Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gomes, Angela Maria de Castro & Regina Beatriz Guimarães Neto. 2018. Trabalho escravo contemporâneo: tempo presente e usos do passado

Rio de Janeiro: Editora Fundação Getúlio Vargas, 198 p.
Christine Rufino Dabat
Référence(s) :

Gomes, Angela Maria de Castro & Regina Beatriz Guimarães Neto. 2018. Trabalho escravo contemporâneo: tempo presente e usos do passado, Rio de Janeiro: Editora Fundação Getúlio Vargas, 198 p.

Texte intégral

1Parmi les sujets les plus douloureux, dans la triste actualité au Brésil, se trouve la permanence du travail dit esclave. En effet, le record de longévité légale aux Amériques de « l’institution particulière », selon l’expression de Kenneth M. Stampp, revient à ce pays. Au crépuscule d’un empire pourtant affirmé comme modernisateur, la liberté fut finalement proclamée pour plusieurs millions de travailleurs déportés d’Afrique et leurs descendants, moment étudié avec beaucoup de sensibilité par Walter Fraga (Encruzilhadas da liberdade: História de escravos e libertos na Bahia (1870-1910), 2006). Néanmoins, ils ne gagnèrent réellement « rien d’autre que la liberté », selon Eric Foner qui étudia le phénomène aux États-Unis (Nothing but Freedom: Emancipation and Its Legacy, 1983), dans la mesure où aucune politique de redistribution foncière n’accompagna cette tardive libération, presque un siècle après la révolution Haïtienne.

2En outre, au Brésil, entre l’abolition de 1888 et la promulgation d’une législation protégeant les salariés ruraux (Estatuto do Trabalhador Rural) en 1963, rien ne fut entrepris pour sortir de ce que la juriste et historienne Magda Biavaschi désigne comme un vide juridique. Même en milieu urbain, comme l’a analysé Sidney Chalhoub, notamment dans A Força da escravidão [La force de l’esclavage], la condition des travailleurs autrefois réduits en esclavage et de leurs descendants est restée, jusqu’à ce jour, plus que précaire.

3Dans ce contexte, Angela de Castro Gomes et Regina Beatriz Guimarães Neto viennent de publier un livre important qui se propose d’examiner « la façon dont ce mot [esclave], qui fut retiré de notre Code pénal après 1888 du fait de l’abolition, y revint [...] durant l’Estado Novo [...] comme “travail analogue à celui de l’esclave” ». Depuis cette époque et jusqu’aux années 1990-2000, les auteures retracent les mesures prises par l’État brésilien face à ce problème qu’il se proposait de combattre et qui pouvait prendre le visage d’une surexploitation de la force de travail ou d’un « travail esclave » au sens propre, utilisant à cette occasion la « puissance symbolique du vocabulaire ». Certes, le phénomène fut et reste mondial. Toutefois, au Brésil, il s’inscrit dans une perspective historique particulièrement lourde, les débats actuels impliquant forcément des utilisations politiques du passé qui se doivent d’être analysées.

4Les deux historiennes ont réuni dans ce volume plusieurs écrits qui traitent de leurs recherches personnelles à diverses échelles. Les chapitres sont des versions réécrites, remaniées et augmentées de travaux publiés dans des revues spécialisées pour ne pas dire confidentielles. Ce sont les débats autour de l’usage du terme « travail esclave » qui sont d’abord abordés sur la base de la succession des instruments légaux promulgués pour le combattre. Un soin particulier est apporté à l’analyse de l’utilisation de terminologies alternatives pour désigner ces situations, y compris au niveau international (Bureau international du travail notamment) avec leurs cortèges d’implications sémantiques et historiques.

5Parmi les témoignages recueillis et analysés, on rencontre ceux de travailleurs, mais aussi ceux d’agents de l’État chargés de l’application de la loi. Parmi ces derniers, sont privilégiés ceux qui relèvent du ministère du Travail et des différents niveaux de l’appareil judiciaire en charge de ces questions.

6Tout au long de l’ouvrage, on évoque, souvent de façon concrète, les divers aspects constituant la situation ainsi visée : conditions dégradantes, travail menant à l’exhaustion des travailleurs, interdiction de la libre circulation et précarité des conditions de vie (habitation, nourriture, santé) en suivant les définitions précises adoptées par les autorités au fil du temps.

7Dans la seconde partie, trois chapitres traitent de situations précises dans la région amazonienne. Il y est question des politiques de colonisation, des expériences concrètes de vie de salariés soumis à ces formes d’abus.

8L’utilisation des techniques de l’histoire orale cherche à promouvoir un récit « plus proche de la vie et des pratiques des acteurs sociaux ». Dans cette perspective, un des aspects les plus notoires de ce livre est de valoriser la façon dont les victimes se perçoivent dans la situation de travailleur soumis à des conditions de travail analogues à l’esclavage.

9Les longs entretiens relatés dans ces chapitres donnent matière à un rendu nuancé de la façon dont les « colons » ou les syndicalistes eux-mêmes conçoivent leur rôle, ainsi que les acteurs de la société civile comme l’Église (Commission pastorale de la terre) et le Mouvement syndical des travailleurs ruraux. Ces ONG permettent en effet de diffuser les dénonciations et promeuvent des actions d’information et de mobilisation des personnes touchées ou menacées par l’avancée de pratiques que l’histoire officielle considère pourtant révolues.

10Cet ouvrage stimulant et d’un seul tenant traduit la pensée de deux des meilleures spécialistes du thème au XXe et XXIe siècles. Il fournit un panorama ambitieux d’une question hautement chargée en contenus symboliques mais aussi en souffrances infinies pour les travailleurs concernés. La situation actuelle du pays laisse mal augurer des perspectives d’en finir avec des conditions de travail dont on pensait qu’elles appartenaient au passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Rufino Dabat, « Gomes, Angela Maria de Castro & Regina Beatriz Guimarães Neto. 2018. Trabalho escravo contemporâneo: tempo presente e usos do passado », Brésil(s) [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4293

Haut de page

Auteur

Christine Rufino Dabat

UFPE

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals