São Paulo. Le cinquième des manifestants restant avait, dans les trois cas, poursuivi une scolarité secondaire. Il se confirme donc que ce furent les secteurs éduqués qui se sont le plus mobilisés, indépendamment de l'option politique suivie.

Graphique n° 1 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : scolarisation.
Sources : DataFolha.

6Les chiffres de la répartition des manifestants en fonction de leur sexe sont aussi très proches : environ 60 % d’hommes et 40 % de femmes.

Graphique n° 2 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : sexe.
Sources : DataFolha.

7En ce qui concerne l'âge, des différences apparaissent. La manifestation de 2013 a été suivie par les plus jeunes : 51 % avaient moins de 25 ans, 84 % moins de 35 ans. La droite a réuni des manifestants plus âgés : 40 % étaient cinquantenaires et au-delà, 83 % avaient plus de 35 ans. Le miroir est ainsi inversé. La manifestation de la gauche du 18 mars 2016 était plus équilibrée avec environ un quart des participants dans chacun des groupes suivants : jusqu'à 25 ans, de 26 à 35 ans, de 36 à 50 et au-dessus de 51 ans.

Graphique n° 3 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : âge.
Sources : DataFolha.

8Les niveaux de revenus (estimés à partir des enquêtes DataFolha et maintenant également de l'IBOPE) sont plus variables. Les manifestants de droite à São Paulo étaient les plus aisés (63 % gagnaient plus de 5 salaires minimum par mois), ceux de 2013, dans l’ensemble du Brésil, les plus pauvres (45 % gagnaient moins de 5 salaires minimum). Les graphiques ci-dessous indiquent cependant que 23 % des participations aux protestations de 2013 gagnaient plus de dix salaires minimum par mois, signe du caractère multiforme de cet événement qui a réuni aussi bien les groupes sociaux éduqués les plus riches que les plus pauvres.

Graphique n° 4  Manifestations au Brésil : revenus en nombre de salaires minimums (SM).
S
ources : DataFolha pour la manifestation de 2016 à São Paulo ; IBOPE pour les manifestations de 2013 au Brésil.

9Ces données dressent le portrait de manifestations mobilisant une majorité de couches éduquées et d’hommes, avec des différences significatives en ce qui concerne l’âge et le revenu. Quels éléments ont, ces dernières années, attiré dans les rues tant d’individus des classes moyennes pour des défilés ayant des sens politiques si différents ? Il faut les rechercher dans un processus culturel né à la fin des années 1950 et qui s'est accéléré au début du XXIe siècle. Il recouvre à la fois la démocratisation (expansion de l'accès à l'éducation et à la culture) et la massification (soumission à la rationalité de la société marchande) dans un contexte de modernisation périphérique, avec un élargissement du secteur public et du marché culturel et une généralisation de la logique productrice des biens symboliques de l'industrie culturelle.

Accès accru à l'enseignement supérieur

  • 1 En raison de la crise économique et institutionnelle, le nombre des inscrits à l’université a stagn (...)

10Ce processus se traduit d’abord par l'augmentation de l'accès à l'enseignement supérieur, représentée dans le graphique suivant. On y lit l'énorme saut du XXIe siècle : de 70 millions d’habitants en 1960 dont moins de 100 000 étudiants, on passe à 170 millions en 2000 dont un peu plus de deux millions et demi d’étudiants, pour arriver à sept millions d'étudiants en 2013, pour une population d'environ 201 millions d’habitants. Le total des inscrits a dépassé les 8 millions en 20151. Ce saut est, à mes yeux, au cœur des changements culturels et symboliques qui secouent la société brésilienne, pourtant exempte de profondes transformations sur le plan économique comme institutionnel. Il est un élargissement des droits que l'armature institutionnelle en vigueur ne peut plus contenir. Il rappelle, toutes proportions gardées, l'augmentation du nombre d’étudiants des années 1960 qui fut à la base de l'agitation culturelle et politique de l'époque, si ce n’est qu’aujourd'hui les chiffres absolus sont bien plus impressionnants. De plus, il y a cinquante ans, la répression politique a cohabité avec un « miracle économique » qui a fourni du travail à d’importants contingents de gens bien formés, lesquels ont malgré tout continué à critiquer la dictature.

Graphique n° 5 – Nombre d’étudiants (universités) au Brésil.
Sources : MEC, Recensements enseignement supérieur.

11La plupart des étudiants effectuent aujourd'hui leur scolarité dans le privé, dans des écoles dont la qualité est discutable, souvent dans des disciplines comme la pédagogie ou l'administration d'entreprises, qui ne coûtent pas cher aux entrepreneurs du secteur et qui sont rarement à la hauteur du niveau académique requis. Toutefois, il y a eu parallèlement une nette expansion du système universitaire public, comme on peut le voir dans les données ci-dessous.

Graphique n° 6 : Nombre d’étudiants au Brésil : répartition public / privé.
Sources : MEC, Recensements enseignement supérieur.

12Remarquons qu’en 2013, l'enseignement privé regroupait plus de 73 % des étudiants, confirmant ainsi la tendance installée sous la dictature militaire lorsque le secteur public est devenu minoritaire. De 2000 à 2013, les inscriptions dans le privé ont pratiquement triplé, alors que les effectifs de l'enseignement public doublaient.

13Ce type d’expansion rapide suscite divers problèmes, comme le décrochage d’un grand nombre d'étudiants avant la fin de leurs études du fait de difficultés scolaires ou de manque de ressources. Comme l’indique le graphique ci-dessous, l’évasion s’élève à plus de 17 % dans l'enseignement public et à plus de 27 % dans l'enseignement privé.

  • 2 Conseil économique de l'Union des titulaires d'établissements d'enseignement supérieur, p. 12, http (...)

Graphique n° 7 – Taux de décrochage dans l'enseignement supérieur présentiel.
Sources : Données de l'enseignement supérieur au Brésil, 20152.

14La gestion de l’enseignement supérieur est un bon exemple de la politique des gouvernements du PT : elle a été guidée par la volonté de concilier des intérêts contradictoires afin de rencontrer le moins de résistance possible. Cela s’est traduit par une double expansion du public et du privé, dont les architectures n’ont pas été bouleversées. Il s’agissait de plaire à tous par des changements ponctuels ne nécessitant pas de réformes de fond, de rallier les directeurs d’établissements qui voyaient d’un très bon œil le gouvernement s’engager plus dans le financement des étudiants, de mobiliser les élèves pauvres, dont beaucoup étaient des primo-arrivants, et leurs familles. Ces nouveaux inscrits à l’université étaient souvent accueillis dans le public où était mise en œuvre une politique de quotas pour les personnes non-blanches et les étudiants à faibles revenus. Les données ci-dessous, pour l’année 2013, sont significatives : presque 30 % des étudiants étaient les premiers de la famille à entrer dans l'enseignement supérieur ; par ailleurs, 56 % des élèves avaient effectué leurs études secondaires dans une école publique.

  • 3 José Francisco Soares (Président de l'INEP), Acesso e Permanência no Ensino Superior,

Graphique n° 8 – Origine des étudiants au Brésil : répartition public / privé.
Sources : Recensement enseignement supérieur 2013
3.

15L'augmentation du nombre des personnes non-blanches dans l'enseignement supérieur est encore plus surprenante. Même si les étudiants se déclarant blancs continuent d'être majoritaires, le nombre de ceux qui se déclarent noirs (8 %) est proche de leur pourcentage dans l'ensemble de la population. Quant à ceux qui se déclarent « bruns » (pardos), ils sont 31 % pour un peu plus de 43 % dans la population générale (graphique n° 9) :

Graphique n° 9 – Distribution ethnique au Brésil : comparaison étudiants / population générale.
Sources : Recensement de l’enseignement supérieur 2013 et recensement de la population 2010, IBGE.

16Cette inclusion sociale n'a pas altéré la logique commerciale de l'enseignement supérieur privé qui est devenu un secteur des plus rentables générant des milliards de réais de profits. Il a suivi la tendance générale de concentration de capital des autres branches de l'économie avec les encouragements du gouvernement. Les éléments qui suivent donnent une idée de l'ampleur de ce processus.

Tableau n° 1 – Les plus grandes entreprises d’enseignement privé au Brésil.

Chiffre d’affaires net

(en millions de réais)*

Inscriptions

2016**

Parts de marché ( %)

Kroton

(+ Anhanguera, Unopar, Fama, Pitágoras, Uniderp)

5 244,70

877 033

14,4

Estácio

(+ Uniseb)

3 184,50

436 300

7,2

Unip

2 641,60

403 358

6,6

Laureate (+ Anhembi-Morumbi, FMU, UniNorte)

2 111,40

245 921

4,1

Ser Educacional

(+ Univeritas)

1 125,40

137 194

2,3

Uninove

810,40

131 733

2,2

Cruzeiro do Sul Educacional

573,20

102 286

1,7

Anima

1 076,30

85 138

1,4

Devry

800,00

75 000

1,2

Unicesumar

379,00

66 960

1,1

Total secteur privé

54 874,70

6 071.429

* estimation
** présentiel et à distance
Sources : Hoper Educação / Folha de S. Paulo, 29 juin 2017, p. A-24.

17Les groupes Anhanguera et Kroton, les plus grands du Brésil, ont fusionné en 2013. En 2016, le groupe Kroton a fait une offre de 5 milliards de réais pour acquérir le vice-leader (Estácio), dans une compétition avec le groupe Ser Educacional. La transaction n'a finalement pas pu être réalisée car elle n'a pas reçu l'aval du Conseil administratif de défense économique (Conselho Administrativo de Defesa Econômica - CADE), un organisme fédéral, qui a stoppé l'affaire pour éviter une trop grande concentration sur un « marché potentiel de 12 millions d'élèves », selon la Folha de S. Paulo (29 juin 2017, p. A-24). Ces éléments donnent une idée des capitaux investis dans le secteur avec l’appui de l’État par le biais, entre autres, du Fonds de financement étudiant (Fundo de Financiamento ao Estudante do Ensino Superior - FIES) du ministère de l'Éducation (Graphique n° 10).

Graphique n° 10 – Contrats signés avec le Fonds de financement étudiants (Fundo de Financiamento ao Estudante do Ensino Superior - FIES) en milliards de réais.
Sources : Plan de l'Enseignement supérieur au Brésil, 20134.

18Ces chiffres indiquent le fort investissement de l'État. Des observateurs critiques pourraient dire que, de cette manière, le gouvernement finance et soutient un système d'éducation privatisé de piètre qualité qui vend des illusions d'ascension sociale. En fait, cette politique a bien ouvert les portes de l'Université à des milliers de jeunes issus des catégories populaires, en particulier les personnes non-blanches.

19Quant à l’internationalisation de l’enseignement supérieur, le portail de la compagnie de télécommunication Terra indique :

Le nombre de Brésiliens qui ont réalisé des études à l’étranger a augmenté de 500 % au cours de la dernière décennie et, seulement en 2014, presque 250 000 jeunes sont allés étudier hors du Brésil, selon l'Association brésilienne d'organisation de voyages éducatifs et culturels (Brazilian Educational & Language Travel Association - BELTA). La plupart des Brésiliens cherchent à apprendre ou à perfectionner une seconde langue mais, dans les dernières années, on a enregistré une augmentation notable du nombre de jeunes qui vont suivre une formation universitaire hors du pays. Selon la BELTA, c’est le programme Sciences sans frontières qui a rendu cela possible en offrant, depuis 2011, des bourses d'étude dans des universités étrangères à plus de 83 000 étudiants brésiliens, notamment au Canada, aux États-Unis et en Australie.

  • 5 La base documentaire de ce rapport est l’enquête nationale par échantillons de domiciles (Pesquisa (...)

20Ceci indique que, sous les gouvernements de Lula et Dilma, il y a eu une augmentation inhabituelle de l'investissement de l'État dans l'enseignement supérieur. C’est une jeunesse de plus en plus formée qui s’affirme et qui travaille. Il ne faut pourtant pas oublier que, selon le relevé de l’Institut de recherche économique appliquée (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada – IPEA) de 20095, presque 70 % des jeunes entre 18 et 24 ans à cette date n'étudiaient pas. Dans les prochaines années, beaucoup d'entre eux se trouveront probablement sur les bancs de l'école, alors que d'autres seront des « ni, ni » (ni école, ni travail). Dans tous les cas, la scolarisation de la population change, tout comme le profil des travailleurs qui sont toujours plus scolarisés et ont un accès toujours plus large aux technologies de la communication et de la culture, malgré d’évidentes limites en termes de qualité.

Quelques éléments de réflexion à propos de la démocratisation et de la massification de la culture

21La rapidité du processus de démocratisation et de massification de la culture peut être détectée grâce à des indicateurs comme la progression de l'accès à l'utilisation de téléphones portables. En moins de dix ans, il est passé d'à peine un tiers à plus des deux tiers de la population (Graphique n° 11)

22

Graphique n° 11 – Propriétaires de téléphone portable personnel en % de la population de plus de 10 ans.
Sources : IBGE, PNAD 2015.

23Un autre aspect, très remarqué et ayant de fortes implications symboliques, a été l'augmentation du nombre de passagers aériens au Brésil : de l’ordre de 170 % entre 2004 et 2014. Un sondage réalisé par le Secrétariat de l'aviation civile a indiqué qu’ils ont été 117 millions à voler dans l’espace national en 2014 (R7 News, 22 octobre 2015)

24L'augmentation rapide du nombre de personnes ayant accès à Internet traduit également les changements culturels et symboliques en cours. Entre 2006 et 2014, les Brésiliens connectés sont passés de 35 à 120 millions (Graphique n° 12).

Graphique n° 12 – Accès à Internet au Brésil en millions de personnes.
Sources : IBOPE.

25Cet accès croissant de la population à Internet – qui est une caractéristique mondiale du capitalisme à l'ère digitale – permet de comprendre la mobilisation lors des récentes manifestations de rue. Les données de l'IBOPE concernant la participation aux protestations dans huit métropoles, le 20 juin 2013, soulignent que 62 % des participants ont été informés grâce à Facebook (Graphique n° 13).

Graphique n° 13 – Réponse à la question « Comment avez-vous appris que la manifestation aurait lieu aujourd'hui ? » (manifestation du 20 juin 2013).
Sources : IBOPE
6.

26Internet est une source d’information croissante, alors que les journaux et les revues sont de moins en moins utilisés. Remarquons toutefois que la radio et surtout la télévision continuent d'être les modes d’accès principaux à l’information (Graphique n° 14).

  • 7 Brasil, Presidência da República, Secretaria de Comunicação Social, Pesquisa brasileira de mídia 20 (...)

Graphique n° 14 – Usage des moyens de communication au Brésil, 2015.
Sources : Présidence de la République, Secrétariat de la communication sociale, Enquête brésilienne médias 2015, Habitudes de consommation des médias par la population brésilienne, Brasília, Secom, 20157.

27La télévision est encore très regardée dans le pays : 95 % de la population l’utilisent, 87 % quatre jours par semaine ou davantage, 73 % quotidiennement. Chaque téléspectateur la regarde en moyenne 4 h 31 min par jour en semaine et 4 h 14 min par jour le week-end. 79 % disent utiliser la télévision « pour s'informer, pour connaître les nouvelles » (Brésil 2015, 15-28). C'est pour cette raison qu'elle reste le média qui attire le plus d'annonces publicitaires. Ensuite, vient la radio avec 55 % d’utilisateurs.

28Le pouvoir de communication des médias traditionnels continue donc d’être prépondérant, mais Internet occupe désormais la troisième place, surtout auprès des jeunes. Il vient même en second si l'on tient compte des personnes qui l’utilisent quatre fois par semaine ou plus (44 % contre seulement 42 % pour la radio). D'après les données de 2015, 48 % des Brésiliens ont un accès à Internet, 37 % s'en servent tous les jours et, donc, 44 % au moins quatre fois par semaine. Les jeunes entre 16 et 25 ans sont les usagers les plus fidèles : 67 % s'en servent tous les jours et seulement 20 % n'utilisent pas Internet. Parmi les personnes ayant suivi des études supérieures, seules 12 % ne l'utilisent pas. Proportionnellement ce sont les plus riches qui l'utilisent le plus : 76 % de ceux dont la famille a un revenu de plus de cinq salaires minimums. En outre, plus la ville de résidence est grande, plus l'usage d’Internet est fréquent. En général, chaque usager accède à Internet en moyenne 4 h 59 min en semaine et 4 h 24 min le week-end. 67 % des usagers affirment qu'ils utilisent Internet comme source d’information (Brésil 2015, 49-64).

29Ces éléments aident à comprendre pourquoi la couverture des manifestations de juin 2013 par la presse, les radios et la télévision a été mise en cause et soupçonnée de connivences inacceptables avec l'ordre établi. Ces médias ont régulièrement fait l’objet de gestes hostiles comme, par exemple, l’attaque de camions des chaînes de télévision. La surprise provoquée par les événements et le besoin d'entrer en compétition avec les réseaux sociaux ont engendré une couverture inédite de la part de la presse écrite, de la radio et, surtout, de la télévision. Toutes se sont senties menacées par l'usage massif d'Internet et ont cherché à influencer le cours du mouvement. Les longues heures de direct sur les chaînes de diffusion, en particulier après les manifestations massives du 17 juin, ont quelque peu corrigé les préjugés des premières retransmissions. Elles ont probablement incité les gens à descendre encore davantage dans la rue dans les jours suivants et jusqu'à la fin du mois. De la même manière, elles ont aidé à mobiliser les masses en faveur de l'impeachment de la présidente Dilma en 2016.

Considérations finales

30Dans leur ensemble, les données présentées ici mettent en évidence d’importants changements culturels et symboliques dans le Brésil de ce début de XXIe siècle, notamment l'accès élargi à l'éducation et à la culture grâce à l'outil digital. Parallèlement, la structure de la société brésilienne n'a pratiquement pas bougé, les places à occuper restent les mêmes et sont toujours plus disputées. S’inscrire dans une université de qualité, obtenir un bon poste sur le marché du travail ou dans la fonction publique, c’est-à-dire gagner des distinctions et du prestige social, nécessitent d’entrer dans une compétition toujours plus rude.

31La promesse d'ascension sociale par l'enseignement et d'inclusion sociale par la consommation – y compris de biens culturels – ont nourri beaucoup d'espérances et d'expectatives dans les premières années de ce siècle, mais très vite leur caractère illusoire s'est révélé, produisant une insatisfaction croissante, en particulier dans les milieux éduqués. La frustration s'est généralisée quand il est apparu clairement que les rêves ne se réaliseraient pas. C’est pour cette raison que les grandes manifestations de 2013 et celles qui ont suivi ont surtout mobilisé les groupes sociaux les plus scolarisés. Chez la majorité des manifestants se mélangeaient, d’une part un désir déçu d'ascension sociale, de réalisation et de reconnaissance par la société telle qu’elle est et, d’autre part, une insatisfaction face à la marchandisation de la vie quotidienne, à la précarité des conditions de travail, de logement, d'éducation et de transport. Il devient, de fait, de plus en plus difficile de payer les assurances santé et les écoles privées.

32C'est justement la jeunesse scolarisée qui exprime ses doutes sur la possibilité d’atteindre au moins le même niveau de vie que celui de ses parents (pour les plus privilégiés) ou de suivre une trajectoire d’ascension sociale (pour les plus pauvres). Les indicateurs sociaux décrivent l’émergence d’une réalité culturelle nouvelle, pleine de grandes espérances qui ne trouvent d’écho ni dans les institutions (politiques, en particulier), ni dans l'ordre économique tel qu'il s'est établi.

33Les classes moyennes déjà établies qui, traditionnellement, occupent les postes de travail intellectuel les plus intéressants, dans le public et le privé, ont peur de perdre leur place (conquise par le travail, le mérite ou l'héritage) au profit des secteurs émergents, y compris non blancs, migrants de l'intérieur et minorités. Elles se sentent menacées, et même spoliées. Le thème de la corruption offre un motif moralement acceptable à leur protestation contre l'élargissement des droits sociaux et, pour certains, à leur adhésion explicite à des positions racistes, homophobes et antidémocratiques.

34L'insatisfaction est aussi très grande parmi les couches intellectualisées en trajectoire d’ascension, mais dans une perspective différente. Elles admettent qu’il existe une certaine démocratisation et une possibilité de mobilité sociale, mais considèrent qu’il s’agit là d’avancées tout à fait limitées. À leurs yeux les promesses ne se réalisent pas ; même l'intégration sociale via la consommation de masse leur semble réduite. Les diplômes universitaires ne garantissent plus de meilleurs emplois, le prestige ou l’égalité sociale. Ce mécontentement peut engendrer une recherche de transformations plus profondes, mais le niveau de politisation étant bas, il n'est pas rare que l'insatisfaction se tourne simplement contre l'État et les corrompus. Ces groupes sociaux ascendants deviennent alors un sol fertile pour des pratiques antidémocratiques et des discours conservateurs.

35Cette situation a suscité des réponses de gauche comme de droite. La gauche a formulé des revendications de changement social, associées à des projets de réinvention démocratique dans l’occupation de l'espace urbain. Des mouvements culturels ont vu le jour, y compris dans les périphéries des grandes villes (groupes de théâtre, création littéraire, musique, hip hop, production audio-visuelle). La droite a pris l’avantage en faisant approuver l'impeachment de la présidente Dilma Rousseff, tout en appelant à un retour à l'ordre traditionnel et à un nouvel élan de néo-libéralisme économique, n'hésitant pas à prendre des attitudes anti-démocratiques.

36Dans un contexte de récession économique, la peur qu’ont eue certains de perdre leurs espaces de pouvoir, leur prestige et leurs privilèges, s'est conjuguée avec la crainte de beaucoup d’autres de ne pas arriver à y accéder. Ces rêves frustrés ont amené les insatisfaits à défiler dans les rues, à s'exprimer sur Internet, agissant comme ils le pouvaient, ouvrant l’horizon des possibles soit dans la direction d’un élargissement du champ de la démocratie, soit dans celui du retour à l'autoritarisme.

37Les événements récents attestent de cette polarisation. Dès son investiture, le président Michel Temer a mis en œuvre une ligne néo-libérale et fait approuver par le Congrès un projet qui a gelé les dépenses publiques pendant vingt ans, afin de réaliser le soi-disant « assainissement des comptes publics » aux dépens, essentiellement, des investissements dans l'éducation et la santé, sans avoir reçu des urnes un quelconque mandat pour mettre en œuvre des propositions de ce type. Il a, par la suite, poussé à l’adoption d’une réforme du code du travail rendant possible la transformation d'emplois formels en contrats temporaires ou intermittents et la flexibilisation des contrats suivant la tendance à la dérégulation de ce secteur au niveau international. Par contre, il n'a pas réussi à faire passer une réforme de la sécurité sociale. Très impopulaire du fait de sa politique économique, fragilisé par des soupçons de corruption, Temer a mis sur pied une intervention militaire pour garantir la sécurité dans l'État de Rio de Janeiro. Dépourvue de la moindre planification stratégique, cette opération a été durement critiquée par des spécialistes de la sécurité publique qui y ont vu une manœuvre politique pour gagner en popularité. L'échec de l’intervention est patent, surtout depuis l'assassinat de la conseillère municipale carioca Marielle Franco et de son chauffeur Anderson Gomes le 20 mars 2018, probablement par des individus hostiles aux politiques de défense de droits humains et d'affirmation populaire qu'elle défendait. Dans tout le pays les forces de gauche sont descendues dans les rues, mobilisant les couches populaires bien au-delà des classes moyennes éduquées qui prédominaient dans les manifestations antérieures. Marielle, noire, habitante d’une favela, âgée de 38 ans, diplômée de sciences sociales de l’Université catholique de Rio (PUC-Rio) et qui avait soutenu sa maîtrise en administration à l'Université fédérale Fluminense en 2014, était l'incarnation des changements culturels et symboliques dont il est question dans cet article. Sa trajectoire est l'expression même du potentiel démocratique de ces transformations et son exécution représente l'option contraire.

38Dans ce contexte, les sondages ont rapidement mis en avant l'ex-président Lula comme le favori des élections présidentielles de 2018, même si sa candidature est improbable en raison des actions judiciaires qui peuvent le rendre inéligible, sans oublier la traditionnelle mauvaise volonté des grands médias à son égard. Au début de l´année 2018, il a mené des campagnes mobilisatrices dans les rues de tout le pays, en particulier dans la région du Nordeste. À la base, on a pu constater à cette occasion une augmentation du désir d'un « réformisme fort », en décalage avec les politiques modérées de ses précédents gouvernements. En réaction, sa caravane a été conspuée et attaquée dans le sud du pays par des sympathisants d'extrême-droite. Ceux-ci ont reçu le soutien non seulement de certains des jeunes diplômés dont il a été question ici (qui constituent la base d’organisations comme le Mouvement Brésil libre (Movimento Brasil Livre - MBL) mais aussi par d'autres groupes sociaux, comme les « ruralistes », c’est-à-dire les grands propriétaires terriens. Jets de pierres, d’œufs et de tomates se sont multipliés jusqu’à ce que, finalement, l’un des autobus soit visé par des tirs d’armes à feu dans le Paraná à la fin mars. La montée de l'extrême-droite dans le pays est attestée par l'augmentation des intentions de vote en faveur du candidat Jair Bolsonaro, ex-militaire, qui ne cache pas son admiration pour la « révolution de 1964 » et pour le « régime militaire » qui en a découlé.

39Bref, depuis 2013, la situation est de plus en plus complexe et polarisée. Il est impossible de prévoir quels seront les futurs développements à l'heure où je termine la révision de cet article, juste après un grand mouvement de camionneurs contre l´augmentation du prix des combustibles, qui a paralysé le pays pendant plusieurs jours à la fin du mois de mai 2018. Les routiers ont également bénéficié de changements culturels et symboliques récents. Ils ont, par exemple, eu accès à de nouvelles technologies telles que les téléphones portables et les réseaux sociaux : c'est par le biais de WhatsApp qu'ils ont organisé le mouvement, avec une présence notable de groupes d’extrême-droite exigeant le retour des militaires au pouvoir.

40Les évènements récents, comme la condamnation polémique de Lula dans l'affaire du « triplex de Guarujá » et sa mise en détention en avril 2018, témoignent de la fin d'un cycle historique qui a probablement débuté avec son premier emprisonnement, en 1980, lorsqu'il était à la tête de la grève des métallos et défiait la dictature militaire. Cela pourrait faire l'objet d'un autre article.

Haut de page

Notes

1 En raison de la crise économique et institutionnelle, le nombre des inscrits à l’université a stagné en 2016, selon l'article de la Folha de S. Paulo s’appuyant sur le recensement de l'enseignement supérieur réalisé par le ministère de l’Éducation. (« Ensino Superior tem estagnação de matrículas inédita desde 2006 », Folha de S. Paulo, 1er octobre 2017, p. B-6)

2 Conseil économique de l'Union des titulaires d'établissements d'enseignement supérieur, p. 12, http://convergenciacom.net/pdf/mapa-ensino-superior-brasil-2015.pdf. (consulté le 3 décembre 2017).

3 José Francisco Soares (Président de l'INEP), Acesso e Permanência no Ensino Superior,

http://portal.mec.gov.br/index.php?option=com_docman&view=download&alias=17199-cne-forum-educacao-superior-2015-apresentacao-10-jose-soares&Itemid=30192 (consulté le 3 décembre 2017).

4 Assessoria Econômica do Sindicato das Mantenedoras de Ensino Superior, p. 14, http://convergenciacom.net/pdf/mapa-ensino-superior-brasil-2015.pdf (consulté le 3 décembre 2017).

5 La base documentaire de ce rapport est l’enquête nationale par échantillons de domiciles (Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílio - PNAD) de l’Institut brésilien de géographie et de statistiques (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística - IBGE).

6 Voir http://especial.g1.globo.com/fantastico/pesquisa-de-opiniao-publica-sobre-os-manifestantes/ (consulté le 1er février 2017).

7 Brasil, Presidência da República, Secretaria de Comunicação Social, Pesquisa brasileira de mídia 2015: hábitos de consumo de mídia pela população brasileira, Brasília, Secom, 2015 (dorénavant Brésil 2015), en ligne à l’adresse : http://www.secom.gov.br/atuacao/pesquisa/lista-de-pesquisas-quantitativas-e-qualitativas-de-contratos-atuais/pesquisa-brasileira-de-midia-pbm-2015.pdf (consulté le 3 décembre 2017). L’enquête porte sur plus de 18 000 entretiens.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique n° 1 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : scolarisation.Sources : DataFolha.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Légende Graphique n° 2 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : sexe.Sources : DataFolha.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Légende Graphique n° 3 – Manifestations à São Paulo, Av. Paulista : âge. Sources : DataFolha.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Légende Graphique n° 4 – Manifestations au Brésil : revenus en nombre de salaires minimums (SM).Sources : DataFolha pour la manifestation de 2016 à São Paulo ; IBOPE pour les manifestations de 2013 au Brésil.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Légende Graphique n° 5 – Nombre d’étudiants (universités) au Brésil.Sources : MEC, Recensements enseignement supérieur.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-5.png
Fichier image/png, 77k
Légende Graphique n° 7 – Taux de décrochage dans l'enseignement supérieur présentiel.Sources : Données de l'enseignement supérieur au Brésil, 20152.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-6.png
Fichier image/png, 34k
Légende Graphique n° 8 – Origine des étudiants au Brésil : répartition public / privé. Sources : Recensement enseignement supérieur 20133.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Graphique n° 9 – Distribution ethnique au Brésil : comparaison étudiants / population générale.Sources : Recensement de l’enseignement supérieur 2013 et recensement de la population 2010, IBGE.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-8.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende Graphique n° 10 – Contrats signés avec le Fonds de financement étudiants (Fundo de Financiamento ao Estudante do Ensino Superior - FIES) en milliards de réais.Sources : Plan de l'Enseignement supérieur au Brésil, 20134.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-9.png
Fichier image/png, 48k
Légende Graphique n° 12 – Accès à Internet au Brésil en millions de personnes. Sources : IBOPE.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-10.png
Fichier image/png, 43k
Légende Graphique n° 13 – Réponse à la question « Comment avez-vous appris que la manifestation aurait lieu aujourd'hui ? » (manifestation du 20 juin 2013). Sources : IBOPE6.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-11.png
Fichier image/png, 69k
Légende Graphique n° 14 – Usage des moyens de communication au Brésil, 2015.Sources : Présidence de la République, Secrétariat de la communication sociale, Enquête brésilienne médias 2015, Habitudes de consommation des médias par la population brésilienne, Brasília, Secom, 20157.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2950/img-12.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcelo S. Ridenti, « Les dynamiques sociales et culturelles de la crise brésilienne », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 16 juillet 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2950 ; DOI : 10.4000/bresils.2950

Haut de page

Auteur

Marcelo S. Ridenti

Marcelo S. Ridenti, sociologue, est professeur à l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Département de sociologie).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals