Navigation – Plan du site

Le rôle des militaires dans la déstabilisation de la démocratie brésilienne (2015-2018)

O papel dos militares na desestabilização da democracia brasileira (2015-2018)
The Military’s role in the shaking of Brazilian democracy (2015-2018)
Maud Chirio

Résumés

L’un des aspects de la crise démocratique brésilienne entre 2015 et 2018 est la résurgence du rôle politique des militaires. Discrets lors des grandes manifestations de 2015-2016 et de l’impeachment de Dilma Rousseff, une partie des généraux, y compris le Commandant de l’armée de terre Villas Bôas, sont par la suite intervenus de façon croissante sur la scène publique. Cela traduit l’empowerment de groupes ultra-conservateurs, autoritaires, anticommunistes et nostalgiques de la dictature militaire, dont le général Hamilton Mourão est la figure de proue et Jair Bolsonaro, le leader politique. Leur audience est d’autant plus grande que le gouvernement de Michel Temer a accru la présence des généraux au cœur de l’Etat via la militarisation de la sécurité publique. À la veille des élections présidentielles d’octobre 2018, ces éléments figurent une menace autoritaire et militaire sur la démocratie brésilienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette représentation est d’autant plus erronée que les dictatures du cône sud ont compté sur une fo (...)

1Ni la déstabilisation du système politique brésilien depuis 2013, ni le coup d’État institutionnel de 2016 n’ont eu pour acteurs centraux les militaires. Les casernes sont longtemps demeurées discrètes : ce sont les parlementaires, les grands médias, une nouvelle blogosphère conservatrice, la rue et bien évidemment le système judiciaire qui ont constitué les rouages principaux de la crise. L’absence d’hommes en armes sur le devant de la scène fut d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la sortie de route de la démocratie brésilienne a été si peu lisible à l’étranger : les dictatures latino-américaines des années 1960et 1970 ont renforcé l’image d’une opposition binaire entre la démocratie civile et l’autoritarisme militaire, le fonctionnement régulier des institutions républicaines et leur suspension, la loi et la force brute1. S’il n’y a ni tanks dans les rues ni généraux aux lunettes fumées prétendant remettre le pays dans le droit chemin c’est, ont estimé la majorité des observateurs occidentaux, que cette lointaine démocratie fonctionne à peu près.

2Ce panorama est cependant en train de changer. La décomposition du système politique brésilien, l’impopularité des partis responsables du coup d’État (Mouvement démocratique brésilien et Parti de la social-démocratie brésilienne) et le discrédit général des élites politiques font ressurgir de vieux démons. L’un d’eux est l’interventionnisme militaire sur la scène publique, aux multiples visages : entrée massive de militaires dans le jeu électoral, prises de position de généraux de l’active sur des questions politiques, appui ouvert à l’un des présidentiables, militarisation toujours plus poussée de la sécurité publique et, désormais, de certaines fonctions exécutives. L’arrière-plan de ces inquiétants signaux est une politisation accrue de l’institution armée dans son ensemble. Ces éléments témoignent non seulement d’une fragilisation de la tutelle civile de la Nouvelle République, mais font également craindre une implication plus directe des forces armées dans le jeu politique dans les temps à venir, alors que se profilent les élections présidentielles d’octobre 2018, dans un climat d’incertitude.

Des forces armées d’abord silencieuses

3Le point de départ de ce récit est la grande discrétion des commandements militaires au cours de la déstabilisation du gouvernement de Dilma Rousseff, en 2015 et 2016. Lorsqu’est mise en débat, puis ouverte, la procédure d’impeachment, les états-majors restent silencieux. Cette neutralité publique ne surprend alors pas, tant elle semble être un acquis définitif de la transition démocratique : les années 1990 ont vu se reconstruire la prééminence de l’Exécutif civil sur les commandements militaires. La création du ministère de la Défense en 1999 en fut l’étape finale. Dans les années 1990 et 2000, pour la première fois dans l’histoire de la République brésilienne, les généraux sont muets et ne semblent plus menacer l’hégémonie civile. Au cours des deux dernières décennies, les chercheurs sont d’ailleurs presque unanimes : les militaires sont retournés aux casernes ; les nouvelles générations de soldats sont professionnelles et légalistes.

4Cette image dissimule cependant l’incomplétude de la transition démocratique. Au Brésil, les forces armées ont échangé le retour de la tutelle civile contre le maintien de leur chasse gardée : l’interprétation et l’établissement des responsabilités concernant les crimes commis par des agents de l’État sous la dictature militaire. L’amnistie promulguée en 1979, qui leur assure l’impunité, n’a jamais été remise en cause et les archives militaires demeurent intégralement fermées, lorsqu’elles n’ont pas été détruites. Enfin, la mémoire institutionnelle sur le coup d’État et la dictature demeure positive, comme en témoigne la perpétuation tardive de la commémoration de la « Révolution du 31 mars 1964 » dans les écoles militaires.

  • 2 Dans une déclaration officielle, l’armée affirme en juin 2014 qu’il n’a pas existé de détournement (...)

5Cet état de fait explique le violent ressentiment suscité par la création de la Commission nationale de la vérité sous le premier mandat de Dilma Rousseff (CNV, 2012-2014). La présidente est, rappelons-le, une ancienne guérillera, emprisonnée et torturée sous la dictature. Ce passé a pesé dans la décision de mener à bien le projet de la CNV, préparé sous le second gouvernement Lula, et d’ouvrir plus amplement les archives publiques, via la promotion de la Loi d’accès à l’information (novembre 2011). Bien qu’aucune de ces mesures n’ait remis en cause la loi d’amnistie, permis une large ouverture des archives militaires, ni même contraint l’armée à reconnaître sa lourde responsabilité, elles ont suscité une bronca dans les cercles militaires. L’institution se refuse à collaborer avec la CNV et nie l’évidence de sa participation centrale dans la répression politique2. La libération de la parole des victimes, l’établissement d’un récit officiel sur les crimes commis et la publication des noms de 376 responsables ont été considérés comme autant d’actes d’ « esprit de revanche » (« revanchismo ») et se sont heurtés à des manifestations d’hostilité ouverte, y compris d’officiers d’active. Ce climat n’est d’ailleurs pas étranger à la substitution du commandant-en-chef de l’armée de terre, le général Enzo Péri, en poste depuis 2007, par le général Eduardo Villas Bôas, en février 2015.

6La nomination de Villas Bôas ouvre une période étonnamment paisible entre l’Exécutif et les états-majors militaires. Le général, un conservateur modéré et souverainiste, se fait d’abord l’apôtre de la neutralité politique des forces armées, dont il déclare encore en mars 2017 qu’elles doivent rester un « protagoniste silencieux » dans la tourmente politique3. Jusqu’aux premiers mois de 2017, il tient des propos plutôt positifs sur la présidente Dilma Rousseff. Sa position évolue cependant à partir de cette période, alors même qu’il devient un grand communiquant, via un compte Twitter suivi à la fin d’août 2018 par plus de 300 000 internautes. Ce choix est contemporain de l’annonce d’une maladie neuro-dégénérative, qui le cloue rapidement dans un fauteuil roulant, et dont l’impact sur son image publique nécessitera d’être plus amplement étudié.

L’ascension de l’extrême-droite militaire

  • 4 Le groupe Ternuma a été créé en 1998, en réponse à l’activisme des associations de victimes de la r (...)
  • 5 Le Club Militar, espace de discussion et de loisirs des officiers de l’armée de terre à Rio de Jane (...)
  • 6 Le Brésil est divisé en 8 circonscriptions militaires. Leurs commandants sont les généraux les plus (...)
  • 7 Tânia Monteiro, « Comandante do Exército demite general que pediu 'despertar de luta patriótica' », (...)
  • 8 Mariana Della Barba et Marina Wentzel, « Discurso de Bolsonaro deixa ativistas ‘estarrecidos’ e lev (...)

7À l’arrière-scène pourtant, des groupes militaires conservateurs s’agitent dès le milieu de l’année 2015. Alors qu’ils étaient depuis la fin des années 1990 cantonnés dans des associations d’officiers de la réserve, comme Ternuma (abréviation du slogan terrorismo nunca mais, « le terrorisme, plus jamais »)4 ou le Club Militaire5, leur figure de proue est désormais un général d’active, qui s’exprime dans les casernes : Hamilton Mourão, tonitruant gaucho de 64 ans, nostalgique assumé de la dictature et grand admirateur du député d’extrême-droite et capitaine de réserve Jair Bolsonaro. Ses premiers coups d’éclat datent de la fin de l’année 2015, alors qu’il est chef du puissant Commandement militaire du Sud6. En septembre, il déclare approuver la destitution de Dilma Rousseff : bien qu’une « simple substitution de la Présidente de la République n’apporterait aucun changement significatif au "statu quo" […], l’avantage du changement serait d’écarter l’incompétence, la mauvaise gestion et la corruption ». Il appelle enfin son public, constitué d’officiers de réserve, au « réveil d’une lutte patriotique »7. Ces propos, bien qu’interdits par le règlement disciplinaire de l’Armée pour un officier d’active, ne lui valent ni punition, ni même une réprimande. Un mois plus tard, il rend un hommage public au colonel Carlos Brilhante Ustra, chef de l’un des principaux organes de répression politique sous la dictature (le DOI de São Paulo) et tortionnaire notoire, récemment décédé. Ustra est, depuis la publication de son premier livre en 1987, le héros des défenseurs de la mémoire du régime ; il est aussi l’un des rares tortionnaires à avoir été condamnés à une peine symbolique malgré la loi d’amnistie. C’est sous son commandement que Dilma Rousseff a été longuement torturée dans les installations du DOI de São Paulo en 1970. L’audition publique du colonel Ustra par la CNV, en mai 2013, a renforcé sa place sur le piédestal ultra-réactionnaire : bien au-delà des cercles militaires, le souvenir d’Ustra accompagne le glissement à l’extrême-droite d’une partie de la société et de la classe politique brésilienne depuis 2015, son nom et son visage sont brandis sur des banderoles, imprimés sur des tee-shirts. C’est d’ailleurs à Ustra que Jair Bolsonaro a dédié son vote (public) en faveur de l’impeachment de la présidente, le 17 avril 2016 : « Pour la mémoire du colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, l’épouvante de Dilma Rousseff, pour l’armée de Caxias, pour les forces armées, pour le Brésil au-dessus de tout et pour Dieu au-dessus de tout, je vote oui »8. Applaudi autant qu’il est hué après son bref discours, Bolsonaro poursuit ensuite tranquillement l’ascension politique qui lui assure de façon presque certaine, à deux mois des élections présidentielles, une place au second tour.

8Après cet hommage, Mourão est démis de son commandement, mais le lieu de sa relégation est confortable : il devient Secrétaire de l’économie et des finances de l’armée, ce qui lui permet de continuer à siéger au Haut Commandement de l’Armée de terre, bien qu’il perde le contact avec la troupe. Tant que les processus politico-judiciaires de l’impeachment et de Lava-Jato satisfont les secteurs les plus conservateurs, Mourão demeure ensuite silencieux. En septembre 2017, alors que le soutien au gouvernement Temer se désagrège de manière accélérée, il se fait menaçant, à la tribune de la loge maçonnique de Brasilia :

  • 9 Leandro Loyola, « Hamilton Mourão: o general em seu mundinho », Epoca, 22/9/2017. URL : https://epo (...)

Quand nous regardons avec inquiétude et tristesse les faits qui nous entourent, on se dit "pourquoi nous n’allons pas renverser tout ce bazar ?". De mon point de vue, qui coïncide avec celle de mes camarades du Haut-Commandement de l’Armée de Terre, nous sommes dans une situation d’approches successives, jusqu’au moment où : soit les institutions résolvent les problèmes politiques, avec le Judiciaire qui retire de la vie publique ces éléments corrompus dans tous ces délits, ou alors c’est nous qui devrons l’imposer9.

  • 10 Non signé, « General Mourão diz que Temer faz 'balcão de negócios' para governar », Folha de São Pa (...)
  • 11 Flávia Marreiro, « Comandante do Exército diz que general que elogiou torturador “lidera pelo exemp (...)

9Pour incroyable qu’il y paraisse, Mourão échappe une fois encore aux sanctions : le général Villas Bôas couvre son subordonné et relativise la portée de ses propos. Ce n’est que lorsque Mourão attaque nommément le président Michel Temer, trois mois plus tard, qu’il perd son poste. Face au Club de l’Armée de Brasilia et à l’invitation du groupe Ternuma, au sortir d’une réunion du Haut Commandement qu’il prétend représenter, il déclare que le président « tire à hue et à dia, cherchant à s’équilibrer et, par des marchandages successifs, tente de cheminer jusqu’à la fin de son mandat »10. Affecté à une position subalterne au sein de l’État-Major de l’Armée de Terre, ce qui aurait dû le priver de sa participation au Haut Commandement, il continue pourtant à y siéger, soi-disant pour des raisons bureaucratiques, jusqu’à son passage à la retraite (à sa demande) en février 2018. La fin de sa carrière est un événement politique de premier plan. Villas Bôas lui rend un hommage marqué, tandis que Mourão lui-même reprend sa marotte : un discours dithyrambique sur le tortionnaire Ustra11. Il profite de l’occasion pour conseiller d’expurger de la vie publique tous les politiciens corrompus, y compris Michel Temer.

  • 12 Tânia Monteiro, « Comandante do Exército demite general que pediu 'despertar de luta patriótica' », (...)
  • 13 Fábio Victor, « General Mourão anuncia frente de candidatos militares nas eleições », Revista Piauí(...)

10Hamilton Mourão est, du fait de sa posture et de ses représentations politiques, une figure assez traditionnelle au sein de l’armée brésilienne. C’est un ultra-conservateur sur les questions sociales et sociétales, économiquement libéral bien qu’il s’exprime peu sur ce sujet, marqué par ce profond mépris pour la classe politique qui caractérise la droite militaire depuis le début du XXe siècle. « La majorité des politiciens d’aujourd’hui semblent privés de qualités intellectuelles propres et d’idéologies, déclare-t-il en septembre 2015, ce qui domine est la technique pour présenter de grandes illusions »12. Seuls font exception ceux qu’il ne considère pas comme des hommes politiques, mais comme des « leaders », tel Bolsonaro ; un qualificatif, extrêmement valorisé dans l’ethos militaire, qu’il s’attribue également à lui-même. Il se fait l’avocat de l’entrée des militaires en politique et encourage la multiplication des candidatures d’hommes en armes, très nette ces deux dernières années, un phénomène inédit depuis 1988. La plupart sont des adeptes de Bolsonaro, comme le général de réserve Paulo Chagas, candidat au poste de gouverneur du District Fédéral et président de Ternuma, ou le général Sebastião Peternelli, qui manqua de peu la nomination à la présidence de la Fondation Nationale de l’Indien (Funai) du fait d’éloges trop marqués au coup d’État de 1964. Peu avant de passer à la réserve, Mourão déclare à la presse qu’il sera le coordinateur de ces candidatures militaires, qui ont « une ligne commune d’action […] quant aux intérêts de la nation et des militaires ». Il agite alors l’idée d’un « front commun » des candidats militaires qui ne verra finalement pas le jour13. Proche à la fois des groupes d’officiers de la réserve nostalgiques de la dictature militaire et des réseaux de « Nouvelle Droite » dont le Mouvement du Brésil Libre (Movimento Brasil Livre, MBL) est la tête de pont, Mourão est reconnu comme un porte-parole bien au-delà des militaires d’active. En novembre 2015, alors que ses prises de positions gagnent en visibilité dans les médias, un ballon géant de douze mètres de haut, le représentant en tenue de camouflage et au garde-à-vous, est exhibé devant le palais présidentiel.

11La popularité d’Hamilton Mourão est portée par un mouvement longtemps souterrain dans l’opinion publique brésilienne : la revendication d’une « intervention militaire », c’est-à-dire la prise de pouvoir directe par les forces armées, afin de « nettoyer » et remettre en ordre le pays. Ce mouvement émerge lors des manifestations de juin 2013, au cours desquelles les banderoles « SOS Forces Armées » ou « Intervention militaire maintenant » ont fleuri. Ces propositions, décrites comme ultra-minoritaires, traces fossilisées d’un monde politique disparu, ont tardé à être prises au sérieux. Or, le terreau de l’antipolitisme au Brésil, enrichi par l’obsession nationale pour la corruption depuis 2015, a donné un crédit nouveau à l’idée d’un retour au pouvoir des militaires. Depuis la fin de l’année 2017, des sondages montrent un soutien croissant à l’hypothèse d’une prise de pouvoir par les forces armées. En mai 2018, une grève des routiers sur l’ensemble du territoire a été marquée par la récurrence des appels à une intervention militaire.

  • 14 La Constitution de 1988 comporte effectivement cette brèche malheureuse, dans son article 142 : « L (...)

12Ce positionnement politique n’est pas exempt de difficultés et de contradictions. D’abord, il s’oppose à un refus relativement ferme du généralat de l’armée de terre, de la marine et de l’aéronautique. Certes, Villas Bôas a tempéré son discours sur les interventionnistes : en décembre 2016, il parlait de « fous » (« malucos » », tresloucados »), tandis qu’en mai 2018 il dit comprendre cet appel aux « valeurs des forces armées », tout en indiquant que celles-ci ne peuvent agir qu’à l’appel de l’un des trois pouvoirs, ce qu’indique la Constitution, et maintenir leur image d’impartialité14. Cette eau mise dans le vin du commandant en chef de l’armée de terre résulte de sa propre évolution politique, mais aussi, très probablement, de l’ascension de ces thèses radicales au sein de l’institution militaire, avec lesquelles il ne peut plus rompre aussi frontalement qu’auparavant. Un paradoxe est que les partisans de l’intervention militaire sont également, très souvent, des fanatiques du député fédéral Jair Bolsonaro, héraut de positions politiques ultra-conservatrices et candidat à la présidence de la République pour le Parti Social-Libéral, d’extrême droite. Or, dans le cadre d’un régime sous tutelle des forces armées, Bolsonaro, capitaine de réserve, occuperait très probablement des positions subalternes.

13À quelques semaines des élections présidentielles d’octobre 2018, l’adhésion au sein des forces armées brésiliennes à la candidature Bolsonaro, d’une part, et à une prise du pouvoir directe par l’institution armée, de l’autre, demeure des inconnues. Bolsonaro, en tout cas, joue cette carte à plein. Au début du mois d’août, il a annoncé qu’il choisissait comme colistier, candidat à la vice-présidence, le général Mourão. Il indique, de plus, qu’il compte confier un grand nombre de postes clés, y compris ministériels, à des officiers d’active, et multiplie les apparitions dans des installations militaires.

Une militarisation accrue de la sécurité urbaine

  • 15 Voir l’article d’information et d’analyse très riche de Fábio Victor, « Mal-estar na caserna », Rev (...)

14Ce projet de militarisation de la scène politique – à la fois des instances législatives et de l’Exécutif fédéral – n’est pas le monopole d’une extrême-droite isolée, liée à la figure singulière de Jair Bolsonaro. Le pouvoir, depuis le coup d’État parlementaire d’avril 2016, s’est déjà militarisé. Michel Temer, désireux de s’assurer la fidélité des états-majors, a accédé à leur principale revendication : une augmentation très nette, en particulier dans un contexte de grave crise économique, du budget du ministère de la Défense. Surfant sur la popularité des forces armées dans le contexte de discrédit du système politique, il s’est entouré de généraux15. Le Cabinet de Sécurité Institutionnel (Gabinete de Segurança Institucional, GSI), sorte de comité de sécurité lié directement à la présidence, supprimé par Dilma Rousseff en 2015, a été restauré et confié au général Sérgio Etchegoyen. Etchegoyen vient d’une vieille famille militaire, dont les membres les plus célèbres sont son père et son oncle, Leo et Ciro, hauts responsables de la répression politique sous la dictature, dénoncés par la Commission Vérité pour leur responsabilité et participation directe dans des assassinats et la torture d’opposants. Le général Sérgio Etchegoyen s’est d’ailleurs élevé publiquement contre ces dénonciations et contre l’existence de la CNV en général. Très conservateur, adepte de la militarisation la plus poussée possible des opérations de sécurité urbaine, il est actuellement considéré comme le plus proche collaborateur du président. Temer a également nommé des généraux à des fonctions réservées, depuis 1988, à des civils : la direction de la Fondation Nationale de l’Indien (Funai), du Secrétariat National de la Sécurité Publique et surtout du Ministère de la Défense confié, depuis février 2018, à Joaquim Silva e Luna, général de la réserve de l’armée de terre.

  • 16 Fábio Victor, « Mal-estar na caserna », art. cit.

15La présence accrue de généraux dans l’Exécutif fédéral est indissociable de politique de militarisation du maintien de l’ordre, qu’a embrassée Michel Temer. Au Brésil, c’est une gendarmerie organisée par les différents États de la fédération, la Police Militaire, qui a la charge principale de la sécurité urbaine. Mais l’armée de terre peut également être sollicitée par le gouvernement fédéral, dans le cadre d’opérations de « Garantie de la Loi et de l’Ordre » (GLO) prévues par la Constitution, au cours desquelles les troupes sont employées ponctuellement comme forces de police. Le nombre de GLO, qui avait déjà fortement augmenté sous les mandats de Dilma Rousseff, a explosé depuis l’impeachment. En mai 2017, le premier emploi de GLO par Temer a fortement marqué les esprits : il s’agissait de garantir la sécurité des ministères sur l’esplanade du même nom, à Brasilia, lors de manifestations réclamant le renvoi du président, considéré comme illégitime. En février 2018, c’est la sécurité publique de l’ensemble de l’État de Rio de Janeiro qui passe sous la coupe de l’armée, via une GLO, pour un temps indéterminé. À l’argument d’un carnaval particulièrement violent dans la capitale carioca, et malgré l’hostilité de la majorité du Haut Commandement de l’Armée de Terre, la présidence et le général Etchegoyen mettent sur pied l’opération connue sous le nom d’« Intervention fédération de Rio de Janeiro ». Le général Braga Netto, chef du commandement militaire de l’Est, est nommé préfet militaire (interventor). Les succès sont limités et l’intervention amplifie les atteintes aux droits humains des habitants des périphéries urbaines et des favelas. L’interventor et son entourage, appuyés par une partie des états-majors militaires, réclament rapidement que de nouvelles règles s’appliquent aux troupes terrestres : que des mandats d’arrêts collectifs puissent être émis et que permission soit donnée de tirer sur des civils « hostiles » hors d’une situation de légitime défense. Face à la réaction hostile de l’opinion, Temer et Etchegoyen font marche arrière sur ces points, mais ce dernier continue de sous-entendre que le cadre de l’intervention n’est ni la paix civile ni vraiment l’état de droit : « Nous aurons des incidents. Nous sommes dans une guerre. Ça va arriver, c’est prévisible que des choses indésirables arrivent, même des injustices. Mais soit la société veut, soit elle ne veut pas »16. L’assassinat le 14 mars 2018 de la conseillère municipale Marielle Franco, militante des droits humains et rapporteure de la commission de surveillance de l’intervention à l’assemblée municipale, ravive l’inquiétude sur la fragilisation supplémentaire de l’état de droit que représente ce rôle supplémentaire donné aux forces armées. De fait, pour l’extrême-droite militaire que représente le général Hamilton Mourão, l’intervention à Rio pourrait être le premier pas vers l’exercice direct du pouvoir par l’institution armée. Cela explique que Mourão critique rapidement l’intervention :

  • 17 Tânia Monteiro, « General critica políticos e diz que ajudará Bolsonaro », Estado de São Paulo, 28/ (...)

C’est une demi-intervention. Je crois que c’est une très mauvaise ligne. Au XIXe siècle, quand [le duc de] Caxias a été nommé préfet [interventor] pour contenir des révoltes, on lui a accordé à la fois le pouvoir politique et le pouvoir militaire. Aujourd’hui, le préfet a seulement un pouvoir militaire, il n’a pas de pouvoir politique, dans un État où le crime organisé attaque à deux niveaux – les cols blancs et les bandits. Alors, nous entrons en guerre avec les mains liées17.

16En mai 2018 enfin, une GLO porte pour la première fois sur l’ensemble du territoire national. Suite à la grève des camionneurs qui provoque une grave pénurie d’essence et de denrées alimentaires dans les principales capitales du pays, Etchegoyen lui-même prend la tête de « l’Opération São Cristovão », qui permet à l’armée de terre de rouvrir les voies de communication par la force. Un haut gradé de la marine, l’amiral Ademir Sobrinho, porte-parole de l’opération, fait état quotidiennement au journal télévisé de l’état des routes et des circuits d’approvisionnement. Les généraux Etchegoyen, chef du GSI, et Silva e Luna, ministre de la Défense, sont également omniprésents sur les ondes. Jamais, depuis le retour des civils au pouvoir en 1985, des hauts gradés n’avaient été à la fois si présents et si visibles dans la gestion d’un conflit social.

Incertitudes du positionnement militaire

  • 18 Voir l’article, dans ce numéro, de Rodrigo Patto Sá Motta, « 1964 / 2016 : le Brésil au bord de l’a (...)
  • 19 Son argument : les présidents antérieurs avaient bien nommé des « terroristes » (d’anciens guérille (...)
  • 20 En décembre 2017 et en août 2018, il est par exemple invité à assister aux cérémonies de « remise d (...)

17Mourão, Etchegoyen et Villas Bôas sont trois visages du rôle des forces armées dans la crise institutionnelle brésilienne. Hamilton Mourão incarne la politisation de la base de l’institution, qui participe du glissement à l’extrême-droite (anticommuniste, antipolitique, nostalgique de la dictature, néoconservatrice) d’une partie des classes moyennes et supérieures brésiliennes18. Longtemps héros des partisans d’une intervention militaire directe, Mourão parie désormais sur une victoire de Jair Bolsonaro aux présidentielles, qui s’accompagnerait d’une nette militarisation du pouvoir d’État. Le député candidat a en effet promis qu’il confierait des ministères clés à des haut-gradés (au moins la Défense, les Transports, les Sciences et Technologie, peut-être l’Education)19, et joue lui-même la carte du soutien des casernes, où il multiplie les apparitions, y compris lors de cérémonies officielles20. Cette évolution serait d’autant plus aisée que la militarisation du pouvoir a déjà été engagée par le gouvernement Temer. Etchegoyen, l’apparatchik qui a profité du coup d’État de 2016 pour militariser l’Exécutif fédéral à partir de la gestion de la sécurité publique, n’est d’ailleurs pas idéologiquement très éloigné de Mourão sur certaines questions, comme leur lecture très positive de la période dictatoriale.

  • 21 Moro reçoit la médaille du Pacificateur en août 2016 et le grade de commandeur de l’Ordre du mérite (...)
  • 22 Non signé, « Comandante do Exército diz que ‘compatilha anseio de repúdio à impunidade’ », O Globo, (...)

18Il existe, évidemment, une diversité de positionnements à l’intérieur de l’armée, tant sur les choix politiques que sur la neutralité de l’institution. Une majorité des états-majors continue, ainsi, de défendre l’éloignement du jeu politique. Cependant l’approfondissement de la crise, la poussée des options radicales dans et en dehors de l’armée, la floraison des détestations anticommunistes et antipétistes, et le discrédit de la classe politique traditionnelle, tendent à brouiller les frontières. Un certain nombre de prises de positions récentes du général Villas Bôas en sont des signaux inquiétants. Le commandant en chef de l’armée de terre n’a jamais été enclin au conflit, ni à punir ses camarades d’armes, comme l’a montré sa gestion des successives affaires « Mourão ». Les infractions au règlement sont mises dans une grande balance où pèsent également la nécessité de ne pas fâcher la caserne, la fraternité d’armes, la volonté d’éviter le déshonneur d’une punition. Par ailleurs, Villas Bôas est au fil de l’année 2017 sorti de la stricte neutralité qui caractérisait le début de son exercice. Via Twitter, il commente l’actualité, souvent de façon sibylline, soutient les opérations anti-corruption et, tout particulièrement, l’action du juge Sérgio Moro à qui sont décernées les médailles de l’Ordre du Mérite militaire et du Pacificateur21. Enfin, en avril 2018, Villas Bôas intervient directement dans une décision judiciaire. À la veille du rendu par la Cour Suprême brésilienne (le Supremo Tribunal Federal) d’une décision cruciale concernant l’attribution à l’ex-président Luis Inácio Lula da Silva d’un habeas corpus, il publie sur Twitter : « J’assure à la Nation que l’Armée brésilienne partage les attentes de tous les bons citoyens : le rejet de l’impunité et le respect de la Constitution, de la paix sociale et de la Démocratie »22. Aucune ambiguïté sur le sens du message, repris par le juge fédéral Marcelo Bretas, responsable de l’opération Lava Jato à Rio, avec un emoji d’applaudissement – il fera un mea culpa quelques heures plus tard, signe d’un malaise autour de l’intromission des commandements militaires dans le rapport de force engagé entre les institutions républicaines. Dans les heures qui suivent le tweet de Villas Bôas, des dizaines de généraux d’active abondent publiquement dans son sens, exerçant une pression plus explicite encore sur la décision de la Cour. Celle-ci, comme on sait, refuse d’attribuer l’habeas corpus, ce qui débouche sur l’incarcération immédiate de l’ancien président Lula, derrière les barreaux depuis cinq mois à l’heure où ces lignes sont écrites.

19Dans le scénario d’incertitude extrême du jeu politique brésilien à la veille des élections présidentielles, que conclure sur le rôle des forces armées ? D’abord, qu’elles ont, avec la crise, étendu leurs espaces de pouvoir. La militarisation généralisée de la sécurité publique, aux niveaux estadual et fédéral, s’est normalisée. Est mise en débat, également, le profit qu’il y aurait à tirer des compétences des militaires dans l’organisation des infrastructures de transports ou du système éducatif – le candidat Bolsonaro est un grand partisan de la multiplication des écoles militaires. Le discrédit du système politique a renforcé, plus généralement, l’image inoxydable de l’homme en armes probe, désintéressé, patriote, et au moins aussi compétent que les hommes politiques. Cet imaginaire est largement partagé, au-delà des différentes factions, des appétences pour la neutralité politique, de l’adhésion ou non à la candidature de Bolsonaro. Villas Bôas, dans son fameux tweet adressé à la Cour Suprême, questionnait, sentencieux : « qui pense réellement au bien du pays et des générations futures, et qui se préoccupe seulement de ses intérêts personnels ? »23. En juillet 2018, la campagne présidentielle bien engagée, il a reçu officiellement tous les candidats, apparaissant comme une sorte de figure tutélaire du jeu démocratique. Ces postures n’impliquent pas la menace imminente d’un coup d’État, auquel se refuse pour l’instant l’écrasante majorité des généraux des trois forces, Villas Bôas inclus. Malgré ses écarts, ce dernier continue de jouer les garde-fous dans une institution dont la politisation se radicalise. Mais le tabou autour d’une intervention militaire s’est clairement effrité ces derniers mois, en particulier s’il existe la perspective d’un retour de la gauche au pouvoir par la voie des urnes.

20Même si le Brésil échappe à un véritable putsch, ce qu’on peut encore heureusement espérer, la crise aura fortement réduit les outils de contrôle sur les militaires et augmenté leur légitimité politique et leurs lieux de pouvoir. Quel·le que soit le ou la  prochain·e dirigeant·e du pays, il ou elle aura peine à remettre le diable dans la boîte. À la différence des illusions qui ont bercé cette dernière décennie, l’absence d’aggiornamento sur le passé dictatorial a permis de pérenniser certains imaginaires sur la capacité et légitimité des forces armées à gouverner si l’ordre ou le « salut de la nation » étaient en jeu, y compris chez les jeunes générations, civiles et militaires. Cette idée est renforcée par la flambée de l’antipolitisme, d’une part, et par le grand retour de l’anticommunisme, de l’autre. Ce dernier est réincorporé par les opposants au PT, dans un nouveau système de pensée qui intègre l’idée d’une « guerre urbaine » où l’ennemi de la nation serait une coalescence du crime organisé, des partis de gauche, de défenseurs des droits de l’homme et d’institutions internationales. Dans cette guerre politique, une partie des forces armées estime qu’il est de leur rôle, de nouveau, d’occuper le cœur du pouvoir d’État.

Haut de page

Notes

1 Cette représentation est d’autant plus erronée que les dictatures du cône sud ont compté sur une forte participation de techniciens et de politiciens civils, au point qu’elles sont désormais plutôt appelées « civiles-militaires ». En outre, la dictature brésilienne se distingue par le maintien d’un grand nombre d’institutions héritées du régime démocratique, comme un Congrès, un parti d’opposition, des élections régulières et une justice dotée d’une certaine indépendance. Ces mécanismes ont tempéré, autant qu’ils ont légitimé et permis de perpétuer, l’autoritarisme militaire.

2 Dans une déclaration officielle, l’armée affirme en juin 2014 qu’il n’a pas existé de détournement dans l’utilisation de ses installations, et que les organismes répressifs nommés Détachements d’opérations d’informations (DOI) n’ont pas été des lieux de torture. Helena Martins, « Forças Armadas não reconhecem tortura em suas instalações », EBC, 18/6/2014. URL : http://www.ebc.com.br/cidadania/2014/06/forcas-armadas-nao-reconhecem-tortura-em-suas-instalacoes (consultation : août 2018).

3 Eduardo Gonçalves « Tuíte incendiário », Veja, 7/4/2018. URL : https://veja.abril.com.br/revista-veja/tuite-incendiario/ (consultation : août 2018).

4 Le groupe Ternuma a été créé en 1998, en réponse à l’activisme des associations de victimes de la répression et d’organisation de droits humains, dont le principal est « Jamais plus la Torture » (Tortura Nunca Mais). Il est très actif en ligne et dans les cercles récréatifs militaires depuis le milieu des années 2000.

5 Le Club Militar, espace de discussion et de loisirs des officiers de l’armée de terre à Rio de Janeiro, a été tout au long de la République brésilienne un lieu privilégié d’activisme militaire. Il est particulièrement important lors du crépuscule de l’Empire (années 1880) et dans la décennie qui précède le coup d’État de 1964.

6 Le Brésil est divisé en 8 circonscriptions militaires. Leurs commandants sont les généraux les plus puissants en termes d’exercice d’autorité directe sur les troupes terrestres. Le Commandement militaire du Sud recouvre les États du Rio Grande do Sul, du Paraná et de Santa Catarina.

7 Tânia Monteiro, « Comandante do Exército demite general que pediu 'despertar de luta patriótica' », O Estado de São Paulo, 29 octobre 2015. URL : https://politica.estadao.com.br/noticias/geral,comandante-do-exercito-demite-general-que-pediu-despertar-de-luta-patriotica,10000000900 (consultation : août 2018).

8 Mariana Della Barba et Marina Wentzel, « Discurso de Bolsonaro deixa ativistas ‘estarrecidos’ e leva OAB a pedir sua cassação », BBC Brasil, 20/4/2016. URL : https://www.bbc.com/portuguese/noticias/2016/04/160415_bolsonaro_ongs_oab_mdb (consultation : août 2018).

9 Leandro Loyola, « Hamilton Mourão: o general em seu mundinho », Epoca, 22/9/2017. URL : https://epoca.globo.com/politica/noticia/2017/09/hamilton-mourao-o-general-em-seu-mundinho.html (consultation : août 2018).

10 Non signé, « General Mourão diz que Temer faz 'balcão de negócios' para governar », Folha de São Paulo, 8/12/2017. URL : https://www1.folha.uol.com.br/poder/2017/12/1941801-general-mourao-diz-que-temer-faz-balcao-de-negocios-para-governar.shtml (consultation : août 2018)

11 Flávia Marreiro, « Comandante do Exército diz que general que elogiou torturador “lidera pelo exemplo” », El País Brasil, 1/3/2018. URL : https://brasil.elpais.com/brasil/2018/03/01/politica/1519860655_974169.html (consultation : août 2018)

12 Tânia Monteiro, « Comandante do Exército demite general que pediu 'despertar de luta patriótica' », O Estado de São Paulo, 29 octobre 2015. URL : https://politica.estadao.com.br/noticias/geral,comandante-do-exercito-demite-general-que-pediu-despertar-de-luta-patriotica,10000000900 (consultation : août 2018).

13 Fábio Victor, « General Mourão anuncia frente de candidatos militares nas eleições », Revista Piauí, 28/2/2018. URL : http://piaui.folha.uol.com.br/general-mourao-anuncia-frente-de-candidatos-militares-nas-eleicoes/ (consultation : août 2018).

14 La Constitution de 1988 comporte effectivement cette brèche malheureuse, dans son article 142 : « Les forces armées […] se destinent à la défense de la Patrie, à la garantie des pouvoirs constitutionnels et, à l’initiative de l’un d’entre eux, de la loi et de l’ordre ». Pour la déclaration de Villas Bôas, voir l’enregistrement vidéo de la conférence de mai 2018 au lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=squ1wL44zco (consultation : août 2018)

15 Voir l’article d’information et d’analyse très riche de Fábio Victor, « Mal-estar na caserna », Revista Piauí, 12/3/2018. URL : https://piaui.folha.uol.com.br/materia/mal-estar-na-caserna/ (consultation : août 2018)

16 Fábio Victor, « Mal-estar na caserna », art. cit.

17 Tânia Monteiro, « General critica políticos e diz que ajudará Bolsonaro », Estado de São Paulo, 28/2/2018. URL : https://brasil.estadao.com.br/noticias/rio-de-janeiro,general-que-defendeu-intervencao-militar-no-brasil-diz-que-operacao-no-rio-e-meia-sola,70002207951 (consultation : août 2018)

18 Voir l’article, dans ce numéro, de Rodrigo Patto Sá Motta, « 1964 / 2016 : le Brésil au bord de l’abîme, de nouveau ? ».

19 Son argument : les présidents antérieurs avaient bien nommé des « terroristes » (d’anciens guérilleros) à de tels postes. Daniel Carvalho et Marina Dias, « Bolsonaro defende generais em ministérios e diz que presidentes anteriores nomearam terroristas », Folha de São Paulo, 4/7/2018. URL : https://www1.folha.uol.com.br/poder/2018/07/bolsonaro-defende-generais-em-ministerios-e-diz-que-presidentes-anteriores-nomearam-terroristas.shtml (consultation : août 2018)

20 En décembre 2017 et en août 2018, il est par exemple invité à assister aux cérémonies de « remise d’épée » des élèves de l’Académie de formation des cadets de l’armée, l’AMAN.

21 Moro reçoit la médaille du Pacificateur en août 2016 et le grade de commandeur de l’Ordre du mérite militaire en avril 2017. Murilo Ramos, « Governo homenageia Moro com condecoração de Ordem do Mérito Militar », Epoca, 4/4/2017. URL : https://epoca.globo.com/politica/expresso/noticia/2017/04/governo-homenageia-moro-com-condecoracao-da-ordem-do-merito-militar.html (consultation : août 2018)

22 Non signé, « Comandante do Exército diz que ‘compatilha anseio de repúdio à impunidade’ », O Globo, 3/4/2018. URL : https://g1.globo.com/politica/noticia/comandante-do-exercito-diz-que-compartilha-anseio-de-repudio-a-impunidade.ghtml (consultation : août 2018)

23 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Chirio, « Le rôle des militaires dans la déstabilisation de la démocratie brésilienne (2015-2018) », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 27 septembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/3029 ; DOI : 10.4000/bresils.3029

Haut de page

Auteur

Maud Chirio

Maud Chirio est Maître de Conférence en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre du laboratoire d’Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP – EA3350) et membre associée de Mondes Américains (UMR 8168 – CNRS/EHESS).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals