Navigation – Plan du site
Varias

Insurrections populaires dans le Sud global : un retour de la lutte des classes sans classes ?

Insurgências plebeias no Sul global. Retorno da luta de classes sem classes?
Popular Insurrections in the Global South: Is the Class Struggle without Class Coming Back?
Ruy Braga
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Dans divers contextes nationaux, la crise de la globalisation qui s’est ouverte en 2008 a accentué l’adoption par les gouvernements concernés de politiques néolibérales. Elles ont été caractérisées par de profondes transformations, notamment l’affaiblissement des protections sociales, qui a conduit à une accentuation de la précarisation du travail. La détérioration de la relation salariale fordiste et l’augmentation du chômage ont permis dans des pays très divers, une croissance du travail informel enlevant aux travailleurs leur protection contractuelle, augmentant l’instabilité de l’emploi (accélération des taux de rotation et intermittence). Les négociations collectives sont devenues de plus en plus décentralisées et les contrats de travail plus précaires et individualisés, détruisant la capacité protectrice de « l’économie morale des pauvres » et faisant de l’action directe l’unique alternative possible pour que le « précariat » puisse exprimer ses revendications. Peut-on parler d’un retour à la « lutte des classes sans classes » ? C’est la question à laquelle cet article tente de répondre à partir de la comparaison des expériences de classe des travailleurs pauvres et précaires dans trois pays considérés comme appartenant au Sud global : Portugal, Afrique du Sud et Brésil.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en janvier 2018 ; approuvé en juillet 2018.

Texte intégral

1Sur l’échiquier politique, à droite comme à gauche, l’heure est à la polarisation sociale. Ce que l’on nomme le populisme semble revenir en force au niveau mondial, avec d’un côté Donald Trump et le Brexit, et de l’autre Bernie Sanders et Jeremy Corbyn. Aux avancées de l’extrême droite profasciste dans les pays du centre-est de l’Europe ont succédé des victoires électorales de l’extrême gauche dans le Sud du continent. La vague rose qui a déferlé sur l’Amérique latine dans les années 2000 s’effondre face aux coups d’État parlementaires (Honduras, Paraguay, Brésil...) et aux victoires électorales serrées de partis de droite (Argentine, Chili...). En Afrique du Sud, à l’instar de ce qui s’est passé récemment avec la présidente brésilienne Dilma Rousseff, Jacob Zuma fait face à un processus d’impeachment en plein milieu d’une crise sociale sans précédent, où se côtoient intensification des grèves et banalisation des attaques xénophobes dans les communautés pauvres.

2Déjà amplement analysée et documentée, la crise de la mondialisation qui s’est ouverte en 2008 a été un tournant décisif dans la politique internationale, conduisant les classes dominantes du Nord global à recourir à l’intervention des États pour essayer de stabiliser le système. Cependant, une fois cet objectif atteint, elles sont revenues à l’attaque contre les classes subalternes avec une version encore plus dure du néolibéralisme. Les travailleurs payent les frais de la crise en subissant de rigoureux plans d’austérité, avec des niveaux de vie toujours plus bas. Pour résumer, la vague de spoliation néolibérale tend à semer des révoltes et à multiplier des conflits qui s’avèrent difficiles à résoudre dans les cadres démocratiques traditionnels. Certaines ressemblances avec la période de l’entre-deux-guerres du siècle précédent et sa succession de crises économiques et de retournements politiques sautent aux yeux.

3Aujourd’hui comme autrefois, la nature essentiellement destructrice de l’autorégulation du marché se paye en souffrances humaines, menaçant la « substance de la société elle-même » pour reprendre les mots de Karl Polanyi. Naturellement, les dégâts engendrés par le libéralisme ne se limitent pas à un seul pays et accompagnent la diffusion historique du marché lui-même en tant qu’institution globalisante. La crise du fordisme, dans les années 1970, et la consolidation de l’hégémonie néolibérale à partir des années 1980 n’ont pas seulement bouleversé les formes sociales de régulation du marché. Elles ont également instauré une nouvelle vague de marchandisation, dont le produit le plus visible est, pratiquement dans le monde entier, la croissance de l’insécurité économique ainsi que celle des inégalités entre les classes sociales.

4La vague de marchandisation qui a commencé dans les années 1970 et s’est intensifiée avec l’effondrement du socialisme bureaucratique dans les années 1990 a brusquement anéanti les efforts d’institutionnalisation de ce qu’Edward P. Thompson avait nommé « l’économie morale des pauvres » et qu’il définissait ainsi :

[une] vision traditionnelle cohérente des normes et des obligations sociales, des fonctions économiques propres aux différents acteurs de la communauté́ qui, prises ensemble, peuvent être considérées comme constituant l’économie morale des pauvres. Une atteinte à ces postulats moraux, tout autant qu’une privation réelle, étaient le point de départ habituel de l’action directe. (Thompson 2015 1971], 254)

  • 1 Au-delà de la simple dimension géographique, j’interprète le Sud global comme une métaphore de la « (...)

5Assiste-t-on à un retour de la lutte des classes sans classes ? C’est la question à laquelle j’envisage de répondre dans cet article en examinant la maturation de l’expérience de classe des travailleurs pauvres et précaires dans trois pays de ce que l’on appelle le Sud global1. L’historien anglais ne nous laisse pas oublier que les formes traditionnelles de représentation des classes ouvrières, c’est-à-dire les syndicats et les partis ouvriers, ont connu une transition au cours de laquelle les vieilles structures organisationnelles fordistes n’ont plus été suffisamment efficaces pour enrayer ce déclin, tandis que les nouvelles expériences de structuration en étaient encore à un stade embryonnaire. En outre, les mutations n’ont pas seulement concerné la conscience de classe (celle de la plèbe est différente de celle de la classe ouvrière industrielle). Elles ont aussi touché les formes caractéristiques de révolte, laissant place à l’action directe et rapide.

6La croissante détérioration de la relation salariale fordiste et l’augmentation du chômage dans de nombreux pays ont augmenté l’informalité du travail, diminuant la protection des travailleurs, intensifiant la rotation du travail et stimulant l’intermittence. Les négociations collectives sont devenues de plus en plus décentralisées et les contrats de travail toujours plus précaires et individualisés, minant la capacité protectrice de « l’économie morale des pauvres » et transformant l’action directe en seule alternative envisageable.

  • 2 Dans le cas de l’Europe, par exemple, voir la liste des grèves générales dressée par Jörg Nowak et (...)

7De fait, cette rencontre entre néolibéralisme économique, précarisation du travail et croissance globale de la force de travail s’est accompagnée de l’intensification des luttes sociales dans différentes régions du globe2. Les protestations ont recommencé à prendre de l’ampleur après le début de la crise de la mondialisation, atteignant un point culminant entre les années 2011 et 2015. Comment interpréter l’anomalie selon laquelle le syndicalisme fordiste décline tandis que la mobilisation des travailleurs se durcit (Carothers & Youngs 2015) ?

8La première piste nous est donnée par Marcel van der Linden, pour qui la principale caractéristique du cycle actuel est que l’écrasante majorité des protestations pour les droits des travailleurs référencées dans la base de données de l’Institut d’études avancées sur le travail d’Amsterdam (Amsterdam Institute for Advanced labour Studies – AIAS) ont adressé leurs revendications aux gouvernements, exigeant que l’État national, au lieu de s’occuper des intérêts des grandes banques et des secteurs commerciaux, développe des politiques économiques et sociales capables d’endiguer la « démoralisation » de « l’économie morale » des citoyens (Linden 2016, 202).

9Ainsi, les protestations actuelles gravitent-elles autour de l’opposition à la vague de marchandisation du travail, de la terre et de l’argent. On en connaît les principales conséquences : élimination des aides alimentaires et énergétiques ; réduction des salaires ; augmentation des taxes sur la circulation des biens et des services de base ; attaques contre la sécurité sociale ; réformes régressives des systèmes de retraite et de santé ; précarisation du travail ; fin du contrôle des prix du transport public et des loyers. Il est en outre de plus en plus fréquent de voir la dénonciation de ces politiques publiques être associée à celle de l’influence démesurée du pouvoir de la finance et des grandes entreprises sur les décisions prises par les gouvernements nationaux. Bref, les travailleurs, surtout dans le Sud global, sont en train de donner un autre sens à leur expérience de classe afin de défendre par l’action directe leur propre subsistance menacée par le néolibéralisme.

Portugal : la pulsion plébéienne

10Durant de nombreuses décennies, le modèle de développement fordiste issu de la démocratie sociale a été le principal antidote au caractère fluctuant et instable des emplois et des styles de vie des classes subalternes et salariées, inspirant ainsi l’imaginaire des travailleurs non seulement du Nord, mais aussi et surtout du Sud global. À l’intérieur du continent européen lui-même, la promesse d’une citoyenneté salariale, c’est-à-dire la combinaison entre le développement professionnel et la protection des travailleurs pour la plupart salariés, a stimulé l’activisme des forces sociales du travail dans différents contextes nationaux, spécialement après l’effondrement du cycle autoritaire qui avait emprisonné les périphéries jusqu’au milieu des années 1970.

11La possibilité donnée aux pays semi-périphériques comme l’Espagne, la Grèce et le Portugal d’atteindre un niveau de protection sociale comparable à celui des nations les plus avancées de l’Europe occidentale a été mise en avant comme étant l’un des principaux avantages du projet d’intégration du continent repris dans les années 1980 sur l’insistance du premier gouvernement Mitterrand. Et, de fait, les nouveaux gouvernements du Sud de l’Europe cherchant à consolider leurs transitions démocratiques respectives se précipitèrent dans cette direction, le cas portugais étant le plus emblématique de tous.

12La trajectoire d’une révolution populaire victorieuse, en grande partie menée par des forces alignées sur le bloc soviétique et postérieurement absorbée par le projet européen, a révélé, dans un moment d’incertitudes sur la viabilité de l’Union européenne, non seulement son potentiel politiquement apaisant mais, également, sa force sociale en matière de développement économique. Malgré le scepticisme précoce du mouvement syndical, mené par la CGTP (Confederação Geral dos Trabalhadores Portugueses), sur l’intégration européenne, l’enthousiasme avec lequel l’élite politique et les classes dominantes du pays ont adhéré au projet a assuré au Portugal un rôle de pionnier dans l’unification du continent.

13Cependant, le projet européen s’est rapidement révélé être une initiative prioritairement centrée sur la création d’une monnaie unique capable de sécuriser un marché commun de consommation pour dynamiser la marchandisation du travail à l’échelle continentale. Dès lors, les attentes politiques suscitées par la démocratisation du Portugal ne pouvaient être que frustrées et, de plus, la mise en œuvre de ce programme a modifié de manière notable la structure de classes du pays.

14Malgré les progrès indéniables déclenchés par l’intégration continentale et la modernisation de l’infrastructure nationale, sans compter les avancées dans les domaines de l’éducation et de la santé, la société portugaise est entrée dans une période de profondes inégalités entre les classes. Il en a résulté une augmentation de l’inquiétude sociale et de la polarisation politique. Afin d’analyser l’expérience des travailleurs portugais pauvres et de leurs formes de mobilisation lors des quinze dernières années, il est possible d’examiner l’émergence de différentes organisations autonomes de jeunes précarisés ainsi que la mise à jour d’un programme et d’un répertoire d’action directe.

15Schématiquement, il est possible de différencier deux grands moments dans ce processus. Le premier a commencé dans les années 2000 avec la vague de mobilisation sociale associée à l’éclosion de l’altermondialisme lors des Forums sociaux mondiaux et de leurs équivalents régionaux (Forum social européen) et nationaux (Forum social portugais). Le second a débuté en 2011, dans un contexte de crise économique mondiale lors de l’adoption de la politique d’austérité négociée entre la Troïka (c’est-à-dire le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et la Commission européenne) et le gouvernement du premier ministre socialiste José Sócrates, puis de son successeur, le conservateur Pedro Passos Coelho.

16Comme on pouvait s’y attendre, l’application de ces mesures accompagnées d’une attaque contre les droits des travailleurs, ainsi que de la réduction des dépenses de santé et d’éducation ont accéléré un changement soudain de la conjoncture politique et provoqué un regain de l’action collective. Entre 2010 et 2013 seulement, le Portugal a connu cinq grèves générales, soit autant que lors de la période démocratique précédente.

17Outre l’aggravation de la crise sociale, les politiques d’austérité du Sud de l’Europe ont accentué les tendances antérieures de précarisation du travail (flexibilisation des contrats, baisse de salaires), préparant ainsi le terrain à une nouvelle vague de mobilisations à l’échelle européenne dont le Portugal fut l’initiateur (Baumgarten 2013).

18Avant tout, il s’agissait de la maturation de la relation existante entre le militantisme influencé par le mouvement EuroMayDay, l’augmentation du « précariat » causée par la détérioration des conditions de travail dans le contexte de crise de la mondialisation et la mise en œuvre à l’échelle nationale de politiques d’austérité décidées au niveau européen. Il convient de souligner que j’entends par « précariat » les groupes de la classe ouvrière aux conditions de vie et de travail précaires, c’est-à-dire les plus affectés par les crises économiques et, par conséquent, les plus exposés aux cycles d’augmentation de la pauvreté et des inégalités entre les classes. Il faut leur ajouter les strates intermédiaires des différentes classes sociales et, en particulier, les plus jeunes qui, en raison de la croissance des inégalités sociales, avancent vers la prolétarisation. En termes marxistes, le « précariat » est cette fraction de la classe ouvrière formée par l’amalgame de ses populations latentes, fluctuantes et stagnantes (Braga 2012). On peut ainsi dire qu’il est formé de groupes sociaux de travailleurs pauvres et des secteurs moyens de la société, surtout les plus jeunes, en transition plus ou moins permanente entre l’augmentation de l’exploitation économique et la menace de l’exclusion sociale.

19Si l’on observe les classes subalternes dans les différentes sociétés nationales, on constate que le « précariat » y est incontestablement très bien représenté. En conséquence, s’y référer n’équivaut pas à se passer de concepts comme ceux de « travailleurs », de « classes subalternes », voire de « plèbe », mais simplement à qualifier le secteur des classes subalternes dont l’observation permet de comprendre le cycle actuel des insurrections populaires à l’échelle mondiale.

20À ce propos, précisons que je prends une certaine distance avec le concept de « multitude » richement élaboré par Michael Hardt et Antonio Negri (2004). Pour ces auteurs, elle est la source du pouvoir constituant global dans la mesure où elle constitue une classe ayant des caractéristiques très semblables dans différents pays (du fait de la mondialisation de la production à l’échelle planétaire) et qui se retrouve en première ligne face à « l’empire » formé par l’amalgame des multinationales et des institutions de gouvernance mondiale (G-7, OMC, FMI, etc.). Parmi les principales caractéristiques de la multitude, on peut trouver un engagement pour la « production de différences, d’inventions et de modes de vie » occasionnant une « explosion de singularités » connectées et coordonnées par un « processus constituant ouvert ».

  • 3 En d’autres termes, les possibilités d’existence d’un nouveau cycle d’internationalisme ouvrier ne (...)

21Ainsi que je le souligne dans cet article, le précariat s’est révélé être une source assez dynamique d’interpellations, non pas des entreprises ou de la gouvernance mondiale, mais plutôt des États nationaux. De plus, on ne peut le considérer comme générant un « pouvoir constituant global » car son action consiste à résister aux attaques de la marchandisation, en utilisant notamment la défense du rôle protecteur du travail et, par conséquent, de sa propre subsistance. De cette manière, le précariat ne se place pas « hors » des institutions pour « constituer » une société globale d’un nouveau genre, mais tend à jouer le rôle de « pouvoir instituant », c’est-à-dire de force sociale réformatrice en mesure d’interpeler l’État national par le biais de la défense des droits sociaux3.

22Dans le cas portugais, le nouveau cycle d’insurrections politiques lancé par de jeunes travailleurs à partir de 2011 a révélé l’importance de cette dimension instituante, en partageant avec le cycle précédent quelques caractéristiques-clés telles que l’importance des réseaux sociaux, l’horizontalité organisationnelle et la centralité des collectifs engagés contre les faux contrats de travail indépendant.

23Il est néanmoins important de souligner que le passage des années 2000 aux années 2010 a été accompagné par un ajustement de l’échelle de la contestation sociale. La dimension globalisée des protestations a été mise au second plan au bénéfice d’exigences pour plus de démocratie et de changements dans les politiques nationales, la plèbe se retournant alors contre l’État national.

24Ceci nous aide indiscutablement à comprendre les raisons de la revalorisation des syndicats par les mouvements de travailleurs précaires. Dans une certaine mesure, on est passé d’une posture nettement hostile à leur égard, perceptible lors des EuroMayDays, à une attitude collaborative. Finalement, avec l’État social devenant la cible privilégiée de la politique de spoliation, les syndicats sont apparus comme des alliés naturels dans la défense de « l’économie morale des pauvres », c’est-à-dire des droits fondamentaux, du système de retraite et des dépenses de santé et d’éducation.

25Il est probable que la première expérience réussie d’auto-mobilisation du jeune précariat postfordiste portugais ait été l’organisation de la grève, en décembre 2002, des opérateurs des centres d’appel de l’entreprise EDP (Energias de Portugal). Dans un contexte de grande rotation du travail et de syndicalisation pratiquement inexistante, le collectif « Stop Précarité » a réussi à organiser des assemblées avec les employés et à lancer une campagne contre les baisses de salaires annoncées par l’entreprise (Soeiro 2015, 193).

26Cette action pionnière a inauguré le cycle de mobilisations du jeune précariat portugais qui s’est formé – et ce n’est pas un hasard – dans le secteur des centres d’appel. Il est toutefois important de souligner que, dans ce processus, la présence syndicale est restée relativement effacée. Dans une certaine mesure, cela est dû à la combinaison de l’inexpérience politique et de la maladresse des organisations concernées. D’où l’importance d’initiatives comme celle de l’association de lutte contre la précarité, Precários Inflexíveis, dont la tactique d’action directe a prioritairement visé ce groupe de travailleurs.

27Précaires inflexibles (PI) a été créé durant le premier MayDay de Lisbonne en 2007. Les PI se sont fait rapidement connaître en dénonçant l’endettement des travailleurs indépendants auprès de la Sécurité sociale. Aux côtés d’autres organisations (notamment des collectifs engagés dans la lutte pour le logement), ils ont multiplié les assemblées et initiatives de sensibilisation aux droits des travailleurs, mais ont su aussi diversifier leur répertoire d’actions : cours de théâtre, ateliers d’écriture créative, lancements de livres et expositions photographiques.

28Durant la seconde moitié des années 2000, le principal intérêt des PI était de discuter avec les travailleurs sur le thème de la précarité ouvrière dont, à cette époque, les syndicats se préoccupaient peu. La méthode privilégiée fut donc l’action directe transgressive grâce à des initiatives exemplaires à même d’attirer l’attention d’un large public comme des occupations de centres d’appel et des graffitis sur les locaux des agences de travail temporaire. Cela permettait d’assurer une certaine visibilité à leurs revendications. C’est notamment l’occupation des centres d’appel qui est devenue le signe distinctif du mouvement (Soeiro 2015, 188).

29Cependant, avec la crise de 2008 et la mise en œuvre de politiques d’austérité négociées avec la Troïka, ces initiatives ont perdu peu à peu de leur efficacité, principalement en raison des craintes des travailleurs encore employés à soutenir de telles actions. Le reflux de la fin des années 2000 n’a pourtant duré que peu de temps. Dès 2011, un nouveau cycle de contestation s’est enclenché, surprenant la plupart des analystes politiques (Baumgarten 2013).

30Entre mars 2011 et novembre 2013, douze grandes manifestations ont été recensées, organisées soit par des travailleurs précaires, soit par le mouvement syndical. La vague des mobilisations spontanées a commencé par la manifestation du 12 mars 2011, connue sous le nom de Génération à la traîne, organisée sur les réseaux sociaux et sans les syndicats. L’adhésion a été massive, surtout de la part des jeunes travailleurs précaires, et a constitué, malgré ses contradictions, un moment d’inflexion sur la scène politique portugaise.

31La nouveauté de ce mouvement a été de se pencher sur le rôle social central du jeune précariat, en utilisant des thèmes liés au marché du travail et au manque de démocratie, dans le but d’interpeller le gouvernement portugais (Baumgarten 2013). En analysant les 2 083 lettres laissées à l’Assemblée de la République par les manifestants le 12 mars 2011, José Soeiro conclut que si les questions relatives au travail et à l’emploi étaient largement prédominantes lors de la protestation, il y avait également une évidente préoccupation quant à la participation à la vie démocratique du pays (Soeiro 2015, 152).

32En ce qui concerne les relations entre le mouvement des jeunes précaires et le syndicalisme, il convient de souligner qu’elle a été une expérience généralement tendue alimentée par une crise économique grandissante ayant progressivement détérioré les bases du pouvoir de négociation des syndicats. Cependant, au vu de la nécessité de défendre les droits des travailleurs au cours des mobilisations anti-austérité, un ordre du jour plus collaboratif que compétitif s’est imposé, en particulier avec les syndicats affiliés à la CGTP. Ces derniers ont commencé à considérer le mouvement des précaires comme un allié dans la résistance contre le démantèlement de « l’économie morale » de la plèbe instauré par l’accord avec la Troïka.

33Concrètement, la grève générale convoquée par la CGTP et l’UGT (União Geral de Trabalhadores) le 24 novembre 2011, considérée par de nombreux syndicalistes comme la plus grande action de ce type de l’histoire portugaise, a connu une adhésion massive des jeunes travailleurs précaires, qui ont rejoint la manifestation des syndicalistes devant l’Assemblée de la République. La CGTP s’est en outre associée à la grève du 2 mars 2013 convoquée par le mouvement Que se lixe a Troika [La Troïka, va te faire foutre]. Ce point culminant d’un ensemble d’initiatives menées à bien par les secteurs les plus actifs du syndicalisme et du mouvement social comme les professeurs, les infirmiers, les retraités et les dockers, a permis notamment de réunir près de 800 000 manifestants à Lisbonne (Camargo 2013).

34Dans le sillage de l’insurrection plébéienne qui a marqué le début du nouveau cycle de mobilisation des précaires, une nouvelle conjoncture a stimulé l’appétit pour la grève du jeune précariat. Son rapprochement avec des organisations comme les PI n’a pas seulement redéfini les formes d’engagement militant au moment du reflux des manifestations de masses, il a également permis de tester les limites du bureaucratisme syndical portugais.

35L’illustration la plus importante de cette nouvelle appétence syndicale des travailleurs précaires est probablement la grève des opérateurs de télémarketing de Linha Saúde 24. Ce service avait été créé au milieu des années 2000 pour le compte du Service national de santé (SNS) afin d’assurer un tri des demandes médicales, de procurer des renseignements et de faciliter l’orientation. Il s’agissait d’une unité de moyenne ampleur employant 400 téléopérateurs à Lisbonne et à Porto, pour la plupart infirmiers, qui devaient réceptionner les appels téléphoniques 24 heures sur 24. L’entreprise de télémarketing qui en avait la charge recrutait et rémunérait ses employés au moyen de faux reçus de micro-entrepreneurs (Soeiro 2015, 325-362).

36Fin 2013, lors du renouvellement de l’adjudication, l’entreprise retenue avait, pour l’emporter, proposé aux travailleurs une baisse de salaire de 50%. Un conflit s’est alors engagé qui a débouché sur une première grève le 4 janvier 2014. Ce moment de mobilisation a été marqué par l’apparition de deux commissions d’employés, l’une à Lisbonne et l’autre à Porto, qui se sont organisées sur Facebook. Les PI ont alors cherché à sortir des limites privées de l’entreprise pour placer la grève dans la sphère publique. Dans ce but, ils se sont adressés à l’Autorité pour les conditions de travail (ACT) et à la Direction générale de la santé ; ils ont rencontré des groupes parlementaires et ont mobilisé l’Ordre des infirmiers.

37Cet exercice de pouvoir symbolique des subalternes s’est montré fructueux. La décision de l’entreprise de renvoyer les téléopérateurs grévistes s’est trouvée bloquée du fait de l’écho des événements dans les débats parlementaires et de la prise de position officielle de l’Ordre des infirmiers et de la CGTP. L’entreprise a dû renoncer aux licenciements, et le mois suivant, l’ACT a reconnu dans son rapport qu’il ne s’agissait pas de travailleurs indépendants, déclenchant ainsi la discussion de la Loi contre la précarité qui a été approuvée juste après l’Initiative législative citoyenne qui a fait suite aux manifestations de Génération à la traîne. Les contrats de travail des opérateurs ont été régularisés, mettant ainsi fin à la grève.

38L’expérience portugaise a montré que la vie politique institutionnelle, y compris sous sa forme syndicale, et des mouvements de travailleurs précaires ne sont pas antagonistes mais, plutôt, complémentaires. En même temps, elle a révélé l’une des principales limites de la vague actuelle de rébellions sociales : la lutte politique du précariat global vise prioritairement l’État national. Dès lors, le couronnement de cette dynamique semble être le renforcement des partis sympathisant de la mobilisation du précariat, comme le Bloc de gauche portugais. Malgré les récents efforts de reconstitution d’un ensemble de mesures de protection mis en œuvre après la formation du gouvernement socialiste d’Antonio Costa, la crise de la globalisation a dévasté une partie considérable des droits des travailleurs et du système de protection sociale au Portugal. C’est une tendance que l’on peut constater dans tout le sud de l’Europe.

Afrique du Sud : la révolte des pauvres

39Le rythme auquel les attaques « austériphiles » contre la citoyenneté salariale prennent corps dans la semi-périphérie capitaliste suggère que la régulation démocratique du conflit social est en train d’être progressivement remplacée par des régimes despotiques déguisés en « démocratie de basse intensité », pour reprendre l’expression de Boaventura de Sousa Santos (2002).

40Généralement, plus la « démoralisation » de « l’économie morale des pauvres » est profonde, plus l’« apartheid social » prend de l’ampleur. On assiste ainsi à une spoliation, par l’interconnexion de différents modes de marchandisation (travail, terre et argent), des conquêtes des travailleurs pauvres en matière de protection sociale, d’accès aux services de base, de garanties de revenu et de droits à la citoyenneté. Évidemment, comme cela s’était passé lorsque le régime de l’apartheid racial était en place, cette nouvelle attaque ne peut que stimuler la résistance populaire.

41Pour de nombreuses raisons, le cas sud-africain est emblématique de cette réinvention de l’apartheid. Le despotisme racial qui assurait la reproduction du système de travail par la ségrégation (Wolpe 1972) s’est renforcé dans le contexte de la « révolution nationaliste » sud-africaine des années 1940. Toutefois, les attaques politiques des nationalistes afrikaners blancs contre les populations noires, cumulées aux effets économiques de l’avènement du fordisme raciste et périphérique sud-africain, ont stimulé l’intensification de la résistance des travailleurs noirs aux structures de ségrégation du régime d’apartheid qui leur était imposé (Moodie 1975).

42C’est de la combinaison entre le ralentissement du cycle de croissance économique et la réactualisation du défi politique représenté par l’augmentation de la résistance de la population noire qu’a surgi le revirement des années 1970 (Saul & Bond 2014). Comme on pouvait s’y attendre, l’expérience de classe forgée à partir de l’association entre despotisme industriel, ségrégation sociale et exclusion politique massive a donné corps à la trajectoire du mouvement syndical noir en Afrique du Sud.

43L’augmentation de la résistance populaire constatée durant les années 1980 a tout simplement découlé du refus des classes subalternes africaines de rester soumises à l’oppression de l’État raciste. En ce sens, les travailleurs précaires sud-africains ont agi comme une sorte de force sociale permettant d’éroder les structures racistes tout en galvanisant la lutte des classes à une échelle pratiquement incontrôlable pour le régime. Même s’il était loin d’être une figure centrale du mouvement de résistance à l’apartheid dans les années 1960 à 1980, le mouvement de libération nationale dirigé par l’African National Congress (ANC) a resurgi au début des années 1990 comme le principal instrument de la transformation de l’Afrique du Sud en une démocratie représentative (Saul & Bond 2014).

44Bref, il n’était évidemment pas inévitable que l’ANC finisse par conquérir une position politiquement hégémonique dans le processus de libération nationale mais il était plus que probable que cela se produise au vu de cette combinaison entre un groupe politique bien structuré et le charisme de Nelson Mandela. Le mouvement de libération nationale a bien permis la transformation du pays en une démocratie représentative mais il est important de souligner que les accords célébrés entre l’ANC et le Parti nationaliste ont mis en place un pacte largement favorable aux intérêts du capital local et global (Ashman, Fine & Newman 2011).

  • 4 On désigne par « supercycle des commodities » la hausse très importante des prix des matières premi (...)

45Juste après la victoire électorale de Nelson Mandela, les efforts de l’ANC pour construire un État-nation démocratique s’appuyant sur une économie capitaliste globalisée se sont substitués à l’ancien fer de lance qu’était la lutte pour la libération nationale. Le nouveau parti au pouvoir a dès lors largement transformé la contestation contre sa nouvelle orientation libérale en une déviance politique passible de sanction. Les mesures d’austérité et les coupes budgétaires appliquées par le gouvernement ont conduit au déclin de la prospérité. Lorsque l’économie a repris du souffle au cours de la seconde moitié des années 2000 grâce au supercycle des commodities4, la baisse du taux de chômage n’a néanmoins pas été suffisante pour rétablir les niveaux d’emploi des années 1990.

  • 5 Voir les données citées par Hein Marais (2011).

46Ainsi, au plus fort de la croissance des années 2000, ce fut dans les services du secteur privé que l’on a le plus embauché. Comme ces derniers s’appuient essentiellement sur la force de travail externalisée et la sous-traitance, les nouveaux emplois ont eu tendance à être sous-payés, instables et précaires5.

47La promesse de libération nationale était gagée sur le travail soutenu que l’on attendait de chacun. Dès que les travailleurs noirs eurent compris que leurs salaires n’étaient plus une alternative à la misère, le contrat se fissura. Dès lors, les gouvernements de l’ANC se trouvèrent confrontés à la nécessité de discipliner une plèbe insurgée commençant à menacer la stabilité de la « révolution démocratique-nationale ». Avec la crise de la mondialisation, à partir de 2008, et l’augmentation du chômage, surtout chez les travailleurs noirs et pauvres, tout espoir de la jeunesse d’obtenir des emplois salariés avec des droits syndicaux sembla complètement anéanti.

48Contrairement à ce qui s’était déroulé au Portugal, la résistance à l’interconnexion des modes de marchandisation du travail, des terres et de l’argent en Afrique du Sud n’a pu s’organiser à partir de la défense d’un État social, même aussi fragile que ce qu’il était à Lisbonne. La plupart des travailleurs africains n’avaient jamais rêvé d’un État protecteur, l’accès à un emploi stable était leur horizon. De plus, la privatisation des services municipaux d’approvisionnement en eau et en électricité avait aggravé la pauvreté des familles les plus atteintes par les effets de la précarisation, les plongeant dans une crise de l’endettement et alimentant un nouveau cycle de protestations populaires organisées par les communautés pauvres (Desai 2002).

49L’eau et l’électricité ne furent plus un droit garanti par les autorités locales et devinrent des marchandises comme les autres. En somme, la dynamique de précarisation dans le pays fut moins liée à la détérioration de la réglementation du travail qu’à la « démoralisation » totale de « l’économie morale des pauvres » et, en particulier, à la raréfaction de moyens de subsistance les plus élémentaires.

50Dès que les contours de ces attaques sont devenus plus évidents, de nouvelles organisations basées sur des communautés et des groupes de pression ont commencé à émerger sur la scène politique sud-africaine. Ces mouvements se sont attachés aux problèmes perçus comme les plus urgents par les habitants des quartiers pauvres comme, par exemple, l’accès aux services municipaux privatisés, les expulsions ou la précarisation de l’emploi. Ces actions ont néanmoins souffert de différences potentiellement conflictuelles en termes tactiques et de l’excessive fragmentation des campagnes nationales contre les politiques de l’ANC (Buhlungu 2005).

  • 6 L’Alliance tripartite qui réunissait l’ANC, Parti communiste et la centrale syndicale Cosatu, a por (...)

51Toutefois, les nouveaux mouvements sociaux nés des scissions de l’Alliance tripartite ne sont pas parvenus à construire une véritable opposition à l’hégémonie néolibérale de l’ANC6. Dès lors, une nouvelle vague de protestations populaires, significativement plus violentes, massives et spontanées, a commencé, dès le milieu des années 2000, à menacer la reproduction du mode de régulation postapartheid. Les luttes quotidiennes dans les quartiers populaires ont fait monter la pression exercée par les subalternes sur les autorités politiques, occupant le vide laissé par l’échec des nouveaux mouvements sociaux du début des années 2000 (Alexander 2010).

52D’une certaine façon, pour les travailleurs noirs, la centralité des luttes pour les droits du travail s’est diffractée en de multiples actions dans les quartiers et les communautés pauvres. Lorsque l’emploi stable, malgré son importance cruciale pour les familles des travailleurs, cesse d’être une demande syndicale à court terme, il est compréhensible que la sphère de la reproduction sociale assume des proportions plus importantes dans le mode de vie des subalternes. La crise de l’emploi se transforme ainsi en actions politiques dans les quartiers, transférant les investissements organisationnels vers des thèmes liés à l’oppression des dettes et à la ségrégation spatiale.

53Il ne paraît pas exagéré d’affirmer que les protestations des communautés pauvres et les défis posés par les nouveaux mouvements sociaux à l’Alliance tripartite se sont greffés à l’épuisement des propres dirigeants de l’ANC dans leurs politiques néolibérales, pour ouvrir la voie à Jacob Zuma à la tête du Mouvement de libération nationale sud-africain lors la conférence de l’ANC tenue à Polokwane en 2007. Cependant, les espoirs d’un tournant néo-développementiste suscités par l’ascension de Zuma ont peu à peu disparu du fait de l’instabilité sociale grandissante issue de la crise de la mondialisation.

54Au-delà des projets de création d’emplois précaires pour les Africains, le gouvernement s’est fixé comme objectif l’augmentation des dépenses sociales qui sont restées largement insuffisantes pour répondre aux besoins des communautés, stimulant en retour la mobilisation sociale autour de la question de la dépense publique.

55À cet égard, il convient de souligner que la récente vague de violences xénophobes en Afrique du Sud se différencie de la contestation sociale des communautés pauvres contre les gouvernements locaux, aussi bien en termes de niveaux de coercition que par rapport aux cibles prioritaires. Cependant, même s’il s’agit d’un thème controversé, des recherches de terrain ont révélé l’existence de similitudes troublantes entre les deux types de protestation : partage des mêmes répertoires ; rapprochement entre violence et action collective ; expression de doléances concernant la corruption et l’incompétence de l’État lorsqu’il s’agit d’assurer des services adéquats en faveur des communautés pauvres (Holdt et al. 2011).

56En réaction, le parti au pouvoir a tout fait pour remplacer les dirigeants locaux minés par l’intensification du cycle des protestations. D’une manière générale, les résultats recueillis par l’ANC n’ont pas été très encourageants. Il est vrai que le gouvernement s’est révélé particulièrement absent dans les lieux où la vague de violence xénophobe s’est transformée en moyen privilégié d’action collective, c’est-à-dire sur les terrains illégalement occupés et les vieux ensembles de cabanes. D’un autre côté, face à la radicalisation des conflits sociaux, le gouvernement Zuma n’a pas hésité à employer des formes brutales de répression, aboutissant au plus grand massacre depuis les émeutes de Soweto en 1976.

57En août 2012, des mineurs de l’entreprise Lonmin, pour la plupart immigrés, se réunirent pacifiquement dans un lieu public à l’extérieur du village de Marikana pour exiger une augmentation de leur paye. La direction estima qu’une revendication issue d’une action directe et sans autorisation du National Union of Mineworkers (NUM), le tout-puissant syndicat des mineurs, menaçait le système des relations de travail qui avait assuré les bénéfices des patrons tout comme les privilèges des syndicalistes. Aussi les uns comme les autres décidèrent-ils de recourir à la police. La répression fut terrible : 34 ouvriers furent assassinés. Comme on peut le conclure de l’analyse des témoignages des employés en grève qui assistèrent aux événements, la tuerie ne fut pas le résultat d’une réaction désastreuse de la police cherchant à se protéger de la furie de travailleurs armés, mais bien d’une action délibérément planifiée et impliquant l’entreprise, le gouvernement et le syndicat (Alexander et al. 2012).

58Ce véritable bain de sang n’a toutefois pas permis de mettre fin à la grève des mineurs. Au contraire, les meneurs qui survécurent se montrèrent déterminés à ne pas reculer et organisèrent un important défilé jusqu’au siège de l’entreprise. Toute la communauté pauvre de Marikana y participa. Face à la résilience des grévistes, Lonmin accepta enfin d’ouvrir des négociations directes, concédant une augmentation des salaires des foreurs de 22%, ainsi qu’une prime de 2 000 rands à tous les grévistes qui reprendraient le travail.

59Dans une certaine mesure, les tensions accumulées dans les années 2000 et qui se creusèrent après le début de la crise de la mondialisation de 2008 connurent leur dénouement à Marikana. Il est fort probable que les plus grands défis à affronter désormais par les travailleurs sud-africains seront de vaincre le bureaucratisme, d’organiser le précariat et de reconstruire des liens de solidarité entre les syndicats et les communautés pauvres afin de redonner vie à un syndicalisme de mouvement social capable de faire face à la crise de la mondialisation. Malgré les énormes difficultés inhérentes à cette tâche, il est important de souligner le rôle stratégique joué par les secteurs précaires dans toutes les tentatives de réinvention du mouvement des travailleurs en Afrique du Sud.

60Le néolibéralisme sud-africain s’est appuyé sur la marchandisation du travail, des terres, de l’argent et des services publics du pays. Il a pu également compter sur la participation stratégique de l’État dans la configuration d’un régime hégémonique dont la légitimité s’est nourrie de la mémoire des luttes accumulées contre la dictature raciste. Il s’agit d’une combinaison étrange qui ne fait que mettre en avant la nature instable d’une forme politique hybride issue d’une révolution passive dans la semi-périphérie du système. Sous la perspective de l’histoire globale du travail, une accumulation aussi considérable de contradictions sociales découlant d’une démocratisation avec une large présence des organisations de travailleurs ne trouve de parallèle que dans l’expérience brésilienne.

Brésil : les significations de juin

61Tout comme pour Mandela huit ans auparavant, l’élection présidentielle de Luiz Inácio da Silva en 2002 a attiré l’attention internationale. Et, tout comme pour le gouvernement de l’ANC, l’espoir qu’une gestion du Parti des travailleurs (PT) s’éloigne des politiques néolibérales adoptées par les administrations antérieures a également été remplacé par l’incrédulité. La garantie de l’indépendance opérationnelle de la Banque centrale, le maintien des taux d’intérêt à un niveau élevé et de la politique de contrôle de l’inflation, ainsi que la réforme du système des retraites dans lequel un allongement des périodes de cotisation dans la fonction publique a permis de diminuer le montant des pensions, ont laissé nombre de ceux qui avaient soutenu le PT pour le moins perplexes.

62Parmi les principaux analystes de ce phénomène de conversion au néolibéralisme, le sociologue Francisco de Oliveira (2003) a mis l’accent sur la fusion des mouvements sociaux (en particulier, du mouvement syndical) avec l’appareil d’État et avec les fonds de pension ; le politologue André Singer (2009) a plutôt souligné l’effet électoralement séduisant du succès des politiques publiques de redistribution des revenus. Toutefois, ils se sont retrouvés pour décrire les principales caractéristiques de l’hégémonie luliste : l’élargissement du programme Bolsa Família, l’augmentation réelle du salaire minimum et de l’aide au crédit populaire ont soutenu la croissance économique, renforçant ainsi le marché formel du travail brésilien avec, entre 2003 et 2013, en moyenne 2,1 millions d’emplois déclarés créés chaque année.

63En fait, durant la dernière décennie, les principales tendances du marché du travail brésilien ont été plus contrastées : régularisation, bas salaires, externalisation, augmentation significative du travail des femmes, inclusion des jeunes non-blancs, augmentation des embauches dans le secteur des services et accroissement du taux de rotation de l’emploi. Le cycle de progrès matériel relatif a, simultanément, montré des limites très précises (Antunes & Braga 2009).

64Avec la globalisation néolibérale, les difficultés se sont rapidement manifestées, en premier lieu dans les emplois plus qualifiés que ceux facilement accessibles, par exemple, dans les secteurs des services aux personnes ou de la construction civile. De plus, les conditions de travail se sont détériorées. Les taux de rotation ont augmenté en même temps que la flexibilisation de l’emploi et le nombre d’accidents du travail (Filgueiras 2014).

65En vérité, jusqu’à l’arrivée définitive de la crise de la mondialisation dans le pays, en 2015, les effets les plus délétères de la précarisation du travail avaient été retardés par la conservation des emplois légaux. La base de la pyramide salariale qui s’était rapidement élargie, renforçant d’autant le marché du travail, n’avait pas été significativement modifiée jusqu’en 2015.

66Cependant, sur les 2,1 millions de nouveaux postes créés chaque année, près de 2 millions ne rémunéraient mensuellement les travailleurs que jusqu’à 1,5 salaire minimum (Pochmann 2012). C’est là le secret de polichinelle : la croissance économique de la dernière décennie s’est appuyée sur une abondante offre de travail bon marché. Ainsi, la détérioration des conditions de travail vérifiée dans les années 2000 s’est accrue et la plupart des nouveaux postes sont revenus à des jeunes, des femmes et des non-blancs, soit les groupes historiquement les plus fragiles face aux fluctuations cycliques du marché (Pochmann 2012).

67Parmi les initiatives ayant amplifié la précarisation des conditions d’embauche héritées du gouvernement Fernando Henrique Cardoso et jamais modifiées par le PT, il convient principalement de mentionner l’institution du contrat flexible, l’amplification de l’usage du contrat à durée déterminée, le contrat à temps partiel voire le remplacement du contrat à plein temps par celui à temps partiel et tout ce qui va avec, à savoir la réduction du salaire, des cotisations et des avantages.

68Il est donc possible d’identifier deux grandes tendances contradictoires en matière de précarisation du travail durant les gouvernements du PT. D’un côté, on a constaté une réduction du travail précaire du fait d’une régularisation massive de la force de travail et, de l’autre, une intensification du processus d’externalisation des activités productives dans tous les secteurs économiques, qui a fini par précariser les contrats et les salaires, dépossédant les travailleurs de certains droits sociaux (Krein & Santos 2012).

69Les gouvernements du PT ont ainsi laissé un bilan ambigu. Même s’ils n’ont pas créé de nouveaux droits pour les travailleurs, ils ont permis à nombre d’entre eux d’accéder au marché formel dans le sillage de la croissance économique et de la création de nouveaux emplois. Et, de fait, le travail précaire est longtemps resté, jusque dans les années 1990, plus ou moins directement liée aux emplois non déclarés. À partir des années 2000, le travail, même déclaré, a été externalisé et sous-traité. Les tensions plus ou moins latentes entre le régime d’accumulation et le mode de régulation qui s’étaient apaisées durant la période de boom économique se sont peu à peu intensifiées, au point d’éveiller l’inquiétude populaire, qui s’est transformée en un épineux mouvement social.

70La crise du lulisme a commencé à devenir visible, le 13 juin 2013, lorsque le Movimento Passe Livre (MPL) de la ville de São Paulo a organisé sa quatrième manifestation contre l’augmentation des tarifs du transport municipal. Elle a donné lieu à une bataille rangée dont seul un côté était armé. Le gouverneur du Parti social-démocrate brésilien (PSDB), Geraldo Alckmin, le maire luliste, Fernando Haddad, ainsi que de nombreux dirigeants politiques – dont tous les conseillers municipaux du PT et du Parti communiste du Brésil (PCdoB) – ont exigé le rétablissement immédiat de « l’ordre » dans la ville. La police militaire (PM) a répondu à ces sollicitations par une répression brutale des manifestants.

  • 7 Seulement quelques jours après le début des protestations, la popularité de l’ex-présidente Dilma R (...)

71Les grands noms du lulisme semblaient pressentir que le consentement populaire à la politique menée et sa prorogation lors des prochaines échéances électorales avaient été sérieusement mise à mal par les manifestations du MPL. En effet, tout au long du mois de juin 2013, un véritable séisme social avait ébranlé le pays, laissant dans son sillage une destruction quasi-systématique de la popularité d’innombrables gouvernements municipaux et d’États mais, également, du gouvernement fédéral de l’époque7.

72Le succès des manifestations se confirma avec le rassemblement de plus de 50 000 personnes à la Praça da Sé, à São Paulo, forçant les autorités municipales et le gouvernement de l’État à suspendre l’augmentation des transports publics le 19 juin. À partir de cette victoire populaire indéniable, le mouvement de rue se diffusa dans les principales villes du pays, à tel point qu’un sondage national publié le 21 juin à l’initiative de la Confédération nationale des transports (CNT) et de l’Institut brésilien d’opinion publique et de statistiques (Ibope) indiqua que 75 % de la population brésilienne soutenait les manifestations et que 6 % des personnes interrogées, soit l’équivalent de 12 millions de personnes, confirmaient avoir participé d’une manière ou d’une autre au mouvement de contestation (Souza 2013).

73Ce cycle, commencé en juin 2013, n’a pas seulement aidé à alimenter l’appétit pour la grève des groupes les plus précaires et périphériques des travailleurs syndicalement organisés, il a lui-même évolué selon une dynamique centrifuge. Les manifestations sur les principales places et avenues ont attiré la participation des habitants des périphéries et, parallèlement, alors qu’elles perdaient de leur force à Rio de Janeiro et à São Paulo, les protestations sont restées actives, à une échelle évidemment moindre, dans des villes comme Porto Alegre, Recife, Fortaleza et São Luís.

74La combinaison entre l’exacerbation des luttes sociales après les journées de juin 2013 et la crise du modèle de développement postfordiste et financiarisé dans le pays a stimulé l’entrée en scène du Movimento dos Trabalhadores Sem Teto – MTST [Mouvement des travailleurs sans toit] : si entre 2011 et 2012, on a recensé un peu plus de 200 occupations illégales d’immeubles à São Paulo, entre 2013 et 2014, ce chiffre est passé à 680, en particulier à partir du second semestre 2013. Dans les faits, le MTST a révélé que l’insécurité liée au logement avait un rapport direct avec les vicissitudes du travail précaire qui, comme lors du passé fordiste périphérique, continuent à obliger le travailleur à occuper illégalement des terrains dans les régions périphériques afin de minimiser les risques inhérents aux alternances entre activité et inactivité professionnelle (Boulos 2015).

75En somme, les journées de juin ont révélé la présence d’un protagoniste social, le jeune précariat urbain, se rapprochant de la tradition de mobilisation des classes subalternes dans le pays qui, depuis la consolidation du fordisme périphérique, se manifeste en revendiquant des droits sociaux et la règlementation du travail. Il s’agit d’une tradition qui tend à rapprocher le jeune précariat urbain des secteurs les plus organisés de la classe travailleuse brésilienne et, en particulier, des syndicats.

  • 8 Cela signifie une croissance de 134% par rapport à l’année précédente, lorsqu’ont été recensées 877 (...)

76La massification des protestations a galvanisé l’activisme syndical des secteurs les plus précaires des classes travailleuses du pays. Selon le Système de suivi des grèves du Département intersyndical de statistiques et d’études socioéconomiques (SAG-Dieese), les travailleurs brésiliens ont joué un rôle prépondérant en 2013, avec une vague de grèves (2 050) inédite dans l’histoire du pays8.

  • 9 Id.

77En d’autres termes, en 2013, le pays a inversé la tendance à la baisse des arrêts de travail des deux dernières décennies, et le mouvement syndical a regagné un rôle politique majeur. Dans de nombreuses capitales, par exemple, les actions dans les banques se sont multipliées. En outre, les agents de propreté urbaine, les professeurs, les fonctionnaires, les métallurgistes, les ouvriers de la construction civile et les chauffeurs de bus ont retrouvé le chemin de la mobilisation syndicale entre 2013 et 20159.

78Ainsi, l’année 2013 a montré une convergence spontanée entre la lutte politique du précariat urbain se manifestant dans les rues pour défendre ses droits sociaux et la lutte économique de la classe travailleuse syndicalement mobilisée pour défendre salaires et conditions de travail. En d’autres termes, l’association de ces deux dimensions des luttes de classes du pays a atteint aussi bien le mode de régulation luliste que le régime d’accumulation postfordiste et financiarisé qui ont garanti la reproduction du modèle de développement capitaliste brésilien jusqu’au coup d’État parlementaire de 2016.

79En somme, la crise du lulisme a signifié l’effondrement d’un mode de régulation hégémonique lié au cycle expansif du régime d’accumulation postfordiste et financiarisé. L’avancée de la crise de la mondialisation dans le pays a fini par éliminer les possibilités de concessions aux travailleurs, radicalisant le conflit autour de la redistribution et précipitant une issue réactionnaire : un coup d’État parlementaire dont la raison ultime consiste à approfondir le néolibéralisme par des politiques de spoliation sociale multipliant les attaques contre les dépenses sociales, les droits des travailleurs et le système de retraite, tout cela à l’encontre des attentes des classes subalternes brésiliennes.

Conclusions

80Au vu des cas analysés, il est possible de conclure que les nouveaux mouvements sociaux mis en œuvre par les jeunes travailleurs au chômage – ou sous-employés – du Sud global sont un défi posé au conflit entre régulation politique et accumulation économique. En effet, l’avancée de la marchandisation est devenue une source de la précarisation de la condition prolétaire mais, également, un stimulus, à l'échelle nationale, pour des insurrections plébéiennes menées par les travailleurs précaires. Dans cet article, j’ai cherché à analyser des processus au sein desquels l’inquiétude sociale dans les quartiers et les communautés a débordé dans la sphère publique en se manifestant de manière plus ou moins organique par des soulèvements populaires dont la cible est invariablement l’État.

81En général, les travailleurs pauvres s’impliquent dans l’activisme de base au moyen d’assemblées populaires, par la formation de syndicats indépendants, par l’action directe et rapide sur les représentants de l’État ou par la création de nouveaux mouvements sociaux. La résistance de la plèbe s’est définitivement réincarnée dans les conflits contemporains menés par les travailleurs précaires un peu partout dans le monde, revigorant ainsi l’intérêt porté à la notion d’Edward P. Thompson (1978) de « lutte des classes sans classes ».

82C’est dans cette optique qu’il nous paraît utile d’interpréter la praxis politique du précariat en nous inspirant de l’essai bien connu d’E. P. Thompson (2015 [1971]) consacré à « l’économie morale de la foule ». Comme nous le savons, dans sa formulation originale, la notion d’« économie morale » a voulu révéler le comportement politique de la foule durant ce que l’on a appelé les « mutineries de la faim » de l’Angleterre du XVIIIe siècle, en partant de l’observation de la centralité des valeurs traditionnelles ou des normes culturelles non-économiques dans l’orientation de son action politique.

83De ce fait, cette première vague de marchandisation de la nature et de l’argent promue par l’État via la libéralisation du commerce des grains et, en conséquence, par la modification de la forme traditionnelle de fixation du prix du pain, a été accompagnée de grandes insurrections plébéiennes qui interpellaient les gouvernements et cherchaient à contrôler les prix afin de protéger l’économie morale des menaces du marché. Pour ce faire, la plèbe insurgée a recouru aux normes du droit coutumier anglais qui subordonnait à l’époque le droit de propriété au droit à la vie (Thompson 2015 [1971]).

84C’est en ce sens que nous remarquons un certain parallélisme entre, d’un côté, la praxis politique de la foule insurgée du XVIIIe siècle, qui cherchait à défendre son existence matérielle par l’entremise du contrôle du prix des grains en invoquant le droit à la vie face à la première vague de marchandisation et, de l’autre, la praxis politique du précariat insurgé des premières décennies du XXIe siècle voulant se protéger des effets délétères de la « troisième vague de marchandisation » (Burawoy 2014 ; Willians & Satgar 2014) en s’appuyant sur la défense des droits sociaux menacés par la mise en place des politiques néolibérales. Au XVIIIe comme au XXIe siècle, l’État national est apparu comme un instrument de cette marchandisation mais, également, comme le destinataire final des exigences liées à la reproduction de l’économie morale.

85Il convient enfin de souligner un autre parallèle entre les deux contextes historiques. Dans la lignée de la formule de Thompson à propos de la constitution et de la dissolution permanentes des classes sociales, il nous semble que le rôle majeur joué par le précariat au sein du cycle global de protestations d’aujourd’hui révèle un moment où, à l’échelle mondiale, la classe ouvrière fordiste a été jusqu’à un certain point « défaite » par le néolibéralisme, que ce soit du point de vue des dynamiques internes des entreprises – externalisation, automatisation, contractualisation – ou du point de vue du démantèlement de la protection des travailleurs dans différents contextes nationaux. Ceci peut expliquer, dans la période actuelle, l’augmentation significative dans différents pays de protestations qui ressemblent aux inquiétudes sociales « néo-polanyiennes » dont parle Beverly J. Silver (2003).

86En ce sens, ce qui suit le démantèlement du monde ouvrier fordiste est une chose relativement « sans forme », comme l’a dit Francisco de Oliveira (2006) en faisant allusion à l’étape précédant la formation de la classe ouvrière anglaise du XIXe siècle, lorsque les luttes de classes étaient menées « sans classes », c’est-à-dire en l’absence d’une différenciation historiquement plus précise des classes sociales fondamentales de la société capitaliste. C’était le moment où une plèbe semi-urbaine formée par l’amalgame de différentes couches populaires héritières de relations sociales passéistes faisait face aux menaces de la marchandisation des biens de subsistance, mise en œuvre par une gentry en voie d’embourgeoisement, en s’appuyant sur les droits coutumiers enracinés dans les relations féodales de pouvoir.

  • 10 Pour plus de détails concernant les possibilités d’« élargissement » de la notion thompsonienne d’é (...)
  • 11 C’est exactement en ce sens que Bensaïd (2005) a cherché à actualiser la notion thompsonienne d’éco (...)

87Évidemment, chacun connaît le refus d’E. P. Thompson lui-même quant à l’« élargissement » historique des notions d’ « économie morale » et de « lutte des classes sans classes »10. Toutefois, il ne s’agit pas ici de défendre une orthodoxie interprétative thompsonienne mais plutôt de trouver dans l’œuvre de l’historien une source d’inspiration théorique. Ses concepts peuvent être utilisés comme des balises capables d’orienter l’analyse, en particulier en ce qui concerne le processus de démantèlement de la classe ouvrière fordiste et l’avènement et l’élargissement d’un précariat urbain qui, dans ses caractéristiques, se rapproche d’un amalgame de différentes couches populaires héritières de relations sociales passéistes affrontant les menaces de la troisième vague de marchandisation néolibérale11.

88Il est tout aussi important de souligner que la notion de « lutte des classes sans classes » fait référence à un type de conflit social caractérisé par l’action de groupes sociaux insurgés interpelant directement les gouvernements sans la médiation de représentants politiques reconnus par l’État. Cette forme d’éclosion des conflits sociaux est en phase avec l’actuel cycle de mobilisations que connaissent les trois cas nationaux analysés dans cet article. Bref, les insurrections du précariat brésilien, portugais et sud-africain résistent aux marchandisations qui menacent leur subsistance et leurs droits sociaux à partir de formes de conscience collective très différentes de la conscience de la classe ouvrière fordiste, qui s’appuyait sur la négociation collective des salaires et des conditions de travail.

89C’est sans doute ici que réside la principale leçon d’E. P. Thompson dans ses essais sur la foule au XVIIIe siècle (Thompson 1991) : il convient de sauvegarder l’universalité de la notion de « lutte des classes » (à ce moment-là, gentry vs. plèbe) comme élément préalable à l’apparition de « classes » (bourgeoisie vs. monde ouvrier) sociologiquement différenciées. Lorsque nous soulignons l’importance de la praxis politique du précariat au sein du cycle actuel d’insurrections sociales à l’échelle mondiale, nous pensons bien à ce moment de transition lors duquel la lutte des classes devient chaque jour plus centrale et ce, en dépit du démantèlement de la classe ouvrière de la période précédente. À sa place surgissent des groupes sociaux de travailleurs pauvres et des classes moyennes, en particulier parmi les plus jeunes, en transition plus ou moins permanente entre l’augmentation de l’exploitation économique et la menace de l’exclusion sociale. Voici la raison pour laquelle il est possible de se référer aujourd’hui à E. P. Thompson et, plus particulièrement, à la notion de « lutte des classes sans classes ». Ainsi, lorsqu’on parle de résistance contemporaine à la marchandisation, il faut s’attendre à retrouver la lutte de classes, mais pas sous sa forme industrielle ou fordiste. En effet, il ne s’agit pas à proprement parler d’une classe ouvrière au sens traditionnel du terme.

90Il faut néanmoins reconnaître que les antagonismes actuels ont évolué entre polarités dialectiques et réconciliations, au sein d’un champ de forces sociales qui oscille entre les formes traditionnelles d’organisation des subalternes et de nouveaux mouvements étrangers à une identité de classe bien définie. Malgré cela (ou peut-être à cause de cela), on peut distinguer une certaine remise au goût du jour de la culture politique populaire et rebelle dans le cadre des insurrections plébéiennes des différents contextes nationaux.

91Les actions de la foule configurent un modèle complexe de révoltes populaires, liant discipline organisationnelle, répertoires de conduites inspirés du passé et demandes de protection. Finalement, la foule révoltée cherche très souvent et tout simplement à « imposer la loi », c’est-à-dire à réguler le marché ou à ralentir le rythme de la « démoralisation » de son économie qui s’exprime par l’augmentation des prix des services de base, des transports publics et des loyers. Généralement, les agissements de la foule visent à fixer les prix et à forcer la négociation, c’est-à-dire à rétablir « l’économie morale des pauvres » pour s’assurer de sa subsistance.

92Dans un même temps, il faut reconnaître qu’il s’agit d’une expérience de classes encore boiteuse intimement liée à la construction de l’hégémonie néolibérale. Très nettement inorganique, l’agencement politique des classes subalternes évolue par l’intermédiaire d’un amalgame de pratiques sociales qui exprime de nouvelles catégories en recourant à d’anciens modèles de pensée. Le langage caractéristique de cette culture plébéienne oscille fréquemment entre la confiance inspirée par l’action directe et l’incrédulité quant à une possible victoire plus durable procédant de ses assauts.

93Il ne peut pas en être autrement, car cette culture politique n’est en mesure de s’épanouir que dans le cadre fixé par la perte totale de confiance dans les formes traditionnelles de solidarité fordiste. D’où sa nature romantique, à savoir une tentative de légitimation de la contestation de la dictature postfordiste de la finance qui se voit obligée de recourir à la défense des régulations de type fordistes. Ainsi, peut-on affirmer qu’un conflit actif et potentiellement organique entre la logique néolibérale et les comportements non-économiques liés aux droits de la citoyenneté est en train d’émerger de la résistance opposée à la marchandisation par la plèbe insurgée. Face à un État toujours plus faible en tant que protecteur du travail et toujours plus fort en tant qu’instrument de l’accumulation, c’est la combinaison spécifique entre la fragilité institutionnelle et la force collective de cette culture plébéienne qui permet de percevoir comment se mêlent les couleurs de la crise de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Alexander, Peter. 2010. « Rebellion of the Poor: South Africa’s Service Delivery Protests – A Preliminary Analysis. » Review of African Political Economy 37 (123): 25-40.

Alexander, Peter et al. 2012. Marikana: A View from the Mountain and a Case to Answer. Sunnyside: Jacana.

Antunes, Ricardo & Ruy Braga, dir. 2009. Infoproletários: degradação real do trabalho virtual. São Paulo: Boitempo.

Ashman, Sam, Ben Fine & Susan Newman. 2011. « The Crisis in South Africa: Neoliberalism, Financialization and Uneven and Combined Development. » Socialist Register 47: 174-195.

Baumgarten, Britta. 2013. « Geração à Rasca and Beyond: Mobilisations in Portugal After 12 March 2011. » Current Sociology 61 (4): 457-473.

Bensaïd, Daniel. 2005. Les Dépossédés : Karl Marx, les voleurs de bois et le droit des pauvres. Paris : La Fabrique.

Boulos, Guilherme. 2015. De que lado você está? Reflexões sobre a conjuntura política e urbana no Brasil. São Paulo: Boitempo.

Braga, Ruy. 2012. A política do precariado: do populismo à hegemonia lulista. São Paulo: Boitempo.

Buhlungu, Sakhela. 2005. « Union-Party Alliances in the Era of Market Regulation: The Case of South Africa. » Journal of Southern African Studies 31 (4): 701-717.

Burawoy, Michael. 2014. « Marxism after Polanyi. » In Marxisms in the 21st Century, dirigé par Michelle Willians & Vishwas Satgar, 34-52. Johannesburg : Wits University Press.

Camargo, João. 2013. Que se lixe a Troika! Porto: Deriva.

Carothers, Thomas & Richard Youngs. 2015. « The Complexities of Global Protests. » Washington D.C.: Carnegie Endowment for International Peace. Disponible sur : https://carnegieendowment.org/2015/10/08/complexities-of-global-protests-pub-61537 (consulté le 28 novembre 2018).

Dardot, Pierre & Christian Laval. 2014. Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris : La Découverte.

Desai, Ashwin. 2002. We Are the Poors: Community Struggles in Post-Apartheid South Africa. New York: New York University Press.

DIEESE. 2015. « Balanço das greves em 2013. » Estudos e Pesquisas 79. Disponible sur : https://www.dieese.org.br/balancodasgreves/2013/estPesq79balancogreves2013.pdf (consulté le 28 novembre 2018).

Filgueiras, Vitor Araújo. 2014. « Terceirização e acidentes de trabalho na construção civil. » Disponible sur : http://www.ihu.unisinos.br/169-noticias/noticias-2015/541982-terceirizacao-e-acidentes-de-trabalho-na-construcao-civil (consulté le 28 novembre 2018).

Gotz, Norbert. 2015. « ‘Moral Economy’: Its Conceptual History and Analytical Prospects. » Journal of Global Ethics 11 (2): 147-162.

Hardt, Michael & Antonio Negri. 2004. Multitude: War and Democracy in the Age of Empire. New York: The Penguin Press [trad. française (2004) : Multitude : guerre et démocratie à l’ge de l’empire. Paris : La Découverte].

Holdt, Karl von et al. 2011. The Smoke That Calls: Insurgent Citizenship, Collective Violence and the Struggle for a Place in the New South Africa – Eight Case Studies of Community Protest and Xenophobic Violence. Johannesburg: Society, Work and Development Institute/University of the Witwatersrand. Disponible sur : https://www.csvr.org.za/docs/thesmokethatcalls.pdf (consulté le 28 novembre 2018).

Krein, José Dari & Anselmo Luis dos Santos. 2012. « La formalización del trabajo en Brasil: el crecimiento económico y los efectos de las políticas laborales. » Nueva Sociedad 21 (239): 90-101.

Linden, Marcel van der. 2016. « Global Labour: A Not-so-Grand Finale and Perhaps a New Beginning. » Global Labour Journal 7 (2): 201-210.

Marais, Hein. 2011. South Africa Pushed to the Limit: The Political Economy of Change. Claremont: UCT Press.

Moodie, T. Dunbar. 1975. The Rise of Afrikanerdom: Power, Apartheid, & the Afrikaner Civil Religion. Berkeley: University of California Press.

Nowak, Jörg & Alexander Gallas. 2014. « Mass Strikes against Austerity in Western Europe: a Strategic Assessment. » Global Labour Journal 5 (3): 306-321.

Oliveira, Francisco de, Ruy Braga & Cibele Rizek , dir. 2010. Hegemonia às avessas: economia, política e cultura na era da servidão financeira. São Paulo: Boitempo.

Oliveira, Francisco de. 2003. Crítica à razão dualista/O ornitorrinco. São Paulo: Boitempo.

Oliveira, Francisco de. 2006. « O momento Lênin. » Novos Estudos Cebrap 75: 23-47.

Pochmann, Marcio. 2012. Nova classe média? O trabalho na base da pirâmide salarial brasileira. São Paulo: Boitempo.

Prashad, Vijay. 2012. The Poorer Nations: A Possible History of the Global South. New York: Verso.

Santos, Boaventura de Sousa. 2002. Democratizar a democracia: os caminhos da democracia participativa. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Saul, John S. & Patrick Bond. 2014. South Africa, The Present as History: From Mrs Ples to Mandela & Marikana. Johannesburg: Jacana.

Silver, Beverly J. 2003. Forces of Labor: Workers’ Movements and Globalization since 1870. New York: Cambridge University Press.

Singer, André. 2009. « Raízes sociais e ideológicas do lulismo. » Novos Estudos Cebrap 85: 83-102.

Soeiro, José. 2015. « A formação do precariado: transformações no trabalho e mobilizações de precários em Portugal. » Thèse de doctorat. Coimbra : Université de Coimbra. Disponible sur : https://estudogeral.sib.uc.pt/bitstream/10316/28406/1/Jose%20Soeiro_Tese%20Doutoramento.pdf (consulté le 27 novembre 2018).

Souza, Josias de. 2013. « Ibope: 75% dos brasileiros apoiam os protestos. » UOL Notícias, 22 juin. Disponible sur : http://josiasdesouza.blogosfera.uol.com.br/2013/06/22/ibope-75-dos-brasileiros-apoiam-os-protestos (consulté le 12 novembre 2013).

Thompson, Edward P. 1971. « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century. » Past and Present 50: 76-136 [trad. française (2015) : « L’économie morale de la foule anglaise au XVIIIe siècle. » In Les Usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre XVIIe-XIXe siècle, chap. IV. Paris : Seuil].

Thompson, Edward P. 1978. « Eighteenth-Century English Society: Class Struggle without Class? » Social History 3 (2): 133-165.

Thompson Edward P. 1991. Customs in Common: Studies in Traditional Popular Culture. Londres: Merlin Press [trad. française (2015) : Les Usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre XVIIe-XIXe siècle. Paris : Seuil].

Toledo, José Roberto. 2013. « Nunca houve uma queda de popularidade como a de Dilma. » O Estado de S. Paulo, 29 juin. Disponible sur : https://politica.estadao.com.br/blogs/vox-publica/nunca-houve-uma-queda-de-popularidade-como-a-de-dilma/ (consulté le 28 novembre 2018).

Willians, Michelle & Vishwas Satgar, dir. 2014. Marxisms in the 21st Century. Johannesburg : Wits University Press.

Wolpe, Harold. 1972. « Capitalism and Cheap Labour-Power in South Africa: From Segregation to Apartheid. » Economy and Society 1 (4): 425-456.

Haut de page

Notes

1 Au-delà de la simple dimension géographique, j’interprète le Sud global comme une métaphore de la « démoralisation » de « l’économie morale des pauvres » capable de regrouper aussi bien les processus d’exploitation nationale dirigés par les forces de la financiarisation que les luttes pour des projets alternatifs de changement social et politique. En outre, dans cet article, l’expression « Sud global » sera utilisée comme une manière de localiser les luttes sociales qui se déroulent dans des régions et des pays semi-périphériques soumis aux politiques de spoliation imposées par la mondialisation financière (Prashad 2012).

2 Dans le cas de l’Europe, par exemple, voir la liste des grèves générales dressée par Jörg Nowak et Alexander Gallas (2014).

3 En d’autres termes, les possibilités d’existence d’un nouveau cycle d’internationalisme ouvrier ne résultent pas, plus ou moins spontanément, du processus de mondialisation économique mais s’enracinent dans une construction politique difficile et totalement incertaine dont l’origine se situe inéluctablement dans les différentes sociétés nationales. Pour plus de détails sur le concept de « pouvoir instituant » évoqué ci-dessus, voir Dardot & Laval (2014).

4 On désigne par « supercycle des commodities » la hausse très importante des prix des matières premières du début des années 2000, née de l'augmentation de la demande dans les pays émergents, la Chine en particulier (NdT).

5 Voir les données citées par Hein Marais (2011).

6 L’Alliance tripartite qui réunissait l’ANC, Parti communiste et la centrale syndicale Cosatu, a porté Jacob Zuma au pouvoir (NdT).

7 Seulement quelques jours après le début des protestations, la popularité de l’ex-présidente Dilma Rousseff était déjà passée de 65% d’approbation à 30% (Toledo 2013).

8 Cela signifie une croissance de 134% par rapport à l’année précédente, lorsqu’ont été recensées 877 grèves. Ce chiffre est supérieur à celui de 1990, établissant un nouveau record dans la série historique du SAG-Dieese (DIEESE 2015).

9 Id.

10 Pour plus de détails concernant les possibilités d’« élargissement » de la notion thompsonienne d’économie morale pour l’adapter à la société civile moderne, voir Norbert Götz (2015).

11 C’est exactement en ce sens que Bensaïd (2005) a cherché à actualiser la notion thompsonienne d’économie morale de la foule afin d’analyser les nouvelles formes de spoliation sociale apportées par la mondialisation capitaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruy Braga, « Insurrections populaires dans le Sud global : un retour de la lutte des classes sans classes ? », Brésil(s) [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 21 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/3728 ; DOI : 10.4000/bresils.3728

Haut de page

Auteur

Ruy Braga

Ruy Braga est sociologue, professeur à l’Université de São Paulo (USP) où il dirige le Centre d’études des droits de la citoyenneté (Centro de Estudos dos Direitos da Cidadania – Cenedic).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals