Navigation – Plan du site
Dossier Présence musulmane au Brésil

Le rôle des mosquées dans l’accueil des réfugiés syriens à São Paulo : entre confessionnalisation des solidarités et intégration à la société brésilienne

O papel das mesquitas na recepção dos refugiados sírios em São Paulo: entre confessionalização das solidariedades e integração na sociedade brasileira
The Role of Mosques in Welcoming Syrian Refugees in São Paulo: between the « Sectarianization » of Solidarities and the Integration into Brazilian Society
Cecilia Baeza

Résumés

Le Brésil est, en dehors du Moyen-Orient, le pays du Sud global qui a accueilli le plus grand nombre de réfugiés en provenance de Syrie. Le gouvernement accorde depuis septembre 2013 un « visa humanitaire » offrant une route légale, sûre, et non sélective aux réfugiés syriens. Les mosquées, pourtant relativement peu nombreuses au Brésil, ont joué un rôle de premier plan dans leur accueil. Cet article se penche sur les ressorts de cette implication. La première partie analyse la fonction d’assistance des associations musulmanes auprès des réfugiés syriens, au regard à la fois des carences de l’État et de la concurrence des autres acteurs de la société civile. La deuxième s’intéresse à la dimension identitaire et politique de cette solidarité musulmane en montrant, en particulier, pourquoi le registre confessionnel a pris le dessus sur le lien au pays d’origine. La dernière partie, enfin, interroge le rôle des mosquées dans l’intégration des réfugiés syriens à la société brésilienne.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2018 ; approuvé en juillet 2018.

Texte intégral

  • 1 Bien que le gouvernement brésilien utilise cette terminologie, il ne s’agit en réalité que d’un sim (...)
  • 2 Résolution normative n° 17, Diário Oficial da União, Seção 1, n° 185, 24 septembre 2013. La résolut (...)
  • 3 En décembre 2017, ce nombre s’élevait à 9 150 personnes environ. D’après les chiffres du Comité nat (...)

1Le Brésil est, en dehors du Moyen-Orient, le pays du Sud global qui a accueilli le plus grand nombre de réfugiés en provenance de Syrie. En effet, le gouvernement accorde depuis septembre 2013 un « visa humanitaire1 » à toute « personne touchée par le conflit armé en [Syrie] et qui souhaite se réfugier au Brésil2 ». D’après le ministère des Affaires étrangères, près de 10 000 Syriens et Palestiniens de Syrie ont obtenu ce document depuis la promulgation de la résolution3. Cette modalité d’entrée offre une route légale, sûre et non sélective à ces réfugiés, faisant du Brésil une figure d’exception au regard des dispositifs destinés aux Syriens ailleurs dans le monde.

2Le nombre de personnes accueillies par le Brésil peut paraître dérisoire face aux plus de cinq millions de réfugiés syriens principalement répartis entre la Turquie, le Liban et, dans une moindre mesure, la Jordanie. Néanmoins, comparé à un pays comme la France, qui en décembre 2016 avait reçu quelques 16 000 Syriens (depuis 2011), le Brésil ne fait pas mauvaise figure, et ce d’autant que cette politique n’est pas le résultat d’une « pression » migratoire – les flux de réfugiés syriens ne prenant pas, a priori, le chemin du Brésil – mais bien d’une décision proactive du gouvernement de la présidente Dilma Rousseff (2011-2016).

  • 4 « Dilma Rousseff: ‘Brasil está de braços abertos para receber refugiados’ », ONU News, 28 septembre (...)

3Un tel geste ne relève pas uniquement des valeurs de l’hospitalité et de la générosité, comme semble y renvoyer l’expression de « bras ouverts pour recevoir les réfugiés » employée par la présidente pour qualifier son action4. Il s’agissait également de promouvoir, à peu de frais, l’image internationale du Brésil dans un contexte de « crise globale des réfugiés ». Or, en aval de la mesure des visas humanitaires, l’État brésilien n’a en réalité engagé que très peu de moyens pour un accueil effectif. C’est pour combler ce vide que les institutions musulmanes ont été amenées à jouer un rôle de premier plan. Les mosquées, pourtant relativement peu nombreuses au Brésil, ont ainsi souvent été les premières interfaces entre ces Syriens et leur société d’accueil.

  • 5 Voir notamment les journées d’études « Enquêter sur la bienfaisance. Approches comparatives des pra (...)

4Cet article se penche sur les ressorts de cette implication et ses conséquences au Brésil. Le champ de la « bienfaisance » et de l’« humanitarisme » fait l’objet d’un intérêt croissant5, notamment dans le contexte de la « crise des réfugiés ». Les acteurs religieux, très présents sur ce terrain au Moyen-Orient, sont particulièrement scrutés. En effet, les organisations internationales et les ONG laïques s’inquiètent du fait que les associations islamiques utiliseraient l’aide humanitaire pour faire du prosélytisme politico-religieux auprès des réfugiés, voire sélectionneraient ceux qu’elles assistent en fonction de leur religion ou de leur appartenance politique supposée (Hasselbarth 2014 ; Schmelter 2016).

5Il s’agira moins ici de comprendre les motivations et le sens attribué à ce registre d’action par les mosquées que d’explorer les fonctions qu’il remplit auprès des récipiendaires de cette aide. On se placera donc davantage du point de vue des réfugiés que de celui des acteurs religieux. Sur le plan méthodologique, cet article se fonde sur une recherche ethnographique et des entretiens commencés en 2016 dans la ville de São Paulo, ainsi que sur une série d’articles parus dans la presse brésilienne, des documents officiels rédigés par les institutions et, enfin, la production académique qui commence à voir le jour sur ce sujet au Brésil. L’article se divise en trois parties : la première analyse la fonction d’assistance des mosquées auprès des réfugiés syriens, au regard à la fois des carences de l’État et de la concurrence des autres acteurs de la société civile. On s’intéressera ensuite à la dimension identitaire et politique de cette solidarité musulmane, et l’on verra en particulier pourquoi le registre confessionnel a pris le dessus sur la solidarité liée au pays d’origine, alors que réside au Brésil, depuis plus d’un siècle, une importante diaspora syro-libanaise. La dernière partie, enfin, interrogera le rôle des mosquées dans l’intégration à la société brésilienne des réfugiés syriens.

Les mosquées : premier réseau d’assistance

  • 6 Pour simplifier l’écriture de l’article, on parlera ici de « Syriens » et de « réfugiés syriens » ; (...)
  • 7 Dans une enquête réalisée auprès de 249 réfugiés syriens par des démographes de l’Université de l’É (...)
  • 8 Interviewé par El Pais, un certain Abdo Ghannoum commente ainsi la mort d’Aylan Kurdi : « Ça aurait (...)
  • 9 Les prénoms des personnes interviewées ont été changés pour protéger leur anonymat. Toutes les cita (...)

6Lorsque les Syriens6 arrivent à l’aéroport international de Guarulhos, dans la banlieue de São Paulo, l’immense majorité ignore tout ou presque du Brésil. Pour la plupart, ce pays relève davantage de la dernière chance que du choix. Ce n’est qu’après avoir épuisé toutes les autres options, tant du point de vue de la légalité de la résidence que de la survie économique – le Liban, l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Turquie sont les plus cités –, qu’ils se sont résolus à envisager d’autres destinations, plus lointaines et moins familières. Environ un tiers de ceux qui sont prêts à tenter l’aventure brésilienne sont des jeunes hommes (20-29 ans) célibataires7. Les autres sont en général des couples avec enfants. Pour tous, surtout pour les familles, opter pour le Brésil c’est refuser la terrible incertitude et les dangers associés à la route illégale vers l’Europe. Celle-ci impose en effet soit de se séparer sans garanties – le père partant généralement le premier et faisant les démarches pour obtenir le regroupement familial, un processus long et incertain –, soit de mettre en péril la vie de toute la famille dans la traversée de la Méditerranée. La mort du petit Aylan Kurdi en septembre 2015 est souvent citée8. Même si la distance géographique et l’image d’un pays relativement pauvre ne font pas du Brésil le pays d’accueil rêvé par les Syriens, la délivrance de visas permet de construire un projet d’exil sûr. Bassel9, guide touristique d’une vingtaine d’années, originaire de Damas, se souvient du dîner où ses parents, ses frères et sa sœur se sont résolus à quitter la Syrie pour le Brésil :

  • 10 Tous les entretiens sont librement traduits à partir de l’anglais, du portugais ou de l’arabe et, l (...)

On avait tout essayé, mais rien n’avait marché. Nos demandes de visa avaient été refusées partout […]. Moi je suis fan de rock métal et on avait un groupe avec mon frère en Syrie […]. Bref, un jour j’ai posté un message d’appel à l’aide sur une page Facebook de métal… Là un Brésilien nous a répondu, c’est lui qui nous a appris l’existence des visas humanitaires au Brésil… Il nous a envoyé des informations, et c’est comme ça qu’un soir, on a fait une réunion de famille, on a fait le point, et on s’est dit que c’était la seule option. Pour ma mère surtout, il n’était pas question qu’on se sépare en tant que famille, sans savoir si on pourrait se revoir vivants un jour… Si on partait de Syrie c’était pour être en sécurité ensemble […]. Je suis d’abord parti avec mon frère pour trouver un logement, préparer notre installation. C’était très dur au début […]. Deux mois plus tard, le reste de la famille nous a rejoints au Brésil.10

  • 11 Il existe un Espaço Conector pour ceux/celles qui n’ont pas été admis sur le territoire brésilien. (...)
  • 12 Le nom a récemment été changé pour Somos Árabes do Brasil [Nous sommes Arabes du Brésil]. Voir : ht (...)

7L’histoire de Bassel témoigne de ces sociabilités d’urgence qui se mettent en place par le bouche-à-oreille ou sur les réseaux sociaux avant le voyage ou bien une fois arrivés au Brésil, et ce dès l’aéroport. La police fédérale, en charge du contrôle des frontières internationales, n’a en effet rien prévu pour orienter ces réfugiés11. Elle ne s’est dotée ni de guides pratiques à leur attention ni d’interprètes. Ils sont donc obligés de se débrouiller seuls. Avec la première vague de visas humanitaires, nombreux sont les Syriens qui se sont ainsi retrouvés à dormir une ou plusieurs nuits à l’aéroport, simplement parce qu’ils n’avaient aucune idée de l’endroit où ils pouvaient se rendre. Les années passant, quelques informations ont commencé à circuler et à s’échanger entre réfugiés : nom d’une personne référence ou d’un ami déjà installé, numéros de téléphone, nom d’un hôtel, indication d’une démarche administrative à suivre. Facebook est devenu un appui décisif. C’est le cas, par exemple, du compte « Arabes du Brésil » qui constitue depuis 2014 l’une des plateformes les plus utilisées par les réfugiés syriens12.

  • 13 Les Syriens arrivés au Brésil sont de tradition musulmane sunnite dans leur très grande majorité. O (...)
  • 14 La Société de bienfaisance musulmane est la plus ancienne. Fondée en 1927 par des immigrants palest (...)
  • 15 Au Brésil, les mosquées sont administrées par des associations reconnues et enregistrées selon les (...)

8Les premiers points de repère disponibles sont souvent liés, d’une manière ou d’une autre, à une mosquée13. Dans le grand São Paulo, les lieux qui reviennent le plus fréquemment dans les entretiens sont la mosquée du district du Pari (Mesquita do Pari), dans le quartier de Brás, tenue par la Ligue de jeunesse islamique de bienfaisance (Liga da Juventude Islâmica Beneficente do Brasil) ; la mosquée Brésil (Mesquita Brasil), dans le quartier de Cambuci, administrée par la Société de bienfaisance musulmane (Sociedade Beneficente Muçulmana14) ; la mosquée de Guarulhos, dans la ville éponyme, animée par la Société islamique brésilienne (Sociedade Islâmica Brasileira) ; et la mosquée de la Miséricorde (Mesquita Misericórdia), dans le sud de São Paulo, gérée par la Société de bienfaisance musulmane de Santo Amaro (Sociedade Beneficente Muçulmana de Santo Amaro15). C’est au sein de ces institutions religieuses que les réfugiés syriens ont bien souvent trouvé leur premier hébergement – sur place ou à proximité –, ont été informés des procédures d’obtention de la résidence une fois leur visa expiré, ont connu leur premier employeur et, parfois, reçu leur premier cours de langue portugaise. Habitat, démarches administratives, emploi, apprentissage de la langue du pays d’accueil : il s’agit précisément des besoins principaux en pareille situation.

Un domaine d’intervention faiblement doté

  • 16 Refúgios em números, 3e éd., Brasília: Secretaria Nacional da Justiça, Ministério da Justiça, 2018.
  • 17 À l’exception des réfugiés faisant partie des programmes de réinstallation mis en œuvre conjointeme (...)

9Les institutions musulmanes ne sont pourtant pas les seules à avoir investi ce terrain. Avec près d’une centaine d’ONG, le réseau de soutien aux réfugiés connaît au Brésil un développement notable depuis environ dix ans. Celui-ci accompagne la croissance du nombre d’arrivées depuis que le Brésil s’est doté d’un texte législatif (loi n° 9.474 du 22 juillet 1997) définissant les mécanismes de mise en œuvre de la Convention de 1951 dont il était signataire depuis 1952 (Nogueira & Marques 2008). Le pays comptait en 2017 près de 10 000 personnes de 82 nationalités différentes bénéficiant de ce statut et plus de 86 000 attendant l’examen de leur dossier16. La politique d’asile ainsi définie est plutôt généreuse : la notion de réfugié est élargie par rapport à la convention internationale et, de plus, le dépôt d’une demande de statut ouvre sans délai une série de droits (droit au travail, accès aux programmes sociaux et aux services publics) qui courent en attendant la décision du Comité national des réfugiés (CONARE). Ouvert quant aux principes, le Brésil n’est cependant pas irréprochable lorsqu’on examine les moyens qu’il engage pour rendre possible l’intégration. Ni logement ou abris d'urgence, ni cours de langue, ni intégration au marché du travail17 : l’État fédéral n’alloue aucun fonds spécifique ; tout ou presque repose sur les ONG et, le cas échéant, sur les collectivités territoriales – autrement dit les villes et les États fédérés.

10La principale et la plus ancienne des organisations de la société civile travaillant sur ce problème est Caritas, une association catholique liée aux diocèses locaux, à qui le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) délègue depuis plusieurs décennies ses missions d’accueil et d’intégration. À São Paulo, toutes les autres ONG ont moins de dix ans. C’est le cas de l’Instituto de Reintegração do Refugiado – ADUS [Institut de réinsertion des réfugiés], créé en 2010, ou de I Know My Rights – IKMR [Je connais mes droits] ouvert deux ans plus tard et qui s’est spécialisé dans les droits des enfants de 0 à 12 ans (éducation, santé, logement, culture). Fondé en 2014, Compassiva [Compatissante] s’occupe, en particulier, de la revalidation des diplômes. Migraflix promeut depuis 2015 l’insertion économique et sociale notamment par la voie du micro-entrepreneuriat. Oásis Solidário [Oasis solidaire], créée en 2013, est un cas à part, car cette organisation est en partie liée aux institutions musulmanes. Même si elle a été dissoute en 2017 à la suite de dissensions internes, elle a joué pendant quatre ans un rôle important auprès des réfugiés de Syrie. Fondée par des immigrés syriens et libanais, elle fut la seule ONG à développer des programmes qui étaient prioritairement destinés aux personnes issues de Syrie, bien qu’elle ait aussi œuvré auprès de réfugiés d’autres nationalités. En plus de cours de langue et d’une aide aux démarches administratives, elle fournissait un panier alimentaire de base ainsi que d’autres produits de première nécessité. Le rapport entre Oásis Solidário et le milieu associatif musulman était organique : Amer Masarani, fondateur et président de l’association, est membre de la direction de la Ligue de jeunesse islamique de bienfaisance ; Mohamad al Bukai, son vice-président, a officié comme cheikh à la mosquée de Guarulhos puis à celle de Santo Amaro. Les locaux de l’ONG ont longtemps été situés au deuxième étage de la mosquée du Pari. Malgré ces liens forts, elle n’était pas à proprement parler une organisation islamique, dans la mesure où son fonctionnement ne s’inscrivait pas dans un registre strictement religieux. Par exemple, plusieurs membres de l’équipe n’étaient pas musulmans.

11En ce qui concerne les collectivités territoriales, la municipalité de São Paulo a été parmi les plus actives en lançant en 2014 le Centro de Referência e Acolhida para Imigrantes - CRAI [Centre de référence et d’accueil pour les immigrants] qui, en plus d’un soutien dans divers domaines, propose un hébergement d’urgence pour une centaine de personnes. Le secteur privé, pour sa part, a lui aussi commencé à prendre part à ces initiatives. Le Serviço Nacional de Aprendizagem Industrial – SENAI [Service national d’apprentissage industriel], le Serviço Nacional de Aprendizagem Comercial – SENAC [Service national d’apprentissage commercial] et le Serviço Social do Comércio – SESC [Service social du commerce] proposent par exemple des formations pour renforcer les capacités professionnelles et les compétences techniques des réfugiés. En 2011, a été lancé le Programa de Apoio para Recolocação dos Refugiados – PARR [Programme de soutien à la réinsertion des réfugiés], une plateforme dont les membres sont des entreprises et dont le but est de mieux intégrer les réfugiés au marché du travail.

12Pour autant, toutes ces actions restent très modestes car les organisations qui les développent sont pauvres en moyens humains et financiers. Sans soutien ou presque de l’État fédéral et bénéficiant d’aides très limitées de la part de l’UNHCR, l’assistance aux réfugiés repose au Brésil en grande partie sur le bénévolat. Preuve des difficultés à couvrir les besoins, une majorité des 265 réfugiés syriens ayant répondu à une enquête réalisée par l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp) en 2015 déclarait n’avoir bénéficié d’aucune aide (Calegari & Justino 2016). Pourtant, au cours des entretiens menés avec cette population, il a été confirmé que la plupart de ces ONG étaient connues et que plusieurs avaient été approchées, de façon plus ou moins régulière, laissant percevoir une croissance régulière de la portée de leur action au fil des années. Néanmoins, ce sont les mosquées qui sont arrivées en tête des institutions les plus citées et ce sont elles encore qui ont été le support des liens les plus durables.

  • 18 Depuis les années 1980, l’Iran aide à la construction des mosquées chiites. L’Arabie saoudite, la T (...)
  • 19 L’islam exige que les musulmans donnent chaque année 2,5 % de leur richesse et de leurs biens à des (...)
  • 20 D’après Sarah Hasselbarth (2014, 6), depuis le déclenchement de la crise syrienne, les associations (...)

13Les moyens des associations musulmanes qui administrent ces mosquées ne sont pourtant pas de beaucoup supérieurs à ceux des autres organisations de la société civile. Si la construction des édifices a pu bénéficier d’une aide étrangère18, le financement du fonctionnement de la plupart de celles de la ville provient quasi exclusivement de l’aumône (zakat)19 et de levées de fonds à l’occasion de campagnes de donation volontaire parmi les fidèles. À São Paulo, le nombre de musulmans est suffisant pour faire fonctionner correctement les associations islamiques ; qui plus est, certains contributeurs sont de prospères commerçants et de petits industriels du textile qui font des dons conséquents. La Société de bienfaisance musulmane est la plus prospère. Elle administre la mosquée Brésil que Paulo Pinto (2005, 236) qualifie de « mosquée cathédrale » à cause de ses dimensions et de sa portée symbolique que confortent une école islamique (avec plus de 400 élèves) et un cimetière. La plupart du temps, c’est dans les locaux même de ces édifices ou dans leurs propriétés attenantes, qu’ont pu être hébergés temporairement plusieurs familles réfugiées. La Fédération des associations musulmanes du Brésil (Federação das Associações Muçulmanas do Brasil - FAMBRAS) dont les revenus proviennent de la certification des produits halal au Brésil – un marché en plein essor à l’exportation – a fourni plus ou moins régulièrement de l’aide financière. On est en tout cas très loin de la configuration des réseaux de charité islamique dont les fonds proviennent d’États capables d’engager d’importants moyens, comme le font la Turquie, le Qatar, le Koweït ou l’Arabie Saoudite au Moyen-Orient20 (Ababsa 2016 ; Hasselbarth 2014).

Les mosquées et les réseaux communautaires : à la fois premiers et ultimes recours

14Les facteurs financiers ne peuvent donc être les seuls privilégiés pour comprendre la plus grande proximité des mosquées avec les réfugiés syriens. Trois autres, tout aussi importants, ont été soulignés par l’enquête : les attentes en matière d’aide sociale forgées en Syrie, l’usage de la langue arabe et l’accès aux réseaux communautaires. En Syrie, la montée en puissance des acteurs religieux face à un État providence défaillant a en grande partie modelé les pratiques et les représentations des réfugiés qui arrivent au Brésil : où mieux trouver un soutien qu’à la mosquée, quand celle-ci s’est imposée dans l’esprit des Syriens comme l’espace par excellence de l’aide sociale ? En effet, la maigre place laissée à la « société civile » dans la Syrie autoritaire du clan al-Assad a été occupée, de manière croissante depuis les années 2000, par les associations de bienfaisance islamiques (Ruiz de Elvira Carrascal 2014 ; Pierret & Selvik 2009). La politique de « détente » avec le mouvement islamique initiée par le régime dans les années 1990 pour regagner en légitimité, combinée au désengagement de l’État syrien dans le domaine social à partir des années 2000, expliquent cet essor. Dès lors, si la dimension religieuse a pu jouer un rôle déterminant pour les plus pratiquants d’entre les réfugiés, c’est aussi par réflexe social et par méconnaissance de l’univers des ONG qu’ils se sont d’abord et avant tout tournés vers les mosquées. Bassel, s’il juge positif le rôle de celle de Guarulhos où il a trouvé du soutien, estime, avec le recul, être peut-être passé à côté d’autres options : « On va dire que ça a été notre erreur à mon frère et moi… de ne pas être allés à São Paulo pour chercher les autres ONG qui aident les réfugiés ici … »

  • 21 « Conheça a equipe de tradutores e intérpretes de árabe da CASP », Caritas, 11 septembre 2017. Disp (...)

15C’est également l’usage de la langue arabe qui fait l’attractivité des mosquées. Il est de fait plutôt rare de trouver des professionnels arabophones dans les ONG. Certes, Caritas s’est dotée depuis 2014 d’une équipe de traducteurs et d’interprètes bénévoles : tous Brésiliens, ils ont appris l’arabe à l’université21. Il en est de même à Bibliaspa, une association à l’origine dédiée à la promotion de la culture arabe au Brésil et qui offre depuis 2015 des cours de portugais aux réfugiés. Elle est dirigée par un professeur de littérature arabe de l’Université de São Paulo, Paulo Elias Farah, qui sert directement d’interprète lorsque le besoin s’en fait sentir. Les relais linguistiques occupent cependant une place relativement marginale au sein de ces organisations et restent en conséquence peu connus des réfugiés syriens. Les mosquées, elles, communiquent sur les réseaux sociaux en arabe et en portugais. Pour Mohamed, Palestinien de Yarmouk et jeune ingénieur en chimie arrivé seul fin 2014, l’arabe est leur atout clef :

C’est ça la difficulté pour les Syriens… avec la police fédérale, Caritas… ils ne peuvent pas communiquer en portugais… et ces organisations malheureusement n’ont personne qui parle arabe pour aider… Tu vois ? Si je ne me trompe pas, Caritas, c’est seulement récemment qu’ils ont recruté un Brésilien qui parle arabe… Mais à la police fédérale, non… faire un document, demander le statut de réfugié, c’est impossible… C’est à la mosquée qu’on a trouvé des gens avec de l’expérience pour nous aider… Amer Masarani a beaucoup aidé au début, il a formé un groupe qui accompagne les gens à la police fédérale.

16L’accès aux réseaux de la communauté arabo-musulmane est le troisième élément le plus présent dans les entretiens. C'est en effet dans les mosquées que les réfugiés ont le plus souvent l’occasion de rencontrer des employeurs ou des hébergeurs potentiels. Il ne s’agit plus là des missions d’assistance sociale liées à la charité islamique mais, simplement, d’une mise en relation avec des contacts utiles : « Ce n’est pas une aide “humaine”, souligne Bassel, on doit prouver qu’on a de l’argent. » Mohammed se souvient :

La majorité des Syriens, le premier emploi, ils l’ont trouvé par ces contacts à la mosquée… des commerçants qui fréquentent la mosquée, des entrepreneurs, une relation des gens de la mosquée […]. C’est comme ça que ça s’est passé aussi pour moi… Là, j’ai rencontré un jeune Syrien, son patron venait à la mosquée, et il m’a embauché aussi […]. Pareil pour le logement, avec un autre Syrien de la mosquée, qui m’a aidé à sortir de l’hôtel.

17Que ce soit dans la ville de Guarulhos, à proximité de l’aéroport international, ou dans le quartier de Brás à São Paulo, quartier populaire voué au commerce des textiles où se trouvent d’importants groupes d’immigrés, notamment du Moyen-Orient, les mosquées ont été construites au plus près des lieux de résidence et de travail des communautés arabo-musulmanes existantes. La mosquée du Pari, à Brás, par exemple, est particulièrement connue pour avoir été construite pour des immigrants arabes de première génération dans les années 1990. D’après Cristina Maria de Castro (2014), il y a là 200 familles dont un grand nombre est originaire de la ville libanaise de Tripoli.

18Ces facteurs conjugués donnent au soutien prodigué par les mosquées une dimension qui dépasse largement la simple référence religieuse. Ainsi, Ayman, un journaliste proche de l’extrême-gauche en Syrie comme au Brésil, a choisi de suivre les cours de portugais à la mosquée : « Je me fiche de l’aspect religieux… le professeur ne nous embête pas avec ça… au moins il parle arabe. »

La dimension identitaire et politique

  • 22 La proportion de Brésiliens convertis à l’islam varie d’une mosquée à l’autre. La mosquée du Pari e (...)
  • 23 Ceci ne veut pas dire que tous les fidèles de tradition musulmane soient d’origine arabe. On trouve (...)

19Les mosquées ne répondent pas uniquement aux attentes pratiques des réfugiés syriens. Fréquenter ces espaces revêt également une dimension identitaire. Plus la distance culturelle entre le pays d’origine et le pays d’accueil est grande, plus les sentiments de vulnérabilité et d’isolement peuvent être intenses (Ting-Toomey 2005). Au Brésil, les nouveaux arrivants se trouvent confrontés à un environnement dont ils ne possèdent pratiquement aucun des codes : ni la langue, ni la religion, ni les normes sociales. Si tous et toutes sont prêts à d’importants efforts pour trouver leur place dans la société, la mosquée leur offre en contrepartie un lieu de sociabilité, un espace social rassurant dont ils maitrisent les règles et où ils peuvent se retrouver sans subir la fatigue psychique d’avoir constamment à s’adapter à leurs interlocuteurs. C’est particulièrement vrai pour les femmes portant le hijab, qui sont les premières à souffrir du regard curieux voire inquisiteur d’une bonne partie de la population brésilienne, même si celui-ci n’est pas toujours malveillant. À la mosquée, on peut aussi rencontrer des Brésiliens, mais ce sont des convertis22. Pour Suha et Maha, deux sœurs de 19 et 21 ans très pratiquantes et qui portent le hijab, cet aspect est d’autant plus important qu’elles espèrent y rencontrer leur « futur mari ». Il y a aussi et surtout l’assurance d’y trouver d’autres Arabes, réfugiés et/ou d’immigration récente23. Si la prière est conduite alternativement en arabe et en portugais, ou seulement en arabe selon les mosquées, ce qui importe vraiment pour les réfugiés syriens, c’est que dans cet espace, les échanges se font en arabe dialectal syro-libanais et que l’on y mange souvent, lors de la célébration des fêtes religieuses, une cuisine orientale. Comme l’a bien montré Paulo Pinto à propos de la mosquée Brésil, ce sont des « espaces communautaires qui [vont] au-delà de [leurs] fonctions strictement liées au rituel religieux » (Pinto 2005, 237). La célébration des mariages et des naissances contribue à ponctuer le temps partagé et à renforcer ce lien. L’islam devient dès lors le lieu et la relation qui rendent possible la continuité culturelle, le marqueur qui permet de se reconnaître (soi-même et entre pairs) malgré les bouleversements provoqués par l’exil forcé.

Les institutions de la diaspora syro-libanaise et les réfugiés : une distance sélective

  • 24 Pour une analyse de la fluidité structurelle de la démographie des immigrés arabophones et de leurs (...)

20Ce confort identitaire, ici assuré par des institutions religieuses, aurait pu être trouvé dans d’autres espaces, comme ceux de la solidarité liée au pays d’origine, dans la mesure où réside au Brésil depuis plus d’un siècle une importante diaspora venue de Syrie et du Liban. S’il est extrêmement difficile de donner des chiffres fiables24, on estime au moins à un demi-million le nombre de descendants de Syriens au Brésil (Baeza & Pinto 2016). Certes, la frontière entre culture et religion est extrêmement poreuse dans le cas des associations musulmanes citées, dans la mesure où la majorité de leurs membres sont des Arabes levantins. Pour autant, ce lien entre ethnicité et religion n’est pas indissoluble. Une bonne partie des associations fondées par la diaspora syro-libanaise au Brésil entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe se sont construites autour d’une identité ethno-nationale ou ethno-locale, sans dimension confessionnelle. Rien qu’à São Paulo, c’est le cas du prestigieux Hôpital syro-libanais (Hospital Sírio-Libanês), du club Homs (Clube Homs), du club Alep (Clube Alepo), de l’Hôpital du cœur (HCor) issu de l’Association du sanatorium syrien (Associação do Sanatório Sírio), du Foyer syrien pour l’enfance (Lar Sírio Pró-Infância), de la crèche Adélia Curi créée par l’Association de bienfaisance syro-libanaise (Associação Beneficente Sírio-Libanesa) ou encore du Club sportif syrien (Esporte Clube Sírio). Or ces institutions, pourtant richement dotées, n’ont pas été en première ligne dans l’accueil des réfugiés.

  • 25 « Após críticas, Brasil diz que facilitará entrada de refugiados sírios », BBC Brasil, 24 septembre (...)

21Cela pourrait paraitre d’autant plus surprenant que le gouvernement avait justifié en partie l’octroi de visas humanitaires aux Syriens par les « liens historiques entre la Syrie et le Brésil où réside une grande population originaire de ce pays25 ». Certes, cette association entre réfugiés nouveaux venus et descendants de Syriens de deuxième, troisième, voire quatrième génération relevait en partie d’une vision essentialiste de la part des autorités publiques. Les membres de la diaspora syrienne au Brésil ayant pour la plupart perdu l’usage de la langue arabe communiquent avec les réfugiés aussi difficilement que le reste de la population. En revanche, leur commune identification sentimentale à une « syrianité » imaginée est bien réelle, au moins pour ce qui est des membres les plus actifs des organisations diasporiques qui, pour autant, ne se sont pas prononcées publiquement en faveur de l’accueil des réfugiés.

  • 26 Par confessionnalisation, on entend ici le processus de mobilisation politique des différences reli (...)

22Pour comprendre cette « non-rencontre » entre les organisations de la diaspora et les réfugiés, il faut tenir compte du processus de polarisation identitaire engendré par la guerre. Du côté des institutions syro-libanaises au Brésil, plusieurs facteurs ont poussé à un alignement avec le gouvernement de Bachar al Assad (Baeza & Pinto 2016) : la mobilisation transnationale des identités religieuses ; l’action du Baath et du Parti social-nationaliste syrien (PSNS), partis nationalistes autoritaires très actifs au sein de la diaspora en Amérique du Sud ; la politique de captation de cette diaspora par le régime de Damas depuis 2002 ; la lecture du conflit syrien à travers le prisme de la culture politique anti-impérialiste latino-américaine. Le processus de confessionnalisation (sectarianization)26 et de communautarisation est une dimension d’autant plus importante ici que la composition religieuse de la diaspora syro-libanaise au Brésil est inversement proportionnelle à celle qui prévaut en Syrie. La très grande majorité des migrants venus du Levant à la fin du XIXe siècle et au début du XXe étaient des chrétiens maronites (essentiellement côté libanais), puis orthodoxes et melkites. La composante musulmane au Brésil est certes principalement sunnite, mais compte une proportion non négligeable de chiites, laquelle s’est accrue pendant la guerre civile libanaise avec l’immigration en provenance du Sud-Liban occupé par Israël en 1982. Une petite communauté d’alaouites et de druzes est également présente. Les musulmans sunnites sont par conséquent très largement minoritaires dans la diaspora syro-libanaise au Brésil.

  • 27 « Em SP desde o século 19, comunidade síria se reúne para ajudar refugiados », Folha de S. Paulo, 2 (...)
  • 28 Voir « Doação de ambulâncias para a Síria », FEARAB, 28 avril 2016. Disponible sur : http://fearab. (...)

23Sous l’influence des phénomènes évoqués ci-dessus, les institutions chrétiennes, chiites et alaouites du Brésil ont commencé à reproduire publiquement les discours disqualifiant l’opposition sunnite au régime de Damas. Elle a été majoritairement dépeinte comme étant mue par l’argent saoudien et l’impérialisme américain contre la résistance à Israël, les voix dissidentes étant réduites au silence au moyen de diverses stratégies de délégitimation (Baeza & Pinto 2016, 341). Cette interprétation a fortement pesé sur l’appréciation du problème des réfugiés, sunnites dans leur majorité. En septembre 2015, Amer Masarani déclarait avoir sollicité en vain l’appui des grandes institutions de la communauté syrienne pour l’accueil des réfugiés. Selon lui, « elles ne [voulaient] pas assumer le problème qui existe en Syrie27 ». Pourtant, comme l’explique Antônio José Naime, président du club Homs, des actions ont bien été menées par les institutions de la diaspora depuis 2011. Un Comité d’immigration syrien (Comitê Imigratório Sírio) a même été mis en place. Il travaille au siège du club Homs et est coordonné par le consul général de Syrie à São Paulo. Il a été rejoint par l’archidiocèse pauliste de l’Église syriaque orthodoxe antiochienne, le Club sportif syrien, la Société antiochienne du Brésil, le club d’Alep et la Société de bienfaisance alaouite. Contrairement à ce que son nom semble indiquer, ce comité a moins mené d’actions en faveur des réfugiés, que collecté des fonds pour envoyer des médicaments et du matériel hospitalier (prothèses, fauteuils roulants, ambulances) en Syrie dans les territoires sous contrôle du gouvernement. Acheminée via les représentations diplomatiques au Brésil, l’aide passe en effet exclusivement par les canaux officiels du régime baathiste28.

  • 29 Expression utilisée lors du loto organisé par le club Homs pour la collecte de cette aide humanitai (...)
  • 30 « Em SP desde o século 19, comunidade síria se reúne para ajudar refugiados », Folha de S. Paulo, 2 (...)

24Les institutions de la diaspora tentent cependant de présenter leurs activités comme apolitiques et relevant de la « noble aide humanitaire29 », dans un contexte plus général où les violences sont renvoyées aux horreurs de la guerre. Certes, un positionnement ouvertement « pro-Bachar » dans la sphère publique est difficile à tenir alors que les violations massives des droits humains commises par le régime sont de plus en plus dénoncées. Dépolitiser le conflit est un moyen de continuer à supporter Damas tout en euphémisant une position indirectement revendiquée à travers un argument légitimiste. Ainsi, comme le note une journaliste brésilienne, « les membres des institutions syriennes évitent de parler de la situation politique dans les interviews. [Mais, observe-t-elle,] dans l’une des salles du club Homs visité par Bachar al-Assad en 2010, sa photo est toujours accrochée au mur30 ». En ce sens, les réfugiés, dont les trajectoires d’exil sont peu compatibles avec le récit officiel du régime syrien, entrent en dissonance avec le discours des institutions de la diaspora. Cela explique sans doute pourquoi les organisations syro-brésiliennes peinent à prendre en charge cette question. En novembre 2015, une dizaine de ces associations ont quand même lancé une campagne intitulée Movimento de Apoio aos Irmãos Sírios – MAIS [Mouvement d’appui aux frères syriens]. Le mot de « réfugié » n’a jamais été utilisé ; on lui a préféré celui de « frères syriens ». Mi-décembre 2015, le Foyer syrien pour l’enfance organisait la distribution des dons récoltés, essentiellement des vêtements et des jouets de seconde main, ainsi que des aliments. En revanche, ni le logement, ni les démarches administratives, ni le travail, ni l’apprentissage de la langue – les quatre besoins les plus cités par les réfugiés – n’étaient couverts. Parmi nos entretiens, seul Tareq, un réfugié palestinien d’Alep très ouvertement pro-régime, avait été embauché par le foyer. La campagne MAIS fait pâle figure au regard des moyens dont disposent les entités qui étaient partie prenante (l’Hôpital syro-libanais, par exemple, enregistrait à lui seul en 2016 un bénéfice net de 29 millions de dollars d’après la revue économique Exame).

  • 31 « Padre sírio vira referência para refugiados no Brasil », BBC Brasil, 19 septembre 2015. Disponibl (...)

25Cette politisation, assumée ou non, des institutions de la diaspora recoupe le processus de confessionnalisation de l’identité syrienne qui s’est produit de part et d’autre du fait de la guerre en Syrie (Pinto 2017). Dans les mosquées, le soutien à l’insurrection populaire contre le régime baathiste a souvent été clairement affiché. Oussama al Zahed, l’un des trois cheikhs de celle du Pari, et Amar Masarani de la Ligue de jeunesse islamique de bienfaisance qui dirige cette mosquée, sont ainsi parmi les initiateurs de la Coordination pour la révolution syrienne au Brésil (Coordenação da Revolução Síria no Brasil), laquelle a organisé plusieurs rassemblements et manifestations contre le régime de Bachar el Assad à São Paulo. La méfiance réciproque entre réfugiés sunnites et institutions religieuses non-sunnites constitue une barrière difficilement franchissable. Une autre mosquée de São Paulo, la mosquée chiite de Brás, tenue par l’Association de bienfaisance islamique du Brésil (Associação Beneficente Islâmica do Brasil) et située elle aussi stratégiquement dans le quartier de Brás, n’a de fait joué qu’un rôle très secondaire dans l’accueil. De la même manière, les réfugiés syriens chrétiens – très minoritaires – bénéficient prioritairement de l’aide des institutions de leurs coreligionnaires. Dans le Minas Gerais, à Belo Horizonte, le père George Rateb Massis, curé de la paroisse (syriaque catholique) du Sacré-Cœur de Jésus, lui-même né en Syrie, reçoit et aide des réfugiés de ce pays. La totalité des 77 qu’il avait accueillis jusqu’en septembre 2015 étaient des chrétiens, originaires de la ville de Homs. Grâce à l’aide de l’archidiocèse de Belo Horizonte et de donations de la diaspora syrienne locale, estimée selon la presse à 75 000 personnes, le père Massis gère un local où les réfugiés sont reçus, bénéficient de cours de portugais et peuvent chercher du travail. La paroisse dispose en outre de seize immeubles dans la ville lui permettant de proposer des appartements aux réfugiés qu’elle aide également pour les dépenses du quotidien jusqu’à ce qu’ils aient trouvé un emploi31. Les moyens mis en œuvre sont bien supérieurs à ceux des associations musulmanes de São Paulo, alors que le nombre de réfugiés effectivement accueillis est bien moindre. Le prêtre assure pourtant « qu’il n’y a aucune restriction envers personne ». Il se souvient même d’avoir « reçu un musulman, qui finalement ne s’est pas adapté et est rentré ». Même si l’on imagine mal un réfugié syrien se résolvant à rentrer en Syrie en pleine guerre, le père Massis laisse entendre qu’il n’y a pas vraiment de hasard à constater que « la majorité de la communité syrienne à Belo Horizonte est chrétienne et appuie le gouvernement, de la même manière que les réfugiés ». Ainsi, chaque communauté, en partie produite par et au cours du conflit, s’est tournée en priorité vers « ses » institutions religieuses.

Communautarisme religieux ou intégration ?

26Cette confessionnalisation des solidarités diasporiques, à l’œuvre chez les Syriens musulmans aussi bien que chrétiens, n’a pas la même incidence pour les uns et pour les autres. Alors qu’elle peut passer relativement inaperçue pour les chrétiens, elle tend à accroître la visibilité de la minorité musulmane dans un contexte brésilien déjà fortement marqué par une montée en puissance d’une xénophobie aux relents islamophobes.

La montée de l’islamophobie au Brésil

  • 32 « Bolsonaro vê imigrantes como “ameaça” e chama refugiados de “a escória do mundo” », Jornal Opção, (...)

27Les discours de rejet trouvent d’autant plus d’écho qu’ils s’inscrivent dans une période troublée. Le pays connaît depuis 2014 une crise politique, doublée depuis 2015 d’une crise économique et sociale qui pèse lourdement sur l’intégration des immigrants. Dans ce contexte, un très large pan de de la classe politique, décrédibilisée par des scandales de corruption de grande ampleur, a été remis en cause, ouvrant la voie à de nouvelles figures populistes, promptes à faire de l’immigration et des réfugiés des boucs émissaires. Deux années consécutives de récession (2015-2016) ont produit un recul du PIB supérieur à 3%. Le chômage est passé de 6,8% en 2014 à un pic de 13,7% en avril 2017, touchant plus de 14 millions de personnes. Une telle situation est propice à la mise en concurrence, au moins discursive, entre immigrants/réfugiés et pauvres brésiliens. Avec la réduction drastique des dépenses sociales, l’hospitalité n’est pas une valeur politique qui a le vent en poupe. Ainsi, dans un entretien, en 2015, Jair Bolsonaro, alors candidat d’extrême-droite aux élections présidentielles de 2018, se référait aux immigrants « haïtiens, sénégalais, boliviens » et aux réfugiés « syriens » en des termes particulièrement injurieux : « La lie de l’humanité (escória do mundo) arrive au Brésil, comme si nous n’avions pas déjà suffisamment de problèmes à régler.32 »

  • 33 « Em ato pró-impeachment, alunos do Mackenzie pedem o fechamento das fronteiras do Brasil », Revist (...)
  • 34 « Manifestantes protestam contra Lei da Migração no centro de São Paulo », R7, 25 avril 2017. Dispo (...)
  • 35 « Após “esfirraço” de apoio a sírio refugiado, pastor prega preconceito », O Globo, 16 août 2017. D (...)
  • 36 « Refugiado sírio é atacado em Copacabana: “Saia do meu país!” », O Globo, 3 août 2017. Disponible (...)

28Si cette rhétorique soulève l’indignation de nombreux Brésiliens, elle rencontre un écho dans les milieux ultraconservateurs où islamophobie et discours anti-migrants vont souvent de pair. Ainsi, en 2016, lors d’un rassemblement en faveur de la destitution de Dilma Rousseff, des étudiants de l’université privée Mackenzie portaient des banderoles demandant la « fermeture des frontières » et disant « non à l’islamisation du Brésil »33. On retrouvait ce genre de slogan, en avril 2017, à l’occasion de manifestations à São Paulo contre la nouvelle loi de l’immigration ; là encore on pouvait lire des pancartes dénonçant une possible importation du « terrorisme islamique34 » au Brésil. Les Églises pentecôtistes, premiers vecteurs de l’intolérance religieuse dans le pays, alimentent délibérément ces discours. En août 2017, une vingtaine de membres de l’Église pentecôtiste Génération Jésus Christ (Igreja Pentecostal Geração Jesus Cristo) brandissaient des pancartes particulièrement haineuses à l’encontre des musulmans, qualifiés de « tueurs, ravisseurs et violeurs35 ». Ces discours visent souvent explicitement les réfugiés syriens. Ainsi à Rio de Janeiro, en 2017, un homme armé d’un bâton s’en est pris à un vendeur ambulant syrien, a renversé sa marchandise et a crié : « Sors de mon pays ! Je suis Brésilien et je vois mon pays en train d’être envahi par ces misérables hommes-bombes qui tuent des enfants, des adolescents. Ils sont misérables ! On va l’expulser !36 » Cette agression, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, a suscité une immense vague de solidarité en faveur de la victime rappelant que le rejet des réfugiés syriens est encore très marginal. Pourtant, mises bout à bout, ces expressions publiques de xénophobie et d’islamophobie témoignent de tensions émergentes au sein de la société brésilienne.

Les mosquées, vecteurs d’intégration

  • 37 « “Se não fizermos nada, incentivamos a islamofobia”, diz muçulmano brasileiro », UOL Notícias, 3 d (...)
  • 38 « O Islam e o Extremismo – Sheikh Dr. Abdelhamid Metwally (Mesquita Brasil) », 5 novembre 2015. Dis (...)
  • 39 D’après Paulo Pinto, cependant, l’arrivée des cheikhs syriens ou libanais avec une formation religi (...)
  • 40 La visite du cheikh al-‘Arifi a été défendue par l’imam de la mosquée, le cheikh Rodrigues, lequel (...)

29Existe-t-il, en miroir, la tentation d’un repli communautaire du côté des associations musulmanes ? Celles-ci, tout en dénonçant la stigmatisation de l’islam et en encourageant les fidèles à porter plainte en cas d’agression islamophobe, font preuve d’une volonté d’apaisement et souhaitent maintenir un vivre ensemble « à la brésilienne ». Rassurer consiste pour elles essentiellement à se dissocier du « terrorisme islamique ». Le cheikh Rodrigo Oliveira Rodrigues, imam de la mosquée du Pari jusqu’en 2017, affirmait dans la presse brésilienne qu’il « existe une attention constante pour détecter tout indicateur d’extrémisme dans le discours ou dans le comportement37 ». De même, le cheikh Abdelhamid Metwally, imam de la mosquée Brésil et président du Haut-Conseil des théologiens de l’islam au Brésil, a publié des vidéos en arabe, sous-titrées en portugais, où il rejette les « mauvaises attitudes et actions de certains musulmans38 » qui s’autoexcluraient de fait de l’islam. La question d’un éventuel repli communautaire religieux n’est en revanche pas abordée. De fait, les imams des mosquées citées ne sont pas des « libéraux » d’un point de vue théologique. Ils ont tous été formés soit à l’Université al-Azhar en Egypte, soit à l’Université islamique de Médine en Arabie saoudite et, s’ils ne s’auto-désignent pas toujours comme salafistes, ils sont en tout cas fortement influencés par ce courant réformiste de l'islam qui s'appuie sur une lecture littérale des textes religieux canoniques (Coran et hadiths) pour encadrer les conduites de ses adeptes39. La mosquée du Pari a accueilli en janvier 2016 Muhammad al-‘Arifi, un cheikh saoudien extrêmement populaire (21 millions « d’amis » sur Facebook) mais très controversé pour ses prises de position jugées radicales, en particulier en Europe, sur les chiites, les femmes, ou encore le recours à la violence40. On pourrait, dès lors, craindre que l’action de ces mosquées auprès des réfugiés ne les enferme dans une logique peu propice à leur intégration.

30Pourtant, ce n’est pas le cas. Non seulement les mosquées contribuent à l’insertion économique et sociale des réfugiés (emploi, logement, santé, démarches administratives) mais, de plus, elles participent à leur intégration culturelle en offrant, par exemple, des cours de portugais. La mosquée Brasil parle à ce sujet de « programmes de réadaptation41 ». Cet enseignement de la langue du pays d’accueil constitue un cas particulièrement original, que l’on retrouve plutôt rarement en Europe. Par ailleurs, il apparaît clairement dans les trajectoires des Syriens interviewés qu’il existe une importante marge de manœuvre entre le conservatisme affiché des imams et la réalité, bien plus souple, des pratiques acceptées. Un des meilleurs exemples de cette flexibilité est celui des mariages binationaux. Plusieurs des réfugiés arrivés célibataires et que nous avons suivis se sont mariés avec des jeunes femmes brésiliennes et celles-ci ont accepté de se convertir à l’islam pour pouvoir célébrer leur mariage religieux à la mosquée, célébration qui tenait particulièrement à cœur à leurs fiancés respectifs. La dimension identitaire, leurs croyances religieuses, et le regard de leur famille étaient les trois motifs invoqués pour justifier l’importance du rituel pour les réfugiés syriens. Or, à ce jour, la conversion de leur compagne n’a bouleversé en rien leur vie quotidienne. Aucune d’entre elles, par exemple, ne porte le foulard islamique. Cela est d’autant plus remarquable que ces mariages binationaux permettent un élargissement considérable des relations sociales des réfugiés aux amis, à la famille et aux connaissances non-musulmanes de leurs épouses. On est bien loin, en ce sens, d’un rétrécissement de la sociabilité de ces couples à des cercles qui ne seraient que communautaires.

31À l’université, au travail, ou dans leurs relations amicales, les réfugiés venus de Syrie tendent, de fait, à multiplier les interactions socio-culturelles avec les Brésiliens, sans que cela ne paraisse entrer en conflit avec leur fréquentation des mosquées. De manière générale, il semble que les institutions musulmanes leur aient surtout permis de poser les premières pierres à partir desquelles reconstruire leur vie. Un certain nombre de ceux et celles que nous avons interviewés ont, par exemple, eu recours, dans un second temps, à d’autres ONG brésiliennes, que ce soit pour la revalidation de leur diplôme ou pour trouver un soutien dans la consolidation de leur micro-entreprise. Beaucoup se sont en effet reconvertis dans la restauration, la cuisine arabe connaissant au Brésil un succès qui ne s’est pas démenti depuis plus d’un siècle, au point d’avoir modifié les habitudes alimentaires locales. Ainsi, si obstacles à l’intégration il y a, ceux-ci se rapportent aux difficultés économiques générées par la crise au Brésil et à la montée de l’intolérance et de la xénophobie, et non à l’action sociale des mosquées.

Conclusion

32Les mosquées brésiliennes ont joué un rôle décisif dans l’accueil des réfugiés syriens, comblant le vide laissé par l’État fédéral en la matière. Mieux équipées que les ONG locales pour répondre aux besoins de ces migrants, elles se sont substituées aux organisations de la diaspora syro-libanaise et à leur rôle historique d’entraide. Ce n’est pas auprès des associations de bienfaisance syro-libanaises, pourtant anciennes et bien implantées, que les réfugiés ont ainsi trouvé leur principal soutien matériel et symbolique, mais auprès des institutions islamiques. Cette prédominance des associations religieuses est multidimensionnelle. L’essor des associations de charité islamique en Syrie a contribué à façonner les représentations des réfugiés qui se sont naturellement tournés vers les mosquées pour y chercher un soutien. Ils y ont ensuite trouvé le réconfort de pouvoir parler arabe, alors que la majorité de la diaspora syro-libanaise a perdu l’usage de cette langue. Il faut y ajouter le processus de confessionnalisation qui s’est produit du fait de la guerre en Syrie et qui a été importé au Brésil par des entrepreneurs identitaires jouant des loyautés transnationales. Cette confessionnalisation s’est traduite à la fois par un renforcement de la solidarité entre musulmans sunnites et par l’activation de la dimension religieuse sous-jacente des associations syro-libanaises brésiliennes.

33Ce qui se trame au Brésil n’est cependant pas la simple réplique des processus à l’œuvre au Moyen-Orient. Le rôle inédit joué par les associations musulmanes brésiliennes auprès de réfugiés syriens ne présente aucune des caractéristiques et des travers qu’on prête aux réseaux de charité islamique en Jordanie, au Liban ou en Turquie. Leur mode de financement, principalement local, est un facteur déterminant dans leurs modalités et capacités d’action, y compris dans la relative flexibilité avec laquelle elles négocient leur insertion dans la société brésilienne. Ainsi, cinq ans après la mise en œuvre des visas humanitaires pour les Syriens souhaitant trouver refuge au Brésil, ces mosquées, loin de favoriser un isolationnisme religieux, participent pleinement à l’intégration socio-économique et culturelle des réfugiés au Brésil.

Haut de page

Bibliographie

Ababsa, Myriam. 2016. « Islamic NGOs Assistance to Syrian Refugees in Jordan and Gulf Donors Support. » Communication présentée à l’IDRC LCPS workshop « Launching a Homegrown Development Agenda to Address the Syrian Refugee Crisis. » Beyrouth : Lebanese Center for Policy Studies, 4-5 mai. Disponible sur : https://lajeh.hypotheses.org/723 (consulté le 8 novembre 2018).

Ager, Alastair & Alison Strang. 2008. « Understanding Integration: A Conceptual Framework. » Journal of refugee studies 21 (2): 166-191.

Ager, Alastair & Alison Strang. 2010. « Refugee Integration: Emerging Trends and Remaining Agendas. » Journal of Refugee Studies 23 (4): 589-607.

Amar, Paul, dir. 2014. The Middle East and Brazil: Perspectives on the New Global South. Bloomington: Indiana University Press.

Baeza, Cecilia & Paulo G. Pinto. 2016. « Building Support for the Asad Regime: the Syrian Diaspora in Argentina and Brazil and the Syrian Uprising. » Journal of Immigrant & Refugee Studies 14 (3): 334-352.

Calegari, Marília & Luciene Justino. 2016. « Refugiados sírios em São Paulo: o direito à integração. » Communication présentée au séminaire « Migrações Internacionais, Refúgio e Políticas ». São Paulo: Memorial da América Latina, 12 avril. Disponible sur : http://www.nepo.unicamp.br/publicacoes/anais/arquivos/9_MC.pdf (consulté le 8 novembre 2018).

Castro, Cristina Maria. 2014. « A construção de identidades muçulmanas: um enfoque comparativo entre duas comunidades paulistas. » DADOS – Revista de Ciências Sociais 57 (4): 1043-1076.

Hasselbarth, Sarah. 2014. Islamic Charities in the Syrian Context in Jordan and Lebanon. Beyrouth: Friedrich Ebert Stiftung. Disponible sur : http://library.fes.de/pdf-files/bueros/beirut/10620.pdf (consulté le 18 juillet 2018).

Karam, John Tofik. 2007. Another Arabesque: Syrian-Lebanese Ethnicity in Neoliberal Brazil. Philadelphie: Temple University Press.

Lacroix, Stéphane. 2014. Saudi Islamists and the Arab Spring. Kuwait Programme on Development, Governance and Globalisation in the Gulf States, 36. Londres: LSE. Disponible sur : http://eprints.lse.ac.uk/56725/1/Lacroix_Saudi-Islamists-and-theArab-Spring_2014.pdf (consulté le 18 juillet 2018).

Nogueira, Maria Beatriz & Carla Cristina Marques. 2008. « Le Brésil : dix années de protection des réfugiés. » Forced Migration Review 30: 57-58.

Pierret, Thomas & Kjetil Selvik. 2009. « Limits of “Authoritarian Upgrading” in Syria: Private Welfare, Islamic Charities, and the Rise of the Zayd Movement. » International Journal of Middle East Studies 41 (4): 595-614.

Pinto, Paulo G. 2005. « Ritual, etnicidade e identidade religiosa nas comunidades muçulmanas no Brasil. » Revista USP 67: 228-249.

Pinto, Paulo G. 2010. « El Islam en Brasil: elementos para una antropología histórica. » Istor: Revista de História Internacional 45: 3-21.

Pinto, Paulo G. 2017. « The Shattered Nation: The Sectarianization of the Syrian Conflict. » In Sectarianization: Mapping the New Politics of the Middle East, dirigé par Nader Hashemi & Danny Postel, 123-142. Londres : Oxford University Press & Hurst.

Ruiz de Elvira Carrascal, Laura. 2014. « Associations de bienfaisance et développement dans la Syrie de Bachar al-Assad. Le cas de la Ğamʿiyyat-l-Mubarrat-l-Nisā‘iyya bi-Dimašq. » Cahiers de l’Ifpo 8 : 209-230. Disponible sur : https://books.openedition.org/ifpo/6551?lang=fr (consulté le 7 novembre 2018).

Schmelter, Susanne. 2016. « The Question of Governing Syrian Refugees: An Ethnography of Lebanon’s Humanitarian Regime. » In Migration, Mobilities and the Arab Spring: Spaces of Refugee Flight in the Eastern Mediterranean, dirigé par Natalia Ribas-Mateos, 174-190. Cheltenham : Edward Elgar Publishing.

Ting-Toomey, Stella. 2005. « Identity Negotiation Theory: Crossing Cultural Boundaries. » In Theorizing about intercultural communication, dirigé par William B. Gudykunst, 211-233. Thousand Oaks : Sage.

Haut de page

Notes

1 Bien que le gouvernement brésilien utilise cette terminologie, il ne s’agit en réalité que d’un simple visa d’entrée valable pour trois mois, délivré selon une procédure simplifiée (moins bureaucratique) pour motifs « humanitaires ».

2 Résolution normative n° 17, Diário Oficial da União, Seção 1, n° 185, 24 septembre 2013. La résolution normative, conçue pour une durée de deux ans, a déjà été prorogée à deux reprises. La première fois, en septembre 2015 (Resolução Normativa nº 17, 20 septembre 2015) et la deuxième en septembre 2017 (Resolução Normativa nº 25, 14 septembre 2017). Celle-ci sera valide jusqu’au 20 septembre 2019.

3 En décembre 2017, ce nombre s’élevait à 9 150 personnes environ. D’après les chiffres du Comité national pour les réfugiés (CONARE), en janvier 2018, seuls un peu plus de 2 700 d’entre eux avaient officiellement reçu le statut de réfugié. Trois éléments expliquent cette différence. D’abord, tous les individus ayant obtenu le visa humanitaire ne font pas nécessairement le chemin jusqu’au bout, préférant parfois risquer leur chance en Europe. Par ailleurs, un visa humanitaire permet d’entrer légalement au Brésil, mais il n’équivaut pas au statut de réfugié, lequel ne s’obtient qu’une fois sollicité sur place. Si toutes les personnes ayant bénéficié de ce visa ont vocation à recevoir ce statut (aucune demande d’un Syrien n’a encore été rejetée à ce jour), encore faut-il que ces démarches aboutissent, ce qui prend du temps. En mars 2018, près de 86 000 étrangers ayant fait la demande étaient en attente. Le CONARE, qui évalue les demandes, ne compte que 14 employés et, jusqu’à l’année dernière, n’en avait que six. Tous les Syriens, enfin, ne choisissent pas d’obtenir leur résidence au Brésil via le statut de réfugié. Se marier avec un(e) brésilien(ne), avoir un enfant né au Brésil, ou obtenir un contrat de travail sont d’autres façons de se régulariser. De nombreux réfugiés visent la naturalisation, car elle leur offre une plus grande mobilité internationale. Or, l’exigence de résidence de quatre ans peut être réduite à trois ans si l’étranger possède des biens immobiliers ou une entreprise au Brésil, et à un an si l’étranger a un conjoint, un enfant ou un parent brésilien. Dans cet article, nous appelons « réfugiés syriens » tous ceux et celles qui ont fui le conflit en Syrie, indépendamment de leur statut légal au Brésil.

4 « Dilma Rousseff: ‘Brasil está de braços abertos para receber refugiados’ », ONU News, 28 septembre 2015. Disponible sur : https://news.un.org/pt/story/2015/09/1526141-dilma-rousseff-brasil-esta-de-bracos-abertos-para-receber-refugiados (consulté le 18 juillet 2018).

5 Voir notamment les journées d’études « Enquêter sur la bienfaisance. Approches comparatives des pratiques du bien », organisées par Laura Ruiz de Elvira (IRD/CEPED) et Sahar Aurore Saeidnia (Gerda Henkel-IREMAM/IRIS) à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme les 11-12 décembre 2017.

6 Pour simplifier l’écriture de l’article, on parlera ici de « Syriens » et de « réfugiés syriens » ; il faut néanmoins garder à l’esprit qu’une partie de ces réfugiés sont des Palestiniens de Syrie, pour qui il s’agit d’un deuxième exil.

7 Dans une enquête réalisée auprès de 249 réfugiés syriens par des démographes de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp) dans la région de São Paulo, on comptait 57 % d’hommes et 43 % de femmes (dont une majorité de fillettes de moins de 10 ans) ; 58 % de la population majeure était mariée (Calegari & Justino 2016).

8 Interviewé par El Pais, un certain Abdo Ghannoum commente ainsi la mort d’Aylan Kurdi : « Ça aurait pu être mon fils si ma famille avait tenté de faire cette traversée, mais on a eu la chance de pouvoir arriver au Brésil en toute sécurité. » Voir « Refugiados sírios em São Paulo: ‘Meu filho poderia ter sido Aylan’ », El Pais, 6 septembre 2015. Disponible sur : https://brasil.elpais.com/brasil/2015/09/05/politica/1441484944_575372.html (consulté le 18 juillet 2018).

9 Les prénoms des personnes interviewées ont été changés pour protéger leur anonymat. Toutes les citations dont la source n’est pas précisée dans le texte proviennent des entretiens réalisés en 2016.

10 Tous les entretiens sont librement traduits à partir de l’anglais, du portugais ou de l’arabe et, le plus souvent, d’un mélange de ces trois langues. Notre retranscription privilégie l’intelligibilité des propos tenus par les réfugiés plutôt que la lettre de ces bricolages linguistiques.

11 Il existe un Espaço Conector pour ceux/celles qui n’ont pas été admis sur le territoire brésilien. Il s’agit parfois de demandeurs d’asile, parfois de victimes du trafic d’êtres humains. Cela ne concerne pas les réfugiés syriens puisqu’ils arrivent en étant détenteurs d’un visa, donc avec le droit d’entrer légalement au Brésil.

12 Le nom a récemment été changé pour Somos Árabes do Brasil [Nous sommes Arabes du Brésil]. Voir : https://www.facebook.com/groups/337929629722849 (consulté le 18 juillet 2018).

13 Les Syriens arrivés au Brésil sont de tradition musulmane sunnite dans leur très grande majorité. On compte également un petit nombre de réfugiés syriens chrétiens. Leur situation sera examinée un peu plus loin.

14 La Société de bienfaisance musulmane est la plus ancienne. Fondée en 1927 par des immigrants palestiniens sous le nom de « Société de bienfaisance palestinienne », elle est devenue « Société de bienfaisance musulmane » en 1929. Les travaux de construction de la mosquée Brasil ont commencé en 1946 et, bien que les prières y aient été tenues dès 1950 alors que le bâtiment était inachevé, l’inauguration n’a eu lieu qu’en 1960.

15 Au Brésil, les mosquées sont administrées par des associations reconnues et enregistrées selon les règles de l’article 53 du Code civil. Les premières associations musulmanes ont été fondées par des immigrants au début du XXe siècle. Leur but était tout autant l’entraide entre migrants via des actions caritatives que la mise en place des conditions permettant l’exercice de leur religion. Cette double dimension s’est maintenue dans le temps : chaque mosquée reste aujourd’hui liée à une association de bienfaisance islamique.

16 Refúgios em números, 3e éd., Brasília: Secretaria Nacional da Justiça, Ministério da Justiça, 2018.

17 À l’exception des réfugiés faisant partie des programmes de réinstallation mis en œuvre conjointement avec le UNHCR, qui reçoivent une petite aide financière au logement pour une durée maximale de deux ans.

18 Depuis les années 1980, l’Iran aide à la construction des mosquées chiites. L’Arabie saoudite, la Turquie, la Jordanie, la Libye, l’Irak et l’Égypte sont les autres pays qui ont fourni une aide financière à différentes époques. Cet appui est cependant variable d’un cas à l’autre. La construction de la mosquée Brasil (1946-1960) a été financée par l’Égypte. Celle de la mosquée de Brasília (1990) l’a été par l’Arabie saoudite. Ces pays, ainsi que l’Égypte, contribuent également à la vie des mosquées en finançant la formation des imams.

19 L’islam exige que les musulmans donnent chaque année 2,5 % de leur richesse et de leurs biens à des familles à faible revenu pour la zakat.

20 D’après Sarah Hasselbarth (2014, 6), depuis le déclenchement de la crise syrienne, les associations caritatives musulmanes « reçoivent d’énormes fonds des pays du Golfe, des Frères musulmans et des salafistes. La plupart de ces organisations fonctionnent à travers les centres communautaires, tels que les mosquées ».

21 « Conheça a equipe de tradutores e intérpretes de árabe da CASP », Caritas, 11 septembre 2017. Disponible sur : http://caritassprefugio.wixsite.com/casp/single-post/2017/09/11/Conhe%C3%A7a-a-equipe-de-tradutores-e-int%C3%A9rpretes-de-%C3%A1rabe-da-CASP (consulté le 18 juillet 2018).

22 La proportion de Brésiliens convertis à l’islam varie d’une mosquée à l’autre. La mosquée du Pari est plutôt fréquentée par des immigrants ; en revanche, on trouve un plus grand nombre de convertis à la mosquée Brésil, car celle-ci est une référence à l’échelle nationale.

23 Ceci ne veut pas dire que tous les fidèles de tradition musulmane soient d’origine arabe. On trouve aussi parmi ceux qui fréquentent ces mosquées un bon nombre d’Africains de diverses origines et d’Afghans.

24 Pour une analyse de la fluidité structurelle de la démographie des immigrés arabophones et de leurs descendants au Brésil, voir Karam (2007, 10-13) et Pinto (2010, 15).

25 « Após críticas, Brasil diz que facilitará entrada de refugiados sírios », BBC Brasil, 24 septembre 2013. Disponible sur : https://www.bbc.com/portuguese/noticias/2013/09/130924_siria_conare_dt (consulté le 18 juillet 2018).

26 Par confessionnalisation, on entend ici le processus de mobilisation politique des différences religieuses. Pour une analyse approfondie de ce phénomène en Syrie, voir Pinto (2017).

27 « Em SP desde o século 19, comunidade síria se reúne para ajudar refugiados », Folha de S. Paulo, 20 septembre 2015. Disponible sur : https://www1.folha.uol.com.br/saopaulo/2015/09/1683679-em-sp-desde-o-seculo-19-comunidade-siria-se-reune-para-ajudar-refugiados.shtml (consulté le 18 juillet 2018).

28 Voir « Doação de ambulâncias para a Síria », FEARAB, 28 avril 2016. Disponible sur : http://fearab.org/doacao-de-ambulancias-para-a-siria/ (consulté le 7 novembre 2018). Voir aussi le discours de Sami Salameh, consul de Syrie à São Paulo, prononcé le 17 avril 2017 à l’occasion du 71e anniversaire de l’indépendance de la Syrie. Disponible sur : http://www.orientemidia.org/data-nacional-da-siria-a-siria-comemora-os-71o-aniversario-de-sua-indepencia (consultés le 18 juillet 2018).

29 Expression utilisée lors du loto organisé par le club Homs pour la collecte de cette aide humanitaire : https://www.tvhoms.com.br/?p=597 (consulté le 18 juillet 2018).

30 « Em SP desde o século 19, comunidade síria se reúne para ajudar refugiados », Folha de S. Paulo, 20 septembre 2015. Disponible sur : https://www1.folha.uol.com.br/saopaulo/2015/09/1683679-em-sp-desde-o-seculo-19-comunidade-siria-se-reune-para-ajudar-refugiados.shtml (consulté le 18 juillet 2018).

31 « Padre sírio vira referência para refugiados no Brasil », BBC Brasil, 19 septembre 2015. Disponible sur : http://www.bbc.com/portuguese/noticias/2015/09/150910_padre_sirios_tg (consulté le 18 juillet 2018). Toutes les citations qui suivent sont tirées de cet entretien.

32 « Bolsonaro vê imigrantes como “ameaça” e chama refugiados de “a escória do mundo” », Jornal Opção, 18 septembre 2015. Disponible sur : https://www.jornalopcao.com.br/ultimas-noticias/bolsonaro-ve-imigrantes-como-ameaca-e-chama-refugiados-de-a-escoria-do-mundo-46043 (consulté le 18 juillet 2018).

33 « Em ato pró-impeachment, alunos do Mackenzie pedem o fechamento das fronteiras do Brasil », Revista Forum, 28 mars 2016. Disponible sur : https://www.revistaforum.com.br/em-ato-pro-impeachment-alunos-do-mackenzie-pedem-o-fechamento-das-fronteiras-do-brasil (consulté le 18 juillet 2018).

34 « Manifestantes protestam contra Lei da Migração no centro de São Paulo », R7, 25 avril 2017. Disponible sur : https://noticias.r7.com/sao-paulo/manifestantes-protestam-contra-lei-da-migracao-no-centro-de-sao-paulo-25042017 (consulté le 18 juillet 2018).

35 « Após “esfirraço” de apoio a sírio refugiado, pastor prega preconceito », O Globo, 16 août 2017. Disponible sur : https://oglobo.globo.com/rio/apos-esfirraco-de-apoio-sirio-refugiado-pastor-prega-preconceito-21710943 (consulté le 18 juillet 2018).

36 « Refugiado sírio é atacado em Copacabana: “Saia do meu país!” », O Globo, 3 août 2017. Disponible sur : https://oglobo.globo.com/rio/refugiado-sirio-atacado-em-copacabana-saia-do-meu-pais-21665327 (consulté le 18 juillet 2018).

37 « “Se não fizermos nada, incentivamos a islamofobia”, diz muçulmano brasileiro », UOL Notícias, 3 décembre 2015. Disponible sur : https://noticias.uol.com.br/internacional/ultimas-noticias/2015/12/03/islamicos-enfrentam-intolerancia-no-brasil-com-denuncias-e-esclarecimento.htm?cmpid=copiaecola (consulté le 18 juillet 2018).

38 « O Islam e o Extremismo – Sheikh Dr. Abdelhamid Metwally (Mesquita Brasil) », 5 novembre 2015. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=esiQuZu0Ca4&t=35s (consulté le 18 juillet 2018).

39 D’après Paulo Pinto, cependant, l’arrivée des cheikhs syriens ou libanais avec une formation religieuse en Syrie a également introduit dans certaines mosquées de São Paulo des codes islamiques avec une forte influence soufie (Pinto 2010, 17).

40 La visite du cheikh al-‘Arifi a été défendue par l’imam de la mosquée, le cheikh Rodrigues, lequel a suggéré que le Saoudien était victime d’une campagne diffamatoire. « Um jihadista no Brasil », Veja, 26 février 2016. Disponible sur : https://veja.abril.com.br/mundo/um-jihadista-no-brasil (consulté le 18 juillet 2018). L’accueil positif réservé à al-‘Arifi à la mosquée du Pari ne se résume cependant pas à la simple adhésion à un courant théologique. Cette mosquée étant la plus mobilisée en faveur de la révolution syrienne, ses membres ont pu être intéressés par la dimension politique d’al-‘Arifi, figure très engagée contre le régime de Bachar el Assad et fondateur du comité des oulémas pour aider la Syrie (lajnat al‘ulama li-nusrat Surya). Voir Lacroix (2014).

41 Voir : https://www.facebook.com/mesquitadobrasil.sbm/photos/pcb.1351467458296570/1351467218296594/?type=3&theater (consulté le 18 juillet 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cecilia Baeza, « Le rôle des mosquées dans l’accueil des réfugiés syriens à São Paulo : entre confessionnalisation des solidarités et intégration à la société brésilienne », Brésil(s) [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 20 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/3224 ; DOI : 10.4000/bresils.3224

Haut de page

Auteur

Cecilia Baeza

Cecilia Baeza, docteure en science politique de Sciences Po Paris, est chercheuse associée à l’Université catholique pontificale de São Paulo (PUC-SP).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals