Navigation – Plan du site
Dossier : Hétérotopies urbaines

La favela et la ville : de la production des « marges » à Rio de Janeiro

Favela e cidade: da produção das «margens» no Rio de Janeiro
The Favela and the City: On the Making of the "Margins of the State" in Rio de Janeiro
Márcia Pereira Leite
Traduction de Marion Aubrée et Jérôme Souty
p. 109-128

Résumés

Cet article analyse la construction sociale des favelas cariocas en tant que « marges de l’État ». À partir d’un cas de violence policière et en suivant la trajectoire d’une mère de victime de cette violence dans son combat pour la justice, nous analyserons les dispositifs discursifs, légaux et administratifs mis en oeuvre par l’État pour gérer ces territoires et leurs populations.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2012 ; approuvé en octobre 2012.

Traduit du portugais

Texte intégral

L’auteure remercie Patricia Birman, Jérôme Souty et Marco André da Silva pour leurs commentaires et suggestions, et Véronique Boyer pour sa révision attentive. Elle dédie ce texte à Márcia de Oliveira Jacintho.

  • 1 Les auteurs se réfèrent ainsi aux territoires, populations et pratiques produits par la dynamique d (...)
  • 2 Cette expression associe le conflit social urbain à une situation de guerre entre habitants des qua (...)

1Depuis leur apparition à Rio de Janeiro, à la toute fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, les favelas se sont constituées comme des espaces sociaux singuliers, ostracisés et stigmatisés au cours du temps selon des modalités variables. Cet article se propose d’analyser plus précisément la production des favelas en tant que « marges de l’État » (Das & Poole 2004)1 dans le contexte de ce que j’appelle la « métaphore de la guerre »2. Il examine pour cela les dispositifs centraux dans la construction sociale des favelas comme territoires de violence dans les années 1980 et dans la façon dont l’État a entendu les gérer. Il montre que la désignation de ses habitants, les favelados, comme les agents de cette violence, constitue une nouvelle forme de mise à l’écart. Dans cette mesure, les pratiques scrutées sont susceptibles d’être interprétées comme la mise en place d’espaces hétérotopiques (Foucault 1994), c’est-à-dire d’espaces d’exception.

  • 3 Ordre de service no 802 du 2 octobre 1969.
  • 4 Arrêté « E » no 0030.

2Après avoir indiqué dans une première partie comment s’impose cette nouvelle représentation des favelas, et quelles en sont les conséquences pour leurs habitants, je présenterai la trajectoire d’une femme, noire, pauvre, évangélique et mère de trois enfants, qui n’aura de cesse de faire reconnaître l’innocence de son fils accusé d’être un trafiquant et tué lors d’une opération de police, et finira au bout de dix ans par obtenir la condamnation des policiers responsables de sa mort. Ce cas, exceptionnel de par son dénouement, est intéressant car il met en lumière les moyens employés par l’État pour faciliter son action dans la gestion de territoires et de populations considérés comme « marginaux ». Nous verrons qu’il permet en particulier de mieux comprendre l’importance d’un procédé administratif (procedimento administrativo) appelé « acte de résistance à interpellation » (auto de resistência), qui attribue le décès d’un présumé suspect à la résistance armée qu’il aurait opposée lors de son arrestation. Ce procédé administratif fut créé, pendant la période de la dictature militaire, en 1969, par la superintendance de la Police judiciaire3 pour protéger les policiers de l’accusation d’homicide au cours de leur lutte contre le crime organisé. En décembre 1974, le secrétariat de Sécurité publique4 l’a modifié en établissant qu’un policier ne pourra être pris en flagrant délit, ni poursuivi pour homicide (Verani, 1996). Et il est toujours en vigueur aujourd’hui.

  • 5 La notion de « dispositif », forgée par Foucault, désigne le réseau des « discours, institutions, o (...)
  • 6 Pour cet auteur, les « pratiques et technologies d’identification » (comme la production de documen (...)

3La référence à ce procédé administratif d’ « acte de résistance à interpellation » dans un procès-verbal (registro de ocorrência) rend extrêmement difficile l’ouverture d’une enquête policière pour établir les faits et, par voie de conséquence, celle d’un procès. Associé à d’autres « dispositifs »5, en particulier les « modalités d’identification » (Noiriel 2007)6 des favelas et des favelados, il limite ainsi les possibilités d’action des mères de jeunes favelados morts des violences policières pour connaître les conditions de leur décès. C’est pourtant ce que réussira à faire Márcia de Oliveira Silva Jacintho.

Faire la « guerre » aux « marges » de la ville

  • 7 Voir Valladares (2005), Burgos (1998), Leeds & Leeds (1978), Machado da Silva (2008, 2009), Leite ( (...)
  • 8 Sur ce thème, voir Machado da Silva (2008) et Leite (2008).

4Depuis plus d’un siècle, la place de la favela dans la ville de Rio de Janeiro et l’identification de ses frontières ont profondément changé7. Sa construction sociale comme espace d’altérité doit être reliée à différents contextes historiques lors desquels elle a fait l’objet de politiques publiques variées. On se contentera de distinguer ici deux moments. À la fin du xixe siècle, les favelas ont été appréhendées comme un problème social, hygiénique et esthétique (la favela comme miroir inversé, comme un « autre » de la ville) contrariant l’utopie d’une ville « propre » et sans miséreux : il fallait donc éradiquer ces espaces de pauvreté et de marginalisation (Valladares 2005) en démolissant les maisons et en évacuant leurs occupants. Puis, au milieu des années 1980, quand le commerce de la drogue s’est à la fois concentré et internationalisé, générant des flux financiers très importants, la présence de bandes de trafiquants fortement armés dans les favelas a fait qu’elles sont apparues plutôt comme des territoires de violence. Sans pouvoir analyser, dans le cadre de cet article, ce qui a favorisé cet enracinement, j’indiquerai que leurs caractéristiques (grande densité de peuplement, rues en labyrinthe, accès difficile aux parties intérieures ou élevées, excellente visibilité sur la ville depuis les hauteurs des collines) ainsi que la quasi-absence des institutions et services de l’État ont sûrement contribué à y faire prospérer ce commerce illégal8. Quoiqu’il en soit, c’est depuis cette époque que la représentation des habitants des favelas est devenue celle de « classes dangereuses » (Chevalier 1958).

5Dans ce nouveau contexte, le danger représenté par les favelas a perdu sa dimension politique antérieure, qui l’associait aux travailleurs insérés ou non dans le marché du travail formel et au potentiel explosif des conflits de classes. Les représentations de ces espaces urbains insistent à présent davantage sur la proximité territoriale des occupants de la favela avec les trafiquants de drogues, en la traduisant comme l’expression d’une complicité, de la même façon que la vulnérabilité économique et sociale de cette population est interprétée comme l’indicateur d’un risque d’adhésion à la délinquance. La menace qui plane concernerait donc désormais la sécurité individuelle, physique et patrimoniale des habitants des quartiers urbanisés.

6Les favelados, dont on présumait que les rapports de parenté, d’amitié ou de voisinage avec les trafiquants allaient de pair avec des relations de protection et de complicité, ont fini par être tous considérés comme de potentiels criminels. En effet, dans la mesure où les liens qui unissent les habitants à leur espace de résidence sont tenus pour être plus forts que ceux qui les rattachent à la ville, ils deviennent eux aussi des « bandits » ou des « quasi-bandits » prêts à sombrer dans la délinquance.

  • 9 Ramos & Lemgruber (2004) ; Cano (1997, 2003) ; Soares et al. (1996), entre autres.

7Ce que j’ai appelé la « métaphore de la guerre » permet de mobiliser et de justifier des politiques de sécurité publique qui font des habitants des favelas des ennemis virtuels qu’on peut priver de droits et de voix. La ville est alors représentée comme « divisée » entre favelas et quartiers urbains, entre délinquants et « personnes honnêtes », entre favelados et « citoyens ». Cette métaphore a permis de territorialiser les inégalités sociales, en associant certains espaces à la délinquance. Les oppositions entre segments sociaux n’ont plus été appréhendées comme des conflits de classe mais désormais comme une question de sécurité publique. Cela a renforcé une lecture restreinte de la citoyenneté qui accepte « la possibilité d’une solution violente pour répondre à un problème de violence » (Leite 2000 : 75) : la « guerre » et l’extermination des « favelados violents » comme moyen de contrôle social de ces territoires. Une des conséquences directes de l’exercice de ce j’appelle la « force extrême », c’est-à-dire d’une force allant au-delà de ses attributions légales, est le taux élevé d’homicides de jeunes favelados, que ceux-ci soient impliqués ou non dans les circuits de la drogue9.

  • 10 Ces critiques sont perçues comme des positions en faveur des « droits humains des bandits » en oppo (...)

8Cette politique de sécurité publique, fondée sur la confrontation directe avec les trafiquants et sur la promotion d’une « guerre » contre les favelas et leurs habitants, reçoit à présent un appui important de la part des personnes vivant dans d’autres espaces de la ville. Arguant que la « force juste » est déployée dans le cadre d’une règle constitutionnelle, les gouvernants et un large courant de l’opinion publique ont rejeté les critiques qui s’élevaient pour contester son usage systématique par la police (Brodeur 2004)10.

  • 11 La récente (fin 2008) implantation des Unités de police pacificatrice (UPP), dans certaines favelas (...)

9Les politiques de sécurité publique appliquées dans les favelas durant les dernières années s’inspirent donc toujours11 de cette « métaphore de la guerre », sans tenir compte des procédures devant garantir la sécurité des habitants lors des confrontations violentes entre policiers et trafiquants ; elles laissent en outre à chaque policier la décision d’appréhender des suspects (les vérifications venant ensuite) ou de les exécuter.

10L’ « acte de résistance à interpellation » constitue un élément de cette politique fondée sur la confrontation et l’usage d’une « force démesurée » (Farias, 2007b), dans la mesure où il autorise le policier à caractériser ainsi toute situation à partir d’évaluations et de jugements individuels, qui sont eux-mêmes fortement influencés par le contexte de l’action et, donc, par les préjugés criminalisant les favelas et leurs habitants. Cette prérogative de décider quand, comment et contre qui le policier doit agir ouvre la possibilité de mêler arbitrairement le légal et l’illégal, le légitime et l’illégitime (Telles 2010). Cette « marge de manœuvre » ainsi accordée favorise, de plus, les négociations, les formes de chantages et d’extorsion, les éventuels partages du bénéfice de la vente de la drogue et les interventions politiques variées. Le droit de vie ou de mort sur les favelados implique ainsi un mode d’agir dont les raisons sont opaques.

11À Rio de Janeiro, l’exercice d’une « gestion différentielle des illégalités » (Foucault 1975) exprime et reproduit des dynamiques ségrégationnistes. Comme l’écrit Telles : « Les illégalités ne sont pas des imperfections ou des lacunes dans l’application des lois, elles recèlent une positivité qui fait partie du fonctionnement du social, elles conforment les jeux de pouvoir et se distribuent en fonction de la manière dont ils [les espaces] se différencient » (2010 : 30).

12Selon un rapport du Centre d’études sur la sécurité et la citoyenneté de l’Université Cândido Mendes, à Rio de Janeiro, le nombre de morts résultant de l’action policière dans ces territoires a augmenté de 200 % au cours de la dernière décennie. La plupart de ces décès apparaissent dans les procès-verbaux comme résultant d’» actes de résistance à interpellation » (5 520 cas sur la période comprise entre 1998 et 2007).

13L’usage de la « force démesurée » constitue un modèle de la politique de sécurité publique pratiquée dans la ville de Rio et non un éventuel « excès » de zèle de la part de quelques-uns de ses agents. Ceci est démontré par le caractère hautement létal de l’action policière (le rapport entre le nombre de morts et de blessés attribués à la police), ainsi que par le ratio suivant : pour un policier mort dans l’exercice de ses fonctions, il y a dix personnes exécutées par les policiers (Cano 2003 : 16). À cet égard, Cano (1997, 2003) a mis en évidence des différences significatives entre « l’asphalte » (les quartiers bitumés) et la favela à Rio de Janeiro qui, selon lui, s’expliquent par « l’existence, de la part des policiers, d’une intention claire de tuer au cours de leurs interventions dans les zones démunies de la ville » (Cano 1997 : 65).

  • 12 Art. 23. Il y a absence de crime lorsque l’agent se trouve de fait : i) en état de nécessité ; ii) (...)

14Dès lors que le procès-verbal dressé mentionne un « acte de résistance à interpellation », les policiers sont assurés de jouir d’une quasi-certitude d’impunité. Car, ce qui est un procédé administratif permettant de couvrir des actions parfois illégales est pleinement recevable par les institutions du système judiciaire. En vertu de l’ « exclusion de l’illégalité » établie par le code de procédure pénale (CPP)12 qui accorde une présomption de véracité à la version policière, il tend à faire de l’exécutant un témoin et du mort un bandido (bandit) (Leandro, 2012). Cela n’est pas sans conséquences :

Lors de l’enquête criminelle, menée dans le cadre d’une enquête policière, toute conclusion affirmant l’illégalité de la conduite de l’agent [devient] impossible parce que, en vertu de l’allégation d’un « acte de résistance à interpellation », le policier aurait agi en état de légitime défense et par application stricte de son devoir légal […]. Ainsi, la mise en accusation par le ministère public est invalidée par « l’exclusion de l’illégalité » (sic) engendrée par « l’acte de résistance à interpellation » qui élimine le caractère illicite de l’acte. (Leandro 2012 : 44)

  • 13 Selon Verani (1996), les enquêtes policières sont presque toujours classées à la demande du procure (...)

15Dès lors que l’« acte de résistance à interpellation » est inscrit dans le procès-verbal (et ce indépendamment des faits eux-mêmes), il fonctionne, dans le dispositif policier comme dans le dispositif judiciaire, comme une preuve de la légitime défense de fonctionnaires agissant dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Il devient alors plus difficile d’imputer des homicides à leurs auteurs et c’est là un des motifs de l’archivage récurrent des enquêtes par le ministère public. Un procureur peut évidemment faire état de ses doutes quant à la probité du policier et lever « l’exclusion du caractère illicite » qui le protège. Cette position est toutefois délicate à tenir car, comme le signale encore Leandro, « si ce qui est enregistré comme “acte de résistance à interpellation” est présumé vrai à partir de l’enquête policière, le procureur proposant une action pénale sur la base de son doute agirait de façon despotique au détriment de l’accusé » (Leandro 2012 : 45)13. En demandant l’ouverture d’une enquête supplémentaire, ce dernier agirait certes dans le cadre de ses fonctions, mais il contreviendrait aux pratiques et usages établis par le décret d’application.

16L’« acte de résistance à interpellation » vient ainsi brouiller les frontières entre le légal et l’illégal. Il s’agit donc d’un dispositif complexe qui, comme l’analysent Das et Poole, ne peut pas être appréhendé « du point de vue de la loi et de sa transgression, mais bien du point de vue de pratiques qui se situent en même temps dans le champ de la loi et en dehors. Incarnant l’état d’exception, le policier défie, non pas telle ou telle loi, mais la propre possibilité d’existence de la loi » (2004 : 15).

17Il est vrai, comme le montrent plusieurs recherches, que le nombre d’homicides dans la municipalité de Rio s’est stabilisé au cours des années 200014. Ces données doivent cependant être analysées en tenant compte du lieu d’habitation des victimes et de la couleur de leur peau. Ainsi, par exemple, entre 2002 et 2008, sont morts presque deux fois plus (96,9 % de plus) de jeunes noirs (de 15 à 24 ans) que de jeunes blancs (Rapport de recherche, Institut Sangari, 2011). On perçoit ainsi la persistance de la criminalisation de certains segments de la population carioca, en fonction des modalités d’identification que nous avons examinées plus haut.

Mourir dans les « marges » de la ville

  • 15 Le terme « complexe » désigne un ensemble de favelas qui, selon les critères de l’État, présentent (...)
  • 16 Les italiques indiquent que les termes sont des catégories natives. Morro (colline, morne) est un d (...)
  • 17 La plupart des données sur cette affaire et les entretiens avec Márcia Jacintho ont été obtenus dan (...)

18Márcia de Oliveira Silva Jacintho habite le complexe15 Lins e Vasconcelos dans la favela Morro do Gambá située dans la banlieue de Rio de Janeiro. Elle nous a raconté comment elle a appris la mort de Hanry. Il avait 16 ans à l’époque, travaillait le jour et faisait son apprentissage scolaire en soirée. Le 21 novembre 2002, revenant de son travail, elle ne l’a pas trouvé à la maison. Elle s’est rendu compte qu’il était passé pour manger puis était ressorti. Elle s’est un peu inquiétée de cette absence car elle avait entendu des « tirs de police » sur le morro16 vers la fin de l’après-midi. Cependant, dit-elle, elle ne s’est pas fait trop de souci car Hanry était un « bon garçon », allait à l’église évangélique, ne fumait ni ne buvait. Son plus grand rêve était de devenir footballeur. Elle a pensé qu’il était peut-être allé flirter ou discuter avec des amis. Fatiguée, elle s’est couchée. Le lendemain, son mari, le beau-père de Hanry, s’est réveillé tôt et a remarqué que le garçon n’avait pas dormi à la maison. Préoccupée, Márcia a recherché son fils dans la favela et s’est informée auprès de ses amis et collègues. Quelqu’un lui a dit alors : « Je ne voudrais pas te faire peur, mais mon beau-frère qui travaille à [l’hôpital municipal] Salgado Filho, dit qu’hier on y a amené un corps d’ici, du Morro do Gambá. Cette personne portait un bermuda noir ». Effrayés, Márcia et son mari sont allés à l’hôpital où un fonctionnaire a confirmé l’information : « On a reçu deux corps, un provenant du Gambá avec une balle dans le cœur ; c’étaient des tirs de la police ». Márcia, soulagée, a répondu : « Alors ce n’est pas mon fils. Partons car ce n’est pas mon fils ». Elle est rentrée à la maison en se demandant : « Mais, alors, où est-il ? »17.

  • 18 L’institut médico-légal (Instituto Médico Legal) s’occupe des décès qui n’ont pas eu lieu à l’hôpit (...)

19Une certitude domine son récit : l’absolue conviction que son fils ne pouvait être impliqué dans la délinquance et la violence. Elle raconte ainsi que, bien que très anxieuse, elle a écarté la possibilité que le corps gisant à l’hôpital puisse être celui de Hanry : ce devait être celui d’un trafiquant mort lors d’un conflit avec la police. Márcia revint donc chez elle et attendit. Finalement, trop angoissée, elle décida de retourner à l’institut médico-légal (IML)18 pour voir le corps du jeune homme mort. Le choc fut terrible, dit-elle, car il s’agissait bien de Hanry. Non seulement il avait été tué mais, de plus, son corps avait été maltraité : « Ils ont laissé mon fils deux jours en dehors du réfrigérateur de l’IML. J’ai dû acheter du formol pour pouvoir voir, une dernière fois, mon fils mort au cimetière », dira-t-elle plus tard.

  • 19 Au Brésil, l’enquête policière (inquérito policial), procédure d’investigation de nature administra (...)
  • 20 Le procès-verbal concernant le décès de Hanry, le fils de cette femme, a été dressé sous le no 712/ (...)

20Márcia distingue deux moments au cours de la période qui a suivi la mort de son fils. Tout d’abord le temps du deuil où la douleur la submerge et la dépression l’atteint, ce qui, souligne-t-elle, ne lui permettait pas de pouvoir considérer lucidement les faits. Puis, plusieurs semaines après, alors que l’enquête policière sur les circonstances de la mort de Hanry piétinait, le temps de l’effroi devant la brièveté de l’investigation légale19. D’autant que les circonstances de son décès consignées dans le procès-verbal20 ne correspondaient en rien avec ce qu’elle savait de son fils :

  • 21 Rapport final de l’enquête policière no 054/04 – Delegacia de Homicídios, 03/10/2006, p. 1 (Leandro (...)

Il y aurait eu un échange de tirs entre les policiers et des délinquants locaux. À leur arrivée dans une partie plus élevée de la communauté, les policiers ont trouvé la victime tombée sur le sol, blessée par balle, ayant près d’elle un revolver et une certaine quantité de substance narcotique ; la victime a alors été secourue et emmenée à l’hôpital où elle est arrivée déjà morte21.

21Décidant alors de savoir coûte que coûte ce qui s’était réellement passé, elle est allée à la rencontre d’un trafiquant local de drogues :

  • 22 Entretien avec Márcia Jacintho.

Presqu’un mois après la mort de Hanry, un garçon impliqué dans le trafic m’a vue pleurer et il m’a dit : « Madame, c’est vous la mère du garçon qui est mort en haut du morro ? » J’ai dit : « Oui, c’est moi. Pourquoi ? ». Il a continué : « Parce que le cana [policier] qui m’a attrapé a dit qu’il tenait le gamin [le jeune Hanry], il lui a mis [son revolver] sur la poitrine et il a tiré ». J’ai alors ressenti un grand choc. Le garçon trafiquant n’a pas hésité à raconter quelque chose que tout le monde connaît bien dans la favela : lui-même avait été pris par la police et les bandits [les autres trafiquants] avaient donné deux mille reais et un fusil en échange de sa vie. Mais mon fils, comme ce n’était pas un bandit, personne n’a payé pour lui. Hanry a été assassiné parce que sa vie ne valait rien pour ces policiers. Qui ont-ils exécuté ? Un enfant pauvre de la favela22.

22Ce témoignage livre les raisons de la mort de Hanry : ce dernier aurait été « confondu » par les policiers avec un des bandidos locaux que certains cherchent parfois à racketter. Dans ce récit, Márcia Jacintho fait donc référence à la corruption policière, coutumière dans les favelas. Elle souligne que, paradoxalement, si son fils avait réellement été un trafiquant de drogues, il serait probablement encore vivant, à l’instar de ce jeune trafiquant dont la demande de rançon a rapidement été payée par son gang.

23Comme Hanry, nombreuses sont les personnes tuées par la police brésilienne, puis, en quelque sorte, rendues anonymes et invisibles par le recours à l’« acte de résistance à interpellation ». Ce procédé administratif permet en effet de dissimuler les exécutions par la police, de ceux que l’État et une partie de la société considèrent comme « tuables » (Agambem 1995), en particulier les jeunes noirs et pauvres des favelas, identifiés comme bandits. Quand Márcia dit que son fils a simplement été abattu parce que « sa vie ne valait rien pour ces policiers », et qu’il n’était à leurs yeux qu’un « enfant pauvre de la favela », c’est bien de cela qu’il s’agit. Les homicides de favelados par les policiers sont des actions difficilement susceptibles d’être interprétées à l’aune du code pénal et d’être considérées comme des morts devant faire l’objet d’investigation.

Criminalisation des victimes et lutte pour la justice

  • 23 Arrego est le terme local qui désigne l’extorsion pratiquée par la police dans les favelas.
  • 24 D’autres mères dénoncent aussi ces mises en scène où des policiers déposent armes et drogue (ensemb (...)

24Quand Márcia a décidé de prouver que son fils n’était pas un trafiquant, elle s’est tout d’abord inspirée, dit-elle, des séries de « détectives américains » qu’elle regardait à la télévision. Armée d’un magnétophone et d’un appareil photographique, elle a commencé par recueillir ce qu’elle imaginait être les preuves nécessaires à son enquête. Cherchant des indices sur le lieu de l’assassinat, elle a photographié la zone et relevé les marques de sang, les douilles tombées, les morceaux de vêtements. Elle a obtenu d’autres informations sur cette incursion de la police dans la favela en parlant avec des amis de son fils et quelques voisins. Elle affirme avoir ainsi découvert qu’avant la mort de Hanry, les policiers étaient déjà venus à deux reprises sur les lieux pour obtenir l’arrego23 des trafiquants. Les témoignages d’habitants du Morro do Gambá qu’elle a réunis contredisent, souligne-t-elle, plusieurs éléments de la version policière. Ainsi en est-t-il de l’échange de tirs avec les trafiquants, puisque toutes les personnes interrogées lui ont dit n’avoir entendu que trois coups de feu. De la même façon, alors que le procès-verbal policier mentionnait que, lors de l’« acte de résistance à interpellation », Hanry avait sur lui un revolver et de la drogue, les habitants de la favela lui ont déclaré qu’il ne portait qu’un bermuda et avait les clés de la maison dans la main24.

25Ce qui a commencé comme une enquête privée avait pour objectif d’obtenir l’ouverture d’une investigation policière (perícia) sur les lieux du décès et l’audition de témoins. Cela est en effet une condition sine qua non pour que le pouvoir judiciaire s’empare du dossier et que se tienne un procès clarifiant les circonstances de la mort d’une personne, en l’occurrence celle de Hanry. Or c’est au cours de ses démarches pour se faire entendre que Márcia a pu mesurer les effets de la qualification d’un décès comme « acte de résistance à interpellation ». Car, dans la mesure où le recours à cet argument faisait, par principe, de Hanry un bandit et un trafiquant de drogue, c’est sa mère qui a dû montrer qu’il était en réalité « un type bien » (rapaz de bem), ce qu’elle a fait en produisant toutes sortes de preuves morales : certificats de travail, attestation de son employeur, bulletins scolaires, lettres de ses professeurs, photos de sa vie familiale, justification de son appartenance à l’église, déclaration des voisins, etc. Il est fort probable que ces gages de « bonne conduite », qui venaient renforcer les preuves juridiques à charge contre les policiers (par exemple l’autopsie du corps réalisée par l’IML), ont été décisifs pour que la justice condamne les policiers, en dépit de la condition de favelado de Hanry.

  • 25 Par exemple : Les Mères d’Acari (Mães de Acari) et Je peux m’identifier ? (Posso me identificar?), (...)
  • 26 La défense publique peut être sollicitée gratuitement pour une action en justice.

26Cette victoire ne peut s’expliquer qu’en prenant en considération les différents réseaux de relations que la mère de Hanry a activés : tout d’abord le réseau évangélique (Leite & Soares, 2009), puis celui des organisations des droits de l’homme et des associations de mères de victimes de violences policières25 Sans aucune expérience politique, vivant jusque-là une existence orientée vers la sphère domestique, Márcia a écrit une lettre à la gouverneure de l’État d’alors, évangélique comme elle, relatant son cas, présentant les « preuves morales » collectées et demandant de l’aide pour « laver moralement » son fils de l’accusation d’être un « bandit ». Faisant jouer ses contacts au sein de l’église, elle a tenté d’être reçue au palais du gouvernement mais, finalement, n’a eu droit qu’à un entretien avec une assistante sociale. Celle-ci l’a renvoyée vers un député, évangélique lui aussi et soutien de la gouverneure, qui n’a rien fait pour elle. Déçue par cette première expérience, Márcia s’est alors tournée vers un autre réseau. Elle a tout d’abord réussi à rencontrer des membres de la Commission des droits de l’homme de l’assemblée législative de l’État de Rio de Janeiro, qui l’ont mise en contact avec des instances comme le ministère public et la défense publique26, des organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme, ainsi que diverses associations de mères de victimes de violences policières. Ce nouveau contexte lui a permis d’obtenir des preuves juridiques de l’exécution de son fils, de nouer des relations et de bénéficier d’appuis politiques, juridiques et personnels. Elle accédait surtout à un nouveau répertoire social et moral associant les dimensions politiques et juridiques – celles des droits de l’homme – qui requalifiait et légitimait sa quête, transcendant ainsi son expérience d’habitante d’un territoire urbain stigmatisé.

  • 27 L’autopsie montra que Hanry reçut deux coups tirés du haut vers le bas (ce qui invalide la version (...)

27Forte de ces contacts, Márcia a pu persévérer dans ce qu’elle appelle « sa lutte » pour obtenir du ministère public que soit déposée, en décembre 2006, une plainte pour homicide27 et fausse déclaration dans un procès-verbal. Ce qui la motivait, dit-elle, c’était un engagement vis-à-vis de son fils décédé, une volonté de « laver son nom » et d’honorer sa mémoire : non seulement elle ne pouvait accepter qu’il ait été désigné comme trafiquant, mais elle voulait aussi convaincre ses différents interlocuteurs que ce n’était pas le cas. Il est vrai que les circonstances mêmes de l’enterrement ne lui avaient pas permis de procéder aux rituels du deuil de façon satisfaisante. D’une part la décomposition du corps avait conduit à avancer la date des obsèques, d’autre part, du fait de l’accusation contre Hanry, une partie de ses amis, voisins et connaissances avaient refusé de se rendre à la cérémonie de peur d’être eux aussi associés au trafic et à la criminalité.

  • 28 Dossier no 2006.001.144501-4.

28La sentence rendue lors du procès28 en 2008 lui est donc en quelque sorte apparue comme une réparation. Deux policiers furent condamnés : Paulo Roberto Paschuine à trois ans et deux mois de régime de semi-liberté pour fausse déclaration ; Marco Alves da Silva à neuf ans de détention pour homicide et fausse déclaration. Tous deux furent expulsés de la police militaire. L’affaire ne s’arrêta pas là pour autant.

Lutte morale et combat politique

  • 29 Ce prix est important au Brésil. En 2008, il fut attribué à l’ex-première dame Ruth Cardoso, reconn (...)
  • 30 Ce journal, destiné principalement aux classes moyennes, est sans doute le plus influent de Rio de (...)
  • 31 Seringueiro (collecteur de caoutchouc), syndicaliste et militant écologiste brésilien. Son engageme (...)
  • 32 Cf. O Globo, 29 mars 2009, 2a ed., p. 9-11, ainsi que mon carnet de terrain.

29En 2009, Márcia reçut le prix Faz diferença 2008 (Cela fait la différence)29 décerné par le journal O Globo30. Elle fut également, moins d’un mois après, l’une des bénéficiaires de la médaille Chico Mendes de la résistance31 offerte par l’ONG Tortura Nunca Mais (La torture, jamais plus) avec le soutien de plusieurs associations des droits de l’homme. Au cours des cérémonies de remise de ces prix, Márcia fit – sous les applaudissements – des discours énergiques contre les « élites incapables de voir la violence étatique qui sévit dans les favelas »32. Ces hommages, témoignant tous deux de la reconnaissance publique qu’elle avait obtenue, n’avaient cependant pas tout à fait le même sens.

  • 33 Le journal écrit : « Grâce à son action personnelle, l’enquête sur le crime put avoir lieu et appor (...)
  • 34 Pour une analyse de ces cas, voir Birman & Leite (2004), Farias (2007b), Freire (2008), Leite & Soa (...)

30La médaille Chico Mendes lui a été attribuée au nom de la lutte pour les droits de l’homme et une société plus juste. Márcia fut (et est jusqu’à aujourd’hui) en effet l’une des rares mères de victimes de violences policières qui ait obtenu la condamnation de policiers en réussissant à démentir la thèse de « l’acte de résistance à interpellation ». De son côté, le prix du journal O Globo lui a été explicitement remis pour « avoir lutté afin de fournir la preuve que son fils n’était pas un trafiquant de drogues »33. Autrement dit, il récompensait plutôt l’image de la « bonne mère » – celle qui, non seulement a défendu son fils mort et faussement accusé mais qui, en outre, a œuvré pour qu’il ne sombre pas dans la délinquance – tâche perçue, dans la ville de Rio, comme très difficile pour les mères de famille vivant dans les favelas. Ce point de vue semble implicitement suggérer que les trafiquants et leurs mères ne méritent pas que leur soit appliqué, comme aux autres citoyens, un traitement fondé sur des principes légaux et équitables34. Il tend ainsi à opérer une différence de légitimité entre ceux qui luttent pour rétablir la vérité des innocents et ceux qui s’opposent à la violence policière sans nécessairement distinguer des types de victimes.

  • 35 La sentence établit une peine de huit années de réclusion en pénitencier et de trois années de régi (...)

31En 2012, dix ans après la mort de Hanry et après un procès compliqué – en raison de recours juridiques déposés par les accusés –, l’un des policiers, Paulo Roberto Paschuine, a été jugé à nouveau, sur la base de ses nouvelles déclarations où il affirmait avoir été l’unique tireur. Il fut condamné à huit ans de réclusion et trois années de détention35. La sentence précisait :

  • 36 Dossier no 0138672-73.2006.8.19.0001 (2006.001.144501-4). C’est moi qui souligne.

Un policier militaire en service, [...] légitimé dans sa fonction d’agent de l’État et formé à la protection de la population, a ôté la vie à un jeune homme qui vivait dans une modeste communauté. Pour justifier cet acte, il a attribué au jeune la possession d’une arme à feu et d’une certaine quantité de substance narcotique. […] Jouent fortement en sa défaveur le fait qu’il s’agit d’un policier militaire en service, son degré de culpabilité – notamment la conscience claire de l’illégalité de sa conduite – et le fait qu’il était détenteur d’un permis d’utilisation d’une arme à feu en vertu d’une autorisation et d’une formation donnée par l’État lui-même. […] Il n’existe pas dans les actes de preuve d’une intention homicide préméditée. Il a failli. Il a très mal agi. Dans ces circonstances, au lieu d’un exposé intégral des faits, il a déformé la réalité, créant de toutes pièces les éléments susceptibles de justifier sa conduite. Sa faute ne rejaillit pas sur les autres éléments [policiers], quand bien même après le jugement du coaccusé et alors même que la condamnation avait été prononcée, il maintient l’affirmation qu’il a effectivement tiré […]36.

32Cette condamnation a été une décision rare pour la justice brésilienne, d’autant qu’elle remettait en cause le principe-même sur lequel repose l’« acte de résistance à interpellation ». Il convient cependant de noter les précautions dans les attendus du jugement afin que ce qui est présenté comme une « erreur dans la conduite » d’un policier particulier, n’éclabousse pas l’ensemble des fonctionnaires impliqués dans des opérations policières dans les favelas. N’étaient en cause ici ni la police en tant que corporation ni les politiques de sécurité publique déployées par le gouvernement de l’État.

« Faut-il tuer les pauvres pour maintenir la paix et l’ordre ? »

Que mon fils ait été exécuté par la police comme il l’a été, ce n’est pas juste, ce n’est pas bien et ce n’est pas la loi […]. Est-ce que ces hommes ont des enfants ? Est-ce que ces hommes ont une mère ? […] Je ne sais pas pourquoi il y a tant de discrimination, aussi bien du côté de la justice que du côté de la police. Pourquoi pensent-ils que chaque habitant du morro est un bon à rien, un bandit et doit mourir ? Je ne sais pas si ces gens ont un cœur. (Entretien avec Márcia Jacintho, août 2004)
Cette victoire est la nôtre, celle des familles qui ont perdu leur fils à cause de l’État de Rio de Janeiro. La lutte ne s’arrêtera pas, nous allons continuer. Il y a bien, dans notre pays, dans l’État de Rio, une criminalisation de la pauvreté et une politique d’extermination. (Discours de Márcia Jacintho le 25 mars 2009, lors de la cérémonie de remise du prix Faz diferença 2008)

  • 37 La jeunesse des trafiquants s’explique par la stratégie de recrutement adoptée par les narcotrafiqu (...)

33Presque cinq ans séparent ces déclarations. Mais dans les deux cas, Márcia, en revenant sur l’assassinat de son fils, fait état d’une certitude : Hanry a été exécuté par la police parce qu’il habitait la favela. Elle est aussi convaincue qu’il a été l’objet de discrimination et de traitement illégal et illégitime (non seulement de la part de la police mais aussi de la part des institutions judiciaires) en raison de sa condition de favelado. En 2004, elle se représente toutefois les faits surtout d’un point de vue moral. Elle se révolte alors contre l’incapacité des policiers d’inclure Hanry dans une humanité commune (Freire 2008). Elle perçoit aussi qu’à Rio de Janeiro, l’ « humanité » se limite aux « bons citoyens » dont par principe sont exclus les favelados, surtout s’ils sont noirs et jeunes, ces derniers étant catalogués a priori comme bons à rien et bandits37. En revanche, en 2009, sa critique envers les policiers vise l’État lui-même. Son argumentation s’est ainsi recentrée sur les dispositifs administratifs et discursifs de criminalisation de la pauvreté ainsi que sur la politique d’extermination produite et justifiée par les « actes de résistance à interpellation », en d’autres termes sur la façon dont l’État entend gérer ces territoires.

34Cette critique s’est construite à partir de son insertion dans le réseau des organisations des droits de l’homme et des associations de mères de victimes de violences policières. Márcia et les autres mères demandaient initialement à l’État de ne pas considérer leurs fils comme des « bandits ». Par là-même, elles admettaient donc que d’autres favelados étaient susceptibles d’être des bandidos. Dans une seconde phase, Márcia a élargi sa critique et a réclamé ouvertement à l’opinion publique et aux autorités que la favela cesse d’être considérée comme un espace d’exception et que l’État arrête de traiter tous les favelados comme des trafiquants.

35Il faut remarquer qu’il ne s’agit pas là d’une critique et d’un discours isolé. Durant mes recherches, en accompagnant plusieurs familles victimes de violences policières dans les favelas, j’ai pu recueillir des propos similaires attestant de la transformation d’un discours de revendication de droits pour certains (les victimes innocentes) en un discours politique plus général, informé par les réseaux militants qui les encadrent. La singularité du cas de Márcia réside dans la reconnaissance publique qu’elle a obtenue grâce à son opiniâtreté et à son rôle dans la condamnation du policier ayant tué son fils.

  • 38 Ces quelques extraits ont été choisis parmi les entretiens réalisés avec cent cinquante habitants d (...)

36Il est vrai, comme je l’ai montré ailleurs (Machado da Silva & Leite 2007), que de nombreux habitants justifient la violence policière quand elle s’exerce sur un « bandit » ; en définitive, disent-ils, ceux qui mènent une « mauvaise vie » doivent être responsables de choix et d’actes qui pénalisent durement l’ensemble des occupants de la favela. Toutefois, même lorsqu’ils sont étrangers à la situation vécue par les familles de victimes, ils déclarent craindre et condamner la brutalité policière. Leur critique semble alors concerner avant tout l’action de la police qui ne distingue pas entre les « gens de bien » (pessoas de bem) et les « bandits », et la conduite violente, abusive et corrompue de ses agents. On citera quelques exemples38 :

  • 39 Comunidade (communauté) est une catégorie utilisée par les habitants pour désigner la favela, en re (...)

Le fait d’être une communauté (comunidade)39 à petits revenus, disons une favela… Ils [les policiers] entrent de façon violente, ils ont toujours fait cela, ils sont toujours entrés violemment… Je vois les jeunes qui sont sans emploi, qui déambulent dans les ruelles. Ils disent : « Ce sont des fainéants » ; ils frappent tout le monde.
[Le policier] ne reconnaît personne, il ne veut pas savoir dans quelle maison il entre. Il ne veut rien savoir, parce qu’il n’a de lien avec personne. Il tire n’importe où. [...] La police ne veut rien savoir ; elle tire, c’est tout.
Que la police patrouille dans la rue, je l’accepte. Mais la police dans la communauté, je ne l’accepte pas. Pourquoi ? Parce que dans le quartier urbain elle offre une certaine sécurité […] mais la police dans la favela est un vrai fléau ; et la police hors de la favela, c’est aussi un fléau ?

37Néanmoins, ces propos remettent aussi en cause, quoique sous une autre forme que ceux de Márcia, les dispositifs étatiques de gestion de l’ordre public dans les favelas – et leur conséquence en termes de ségrégation. La désapprobation s’accompagne ici d’une tentative des habitants de se soustraire aux modalités d’identification de la favela et des favelados, lesquelles fournissent une base et une justification aux politiques de sécurité publique et au déploiement de l’action policière.

Ils croient que nous tous [habitants de favelas] sommes des trafiquants, que nous sommes complices.
Ils ne comprennent pasque la personne habite la favela mais que la favela n’habite pas en elle !

  • 40 Pour P. Birman, il s’agit d’une « réflexion communautaire » qui peut être comprise comme une « rési (...)

38Vivre dans la favela sans être favelado, donc trafiquant, complice, et ne pas être traité par l’État en tant que tel, est une revendication récurrente de ses habitants à chaque fois que, individuellement ou collectivement, ils parviennent à se faire entendre dans l’espace public. Il s’agit là d’une stratégie discursive qui met en cause la présence de dispositifs d’exception pour gérer ces territoires et leurs populations et, plus généralement, les relations de pouvoir à Rio de Janeiro. En ce sens, on pourrait avancer que cette stratégie discursive constitue une construction identitaire, d’ordre moral, au sein du jeu d’identifications que nous avons examiné. Elle affirme, valorise et reconstruit les habitants de favelas comme des personnes honnêtes, amies de l’ordre, pacifiques, citoyennes, habitant dans des communautés (comunidades)40.

39En essayant de rejeter l’image de « bandits » qui leur est associée, les habitants des favelas cherchent à ne pas être l’objet de la « force disproportionnée » (avec son lot de violence et d’abus) des opérations de police menée dans ces lieux par l’État.

Conclusion

40Cet article a proposé une réflexion sur les constructions et les représentations des favelas à Rio de Janeiro comme espace hétérotopique. Dans ce but, l’« acte de résistance à interpellation » a été interprété comme une façon de construire la favela comme espace de violence et de danger. L’examen du « cas Hanry » a permis de montrer comment sa mère, Márcia Jacintho, a essayé, et réussi, à affronter les pratiques sociales, morales, policières et juridiques qui participent de ce dispositif ; et en quoi, à travers cette expérience, sa perception et son discours sur les événements se sont transformés.

  • 41 Cf. les analyses de Misse (2008) sur la sujétion criminelle qui, d’un autre point de vue, traitent (...)

41On a aussi indiqué que les modalités d’identification de la favela et des favelado41 reposent sur un rapprochement effectué par l’État entre les habitants et les délinquants/trafiquants de drogues. Cette association a permis de créer l’illusion d’une différence radicale entre, d’un côté, les favelas et, de l’autre, la ville et le reste de la société, d’instaurer avec les premières un rapport d’exclusion, voire de ségrégation qui les rejette dans la « marge », et justifier l’emploi de la « guerre » et de la « force démesurée » contre leurs habitants. Dans ces espaces sociaux, l’État gouverne par la « biopolitique » (Foucault 1997) ; il a recours simultanément au pouvoir de « faire vivre », avec une promesse d’intégration sociale et urbaine de ses habitants, et de « laisser mourir », avec une pratique policière d’extermination de segments spécifiques de sa population (en particulier les jeunes favelados).

  • 42 Leeds & Leeds (1978), Burgos (1998), Wacquant (2005), Valladares (2005), Machado da Silva (2008, 20 (...)

42Depuis leur origine et jusqu’à nos jours, les favelas, ainsi que divers auteurs l’ont montré42, se sont constituées comme un lieu d’altérité. Pourtant, leurs liens économiques, politiques et culturels avec l’« asphalte » n’ont jamais cessé d’exister. À différents moments, la nature de ces liens s’est transformée, de même que les politiques publiques à leur égard ont changé. Même si le mode de gestion des favelas par l’État (différent de celui qui est appliqué aux territoires urbanisés) les a produites – et continuent de les produire – comme des espaces d’altérité, celles-ci n’en demeurent pas moins largement intégrées à la ville.

43Il faut ainsi souligner que si ces politiques renforcent les dynamiques ségrégationnistes, elles ne conduisent pas à en faire des ghettos. Wacquant, en se proposant de « démêler les rapports entre ghettoïsation, pauvreté urbaine et ségrégation », constatait à propos des favelas :

La ségrégation résidentielle est une condition nécessaire mais pas suffisante de la ghettoïsation. Pour qu’émerge un ghetto, il faut, tout d’abord, que le confinement spatial soit imposé et qu’il englobe peu ou prou tous les domaines de l’existence. […] Les favelas des métropoles brésiliennes sont souvent décrites comme des foyers ségrégués de désolation et de désorganisation mais, à l’observation, elles s’avèrent être des districts ouvriers dotés d’un réseau finement stratifié de liens avec l’industrie et avec les quartiers riches auxquels elles fournissent une main-d’œuvre de services aux ménages. (Wacquant 2005 : 13 et 14)

44À Rio de Janeiro comme dans bien d’autres grandes villes brésiliennes, la production des favelas en tant qu’espaces hétérotopiques se fait dans l’articulation entre une construction imaginaire qui leur attribue des qualités spécifiques (une culture communautaire, la criminalité, une moralité propre, etc.) et sa projection sur une zone géographique particulière. Or, les favelas comme « tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représenté[e]s, contesté[e]s et inversé[e]s » (Foucault 1994 : 755). On peut alors mieux comprendre les processus qui intègrent les favelas à la ville en limitant l’accès de ses habitants à la citoyenneté pleine.

Haut de page

Bibliographie

Abramovay, Miriam & Garcia Castro, Mary (coord.). 2011. Juventudes em Comunidades com Unidades de Polícia Pacificadora (UPPs). Perfil, expectativas e projetos para suas comunidades. Rapport de recherche. Rio de Janeiro, Banco Interamericano de Desenvolvimento/Secretaria de Estado de Assistência Social e Direitos Humanos do Rio de Janeiro/Faculdade Latino-Americana de Ciências Sociais.

Agambem, Giorgio. 1995. Homo sacer, vol. 1 : Il potere sovrano e la nuda vita. Milano, Einaudi.

Birman, Patricia. 2008. « Favela é comunidade? ». In L. A. Machado da Silva (coord.), Vidas sob cerco: violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Nova Fronteira, p. 99-114.

Birman, Patricia, Leite, Márcia Pereira & Piault, Marc Henri (coord.). 2004. Um mural para a dor: movimentos cívico-religiosos por justiça e paz. Porto Alegre, Editora UFRGS.

Brodeur, Jean-Paul. 2004. « Por uma sociologia da força pública: considerações sobre a força policial e militar ». Cadernos CRH, xvii, 42. P. 481-489. [Article publié initialement in Ethique Publique – Revue internationale d´éthique sociétale et gouvernementale, 2, 1, 2000, p. 157-166.]

Burgos, Marcelo. 1998. « Dos parques proletários ao Favela-Bairro », In A. Zaluar & M. Alvito (coord.), Um século de favela, Rio de Janeiro, FGV, p. 25-60.

Cano, Ignácio. 1997. Letalidade da ação policial no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, ISER.

Cano, Ignácio. 2003. « Execuções sumárias no Brasil: o uso da força pelos agentes do Estado ». In Justiça Global (coord.), Execuções sumárias no Brasil: 1997-2003. Rio de Janeiro, Justiça Global, p. 11-21.

Chevalier, Louis. 1958. Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle. Paris, Plon.

Das, Veena & Poole, Deborah (coord.). 2004. Anthropology in the Margins of the State. Santa Fe, NM, School of American Research Press & Oxford, James Currey.

Farias, Juliana. 2007a. « Estratégias de visibilidade, política e movimentos sociais: reflexões sobre a luta de moradores das favelas cariocas contra a violência policial ». Dissertation de mestrado en Sciences sociales, Rio de Janeiro, UERJ.

Farias, Juliana. 2007b. « Quando a exceção vira regra: os favelados como população “matável” e sua luta por sobrevivência ». Teoria & Sociedade, 15, 2, p. 138-171.

Farias, Juliana. 2009. « Da política das “margens”: reflexões sobre a luta contra a violência policial em favelas ». In M. F. Boivin, B. M. Alásia de Heredia & A. Rosato. Política, instituciones y gobierno: abordajes y perspectivas antropológicas sobre el hacer política. Buenos Aires, Antropofagia, p. 351-379.

Foucault, Michel. 1975. Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris, Gallimard.

Foucault, Michel. 1979. Microfísica do poder. Rio de Janeiro, DIFEL.

Foucault, Michel. 1994. « Des espaces autres ». In Dits et écrits 1954-1988, vol. 4 (1980-1988). Paris, Gallimard, p. 752-762.

Foucault, Michel. 1995. « O sujeito e o poder ». In H. L. Dreyfus, P. Rabinow & V. Porto Carrero. Michel Foucault. Uma trajetória filosófica: para além do estruturalismo e da hermenêutica. Rio de Janeiro, Forense Universitária, p. 231-249.

Foucault, Michel. 1997. « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France 1976. Paris, Hautes Études, Gallimard & Le Seuil.

Freire, Jussara. 2008. « Elevar a voz em uma ordem violenta: a indignação colocada à prova pelo silêncio ». In L. A. Machado da Silva (coord.), Vidas sob cerco: violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Nova Fronteira, p. 143-172.

Instituto Sangari. 2012. Mapa da Violência 2011. Brasília, Ministério da Justiça.

Leandro, Sylvia Amanda da Silva. 2012. « O que matar (não) quer dizer nas práticas e discursos da justiça criminal: o tratamento judiciário dos “homicídios por auto de resistência” no Rio de Janeiro ». Dissertation de mestrado en Droit, Rio de Janeiro, UFRJ.

Leeds, Anthony & Leeds, Elizabeth. 1978. A sociologia do Brasil Urbano, Rio de Janeiro, Zahar Editor.

Leite, Márcia Pereira. 2000. « Entre o individualismo e a solidariedade: dilemas da cidadania e da política no Brasil ». Revista Brasileira de Ciências Sociais, 15, 44, p. 73-90.

Leite, Márcia Pereira. 2001. « Para além da metáfora da guerra. Percepções sobre cidadania, violência e paz no Grajaú, um bairro carioca ». Thèse de doctorat en sociologie, Rio de Janeiro, UFRJ.

Leite, Márcia Pereira. 2004. « As mães em movimento ». In P. Birman, M. P. Leite & M. H. Piault (coord.), Um mural para a dor: movimentos cívico-religiosos por justiça e paz. Porto Alegre, Editora UFRGS, p. 141-190.

Leite, Márcia Pereira. 2008. « Violência, risco e sociabilidade nas margens da cidade: percepções e formas de ação de moradores de favelas cariocas ». In L. A. Machado da Silva (coord.), Vidas sob cerco: violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Nova Fronteira, p. 115-141.

Leite, Márcia Pereira. 2011. « UPPs: uma unanimidade? ». Jornal O Fluminense Suplemento: Revista O Fluminense, p. 10-11.

Leite, Márcia Pereira & Soares, Barbara Musumeci. 2009. « Dos sentimentos de injustiça à ação coletiva: o caso dos familiares de vítimas de violência policial no Rio de Janeiro ». Communication présentée au Séminaire « Crime, violência e cidade », Programme CAPES-COFECUB, Université de São Paulo, manuscrit.

Machado da Silva, Luiz Antonio (coord.). 2008. Vida sob cerco: Violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Nova Fronteira.

Machado da Silva, Luiz Antonio (coord.). 2009. « Quarenta anos de Sociologia das classes populares urbanas ». In S. de Sá Carneiro, M. J. G. Sant’Anna (coord.), Cidade: olhares e trajetórias. Rio de Janeiro, Garamond, p. 21-42.

Machado da Silva, Luiz Antonio (coord.). 2010. « Os avanços, limites e perigos das UPPs ». Jornal O Globo, suplemento Prosa e Verso, p. 3.

Machado da Silva, Luiz Antonio, Leite, Márcia Perreira & Fridman, Luis Carlos. 2005. « Matar, morrer, “civilizar”: o “problema da segurança pública” », In MAPAS: Monitoramento ativo da participação da sociedade, Rio de Janeiro, IBASE, p. 1-34. En ligne à l’adresse : http://fr.scribd.com/doc/51823521/Mapas-Monitoramento-ativo-da-participacao-da-sociedade-2005 (consulté le 26 avril 2013).

Machado da Silva, Luiz Antonio & Leite, Márcia Pereira. 2007. « Violência, crime e polícia: o que os favelados dizem quando falam desses temas? ». Sociedade e Estado, 22, 3. p. 545-591.

Misse, Michel. 2008. « Sobre a construção social do crime no Brasil. Esboços de uma interpretação », In M. Misse & A. Werneck (coord.), Acusados e acusadores : estudos sobre ofensas, acusações e incriminações. Rio de Janeiro, Revan, p. 13-32.

Noiriel, Gérard (coord.). 2007. L’identification. Genèse d’un travail d’État. Paris, Belin.

Ramos, Sílvia & Lemgruber, Julita. 2004. « Criminalidade e respostas brasileiras à violência ». In Observatório da Cidadania, Rio de Janeiro, IBASE, p. 45-52. En ligne à l’adresse : http://xoomer.virgilio.it/leonildoc/pdf/criminalidade-cor.pdf (consulté le 26 avril 2013).

Soares, Bárbara Musumeci, Moura, Tatiana & Afonso, Carla. 2009. Autos de resistência: relatos de familiares de vítimas da violência armada. Rio de Janeiro, 7 Letras.

Soares, Luiz Eduardo et al. 1996. Violência e política no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Relume Dumará/ISER.

Telles, Vera da Silva. 2010. As cidades nas fronteiras do legal e ilegal. Belo Horizonte, Argumentum.

Valladares, Licia do Prado. 2005. A invenção da favela : do mito de origem à favela.com. Rio de Janeiro, FGV.

Vianna, Adriana & Farias, Juliana. 2011. « A guerra das mães: dor e política em situações de violência institucional ». Cadernos Pagu, 37, p. 79-116.

Ventura, Zuenir, 1994. Cidade partida. São Paulo, Companhia das Letras.

Verani, Francisco. 1996. Assassinatos em nome da lei : uma prática ideológica do direito penal. Rio de Janeiro, Aldeberã.

Wacquant, Loïc. 2005. « Les deux visages du ghetto. Construire un concept sociologique ». Actes de la recherche en sciences sociales, 5, 160, p. 4-21.

Zaluar, Alba. 1985. A máquina e a revolta: as organizações populares e o significado da pobreza. São Paulo, Brasiliense.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs se réfèrent ainsi aux territoires, populations et pratiques produits par la dynamique de l’État et aux formes à travers lesquelles la loi et l’autorité sont expérimentées, vécues, par ces populations. Cf. Leite (2008).

2 Cette expression associe le conflit social urbain à une situation de guerre entre habitants des quartiers urbanisés et ceux de la favela. Cf. infra. Voir aussi Leite 2000, 2004, 2008, 2011.

3 Ordre de service no 802 du 2 octobre 1969.

4 Arrêté « E » no 0030.

5 La notion de « dispositif », forgée par Foucault, désigne le réseau des « discours, institutions, organisations architecturales, décisions réglementaires, lois, mesures administratives, énoncés scientifiques, propositions philosophiques, morales, philanthropiques » (1979 : 244).

6 Pour cet auteur, les « pratiques et technologies d’identification » (comme la production de documents et de catégories de nomination) sont le produit des « relations de pouvoir qui mettent en contact les individus qui ont les moyens de définir l’identité des autres, avec ceux qui sont l’objet de cette tâche ». Elles s’articulent étroitement au contrôle social et à la stigmatisation des groupes identifiés (Noiriel 2007 : 5).

7 Voir Valladares (2005), Burgos (1998), Leeds & Leeds (1978), Machado da Silva (2008, 2009), Leite (2001), Machado da Silva, Leite & Fridman (2005).

8 Sur ce thème, voir Machado da Silva (2008) et Leite (2008).

9 Ramos & Lemgruber (2004) ; Cano (1997, 2003) ; Soares et al. (1996), entre autres.

10 Ces critiques sont perçues comme des positions en faveur des « droits humains des bandits » en opposition aux droits et à la liberté des « bons citoyens ».

11 La récente (fin 2008) implantation des Unités de police pacificatrice (UPP), dans certaines favelas (une trentaine d’UPP pour un ensemble de plus de mille favelas), dans le cadre du Programme de pacification des favelas du gouvernement de l’État de Rio, semble indiquer un tournant dans cette stratégie et ce mode de gestion de la sécurité publique dans ces territoires, au moins en ce qui concerne la « politique d’extermination ». L’implantation des UPP a correspondu à une chute significative du nombre d’homicides. Pourtant, d’autres formes de violences policières perdurent (et même augmentent), et diverses initiatives pour discipliner et contrôler les habitants de la favela apparaissent. Nous ne pouvons aborder ces thématiques dans cet article : cf. sur ce point Leite (2011) et Machado da Silva (2010).

12 Art. 23. Il y a absence de crime lorsque l’agent se trouve de fait : i) en état de nécessité ; ii) en état de légitime défense ; iii) dans le strict exercice du devoir légal ou dans l’exercice régulier du droit. Cf. Leandro (2012).

13 Selon Verani (1996), les enquêtes policières sont presque toujours classées à la demande du procureur et, quand elles ne le sont pas, elles sont rarement acceptées par les juges.

14 Pour des données actualisées, consulter : http://www.ucamcesec.com.br et http://www.isp.rj.gov.br/.

15 Le terme « complexe » désigne un ensemble de favelas qui, selon les critères de l’État, présentent une homogénéité quant à leur localisation territoriale, leur histoire et la façon dont il entend les gérer.

16 Les italiques indiquent que les termes sont des catégories natives. Morro (colline, morne) est un des synonymes de « favela » : à Rio de Janeiro, une grande partie des favelas est implantée sur des collines ou morros.

17 La plupart des données sur cette affaire et les entretiens avec Márcia Jacintho ont été obtenus dans le cadre de ma recherche « Violência e movimentos sociais no Rio de Janeiro », sous l’égide de Prociência/FAPERJ/UERJ. Les documents juridiques viennent quant à eux de la thèse de Leandro (2012).

18 L’institut médico-légal (Instituto Médico Legal) s’occupe des décès qui n’ont pas eu lieu à l’hôpital et pour lesquels n’a pas été émis un acte de décès par un médecin accrédité par le Conseil fédéral de médecine.

19 Au Brésil, l’enquête policière (inquérito policial), procédure d’investigation de nature administrative, prise en charge par le commissariat de police (delegacia), doit être achevée en trente jours maximum, sauf cas spéciaux prévus par la loi et autorisés par un juge. L’enquête est ensuite transférée au Centre des enquêtes (Central de Inquéritos) sous l’autorité d’un procureur. Là elle peut éventuellement être classée en raison de l’absence de preuve ou de l’inexistence de crime. Elle revient ensuite au commissariat d’origine où l’investigation est complétée. S’il y a des indices de culpabilité et des preuves de la matérialité des faits, le dossier est envoyé au pouvoir judiciaire compétent, dans ce cas le ministère public. Ainsi l’enquête entre dans sa phase pénale.

20 Le procès-verbal concernant le décès de Hanry, le fils de cette femme, a été dressé sous le no 712/1901/04 dans le 25e commissariat (Delegacia Policial) de la ville (Leandro 2012 : Anexos).

21 Rapport final de l’enquête policière no 054/04 – Delegacia de Homicídios, 03/10/2006, p. 1 (Leandro 2012 : Anexos).

22 Entretien avec Márcia Jacintho.

23 Arrego est le terme local qui désigne l’extorsion pratiquée par la police dans les favelas.

24 D’autres mères dénoncent aussi ces mises en scène où des policiers déposent armes et drogue (ensemble appelé « kit trafiquant ») sur le corps inanimé de la personne qui est censée avoir opposé un « acte de résistance à interpellation ».

25 Par exemple : Les Mères d’Acari (Mães de Acari) et Je peux m’identifier ? (Posso me identificar?), qui sont respectivement des mouvements de proches des massacres d’Acari (1990) et de Borel (2003). Mères de Rio (Mães do Rio), Les Mères se donnent la main contre l’impunité (Mães de Mãos Dadas contra a Impunidade) et le Réseau de communautés et mouvements contre la violence (Rede de Comunidades e Movimentos contra a Violência), réunissent des proches des victimes d’autres localités. Cf. Leite (2004).

26 La défense publique peut être sollicitée gratuitement pour une action en justice.

27 L’autopsie montra que Hanry reçut deux coups tirés du haut vers le bas (ce qui invalide la version policière qui évoque un échange de tir avec des trafiquants cachés dans la partie supérieure de la favela), dont un, mortel, tiré à bout portant qui traversa son cœur et son poumon gauche. Cf. AEC RJ/SN/0/07696/02 (Leandro 2012 : Anexos).

28 Dossier no 2006.001.144501-4.

29 Ce prix est important au Brésil. En 2008, il fut attribué à l’ex-première dame Ruth Cardoso, reconnue « personnalité de l’année ».

30 Ce journal, destiné principalement aux classes moyennes, est sans doute le plus influent de Rio de Janeiro.

31 Seringueiro (collecteur de caoutchouc), syndicaliste et militant écologiste brésilien. Son engagement dans la lutte pour la préservation de l’Amazonie lui valut une reconnaissance internationale et une forte opposition des fazendeiros (grands propriétaires terriens) et des hommes politiques de son État d’origine (l’Acre), auxquels on attribue son assassinat.

32 Cf. O Globo, 29 mars 2009, 2a ed., p. 9-11, ainsi que mon carnet de terrain.

33 Le journal écrit : « Grâce à son action personnelle, l’enquête sur le crime put avoir lieu et apporta la preuve que le jeune homme, innocent, avait été exécuté » (O Globo, 28 novembre 2008, p. 20). Voir aussi l’édition du 20 décembre 2008, Cahier Prêmio Faz Diferença, p. 3.

34 Pour une analyse de ces cas, voir Birman & Leite (2004), Farias (2007b), Freire (2008), Leite & Soares (2009), Soares, Moura & Afonso (2009), Vianna & Farias (2011).

35 La sentence établit une peine de huit années de réclusion en pénitencier et de trois années de régime différencié de privation de liberté, soit onze années de prison. Mais, selon les lois brésiliennes, après trois ans et trois mois de prison (durée de laquelle il faut retrancher la période de détention préventive), ce policier a droit au bénéfice du régime de liberté surveillée.

36 Dossier no 0138672-73.2006.8.19.0001 (2006.001.144501-4). C’est moi qui souligne.

37 La jeunesse des trafiquants s’explique par la stratégie de recrutement adoptée par les narcotrafiquants, l’attrait du pouvoir et de l’argent procurés par le commerce illégal ainsi que par l’absence de débouchés dans le champ de l’éducation et du marché du travail. Sur ces thèmes voir entre autres Zaluar (1985), Soares et alii (1996), Leite (2000), Abramoway & Garcia Castro (2011).

38 Ces quelques extraits ont été choisis parmi les entretiens réalisés avec cent cinquante habitants de quarante-cinq favelas, dans le cadre de la recherche « Rompendo o cerceamento da palavra : a voz dos favelados em busca de reconhecimento » (FAPERJ, 2005/2008).

39 Comunidade (communauté) est une catégorie utilisée par les habitants pour désigner la favela, en rejetant les représentations de violence, de crime et d’incivilité qui lui sont associées par l’intermédiaire des « modalités d’identification » venues de l’extérieur et les objectivant à partir de « pratiques divisantes » (Foucault 1995) dans le cadre de la « métaphore de la guerre ». Voir, sur ce thème, l’article de Birman (2008).

40 Pour P. Birman, il s’agit d’une « réflexion communautaire » qui peut être comprise comme une « résistance critique envers ces formes de désignation et leurs conséquences » (Birman 2008, p. 114).

41 Cf. les analyses de Misse (2008) sur la sujétion criminelle qui, d’un autre point de vue, traitent de la même question.

42 Leeds & Leeds (1978), Burgos (1998), Wacquant (2005), Valladares (2005), Machado da Silva (2008, 2009), entre autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Márcia Pereira Leite, « La favela et la ville : de la production des « marges » à Rio de Janeiro », Brésil(s), 3 | 2013, 109-128.

Référence électronique

Márcia Pereira Leite, « La favela et la ville : de la production des « marges » à Rio de Janeiro », Brésil(s) [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/472 ; DOI : 10.4000/bresils.472

Haut de page

Auteur

Márcia Pereira Leite

Márcia Pereira Leite est professeure à l’Université de l’État de Rio de Janeiro (ppcis/uerj), chercheuse au cnpq.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals