Navigation – Plan du site
Dossier – Histoire et Littérature

De la note de bas de page à un rôle de premier plan : Machado de Assis dans les histoires littéraires

De nota de rodapé a protagonista: Machado de Assis nas histórias literárias
From footnote to protagonist: Machado de Assis in literary histories
Hélio de Seixas Guimarães
Traduction de Sébastien Rozeaux

Résumés

Cet article aborde tout d’abord la manière dont Machado de Assis se réfère aux premiers récits de la littérature brésilienne. Il examine ensuite comment, lorsqu’une tradition et un canon luso-brésiliens ont été définis, son œuvre vient s’y inscrire. Dans cette histoire qui s’étire du XIXe au XXe siècle, il est possible d'observer comment l'auteur, d’abord cité dans les notes de bas de page comme personnage de second rang, accède à un rôle de premier plan dans les histoires littéraires.Image 10000200000000010000000175F347A4.gif

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en octobre 2018 ; approuvé en janvier 2019.

Texte intégral

1Machado de Assis (1839-1908) a débuté sa carrière littéraire vers 1855, en pleine époque du Romantisme au Brésil. Bien qu’il ait connu et fréquenté certains grands noms de la littérature nationale (Manuel Antônio de Almeida, Gonçalves Dias, Bernardo Guimarães, José de Alencar), il a fait très tôt le choix d’explorer des chemins qui lui étaient propres et, à bien des égards, différents de ceux choisis par ses pairs.

2En poésie, il a marqué sa préférence pour la technique par rapport au sentiment, par le recours à des formes fixes et classiques comme les sonnets, les décasyllabes et les alexandrins. Les vers longs étaient pourtant dénigrés par les romantiques, qui préféraient le rythme jugé plus mélodieux des vers de cinq ou sept syllabes, avant que l’alexandrin ne soit adopté par les parnassiens, auxquels on aura tendance à rattacher Machado de Assis. À plusieurs occasions, il les a défendus avec enthousiasme, au point d’être surnommé le « prince des alexandrins », bien avant qu’Olavo Bilac hérite à son tour du titre.

3Au théâtre, Machado de Assis a écrit et défendu une dramaturgie fondée plutôt sur le texte que sur les ressources de la mise en scène, dans des comédies légères assez éloignées du mélodrame et des pièces à spectacles qui ont dominé la scène dramatique au tournant des années 1860-1870.

4En prose, enfin, il s’est refusé dès ses débuts à user de ces histoires inspirées des coutumes locales et pétries de sentimentalisme. Dans ses œuvres, l’action importe moins que les personnages, dans la veine du roman d’analyse. En ces temps romantiques, il ne répondait pas aux attentes du « roman brésilien », peu versé qu’il était à la description, à la couleur locale ou aux types considérés alors comme nationaux. Lorsque le naturalisme a connu un prestige croissant, il a critiqué ouvertement le recours aux idées scientifiques dans la fiction et s’est moqué du scientisme dans nombre de ses contes et romans. Comme si cela ne suffisait pas, il soutenait tenir en haute estime les classiques de la langue portugaise et, plutôt que d’imiter sans distance critique les modèles français contemporains, il préférait regarder du côté des romanciers plus anciens, de diverses traditions littéraires, comme Cervantès, Sterne, Stendhal ou Almeida Garrett.

5Sur le plan plus personnel, Machado de Assis a suivi une ligne également singulière. Fils d’une mère portugaise et d’un père brésilien et métis, petit-fils d’esclaves affranchis, Machado de Assis a reçu une instruction très limitée. Malgré ses origines à la fois modestes et métisses, il n’a jamais fait œuvre de militant et s’est montré toujours distant vis-à-vis des deux grands mouvements politiques de son temps, le républicanisme et l’abolitionnisme. On ne sait pas grand-chose de son parcours scolaire, mais il est certain qu’il n’est guère allé au-delà de l’enseignement primaire. À l’âge de quinze ans, il publiait déjà ses premiers poèmes dans la presse de Rio de Janeiro et fréquentait des cercles littéraires de renom. À moins de soixante ans, il devenait le premier président de l’Académie brésilienne des lettres, une institution qu’il a contribué à fonder et qu’il a dirigée jusqu’à sa mort, en 1908.

6L’équilibre subtil entre transgression et conventionnalisme qui est à l’œuvre dans la carrière de Machado de Assis rend son appréhension particulièrement délicate pour la critique brésilienne. La preuve la plus éloquente se trouve dans la longévité et la variété de sa fortune critique qui, depuis plus de cent cinquante ans, cherche à comprendre l’œuvre et l’homme à partir de catégories très variées, qui semblent toujours imparfaites pour rendre compte de l’ampleur, de la diversité et de la complexité du cas.

7Sa carrière est également contemporaine de l’essor de la discipline historique en général et des histoires littéraires en particulier, lesquelles cherchaient à ordonner le plus souvent de façon linéaire et évolutive la production écrite. L’écrivain s’est formé dans ce contexte de compréhension de la littérature et il y a même participé, comme lecteur et personnage.

Le lecteur et le critique « historien »

8Bien avant la parution de l’História da literatura brasileira [Histoire de la littérature brésilienne], de Sílvio Romero (1888), première somme historique littéraire, Machado a fait connaître sa vision du phénomène dans un essai publié alors qu’il n’avait que dix-neuf ans : « Le passé, le présent et le futur de la littérature » (Assis 2013 [1858], 61-68).

9Peu de temps après, il commente l’un des premiers essais d’histoire littéraire brésilienne, Le Brésil littéraire de Ferdinand Wolf, œuvre publiée en français en Allemagne, en 1863. Tout en affirmant n’avoir que feuilleté le livre, Machado de Assis se montre critique à son égard. Comme il a à l’esprit un panthéon littéraire qui lui est propre, il souligne l’exclusion de quelques poètes véritables et la mention d’autres à qui Alceste aurait pu adresser cette question, en français dans le texte : « Quel besoin si pressant avez-vous de rimer ?/ Et qui diantre vous pousse à vous faire imprimer ? » (Assis 2013 [1863], 141).

  • 1 Gonçalves de Magalhães est considéré alors comme le père fondateur de la littérature nationale. Il (...)

10Rien ne dit qu’il a lu les études de Friedrich Bouterwek, Sismonde et Ferdinand Denis (1826), mais il a certainement eu vent de leurs idées de façon indirecte, via la relecture nationaliste qu’en propose Gonçalves de Magalhães dans ses essais1.

11Il ne fait d’ailleurs qu’une seule mention des écrits de Ferdinand Denis. L’auteur du Résumé de l'histoire littéraire du Portugal, suivi du résumé de l'histoire littéraire du Brésil (1826) est cité dans une note du recueil Americanas (1875), dans le poème « Les semeurs », défense curieuse et surprenante de l’entreprise coloniale jésuite. À la lecture du texte et de la note qui l’accompagne, extraite de Brésil (Taunay & Denis 1822) et dans laquelle Denis interroge et se refuse à juger négativement l’attitude des jésuites au XVIe siècle, il est difficile de faire la part de l’ingénuité et de la malice dans le choix de Machado. La convocation du grand défenseur de la concurrence des trois races comme élément singulier du Brésil et de sa littérature est pour le moins intrigante lorsqu’il s’agit de défendre de façon unilatérale les « semeurs » du titre du poème, présentés dans l’un des vers comme les « Pauls du sertão » [Paulos do sertão] (Assis 1875, 149-150, 207-208).

12Il ne dit rien non plus de l’œuvre historiographique de Joaquim Caetano Fernandes Pinheiro, le Curso elementar de literatura nacional [Cours élémentaire de la littérature nationale] (1862), même s’il se fait l’écho de la parution de Meandro Poético [Méandre poétique], un recueil de poèmes « à l’usage de la jeunesse des collèges ». Dans un article, Machado de Assis oppose aux choix du chanoine son panthéon personnel : Cláudio Manuel da Costa, Alvarenga Peixoto, Silva Alvarenga, le Père Caldas, Durão, le frère Francisco de São Carlos, Basílio da Gama, José Bonifácio, le marquis de Paranaguá y font leur entrée, tandis que João Gualberto Ferreira dos Santos Reis, Francisco Bernardino Ribeiro, Manuel Alves Branco, le vicomte de Caravelas et Luís Paulino Pinto da França en sont exclus. Il convient de remarquer qu’une bonne partie des noms qu’il a choisis sont ceux qui ont fait date dans les histoires littéraires (Assis 2013 [1864], 201-205).

13Plus tard, Machado commente la parution du premier volume du Curso de Literatura Portuguesa e Brasileira [Cours de littérature portugaise et brésilienne] (1866-1873) de Francisco Sotero dos Reis, dans lequel l’auteur, originaire de la province du Maranhão, fait le récit de la formation de la langue portugaise et traite de quelques auteurs remarquables du Brésil et du Portugal. Les tomes IV et V ne mentionnent à cet égard que des auteurs des provinces du Minas Gerais et du Maranhão (Assis 2013 [1866], 272-274). Si Machado critique l’aridité du livre et le manque de perspectives analytiques, il loue le traitement conjoint des auteurs les plus remarquables du Brésil et du Portugal lorsque Reis étudie la langue portugaise, ce qu’il fait avec une érudition rare (272-273).

14Ainsi, dans ces quelques considérations faites sur l’historiographie, Machado de Assis laisse entrevoir les auteurs qu’il estime, son intérêt pour la connaissance de la langue et de la tradition littéraire, qui sont autant d’éléments importants en vue de la constitution d’une littérature peut-être plus luso-brésilienne que brésilienne.

15Bien qu’il n’ait lui-même jamais écrit d’histoire littéraire, Machado de Assis porte dans ses essais critiques un regard historique sur la littérature brésilienne qui n’est ni nationaliste ni téléologique. A contrario de la tendance romantique à exalter la « couleur locale » et à rejeter les références portugaises, il met en valeur la technique aux dépens du sujet. En outre, il souligne les liens profonds que les écrivains brésiliens entretiennent avec la tradition portugaise qui possède, à l’en croire, quelques grands auteurs – Camões, Luís de Sousa, Bocage et Almeida Garrett – que lui-même cite fréquemment. Son regard n’est pas téléologique car, lorsqu’il aborde la littérature brésilienne, comme dans « Nouvelle de l’actuelle littérature brésilienne – Instinct de nationalité » (Assis 2013 [1873], 429-441), il ne considère pas qu’elle existe déjà mais parle plutôt d’un processus en cours.

16Dans ce fameux essai de 1873 qui a servi comme nous allons le voir de référence aux principales œuvres historiographiques du XXe siècle, depuis José Veríssimo jusqu’à Antonio Candido de Mello e Souza, la production littéraire n’est pas traitée dans une perspective évolutive ou progressive. Le texte est composé de tableaux synthétiques abordant chacun des genres littéraires (poésie, roman et conte, théâtre, critique) suivis de réflexions conclusives sur la langue mise en jeu, afin de la distinguer des parlers populaires. Machado fait ressortir la nécessité pour les auteurs de tirer les meilleures leçons du passé, à partir de la lecture des grandes œuvres, celles qui peuvent prétendre au rang de classiques, afin de s’inscrire dans une tradition.

17Cette ligne directrice se retrouve dans deux autres essais critiques remarquables : « Littérature réaliste – le roman O primo Basílio d’Eça de Queirós », en 1878, et « La nouvelle génération », publié l’année suivante (Assis 2013 [1878 et 1879], 489-529). Abordant tour à tour un auteur et une génération en son entier, ces deux textes insistent sur la nécessité de tenir compte des grands auteurs de la langue portugaise (quand bien même ils ne seraient pas Brésiliens) plutôt que de copier servilement les modèles et les modes venus de l’étranger. Machado de Assis reproche autant à Eça de Queirós qu’aux poètes contemporains leur fascination aveugle pour les idées et le vocabulaire scientifiques importés de France et d’Allemagne. Il défend plutôt la recherche d’une maîtrise de la technique artistique à partir de la connaissance de la tradition luso-brésilienne. À cette fin, il recommande le retour aux « classiques » qui sont presque toujours ceux des écrivains de langue portugaise, à l’instar d’Almeida Garrett : « Ceux qui tentent de renouer avec la pureté de la langue en saluant constamment les œuvres classiques des auteurs anciens nous trouveront toujours parmi leurs soutiens les plus enthousiastes » (Assis 2013 [1865], 221). Dans ces deux essais, Machado de Assis ne fait d’ailleurs référence qu’à des auteurs portugais, à une exception près : dans la dispute avec Eça, il inclut José de Alencar parmi les modèles qui peuvent être suivis, et notamment son roman indigéniste O Guarani, ce qui est peut-être aussi une façon de rendre hommage à son ami décédé une année plus tôt (Assis 2013 [1878], 474).

18On retrouve des recommandations similaires dans la préface au recueil de Francisco de Castro écrite en août 1878, quelques mois seulement après avoir fait paraître son compte rendu de O primo Basílio. En poésie, Machado juge que la vogue naturaliste menace de rompre avec la continuité et la tradition, celles de Basílio da Gama et Gonçalves Dias, et qu’il lui faut dès lors « rappeler à la nouvelle génération que, quel que soit le chemin suivi par la poésie nouvelle, il convient de ne pas perdre de vue la part d’essentiel et d’éternel dans l’expression de l’âme humaine » (2009, 153-154).

19De telles prises de position témoignent plus généralement du refus de Machado de voir l’art se soumettre à quelque idée fixe comme à la logique et aux discours de la science, de la religion, de la philosophie, etc. Il revendique ainsi l’autonomie de l’art, fondée sur la primauté des valeurs esthétiques, de la vérité humaine et du travail sur la langue. L’importance qu’il accorde à la tradition et à la singularité littéraires reflète une conception de la littérature qui s’inscrit dans une tradition historique (Guimarães 2016), même s’il rejette toute idée de soumission de la critique artistique à l’histoire. Dans « Instinct de nationalité », par exemple, il défend les fondements de la littérature indigéniste lorsqu’il dit ne pas voir de problème dans la tendance des poètes à s’inspirer de ces « peuples qui, les premiers, ont respiré l’air de ces régions, unissant dans la littérature ceux que la fatalité de l’histoire a séparés » (Assis 2013 [1873], 431).

20Il convient de noter que Machado a introduit de façon très certainement volontaire le mot « histoire » dans plusieurs titres de ses œuvres : dans les recueils de contes Histórias da meia-noite [Histoires de minuit] et Histórias sem data [Histoires sans date], mais aussi dans les chroniques des Histórias de Quinze Dias [Histoires de quinze jours] et des Histórias de Trinta Dias [Histoires de trente jours]. Le choix du moment exact de transition entre ce qui a été et ce qui vient (minuit), la négation d’un élément essentiel de toute histoire (la datation), comme l’explicitation des limites temporelles des histoires parues dans des périodiques illustrent le caractère ténu de la frontière entre la fiction et l’histoire, et laissent entendre l’autonomie de la fiction littéraire par rapport au discours historique. L’usage répété du pluriel, « histoires », permet également de relativiser le caractère univoque de ce discours ainsi que sa vérité présumée. L’histoire au singulier est selon les mots plaisants de Brás Cubas, « une coquette éternelle » et « versatile » (Assis 1977, 103).

L’écrivain devient personnage d’histoires : de la note de bas de page à l’épigraphe

21Machado de Assis a joué un rôle de premier plan sur la scène culturelle brésilienne et, partant, dans les histoires de la littérature. Depuis la fin du XIXe siècle et tout au long du XXe, il s’est imposé comme une figure centrale des principales œuvres de l’historiographie littéraire brésilienne, depuis l’História da literatura brasileira (1888), ouvrage pionnier de Sílvio Romero, jusqu’à l’un des derniers de cette veine, Formação da literatura brasileira [Formation de la littérature brésilienne] d’Antonio Candido, paru en 1959. Si, dans le premier, Machado de Assis est perçu comme un problème, dans le second il est le point vers lequel converge l’ensemble du processus de formation du champ depuis, au milieu du XVIIIe siècle, l’apparition des académies et des salons dans la capitainerie de Minas Gerais.

22Avant d’y revenir plus en avant, soulignons d’abord que Machado de Assis, dont la carrière débute au milieu du XIXe siècle, n’apparaît qu’à partir des années 1880, bien tardivement, dans l’historiographie. Ainsi, le Curso elementar de literatura nacional de Joaquim Caetano Fernandes Pinheiro ne fait aucune mention de son œuvre dans l’édition de 1862, ni dans la seconde, en 1883.

  • 2 Au sujet des collaborations de Machado de Assis à O Espelho, voir Sousa (1955, 210-211).

23Ferdinand Wolf, dans Le Brésil littéraire. Histoire de la littérature brésilienne suivie d'un choix de morceaux tirés des meilleurs auteurs brésiliens (1863), ne fait référence à Machado ni dans l’histoire elle-même ni dans le recueil de textes qui suit. Cependant, il mentionne parmi les publications littéraires Espelho, revista mensal [Miroir, revue mensuelle], un périodique auquel Machado de Assis a collaboré entre 1859 et 1860, puisqu’il y publie des poèmes, de la critique dramatique, les fameux essais « La réforme par le journal » et « Idées sur le théâtre », outre les très curieuses « Aquarelles », dont font partie « Les merciers littéraires », « Le parasite » et « Le feuilletoniste2 ». Est-ce que l’extravagance des textes de ce très jeune écrivain qui signait ses textes M.-as, Machado d’Assis ou Machado de Assis, a retenu l’attention de Wolf ? Difficile à dire. Le fait est que, même dans les années 1870, alors que Machado est déjà célèbre comme poète, critique et auteur dramatique, Francisco Sotero dos Reis n’en dit mot dans son Curso de Literatura Portuguesa e Brasileira.

  • 3 Au sujet de la position de chacun de ces trois critiques vis-à-vis de Machado de Assis, voir Guimar (...)

24Le premier historien qui fait une place à Machado de Assis dans le panorama de l’histoire littéraire brésilienne est Sílvio Romero. Toutefois, il s’agit d’une place bien particulière, car Romero s’impose en cette fin de XIXe siècle comme son principal détracteur. Il est celui qui a le plus polémiqué avec lui, consacrant de nombreuses pages écrites d’une plume acide à l’homme et son œuvre, ce qui contribue paradoxalement à nourrir la curiosité pour cette œuvre et à relancer le débat autour de sa qualité et de sa portée. Les deux autres critiques essentiels du XIXe siècle, Araripe Júnior et José Veríssimo, ont élaboré leurs analyses de l’œuvre machadienne à partir du regard très négatif de Romero3.

25Déjà en 1882, dans l’Introdução à história da literatura brasileira [Introduction à l’histoire de la littérature brésilienne], Machado est cité par Romero parmi les auteurs d’« écrits épars » sur « notre littérature ». Si Romero n’émet aucun jugement quant à cette œuvre critique pourtant déjà remarquable dans les années 1870 (elle vaut à Machado d’être considéré par José de Alencar comme « notre premier critique »), la mention de son nom au côté d’Alencar, Quintino Bocaiúva, Franklin Távora, Araripe Júnior et Capistrano de Abreu peut être lue comme une forme de distinction. Cependant, ces écrivains n’ont pas autant d’importance que celui à qui Romero consacre une époque entière, afin de fonder la cohérence de ses positions comme la force de ses idiosyncrasies :

Trois essais critiques de Tobias Barretto de Menezes méritent une attention particulière : les Estudos sobre os publicistas brasileiros [Études sur les publicistes brésiliens], parus d’abord dans Americano (Recife) en 1871 puis dans d’autres journaux les années suivantes, le Romance no Brasil [Roman au Brésil] qui a commencé à paraître dans Sinal dos tempos (Escada) en 1874 et, enfin, O Brasil tal qual é sob o ponto de vista literário [Le Brésil tel qu’il est du point de vue littéraire], brochure en langue allemande éditée en 1875. (Romero 1882a, 5)

26Est ici en germe une comparaison qui prendra toute son ampleur quinze années plus tard, dans Estudo comparativo de literatura brasileira [Étude comparative de littérature brésilienne]. Dans ce livre de 1897, Romero consacre plus de 300 pages à confronter les écrits de Machado de Assis à ceux de Tobias Barreto, son maître et guide, pour mieux exalter ce dernier au détriment du premier. Cependant, les invectives de Romero n’ont pas eu l’effet que, certainement, il attendait : elles ont suscité en retour de nouveaux éloges de l’œuvre de Machado, au point que celle-ci est devenue l’objet d’un respect quasi superstitieux.

27Dans son História da literatura brasileira (1888), Romero reprend presque mot à mot ce qu’il avait écrit au sujet de Machado dans l’Introdução à história da literatura brasileira, en 1882. Cette fois, il ôte le nom de l’historien Capistrano de Abreu de la liste des auteurs d’« écrits épars ». Il conserve Tobias Barreto, mais plutôt que d’énumérer ses œuvres, il écrit : « Les œuvres multiples et les articles du savant Dr. Tobias Barreto de Menezes, originaire de la province de Sergipe, méritent une mention spéciale. » (Romero 1888, 5)

28À cette époque, Machado de Assis a déjà publié des textes dans des genres très variés (poésie, théâtre, critique, chronique, conte et roman) qui font de lui un auteur qu’aucune histoire de la littérature ne peut ignorer. Romero, lui-même, le cite à plusieurs reprises mais il se garde bien de se montrer élogieux : il se contente de mentionner le nom de Machado parmi ceux d’autres auteurs contemporains. Ainsi, en matière de roman, il cite d’abord Joaquim Manuel de Macedo, José de Alencar, Franklin Távora et Aluísio Azevedo. Machado de Assis, lui, est situé parmi les auteurs de second plan :

Le roman connut une phase embryonnaire avec le vieux Teixeira e Sousa, il prit les contours d’une étude sociale avec Joaquim Manuel de Macedo, il s’est multiplié afin de rendre compte de toutes les nuances de notre population dans l’œuvre de José de Alencar, il s’est restreint au monde paysan dans l’œuvre de Franklin Távora, il prit des traits naturalistes chez Aluísio Azevedo. Autour de ces romanciers ont tourné à leur époque respective Manuel de Almeida, Machado de Assis, Escragnolle Taunay, Inglês de Sousa, Bernardo Guimarães, Carneiro Vilella et Araripe Júnior. (Romero 1888, 2, 694)

29Il en est de même pour le théâtre. Aux yeux de Romero, Machado de Assis n’y occupe qu’une place secondaire, loin des « phares » que sont Quintino Bocaiúva, Castro Lopes, Pinheiro Guimarães, Sizenando Nabuco ou Achilles Varejão. Le critique précise que, à l’instar de Franklin Távora, Machado de Assis se montre plus à son avantage dans le roman et le conte (Romero 1888, 2, 695) que dans sa production dramatique, qu’il juge atteinte du « vice de l’imitation » (Id., 900). Il qualifie les commentaires de Machado sur les nouvelles idées scientifiques de Darwin et Comte de « divagations » (Ibid., 1245), sans même envisager que l’auteur ait pu commenter, par l’intermédiaire de ses personnages, les usages et abus que l’on fait au Brésil de ces nouvelles idées scientifiques. Il trouve ses poèmes médiocres, répétant la critique déjà faite de l’« humour prétentieux » caractérisant Falenas, le second volume de poésies de Machado, publié en 1870 (Ibid., 1233). En somme, dans la première édition de son Histoire, Romero n’épargne aucune dimension de l’œuvre de Machado de Assis. Il veut clairement donner un coup d’arrêt à l’ascension de l’écrivain dans le monde des lettres.

30Les rares passages dans lesquels Romero accorde un rôle prééminent à Machado de Assis sont accompagnés de nombreuses réserves. Ainsi insiste-t-il sur le fait qu’il a écrit une histoire littéraire et non un dictionnaire biographique des Brésiliens illustres, genre pour lequel il dit n’avoir aucun goût et occasion de laisser entendre que Machado de Assis y trouverait mieux sa place, du fait de l’idolâtrie dont il est l’objet. En somme, la réputation publique de l’écrivain ne suffit pas à retenir l’attention de l’historien.

31Ainsi, Romero traite Machado de Assis comme quelqu’un qui, en parfaite harmonie avec la culture locale, ne travaillerait pas à partir d’idées et de systèmes, ni à partir d’un principe directif pour les lettres, mais pour le seul plaisir d’être entouré de chefs, d’idoles et d’écrivaillons de prologues encomiastiques. C’est en ces termes qu’il rend compte du fameux article paru dans la presse en 1868, dans lequel Machado présente à la demande de José de Alencar le jeune poète Castro Alves au public de Rio de Janeiro. Il trouve ce texte « extravagant et très faible », sans largesse de vues et sans le moindre regard compréhensif (Romero 1888, 2, 790).

32Machado occupe également une place de choix dans la galerie des « prêtres » qui, selon Romero, se seraient succédé à la tête des Letras Pátrias : Francisco Octaviano, João Cardoso, Luiz Delfino et Machado de Assis. Après avoir disqualifié les trois premiers, il s’en prend à Machado, la cible favorite de ses foudres :

Reste Machado de Assis. Il a été plus actif que ses prédécesseurs. Il a usé de plus d’un genre et de plus d’un style.
Il est l’auteur d’une grosse douzaine de livres, écrits avec habileté mais sans génie. Ce sont les fils de la placidité d’un esprit aimable et paisible, sans audaces ni courage. L’écrivain fluminense n’est pas un lutteur, il n’est donc pas un chef. Faire peser sur ses épaules un tel titre serait ne rien comprendre à sa personne.
Ce n’est pas ici faire injustice aux quatre auteurs préférés de certaines classes du public actuel. Chacun possède des mérites qui ne sont pas petits, c’est incontestable. Il n’émane pas de leur personne les signes brillants de la force, de la profondeur, de l’originalité d’esprit, c’est indiscutable.
Aucun d’eux n’a ouvert une phase nouvelle dans nos Lettres. Aucun n’a apporté d’idées qui ne soient connues de nous. Aucun n’a emprunté de routes que personne n’aurait explorées auparavant. (Romero 1888, 2, 800-801)

33Bien que critique de la personnification des Lettres nationales, Romero divise son Histoire en phases, elles-mêmes subdivisées en sections dédiées à des auteurs, abordés à partir du binôme vie et œuvre. De façon symptomatique, dans un tel schéma, Machado de Assis n’apparait que dans une note de bas de page. De façon plus symptomatique encore, ladite note s’étend sur trois pages ! Romero y revient longuement sur les critiques qu’il lui a adressées en 1870, dans le journal A Crença de Recife, et dans l’opuscule O Naturalismo em Literatura [Le Naturalisme en littérature], de 1882. Dans ce dernier, il a notamment qualifié l’écrivain de « teigne littéraire », frappé de « monomanie du lusisme dans la langue » (Romero 1882b, 359), au point de voir en lui une entrave à l’ « évolution intellectuelle brésilienne » (Id., ibid.). Voilà un extrait de ce qu’on peut lire dans cette longue note, dans laquelle Romero fait en parallèle des considérations sur l’écrivain et sur le genre de l’histoire littéraire :

Mes lecteurs auront remarqué que le ton de ce livre, même lorsque je me réfère à Machado de Assis, est plus tendre et courtois que ce que furent certains de mes précédents écrits sur des littérateurs et écrivains brésiliens. Ce qui pour des esprits sérieux ne mérite certes pas des éloges mais moins encore des censures, m’a valu de la part d’adversaires intransigeants bon nombre de réprimandes. Les types dénoncent dans de hauts cris la contradiction !... le plus intéressant est que les censeurs de la modération de ce livre sont justement les mêmes qui censurent le rigorisme des ouvrages précédents… c’est moi qui me contredis, eux non !
Mais ces messieurs voudraient-ils qu’un grand livre d’histoire, qui prétend donner une idée générale de la complexité de la littérature du pays, soit écrit en usant du ton qui convient à des petits livres de réaction et de polémique à l’encontre des fatuités que vivaient parmi nous comme des dieux ?
Était-ce possible ? N’était-ce pas là une vraie maladresse ? Le ton du livre de Taine sur les philosophes classiques de France au XIXe siècle serait-il le même que celui de l’Histoire de la littérature anglaise ? Faites preuve d’un peu de bon sens, chers messieurs. (Romero 1888, 2, 1233-1235)

34Il ne reste plus qu’à conclure : « Si ces explications ne suffisent pas, tant pis pour les idiots qui ont tant de mal à comprendre, et pour les pervers si enclins à embêter les autres… » (Romero 1888, 2, 1233-1235). La formule n’est pas sans rappeler celle de Brás Cubas – « Si ça te plaît, très bien ; si ça ne te plaît pas, je t’envoie une pichenette et adieu ! » En dépit de cette saute d’humeur, le texte de Romero fait preuve de cohérence intellectuelle et de ténacité dans l’exécution de ce projet historiographique, le premier d’une telle envergure au Brésil.

35La distinction faite entre son Introdução à história da literatura brasileira et ce qu’il appelle les livres de synthèse, de réaction et de polémique lui permet de justifier l’usage d’un ton plus sobre et équilibré dans des œuvres qui font preuve d’une ambition plus grande, que ce soit du fait du cadre chronologique qu’il s’est fixé ou de l’ambition d’une œuvre qui aspire à la postérité voire, qui sait, à l’immortalité. Romero ne peut être critiqué pour distinguer des tons différents en fonction des genres textuels. Toutefois, la critique acerbe qu’il adresse à la personne et à l’œuvre de Machado de Assis est cohérente avec les jugements péremptoires qu’il a rendus par le passé, sans la moindre analyse ou référence aux textes machadiens.

36Romero ne lui reconnaît aucune originalité ou qualité d’innovation. Dans l’une de ses œuvres de « réaction », il accuse Machado de « singer Sterne ». Et, dans son histoire littéraire, il lui reproche même de l’imiter, lui, du fait de son intérêt récent et tardif pour la langue allemande :

Après 1879, l’auteur de ces lignes ayant suscité une curiosité pour le germanisme, cela lui a valu bien des mésaventures, Ferreira de Araújo, Sousa Bandeira, Capistrano de Abreu, Valle Cabral, Machado de Assis, Vinelli et d’autres encore ont fait appel au professeur C. [Carlos] Jansen pour apprendre l’allemand… Cela mérite d’être noté. (Romero 1888, 2, 1245-1246)

37Si l’on met de côté les marques d’antipathie et d’inimité, confiner Machado de Assis à une place aussi marginale dans cette première histoire ambitieuse de la littérature brésilienne reflète plus largement la difficulté à laquelle étaient confrontés les historiens et les critiques. Il était vraiment difficile de catégoriser, de classer Machado de Assis pour des esprits mus par un élan édificateur et ayant fait leur cette conception évolutive qui est au fondement de l’historiographie au XIXe siècle, nationaliste et romantique. En ce sens, la marginalité de son œuvre dans les histoires littéraires qui lui sont contemporaines reflète plus largement la place que lui a réservée la critique. Machado de Assis a été perçu comme un auteur décalé : pour Romero, il était anachronique ; pour Araripe Júnior, il était excentrique ; et pour José Veríssimo, il était un écrivain à part (Guimarães 2017, 31-54).

38Le processus d’intégration par le discours critique et l’histoire littéraire se révèle être particulièrement lent dans son cas. Dans la deuxième édition de l’História da literatura brasileira, publiée 15 ans après dans une version « augmentée par l’auteur », Romero supprime ou atténue les critiques mentionnées ci-dessus. La seule note plus acide qu’il maintient en l’état évoque le « lyrisme subjectiviste, l’humour prétentieux des Falenas » (Romero 1888, 2, 1236). Un détail éclaire particulièrement le sens à donner à de telles modifications. Romero promeut Machado de Assis, jusque-là auteur « satellite », au rang de « planète ». Il n’y a qu’à comparer la citation ci-dessus (de 1888) à celle de 1903 :

Le roman connut une phase embryonnaire avec le vieux Teixeira e Sousa, il prit les contours d’une étude sociale avec Joaquim Manuel de Macedo, il s’est multiplié afin de rendre compte de toutes les nuances de notre population dans l’œuvre de José de Alencar, il s’est restreint aux populations paysannes dans l’œuvre de Franklin Távora, il prit des traits psychologiques chez Machado de Assis et naturalistes chez Aluísio Azevedo. Autour de ces romanciers ont tourné à leur époque respective Manuel [Antônio] de Almeida, Escragnolle Taunay, Bernardo Guimarães, Carneiro Vilella, Araripe Júnior, Celso de Magalhães, Inglês de Sousa, Raul Pompeia et d’autres encore. » (Romero 1903, 11-12 ; je souligne)

39L’attribution d’un rôle de premier plan à Machado de Assis dans l’histoire du roman brésilien et la reconnaissance des « traits psychologiques » comme caractéristiques principales de son œuvre ; voilà ce que Romero dit de plus substantiel et positif dans cette deuxième édition de son Histoire. Le changement est remarquable et s’explique peut-être par la réputation du fondateur de l’Académie brésilienne des lettres, qu’il préside depuis 1897 et dont Romero est membre. Qui plus est, le traitement réservé à Machado de Assis dans son Étude comparative avait provoqué de telles réactions en faveur de l’écrivain que Romero s’était retrouvé dans une position isolée. Cependant, il persiste à ne pas honorer Machado de Assis d’une section propre dans aucune des six phases qui scandent le Romantisme brésilien, et au cours desquelles il mentionne pourtant des dizaines d’écrivains, pour la plupart d’entre eux aujourd’hui oubliés.

40Cette deuxième édition épurée a servi de base à l’édition posthume, très largement remaniée par Nelson Romero en 1943. Dans la préface à cette 3e édition, le fils de Sílvio Romero consacre une page entière aux écrits polémiques de son père sur Machado. Il évoque tout particulièrement Estudo comparativo de literatura brasileira, ce livre de 1897 qui a causé le scandale que l’on a vu. Le fils essaye dans la préface d’atténuer le regard négatif de son père sur Machado, auquel cette édition accorde une place inédite : le dernier chapitre, intitulé « Troisième époque ou période de transformation romantique (prose) – théâtre et roman (Cont.) », est entièrement consacré à l’œuvre de Machado de Assis.

41Comme l’indique une note à la fin du chapitre, il s’agit d’un résumé de l’Étude comparative de 1897, dont une version au ton plus posé et expurgée de la comparaison avec Tobias Barreto. En réalité, Nelson Romero avait dirigé en 1936 la publication d’un livre intitulé Machado de Assis, version inspirée de l’œuvre de 1897 et déjà expurgée (Romero 1936).

42Dans la réédition des écrits de son père, Nelson Romero a largement atténué les critiques d’ordre personnel et concentré son attention sur l’œuvre de Machado de Assis. Il y défend par exemple un principe de continuité entre deux phases successives du travail de l’écrivain, lesquelles reflèteraient « le développement normal des bons germes qu’il possédait depuis sa naissance, dans ce que la tendance nouvelle a eu de bon, et le dépassement également normal de certains défauts naturels, dans ce qu’elle a eu de mauvais. » (Romero 1953-1954, 1619) La place accordée à sa poésie, considérée comme correcte et froide (1621), a été réduite pour mieux faire ressortir le roman et le conte, où apparaissent des « éléments capitaux : le style, l’humour, le pessimisme, les caractères » (1621).

43Cependant, ces quatre éléments pris un à un – assez légitimes au demeurant puisque la critique s’y intéresse depuis plus d’un siècle – sont l’objet de considérations négatives. Le style est correct mais maniéré. L’auteur écrit comme quelqu’un qui tâtonne avant de trébucher, comme s’il souffrait d’une perturbation dans les organes du langage (Romero 1953-1954, 1624). L’humour et le pessimisme sont perçus comme des marques d’affectation, conséquences de recettes et de manipulations incompatibles avec les traits caractéristiques, la psychologie, la « race » et le milieu brésiliens (1627-1630). Quant aux caractères, Romero n’en a trouvé dans l’œuvre machadienne que quelques-uns, à l’état d’ébauches (1633). Il termine :

Pour tout dire sans tourner autour du pot : Machado de Assis est grand quand il narre de façon sobre, élégante et lyrique des faits qu’il a inventés ou imités de la réalité ; il est petit quand il joue au philosophe pessimiste et à l’humoriste comique. (Romero 1953-1954, 1638)

44L’humour est le trait de caractère mis en avant par José Veríssimo, mais cette fois de façon positive, dans son História da literatura brasileira, publiée en 1916. Il s’agit là de la deuxième œuvre fondatrice de l’historiographie littéraire brésilienne. Le choix d’un titre identique à celui de Romero, son grand rival, vise à substituer son histoire à la précédente. Les deux livres présentent notamment deux visions opposées de Machado de Assis.

45Veríssimo met en valeur la dimension cosmopolite et universelle de l’œuvre et loue son originalité dans le paysage littéraire brésilien. Tout au long du livre, il relève les marques de cette singularité, toutes évaluées positivement : aversion pour le style pleurnichard et le sentimentalisme (Veríssimo 2013, 276), connaissance profonde de la langue (282), excellence remarquable dans les choix formels (362), qualité excellente de la versification (363). S’il distingue plus qu’il ne rapproche les écrits de Machado de Assis et ceux de José de Alencar, l’historien les associe du fait de l’autorité qu’ils ont pu exercer sur la littérature nationale, puisque Machado est présenté comme le « successeur d’Alencar dans la direction de nos lettres » (319).

46Voilà pourquoi Machado de Assis occupe une place d’honneur dans le livre, en l’occurrence le dernier chapitre en son entier, afin de mieux le distinguer du reste de la littérature brésilienne. Intitulé sobrement « Machado de Assis », ce texte est l’occasion pour l’historien de justifier sa décision d’adresser à l’auteur défunt toute une série d’hommages : « la plus haute expression de notre génie littéraire, la figure la plus éminente de notre littérature » (Veríssimo 2013, 413), « le plus grand de nos écrivains » (424), « un classique, dans le sens le plus sobre du terme – le seul peut-être de notre littérature » (425).

47L’histoire littéraire de Veríssimo condense l’opinion du critique qui, depuis les années 1880, a rendu compte de l’œuvre machadienne livre après livre, écrit après écrit. Très tôt, il a mis en évidence la capacité analytique, l’intérêt pour l’essence des choses plutôt que leurs extériorités, et surtout l’attention prodigieuse que Machado accorde à la technique littéraire, la justesse de la langue et de la forme.

48Veríssimo suit pas à pas les présupposés de l’historiographie littéraire du XIXe siècle dont le modèle est alors l’Histoire de la littérature française, de Gustave Lanson (1895). Il s’attache à faire ressortir les contributions respectives des différentes œuvres littéraires à la définition d’une singularité nationale. Sur ce chemin de la littérature brésilienne en quête d’elle-même, Machado occupe désormais une place prépondérante, comme l’explique l’historien :

L’exercice toujours progressif de sa capacité d’analyse du milieu, épuré de ses représentations pittoresques faciles, fait peut-être de Machado de Assis le romancier le plus intimement national, en dépit de son peu d’appétence pour la brésilianité ; un nationalisme qui ne réside pas tant dans les extériorités pittoresques de la vie ou dans les traits les plus notoires de l’individu et du milieu. Comme il s’intéresse avant tout à l’âme des choses et des hommes, c’est elle qu’il essaye d’exprimer et qu’il exprime généralement avec un esprit et un art insignes. (Veríssimo 2013, 426)

49De façon paradoxale, l’écrivain si singulier laissait en héritage « un modèle incomparable » pour l’art critique et était « le plus parfait exemple de notre esprit » en matière de création (Veríssimo 2013, 433). Ces mots sur lesquels se referme l’História da literatura brasileira témoignent bel et bien du souci d’isoler des modèles et des exemples utiles au processus de canonisation, caractéristique de la fonction de consécration des histoires littéraires.

50Romero et Veríssimo, dont les projets historiographiques prolongeaient l’œuvre critique, ont défini de façon contrastée et, dans une certaine mesure, complémentaire les termes encore en usage dans les principales histoires littéraires écrites au XXe siècle. Faute de pouvoir les analyser toutes, je vais revenir ici sur trois cas exemplaires, parce qu’il s’agit des œuvres les plus influentes, eu égard à la réputation de leur auteur et au succès éditorial qu’elles ont eu dans les milieux universitaires et scolaires. Il s’agit de la Pequena história da literatura brasileira [Petite Histoire de la littérature brésilienne] de Ronald de Carvalho, de A literatura no Brasil [La Littérature au Brésil] d’Afrânio Coutinho et de la Formação da literatura brasileira d’Antonio Candido.

Personnage de la Petite Histoire

51La Pequena história da literatura brasileira, de Ronald Carvalho, parue pour la première fois en 1919, offre une vision plutôt positive de l’œuvre de Machado qui eut un immense écho, du fait du succès de ce livre réédité de nombreuses fois et compulsé pendant des décennies par les élèves et étudiants de ce pays. Tel Veríssimo, Carvalho fait référence d’entrée à Machado comme étant le meilleur romancier de langue portugaise (Carvalho 1919, 43), soulignant tel Romero ses « intentions psychologiques ». Perçu de façon générale comme une figure de transition entre le romantisme et le parnasse (Carvalho 1922, 247), le poète qu’est aussi Machado est traité au côté de Luís Guimarães, dans le tableau consacré au naturalisme et au mouvement parnassien :

Il ne faut cependant pas oublier que Luiz Guimarães et Machado de Assis ont été les précurseurs de Teófilo Dias, Raimundo Correa, Olavo Bilac et Alberto de Oliveira. Dans leurs œuvres, le romantisme y est moins intense, bien qu’ils aient tous deux conservé des liens avec les disciples de Gonçalves Dias et Casimiro de Abreu. (Carvalho 1919, 285-286)

52Tout en s’inspirant de Romero et Veríssimo, Carvalho met également en exergue la dimension tragique de l’œuvre machadienne, pointée déjà par Alcides Maya dans Machado de Assis (Algumas notas sobre o humour) [Machado de Assis (Quelques notes sur l’humour)]. Publié en 1912, soit quatre années après la mort de l’écrivain, cet essai constitue une première synthèse des différentes questions abordées par la critique, dans un souci de faire tenir ensemble les opinions divergentes quant à l’humour, considéré comme une affectation par Romero mais salué par Veríssimo. Selon Maya, la singularité de l’auteur dans le panorama brésilien tient au regard tragi-comique qu’il porte sur le monde, dans l’attention à l’homme confronté à l’absurde, résultante de l’esprit avancé de Machado de Assis.

53C’est probablement après la lecture du livre de Maya (auquel, étonnamment, il fait référence pour les descriptions de paysage et non pour l’œuvre critique) que Ronald de Carvalho attribue à Machado de Assis un « sentiment de ‘tragique quotidien’ ». L’expression a pu être empruntée au titre d’un livre de contes à succès, Il tragico quotidiano (1906), de l’Italien Giovanni Papini. Le prestige constant du poète en cette année de lancement du modernisme, lorsque paraît la seconde édition de la Petite histoire, « revue et augmentée » en 1922, se retrouve dans des citations de ses poèmes qui ont une dimension tragique (Carvalho 1922, 303). Ronald de Carvalho souligne la capacité d’observation de Machado, affranchi de tout jugement moral et de tout plan préconçu :

Il accueillait toutes les choses vivantes ou mortes, bonnes ou mauvaises, honnêtes ou malhonnêtes avec l’imperturbabilité des miroirs et des tableaux. […] Dans ses romans, la matière humaine n’obéit pas à un plan préconçu, à un postulat primordial, à une quelconque loi scientifique ou littéraire. Ne s’y reflète que son esprit d’enquête qui, à chaque instant, s’observe tout en observant les autres, et corrige d’un sourire ou d’une larme l’image que la vie lui a mise sous les yeux. (Carvalho 1919, 316)

54Machado est classé comme un prosateur naturaliste, au côté d’Aluísio Azevedo, Júlio Ribeiro et Raul Pompeia. Il est précisé toutefois qu’il n’a jamais formellement appartenu au mouvement naturaliste, qu’il l’a même rejeté de façon véhémente en reprochant à Eça de Queirós d’avoir adhéré à la pensée d’Émile Zola. Une fois encore, sa singularité réside dans l’intuition de la « pénétration de la conscience » des personnages, qui le rapproche d’écrivains d’autres latitudes et langues, lui conférant ainsi une dimension universelle :

Machado de Assis est le psychologue, il les surpasse tous par la profondeur de sa pensée, par la correction de sa langue, la sobriété de la forme et l’ironie subtile, qui le rapprochent de Sterne et Swift en Angleterre, d’Anatole France en France, et de Jean Paul [Friedrich Richter] en Allemagne. (Carvalho 1919, 311)

55Comme l’a bien noté André Botelho, Ronald de Carvalho est allé à contre-sens de son temps avec sa Petite Histoire (Botelho 2011), car la figure de Machado a traversé une période de relatif ostracisme dans la décennie 1920. L’œuvre de l’écrivain, dont le nom était associé à un certain académisme et au passéisme, a été jugée indigeste par les nouvelles générations modernistes, engagées dans la rénovation des lettres nationales. Jusqu’à la fin des années 1930, les principales plumes du modernisme se sont prononcées rarement et parfois négativement au sujet de Machado, avant que ne s’affirme plus tard l’idée qu’il était bel et bien le plus grand écrivain brésilien. Les réserves de Mário de Andrade sont connues : il réprouvait le rapprochement de Machado avec les humoristes anglais comme avec le négativisme d’Anatole France (Guimarães 2018b). En pleine apogée du modernisme, Ronald de Carvalho accorde non seulement une place de choix à Machado, qu’il présente comme étant un sommet dans l’art de la prose au Brésil et, « sans contestation possible et à bien des égards, le plus significatif des écrivains de langue portugaise et, particulièrement parmi nous, […] un exemple de discrétion, de grâce dans le style et de finesse dans la perception » (Carvalho 1919, 316-317).

56« Grâce » et « finesse » sont deux adjectifs fréquemment associés à Machado par la critique de la première moitié du XIXe siècle. Ainsi, le regard de Ronald de Carvalho, bien qu’il détonne dans le contexte avant-gardiste de son temps, reflète de façon assez pertinente les jugements portés alors sur l’écrivain, par l’attention accordée à sa poésie et aux dimensions existentielles et universelles de son œuvre.

Le protagoniste

57On retrouve une tendance similaire à l’œuvre dans A literatura no Brasil, ouvrage qui compte cinq volumes, paru en 1955 et dirigé par Afrânio Coutinho. Les chapitres rédigés par plusieurs contributeurs remontent à la Renaissance et à l’humanisme au Portugal, et s’achèvent sur le Post-modernisme et la « nouvelle littérature brésilienne ». La nouveauté tient ici au fait que Machado est cité dans la quasi-totalité des chapitres qui structurent l’ouvrage. Cela témoigne de l’importance qu’il revêt dans une histoire dont le cadre temporel est aussi large : il y fait figure de point de comparaison pour la critique de périodes, genres et auteurs divers.

58Coutinho considère lui-même l’œuvre de Machado de Assis comme « la plus grande […] de la littérature brésilienne. » (1999, 3, 28) L’auteur est traité dans le chapitre portant sur « Le mouvement romantique », trouvant là enfin toute sa place au côté de José de Alencar dont il serait le principal héritier (3, 27), allant jusqu’à dépasser son maître (4, 254).

59Dans le chapitre intitulé « Le modernisme en fiction », Coutinho fait de José de Alencar le grand précurseur de la fiction moderne dont l’apogée au XIXe siècle correspond à l’œuvre de Machado de Assis. Ces deux auteurs ont institué des traditions parallèles et concurrentes qui vont de la primeur accordée à l’extériorité à celle donnée à l’intériorité : d’un côté, celui qui privilégie « l’homme dans le tableau dans lequel il se situe, la terre, le milieu », une caractéristique de l’œuvre d’Alencar (Coutinho 1999, 5, 264) ; et, de l’autre, « l’homme face à lui-même et aux autres hommes » (5, 264), caractéristique de l’œuvre de Machado de Assis.

60Machado de Assis fait figure de point de comparaison pour caractériser de nombreux auteurs du XXe siècle dans les chapitres qui traitent de l’« ère moderniste », comme Lima Barreto, Marques Rebelo, Ciro dos Anjos, Mário de Andrade, Cornélio Pena, Josué Montello ou Clarice Lispector (Coutinho 1999, 5). Cela témoigne à la fois du caractère incontournable du romancier et du potentiel de consécration que cela peut valoir à ceux qui lui sont comparés. De façon très différente des histoires littéraires précédemment citées, ici l’écrivain sert d’étalon tant pour les auteurs plus anciens que pour ceux plus récents. On peut ainsi dire que Machado de Assis est devenu à partir des années 1950 omniprésent dans la critique comme dans l’historiographie.

61Outre un chapitre qui lui est consacré dans le cinquième volume, Machado de Assis est l’objet de références récurrentes dans d’autres chapitres. Ainsi, son théâtre est analysé par Décio de Almeida Prado dans le chapitre « Évolution de la littérature dramatique », où ses pièces sont jugées être de composition délicate, notamment Lição de Botânica [Leçon de botanique], qualifiée de chef-d’œuvre, bien que ses mérites soient sans commune mesure avec ses meilleurs contes et romans. Un tel contraste s’explique selon Almeida par l’intérêt de l’écrivain pour la subjectivité des personnages, le silence, les sentiments équivoques et les sensations vagues. Soit l’opposé de ce qu’est le théâtre, cet « art objectif » qui expose l’extériorité des personnes (Coutinho 1999, 6, 28).

62Machado est présenté comme le modèle et le précurseur d’un art de la critique qui exige « analyse, dissection, comparaison, explication, compréhension, jugement », soit les prérequis indispensables pour établir une « science littéraire » (Coutinho 1999, 3, 344). Coutinho lui-même a voulu donner un statut scientifique à ses études littéraires et revendique ces qualités citées dans son propre travail critique.

63Le chapitre consacré à Machado de Assis est signé Barreto Filho : il s’agit d’un résumé du livre Introdução a Machado de Assis [Introduction à Machado de Assis] publié en 1947. Les considérations d’ordre biographique ont été supprimées afin de ne traiter que de l’œuvre elle-même. Dès les premières lignes, l’écrivain est présenté comme « le modèle premier et le plus abouti de l’homme de lettres authentique » (Coutinho 1999, 4, 151), l’auteur de la « meilleure œuvre littéraire écrite au Brésil » (4, 153). Sont mises en exergue l’originalité et l’exemplarité, autant de qualités qui ont été au cœur du processus de consécration de Machado, marqué par le centenaire de sa naissance en 1939 et le cinquantième anniversaire de sa mort, en 1958. Dans l’ouvrage de 1947, la dimension tragique de l’œuvre s’enracine dans l’enfance de l’écrivain, marquée par la perte successive de sa sœur et de ses parents. Alfredo Pujol (1917) et Lúcia Miguel Pereira (1936 et 1950) insistent eux aussi sur ces difficultés d’ordre familial et social pour mieux mettre en lumière l’ascension de l’auteur. On peut citer également les écrits d’Alcides Maya (1912) et Augusto Meyer (1935 et 1958) dans lesquels le penchant de Machado pour l’analyse des abîmes de l’âme est mis en avant.

64Dans le chapitre de A literatura no Brasil, les explications d’ordre personnel semblent quelque peu atténuées (Coutinho 1999, 4, 166), au profit d’une insistance sur le « goût de l’analyse psychologique profonde » (4, 156). À l’attrait pour le tragique (Barreto 1947, 131) succède une autre « vocation véritable : dire l’essence de l’homme, dans toute sa précarité existentielle » (Coutinho 1999, 4, 159). Le chapitre porte d’abord sur les contes et romans, outre quelques lieux communs sur la poésie et le théâtre, traités de façon superficielle. La division de l’œuvre selon deux phases est empruntée à Lúcia Miguel Pereira, avec quelques nuances.

65À propos du poète, Barreto Filho réaffirme ce qu’il disait déjà en 1947 : « C’est un poète médiocre, et il n’y a aucun doute là-dessus. La poésie correspond à une nécessité secrète d’expansion qui ne trouve pas encore d’autre langage, et ses créations sont précaires. » (Barreto apud Coutinho 1999, 4, 154) Quant au théâtre, le propos se veut plus enthousiaste, car le critique tisse des connexions entre la production dramatique et les romans. De Dom Casmurro, il dit :

Le livre est fait de petites scènes et incidents, une chaîne serrée qui reprend pour beaucoup la trame d’une pièce de théâtre, dans l’entrée et la sortie des personnages, dans les dialogues courts et incisifs. Mais ce serait une pièce que l’on aurait enrichie du travail des coulisses et des indications scénographiques. Cela confère au roman une allure particulière. C’est un genre nouveau, typiquement machadien. (Barreto apud Coutinho 1999, 4, 165)

66Malgré la diversité des prises de paroles et des perspectives dans l’ouvrage coordonné par Coutinho, le dénominateur commun reste que Machado de Assis est le seul écrivain brésilien à conserver « le secret classique », en bâtissant « l’œuvre universelle qui serait vouée à devenir la plus brésilienne de toutes » (Coutinho 1999, 4, 158). Les auteurs insistent également sur la portée psychologique de l’œuvre, le « dualisme psychologique » des personnages (3, 300), ainsi que le « réalisme pénétrant » (3, 300), un réalisme de nature plus psychologique et existentielle que sociale.

67Ce sont d’autres qualités qui seront mises en avant dans Formação da literatura brasileira d’Antonio Candido, parue en 1959. La singularité de Machado de Assis y est présentée de façon plus profonde et mieux articulée dans le vaste tableau de la littérature brésilienne, à mi-chemin entre une perspective psychologique et une perspective sociale. Le regard que Candido porte sur le projet machadien est devenu hégémonique. Il permet de mieux situer le projet de la Formation par rapport aux précédentes histoires littéraires, depuis celle de Romero jusqu’à celle de Coutinho. La meilleure manière d’en rendre compte est de laisser la parole à Antonio Candido :

Si l’on se tourne du côté de Machado de Assis, on verra que ce maître admirable s’est nourri méticuleusement de l’œuvre de ses prédécesseurs. Sa ligne d’évolution montre que l’écrivain avait pleine conscience de ce qu’il y avait de fondé, de définitif dans la direction prise par [Joaquim Manuel de] Macedo pour décrire les mœurs, dans le réalisme salutaire et coloré de Manuel Antônio [de Almeida], dans la vocation analytique de José de Alencar. Il reconnaît l’existence de ces prédécesseurs, et c’est là l’une des raisons de sa grandeur : dans une littérature où les meilleurs de chaque génération font table rase du passé et où seuls les médiocres poursuivent l’œuvre des anciens, lui seul a usé de son génie pour assimiler, approfondir et cultiver ce qu’il y avait de bon dans les expériences antérieures. Voilà le secret de son indépendance par rapport aux contemporains européens, de son refus de céder aux modes littéraires venues du Portugal et de France. Voilà pourquoi tant de critiques n’ont jamais su où le placer.
Ce faisant, il est l’héritier de Macedo, Manuel Antônio, Alencar qui ont été ses maîtres et inspirateurs dans le roman. Il est clair que son génie ne découle pas de cela. Au contraire, il les a suivis car c’était un génie qui avait la force suffisante pour les dépasser et faire fi des modèles étrangers. En cela, c’est l’écrivain le plus brésilien qui n’ait jamais existé, et certainement le meilleur. Son apparente singularité s’éclaire pour l’historien de la littérature dans la mesure où se révèlent ses filiations et, pour le critique, quand on relie celles-ci au talent particulier avec lequel il a fécondé la formule du roman romantique, ajoutant à la représentation réaliste des relations sociales en milieu urbain une profondeur analytique, inaccessible à la bonhommie de Manuel Antônio, mais à l’état latent dans les romans Senhora et Lucíola d’Alencar, auxquels son œuvre se rattache directement.
Ainsi, si Swift, Pascal, Schopenhauer, Sterne, la Bible et d’autres sources encore peuvent éclairer sa vision de l’homme, seule la conscience de son intégration dans la continuité de la fiction romantique peut éclairer la nature de ses romans. Le fait d’avoir assisté à l’évolution du genre depuis le début de la carrière d’Alencar lui a permis, compte tenu de la conscience critique qui est la sienne, de le comprendre, d’évaluer sa portée et de mesurer sa maturation. Il a toujours tenu en haute estime la tradition romantique brésilienne et, en s’inscrivant dans cette lignée, il a donné l’exemple de la façon dont naît une littérature universelle, à partir de l’approfondissement des suggestions locales. (Souza 1959, 117-118)

68On voit que l’écrivain inclassable pour les premiers critiques et mis au ban par les premiers historiens est désormais parfaitement intégré dans la trame historique brésilienne, sans que cela implique de déconsidérer ses liens de filiation avec les grandes matrices de l’écrit en Occident.

69Comme dans l’Histoire de José Veríssimo, Machado est à la fois le point culminant et le terme de la séquence historique. L’écrivain Antonio Callado a démêlé les mécanismes de construction de la figure machadienne lorsqu’il a affirmé que Formation trouve avec Machado son héros caché, dont les qualités sont « recueillies, accumulées et redistribuées tout au long de la narration avec parcimonie, afin que le héros surgisse, lorsqu’il surgit, dans toute sa gloire, de façon indiscutable » (Callado 1992, 142). Cependant, cela résulte désormais de la capacité de l’écrivain à comprendre tout ce qu’il y a eu avant lui, à tirer les leçons de ses prédécesseurs, et non pas d’une quelconque supériorité individuelle.

70Machado tel qu’il est ici présenté reflète aussi l’amplitude de vue du critique qu’est Candido. Ce dernier est capable d’établir des connexions entre les œuvres d’écrivains très différents, parfois distants de plus d’un siècle. Cela passe par l’articulation précise entre les multiples solutions artistiques trouvées par les auteurs convoqués et le contexte culturel qui leur est propre, articulation faite à partir de la notion de littérature définie comme un système qui implique des relations dynamiques entre l’œuvre, l’auteur et le public. Autrement dit, les conditions de production, circulation et réception sont ici des éléments essentiels pour saisir le processus littéraire dans toute sa complexité. De plus, elles définissent les limites d’un processus historique qui commence dans la capitainerie de Minas Gerais, au milieu du XVIIIe siècle, et s’achève avec les œuvres principales de Machado de Assis parues à partir de 1880.

71La solution de compromis entre le « plan universel » et « l’homme et la société locale », qui traverse tout le texte de Formation, reprend et pousse plus loin encore les propositions que Machado a lui-même formulées dans ses deux essais critiques les plus importants. Candido fait siennes la mise à distance et la relativisation du critère nationaliste à l’œuvre dans « Instinct de nationalité », comme il partage l’importance accordée au caractère du personnage, à sa complexité morale, que l’on retrouve dans la critique de O primo Basílio.

72Dans cette veine, le précédent le plus remarquable est assurément Prosa de ficção (1870-1920) [Prose de fiction (1870-1920)] de Lúcia Miguel Pereira, paru en 1950 et qui avait déjà publié un Machado de Assis – Estudo crítico e biográfico [Machado de Assis – Étude critique et biographique] (1936) déterminant pour comprendre le regard porté encore aujourd’hui sur la figure et l’œuvre machadiennes. Dans son texte de 1950, Pereira insiste sur les liens entre l’écrivain et son milieu, sans que le premier ne soit subordonné au second, dans la mesure où sa première qualité et sa marque distinctive sont sa capacité à fouiller l’âme humaine par le biais de ses personnages (Pereira 1957 [1950], 59-107). Cependant, alors qu’elle intègre l’écrivain et son œuvre dans le contexte socio-historique, Candido va tâcher d’étendre son horizon au paysage littéraire.

73Dans l’extrait cité précédemment, il faut revenir sur l’expression « ligne évolutive », sous-jacente dans le processus de formation étudié par Candido. Ainsi, Alencar aurait comblé ce qui faisait défaut chez Macedo de la même manière que Machado complète ce qui manquait chez Alencar. Comme en témoignent les extraits qui suivent, Machado est consacré comme l’étalon incontournable à partir duquel sont jugés ses prédécesseurs :

Ce qui lui a manqué [à Macedo] a été le goût ou la force nécessaire pour intégrer ces éléments dans un système expressif capable de nous transporter, avec des personnages chargés de cette densité que l’on retrouvera chez certains de ceux d’Alencar, avant que n’advienne la galerie de portraits de Machado de Assis. (Souza 1959, 145)

Il est revenu à [Alencar] de reprendre, féconder et surpasser l’œuvre de Macedo, comme le fera ensuite Machado de Assis vis-à-vis du premier. (Id., 211)

Il manquait à [Alencar] pour y arriver ces « enquêtes psychologiques » qui, selon Lúcia Miguel Pereira, sont la marque de fabrique de Machado de Assis et Raul Pompeia. (Ibid., 213-214)

La nouvelle causalité psychologique [différente de celle de Taunay] ne fera son apparition ici qu’après Inglês de Sousa, Aluísio et Machado de Assis. (Ibid., 315)

74En cohérence avec ce moment d’exaltation du roman psychologique et d’investissement dans l’introspection des personnages, Candido trace une ligne ascendante qui va de Teixeira e Sousa à Machado de Assis (Ibid., 128). Elle couvre un spectre qui va de l’accent mis sur les éléments extérieurs aux sondages de l’âme des personnages. Ce dernier trait sera considéré comme une marque décisive de la maturité de la littérature en général et de la littérature brésilienne en particulier :

Une littérature donnée ne peut être considérée comme mure que lorsqu’elle fait l’expérience du vertige face à de tels abîmes. Dans le cas brésilien, elle a fait cette expérience intense avec Machado de Assis, lui donnant ainsi une place légitime dans la littérature mondiale. Il y a pourtant une certaine injustice dans le fait de lui attribuer l’initiative des analyses psychologiques, en présentant toute la fiction qui le précède comme composant un ensemble amène, superficiel et pittoresque. En vérité, il a été à bien des égards un continuateur génial, et non pas une figure isolée et sans généalogie littéraire, puisqu’il a trouvé chez Alencar, outre la sociologie de la vie urbaine, des suggestions psychologiques très marquées dans le sens d’une enquête approfondie. (Ibid., 213-214)

75La critique aurait également atteint ses premiers sommets avec Machado de Assis :

Si l’on cherche une critique vive, prenant en charge la personnalité de l’auteur et faisant montre d’un intérêt pour la littérature plus exigeant encore, on ne la trouvera que dans quelques essais, préfaces, articles et polémiques, le plus souvent des incursions épisodiques d’écrivains qui se consacrent d’abord à d’autres genres : Dutra e Melo, Junqueira Freire, Álvares de Azevedo, José de Alencar, Franklin Távora, [Francisco] Otaviano, Bernardo Guimarães, Gonçalves Dias ; et, à la fin de cette période, quelques excellents articles de Machado de Assis. (Ibid., 356)

76Les liens entre l’art de la critique chez Candido et ces « excellents articles » sont évidents. Le lecteur familier de la critique machadienne remarquera aussi que l’« instinct de nationalité » est le point de départ et d’aboutissement de Formação da literatura brasileira, dans la mesure où l’essai de Machado comme le livre de Candido partent des présupposés du romantisme en leur appliquant une touche autoréflexive et critique. Ce n’est pas un hasard si Formation revient en conclusion sur le célèbre extrait de l’essai de 1873 dans lequel Machado dit que « ce qu’il faut exiger de l’écrivain est avant toute autre chose un certain sentiment intime qui fait de lui un homme de son temps et de son pays, quand bien même il aborde des thèmes anciens ou éloignés dans l’espace ». Voilà le commentaire sur lequel se referme l’ouvrage :

Ces mots témoignent de la maturité de la critique romantique, la conscience véritable que le romantisme a acquis de sa portée historique. Ils sont adéquats, dès lors, pour clore ce livre dans lequel on a cherché justement à décrire le processus par lequel les Brésiliens ont pris conscience de leur existence spirituelle et sociale via la littérature, la combinaison sous des formes variées des valeurs universelles avec la réalité locale et, ainsi, obtenu le droit d’exprimer leur rêve, leurs douleurs, leur joie, leur vision modeste des choses et du semblable. (Ibid., 367-368)

77Dans un autre geste très « machadien », Candido semble avoir parfaite conscience des limites de son histoire littéraire. Ce n’est pas exactement ce qu’il écrit, mais c’est ce qui fonde son projet : « En matière d’histoire littéraire, il suffit d’établir une division pour qu’elle nous file entre les doigts, arbitraire et insuffisante qu’elle est, bien que nécessaire. » (Ibid., 367-368)

Considérations finales

78Les œuvres contemporaines de Coutinho et Candido cherchent à faire revivre un genre qui a connu une ascension et atteint la gloire au XIXe siècle. S’il survit au siècle suivant d’abord dans le cadre académique, le genre était déjà théoriquement déclinant depuis les avant-gardes du début du siècle. Ces deux œuvres closent le cycle des grandes histoires de la littérature brésilienne, par la multiplication des voix et des regards chez Coutinho, par le cadre temporel précis qui tente de cerner un processus, chez Candido. Après elles, des histoires lues dans le milieu scolaire ont pu paraître, telle História concisa da literatura brasileira [Histoire concise de la littérature brésilienne] (1970) d’Alfredo Bosi, dans laquelle l’adjectif du titre reflète une ambition moindre. De telles publications ont coïncidé avec le moment où les modèles historiographiques traditionnels montraient des signes d’épuisement. En témoigne aussi l’affirmation de nouvelles façons d’étudier la littérature, comme la New Criticism, le structuralisme et les études de la réception qui se développent alors aux États-Unis, en France et en Allemagne, et ont un écho jusqu’au Brésil.

79La spécialisation universitaire croissante, également à l’œuvre au Brésil, s’est traduite par des études critiques plus ponctuelles qui ont pu approfondir l’analyse de textes précis dans leur globalité ou dans l’une de leurs nombreuses facettes, à bonne distance des études plus synthétiques propres aux histoires littéraires. Cela coïncide également avec le moment où l’œuvre de Machado de Assis connaît une diffusion internationale inédite, suite aux traductions de ses œuvres en anglais, à partir des années 1950. La relecture de ce corpus par des critiques très éloignés des traditions et des présupposés propres à l’historiographie brésilienne a ouvert de nouvelles possibilités d’analyse de l’œuvre machadienne (Guimarães 2018a).

80En témoigne de façon remarquable la première lecture détaillée et exhaustive d’une œuvre de Machado de Assis par la traductrice et critique états-unienne Helen Caldwell, The Brazilian Othello of Machado de Assis (1960). Reçu discrètement jusqu’à sa traduction en portugais 42 ans plus tard, le livre a causé un trouble immense dans le monde de la critique brésilienne et a profondément contribué à renouveler la lecture du roman Dom Casmurro. Cette histoire d’un adultère féminin raconté par le narrateur Casmurro et perçu comme tel pendant des décennies par le lectorat brésilien se transforme, si l’on renverse la perspective, en un récit sur la jalousie masculine. C’était la première fois qu’une lecture venue de l’étranger modifiait la réception de l’œuvre de Machado de Assis au Brésil ; une situation redoublée ces dernières décennies par l’entrée en scène de nouveaux critiques étrangers comme Abel Barros Baptista dans les années 1990 ou Michael Wood dans les années 2000.

81Si les lectures et les polémiques autour de la figure et de l’œuvre de Machado de Assis sont encore d’actualité, les forums sur lesquels elles s’expriment sont toujours plus éloignés des histoires littéraires et de leurs présupposés méthodologiques et théoriques. Elles n’en furent pas moins un relais essentiel au XXe siècle pour la consécration nationale de cet écrivain.

Haut de page

Bibliographie

Assis, Joaquim Maria Machado de. 1875. Americanas. Rio de Janeiro: Garnier. Disponible sur : https://digital.bbm.usp.br/view/?45000018575&bbm/4508#page/1/mode/2up (consulté le 19 août 2018).

Assis, Joaquim Maria Machado de. 1936. Dom Casmurro. Traduction du portugais par Francis de Miomandre. Version revue par Ronald de Carvalho. Préface d’Afrânio Peixoto. Paris : Institut International de Coopération Intellectuelle.

Assis, Joaquim Maria Machado de. 1977. Memórias póstumas de Brás Cubas. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira; Brasília: INL.

Assis, Joaquim Maria Machado de. 2009. Correspondência de Machado de Assis. Tomo II. 1870-1889. Coord. Sergio Paulo Rouanet. Réunie, organisée et commentée par Irene Moutinho & Sílvia Eleutério. Rio de Janeiro: Academia Brasileiras de Letras.

Assis, Joaquim Maria Machado de. 2013. Machado de Assis, crítica literária e textos diversos. Direction : Sílvia Maria Azevedo, Adriana Dusilek & Daniela Mantarro Callipo. São Paulo: Editora Unesp.

Barreto Filho. 1947. Introdução a Machado de Assis. En appendice : Garção & Assis de Nestor Vítor. Rio de Janeiro: Agir.

Bosi, Alfredo. 1970. História concisa da literatura brasileira. São Paulo: Cultrix.

Botelho, André. 2011. « A pequena história da literatura Brasileira: provocação ao modernismo. » Tempo Social 23 (2): 135-161.

Caldwell, Helen. 1960. The Brazilian Othello of Machado de Assis – A Study of Dom Casmurro. Berkeley: University of California Press [trad. brésilienne (2002) : O Otelo brasileiro de Machado de Assis – um estudo de Dom Casmurro. São Paulo: Ateliê Editorial].

Callado, Antonio. 1992. « Formação da literatura brasileira: um monólogo interior. » In Dentro do texto, dentro da vida: ensaios sobre Antonio Candido, dirigé par Maria Ângela d’Incao & Eloísa Faria Scarabotolo, 142-152. São Paulo: Companhia das Letras.

Carvalho, Ronald. 1919. Pequena história da literatura brasileira. Rio de Janeiro: F. Briguiet.

Carvalho, Ronald. 1922. Pequena história da literatura brasileira. 2e éd. revue et augmentée. Rio de Janeiro: F. Briguiet.

Coutinho, Afrânio, dir. 1999. A literatura no Brasil. 6 v. 5e éd. revue et mise à jour. São Paulo: Graal.

Denis, Ferdinand. 1826. Résumé de l'histoire littéraire du Portugal, suivi du résumé de l'histoire littéraire du Brésil. Paris : Lecointe et Durey.

Guimarães, Hélio de Seixas. 2004. « Romero, Araripe, Veríssimo e a recepção crítica do romance machadiano. » Estudos Avançados 18 (51): 269-298. DOI: 10.1590/S0103-40142004000200019 (consulté le 15 juin 2018).

Guimarães, Hélio de Seixas. 2016. « O paradigma português nas definições de Machado de Assis sobre a arte. » Revista Estudos Literários 6: 115-133. Disponible sur : https://impactum-journals.uc.pt/rel/article/view/4884/3919 (consulté le 11 mai 2019).

Guimarães, Hélio de Seixas. 2017. Machado de Assis, o escritor que nos lê. São Paulo: Editora Unesp.

Guimarães, Hélio de Seixas. 2018a. « Recepção internacional e tradução como provocações à história da literatura. » In Escritas e leituras contemporâneas – histórias da literatura, dirigé par Maria Eunice Moreira et al, 20-30. Porto Alegre: Edipucrs.

Guimarães, Hélio de Seixas. 2018b. « Presença inquietante: sobre a incorporação de Machado de Assis ao cânone literário moderno (1908-1958). » In Machado de Assis: permanências, dirigé par Hélio de Seixas Guimarães & Marta de Senna, 73-96. Rio de Janeiro: Fundação Casa de Rui Barbosa/7 Letras.

Lanson, Gustave. 1895. Histoire de la littérature française. Paris : Hachette.

Magalhães, Domingos José Gonçalves de. 1836. « Ensaio sobre a historia da litteratura do Brasil. Estudo preliminar. » Nitheroy, Revista brasiliense de Sciencias, Lettras e Artes 1 : 132-159. Paris : Dauvin et Fontaine Libraires.

Maya, Alcides. 1912. Machado de Assis – algumas notas sobre o humour. Rio de Janeiro: Livraria Editora Jacintho Silva.

Meyer, Augusto. 1935. Machado de Assis. Porto Alegre: Livraria do Globo, Barcellos, Bertaso & Cia.

Meyer, Augusto. 1958. Machado de Assis 1935-1958. Rio de Janeiro: Livraria São José.

Papini, Giovanni. 1906. Il trágico quotidiano. Firenze: Francesco Lumachi Editore.

Pereira, Lúcia Miguel. 1936. Machado de Assis (Estudo crítico e biográfico). São Paulo: Companhia Editora Nacional.

Pereira, Lúcia Miguel. 1957 [1950]. História da literatura brasileira: Prosa de ficção (De 1870 a 1920). 2e éd. revue. Rio de Janeiro: José Olympio.

Pinheiro, Joaquim Caetano Fernandes. 1862. Curso elementar de literatura nacional. Rio de Janeiro: Garnier.

Pujol, Alfredo. 1917. Conferências. São Paulo: Tipografia Levy.

Reis, Francisco Sotero dos. 1866-1873. Curso de litteratura portugueza e brazileira professado por Francisco Sotero dos Reis no Instituto de Humanidades da provincia do Maranhão dedicado pelo auctor ao director do mesmo Instituto o Dr. Pedro Nunes Leal. 5 v. Maranhão: Tipografia de B. de Mattos.

Romero, Sílvio. 1882a. Introdução à história da literatura brasileira. Rio de Janeiro: Imprensa Nacional.

Romero, Sílvio. 1882b. O naturalismo em literatura. São Paulo: Tipographia da Província de São Paulo.

Romero, Sílvio. 1888. História da literatura brasileira. 2 t. Rio de Janeiro: B. L. Garnier.

Romero, Sílvio. 1897. Machado de Assis – Estudo comparativo de literatura brasileira. Rio de Janeiro: Laemmert.

Romero, Sílvio. 1903. História da literatura brasileira. 2. ed. Rio de Janeiro: Garnier.

Romero, Sílvio. 1936. Machado de Assis. 2e éd. avec préface de Nelson Romero. Rio de Janeiro: José Olympio.

Romero, Sílvio. 1943. História da literatura brasileira. 3e éd. 5 v. dirigée et préfacée par Nelson Romero. Rio de Janeiro: José Olympio.

Romero, Sílvio. 1953-1954. História da literatura brasileira. 5e éd. dirigée et préfacée par Nelson Romero. Rio de Janeiro: José Olympio.

Sousa, José Galante de. 1955. Bibliografia de Machado de Assis. Rio de Janeiro: Instituto Nacional do Livro.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1959. Formação da literatura brasileira (Momentos decisivos). 2 v. São Paulo: Livraria Martins Editora.

Taunay, Hippolyte & Ferdinand Denis. 1822. Le Brésil, ou Histoire, mœurs, usages et coutumes des habitans de ce royaume. Paris : Nepveu.

Veríssimo, José. 2013. História da literatura brasileira. Rio de Janeiro: Fundação Darcy Ribeiro.

Wolf, Ferdinand. 1863. Le Brésil Litteraire. Histoire de la littérature brésilienne suivie d'un choix de morceaux tirés des meilleurs aucteurs bésiliens. Berlin: A. Asher.

Haut de page

Notes

1 Gonçalves de Magalhães est considéré alors comme le père fondateur de la littérature nationale. Il est l’auteur d’un essai fameux : « Ensaio sobre a historia da litteratura do Brasil. Estudo preliminar » (Magalhães 1836) [NdT].

2 Au sujet des collaborations de Machado de Assis à O Espelho, voir Sousa (1955, 210-211).

3 Au sujet de la position de chacun de ces trois critiques vis-à-vis de Machado de Assis, voir Guimarães (2004, 269-298).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélio de Seixas Guimarães, « De la note de bas de page à un rôle de premier plan : Machado de Assis dans les histoires littéraires », Brésil(s) [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4543 ; DOI : 10.4000/bresils.4543

Haut de page

Auteur

Hélio de Seixas Guimarães

Hélio de Seixas Guimarães est professeur à l’Université de São Paulo (USP) et chercheur au Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq). Il dirige avec Marta de Senna la revue en ligne Machado de Assis em linha.

Haut de page

Sébastien Rozeaux

Université Toulouse Jean Jaurès

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals