Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lehmann, David. 2018. The Prism of Race: The Politics and Ideology of Affirmative Action in Brazil.

Ann Arbor: University of Michigan Press, 272 pages.
Véronique Boyer
Référence(s) :

Lehmann, David. 2018. The Prism of Race: The Politics and Ideology of Affirmative Action in Brazil. Ann Arbor: University of Michigan Press, 272 pages.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage minutieusement documenté et rigoureusement argumenté, Davis Lehmann, professeur émérite en sciences sociales à l’Université de Cambridge, s’intéresse à ce moment de basculement où, dans un Brésil structurellement inégalitaire, la soif de justice sociale s’est énoncée en termes de politiques raciales.

2Le propos général est posé dans un chapitre introductif très dense : la notion de race, dont d’autres ont déjà indiqué la nécessaire contextualisation, est saisie par l’auteur comme une entrée pour interroger l’usage générique d’autres expressions telles que mouvements sociaux et société civile. Le titre du livre, Le Prisme de la race, restitue bien l’ambition de D. Lehmann de procéder à l’examen de la genèse des politiques de quotas raciaux depuis les années 1990, des différentes arènes où elles ont été discutées et des acteurs sociaux qui les ont portées ou combattues, pour éclairer la culture politique de la société brésilienne. Trois fils principaux soutiennent l’argumentation. Tout d’abord, une discussion du concept classique de corporatisme permet de préciser les relations entre l’État et le mouvement noir, le premier créant des agences dédiées à la promotion des populations noires (sans que leur soit pour autant octroyé des dotations importantes) où certains activistes trouvent à s’intégrer. Ensuite, un historique des transformations des termes dans lesquels s’est posée la question raciale au Brésil – du racisme comme comportement personnel déviant à l’inégalité raciale comme exclusion structurelle de groupes particuliers – rend intelligible que la solution d’une allocation par l’État de ressources spécifiques à ceux qui en sont victimes se soit imposée. Enfin, la prise en compte du contexte plus large de la consolidation de réseaux internationaux de militants, où la conférence de Durban apparaît comme un point d’orgue, explique qu’au fil des débats, la demande de quotas raciaux en soit venue à incarner la défense des droits collectifs des Noirs, puis à se cristalliser sur l’accès à l’université.

3Le deuxième chapitre, particulièrement passionnant, déplace le regard sur la fabrication concrète des politiques de quotas raciaux (mieux vaut avoir près de soi la liste des nombreux sigles cités !). David Lehmann observe, et cela est fascinant, qu’elles se sont concrétisées de deux façons très différentes. D’une part, leur implantation dans les universités privées, peu prestigieuses, procède d’une volonté du gouvernement qui a négocié la concession de bourses d’études pour les « pauvres et les Noirs » contre des exemptions fiscales. D’autre part, leur déploiement dans les établissements publics très concurrentiels s’est opéré suite à la mobilisation, notamment appuyée par la fondation Ford et soutenue par leurs hiérarchies, d’enseignants soucieux d’augmenter la proportion d’étudiants noirs. Comme dans le cas précédent, il s’agit d’une politique à coût zéro puisqu’aucun financement supplémentaire n’a été alloué quand la loi sur les quotas a finalement été votée en 2012.

4Les thématiques des deux chapitres suivants sont peut-être mieux connues des brésilianistes. L’originalité de ce retour sur l’extrême polarisation des débats dans l’université publique entre les universitaires favorables aux quotas raciaux et ceux qui proclamaient leur attachement aux critères socio-économiques est d’établir à quel point les distinctions habituelles entre droite et gauche en ont été brouillées. David Lehmann discute alors l’opposition entre libéralisme (au sens anglo-saxon) et démocratie sociale, puis analyse les résultats de ces politiques. S’il n’évacue pas l’épineux problème des normes de classification (bureaucratiques ou subjectives) qui peuvent amener des accusations de « fraudes », l’auteur estime que le dispositif doit être évalué sur la base de l’objectif premier des revendications : l’accès des Noirs aux lieux de prestige associés aux élites plutôt que la réduction des inégalités sociales. Or, de ce point de vue, le bilan apparaît comme positif, d’autant que les quotas sont toujours associés à des critères socio-économiques.

5Les deux derniers chapitres discutent l’adéquation du concept de mouvement social (au sens d’Alain Touraine) au Mouvement noir, qui partage avec le Mouvement des sans-terre (MST) et celui des quilombolas un manque structurel d’autonomie face à l’État et/ou aux ONG. Parmi ces dernières, il faut relever le rôle essentiel de la fondation Ford qui a massivement financé institutions universitaires et associations scientifiques pour développer des recherches « appliquées », notamment sur la race. Mais ce que l’on appelle Mouvement noir est mieux caractérisé par la notion de réseau, formé d’acteurs concrets portant des projets très différents, comme on le voit lors de la comparaison entre trois initiatives privées de soutien scolaire pour les Noirs. Il n’en reste pas moins que sa capacité à secréter des interconnections et à réunir en mobilisant autour du vaste thème de la citoyenneté a produit des effets pour les étudiants noirs mais aussi pour les plus pauvres. Quant au fait que, contrairement à l’université publique, les quotas n’aient guère rencontré d’opposition dans les secteurs économiques et politiques, il suggère que ce qui importe à l’élite n’est pas la couleur de la peau de ses membres mais leur nombre. Et le coût d’un éventuel changement.

6L’ouvrage, difficile à résumer tant ses analyses sont foisonnantes, apporte indubitablement une contribution majeure à la compréhension d’une rupture idéologique et politique que peu ont vu venir. Considérant ensemble et dans leurs interactions des groupes d’acteurs aussi différents que les militants, les universitaires, les institutions et les ONG, il construit un récit fin de la mise en place des quotas raciaux et opère un bilan nuancé de leur efficacité (voire plutôt positif du point de vue de l’objectif visant à la reconnaissance des Noirs). Néanmoins, des éléments indiquent que la discussion n’est pas close. Ainsi, que faire face au nouveau défi posé par le déplacement du plafond de verre de l’entrée à la sortie de l’université qu’affrontent ceux qui sont perçus par les autres comme noirs ? Par ailleurs, dans le cas où la tendance au noircissement déclaratif (à des fins stratégiques ou tout simplement parce que l’image que la société brésilienne a d’elle-même a changé) se confirmerait, comment affronter les limites que cela pose à la lutte contre les inégalités par la voie des quotas ? Le caractère inclusif du mouvement noir se verra-t-il alors concurrencé par une recherche de délimitation du groupe des Noirs, et en quels termes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Boyer, « Lehmann, David. 2018. The Prism of Race: The Politics and Ideology of Affirmative Action in Brazil.  », Brésil(s) [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4316

Haut de page

Auteur

Véronique Boyer

CNRS-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals