Navigation – Plan du site

Le décès d'une icône de la sociologie brésilienne

Marion Aubrée

Texte intégral

1Le 29 décembre 2018 Maria Isaura Pereira de Queiroz (1918-2018) a quitté ce monde, après cent ans de vie qui lui ont fait traverser le XXe siècle et un peu plus encore. Le décès de la grande socio-anthropologue brésilienne qu'elle fut a causé de la tristesse, en particulier parmi les chercheurs brésilianistes qui appartiennent à la génération de Mai 68. En effet, elle a été longtemps l'un des vecteurs les plus dynamiques des échanges universitaires en sciences sociales entre France et Brésil. Pour ma part je l'ai entendue pour la première fois exposer ses recherches sur les messianismes à l'IHEAL juste après que son livre sur le sujet, couronné par le prix Jabuti (Pereira de Queiroz 1965) au Brésil, eût été traduit en français en 1968. En ces années-là, Maria Isaura était l'une des figures importantes de la première génération brésilienne de professeurs-chercheurs en sciences sociales. Dans un premier temps, ses recherches de terrain ont porté cette native de la grande métropole de São Paulo vers un Autre national : le village rural de l'intérieur de Bahia où elle fit sa première étude. C'est à travers ce face-à-face entre une citadine et des habitants du sertão, qu'elle a construit le thème privilégié de sa première série d'articles et d'ouvrages qui portent sur les phénomènes culturels caractéristiques des régions rurales du Brésil. Elle s'est particulièrement intéressée à l'histoire des diverses utopies que ces paysans ont essayé de faire vivre, entre 1870 et 1930, dans les campagnes brésiliennes et qui, toutes, ont été réprimées de façon violente par le pouvoir central.

  • 1 Pour plus de détails sur ces travaux, voir Aubrée (1997).

2Ses travaux sur ce thème ont eu une importante répercussion parmi les chercheurs européens qui, à l'époque, travaillaient à construire un champ de recherches spécifiques autour de ces formes non institutionnalisées d'expression de la foi. L'apport particulier de M. I. Pereira de Queiroz dans ce domaine tient au fait qu'à partir d'une riche palette d'exemples, tirés de ses propres travaux d'analyse et de ceux de nombreux collègues européens, elle a enrichi, en les distinguant, le contenu des catégories de « messie » et de « prophète », permettant ainsi de séparer, sur un plan méthodologique, les dynamiques socio-politiques qui soutenaient messianismes et millénarismes, termes que l'on avait jusqu'alors tendance à utiliser l'un pour l'autre1.

3Toutefois, Maria Isaura n'est pas connue en France seulement pour ses études sur le messianisme. En tant que fondatrice en 1964 du Centre d'Etudes Rurales et Urbaines (CERU) de l'Université de São Paulo (USP), elle ne pouvait pas laisser de côté l'effervescence qui bouleversait le rapport démographique entre les deux univers, rural et urbain de son pays. Les études urbaines de la sociologue se sont articulées autour de deux axes : les religions afro-brésiliennes et le phénomène du Carnaval. Dans tous ses ouvrages elle a cherché, plus que tout, à mettre en valeur la spécificité de la culture brésilienne et des identités particulières qui s'y sont construites.

  • 2 Cet ouvrage a été publié en français au Brésil (Pereira de Queiroz 1957) et a fait l'objet d'un com (...)

4La relation étroite qu'elle a maintenue pendant plus de cinquante ans avec la France s'explique aussi par le fait que Maria Isaura fut l'élève de Roger Bastide à São Paulo, puis sa collaboratrice dans les domaines de l'enseignement et de la recherche. C'est ainsi qu'elle passa quelques temps en France et y présenta, en 1954, le diplôme de l'EPHE à travers un mémoire intitulé « La guerre sainte au Brésil : le mouvement messianique du Contestado »2. Elle a publié en français, entre 1956 et 1994, 56 articles dans des revues prestigieuses et trois ouvrages d'analyse portant, respectivement, sur les Cangaceiros (bandits d'honneur), le Messianisme et le Carnaval.

5Maria Isaura fut, pour moi, non seulement une collègue mais aussi une amie que j'ai eu la chance de fréquenter d'un peu plus près grâce à de grands amis communs. C'est à travers ces échanges de plus grande proximité que j'ai pu percevoir la difficulté qu'avait présenté, dans les années 1940, le fait de travailler dans un milieu universitaire où les femmes étaient encore peu nombreuses et se heurtaient au machisme, souvent inconscient, de divers collègues masculins. Plus tard, sa production théorique importante et sa notoriété internationale la libérèrent de tout problème de compétition scientifique. Elle nous laisse le souvenir d'une grande dame de la sociologie qui a milité, entre autres à travers la création du CERU, pour la reconnaissance de l'importance des travaux de terrain. Toute son œuvre est orientée vers la mise en valeur des éléments culturels diversifiés qui composent l'identité nationale brésilienne et sa construction historique particulière, si différente de celle d'autres pays des Amériques.

Haut de page

Bibliographie

Aubrée, Marion. 1997. « Ausdrucksformen der zeitgenössischen brasilianischen Mystik. » Zeitschrift zur portugiesischsprachigen Welt 2 : 4-17.

Desroche, Henri. 1958. « Queiroz (M. I. Pereira de) La Guerre sainte au Brésil : le mouvement messianique du "Conquestado". Compte-rendu. » Archives de sciences sociales des religions 5 : 200-201.

Pereira de Queiroz, Maria Isaura. 1965. O messiamismo no brasil e no mundo, São Paulo: Dominus/Edusp [trad. française (1968) : Réforme et Révolution dans les sociétés traditionnelles. Paris : Ed. Anthropos].

Pereira de Queiroz, Maria Isaura. 1957. La guerre sainte au Brésil : le mouvement messianique du contestado. São Paulo: Faculdade de filosofia, ciências e letras da USP.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur ces travaux, voir Aubrée (1997).

2 Cet ouvrage a été publié en français au Brésil (Pereira de Queiroz 1957) et a fait l'objet d'un compte-rendu d'H. Desroche (1958).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Aubrée, « Le décès d'une icône de la sociologie brésilienne », Brésil(s) [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4120

Haut de page

Auteur

Marion Aubrée

Mondes Américains/CRBC-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals