Navigation – Plan du site
Dossier – Histoire et Littérature

Au-delà des textes : présence de la littérature dans la vie sociale brésilienne au XIXe siècle

Para além da leitura dos textos: presença da literatura na vida social no século XIX
Beyond reading texts: literary expressions in nineteenth-century social life
Márcia Abreu
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

L’histoire de la littérature se préoccupe du contexte social, politique et économique dans lequel les œuvres ont été composées et ont d’abord circulé. Elle méconnaît cependant des éléments centraux, qui nous informent quant à la présence et l’importance de la littérature dans la vie sociale. La recherche à partir de sources primaires, comme les journaux et les magazines, nous montre que, au XIXe siècle, des personnages littéraires sont utilisés pour nommer ou estampiller des marchandises, des écrivains sont traités comme des célébrités dont la vie est suivie de près, des histoires ou des personnages sont cités comme des métaphores de comportements sociaux et comme clés d’interprétation pour des faits du quotidien. Bien souvent, en ce siècle, des hommes et des femmes connaissent la trame et les acteurs d’un ouvrage sans l’avoir nécessairement lu, au point de nouer avec la littérature une relation intime qui détermine aussi leur façon d’appréhender leur environnement social.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mars 2018 ; approuvé en janvier 2019.

Texte intégral

L’auteure remercie Leonardo Mendes, Lúcia Granja, Orna Messer Levin, Paulo Oliveira et Pedro Paulo Ferreira Catharina pour les discussions fructueuses au sujet de la présence sociale de la littérature à travers les marchandises, les images, les adaptations littéraires et cinématographiques, et la perception des écrivains comme des célébrités. Elle remercie également Ingridi Ransan et Michelle Gomes pour la collecte d’une partie des données dans des périodiques du XIXe siècle. Cette recherche a été réalisée avec le soutien du Conseil national du développement scientifique et technologique (CNPq).

« Literary history is an artifice, pieced together over many generations, shortened here and lengthened there, worn thin in some places, patched over in others, and laced through everywhere with anachronism. It bears little relation to the actual experience of literature in the past. » (Darnton 1996)

1Diverses critiques ont déjà été faites à l’histoire littéraire traditionnelle. On a notamment dénoncé son élitisme dans la sélection des textes, sa méconnaissance de l’importance des supports, le peu de cas fait à l’histoire de la lecture, son désintérêt pour les critères de l’évaluation littéraire propres à l’époque de production des textes, comme pour les aspects matériels de la production et de la circulation des imprimés (Chartier 1985, 1997 et 1998 ; Lyon-Caen 2003 ; Mollier 2003 ; Thérenty 2007 ; Abreu 2008 et 2014).

  • 1 « Chemins du roman » et « Circulation transatlantique des imprimés ». Plus d’une dizaine de cherche (...)

2Ces critiques sont à l’origine d’un renouveau partiel de la recherche en histoire de la littérature, notamment par la prise en considération d’un plus grand nombre d’auteurs, le dépassement des frontières traditionnelles du canon littéraire ou encore cette volonté d’échapper à une approche par trop anachronique en reconstituant les modes de production et de réception de la littérature. Cet effort de renouvellement, auquel j’ai moi-même participé via des projets collectifs tels que « Caminhos do romance » ou « Circulação transatlântica dos impressos1 », n’a eu qu’un succès relatif, au regard de ce qu’est l’enseignement de la littérature dans les universités et écoles brésiliennes, où l’histoire littéraire traditionnelle est toujours de mise. Cette dernière occupe encore une place conséquente dans de nombreux ouvrages historiographiques. Ils associent une partie de la production littéraire écrite dans une langue donnée à une nation (en faisant remonter de manière anachronique les concepts de nation et de littérature au plus ancien texte poétique ou fictionnel écrit dans cette langue). Ils classent les textes par ordre chronologique en les regroupant par « écoles littéraires » (tout aussi anachroniquement, comme dans le cas du baroque par exemple) et en explicitant ce qui constituerait leurs « caractéristiques principales ». L’organisation de ces ouvrages se fonde sur le triptyque auteur-œuvre-contexte, où l’auteur et l’œuvre sont entendus comme des entités abstraites et immatérielles, et le contexte comme une série de questions politiques, sociales ou économiques. Cette façon de présenter l’histoire de la littérature a un fort impact culturel, puisque tous les Brésiliens qui accèdent à l’enseignement secondaire y sont exposés, ainsi qu’une large partie des étudiants en lettres qui, lorsqu’ils enseignent à leur tour, tendent à perpétuer cette façon de faire.

3Au vu de ces circonstances, à savoir le renouveau des recherches en histoire littéraire et la présence encore bien affirmée de la vision traditionnelle, l’objectif de ce texte est double. D’une part, il s’agit de contribuer à l’effort en cours en proposant de nouveaux éléments pour penser la présence sociale de la littérature au XIXe siècle et, d’autre part, de remettre une fois de plus en question le triptyque traditionnel auteur-œuvre-contexte.

4Le XIXe siècle est une période particulièrement propice à cette discussion si l’on tient compte des profondes mutations qui affectent alors le monde des lettres, lesquelles ont donné le jour à ce que nous considérons aujourd’hui comme étant la « littérature » (Abreu 2003). L’augmentation du nombre de lecteurs, la baisse du prix des imprimés et la présence accrue de librairies et autres cabinets de lecture ont contribué à démocratiser l’usage du livre et la pratique de la lecture (Mollier 2001). La popularisation des périodiques a joué un rôle important dans ce processus, en permettant une diffusion encore plus importante des romans sous la forme de feuilletons, et en faisant circuler parallèlement des récits, des informations et des modes, par les textes comme par les images, dans différentes parties du monde (Kalifa 2011 ; Kalifa & Thérenty 2015). Les progrès des transports maritimes et ferroviaires ont permis de raccourcir les distances et de faciliter la diffusion des biens matériels et culturels entre les continents, mais également à l’intérieur des pays eux-mêmes. Des références culturelles, des objets et des images allaient et venaient entre l’Europe et le Brésil, contrariant ainsi l’un des présupposés chers aux histoires littéraires traditionnelles, à savoir l’inscription de leur objet dans un territoire national donné.

5On souhaite ici présenter trois formes de présence de la littérature dans la vie quotidienne des hommes et des femmes de diverses conditions sociales, encore peu – voire jamais – explorées dans les travaux d’histoire de la littérature. En premier lieu, à partir de situations où le lien avec le texte littéraire n’est pas forcément immédiat, on s’intéressera à l’usage de noms de personnages et d’écrivains pour désigner différentes marchandises, ainsi qu’au recours à des œuvres littéraires pour créer des objets et baptiser des produits. Ensuite, on examinera les informations et les récits dont le thème est la vie des écrivains de l’époque, traités par la presse comme des célébrités internationales, évidemment en raison de leurs écrits, mais très souvent également en fonction de divers aspects de leur vie privée. Finalement, il sera question des allusions, citations et références à des personnages et à des œuvres dans des discours plus ou moins formels où la littérature était source d’exemples pour aborder des sujets de la vie quotidienne.

6Au final, il s’agit de penser ces formes de présence sociale d’un objet que l’on pourrait appeler la « littérature sans le texte », dans la mesure où elles s’exonèrent de la lecture, voire de la connaissance même des écrits, et transitent plutôt via des produits dérivés, des traits particuliers de la vie des écrivains ou encore des discours usant de références littéraires. Il convient de réfléchir également à la dimension transnationale de ce phénomène, que l’on peut observer dans divers pays et qui met en jeu des références littéraires provenant de différentes parties du monde occidental.

7À partir de données recueillies dans des périodiques brésiliens du XIXe siècle, il s’agit aussi d’examiner à nouveau frais le triptyque auteur-œuvre-contexte, mais également la pertinence des interprétations historiques se fondant sur l’articulation entre texte et contexte. Cela exige de remettre en question la primauté accordée au texte dans l’étude du phénomène littéraire, et d’abandonner la conception du contexte comme somme des grands événements politiques, économiques et sociaux envisagés sous une perspective essentiellement nationale. Il s’agit donc de revenir sur certaines caractéristiques majeures des histoires littéraires conventionnelles et de contribuer au renouveau de la pratique historiographique en attirant l’attention sur des aspects trop rarement étudiés dans le cas brésilien (comme la célébrité des écrivains) ou encore tout simplement ignorés (tels que les usages de la littérature dans la production marchande ou l’usage d’extraits littéraires comme clés de compréhension du quotidien).

Dénommer des marchandises, créer des objets, étiqueter des produits

8Tout au long du XIXe siècle, la littérature a été un réservoir de ressources pour dénommer des personnes, des choses, des animaux ou des lieux. C’est ainsi qu’il est possible de trouver dans les journaux brésiliens des personnes répondant au nom de Telêmaco [Télémaque], des navires baptisés Ivanhoé, des chevaux nommés Primo Basílio [Le Cousin Bazilio] ou encore des boutiques appelées Ao Judeu Errante [Au Juif errant]. Nous n’allons pas ici nous focaliser sur ces formes de présence sociale des œuvres et des personnages. Nous détaillerons plutôt trois types de rapprochements entre la littérature et le monde des marchandises : la production d’objets relatifs à des œuvres données, l’utilisation de personnages pour orner des objets et les références à des livres, des personnages ou des écrivains pour baptiser des produits.

9Des producteurs de biens marchands ont eu recours à la littérature dans la conception de leurs produits. Certains fabriquaient des chandeliers dont la base était composée de personnages du Dernier des Mohicans2, d’autres des jeux de patience et de cartes à jouer à partir de scènes tirées de La Case de l’oncle Tom3, et d’autres encore des boîtes de biscuits ornés de scènes d’Alice au pays des merveilles4. Au Portugal, la censure qui avait recommandé la mise à l’index du livre Les souffrances du jeune Werther se plaignait qu’il soit « impossible de détruire les peintures de certaines scènes des souffrances de ce misérable Werther dans les cabinets de curiosité, et même sur les boîtes de tabac ou les éventails de ces dames5. »

  • 6 Un tel usage (et bien d’autres) de références littéraires pour nommer des marchandises a été étudié (...)

10Ces marchandises et bien d’autres encore pouvaient être importées au Brésil et vendues dans les commerces locaux ou tout simplement circuler par le biais des étrangers qui s’installaient dans le pays. C’est ce qui arriva par exemple en 1881 lorsqu’« une famille anglaise renommée qui retournait en Europe » décida de mettre aux enchères « le riche mobilier et les ornements qui garnissaient son logis », parmi lesquels se trouvaient « deux belles statuettes de Paul et Virginie » (Jornal do Commercio, 8 septembre 1881, p. 3). À la même époque, il était possible d’acheter des produits bien moins innocents à la Casa dos Pobres de Fortaleza, où l’on vendait de « voluptueux fume-cigarettes ottomans en véritable écume de mer, d’où émerge une Vénus symbolisant les plus célèbres Filles du Demi-monde. Nana en position divinement sculpturale, s’inclinant sur le divan de l’idéal » (Gazeta do Norte de Fortaleza, 29 novembre 1882)6.

11Dans de tels cas, l’intérêt suscité par les œuvres littéraires semble ajouter de la valeur à des objets du quotidien et agit comme une stratégie de différenciation : associés à des personnages connus et éventuellement appréciés, ils se distinguent plus aisément de leurs semblables. Un fume-cigarette ordinaire attire moins les regards que celui sur lequel une représentation de Nana n’empêche pas de l’utiliser pour fumer, mais permet également de se laisser aller aux fantasmes les plus divers. L’estime portée à l’œuvre littéraire est encore plus décisive dans le cas d’objets sans utilité immédiate, tels que les statuettes, dont la finalité, outre l’ornement du logis, semble résider dans l’évocation du roman et l’intégration de ses personnages dans le quotidien de leur propriétaire, qui peut ainsi apprécier leur présence dans sa demeure.

  • 7 La Collection Brito Alves, de la Fondation Joaquim Nabuco, réunit des dizaines de paquets de cigare (...)

12Outre la transformation de personnages en objets et leur utilisation dans des illustrations pour orner des produits, il était également courant d’associer des marchandises à la littérature à travers leur dénomination commerciale. Les producteurs de cigarettes semblent y avoir eu particulièrement recours7. Au Brésil, un fumeur pouvait se procurer les « cigarettes Rocambole » produites par Paulino Juventino de Souza ou, s’il est plus patriote, choisir entre les cigarettes « O Certanejo » fabriquées dans l’usine Fábrica Luzeiro d’Antonio Bivar, « Iracema » chez Antonio Ferreira da Silva ou, encore, « A Moreninha » chez José A. D. de Figueiredo.

13L’image associée à la marque renforçait parfois l’association avec l’œuvre littéraire. Pour les cigarettes « O Certanejo » par exemple, le dessinateur avait choisi de reproduire la célèbre scène du roman de José de Alencar, publié en 1871, dans laquelle le vacher Arnaldo poursuit un taureau sauvage appelé Dourado.

14Plusieurs références pouvaient être juxtaposées sur un même étui, comme c’est le cas avec les cigarettes « A Moreninha ». Sur l’un des étuis de cette marque, une allusion littéraire partageait l’espace avec l’évocation d’un événement historique. Le quart gauche de l’image représentait une jeune fille baptisée « A Moreninha » en référence au roman homonyme publié par Joaquim Manoel de Macedo en 1844 ; les trois quarts restants étaient occupés par une scène évoquant un épisode de la guerre de la Triple Alliance (également connue sous le nom de guerre du Paraguay), lorsque des navires brésiliens réussirent à forcer le passage de la forteresse Humaitá. La même marque et le même roman peuvent aussi être associés à une profession, comme celle de rémouleur ou, simplement, à un nom, « Villa Bella », probablement une allusion à la ville du même nom dans le Pernambouc, berceau du mouvement messianique de Pedra Bonita entre 1836 et 1838. Dans la mesure où la référence littéraire faisait office de marque commerciale pour les cigarettes fabriquées par José A. D. de Figueiredo, l’illustration associée pouvait varier pour distinguer des produits différents.

15La transformation d’une référence littéraire en marque commerciale était encore plus évidente dans le cas des cigarettes qui sortaient de l’usine Fábrica Iracema, car plus de la moitié du paquet était occupée par l’image de l’Indienne immortalisée par José de Alencar dans son roman de 1865, l’espace restant étant destiné à reproduire un article du décret nº 2862 du 23 octobre 1875 encadrant les droits des fabricants à utiliser les marques de leurs produits.

16L’extrait cité est l’article 6, qui définit la contrefaçon et précise les peines encourues par ceux qui s’y livrent :

  • 8 Le décret nº 2862 du 23 octobre 1875 est reproduit dans son intégralité dans Rezende (2003).

Art. 6º. Sera puni d’une peine de prison de un à six mois et d’une amende de 5 à 20% du dommage causé ou qui pourrait être causé : 1º. Celui qui contrefera une marque industrielle ou commerciale dûment enregistrée auprès du Tribunal ou du Registre du commerce ; 2º. Celui qui fera usage de marques contrefaites ; 3º. Celui qui usera sciemment sur les produits de sa manufacture ou sur les objets de son commerce des marques appartenant à autrui ; 4º. Celui qui vendra ou mettra en vente en toute connaissance de cause des produits porteurs de marques contrefaites ou subrepticement obtenues8.

17Cette même législation avait été invoquée dans un litige judiciaire impliquant les cigarettes de la marque « Paulo e Virgínia », à laquelle différents producteurs avaient eu recours : Ezequiel & Cia, Pereira & Carvalho, Viúva Lorega & Cia, Gomes Loureiro ou João Gonçalves.

18L’association de cigarettes au célèbre roman de Bernardin de Saint-Pierre (1788) semble avoir été une idée lucrative, au point que l’un des producteurs, João Gonçalves, avait enregistré la « marque Paulo e Virgínia comme emblème de sa maison » auprès du tribunal de commerce. Il avait exigé, dans un entrefilet paru dans le Jornal do Recife, que les « falsificateurs ou imitateurs » suspendent leur fabrication « sous peine de se voir appliquer les mesures autorisées par le décret nº 2.682 du 23 octobre 1875 » (Jornal do Recife, 4 juillet 1876, p. 3). Le dépôt de la marque ne changea pas grand-chose. Quelques années plus tard, le propriétaire de l’usine de cigarettes revint à la charge dans le même journal. Il expliqua cette fois que, « dans le but de lutter contre l’importante contrefaçon qui frappe constamment ses cigarettes "Paulo e Virgínia" », il avait décidé de « marquer le papier desdites cigarettes avec l’emblème déposé de son usine », grâce à une encre « garantie par le gouvernement français et avec laquelle sont authentifiées les cigarettes de ce pays » (Jornal do Recife, 17 février 1880, p. 3).

  • 9 Sur les droits d’auteur, voir le code pénal de 1890, titre XII, chapitre V, « Des crimes contre la (...)

19Curieusement, la reconnaissance des droits sur l’usage des marques précéda au Brésil celle sur les droits d’auteur pour les productions littéraires et artistiques, qui ne furent réglementés qu’à partir du code pénal de 18909. Les créations littéraires étaient plus faciles à protéger sur les paquets de cigarettes qui les évoquaient que dans les livres où elles pouvaient être lues. Et leur présence dans l’espace public devait certainement plus au tabac qu’aux textes eux-mêmes, puisque les paquets en question permettaient de populariser, même auprès des analphabètes, le fait que Paul et Virginie soient deux jeunes amants, Iracema une Amérindienne et le Sertanejo un vacher.

20Avoir recours à des illustrations n’était pas toujours nécessaire. D’autres produits se référaient verbalement à la littérature sans même indiquer aux consommateurs l’origine de leur emprunt. C’est ce que l’on peut par exemple constater dans une publicité diffusée à Belém do Pará par la Casa de Modas « Ao Leão de Castilha » [Maison de modes « Au lion de Castille »] qui annonçait la vente de « faux-cols et manchettes pour les dames […] à la Marianne, à la Bovary, à la Lakmé, à la Caverlet, à la Thérèse ». Inaugurée en 1884, cette boutique avait publié dans la presse plus d’une centaine d’annonces informant de la vente par la « nouvelle maison de mode, d’articles de luxe, de tissus et accessoires », et autres marchandises telles que des parfums, des couvre-lits, des chemisiers et des chapeaux. En 1885, la seule énumération de l’achalandage n’attirant peut-être pas suffisamment de clients, elle associa ses produits à des titres de romans comme Marianne de George Sand, Madame Bovary de Gustave Flaubert, Thérèse Raquin d’Émile Zola, ou à des spectacles comme la comédie Madame Caverlet d’Émile Augier et l’opéra Lakmé de Léo Delibes. L’annonceur connaissait bien la littérature française et recourut à des œuvres plutôt récentes comme Lakmé, donné à Paris en 1883, à peine deux ans avant la parution de l’annonce en question, et alors que l’œuvre n’avait pas encore été jouée en ville. Il ne se souciait apparemment pas des polémiques d’ordre moral suscitées par le comportement de personnages tels qu’Emma Bovary, Henriette Caverlet ou Thérèse Raquin, auxquels ses produits étaient associés. Il devait penser que ses clientes n’en avaient pas été informées. Le propriétaire appréciait plus particulièrement l’œuvre de Flaubert et jugea pertinent d’associer le nom de Mme Bovary non seulement aux vêtements pour dames, mais également à des accessoires pour enfants, tels que des « chapeaux de paille anglaise pour filles derniers modèles : à la Niniche, à la Mascotte, à la Bovary et à la Bébé » (Diário de Belém, 2 août 1885, p. 4). La boutique « Loja 23 de Março », à Salvador de Bahia, avait pris moins de risques en utilisant le nom d’un célèbre poète brésilien, Castro Alves, pour faire la publicité de bonnets en « paille recouverte de velours » et destinés « aux petits garçons de 1 à 3 ans » (O Monitor, Bahia, 4 septembre 1881, p. 3).

21On trouvait également des vêtements associés à des personnages littéraires dans la mode masculine. C’était le cas de la Fábrica Luso-Brasileira qui vendait des « chapeaux de feutre fin plume pour hommes à la Ninon de Lenclos, à la Danton et à la Camille Desmomlins [sic], d’un poids de 75 g ». Encore plus légers, les « chapeaux de feutre plume à la Zola, à la Flauberte [sic] et à la Eça de Queirós » ne pesaient que 65 g. Et les « chapeaux de feutre à la Guerra Junqueiro et Gomes Leal », avec leurs 55 g, étaient déclarés le « plus grand succès de 1883 » (Pacotilha do Maranhão, du 16 juin 1883, p. 4). Curieusement, ce négociant eut recours à une série de noms d’écrivains ayant fait scandale comme Gustave Flaubert que Madame Bovary, publié en 1857, amena devant les tribunaux, comme le Portugais Eça de Queirós dont les romans O Crime do Padre Amaro et O Primo Basílio, respectivement publiés en 1875 et 1878, provoquèrent des débats enflammés sur leur moralité, ou Émile Zola qui fit scandale en 1880 lorsque parut Nana. Outre les romanciers, l’annonce mentionnait des personnalités telles que la courtisane et femme de lettres française Ninon de Lenclos (dont les écrits antireligieux et la vie libertine choquèrent la société du XVIIe siècle) et les révolutionnaires français Danton et Desmoulins. Moins polémiques, mais tout aussi antireligieux ou bohèmes, les écrivains portugais Guerra Junqueiro et Gomes Leal complétaient le tableau.

22Ainsi, des œuvres et des auteurs, considérés par beaucoup comme pornographiques (Mendes 2018), sont convoqués afin d’attirer la clientèle vers des accessoires pour enfants, des chapeaux pour hommes ou encore des faux-cols et manchettes pour dames, ce qui laisse supposer une méconnaissance des textes et des polémiques afférentes. L’idée consiste simplement à valoriser des objets triviaux par leur association à des personnalités littéraires de grande renommée. Les faux-cols et les manchettes n’occupent pourtant aucune place particulière dans Madame Bovary, Thérèse Raquin, Madame Caverlet ou Lakmé, outre que rien ne permet de croire que Castro Alves ait eu une quelconque prédilection pour les bonnets pour enfants, ni qu’Eça de Queirós, Zola ou Flaubert appréciaient particulièrement les chapeaux de feutre – ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle ces références ne répondent qu’au désir d’associer des produits à des noms connus de tout un chacun. Ces usages puisent sans doute leur origine dans le prestige de la littérature et, en particulier, de la culture française, car on imagine mal qu’au XIXe siècle des pères de famille aient souhaité que les vêtements de leurs filles et épouses évoquent des femmes adultères, divorcées ou complices d’assassinat. Il n’est pas non plus impossible que, dans l’effervescence du mouvement abolitionniste, l’estime portée à un auteur ait amené des mères à croire qu’elles rendraient hommage au poète des esclaves en acquérant de petits bonnets à la Castro Alves pour leur bébé, ou que des hommes aient pu, en toute connaissance de cause, se sentir quelque peu audacieux en achetant des produits associés à des écrivains polémiques tels que Zola, Queirós ou Flaubert.

23Quoi qu’il en soit, le recours à des noms d’écrivains pose une question qui va bien au-delà du simple aspect marchand, celle de la célébrité.

Célébrités – images et curiosités

  • 10 Antoine Lilti (2014, 15) pense que « la célébrité est apparue au cours du XVIIIe siècle, dans le co (...)

24L’analyse de la presse brésilienne montre que l’intérêt pour les célébrités littéraires était bien réel au XIXe siècle. On y trouve nombre d’informations sur la vie privée des écrivains, sans nécessairement qu’elles soient liées à la connaissance de leurs œuvres ou à l’intérêt qu’on pouvait y porter10. Les articles concernés couvrent un large spectre, depuis le commérage le plus trivial jusqu’à des informations sur les remises de prix ou sur les inaugurations de statues. Nous présenterons ici trois types de situations : la transformation de l’écrivain en marchandise, l’intérêt porté à la vie privée des auteurs d’œuvres littéraires et la publication d’entretiens avec des écrivains.

25Nous avons vu ci-dessus que le patronyme de certains auteurs avait été transformé en marque ou en nom de modèle pour désigner toutes sortes de marchandises. Une autre forme de commerce illustre plus encore le processus de marchandisation de la figure des écrivains : la vente de portraits.

26En 1885, la boutique Photographia Italiana, de João Firpo, proposait, dans la province de Paraíba, des « portraits de l’illustre citoyen Joaquim Nabuco et de l’immortel poète Victor Hugo », montrant ainsi qu’il existait alors un intérêt pour des personnalités brésiliennes comme le polygraphe et homme politique abolitionniste Joaquim Nabuco, ou pour des écrivains de renommée internationale comme Victor Hugo (Diário da Parahyba, 27 octobre 1885, p. 3). Quelques années plus tôt, en 1877, la Livraria Parisiense, installée à Recife, avait annoncé la vente de « portraits du célèbre poète brésilien Castro Alves » pour la somme de 200 réis (Jornal do Recife, 6 décembre 1877, p. 3), soit un prix très accessible en comparaison de celui d’un « album de famille » qui coûtait 2 000 réis dans la boutique du 36, rue Halfeld (Pharol, Minas Gerais, 6 septembre 1877, p. 4). De la même manière, nombre de commerces exposaient dans leurs vitrines des portraits rendant hommage à des écrivains et susceptibles d’attirer la clientèle. La « célèbre boutique de M. Catilina » à Fortaleza, par exemple, exposait un « portrait [de Castro Alves] lithographié par M. André Pereira […], très ressemblant à l’illustre poète et tout en délicatesse » (Cearense, 9 juillet 1881, p. 2). Il est vraisemblable que l’exposition de portraits d’abolitionnistes connus, tels que Nabuco et Castro Alves, ait pu constituer une manière pour le commerçant de manifester son soutien à la cause.

27Les revues illustrées diffusaient également des images d’écrivains depuis le mitan du siècle, soit en couverture, soit pour accompagner des nouvelles et des articles. La revue O Album, dirigée par l’écrivain brésilien Artur Azevedo, était l’une d’entre elles. Tout au long de ses 55 numéros, parus entre 1893 et 1895, on peut apprécier des portraits d’auteurs comme Machado de Assis, Aluísio Azevedo et Olavo Bilac, aux côtés de biographies de personnages célèbres, de chroniques et de billets consacrés à la scène théâtrale (Simões Júnior 2014). Ici, les textes et les images se partagent l’espace, comme cela est relativement courant à l’époque. Toutefois l’intérêt pour les illustrations dépasse souvent celui que suscitent les textes, ce qui explique l’apparition de publications composées exclusivement d’images. Le périodique O Contemporaneo, une « revue d’arts, de lettres et de sciences », offrait ainsi un « bel album de 15 magnifiques gravures » extraites de la revue. Cet objet éditorial rassemblait des portraits d’écrivains tels que José de Alencar, d’acteurs comme João Caetano ou de journalistes à l’instar de Quintino Bocaiúva, sans oublier l’empereur D. Pedro II et d’autres personnalités (Pharol, Minas Gerais, 12 mai 1878, p. 3), montrant que l’intérêt du public pouvait être éclectique.

28Les livres ornés d’un portrait de leur auteur allaient dans le même sens. Le potentiel acheteur en était informé dès le sous-titre et, donc, dans les publicités qui en faisaient usage. L’éditeur y voyait certainement un puissant attrait pour sa clientèle. C’était par exemple le cas du recueil Cantos de Gonçalves Dias. Publiée à Leipzig en 1877, cette édition comportait « le portrait de l’auteur » ainsi que sa signature. Curieusement, ce même portrait avait servi d’illustration pour le paquet de cigarettes « Cigarros a Gonçalves Dias », comme en témoignent les détails vestimentaires qui n’avaient pas été gommés lors du passage de la gravure à la lithographie.

  • 11 En comparaison avec d’autres marchandises, les cigarettes étaient des produits bon marché. Par lot (...)

29Dans cette prestigieuse édition des poèmes de Gonçalves Dias, publiée par la célèbre maison d’édition Brockhaus, l’accent était mis sur la personne de l’auteur – son nom, son portrait et sa signature – afin de mettre en scène le génie créateur et l’authenticité du texte. Cela pouvait également constituer un motif supplémentaire d’achat pour un client qui cherchait non seulement à acquérir un texte, mais également un objet soigné et élégant. Dans le cas des cigarettes, l’image de l’écrivain et l’inscription « poète brésilien » étaient au service de la commercialisation d’un produit qui n’avait, quant à lui, rien de littéraire. Une même image pouvait ainsi être utilisée à des fins tout à fait distinctes, depuis l’authentification d’une édition jusqu’à la vente d’un produit bon marché11, en passant par le rapprochement entre les lecteurs et la figure de l’auteur. De cette manière, un simple acheteur de cigarettes participait à la culture lettrée locale et, s’il n’était pas un fervent lecteur de la poésie de Gonçalves Dias, il savait à tout le moins qu’il s’agissait d’un poète faisant partie du panthéon national.

  • 12 En 1876, le photographe W. Bradley facturait 30$ pour des « portraits extra-grands », tout en signa (...)

30Cet intérêt pour les portraits peut donc avoir diverses explications. Leur exposition dans des vitrines de boutiques pouvait refléter les goûts littéraires du propriétaire mais, tout aussi bien, avoir pour but d’attirer une clientèle aimant tel ou tel écrivain ou, plus généralement, la culture lettrée. L’acquisition de ces portraits attestait de l’existence d’une admiration pour l’auteur et fonctionnait comme une forme d’expression des goûts littéraires de l’acheteur. Il souhaitait peut-être ainsi créer une sensation d’intimité avec l’écrivain concerné dont le portrait serait conservé ou exposé avec d’autres images de l’intime, représentant des êtres chers. Puisqu’il n’y avait pas de photographes dans toutes les localités et que le prix d’une photographie était pour beaucoup prohibitif, il est probable que de nombreuses personnes qui ne possédaient pas alors de portraits de leurs parents proches aient par ailleurs eu en leur possession des images de personnalités célèbres plus aisément accessibles en raison de l’usage de techniques de reproduction à grande échelle, comme la lithogravure12.

31Des portraits d’écrivains étaient également publiés dans les revues, comme dans O Novo Mundo, dont le numéro de janvier 1874 proposait un « portrait de George Sand » dans une édition où l’on pouvait également trouver des gravures représentant l’abbaye de Westminster, des habitants de l’île de Java ou des vues de Jérusalem (O Novo Mundo, 23 janvier 1874, p. 75). Le portrait occupe les deux colonnes centrales d’une page et est accompagné d’une petite note précisant l’âge de l’auteure ainsi que d’un extrait de « l’histoire de sa vie ». Écrit par George Sand, ce texte parle de sa difficulté à vieillir, de la perte de deux petits-enfants, de sa routine familiale et de sa « position matérielle » : « Je dirais que j’ai gagné un million avec mon travail, mais que je n’ai jamais rien accumulé : j’ai toujours donné ce que je gagne ».

  • 13 L’Uscoque (O Pirata, feuilleton publié par Jornal do Commercio en 1841), La Dernière Aldini (A derr (...)
  • 14 Le Cabinet portugais de lecture de Rio de Janeiro possède plusieurs éditions des œuvres de George S (...)
  • 15 Par exemple, le répertoire d’une compagnie théâtrale de Recife était en grande partie constitué d’a (...)

32L’intérêt se porte ici beaucoup plus sur la personne de l’écrivaine que sur ses œuvres qui ne sont citées qu’en passant dans la présentation où il est dit qu’elle est « l’auteure de Lélia, La Mare au diable et Mademoiselle La Quintinie ». L’hypothèse selon laquelle la personne éveille plus d’intérêt que les textes sort renforcée par le fait que les ouvrages de George Sand ont été peu traduits au Brésil au XIXe siècle. Au moment de la publication de ce portrait, en 1874, seuls cinq de ses livres avaient été traduits sous la forme éphémère de feuilletons13. Il était également possible d’accéder aux traductions imprimées au Portugal14 ou de connaître l’auteure grâce à ses pièces ou des adaptations théâtrales de ses romans15, voire de lire ses ouvrages en français que l’on trouvait à la vente dans plusieurs librairies. Quoi qu’il en soit, la quantité de billets et nouvelles portant sur divers aspects de la vie personnelle de George Sand dans la presse au Brésil dépassait de beaucoup la présence de son œuvre dans le pays.

  • 16 La « bête ombrée (ou hombrée) » était un jeu de carte qui était, notamment, très populaire dans le (...)

33Les lecteurs de journaux disposaient ainsi d’informations sur l’enfance de la célèbre Française, l’éducation qu’elle avait reçue dans un couvent – ce qui selon l’auteur d’un article à ce sujet ne lui avait pas permis pour autant d’user d’une écriture vertueuse, comment on aurait été selon lui en droit de l’imaginer (Diário do Rio de Janeiro, 27 mars 1852, p. 2). On savait également que la moralité de cette femme était un « mystère » (Diário do Rio de Janeiro, 10 mai 1855, p. 1). Sand pouvait même être l’objet de devinettes, comme celle-ci : « Savez-vous qui était George Sand ? Un homme ou une femme ? » (Jornal do Recife, 5 août 1876, p. 2). Des informations circulaient également sur le fait que le Vatican avait mis ses œuvres à l’Index (Jornal do Recife, 9 août 1876, p. 1). Ses loisirs intéressaient également le lectorat, comme en témoigne un billet intitulé « Passe-temps favoris de certaines célébrités contemporaines » : si Lamartine jouait au billard, Guizot au bilboquet, Janin aux dominos, Vigny aux dames et Dumas au cerf-volant, « George Sand était folle de bête ombrée16 » (Jornal do Recife, 5 février 1859, p. 8). Après avoir lu tant de nouvelles à son sujet, le lecteur était à même de mieux comprendre l’allusion faite par un journaliste écrivant que George Sand « au-dessus du cou est un nuage doré au soleil couchant, mais en-dessous, je ne sais pas » (Monitor Campista, 23 décembre 1881, p. 2). La mort de l’écrivaine fut également l’occasion de nombreux articles. Le Jornal do Recife revint dans son édition du 28 juin 1876 sur « la biographie de cette grande écrivaine, gloire de la littérature française ». On apprenait tout sur sa vie, depuis sa naissance jusqu’à ses différents mariages, mais seuls deux de ses romans et une pièce de théâtre étaient mentionnés. Le lecteur pouvait également prendre connaissance des détails de ses funérailles et des difficultés à les organiser pour la non-pratiquante qu’elle était (Jornal do Recife, 4 octobre 1876). Les lecteurs de journaux savaient que, « s’ils voulaient montrer leur érudition », ils devaient pouvoir parler de George Sand et d’autres auteurs « qu’un jeune homme qui se respecte se doit de connaître, ne serait-ce que de nom », selon le chroniqueur H. Belmonte (Jornal do Recife, 11 juin 1859, p. 192). En fait, les jeunes hommes n’étaient pas les seuls concernés. D’après la revue Museu Universal, les femmes du beau monde affectaient d’avoir à portée de main l’un des romans de Sand même si elles ne le lisaient pas : « La coquette, pendant que sa domestique la peigne, semble lire distraitement Lélia ou l’un de ces romans évangéliques de George Sand qui ont déjà laissé tant de maris sans femme, tant de pères sans fille et tant de garçons sans mère. » (Museo Universal, 20 avril 1844, p. 351) L’écart manifeste entre la connaissance de la vie personnelle et celle de l’œuvre est ainsi soulignée dans ces billets qui commentent le fait que les jeunes hommes qui se respectent doivent savoir parler de George Sand, même s’ils ne connaissent que son nom, tandis que les femmes coquettes se doivent de posséder au moins l’un de ses romans, même s’il s’agit pour elles de faire semblant de le lire.

34Cette distance est également mise en évidence par le décalage entre la diffusion en abondance d’informations personnelles dans les journaux et la présence réelle d’ouvrages dans les librairies, les bibliothèques ou les cabinets de lecture. Si les ventes de livres d’Alexandre Dumas étaient remarquables, les œuvres de Guizot, Janin, Cousin ou Vigny étaient alors beaucoup plus confidentielles, ce qui n’empêchait pas que chacun d’entre eux soit cité dans un article sur les passe-temps préférés des « célébrités contemporaines ».

  • 17 Disponible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49807k.pdf (consulté le 12 février 2018).
  • 18 Disponible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113909f/f376.image (consulté le 12 février 201 (...)

35La curiosité pour la vie et les idées des écrivains renommés a été à l’origine d’entretiens avec différents auteurs, comme dans la célèbre Enquête sur l’évolution littéraire en France de Jules Huret. Publiée en 1891, celle-ci reproduit des entretiens avec 64 personnalités françaises, parmi lesquelles Émile Zola, Guy de Maupassant et Anatole France, afin de discuter des tendances littéraires du moment17. Le succès de cette publication a poussé certains, comme Adolphe Brisson, à suivre le même chemin en publiant, entre 1894 et 1899, une série d’ouvrages intitulée Portraits intimes, dans lesquels il est par exemple question de « la vie intime de Michelet » ou de « l’enfance et la jeunesse de Guy de Maupassant »18.

36Ces livres avaient inspiré Paulo Barreto, un journaliste brésilien ayant acquis une certaine notoriété sous le pseudonyme de João do Rio. Il estimait qu’il pouvait se faire « une impression beaucoup plus juste et précise de Zola ou de Rostand lorsque Brisson en parlait dans l’un de ses entretiens plutôt qu’en lisant tous les panégyriques ou toutes les insultes dont Cyrano et La Terre ont été l’objet » (Rio s/d, XI-XII). Il s’était donc lancé dans une série d’entretiens avec 36 écrivains brésiliens à qui il avait envoyé une série de questions, en préalable à sa visite. João do Rio dénonçait pourtant la « curiosité malsaine, quasi-excessive » qui entoure le quotidien des personnes célèbres et il affirmait : « Les gens ne cherchent pas à connaître les œuvres, ils préfèrent s’intéresser à la vie des auteurs. » (Rio s/d) Selon lui, « Sainte-Beuve n’est connu des nouvelles générations que pour avoir écrit quelques vers et avoir été l’amant de Mme Victor Hugo. Et sans doute ne se souviennent-ils de lui que parce que cette dame a délaissé le géant pour aimer le détracteur. »

37Ce fut justement cette « curiosité malsaine » qui garantit le succès de ces entretiens, initialement publiés dans la Gazeta de Notícias en 1905 puis, quatre ans plus tard, en volume. Les questions posées abordaient la littérature (situation de la littérature brésilienne et des littératures régionales contemporaines, relations entre presse et littérature, etc.) mais, également, des sujets plus personnels comme, par exemple, les livres ayant le plus contribué à la formation de chacun ou ceux dont ils étaient les auteurs et qu’ils préféraient.

38Outre les réponses aux questions, la description des circonstances de l’entretien fournissait des éléments précieux à ceux qui voulaient mieux connaître l’intimité de ces hommes de lettres, à commencer par leur intérieur puisque la rencontre avait le plus souvent été organisée chez eux. Le lecteur pouvait ainsi apprendre que la maison d’Olavo Bilac était « d’une élégance délicate et sobre », avec un jardin « rempli de roses et de jasmins », et que le poète « se le[vait] à cinq heures du matin, écri[vait] jusqu’à dix, sort[ait] et ne rev[enait] pas avant minuit ». On ne manquait pas non plus de savoir que, lorsqu’il reçut le journaliste, l’écrivain était « entièrement vêtu de lin blanc avec une chemise aux manchettes et au col empesés » (Rio s/d).

39Offrant encore plus de détails intimes, l’entretien avec Júlia Lopes de Almeida était précédé d’un long texte racontant les premières expériences de l’écrivaine. Lorsqu’elle était jeune fille, elle écrivait en cachette, avant d’être surprise un jour par sa sœur qui la dénonça à son père. Celui-ci ne dit rien au début mais, après une soirée au théâtre, il prit sa fille par le bras, l’encouragea à écrire et à préparer une petite critique du spectacle auquel ils venaient d’assister afin de la faire publier dans un journal. Outre les descriptions habituelles de la maison et du mobilier, on trouvait aussi une présentation de sa famille, de son mari, de son fils Albano et de sa fille Margarida, « une enfant blonde, d’une beauté de narcisse », dont les « longues mains s’agitant dans l’air pour appeler sa mère [étaient] tellement fines et roses qu’elles évoqu[aient] les pétales des chrysanthèmes » (Rio s/d).

40De la même manière qu’il existe aujourd’hui des dizaines de revues avec des photos des maisons et des enfants des artistes, ou des articles sur leurs relations amoureuses, il était possible de trouver au XIXe siècle de quoi accéder à l’intimité d’écrivains dont on n’avait bien souvent jamais lu les livres. C’était là une curiosité commune dans le monde occidental qui dépassait bien souvent l’intérêt pour l’œuvre des auteurs, comme cela semble avoir été le cas avec Lord Byron, ainsi que nous l’explique McDayter (2009, 3-4), pour qui la célébrité du poète « était rarement considérée comme la conséquence de ses écrits en eux-mêmes ». La byronmania aurait ainsi été « un événement extra-littéraire » à l’origine du phénomène que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de celebrity culture.

  • 19 Sainte-Beuve est à l’origine d’une vaste production critique entre 1824 et 1869. Pour un échantillo (...)

41Il existe une distance importante entre ce mode de présence des écrivains dans la culture du XIXe siècle et la figure de l’auteur telle que la reconstruit l’histoire littéraire traditionnelle, à savoir cette source créatrice dont émanent des idées, des concepts et des intrigues qui s’articulent selon des formes d’expression spécifiques. Dans une telle perspective, l’intérêt qui leur est porté serait subordonné à leur œuvre, dont l’interprétation dépendrait de la connaissance de leur position sociale, de leurs préférences politiques ou de différents traits de leur personnalité. Néanmoins, pour beaucoup d’hommes et de femmes du XIXe siècle, il y avait bien une dissociation entre l’auteur et son œuvre, puisque celle-ci était souvent totalement ignorée. L’écrivain pouvait n’être qu’une personne parmi d’autres sur laquelle se portait leur curiosité, et non pas l’auteur de textes ou le détenteur de leur signification ultime – autant de thèmes qui occupent les critiques du XIXe siècle tels que Gustave Lanson (1894) et Sainte-Beuve19, et intéresseront plus tard Roland Barthes (1968) et Michel Foucault (1969), avant d’être réévalués par Roger Chartier (1998 et 2000).

Commenter et interpréter

  • 20 Pedro Paulo Catharina distingue trois formes d’évocation des textes littéraires : la référence, à s (...)

42Outre les publicités et les informations sur les « célébrités », la presse brésilienne du XIXe siècle était riche de références et d’allusions aux textes littéraires, mais également de citations directes, employées pour commenter ou interpréter les situations les plus diverses20.

43Même si elles semblent être la forme la plus proche du texte littéraire, les allusions et les références étaient totalement déconnectées de la connaissance des écrits dont elles étaient extraites et pouvaient circuler de bouche à oreille comme autant d’éléments d’une culture partagée. Même dans le cas des citations, le contact direct avec l’œuvre pouvait s’avérer lointain, voire inexistant. Par exemple, le chroniqueur du Diário do Rio de Janeiro, qui signe du nom de Tupy, ouvrait son billet du 30 décembre 1853 en déclarant : « Il existe autant d’abus dans ce bas monde, disait un sage, que de grains de sable au bord de la mer : et c’est pour cela que je constate que l’on abuse de tout, et même de ce pauvre Tupy : mais que faire ? Patience, et battons les cartes, comme disait Don Quichotte dans la grotte de Montesinos » (Diário do Rio de Janeiro, 30 décembre 1853, p. 2). En réalité, dans cet épisode de la grotte de Montesinos, c’est Durandart qui dit « même s’il en va autrement, ô cousin, je dirai : patience, et battons les cartes », pour montrer qu’il croyait peu à la capacité de Don Quichotte de rompre le sortilège de Merlin qui avait envoûté nombre d’occupants des lieux. Le chroniqueur ne fait pas d’erreur dans la citation du texte – « Patience, et battons les cartes ! » – mais il ne l’attribue pas au bon locuteur, ce qui relève peut-être moins d’un oubli du contexte original que d’une totale méconnaissance de la scène en question et des motifs de ces mots, repris ici comme une sorte de proverbe ou de phrase toute faite.

44De la même manière, lors d’une session du Sénat à Rio de Janeiro en 1870, il y eut un débat sur le recrutement militaire. La guerre du Paraguay était terminée depuis peu et l’opposition souhaitait rendre le service militaire volontaire et rémunéré, contre le projet qui visait à élargir les conditions de recrutement et à transformer la garde nationale en réserve des forces armées. Les partisans du gouvernement défendaient l’idée que cette réglementation serait favorable aux citoyens et mettrait fin aux « persécutions et aux troubles lors du recrutement », lorsqu’il fallait débusquer les personnes qui se cachaient pour échapper au service militaire. Dans son allocution, le sénateur d’opposition Francisco Otaviano déclara :

Cela me rappelle un moment de la vie de l’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche. Il rencontra un jour un garçon qui profitait de la légèreté de ses jambes pour grimper à un arbre et fuir ainsi la brutalité de l’un de ces tyrans de l’enfance qui souhaitait le fouetter, à l’instar de ce qui se passe au Brésil avec les persécutés de la conscription, qui courent les bois ou se réfugient dans quelque montagne. Lorsqu’arriva Don Quichotte et qu’il fut mis au courant, il reprocha au tyran sa cruauté, et celui-ci fit humblement part de ses regrets et promit de traiter dorénavant le jeune garçon avec grande douceur. Le héros de Cervantès, pas peu fier du succès de son intervention, alla de ce pas conseiller au pauvre garçon de descendre de son arbre au vu de la promesse qu’il venait d’entendre. À peine parti, il entendit les cris de douleur du pauvre enfant qui avait eu le malheur de croire aux promesses de repentir de celui qui s’était habitué de longue date à la cruauté et avait pour seul regret de ne pouvoir grimper à l’arbre où se trouvait sa victime ! Dès que ce projet sera voté, mon noble ami ne pourra que constater la duperie dont auront été victimes la nation et les ingénus. Le noble ministre de la guerre se gausse déjà des gentilshommes qui le croient disposé à adopter la conscription par humanité (Rires). Ce qu’il veut, c’est empêcher la fuite dans les forêts, seule échappatoire pour les victimes du recrutement. […] Ce conte s’applique à tous ceux qui se laissent prendre à l’idée trompeuse selon laquelle ce projet en finirait avec l’arbitraire (Applaudissements).

45Francisco Otaviano, outre son mandat de sénateur, était aussi poète, avocat et journaliste, mais ce n’est pas pour autant que sa référence est tout à fait exacte. Il a certainement en tête l’épisode raconté dans le chapitre IV, lorsque Don Quichotte tombe sur un jeune homme attaché à un chêne vert en train de se faire fouetter par son maître pour s’être montré négligeant avec les brebis. Le chevalier exige alors du paysan qu’il libère son domestique et qu’il lui paye tout ce qu’il lui doit. Le fermier feint d’être d’accord et demande au garçon de le suivre jusque chez lui pour recevoir son dû. Le jeune homme hésite, de peur d’être à nouveau battu, mais Don Quichotte lui assure que si l’homme ne respectait pas sa parole, il le retrouverait pour le punir. Or, dès que Don Quichotte s’éloigne, le paysan attache à nouveau son berger à l’arbre pour le battre de plus belle avant de le libérer sans aucun paiement. Quand bien même Otaviano prend ici des libertés avec ce récit, l’histoire sert de parabole, dans la mesure où la situation vécue par le jeune homme et son maître est présentée comme analogue à celle des appelés au service militaire.

46Dans d’autres situations, citer des œuvres littéraires est une façon de convoquer des connaissances que l’on suppose partagées par les membres d’une même communauté. C’est ainsi que, lors d’une séance au Sénat, à Lisbonne, le 21 janvier 1840, le baron da Ribeira de Sabrosa évoqua une balle perdue tirée d’un navire anglais qui tua un Brésilien à Rio de Janeiro, ce qui provoqua un mouvement de colère populaire contre les Britanniques. Le consul général du Portugal au Brésil avait commenté l’incident. On l’accusa d’attiser la haine des Brésiliens et il fut démis de ses fonctions. Le sénateur Sabrosa commenta : « S’il avait été permis à Gil Blas de Santillane d’être présent, cet événement aurait rappelé ce passage dans lequel on en vint à punir l’un pour faire peur à l’autre. » (Diário do Rio de Janeiro, 24 mars 1840, p. 1) L’allusion est loin d’être claire et s’avère difficile à expliciter. Elle signale néanmoins que l’Histoire de Gil Blas de Santillane, publiée par Alain-René Lesage entre 1715 et 1735, était considérée comme un ensemble d’historiettes à partir desquelles il était possible de tirer quelque leçon ou d’interpréter des événements du quotidien.

47Dans d’autres cas encore, les références littéraires (plus ou moins correctes, plus ou moins évidentes) sont utilisées comme autant de clés d’interprétation de situations précises. C’est ce que l’on peut constater dans un article publié dans la revue A Marmota Fluminense qui reprend une nouvelle parue dans une revue du Piémont selon laquelle un prisonnier avait essayé de s’échapper en prenant la place de l’un de ses compagnons d’infortune ayant trouvé la mort dans la même cellule. Le rédacteur conclut son article avec une pointe d’ironie : « Ce prisonnier avait probablement lu le deuxième volume du Comte de Monte-Cristo. » (A Marmota Fluminense, 20 octobre 1857, p. 4)

  • 21 Jean-Baptiste Louvet de Couvrai a publié trois livres sur les exploits de Faublas : Les Amours du c (...)

48Les personnages de romans sont également employés pour caractériser des attitudes ou des façons d’être, sans même qu’il soit fait mention du récit dans lequel ils sont pris. Un cas éloquent est celui de Faublas, ce libertin créé par Jean-Baptiste Louvet de Couvrai à la fin du XVIIIe siècle et dont il était souvent fait mention au Brésil pour faire allusion à des comportements sexuellement répréhensibles21. Dans l’État du Ceará, en portant à la connaissance de ses lecteurs que le fils d’un sous-commissaire de police avait violé une petite orpheline de 12 ans, le journaliste fit le commentaire suivant : « Et s’il n’y a pas de punition pour ce Faublas, l’honneur des familles sera exposé aux attaques du premier vagabond qui passe. » (O Cearense, 22 janvier 1871, p. 3) Dans l’État du Maranhão, l’enlèvement d’une jeune fille dans un couvent suscita de nombreux commentaires, car les soupçons se portaient sur le vice-président de la province, que les périodiques affublèrent du nom de « Faublas du Maranhão » (O Cearense, 2 janvier 1848, p. 4). Dans l’État de Minas Gerais, M. Martinho Tapajoz infligea une sévère correction au professeur Manoel Garcia da Roza Terra pour avoir séduit sa domestique, en l’accusant en outre de vouloir « jouer les Faublas » (A Reforma, 22 mai 1874, p. 2). Dans l’État du Pará, un policier qui avait séduit une jeune fille après avoir saoulé son père a été affublé du surnom de « nouveau Faublas » (Jornal do Pará, 9 janvier 1870, p. 2). À Rio de Janeiro, une annonce pour une soirée bohême a été signée par le « Premier Secrétaire, gentilhomme Faublas » (Gazeta de Notícias, 20 septembre 1879, p. 3).

  • 22 Le terme churinada pourrait constituer également une référence littéraire : c’est un mot d’argot ut (...)
  • 23 Caetano José da Silva Souto Maior a publié Martinhada: poema epico-obsceno, dedicado ao rmo. P.e M.(...)

49Certains comportements donnaient du fil à retordre aux journalistes qui ne savaient plus à quel personnage recourir. À Caxias, dans l’État du Maranhão, un homme répondant au nom de João Carlos, un bellâtre fort en gueule, avait séduit une jeune fille de 13 ans et s’était installé avec elle bien qu’étant déjà marié. La mère de l’adolescente s’en plaignit publiquement, le suborneur se rendit chez elle pour régler l’affaire et finit par poignarder le fils de la maison, âgé de 14 ans. Le journaliste se perdait dans ses commentaires : « Ce churinada22, ce Faublas, ce Lovelace restera-t-il impuni ? » (O Publicador Maranhense, 27 mars 1871, p. 2) Afin de saisir en quelques traits les récriminations contre le comportement de cet individu bigame et violent, deux personnages considérés comme vicieux par la morale de l’époque étaient venus à l’esprit du chroniqueur : Faublas, dont on a déjà parlé, et Lovelace, le séducteur de Clarissa dans le roman de Richardson. De la même manière, l’homme politique José Lourenço, condamné aux travaux forcés à perpétuité, était présenté comme quelqu’un dont la vie rappelait celle de « Gil Blas, de Faublas ou la Martinhada » (O Cearense, 3 juin 1847, p. 3) – une vie faite de coups tordus et autres artifices, comme dans Gil Blas, ou de pratiques sexuelles condamnables, comme dans Faublas ou dans la Martinhada, un recueil de vers érotiques et satyriques qui fait le récit des aventures sexuelles de l’homme d’Église Martinho Barros23.

50Des personnages et des situations étaient tirés de la littérature afin de condenser d’un trait, d’un mot un ensemble d’informations. Sans même avoir lu les œuvres en question, les usagers de la presse étaient en mesure de comprendre les références et les allusions, voire d’en faire usage dans des circonstances similaires. Entendre ou lire ce genre de citations et de références fournissait des éléments suffisants pour comprendre que la mention faite à Faublas, à Lovelace ou à la Martinhada visait à condamner des comportements sexuels moralement répréhensibles. De même, on citait l’histoire de Gil Blas pour décrire des situations peu vertueuses, ou Don Quichotte en de multiples occasions, y compris pour attirer l’attention sur la nécessité de se méfier des puissants.

51La littérature faisait ainsi partie intégrante des savoirs tacites d’une société où la lecture de romans était une pratique encore peu partagée.

Conclusion

52Les données ici étudiées montrent combien le phénomène de la reproduction mécanique des œuvres est antérieur à ce qu’en dit Walter Benjamin ([1936-39] 2013), et va également au-delà des pratiques auxquelles il s’attache. Bien avant le cinéma ou la photographie – considérés par Benjamin comme paradigmatiques du processus de multiplication massive des œuvres d’art –, les techniques de production en série d’objets et de gravure ont rendu possible des phénomènes comme la diffusion de statuettes représentant des personnages littéraires, la prolifération de marchandises – emballages, éventails, coussins, etc. – ornées de scènes de romans ou de pièces de théâtre. En outre, on s’aperçoit que le processus de « massification » ne se limitait pas à la reproduction d’images et incluait également l’usage des noms de personnages et d’écrivains pour mettre en valeur des produits de consommation courante tels que vêtements et chapeaux, aspects ignorés de la réflexion du philosophe.

53Le commerce d’objets divers usant de références littéraires confirme néanmoins son hypothèse selon laquelle il existerait un intérêt à posséder et à conserver par devers soi des images et des objets copiés puis reproduits en série. Pour Benjamin, faire en sorte que les choses « soient plus proches » constituerait une préoccupation majeure des « masses modernes » : « Chaque jour, écrit-il, le besoin se fait plus impérieusement sentir de se saisir de l’objet dans la plus intime proximité, dans l’image, ou plutôt dans son reflet, dans la reproduction. » (Benjamin 2013, 33)

  • 24 Antoine de Baecque, dans « Préface – L’Art des ravages », commente ainsi le passage de la valeur de (...)

54Le remplacement de la « valeur de culte » par la « valeur d’exposition », définies en fonction de leur réception (œuvres peu visibles et associées à l’idée de mythe versus œuvres très visibles présentées pour leurs attributs esthétiques et destinées aux masses), aboutirait à un étiolement de l’aura, perçu comme une perte ou une dévalorisation – même si Benjamin n’a jamais émis de jugement de valeur sur la question. Les données dont nous disposons ne nous permettent pas de tirer de conclusions quant à la réception des objets ou aux motivations de ceux qui avaient décidé d’acheter ou de conserver des artefacts, portraits ou images faisant allusion à des œuvres littéraires. On peut toutefois émettre l’hypothèse de l’existence d’une relation réciproque entre ces objets et leur acquéreur : il les trouvait beaux et leur attribuait une valeur esthétique24, et/ou ils lui rappelaient des émotions liées à des romans, des pièces de théâtre ou des poèmes, échappant ainsi tout autant à la « valeur de culte » qu’à la seule « valeur d’exposition ».

55Le phénomène ici décrit ressemble fort à un processus de banalisation de la littérature, réduite à l’état de marchandises, à des commérages et des phrases toutes faites, le plus souvent déformées et détournées de leur contexte original. Au sein d’un processus de disjonction et de condensation, les œuvres et les auteurs se transforment en marques et en objets publicitaires qui n’ont plus rien de littéraire. « Paul et Virginie » n’est qu’une expression évoquant un couple d’amoureux et Faublas le symbole d’un comportement sexuel répréhensible. George Sand est une femme aux attitudes moralement douteuses et Zola un nom associé aux aspects les plus triviaux de la vie. Don Quichotte et Gil Blas fournissent pour leur part leur lot de paraboles et proverbes pour évoquer des situations diverses de la vie quotidienne.

56Pourtant, il s’agit aussi d’usages qui témoignent de la valeur positive attribuée à la littérature, sans que la lecture des textes ne constitue un prérequis. Des romans, des pièces de théâtre et des poèmes suscitaient suffisamment d’admiration pour faciliter la vente de marchandises, la compréhension et l’interprétation de faits et gestes ordinaires, mais également pour attirer l’attention sur des événements plus ou moins insignifiants de la vie de leurs créateurs. L’association faite entre des produits et des compositions littéraires ou des écrivains semble avoir fonctionné comme une stratégie commerciale de valorisation grâce au transfert du prestige de la littérature vers des objets triviaux.

57L’identification de ces formes de contact avec le fait littéraire est tout à fait utile aux historiens de la littérature qui souhaitent comprendre le XIXe siècle brésilien, à savoir une époque de faible alphabétisation et d’accès relativement restreint aux livres, mais durant laquelle la littérature connut une véritable diffusion sociale. Ainsi, la participation à la culture littéraire pouvait-elle emprunter différents chemins sans impliquer nécessairement la lecture des textes. Elle passait par des références littéraires dans une conversation, l’accès par la presse à des nouvelles concernant les écrivains et leurs œuvres, ainsi que l’acquisition d’objets les plus variés. Un bonnet Castro Alves ou un chapeau Flaubert n’aurait eu aucune valeur ajoutée aux yeux de personnes qui n’auraient jamais entendu parler de Castro Alves ou de Flaubert. À l’inverse, il était possible de connaitre ces auteurs et de s’intéresser à des produits portant leur nom sans avoir jamais lu aucune de leurs œuvres. Il suffisait de les évoquer dans les discours et conversations, ou encore d’avoir vu leur portrait sur des images ou d’avoir entendu parler de tel ou tel détail de leur vie privée.

58Les étiquettes, les produits et les images diffusaient les références littéraires auprès des masses populaires, ce dont témoignent les paquets de cigarettes, produits bon marché et de consommation courante s’il en est, sur lesquels on réservait une place de choix à des œuvres comme O Sertanejo, A Moreninha ou Iracema. Leurs fumeurs n’avaient, le plus souvent, aucune connaissance de ces romans, ils partageaient néanmoins des références littéraires en circulation dans la société lettrée.

  • 25 Une recherche avec les termes « Roméo et Juliette » sur le site Joconde, qui réunit des images et d (...)
  • 26 Voir https://www.pinterest.co.uk/pin/368028600777824974 (consulté le 3 janvier 2018).

59D’après les histoires littéraires traditionnelles, la diffusion des romans a aidé à créer et à disséminer le sentiment national, outre qu’elle a joué un rôle important dans l’intégration du pays. Elles oublient néanmoins de prendre en considération que les cigarettes, les vêtements ou les portraits ont également participé, d’une manière sans doute non négligeable, à ce processus par la création d’une communauté de références partagées. Il ne faudrait toutefois pas les voir comme exclusivement liées à un imaginaire national (ainsi que l’a supposé Benedict Anderson) (Anderson 1991), mais plutôt comme des communautés globales ou, pour le moins, occidentales. Si acquérir un bonnet Castro Alves ou des cigarettes Gonçalves Dias pouvait témoigner de la volonté d’être plus intimement lié à ses compatriotes et à son pays, posséder des statuettes Paul et Virginie, des fume-cigarettes Nana ou des cigarettes Rocambole renvoyait à d’autres horizons. L’échantillon de journaux et de revues étudiés a révélé que la présence de ces objets, ainsi que la diffusion de nouvelles sur les célébrités et l’utilisation de citations littéraires, se retrouvaient dans l’ensemble du Brésil et ne se limitaient pas à la Cour ou aux grands centres urbains. De plus, ce n’était en rien une spécificité brésilienne. À titre d’exemple, l’entreprise de cigarettes John Player & Sons, sise à Nottingham en Angleterre, avait créé une série de paquets avec des représentations de personnages issus des romans de Charles Dickens ou renvoyant aux titres de ses nouvelles, comme David Copperfield, Oliver Twist, Old Curiosity Shop ou Pickwick Papers. À la même époque, des images de Roméo et Juliette étaient reproduites en France sur les étiquettes des produits les plus divers25. En Allemagne, la société Liebig avait, quant à elle, lancé une série de six emballages faisant allusion à Paul et Virginie pour ses bouillons, avec une image au centre et une légende en-dessous précisant le passage du roman évoqué26. De son côté, une entreprise allemande installée en Uruguay produisait pour le marché européen des conserves de viande dont les emballages résumaient l’intrigue d’un roman français, érigé en référence culturelle accessible à des personnes de différentes origines et conditions sociales.

60Rien de tout cela n’est présent dans les histoires conventionnelles de la littérature, enfermées dans le cadre de la nation et peu sensibles à la circulation transnationale des imprimés, des objets et des références. Des recherches récentes ont néanmoins abordé ces sujets (Abreu 2016 ; Levin & Poncioni 2018 ; Granja & Luca 2018), y compris pour attirer l’attention sur la présence d’objets dérivés de la littérature française au Brésil (Catharina 2016), un aspect développé dans cet article, mais qui mériterait plus d’attention encore de la part de ceux qui souhaitent comprendre la pénétration de la littérature dans la vie sociale.

61De la même manière, l’étude ici présentée entend faire avancer les recherches les plus récentes sur les célébrités littéraires en montrant que l’extension du phénomène allait bien au-delà de l’Europe, et que quelque chose de semblable avait également eu lieu au Brésil. Cet intérêt pour les écrivains et leur vie privée n’a que peu à voir avec le traitement qui en est fait dans les histoires littéraires classiques où, au-delà de quelques rares informations biographiques, on souligne plutôt l’engagement politique des auteurs et leurs activités dans le milieu cultivé de l’époque.

62Peut-être que le principal point de friction avec l’histoire littéraire traditionnelle – voire avec des travaux plus récents, parfois – tient à l’attention presqu’exclusive portée aux textes. Ceux-ci perdent en effet de leur centralité lorsqu’on constate à quel point des images peuvent condenser des récits entiers, comment des noms de personnages et des scènes données se distinguent des œuvres elles-mêmes au point de devenir autonomes vis-à-vis de l’intrigue, et surtout que le travail sur le langage réalisé par l’auteur peut s’effacer devant l’attention portée à l’histoire et aux personnages. Sans reléguer au second plan les textes dans les études littéraires, il convient néanmoins de s’intéresser à leurs multiples appropriations et à la portée sociale qu’ils acquièrent, aspect échappant encore à ceux qui ne regardent que l’œuvre elle-même. La prise en compte de ces éléments enrichirait certainement notre compréhension du passé et de la relation qui s’est établie avec la littérature.

63Finalement, la formule « texte et contexte », telle qu’on l’entend dans les histoires traditionnelles, semble assez peu pertinente au vu de ce qu’a pu être la relation avec la littérature occidentale au XIXe siècle. Comme l’a bien dit Robert Darnton dans le texte qui sert d’épigraphe à cet article, l’expérience réelle de la littérature dans le passé leur échappe. Pour se tenir au plus près de ce qu’aurait été cette expérience, il convient de voir à quel point la littérature imprégnait la réalité sociale du XIXe siècle. Elle était source d’exemples et d’arguments (encore que le plus souvent déformés par rapport au texte original) dans les débats et les réflexions de la vie courante, elle était présente dans des gestes aussi banals qu’habiller un enfant ou fumer une cigarette, et la vie privée des écrivains faisait l’objet d’une grande curiosité, même de la part de ceux qui n’avaient jamais lu aucune de leurs œuvres.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Márcia. 2003. « Letras, belas-letras, boas-letras. » In História da literatura: o discurso fundador, dirigé par Carmen Zink Bolognini, 11-70. Campinas: Mercado de Letras/FAPESP.

Abreu, Márcia. 2008. « Introdução: Literatura e História – presença, leitura e escrita de romances. » In Trajetórias do romance: circulação, leitura e escrita nos séculos XVIII e XIX, dirigé par Márcia Abreu, 11-19. Campinas & São Paulo: Mercado de Letras & Fapesp.

Abreu, Márcia. 2014. « Problemas de história literária e interpretação de romances. » Todas as Letras – revista de língua e literatura 16 (2): 39-52.

Abreu, Márcia, dir. 2016. Romances em movimento: a circulação transatlântica dos impressos (1789 -1914). Campinas & São Paulo: Editora da Unicamp & Fapesp.

Abreu, Márcia. 2017. « Fiction as an Element of Cultural Connection. » In The Transatlantic Circulation of Novels between Europe and Brazil, 1789-1914, dirigé par Márcia Abreu, 1-12. Londres: Palgrave MacMillan.

Abreu, Márcia & Ana Cláudia Suriani da Silva. 2016. The Cultural Revolution of the Nineteenth Century – Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World. Londres: I. B. Tauris.

Anderson, Benedict. 1991 [1983]. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Revised and extended edition. Londres: Verso.

Baecque, Antoine de. 2013. « Préface – L’art des ravages » In L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, de Walter Benjamin, 5-13. Paris : Éditions Payot & Rivages.

Barthes, Roland. 1968. « La mort de l’auteur. » Mantéia 5 : 12-17.

Benjamin, Walter. 1936. « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée. » Zeitschrift für Sozialforschung 5 (1) : 40-68. Paris : Félix Alcan [Cette version très fautive a été corrigée dans une version allemande de 1939 qui a servi de base à la traduction française de référence (2013) : L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique (1939). Paris : Payot].

Catharina, Pedro Paulo Ferreira. 2000. « Clichés littéraires et enseignement du FLE. » In De la diversité. Dialogues et cultures 44 : 123-130.

Catharina, Pedro Paulo Ferreira. 2016. « Circulação e permanência da literatura naturalista francesa no Brasil (1850 – 1914). » In Romances em movimento, dirigé par Márcia Abreu, 307-336. Campinas: Editora da Unicamp.

Celso, Affonso. 1888. Marcas industriaes e nome commercial. Lei n. 3316 de 11 de outubro de 1887 e Regulamento n. 9828 de 31 de dezembro de 1887. Rio de Janeiro: Imprensa Nacional.

Chartier, Roger. 1985. « Du livre au lire. » In Les pratiques de la lecture. Paris : Editions Rivages.

Chartier, Roger. 1997. « Crítica textual e história cultural – o texto e a voz, séculos XVI-XVII. » Leitura: teoria & prática 15 : 67-75.

Chartier, Roger. 1998. « Histoire et littérature. » In Au bord de la falaise. L’histoire en certitude et inquiétudes, 321-343. Paris : Albin Michel.

Chartier, Roger. 2000. « Qu’est-ce qu’un auteur ? Révision d’une généalogie. » Bulletin de la Société Française de Philosophie 94 (4) :1-37.

Darnton, Robert. 1996. The Forbidden Best-Sellers of Pre-Revolutionary France. New York: Norton.

Driessens, Olivier. 2013. « The Celebritization of Society and Culture: Understanding the Structural Dynamics of Celebrity Culture. » International Journal for Cultural Studies 16 (6): 641–657.

Foucault, Michel. 1969. « Qu’est-ce qu’un auteur ? » Bulletin de la Société française de philosophie 3 : 73-104.

Grangeiro, Candido Domingues. 2000. As artes de um negócio: a febre photographica – São Paulo 1862-1886. Campinas: Mercado de Letras.

Granja, Lucia & Tania de Luca. 2018. Suportes e mediadores: a circulação transatlântica dos impressos (1789 -1914). Campinas & São Paulo: Editora da Unicamp & Fapesp.

Heineberg, Ilana. 2004. « La suite au prochain numéro : formation du roman-feuilleton brésilien à partir des quotidiens Jornal do commercio, Diário do Rio de Janeiro et Correio Mercantil (1839-1870). » Thèse de doctorat en études lusophones/littérature brésilienne. Paris : Sorbonne nouvelle.

Jaques, Zoe & Eugene Giddens. 2013. Lewis Carroll´s Alice’s Adventures in Wonderland and Through the Looking-Glass: a Publishing History. Farnham & Burlington: Ashgate.

Kalifa, Dominique, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty & Alain Vaillant, dir. 2011. La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle. Paris : Nouveau Monde éditions.

Kalifa, Dominique & Marie-Ève Thérenty, dir. 2015. Les Mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations. Disponible sur : http://www.medias19.org/index.php?id=17039 (consulté le 29 novembre 2018).

Lanson, Gustave. 1894. Histoire de la littérature française. Paris : Hachette.

Levin, Orna Messer & Cláudia Poncioni. 2018. Deslocamentos e mediações: a circulação transatlântica dos impressos (1789 -1914). Campinas & São Paulo: Editora da Unicamp & Fapesp.

Lilti, Antoine. 2014. Figures publiques – l’invention de la célébrité (1750-1850). Paris : Fayard.

Lyon-Caen, Judith. 2003. « Histoire littéraire et histoire de la lecture. » Revue d’histoire littéraire de la France 103 : 613-623. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2003-3-page-613.htm (consulté le 27 mai 2019).

McDayter, Ghislaine. 2009. Byromania and the Birth of Celebrity Culture. Albany: State University of New York Press.

Mendes, Leonardo. 2018. « Zola as Pornographic Reference in Late Nineteenth-Century Brazil. » Excavatio XXX. Disponible sur : https://sites.ualberta.ca/~aizen/excavatio/articles/v30/Mendes.pdf (consulté le 27 mai 2019).

Mizukami, Pedro Nicoletti. 2007. Função social da propriedade intelectual: compartilhamento de arquivos e direitos autorais na CF/88. Dissertation de mestrado en droit. São Paulo : Université catholique de São Paulo (PUC-SP).

Mollier, Jean-Yves. 2001. La lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle. Paris : PUF.

Mollier, Jean-Yves. 2003. « Histoire culturelle et histoire littéraire. » Revue d’histoire littéraire de la France 103 : 597-612. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2003-3-page-597.html (consulté le 27 mai 2019).

Rezende, Livia Lazzaro. 2003. Do projeto gráfico ao ideológico: a impressão da nacionalidade em rótulos oitocentistas brasileiros. Dissertation de mestrado en arts et design. Rio de Janeiro : Université catholique de Rio de Janeiro (PUC-RJ).

Rio, João do. s/d [1909]. O Momento Literário. Rio de Janeiro: Garnier.

Sainte-Beuve. 1992. Pour la critique. Paris : Gallimard.

Simões Júnior, Alvaro Santos. 2014. « Retratos e poemas de O Álbum (1893-1895) de Artur Azevedo. » In Estudos de literatura e imprensa, 91-112. São Paulo: Editora UNESP.

Thérenty, Marie-Eve. 2007. La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle. Paris : Seuil.

Turner, Graeme. 2004. Understanding Celebrity. Los Angeles: Sage.

Haut de page

Notes

1 « Chemins du roman » et « Circulation transatlantique des imprimés ». Plus d’une dizaine de chercheurs brésiliens et étrangers ont participé à ces projets, qui ont abouti à la rédaction des ouvrages suivants : Trajetórias do romance: circulação, leitura e escrita nos séculos XVIII e XIX (Abreu 2008) ; Romances em movimento (Abreu 2016) ; The cultural revolution of the nineteenth century – theatre, the book-trade and reading in the transatlantic world (Abreu & Silva 2016) ; The transatlantic circulation of novels between Europe and Brazil, 1789-1914 (Abreu 2017) ; Suportes e mediadores (Granja & Luca 2018) ; Deslocamentos e mediações (Levin & Poncioni 2018).

2 Voir http://fenimoreartmuseum.blogspot.com/2010/04/relive-adventure-right-in-your-own-home.html (consulté le 6 janvier 2018).

3 Voir http://smallnotes.library.virginia.edu/2015/06/16/slavery-and-abolition (consulté le 6 janvier 2018).

4 Les objets dérivés de l’œuvre de Carroll ont été étudiés par Jaques & Giddens (2013). Les images peuvent être vues sur le site http://www.brightontoymuseum.co.uk/index/Alice_Through_the_Looking-Glass_biscuit_tins_(Jacobs_Biscuits) (consulté le 6 janvier 2018).

5 Rapport rédigé à Lisbonne le 31 août 1797 par João Guilherme Christiano Müller. Real Mesa Censória. Caixa 144, 1797, set, 4.

6 Un tel usage (et bien d’autres) de références littéraires pour nommer des marchandises a été étudié par Pedro Paulo Ferreira Catharina (2016).

7 La Collection Brito Alves, de la Fondation Joaquim Nabuco, réunit des dizaines de paquets de cigarettes. Ils sont consultables en ligne sur www.dominiopublico.gov.br (consulté en décembre 2017).

8 Le décret nº 2862 du 23 octobre 1875 est reproduit dans son intégralité dans Rezende (2003).

9 Sur les droits d’auteur, voir le code pénal de 1890, titre XII, chapitre V, « Des crimes contre la propriété littéraire, artistique, industrielle et commerciale ». La propriété des marques industrielles et des dénominations commerciales avait quant à elle été définie en 1887. Voir Celso (1888) et Mizukami (2007).

10 Antoine Lilti (2014, 15) pense que « la célébrité est apparue au cours du XVIIIe siècle, dans le contexte d’une profonde transformation de l’espace public et des premiers développements de la commercialisation des loisirs. La culture de la célébrité a connu, depuis, un développement considérable, proportionnel à l’expansion de la sphère médiatique. » Olivier Driessens (2013, 641-657) considère que l’un des traits distinctifs de la culture de la célébrité est l’attention portée à la vie privée des gens connus. Graeme Turner (2004) ajoute que l’une des caractéristiques de la « célébrité » réside dans le fait que la personne publique dépasse l’œuvre. Ghislaine McDayter (2009) pense que la célébrité véritable apparaît lorsque la figure de l’écrivain éveille par elle-même la curiosité des lecteurs, sans nécessairement impliquer un intérêt particulier pour ses œuvres. Driessens (2013) souligne le rôle joué par la diffusion transnationale des imprimés dans la naissance et l’expansion de la culture de la célébrité.

11 En comparaison avec d’autres marchandises, les cigarettes étaient des produits bon marché. Par lot de mille, elles coûtaient 7 000 réis (soit 7 réis l’unité), tandis qu’un kilo de café torréfié valait 1 300 réis, un kilo de tabac à priser 1 000 réis, et un kilo de sucre blanc raffiné 400 réis. (O Paraybano, 9 janvier 1892, p. 4). Les prix montaient un peu lorsque les cigarettes étaient vendues en paquet de quelques unités. Un paquet de cigarettes Diplomata, d’un total de 25 g, coûtait 100 réis en 1890-1891, ce qui demeure bon marché. Source : Archives nationales de Rio de Janeiro, Industrie et Commerce, IC3 10.

12 En 1876, le photographe W. Bradley facturait 30$ pour des « portraits extra-grands », tout en signalant qu’ils « valaient 80$ à la Cour ». (A Provincia de São Paulo, 6 février 1876. Apud Grangeiro 2000)

13 L’Uscoque (O Pirata, feuilleton publié par Jornal do Commercio en 1841), La Dernière Aldini (A derradeira Aldini, feuilleton publié par Correio Mercantil en 1853-1854), Mont-Revêche (Mont Reveche, feuilleton publié par Diário do Rio de Janeiro en 1853-1854), L’Homme de neige (O homem de gelo, feuilleton publié par Jornal do Commercio en 1858), Le Marquis de Villemer (O Marquês de Villemer, feuilleton publié par Correio Mercantil en 1862) (Heineberg 2004).

14 Le Cabinet portugais de lecture de Rio de Janeiro possède plusieurs éditions des œuvres de George Sand en français et quelques-unes en portugais, comme Rosa e Branca, Lisboa, 1841 ; Indiana, Lisboa, 1845 ; Mauprat, Lisboa, 1846 ; Condessa de Rudolstad, Lisboa, 1849 ; Um rapto, Lisboa, 1859 ; et As Damas Verdes, Porto, 1863.

15 Par exemple, le répertoire d’une compagnie théâtrale de Recife était en grande partie constitué d’adaptations de romans, parmi lesquels Marquez de Villemer de George Sand. (Jornal do Recife, 1er mars 1876, p. 2).

16 La « bête ombrée (ou hombrée) » était un jeu de carte qui était, notamment, très populaire dans le Berry (NdT).

17 Disponible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49807k.pdf (consulté le 12 février 2018).

18 Disponible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113909f/f376.image (consulté le 12 février 2018).

19 Sainte-Beuve est à l’origine d’une vaste production critique entre 1824 et 1869. Pour un échantillon de ses travaux les plus pertinents, voir la compilation dirigée par José-Luis Diaz et Annie Prassoloff (Sainte-Beuve 1992).

20 Pedro Paulo Catharina distingue trois formes d’évocation des textes littéraires : la référence, à savoir « toute évocation directe, facilement reconnaissable, soit aux titres des textes littéraires, soit aux auteurs », l’allusion, comme « évocation indirecte, parfois voilée et difficile à cerner, jonglant parfois avec les sonorités et les jeux de mots », et la citation, soit des « transpositions d’un fragment de texte littéraire dans un texte non littéraire » (Catharina 2000, 125).

21 Jean-Baptiste Louvet de Couvrai a publié trois livres sur les exploits de Faublas : Les Amours du chevalier de Faublas (1787) ; Six Semaines de la vie du chevalier de Faublas (1788) ; La Fin des amours du chevalier de Faublas (1790). Ces ouvrages ont connu un important succès en Europe comme au Brésil, où circulèrent des traductions ainsi que des éditions françaises.

22 Le terme churinada pourrait constituer également une référence littéraire : c’est un mot d’argot utilisé afin de critiquer une personne ou une attitude ; il fait peut-être écho au personnage de Chourineur, dans Les Mystères de Paris, qui a tué un sergent et a passé 15 ans au bagne.

23 Caetano José da Silva Souto Maior a publié Martinhada: poema epico-obsceno, dedicado ao rmo. P.e M. e Martinho de Barros en 1849.

24 Antoine de Baecque, dans « Préface – L’Art des ravages », commente ainsi le passage de la valeur de culte à la valeur d’exposition : « Le musée déplace l’aura de l’œuvre : son spectateur ne la regarde plus comme un objet cultuel, ni même tel le symbole d’un pouvoir ecclésiastique, princier ou monarchique, mais comme un absolu du beau, une unité idéale. L’œuvre exposée devient belle : sa sacralité s’esthétise. » (Baecque 2013, 13)

25 Une recherche avec les termes « Roméo et Juliette » sur le site Joconde, qui réunit des images et des informations sur les collections des musées français, aboutit à plus de 50 résultats relatifs à des objets, gravures et tableaux. Voir http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr (consulté le 3 janvier 2018).

26 Voir https://www.pinterest.co.uk/pin/368028600777824974 (consulté le 3 janvier 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcia Abreu, « Au-delà des textes : présence de la littérature dans la vie sociale brésilienne au XIXe siècle », Brésil(s) [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4763 ; DOI : 10.4000/bresils.4763

Haut de page

Auteur

Márcia Abreu

Márcia Abreu est professeure de littérature brésilienne à l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals