Navigation – Plan du site

Les atteintes au droit des peuples autochtones et la crise politique au Brésil

Os direitos dos povos indígenas em tempos de retrocessos e a crise política no Brasil
Native peoples right’s injuries and the political crisis in Brazil
Adriana Ramos
Traduction de Christine Douxami et Sébastien Rozeaux

Résumés

L’article propose un panorama des politiques et des lois les plus récentes relatives aux droits des peuples autochtones au Brésil. Il analyse les menaces de régression des droits qui ont été dénoncées par les peuples autochtones à diverses reprises au cours de ces dernières années.

Haut de page

Texte intégral

1En avril 2018, le Campement terre libre (Acampamento Terra Livre – ATL) émet un véritable « cri contre le génocide » afin de dénoncer les « hordes de vandales, d’exploiteurs et de profiteurs [qui] continuent de massacrer et d’exterminer nos peuples pour s’approprier nos terres et nos territoires, les biens communs et toutes les formes de vie que nous avons su protéger depuis des milliers d’années »1.

2Alors que la Constitution Fédérale fête ses 30 ans, la nature pluriethnique de l’État brésilien (consacrée par l’article 231) est remise en question par une série d’attaques contre les droits des peuples autochtones, sans précédent depuis le retour à la démocratie au Brésil.

3Le Campement terre libre est une manifestation annuelle promue par l’Organisation des peuples amérindiens du Brésil (Articulação dos Povos Indígenas no Brasil – APIB) depuis 2004, en lien avec différents partenaires réunis au sein de la Mobilisation nationale autochtone (Mobilização Nacional Indígena). En 2017, dans le plus grand campement jamais réalisé par le Mouvement, plus de 4 000 Amérindiens, représentant près de 200 peuples de toutes les régions du pays, ont déclaré : « Nous réaffirmons que nous n’admettrons pas les violences, régressions et menaces perpétrées par l’État brésilien et par les oligarchies économiques contre nos vies et nos droits, et nous invitons l’ensemble de la société brésilienne et la communauté internationale à s’unir à la lutte des peuples autochtones pour la défense des territoires traditionnels et de notre Mère Nature, pour le bien-être de toutes les formes de vie ».

4Ces atteintes étaient déjà évidentes en 2013, suite aux tentatives de modification des procédures de démarcation des Terres indiennes2 (TI), après que le gouvernement fédéral eut cédé aux pressions des représentants du secteur rural3. Mais l’avis n. 1/2017, rendu en 2017 par l’Avocat général de l’union (Advocacia Geral da União – AGU) et approuvé par le Président Michel Temer, porte la trace de nouvelles violations des droits des peuples autochtones.

5Cette décision oblige l'ensemble de l'administration publique fédérale à se conformer aux 19 conditions énoncées dans le jugement rendu par le Tribunal suprême fédéral (Supremo Tribunal Federal – STF) sur la démarcation de la TI Raposa Serra do Sol (État de Roraima) le 19 mars 2009. Parmi les effets négatifs de cette décision figure l’adoption du principe de « cadre temporel », selon lequel seuls les peuples ayant occupé leurs terres avant octobre 1988, date de promulgation de la Constitution, sont concernés par la politique de délimitation des terres. S’ajoute à cela l’impossibilité d’extension de terres déjà délimitées. L’avis de l’AGU laisse entendre que le jugement du Tribunal suprême fédéral devait désormais s’appliquer à tous les processus de démarcation des terres amérindiennes au Brésil. Pourtant, des précédents au niveau judiciaire indiquent clairement que les principes fixés pour la TI Raposa Serra do Sol ne concernaient que la démarcation de cette terre.

6À propos de la notion de « cadre temporel », l’Institut socio-environnemental (Instituto Socioambiental) a interviewé cinq députés de l’ancienne Assemblée nationale constituante : José Carlos Saboia, Fábio Feldmann, Luís Carlos Sigmaringa Seixas, Sarney Filho et Lídice da Mata. Tous affirment qu’ils n’ont jamais eu l’intention d’inclure une quelconque limite temporelle en matière de droits sur les territoires amérindiens au sein de la Constitution. L’adoption du cadre temporel reviendrait donc à nier la relation violente entre l’État et les peuples autochtones depuis la période coloniale et jusqu’aux années 1960-1980, lorsque s’ouvrent des fronts d’expansion en Amazonie, autorisés et appuyés par le gouvernement fédéral, aux mains des militaires, comme l’a dénoncé la Commission nationale pour la vérité (Comissão Nacional da Verdade – CNV). C’est précisément dans ce contexte que la Constitution de 1988 a été rédigée et que les droits originels des peuples autochtones furent reconnus. La théorie du « cadre temporel », si elle devait être appliquée à toutes les Terres indiennes, qui dépendent de la sécurité territoriale pour continuer d’exister, validerait implicitement l’assimilation forcée, paradigme avec lequel la Constitution fédérale a justement voulu rompre.

  • 4 Voir l’article de Susana Bleil dans ce volume.

7Au-delà du débat formel autour des aspects juridiques et politiques, l’avis de l’AGU est un indice fort quant à la possibilité pour le gouvernement actuel de revenir sur les droits constitutionnels des peuples amérindiens. Un tel signal renforce les mouvements anti-autochtones qui réunissent en leur sein tous ceux qui ont des intérêts économiques à faire valoir sur les territoires en question, comme il encourage les invasions illégales de terres, le plus souvent violentes et attentatoires aux communautés et à leurs représentants. Il n’est guère surprenant que le Brésil soit aujourd’hui le leader mondial pour les assassinats de personnes dans le cadre de conflits liés à la terre4.

8D’après des données de l’organisation internationale Global Witness, 57 activistes et défenseurs du droit à la terre et de l’environnement ont été assassinés au Brésil en 2017. Les assassinats de ces activistes amérindiens sont perpétrés principalement par les tenants de l’agro-business, auxquels s’ajoutent ceux des industries minière et pétrolière, de la chasse illégale et de l’exploitation du bois. Le rapport cite en particulier le cas des indiens Gamela, dans l’État du Maranhão. Ces derniers ont essuyé en 2017 une tentative d’expulsion au cours de laquelle 22 des leurs ont été gravement blessés. Le rapport indique également que la plupart de ces affaires restent impunies, sans même que les exécutants ou les mandataires ne soient dénoncés. L’organisation pointe dans son rapport la responsabilité directe du gouvernement :

Plutôt que d’agir afin de mettre un terme à ces actes, le gouvernement du président Michel Temer et le pouvoir législatif continuent de remettre en cause les lois et les institutions qui protègent les terres et les droits des peuples autochtones. Dans le même temps, ils favorisent les manœuvres des grandes industries qui ne s’incommodent guère des dévastations humaines et environnementales liées à leurs activités, au risque d’accélérer la destruction de ces écosystèmes fragiles. (Global Witness 20185).

9Le gouvernement de Michel Temer a le bilan le plus désastreux en matière de reconnaissance des droits autochtones depuis le retour de la démocratie au Brésil. Trois décisions seulement ont été prises en faveur des droits des Amérindiens, dont une a été suspendue depuis, et une seule TI a été homologuée, celle de Baía do Guató (Mato Grosso). Au cours du Campement terre libre de 2018, à la requête insistante du mouvement autochtone, un groupe de travail a été formé afin d’analyser l’avis rendu par l’Avocat général de l’union. En réponse, le ministère de la justice a suspendu tous les processus de démarcation en cours afin de garantir « la sécurité juridique nécessaire et une compréhension cohérente » de l’avis de l’AGU. Cette décision officialise l’arrêt des procédures de démarcation de 12 TI au moins.

10Le gouvernement Temer a également ouvert d’autres fronts susceptibles de porter atteinte aux territoires autochtones. En novembre 2017, il a pris une mesure provisoire afin de légaliser l’affermage des TI à des producteurs. Cette mesure qui répond aux exigences du lobby de l’agro-business au Parlement est clairement inconstitutionnelle, en cela qu’elle porte atteinte au droit d’usufruit exclusif et à la propriété perpétuelle des amérindiens sur leurs terres. Le ministre de la justice, Torquato Jardim, a d’ailleurs fini par reconnaitre l’inconstitutionnalité de sa proposition qui, face au tollé qu’elle a suscité, a été retirée.

11Une autre critique récurrente des peuples autochtones à l’encontre du gouvernement Temer concerne la distribution très politique des postes de responsabilité au sein de la Fondation nationale de l’indien (Fundação Nacional do Índio – FUNAI). Ces postes ont été attribués de façon à satisfaire les intérêts du lobby de l’agro-business et d’autres secteurs anti-autochtones. Le démantèlement de la FUNAI un acte intentionnel, puisqu’il se traduit également par la baisse significative des moyens qui lui sont alloués, au point de rendre impossible la bonne organisation de ses missions, en particulier celles ayant trait aux démarcations, au contrôle, aux autorisations environnementales et à la protection des peuples isolés ou de contact récent. À cela s’ajoutent les effets dévastateurs de l’Amendement Constitutionnel 95, qui gèle les dépenses publiques pendant 20 ans.

12Le document final du Campement terre libre de 2018 dénonce également la mise à l’arrêt des programmes et des politiques publiques pourtant essentiels à la survie des territoires autochtones, à l’instar de la Politique nationale de gestion environnementale et territoriale des Terres indiennes (Política Nacional de Gestão Ambiental e Territorial das Terras Indígenas – PNGATI), le Programme d’achat d’aliments (Programa de Aquisição de Alimentos – PAA) et l’Assistance technique rurale (Assistência Técnica Rural – Ater Indígena) :

De telles défections font obstacle au bon développement de ces ethnies, à la gestion environnementale et à la protection des terres autochtones, dont résulte la présence toujours plus grande d’activités illégales et dommageables, tels que les activités minières, l’exploitation forestière, l’affermage et le lotissement de terres, le commerce et l’appropriation de terres pourtant bien démarquées par des personnes qui ne sont pas autochtones, ou le trafic de savoirs traditionnels, et d’autres menaces encore.

13En l’espace de deux ans, la FUNAI a eu pas moins de trois présidents. Antonio Costa, un pasteur évangélique qui a travaillé au Secrétariat de la santé autochtone (Secretaria de Saúde Indígena – SESAI), en a été le premier, avec l’appui du Parti social-chrétien (PSC). Le deuxième a été le général Franklimberg Ribeiro de Freitas. Bien que ces deux personnes aient reçu le soutien du lobby de l’agro-business, aucun d’entre eux n’a finalement satisfait pleinement aux intérêts du Front parlementaire de l’agriculture et de l’élevage (Frente Parlamentar Agropecuária – FPA). Tous deux ont d’ailleurs pointé du doigt l’ingérence du lobby au sein de la FUNAI lorsqu’ils durent renoncer à leur poste. L’actuel président est Wallace Moreira Bastos, dont la candidature a également été portée par les représentants de l’agro-business.

14La suspension ou le retard dans l’attribution des bourses pour les étudiants autochtones constitue une autre atteinte, alors même que les universités ont mis en place une politique de quotas en faveur de cette minorité. La question des bourses est particulièrement sensible, eu égard aux frais de logement, de bouche et de transport pour les Autochtones lorsqu’ils viennent s’installer en ville pour leurs études.

15À ces mesures s’ajoute encore toute une série de propositions qui visent à flexibiliser la procédure d’autorisation environnementale pour faciliter les investissements sur les TI, comme les projets de loi sénatoriale (PLS) 654/2015 et 168/2018 ou le projet de loi 3729/2004 présenté à la Chambre des députés. Ces dispositions, soutenues par le gouvernement, se font aux dépens des peuples isolés, restreignent la possibilité d’évaluer les impacts environnementaux aux seules TI homologuées, rendent les avis de la FUNAI non contraignants et instituent un moratoire très bref qui permet d’obtenir automatiquement une licence d’exploitation si la FUNAI ne rend pas son avis dans les délais impartis. Mais ces délais sont très courts et ne tiennent pas compte des contraintes inhérentes au travail de l’institution, qui doit envoyer des équipes sur place pour consulter les peuples autochtones avant de rédiger son avis. Par ailleurs, le gouvernement a soutenu la construction de nouvelles infrastructures sur les terres autochtones pour y développer notamment des industries minières.

16Lors de la Journée internationale des peuples autochtones, le 9 août 2018, les leaders de l’APIB et les associations amérindiennes membres du groupe de Mobilisation nationale autochtone ont organisé un évènement au Mémorial des peuples autochtones, un musée de Brasília, afin de dénoncer la paralysie des nouvelles démarcations depuis l’Avis 1/2017 de l’AGU. Le mouvement amérindien témoigne ainsi de sa résistance permanente face aux atteintes portées à ses droits.

17Ces offensives en nombre croissant reflètent la montée en puissance économique et politique du secteur agricole au sein du Congrès national6. Le gouvernement Temer a adhéré pleinement à son agenda. La stratégie des représentants de ce secteur vise à briser les droits territoriaux via les actions des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, et à remettre en cause l’usufruit autochtone sur ces terres. En 2012, la Confédération de l’agriculture et de l’élevage du Brésil (Confederação da Agricultura e Pecuária do Brasil – CNA) a financé une étude sur les peuples amérindiens : 1 222 entrevues ont été réalisées dans 32 villages de plus de 100 habitants, appartenant à 20 ethnies. Un échantillon partiel et tendancieux, quand on sait qu’il existe plus de 305 ethnies recensées par l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE)7. Chacune de ces ethnies constitue un univers culturel unique. Par ailleurs, l’échantillon ne concerne que des peuples lusophones, alors qu’il existe près de 180 langues autochtones.

18Malgré ces biais, les résultats de l’enquête ont été présentés comme représentatifs du profil des peuples autochtones au Brésil, à un moment où le conflit pour la terre entre Indiens et grands propriétaires terriens dans l’État du Mato Grosso do Sul faisait la une des médias et agitait l’opinion publique. Parmi les conclusions de l’étude, on trouve l’affirmation selon laquelle la répartition des terres serait un objet de préoccupation des Amérindiens, certes, mais d’une minorité d’entre eux seulement. Pourtant, ce même rapport indique que la terre est la deuxième préoccupation des peuples autochtones (24%), derrière la santé (29%) et devant 14 autres thèmes, tels que l’alimentation, l’emploi ou l’éducation.

19Cette étude, largement diffusée dans la presse nationale, tend à laisser croire que les préoccupations des peuples autochtones sont semblables à celles du reste de la société brésilienne, avec toutefois – mais à un niveau secondaire – quelques spécificités comme l’attention portée à la terre. Tel a été le motif de la campagne anti-autochtone que le secteur rural a promu ces dernières années, quitte à ignorer les données qui témoignent du fait que, là où il existe des terres de taille appropriée et de bonnes conditions environnementales, les Amérindiens sont moins dépendants de l’aide gouvernementale, puisqu’ils peuvent assurer leurs propres moyens de subsistance par le biais d’activités traditionnelles qui n’ont, elles, rien d’urbaines.

20L’agro-business a été le grand Ordonnanceur de ces stratégies variées pour limiter les droits sur la terre des autochtones. Il n’est pourtant pas le seul secteur économique à envisager ces peuples comme des figures de « l’ennemi ». Le secteur de l’hydroélectricité convoite également les terres amérindiennes, comme en témoigne l’exemple de l’usine hydroélectrique de São Luiz do Tapajós, sur le Rio Tapajós, un affluent de l’Amazone, à Itaituba (État du Pará). Cette usine est le premier maillon d’un complexe industriel qui pourrait compter à terme neuf barrages le long de cette rivière. L’Institut brésilien de l’environnement (Instituto Brasileiro do Meio Ambiente – IBAMA) n’a toutefois pas autorisé le barrage dont la construction supposait d’inonder la TI Sawré Muybu du peuple Munduruku au nom du respect des territoires autochtones garanti par la Constitution.

21Avec le soutien du Ministère public fédéral et de diverses ONG, le peuple Munduruku est à l’initiative d’un des mouvements de résistance les plus importants de l’histoire récente en Amazonie, capable de répondre aux attaques du gouvernement et d’entreprises, de veiller à l’auto-démarcation de leur territoire, tout en menant des opérations de communication d’une ampleur internationale. Ce projet hydroélectrique, comme l’implantation du réseau censé relier Manaus, en Amazonie, à Boa Vista, dans l’État de Roraima, sont à l’origine de plusieurs tentatives de modification des procédures d’autorisation de chantiers et de consultation des peuples autochtones. Ainsi, le projet de lignes électriques a été bloqué par la justice du fait de l’absence de consultation du peuple Waimiri Atroari. Des députés ont tenté de faire passer discrètement son approbation au sein d’une mesure provisoire qui traitait officiellement de la présence des réfugiés vénézuéliens dans l’État de Roraima. Le gouvernement lui-même a préparé un avant-projet de loi à cette fin.

22En qualité de pays signataire de la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (2004), le Brésil doit garantir le droit des peuples autochtones à être consultés à chaque fois qu’un gouvernement prend une décision les concernant. Or, ce droit n’a pas été garanti récemment. Les consultations, lorsqu’elles existent, sont réalisées de façon inadéquate et sans la rigueur qui s’impose. Voilà pourquoi les peuples autochtones ont pris l’initiative de définir leur propre protocole de consultation.

23C’est ce qu’ont fait les Waimiri Atroari face aux tentatives répétées du gouvernement pour permettre l’installation de lignes électriques. Leur protocole indique que tout chantier réalisé sur leurs terres par le gouvernement ou un groupe privé doit suivre des règles précises, la première exigence étant celle de la transparence : « Le gouvernement ne peut rien cacher, aucune information »8. Face aux attaques répétées, il n’est pas surprenant que la méfiance soit de mise chez les peuples autochtones.

24La lutte pour la terre est au cœur de graves violations des droits humains perpétrés par l’État brésilien contre les peuples autochtones tout au long de l’histoire de la formation du pays. Voilà pourquoi une politique indigéniste digne de ce nom devrait prendre la forme d’un travail cohérent de réparation, fondé sur les principes de la justice transitionnelle et articulé autour d’une série de mesures telles que la garantie de la démarcation de toutes les Terres indiennes (TI) au Brésil et la récupération des terres spoliées, la remise en valeur de ces terres souvent dévastées par des années d’occupation prédatrice, ainsi qu’une ample campagne publique de sensibilisation voire de réparation vis-à-vis des droits des peuples autochtones inscrits dans la Constitution. La mise en œuvre des recommandations du chapitre sur les peuples autochtones du rapport final de la Commission nationale de la vérité (Brésil CNV 2014, 253-54)9 constituerait un pas de géant en direction d’une politique structurée autour du principe de réparation et un mécanisme efficace pour mettre un terme aux violences commises, et donc réduire à terme les inégalités historiques en la matière. En l’état actuel, une telle réparation semble impossible, en dépit du fait que la Constitution de 1988 en ait établi les bases légales.

25Parmi les éléments de la Constitution dont les conséquences positives se font sentir aujourd’hui encore figurent l’abandon d’une politique systématique d’intégration, la reconnaissance des droits « originels » des Indiens sur les terres qu’ils occupent traditionnellement, l’abandon du régime de tutelle et l’auto-définition de ce que signifie l’expression de « terre occupée traditionnellement » (art. 231, § 1º), incluant la reconnaissance inédite de la préservation des ressources environnementales nécessaires au bien-être perpétuel des peuples autochtones.

26Les avancées majeures dans le processus de reconnaissance formelle des terres autochtones ont eu lieu au cours des années qui ont précédé la promulgation de la Constitution. L’espoir d’avancer alors dans le processus de démarcation des terres a précédé une phase postérieure caractérisée par l’irruption de nouveaux défis : la protection des TI et de leurs habitants contre les invasions, celui de la gestion, pris dans le sens d’une protection et d’un usage durable des ressources naturelles de ces terres par et pour les peuples autochtones. C’est dans ce contexte que des initiatives comme la Politique nationale de gestion territoriale environnementale des terres indiennes (PNGATI) ont été mises en place, afin de fournir les instruments nécessaires aux peuples autochtones pour qu’ils puissent gérer convenablement leurs territoires.

27Or, on constate aujourd’hui que la problématique traditionnelle de la reconnaissance des droits territoriaux, de protection des terres et de la conquête de la citoyenneté n’est toujours pas réglée. La reconnaissance formelle des TI ne permet pas toujours leur mise en œuvre dans les faits. Rien ne garantit aux peuples autochtones la jouissance sereine et pacifique des terres qui leur ont été concédées. Au contraire, la quasi-totalité des TI souffre encore de pressions, d’intrusions et d’invasions de diverse nature. La plupart des TI devant encore être identifiées se trouvent d’ailleurs dans les zones de colonisation ancienne, là où se concentre l’activité économique agricole et minière ; c’est-à-dire dans les régions Sud, Sud-Est, le Nordeste et dans le Mato Grosso do Sul – un État qui concentre à lui seul les conflits fonciers et les drames humanitaires les plus graves.

28La dernière année de la présidence Temer s’est donc signalée par une série de reculs majeurs, que ce soit via le pouvoir judiciaire (le recours à la thèse du « cadre temporel » et plusieurs décisions de justice), via le pouvoir législatif (l’appui fourni à une série de mesures attentatoires aux principes des droits originels des peuples autochtones et de leur usufruit exclusif des TI, comme la procédure de démarcation de ces terres) et via le pouvoir exécutif : la paralysie des procédures après l’Avis rendu par l’AGU, la proposition de « solutions non orthodoxes » quant aux revendications amérindiennes de démarcation des terres, la suspension des moyens alloués à la participation sociale (aucune réunion du Conseil national de la politique autochtone ne s’est tenue au cours des derniers mois), l’asphyxie budgétaire de la FUNAI (à quoi s’ajoute la distribution politique des postes de responsabilité) et la remise au goût du jour de mesures visant à l’assimilation forcée de ces territoires et de ces peuples, au détriment de la reconnaissance de leur identité. La somme de ces atteintes, reflet de la puissance du Front parlementaire de l’agriculture (FPA), compromet de façon pérenne l’accès à la terre pour les peuples autochtones et les communautés traditionnelles – prérequis pourtant nécessaire à la réparation, comme chemin pour en finir avec cette inégalité héritée des temps coloniaux.

29Malgré cela, l’activisme sans relâche du mouvement autochtone et des ONG qui luttent contre l’érosion des droits a permis de constituer une série de propositions qui pourraient être reprises, si les élections de 2018 venaient à bouleverser l’équilibre des forces actuel. Citons entre autres les résultats des processus participatifs institutionnalisés mis en œuvre par la CNPI qui, en dépit de leurs limites et difficultés, ont permis d’élaborer une nouvelle proposition de Statut des peuples autochtones en 2009. Citons également la Conférence nationale de politique indigéniste en 2015 (dont est issu un ensemble significatif de délibérations) et la PNGATI de 2012 (dont la mise en œuvre attend encore que les conditions d’application soient réunies). Il faut ajouter à cette liste les treize recommandations finales du chapitre relatif aux violations des droits humains des peuples autochtones, dans le rapport final de la Commission nationale pour la vérité (CNV).

30L’ensemble de ces propositions, résultant de processus participatifs dans lesquels le mouvement autochtone et les gouvernements successifs se sont investis, pourrait constituer les fondements d’une nouvelle politique, capable de réduire les inégalités tout en mettant en valeur les différences.

Haut de page

Notes

1 Disponible sur : http://apib.info/2018/04/26/documento-final-do-acampamento-terra-livre-2018/ (consulté le 20 Août 2018)

2 Selon la législation brésilienne, les Terres indiennes (TI) qualifient ces territoires occupés traditionnellement par les peuples amérindiens, et dont les droits d’usufruit et de propriété sont garantis par la Constitution de 1988. [note des traducteurs]

3 Disponible sur : http://g1.globo.com/jornal-nacional/noticia/2013/06/governo-anuncia-mudancas-na-demarcacao-de-terras-indigenas.html (consulté le 19 août 2018)

4 Voir l’article de Susana Bleil dans ce volume.

5 Disponible sur : https://www.globalwitness.org/en/campaigns/environmental-activists/a-que-pre%C3%A7o/ (consulté le 20 Août 2018)

6 Voir le texte de Marcelo Sampaio Carneiro et Julien Blanc dans ce volume.

7 Disponible sur : https://www.socioambiental.org/pt-br/blog/blog-do-isa/cna-lanca-cortina-de-fumaca-sobre-disputa-por-terras-indigenas (consulté le 20 Août 2018)

8 Disponible sur :https://acervo.socioambiental.org/sites/default/files/documents/WTL00006.pdf (consulté le 20 Août 2018).

9 Disponible sur http://comissaodaverdade.al.sp.gov.br/relatorio/tomo-i/parte-ii-cap2.html (consulté le 19 Août 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adriana Ramos, « Les atteintes au droit des peuples autochtones et la crise politique au Brésil », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 27 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/3115 ; DOI : 10.4000/bresils.3115

Haut de page

Auteur

Adriana Ramos

Adriana Ramos est coordinatrice du Programa de Política e Direito Socioambiental de l’Instituto Socioambiental – ISA, représentante des organisations non-gouvernementales au sein du Comitê Orientador do Fundo Amazônia et membre de la direction exécutive de l’Association Brésilienne des ONGs (ABONG). Elle a fait des études de communication sociale et est engagée dans le champ des politiques environnementales.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals