Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vidal, Dominique. 2016. Le Brésil, terre de possibles.

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 130 p.
Christophe Brochier
Référence(s) :

Vidal, Dominique. 2016. Le Brésil, terre de possibles. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 130 p.

Texte intégral

1Dominique Vidal a publié en 2016 ce court ouvrage qui ambitionne de proposer un portrait sociologique du Brésil visant essentiellement le public non spécialiste. Il s’agit d'une évidente réussite. Dans un vocabulaire limpide, sans jargon et sans supposer chez le lecteur des connaissances qu’il ne peut avoir, l’auteur parvient à présenter de façon très complète quelques traits essentiels de la sociologie de ce pays qui n’est simple à saisir qu’en apparence. Le Brésil, terre de possibles pallie ainsi l’absence d'un ouvrage de synthèse en français dans ce domaine et il est appelé à rejoindre la (courte) liste des classiques sur le sujet (Jacques Lambert, Charles Morazé ou Roger Bastide) et celle plus actuelle des livres d’introduction produits par des géographes (Martine Droulers, Hervé Théry), des politistes (Daniel Pécaut) ou des historiens (Armelle Enders).

2Il convient cependant de ne pas se tromper sur les intentions de l’auteur pour pouvoir apprécier ses analyses à leur juste valeur. En effet, Dominique Vidal ne propose pas un panorama complet de la société brésilienne : pas de synthèse démographique ni d’analyse des forces et des faiblesses de l’économie ou des différences géographiques, culturelles et sociales visibles au niveau des régions. L’objectif est de comprendre le « nouveau Brésil », celui qui s’est constitué depuis les années 1980, en insistant particulièrement sur les relations sociales et leur rapport à la construction de la démocratie. Dominique Vidal veut ainsi éviter de ne penser le pays que comme un produit figé de son histoire, refusant le culturalisme comme l’évolutionnisme qui, à ses yeux, le saisissent sur des bases fausses. Le Brésil, s’il ne peut être compris sans une connaissance approfondie de son histoire, ne peut être ramené au cliché d’une nation engluée dans des archaïsmes, d’autant plus artificiellement saillants qu’ils seraient envisagés à partir du modèle européen. Il doit être regardé comme un « pays moderne parmi d’autres » dont les traits fondamentaux doivent être patiemment reconstitués par un aller-retour entre l’historiographie et l’observation des comportements actuels des Brésiliens. En ce sens, il est une terre de possibles : son évolution n’est que partiellement prévisible, à condition de pouvoir mesurer avec précision le jeu des contraintes anciennes et des ouvertures actuelles.

3L’autre orientation essentielle de l’ouvrage tient dans l’intérêt que l’auteur porte à la démocratisation du Brésil. Le terme peut être entendu selon trois référentiels possibles : l’éloignement des archaïsmes politiques et sociaux hérités du XIXe siècle, l’affirmation de structures politiques démocratiques dans les années 1980 après une longue période de dictature, et, surtout, le tissage progressif dans les esprits et les faits d’une société d’égaux ou tout au moins de citoyens acceptant de se voir comme des égaux. Cette triple perspective irrigue tout l’ouvrage et lui confère son originalité. Ainsi, Le Brésil, terre de possibles dépasse la simple synthèse pour proposer non pas de véritables thèses mais un angle de vue et une direction dans les questionnements. Cette structuration intellectuelle particulière alimente la rédaction de chacun des chapitres.

4Le premier est consacré aux inégalités, le deuxième au métissage, le troisième aux sociabilités, le quatrième à la politique et le dernier aux « défis de l'âge démocratique ». Chaque partie propose une synthèse des points essentiels, accessible et sans digression, cherchant à tenir compte à la fois des éléments anciens que chacun doit connaître, des points d’accord des meilleurs spécialistes, mais aussi des orientations récentes. Cela permet à l’auteur de brasser en 130 pages un grand nombre d'aspects de la société brésilienne : la mobilité sociale, les rapports de classe, l’image subjective du pays, le rôle du métissage, les inégalités de naissance, les nouvelles revendications politiques, l’évolution du Parti des travailleurs (PT), etc.

5Dans le premier et le troisième chapitre, la préoccupation pour les éléments relationnels des positions sociales est la plus visible. L’auteur prend ainsi au sérieux cette dimension du fonctionnement d’une société, thème en général plus étudié par les anthropologues. Il discute à la fois des notions classiques comme le clientélisme ou la débrouille, des évolutions importantes comme la croissance du pentecôtisme et des notions inspirées de ses enquêtes de terrain comme la recherche de la justice.

6C'est cependant la conclusion qui est la plus originale et la plus pénétrante. D’après Vidal, malgré la violence et les inégalités, le système politique brésilien s’est stabilisé. Les acteurs du jeu politique ont accepté la démocratie dans une partie de sa profondeur. Les citoyens sont plus revendicatifs et moins attentistes vis-à-vis de leurs gouvernants et ils n’acceptent plus l’inégalité comme une donnée fondamentale de la vie. Pour autant, l’évolution du pays n’est pas facilement repérable, le Brésil « est à un tournant ». En ce sens, Vidal nous donne deux ans avant les évènements politiques actuels quelques clefs pour comprendre la montée du vote conservateur et antisystème. La société brésilienne combine de façon complexe des habitudes traditionnalistes (famille, église, corporatisme, etc.) et des attentes nouvelles. Les années de croissance ont rendu les habitants plus exigeants face aux dysfonctionnements et les classes populaires ne sont plus disposées à faire complètement confiance aux élites prétendant parler en leur nom. Le consensus populaire au sujet de l’importance du PT s’est éteint dans le déchaînement de crises économiques et judiciaires, et les propositions populistes trouvent dans cette situation un espace de développement. Dès lors, la lente constitution d’une société qui remplacerait les hiérarchies héritées par des relations volontairement horizontales peut subir de nouveaux contretemps. On discerne aisément toute la pertinence de cette notion, qui recoupe en partie celle des rapports de classe pour interroger l’évolution du Brésil et, sans doute, les faits politiques et sociaux à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Vidal, Dominique. 2016. Le Brésil, terre de possibles.  », Brésil(s) [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/3708

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals