Navegação – Mapa do site

InícioNuméros4Comptes rendusMachado, Igor José de Renó (dir.)...

Comptes rendus

Machado, Igor José de Renó (dir.). 2011. Japonesidades multiplicadas: novos estudos sobre a presença japonesa no Brasil

São Carlos: Edufscar, 190 p.
Gustavo Takeshy Taniguti
p. 223-224
Referência(s):

Machado, Igor José de Renó (dir.). 2011. Japonesidades multiplicadas: novos estudos sobre a presença japonesa no Brasil. São Carlos: Edufscar, 190 p.

Notas da redacção

Brésil(s) est heureux de présenter avec cet ouvrage une manifestation particulièrement réussie – et pas si fréquente – de soutien aux travaux de jeunes étudiants d’une université à la pointe de la recherche sur ce thème. Dans ce même esprit le présent compte rendu a été demandé à un étudiant de l’Université de São Paulo.

Texto integral

1La présence japonaise au Brésil est un objet privilégié des sciences sociales brésiliennes depuis 1941 au moins. Caractérisée par des périodes d’activité plus ou moins intense, cette recherche s’est remarquablement amplifiée ces deux dernières décennies, notamment en histoire, sociologie et anthropologie. Le livre collectif présenté par Igor José de Renó Machado illustre pleinement cet intérêt renouvelé. Il rassemble six articles issus des travaux de jeunes anthropologues en formation, pour la plupart, dans l’Université fédérale de São Carlos où lui-même enseigne. Tous s’efforcent de dégager de nouveaux axes d’études sur les formes d’expression de la culture d’origine japonaise au Brésil. Ils s’attachent en particulier à montrer son éclatement en une multiplicité de manifestations, souvent divergentes, voire dissonantes par rapport aux connaissances que l’on en avait, notamment lorsqu’elles s’expriment dans le cadre des pratiques les moins conventionnelles. Ils décrivent la manière dont les membres de ces communautés, dans des contextes variés, produisent des significations différenciées de leur culture. Ainsi, ils révèlent un univers de formes dynamiques ; ils revisitent les notions rigides d’identité, d’ethnicité et de race qui, dans le sens commun, représenteraient les lignes de démarcation entre Brésiliens et Japonais et, souvent, les dépassent.

2Dans le premier chapitre, Gil Vicente Lourenção offre un regard ethnographique sur la pratique du Kendo, une sorte d’escrime introduite au Brésil par les immigrés japonais. À l’instar de Loïc Wacquant dans ses travaux sur la boxe, l’auteur a fait de son propre corps un instrument de connaissance et, par le biais de son insertion dans le milieu du Kendo, il a étudié les mécanismes et les significations qui caractérisent cet art martial dans le contexte brésilien. Révéler la mise en œuvre d’un « dispositif » natif de classification décelable dans l’univers du Kendo (ici dénommé « japonésité »), est l’un des objectifs majeurs de l’analyse. L’auteur en fait une géométrie qui permet de mesurer des degrés de proximité et de distance vis-à-vis de « modes » idéalement élaborés de l’« être japonais ». À ses yeux, c’est la dynamique des corps et des comportements en constante modification des adeptes qui sous-tend le processus de subjectivation en jeu dans ces pratiques.

3Le deuxième chapitre est signé Érica Rosa Hatugai. C’est le fruit d’un travail de terrain mené au sein d’une association culturelle et sportive de descendants japonais dans l’État de São Paulo. L’étude porte sur les voies de reproduction des valeurs familiales et associatives. L’auteure s’intéresse aux situations de réunions informelles et amicales au sein de l’association. Elle cherche à faire le lien entre, d’une part, le système d’échanges dans lequel s’élaborent des distinctions, des hiérarchies, des systèmes de différenciation et d’inclusion (notamment par le biais de la reproduction de la « tradition » japonaise) et, d’autre part, l’agencement de la circulation des biens par les femmes.

4Dans le troisième chapitre, Fabio Ricardo Ribeira envisage la construction de l’identité sexuelle des hommes d’ascendance japonaise en mettant en relation ethnicité et homosexualité. L’auteur a enquêté sur des sites d’échanges sur Internet. Il montre comment les participants se situent entre deux pôles extrêmes de représentation : la non-reconnaissance de leur condition (« zone d’abjection ») et l’inscription dans les stéréotypes attribués aux descendants de familles japonaises (« zone d’exotisation »). Cela lui permet d’affirmer que l’hétéro-normativité relève de processus complexes et que la construction de la masculinité qui y est à l’œuvre se négocie dans un environnement de valeurs et de codes moraux établis.

5Dans le quatrième chapitre, Nádia Luna Kubota étudie les significations d’une célébration typiquement japonaise réalisée dans un club de campagne de la ville de Campo Grande dans l’État de Mato Grosso do Sul : le Bon Odori. Elle s’intéresse aux discours produits lors de cet événement local et à leurs implications politiques. Elle montre comment ils rendent possible un débat sur les hétérogénéités intra-groupe et les images attribuées aux Japonais et leurs descendants.

6Dans le cinquième chapitre, Cláudia Winterstein expose les formes de consommation des produits de l’industrie culturelle pop japonaise au Brésil. La démarche empirique et les procédures de recherches auraient certainement mérité d’être exposées de manière plus claire. Cependant, l’analyse de la réappropriation des codes reste intéressante, en particulier lorsqu’elle explique comment, localement, naissent de nouvelles significations modifiant les idées couramment acceptées sur le Japon qui, dans ce cadre, gagne une centralité absolue. L’auteure montre aussi comment ceux qui s’approprient des codes les rapprochant davantage du Japon bénéficient d’une légitimité interne plus forte.

7Dans le sixième chapitre, enfin, Victor Hugo Kebbe revient sur les préparatifs du Centenaire de l’immigration japonaise au Brésil en 2008. Il s’interroge sur l’éventuelle influence des articles publiés dans la presse à cette occasion, sur les constructions collectives des « identités ethniques ». Pour y répondre, il a analysé le journal Nippo-Brasil et la revue Made in Japan publiés à São Paulo. Il met l’accent sur les tensions entre « les diverses historicités qui génèrent des perceptions identitaires et des processus de différentiation » (p. 174).

8Le fil conducteur de l’ouvrage reste le débat contemporain sur l’ethnicité, l’identité et les différences, débat cardinal dans l’anthropologie brésilienne, surtout depuis les années 2000, mais peu propice aux dialogues interdisciplinaires. De ce fait, c’est la discussion avec les travaux de Jeffrey Lesser et Takeyuki Tsuda qui est privilégiée. L’approche critique de la littérature spécialisée ainsi que le questionnement des écrits tenus pour établis sur l’histoire de l’immigration japonaise au Brésil passe au second plan.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Gustavo Takeshy Taniguti, «Machado, Igor José de Renó (dir.). 2011. Japonesidades multiplicadas: novos estudos sobre a presença japonesa no Brasil»Brésil(s), 4 | 2013, 223-224.

Referência eletrónica

Gustavo Takeshy Taniguti, «Machado, Igor José de Renó (dir.). 2011. Japonesidades multiplicadas: novos estudos sobre a presença japonesa no Brasil»Brésil(s) [Online], 4 | 2013, posto online no dia 15 abril 2014, consultado o 06 dezembro 2021. URL: http://journals.openedition.org/bresils/369; DOI: https://doi.org/10.4000/bresils.369

Topo da página

Autor

Gustavo Takeshy Taniguti

Gustavo Takeshy Taniguti est doctorant en sociologie de l’Université de São Paulo et chercheur au Laboratoire d’études sur l’ethnicité, le racisme et la discrimination (LEER-USP).

Artigos do mesmo autor

Topo da página
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search