Navigation – Plan du site

AccueilHors-séries2Le monde naturel du Minas Gerais ...

Le monde naturel du Minas Gerais : jardin des Hespérides ou paysages dévastés ?

Natureza mineira: Jardim das Hespérides ou paisagens devastadas?
The Natural World of Minas Gerais: Garden of the Hesperides or Desolate Landscape?
Laura de Mello e Souza
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Le territoire qui constitue aujourd’hui l’État brésilien du Minas Gerais ne fut occupé par les colonisateurs – tant portugais que métis, dans leur majorité venus de São Paulo – que dans les dernières décennies du XVIIe siècle. Jusqu’à cette époque, cette région avait été habitée par des Amérindiens et était restée isolées des zones côtières qui avaient été le théâtre, depuis le début du XVIe siècle, de l’invasion progressive des terres et de leur incorporation dans le dominium du Portugal. Cent ans plus tard, le Minas était devenu la plus importante contrée de l’empire portugais. Ce territoire où l’on avait découvert de l’or en quantité fabuleuse généra des représentations successives qui se nouèrent les unes aux autres. Dans les récits des contemporains, ici examinés, il est tantôt vu comme mythique, tragique, pratique ou affectif. Dans les mêmes textes s’exprime aussi la constante préoccupation de ces hommes pour la destruction du milieu naturel, dévasté par l’envahissement progressif des terres comme par les intempéries climatiques propres à cette région.

Haut de page

Notes de la rédaction

Vous pouvez retrouver la version en portugais de cette conférence.

Texte intégral

1À partir du dernier quart du XVIIe siècle et durant tout le XVIIIe, la région des Mines générales, le Minas Gerais, a joué dans les rêves et les pratiques des colons luso-brésiliens un rôle très particulier. Il était perçu comme un espace mythique pourvu d’abondantes richesses, un paradis terrestre, un Eldorado, l’univers d’aventures désirées mais également d’inconnus, d’obstacles infranchissables, de peurs. C’était un lieu où l’entreprise humaine pouvait transformer à son profit une nature à l’état brut, où l’or attendait dans le lit des rivières ou sur les pentes des collines dénudées par le feu. L’avidité des aventuriers consumait les forêts, sacrifiait les espèces et les groupes indigènes, repoussait les frontières du territoire. De ce même décor se nourrissait l’imagination lyrique des poètes arcadiens, les descriptions d’une nature où scintillaient les roches et les cimes des montagnes, où les esclaves noirs arrachaient le métal précieux de la terre ou des cours d’eau.

2De multiples perceptions de l’espace et de la nature se superposèrent à la réalité concrète du Minas Gerais, une région tardivement incorporée dans le territoire colonial. À dominante mythique, tragique, pragmatique ou encore affective, loin de se succéder dans le temps, elles coexistèrent et s’interpénétrèrent dans un mouvement de va-et-vient. Vivifiée par l’époque héroïque de la conquête, la dimension mythique persistait encore à l’époque de l’Inconfidência, tandis que forts de leur pragmatisme des hommes tels que le maître de camp Inácio Correia Pamplona, l’un des délateurs de la conspiration, menaient une conquête méthodique des maquis et des sertões, dans son cas celui de Bambuí à la frontière ouest du Minas Gerais. Parallèlement, la dimension tragique de l’occupation des premiers temps s’exprimait dans le poème Vila Rica, par lequel Cláudio Manuel da Costa institua, aux environs de 1774, la tradition historique de la capitainerie tout en confessant la dimension affective de sa relation à la terre d’origine, aux falaises et aux rochers austères qui abritaient son berceau natal. Il nous faudra toutefois savoir ici distinguer ces différentes conceptions et les aborder séparément. En les examinant l’une après l’autre dans leur relation au territoire mineiro, il est possible de mettre en évidence, dans un éventail disparate de témoignages écrits et visuels, la manière dont les acteurs de cette histoire cherchaient à rendre compte de la complexité et des vicissitudes de la conquête de ces nouveaux espaces qui s’ouvraient progressivement à la colonisation.

La dimension du mythe

3Le Minas Gerais est né sous le signe de l’Eldorado. La colonisation portugaise des Amériques, dès ses débuts, s’attacha à la quête des métaux précieux. L’attente s’intensifia encore après la découverte, en 1545, des mines d’argent de Potosi. Les premières incursions dans la région eurent pour but la mise en esclavage des populations indigènes mais, durant la seconde moitié du XVIIe siècle, les métaux et les pierres précieuses occupèrent de plus en plus l’esprit de ceux qui se risquaient en ces lieux jusqu’à ce que, aux environs de 1694, la nouvelle des premières découvertes d’or soit officiellement communiquée à la couronne portugaise. La mémoire et la tradition orale, ultérieurement incorporées aux premières histoires du pays, en attribuent la paternité à Fernão Dias Pais qui, en 1674, partit dans le sertão à la recherche d’émeraudes et ouvrit à cette occasion les chemins que suivront ses successeurs (Andrade 2008, 57-80). Le substrat mythique prit corps dans les légendaires montagnes de Sabarabuçu où se seraient trouvées les pierres recherchées et qui étaient déjà évoquées par les premiers chroniqueurs de la colonisation de différents lieux de l’arrière-pays brésilien dans des descriptions toujours teintées de merveilleux. En 1688, Sabarabuçu fut représentée sur le globe du moine Vicente Coronelli aux côtés du lac de Vupabuçu, offrant une base géographique au mythe. Ainsi se forgèrent les récits fantastiques qui accompagnèrent d’autres découvertes aurifères. Pour Goiás, les représentations de la Serra dos Martírios furent à l’origine de la tradition qui se perpétua parmi les Paulistes pendant des décennies.

4La Serra dos Martírios réunissait des éléments du mythe de l’Eldorado à ceux de l’histoire sacrée, et l’on pensait y voir clairement la couronne, la lance et les clous de la passion du Christ. Elle hanta l’imagination juvénile d’Antonio Pires de Campos et de Bartolomeu Bueno da Silva, o Moço, lorsqu’enfants, ils pénétrèrent dans le sertão avec leurs parents et fixèrent dans leur mémoire l’image des montagnes aperçues au loin. Devenus adultes, ils retournèrent dans la région – Pires de Campos en 1716 et Bartolomeu Bueno en 1722 – et, dans leur quête de la vision merveilleuse de leur prime jeunesse, jetèrent les bases de la découverte du Mato Grosso et de Goiás.

  • 1 Voir également Andrade (2008, 57-80).

5On trouve de nombreux exemples qui montrent que le sertão a pu, dans ce contexte, faire office d’école de vie. Comme l’écrivit bien plus tard un historien (Machado e Oliveira 1930, 249-250), une expédition réussie valait diplôme1. Le petit Garcia Rodrigues Pais avait entre 13 et 14 ans lorsqu’il accompagna son père, Fernão Dias, dans son expédition en quête d’émeraudes et, une fois adulte, il emmena lui aussi son fils dans ses voyages au sertão. L’enchantement des enfants explorateurs partant à la recherche de trésors avec leurs parents révèle très concrètement le caractère familial de ces entreprises (Andrade 2008, 160), mais revêt également une signification symbolique. On trouva longtemps encore des cas analogues. On croyait à l’époque que Dieu avait caché des terres afin qu’elles ne soient découvertes qu’à une époque donnée, comme par exemple au début du règne de Dom José I, en 1750.

  • 2 « Vila Rica », Canto Sexto (Costa 1903, 216).
  • 3 « Canto Genetlíaco » (Lapa 1960, 35).

6Les visions merveilleuses comme les caprices de la providence suggèrent la présence de mythes fondateurs aux origines de l’occupation du Minas Gerais. Ils attestent en outre de ce que les conceptions édéniques ne s’évanouissaient pas avec l’avancée de la colonisation mais servaient, au contraire, d’encouragement et d’appel au dépassement d’une frontière en mouvement. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les récits des expéditions dans le sertão parlaient d’accidents géographiques aussi étranges que mystérieux. C’était, par exemple, le cas bien connu du Prodigiosa Lagoa, un lac dont les eaux ne se mélangeaient pas à celles des rivières environnantes et repoussaient tout animal qui s’en approchait pour épancher sa soif (Anonyme 1925, 5, 6, 29). On trouve d’autres récits de lieux dissimulés et immaculés, de lacs dont la profondeur atteint des abîmes insondables et où les embarcations partent à la dérive en échappant au contrôle des hommes. Même si l’horizon des possibles n’a pas de limites en littérature, notre attention ne peut être qu’attirée par le fait que les poètes de l’Inconfidência firent aussi bien appel à des figures fantastiques et mythologiques qu’à la croyance en l’existence de richesses occultes. Pour décrire le milieu naturel dans le poème Vila Rica, Cláudio Manuel da Costa s’appropriait le Curupira des croyances indigènes et lui faisait révéler à Fernão Dias Pais les trésors jusqu’alors cachés aux autres Européens qu’il avait fait fuir avec son visage « si sombre et si laid2 ». Et Alvarenga Peixoto, dans Canto Genetlíaco, invoquait le contraste entre l’apparence primitive et disgracieuse de ces montagnes et leur capacité à conserver dans leurs « veines occultes » de grandes quantités d’argent, d’or et de pierres précieuses3.

7Si le topos du climat amène et salubre ne fut que rarement utilisé dans les écrits traitant du monde naturel du Minas Gerais, le saisissement provoqué par la variété de la faune et de la flore permit, quant à lui, nombre d’analogies avec le mythe du Paradis terrestre. On énumérait quantité d’oiseaux – aras, toucans, inséparables, perroquets – ainsi que des animaux inconnus en Europe tels que les jaguars, agoutis, pacas ou tamanduas, symboles d’une faune aussi abondante qu’étrange. De dimensions démesurées, les serpents – et principalement les boas et les anacondas – étaient presque vus comme des monstres (Rocha 1897, 516).

8Au début du XVIIIe siècle, la région nourrit une curieuse cosmogonie colportée par un colon qui s’y était rendu, Pedro de Rates Hennequim. Selon lui, le Paradis terrestre aurait été situé dans le Brésil central et il est couramment admis qu’il entendait par là le Minas Gerais. Le Déluge aurait épargné les lieux où se trouvaient « les fruits de l’arbre de vie, que sont les bananes allongées, et ceux de l’arbre de science, que sont les bananes courtes », sans compter la profusion d’autres produits de la nature, d’autres rivières et d’autres délices (Gomes 1997, 154-171). Arrêté, jugé et condamné pour hérésie par le Saint-Office, Hennequim périt selon toute vraisemblance sur le bûcher, mais des croyances comme les siennes se perpétuèrent dans les élucubrations mythiques que l’on retrouve jusqu’au tout début du XIXe siècle dans certaines édenisations tardives.

La dimension du tragique

  • 4 On trouve une description des différentes zones de végétation du Minas Gerais dans Diogo de Vasconc (...)
  • 5 Le distrito est une région en voie d’occupation.

9La vision tragique de cette nature remonte également aux premiers temps, lorsque commença à se constituer l’espace intérieur de la capitainerie. De nombreux récits suggèrent que le caractère montagneux de la région avait rendu difficile l’accès initial au Minas Gerais et intimidé les pionniers. Deux barrières naturelles considérables s’opposaient aux conquérants venus du littoral : la Serra do Mar puis celle de la Mantiqueira. Ce sont des amoncellements granitiques grisâtres et dénudées contrastant avec la végétation qui se glisse entre eux dans les dévers, les grottes et les vallées secondaires. Passés les deux massifs, on entrait dans des terres vallonnées à la végétation clairsemée, mais beaucoup plus accueillantes (Campos de Congonhas, Campos de Cataguazes) puis dans des zones plus fournies connues sous le nom de sertão do Caeté. Plus avant, au cœur du plateau, on tombait à nouveau sur une succession d’impressionnants escarpements, comme si les roches avaient été écorchées par des griffes géantes : on arrivait alors à la Serra do Espinhaço, également appelée Série de Minas, une zone généralement aurifère. Selon la belle formulation de Diogo de Vasconcelos, on pénétrait alors dans « le pays des sierras impénétrables, des fleuves gigantesques, des richesses minérales, des fauves et des monstres, une sorte de jardin des Hespérides gardé par des dragons.4 » Et c’est encore un peu plus loin dans les terres que fut découverte la région des diamants, où selon les mots d’un natif du district5, le minéralogiste Vieira Couto, la terre était admirablement hérissée « de roches à l’état pur qui se dressaient confusément dans tous les sens » (Couto 1905, 128).

10C’était là que se trouvait le Minas Gerais proprement dit, entouré d’impressionnants massifs montagneux et qui conserva longtemps encore ce caractère secrètement menaçant. On y avançait coincé entre falaise et ravin. Un cavalier ne pouvait se permettre de « faux pas, ni d’un côté ni de l’autre, au risque de dégringoler dans les abîmes » (Couto 1905, 89). Descendre ces montagnes effrayait les voyageurs. Ils craignaient de se retourner vers les compagnons de route qui arrivaient derrière eux en file tortueuse, « tous à pied avec les chevaux au bout de la longe ». Et d’ajouter : « [Ils] semblaient à l’aplomb au-dessus de nos têtes et, quelquefois, décrochaient et dégringolaient dans le ravin » (Id.).

  • 6 Cf. aussi Andrade (2008, 179).

11La traversée de ces massifs terrorisait les pionniers qui évoquaient des conceptions millénaires associant le relief vertical à la demeure d’êtres fantastiques, qu’ils soient bienveillants ou malfaisants. De l’Olympe des Grecs au jardin des Hespérides, en passant par les Alpes qui, dans la Rome antique, délimitaient l’une des frontières entre civilisation et barbarie, la montagne et le « sentiment de verticalité » qui lui était associé, s’était toujours imposée avec force à l’esprit des Européens depuis la Renaissance (Gal 2018, 23-63). Traverser une chaîne de montagne, c’était passer d’un espace à un autre, différent, et ce qu’on laissait derrière soi n’était pas nécessairement compensé par d’éventuelles conquêtes à venir. Pour fustiger l’appât du gain généralisé des spéculateurs des premiers temps du Minas Gerais, le jésuite Antonil avait choisi l’image de la montagne comme frontière entre un lieu où régnait encore le sens moral et un autre où il était ignoré : « Je viens ici pour vous dire que tous ceux qui sont passés de l’autre côté de la Serra da Mantiqueira y ont inhumé leur conscience ou l’ont laissée au porte-manteau. » (Antonil 1968, 422)6

12Les montagnes influençaient le climat : dans les hauteurs, il était tout sauf clément et malmenait le physique des hommes. Le froid y régnait jusque dans l’appellation de lieux comme le Serro Frio, mais l’attirance amenuisait la peur des dangers et forgeait le tempérament des aventuriers que la tradition dépeignait sous les traits mythiques des héros. À mi-chemin entre Héraclès et Prométhée, ils imposaient la culture sur la nature à l’état brut, « décharnant les montagnes, exploitant les falaises et courtisant le cœur de la terre pour lui soutirer ses richesses ».

  • 7 Toutes les citations de ce paragraphe et du précédent sont extraites du Códice Costa Matoso, Biblio (...)

13Pourtant, derrière la fascination l’adversité persistait. Le choc entre l’homme et la nature supposait « danger, faim, soif et travail ». Dans les premiers temps, le sertão répondait aux besoins de ceux qui s’y risquaient grâce au miel, à la chasse, à la pêche, aux fruits et aux racines. À mesure que la population se densifia les premières grandes disettes arrivèrent. Celles de 1697-98 puis de 1700-01 témoignèrent de manière dramatique du déséquilibre entre nombre d’habitants et ressources naturelles : les champs et les montagnes furent rapidement « désertés par le gibier et les vivres sylvestres, que le peuple grouillant avait détruits et consommés en pénétrant un peu partout ». Comme le disait un pionnier retournant à São Paulo après de multiples incidents : « la faim n’a pas de loi7 ». Elle affligeait principalement les expéditions de retour regagnant aussi rapidement que possible leurs villages d’origine (Andrade 2008, 207 ; Kok 2005 ; Zemella 1998). Et en ces temps d’itinéraires vagues et imprécis, voire simplement transmis de bouche à oreille, il existait toujours le risque de se tromper de chemin : la troupe du bandeirante Anhanguera, qui s’était perdue sur un grand plateau « sans végétation ni vivres » avec plus de quarante personnes, Blancs et Noirs confondus, périt d’inanition (Kok 2005).

  • 8 Relatório decenal à Sé Romana – Sagrada Congregação do Concílio de Trento – 1757. Traduction du Pèr (...)

14Le climat de la capitainerie était un autre défi. Durant le premier quart du siècle, le gouverneur et comte d’Assumar, dans un passage devenu célèbre, lui attribua l’esprit rebelle des habitants de la région. Il disait que le ciel, toujours nuageux, ne s’établissait jamais au beau fixe, que tout était froid sauf le vice qui, quant à lui, était des plus ardents. Ce climat provoquait même des émeutes qui, dans le Minas, étaient devenues « naturelles », car « l’or a pour propriété et vertu […] de porter sur les nerfs de ceux qui habitent les lieux où il se terre ». « Désespérant climat, abominable Minas, où la loyauté est vénale et où la foi la plus pure est mise à rude épreuve ! » vociférait encore Assumar (1898, 8-9, 89). D’autres après lui virent également dans cette région une « géographie des vices », comme l’évêque Dom Frei Manuel da Cruz qui, dans son rapport décennal au Saint-Siège de 1757, associait le relief accidenté et l’immoralité des chercheurs d’or8.

15L’inconstance du climat se manifestait également dans les violents caprices des eaux. Vila do Ribeirão do Carmo [Ville du ruisseau du Carme], qui fut élevée en 1745 à la condition de siège de l’évêché de Minas sous le nom de Mariana, eut beaucoup à souffrir des débordements de la rivière qui lui donnait son nom. Elle emportait régulièrement ponts et habitations. À partir de 1737, l’inondation se répéta année après année. Les descriptions d’une ville dévastée, dont l’église était prête à s’effondrer, y répondirent avec autant de régularité (Damasceno Fonseca 2004, 47-63).

  • 9 « Colleção das Memórias archivadas pela câmara da villa do Sabará », Revista do Instituto Histórico (...)

16En 1746, Sabará fut également détruite par le cours d’eau qui la traversait. Le souvenir s’en perpétua jusqu’à ce qu’une autre catastrophe, pire encore, ne survienne en 1807. Depuis sa source, le Rio das Velhas emporta ponts et maisons construits sur ses rives. Il inonda les quartiers les plus en aval, affaiblissant leurs édifices. L’événement « provoqua une telle peur parmi la population » que les uns tentèrent de se sauver à la nage et les autres « par les toits, ou encore dans des baquets de bois, au milieu des cris de désespoir9 ».

  • 10 Carta do Juiz Ordinário de São João del Rei, José de Lima de Noronha, ao conde de Valadares. Biblio (...)
  • 11 BNRJ, SMs, gavetas, 18, 3, 7.

17Dans les forêts et les champs, les averses diluviennes étaient de perpétuelles causes d’accidents mortels. À la saison des pluies, on évitait de pénétrer trop avant dans les terres, le passage des rivières devenant un risque fatal et le volume des eaux prolongeant à l’excès les voyages10. Un soldat raconte comment le courant l’avait poussé jusque dans un trou, détruisant son escopette et lui infligeant des blessures sur tout le corps11. De la plume du savant José Vieira Couto nous vient le récit impressionnant d’une tempête qui le surprit avec sa suite dans les environs du Rio Parauninha. De gros nuages courraient dans le ciel et, de toutes parts, les eaux dévalaient la montagne et faisaient disparaître le chemin. La lumière du jour s’évanouit avant l’heure et chacun dut allumer une bougie. « Aussi bien ceux à pied qu’à cheval, tous [étaient] avec des lumières qui brillaient dans l’obscurité. » Cette troupe « marchant en un long cortège » qui traversa la rivière, « déjà grosse et écumante », fut à ses yeux un « funèbre spectacle » (Couto 1905, 126).

  • 12 « Carta Geográfica de Minas Gerais », Seção de Iconografia, BNRJ, Arc. 4-6-38.
  • 13 Carta de João Pinto Caldeira, mestre-de-campo interino, a Valadares – 14/11/1770, BNRJ, SMs, 18, 2, (...)

18Outre le relief, le climat froid et nuageux, les fortes pluies et les rivières difficiles à traverser, il y avait le « sertão » ! L’une des cartes attribuées à José Joaquim da Rocha, pendant le dernier quart du XVIIIe siècle, le décrivait comme un territoire « inculte, jusqu’à la mer ». Souhaitant délimiter les confins de la capitainerie en direction du nord-est, le cartographe s’était incliné devant l’absence des limites ou leur méconnaissance. Il avait rendu les armes devant cette immensité12. Sertão revêche et sans vivres, hostile et oppressant, aux chemins impraticables, ré-ensauvageant les terres cultivées aussitôt les récoltes faites. Sertão traître et imprévu, aux clairières occupées par les quilombos des esclaves fugitifs, aux maquis servant de cachette à de farouches Indiens guettant les conquérants désorientés. Sertão pestilentiel, infesté de fièvres qui tuaient encore dans les environs de Vupabuçu à la fin du XVIIIe siècle13.

19Le sertão était non seulement un espace multiforme mais aussi une notion complexe. C’est ce qu’a tenté d’expliquer le naturaliste français Auguste de Saint-Hilaire dans le premier quart du XIXe siècle. Il ne parlait pas de fragmentation politique du territoire, mais plutôt de celle, vague et bien établie, « déterminée par la nature particulière du pays et surtout par la fragilité de la population ». Le sertão occupait quasiment la moitié du territoire du Minas, notamment les terres les plus nues, tandis que du côté de l’Espírito Santo, il était recouvert de forêts impénétrables (Saint-Hilaire 1830, vol. 2, 299-301).

  • 14 Cartas de Pamplona a Valadares, BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 108 ; « Notícia diária e individual das m (...)

20Tous les documents de l’époque expriment un même sentiment de désarroi face à cette entité géographique, à cette sorte de « personnage ». « Dans le sertão, tout n’est que doutes », disait Inácio Correia Pamplona dans une lettre au gouverneur de la capitainerie datée du 15 novembre 1769. C’était pendant la conquête de Bambuí et de Picadas de Goiás, lors d’une expédition belliqueuse à laquelle il participait14. Même avec un itinéraire précis et toutes les recommandations qui l’accompagnaient, le risque était grand : le sertão était insidieux, se refermait sur lui-même, repoussait l’envahisseur, le recrachait vers les terres civilisées ou le déchiquetait dans d’épais enchevêtrements d’arbres et de lianes. Si l’on n’était pas familier des forêts locales, il était impossible d’affronter les tribus de gentils qui y vivaient, friandes d’embuscades et détentrices d’un « savoir indiciaire » leur permettant de sillonner les maquis et de mener la guerre contre le Blanc (Ginzburg 1979 ; Holanda 1957).

21En 1768, les pionniers qui exploitaient le minerai du côté du chemin de Rio de Janeiro envoyèrent une requête au gouverneur lui demandant une plus grande flexibilité de la Couronne vis-à-vis des découvertes réalisées dans la région en raison des risques importants liés aux Indiens, aux jaguars et au « bêtes qui fréquentent ces parages ». La nature pouvait ainsi devenir une monnaie d’échange en vue de l’obtention de divers avantages.

  • 15 Carta do Juiz Ordinário da Vila do Príncipe Manuel Jacome Soeiro a Valadares, 7/02/1769. BNRJ, SMs, (...)

22Et ce n’était pas tout. Parmi la « plèbe du sertão », là où se lézardait le contrôle social, les crimes étaient légion, car on n’y craignait ni la loi de Dieu ni celles du Royaume. Le bruit courait à l’époque que la justice n’entrait pas dans le sertão du Minas qui était devenu « le refuge de tous les coupables de crimes comme de dettes », un espace de marginalité et de déclassement15. La rudesse des déplacements et la difficulté à apprivoiser le sertão étaient à même de dénaturer l’homme.

  • 16 Référence citée sur la base d’Amantino (2008, 37).

23Et il y avait aussi les bêtes. Dans les zones frontalières, elles perdaient leurs attributs naturels et se transformaient en monstres. En 1769, dans les environs du Rio Doce, une délégation s’était rendue au bord d’un grand lac sur les rives duquel d’étranges empreintes avaient été découvertes16. Le lointain Rio Urucuia était « effroyable de par la variété de bêtes qu’il nourri[ssait] : […] des caïmans aux dimensions inattendues […] des anacondas trop longs et trop gros », qui attaquaient les embarcations traversant la rivière et les faisaient chavirer (Rocha 1897, 514-515).

La dimension pratique

24Pour permettre l’exploitation économique de ces terres, il fallait d’abord dompter la nature, la connaître, la représenter, la transformer. Les cartes, les itinéraires, les noms donnés aux reliefs et aux points de référence – des noms indigènes, des noms de saints, des noms indiquant simplement les activités qu’on y pratiquait –, ainsi que les chemins qui traversaient les forêts ou encore les ponts qui enjambaient les rivières correspondaient aux efforts de l’homme pour contrôler cette terre. Ce savoir pratique était né lors de la conquête du Minas et s’était déployé tout au long du troisième quart du siècle.

  • 17 Pour une typologie intéressante des différents itinéraires, voir l’analyse suggestive d’Andrade (20 (...)
  • 18 « Mapa da capitania de Minas Gerais com a divisa de suas comarcas » BNRJ, ARC 18-5-9. Voir Avila (...)

25Dans l’élaboration des itinéraires et des cartes comme dans la mise en mémoire des informations oralement transmises, il semble que le rôle décisif fut dévolu aux Indiens, aux quilombolas et plus généralement à tous ceux qui sillonnaient ces terres, habitués comme personne au sertão et capables d’interpréter le moindre indice qu’un regard profane aurait ignoré17. Dans la seconde moitié du siècle, lorsque l’effort de contrôle de la nature et de délimitation des frontières de la région prit la forme d’un véritable programme, les cartes se multiplièrent et devinrent plus précises. C’est en 1778 que commença à circuler la célèbre carte de José Joaquim da Rocha, sur laquelle il avait si longtemps travaillé18. C’est là qu’on trouve pour la première fois la division du territoire en quatre circonscriptions, les frontières extérieures, les légendes indiquant les villes, hameaux, paroisses, chapelles, fazendas, routes, communautés indigènes, postes de garde et cantonnements de soldats. On y trouvait également représentés les lieux fréquentés par les de bonnes mœurs (morigerados) qui travaillaient la terre, allaient à la messe, occupaient des fonctions administratives. Il ne fallait pas confondre ces emplacements avec ceux fréquentés par les Indiens, même acculturés. Ainsi, il devenait plus aisé de contrôler la circulation des biens et des personnes : les patrouilles disposaient de ces informations représentées.

26À la même époque, des récits détaillés sur la capitainerie commencèrent à circuler. Ce fut le cas de Fundamento Histórico ao Poema Vila Rica de Claudio Manuel da Costa qui fixa en 1774 une certaine tradition à propos de l’exploitation de la nature dans le Minas, ou encore de Memória du militaire et ingénieur portugais José Joaquim da Rocha qui établit dans un langage vif et coloré un bilan de l’histoire et des activités économiques de la région. Peu après, sous l’influence évidente de l’Académie royale des sciences de Lisbonne et de son programme, des hommes comme José Elói Ottoni et José Vieira Couto produisirent des œuvres au caractère beaucoup plus pratique et scientifique décrivant la faune et la flore, ainsi que les limites et les accidents géographiques, afin de permettre une exploitation plus efficace et plus appropriée du territoire. La correspondance administrative révélait des conceptions « civilisatrices » et c’est à cette époque que se multiplièrent les plans et documents exposant minutieusement les étapes à suivre pour la « conquête » des régions encore inexplorées. Des poèmes exprimèrent la tension entre le monde des colons et celui des Indiens, à l’instar de Vila Rica de Cláudio Manuel da Costa, qui fit sienne la vision dominante parmi les colonisateurs et exalta le triomphe inéluctable de la civilisation sur la barbarie. Ce type de regard jetait évidemment un voile sur l’autre côté de la pièce, celui de la neutralisation et, si nécessaire, de la destruction des Indiens.

27Divers témoignages faisaient état de l’ordonnancement toujours plus rationalisé du monde naturel. Ils décrivaient le terrassement des collines et des berges des rivières, la mise en concession des terres incultes pour disposer « de vivres en abondance ». On y énumérait les types de cultures. On soulignait qu’il existait des régions, comme celle du Rio das Mortes, où les cultivateurs étaient au moins aussi nombreux, voire plus, que les mineurs. On confirmait les bons résultats obtenus dans la domestication de la nature par le labeur agricole. On se demandait à quoi pourrait bien servir l’or d’un homme bien établi dans une maison décente protégée par des bosquets et d’où l’on pouvait voir s’étendre, par la fenêtre, « des plaines verdoyantes aux cultures abondantes ». Le paysage dur et tragique cédait le pas à des « campagnes pleines d’animaux domestiques remplissant l’air de poussière et de mugissements » (Guimarães & Reis 1986, 7-27 ; Carrara 2010 ; Meneses 2000 ; Coelho 1903, 556, 452, 460, 478 ; Couto 1905, 83).

  • 19 BNRJ, S, Ms., 1, 4, 1, Correspondência de Valadares, fls. 33-V.

28Dans un monde toujours plus dominé par l’idéal d’une nature subjuguée, les plantes et les animaux devaient être catalogués et les possibilités de leur exploitation pratique, voire scientifique, étudiées. En 1772, le gouverneur Valadares ordonna aux membres d’une expédition dans l’arrière-pays qu’ils lui remettent le plus rapidement possible les « graines de toutes les essences rencontrées, les résines et les racines accompagnées de quelques petits troncs avec feuilles, fruits et fleurs ». Méthodique, il avait défini la manière dont devraient être conditionnés les échantillons : « Il est certain qu’ils n’arriveront pas verts, il suffira de les ramener séchés avec la feuille et la fleur aplaties. » Il s’adaptait ainsi aux transformations des connaissances scientifiques de l’époque, conscient de la nécessité de bien décrire les spécimens inconnus pour mieux les connaître et les contrôler, et participer, selon ses propres mots, aux avancées de l’Histoire naturelle (Lisboa 1991, 99-100, 108-109, 112 ; Prestes 2000). Il demandait également qu’on lui envoie « quelques animaux plus rares, des papillons et autres insectes19 ». Les hommes qui domptaient la nature et exaltaient la sédentarisation ne voyaient plus les animaux comme des monstres ou des menaces et en dressaient maintenant des collections.

  • 20 Arquivo Histórico da Câmara Municipal do Serro (Casa dos Ottoni), Autos de Correições – 1733/1792 – (...)

29La fondation des communes et de leurs chefs-lieux (vilas) fut l’un des aspects les plus importants du processus d’ordonnancement du milieu naturel. Avec eux vinrent les assemblées municipales (câmaras) et donc des politiques plus systématiques : les procès-verbaux des conseils municipaux ou de district indiquent la volonté de raser les forêts « autour de la ville » pour la rendre « plus lumineuse et plus respirable », mais également pour éviter « la prolifération de bêtes et de fauves qui s’y terrent » et surtout la venue de criminels et de quilombolas qui pourraient s’y cacher20.

  • 21 BNRJ, SMs., cód. 18, 3, 4, Correspondência de Valadares, doc. n° 69.

30Le déboisement visant à l’établissement de cultures et de pâturages fut ainsi responsable de la disparition d’une bonne partie des forêts et du maquis caractéristiques des premiers temps. Le bois était très prisé des mineurs, qui coupaient systématiquement les arbres ou achetaient les troncs aux conducteurs des attelages de bœufs qui les volaient pour les revendre21. La végétation était ensuite incendiée, provoquant la disparition progressive des sources (Latif 1940, 94-96). Au début du dernier quart du XVIIIe siècle, le juge Teixeira Coelho avait condamné la facilité avec laquelle les terres étaient concédées, provoquant plus de préjudices que de bénéfices, car pour les cultiver, il fallait brûler « les meilleures forêts et les plus proches des villages », laissant ainsi les gens sans bois de chauffage ni lieux où emmener « brouter leurs troupeaux » (Coelho 1903, 557-558) : de tous côtés, « on entendait le bruit des haches […] et l’horrible fracas des arbres qu’on abattait » (Couto 1905, 97, 101). En 1799, un témoignage éloquent déplorait :

Si l’on parcourt les environs des gros villages de la capitainerie du Minas Gerais, on cherchera partout ne serait-ce que quelques-uns de ces arbres précieux qui en d’autres temps constituaient leurs plus beaux ornements, et on ne trouvera même pas la moindre trace de leur existence passée. (Navarro 1799,12)

  • 22 Arquivo Histórico da Câmara Municipal de Serro Frio, caixa 17, livro 1, « Registro geral de provime (...)

31La faune aussi déclinait à vue d’œil. En 1792, les cailles se faisaient déjà rares aux environs de Vila do Príncipe, et le conseil municipal avait décidé d’étendre encore pour deux ans ou plus l’interdiction de les tuer, déjà en vigueur à certaines époques de l’année22. L’habitude de la chasse se généralisait et si certains étaient mus par la nécessité ou les circonstances, beaucoup la pratiquaient pour se distraire.

  • 23 Sur le processus de destruction des sols, voir Latif (1940, 89-97).

32Au début du XIXe siècle, des voyageurs avaient été choqués par le dépérissement de certains villages de la région. « Tout n’est que ruine et dépeuplement », disait avec tristesse Vieira Couto (1905, 77). Des étrangers comme Spix et Martius (1938, vol. 1, 314) parlaient de la désolation des paysages provoquée par un siècle d’exploitation minière de ce qui avait un jour été l’exubérante capitainerie du Minas. Recouvrant la terre végétale des berges des rivières, les graviers et blocs rocheux retournés par les mineurs avaient rendu les terrasses arides ; les brûlis avaient retiré des terrains montagneux la protection naturelle de la forêt et les terres étaient désormais condamnées à se réduire en poussière le long de ravinements gigantesques ; les rocs dispersés de toute part donnaient l’impression d’un champ de ruines23.

33Qu’avaient-ils fait du jardin des Hespérides qui, cent ans auparavant, suggérait aux pionniers des visions édéniques ?

34Spix et Martius (Id.) ne s’étaient pas fait une haute opinion de Vila Rica, mais avaient été émerveillés par les Indiens Coroados de la tribu de Morro Grande : la belle Indienne se baignant nue dans la rivière, l’Indien qui leur indiqua le ruisseau « du bout des lèvres » lorsque les voyageurs lui demandèrent de l’eau potable, le perroquet, les poules sylvestres, la magnifique pénélope, les singes qui « courent tranquillement par ici, comme s’ils faisaient partie de la famille ».

35Les Indiens ne détruisaient pas le couvert végétal, ne retournaient pas les sols, ne tuaient pas d’animaux par plaisir. Les Portugais colonisateurs, les mineurs qui payaient la taxe du quinto et faisaient vivre la capitainerie, étaient empêtrés dans les contradictions d’une exploitation souvent prédatrice et incontrôlée. En ce sens, la destruction du territoire était la sœur jumelle de son exploitation.

La dimension des affects

36Tout cela ne veut pas pour autant dire que les hommes de Minas étaient indifférents aux charmes du milieu qui les entourait : que ce soit sous l’angle de l’édénisation, du tragique ou de leurs pratiques, ils le firent entrer dans le monde des affects, en l’immortalisant dans quelques-unes des plus belles œuvres que la littérature luso-brésilienne produisit au XVIIIe siècle.

37Le développement culturel de la région s’intensifia principalement durant la seconde moitié du siècle, lorsque l’or commença à se faire rare mais que la société se consolida, les centres urbains s’étant un peu mieux organisés et l’administration ayant trouvé sa place. En outre, la « décadence » appelait des solutions que l’élite locale s’efforçait de trouver. Elle fréquentait les universités européennes, s’informait sur les Lumières et les techniques modernes, nourrissant dans bien des cas une fervente admiration pour l’esprit scientifique. Contournant les restrictions, les livres entraient dans la capitainerie et certaines bibliothèques accumulèrent jusqu’à plusieurs centaines de titres (Diniz 1959, 47-48 ; Villalta 1993 ; Villalta 1997 ; Frieiro 1981 ; Antunes 2005 ; Souza 2012).

38En même temps qu’elle cherchait à se rapprocher de la culture européenne, cette élite intellectuelle voulait aussi penser sa propre réalité. Le sentiment de décadence qui se répandait dans la capitainerie allait de pair avec celui, plus intense, qui incorporait la nature dans l’univers des affects.

39Cláudio Manuel da Costa, un homme qui s’identifiait au Vieux Continent, vécut tourmenté par des sentiments contradictoires vis-à-vis de sa terre natale, qu’il aimait mais qu’il ne cessait de comparer à la Cour, plus civilisée et distinguée, comme l’exprime l’un de ses plus célèbres sonnets :

  • 24 « Torno a ver-vos, ó montes », In Costa (1903, vol. 1, 133).

Torno a ver-vos, ó montes; o destino
Aqui me torna a pôr nestes oiteiros;
Onde um tempo os gibões deixei grosseiros
Pelo Traje da Corte rico, e fino.24

  • 25 Cette phrase bien connue de Sérgio Buarque de Holanda, « Nous sommes des exilés sur notre propre te (...)
  • 26 Carta Dedicatória ao poema Vila Rica, op. cit., p. 150. Pour la citation antérieure, voir p. 147.
  • 27 Voir surtout les sonnets suivants : « Este é o rio, a montanha é esta » ; « Nise? Nise? Onde estás? (...)
  • 28 La citation entre guillemets est de Antonio Candido (1956, 92).

40Nombre de ses vers mettent en lumière son identification à la nature si dure et si particulière du Minas, mais également l’ambiguïté des sentiments qu’il nourrissait pour la région, appelée « ma patrie » mais aussi « les mines d’or de notre Portugal »25. Les richesses qu’elle répandait « sur toute l’Europe » faisaient de la capitainerie « la plus importante […] des colonies du Portugal ». C’était l’un des éléments qui justifiait l’enthousiasme « patriotique » mais qui suscitait tout autant la révolte face à cette exploitation, les Mineiros s’épuisant à « sauver le commerce de toutes les nations distinguées26 ». Et c’est surtout dans l’allusion récurrente aux montagnes, aux rochers, aux falaises, à la « pierre, dure et rugueuse », aux « hautes montagnes » tenant lieu de muraille que l’on note la forte imprégnation du paysage local dans les sonnets de Cláudio27 : « imagination de la pierre », « profond désir de trouver ses racines », dira un critique littéraire28. Cette nature tragique définit et façonne l’être intérieur, comme le proclame un autre sonnet :

  • 29 « Destes penhascos fez a natureza », op. cit., p. 151.

Destes penhascos fez a natureza
O berço em que nasci! oh quem cuidara,
Que entre penhas tão duras se criara
Uma alma terna, um peito sem dureza!29

  • 30 Vila Rica, op. cit., vol. II, p. 259-261.

41Les rivières font également office de métaphore pour les doutes et les inquiétudes du poète face à son identité et à ses sentiments les plus profonds. Parfois contrarié par sa terre natale, mais néanmoins fidèle, il s’identifie au Ribeirão do Carmo, trouble et disgracieux, tellement en-deçà du « Tage cristallin » ou des belles plages du Mondego. Dans le paysage domestiqué de sa « patrie » figure la culture de la « canne blonde », que le travail transforme en « pains de sucre blanc », de la même manière que l’on sépare le « métal blond » du minerai brut après avoir cherché les filons aurifères dans les montagnes et fait courir les eaux le long de canaux en pierre froide30.

42Face à la nature, les sentiments du poète oscillent entre le fatalisme et la fierté : revêche, difficile, parfois triste et laide, elle n’en est pas moins unique et vénérée lorsqu’elle se pare des attributs de la patrie. Dès la seconde moitié du siècle, les habitants du Minas commencèrent à s’identifier au lieu qui les vit naître et se mirent à rêver de le rendre meilleur : luso-brésilien constituait de moins en moins un adjectif composé et se démembrait petit à petit en deux qualificatifs séparés exprimant les deux rives opposées du monde atlantique.

43Dans les vers de Tomás Antonio Gonzaga, Portugais de naissance, la présence de la terre mineira opère différemment. Leur premier dessein était de révéler la réalité du tissu social en laissant au second plan sa sensibilité au milieu physique. On y trouve des allusions éparses au monts et collines, aux falaises, aux « pierres brisées », à une rivière qui dégringole, à des soirées froides obscurcies par des nuages noirs relâchant des trombes d’eau, mais ce qui compte par-dessus tout, ce sont les portraits d’un milieu naturel subordonné à l’intervention humaine, de paysages simples qui n’ont rien de mythique, d’épique ni de tragique. Voici le chemin, comme dans ces célèbres vers :

Toma de Minas a estrada,
Na Igreja nova, que fica
Ao direito lado, e segue
Sempre firme a Vila Rica.

  • 31 Tomás Antonio Gonzaga, op. cit., Lira I, p. 13-14 ; Lira V, p. 19-21 ; Lira IX, p. 24-25 ; Lira XVI (...)

Entra nesta grande terra,
Passa uma formosa ponte,
Passa a segunda, a terceira
Tem um palácio defronte.
31

  • 32 Gonzaga, op. cit., Lira III, p. 107-108. Il s’agit du célèbre poème qui commence par le vers : « Tu (...)

44Voici encore le labeur quotidien grâce auquel le mineur, le cultivateur ou le meunier créent des richesses avec l’aide des « captifs » : extraction du minerai aurifère ou tri des paillettes dorées brillant au fond de la batée ; abattage des forêts vierges et brûlis destinés à ouvrir de nouvelles zones de culture ; mise en balle des « feuilles séchées du tabac odorant » ; broyage de la canne à sucre par des « roues crantées » pour en extraire le jus32.

45Comme Gonzaga, Alvarenga Peixoto n’était pas né au Minas, mais à Rio. Il n’avait élu résidence dans la capitainerie qu’après avoir étudié à l’université de Coimbra. Et pourtant son attachement aux hommes et à la nature de sa terre d’adoption a dans ses vers une intensité surprenante, qui laisse clairement percevoir les mécanismes de l’exploitation coloniale. Les montagnes à l’état sauvage et celles qui ont été dégarnies « offrent la paix ou nourrissent les guerres », et les belles œuvres de la culture européenne – « palais corinthiens », « temples doriques », « autels ioniques » – ont été rendues possibles grâce aux « dures billes de bois, enfants de ces laids et obscurs sertões ». La colonie américaine, et en particulier le Minas, ont contribué de manière décisive à ce que la monarchie portugaise et le pouvoir économique du royaume soient respectés en Europe : il s’agit d’une terre « barbare » mais bénie, où des hommes de toutes races

  • 33 Toutes les références à Canto Genetlíaco sont dans Manuel Rodrigues Lapa (1960, 33-38).

... mudam aos rios as correntes,
rasgam as serras, tendo sempre armados
da pesada alavanca e duro malho
os fortes braços feitos ao trabalho.33

46Dans un poème inachevé, Alvarenga Peixoto en vient même à suggérer que la relation entre le Royaume et sa colonie est inversée, voire désavouée, même si, au final, sa réflexion change de voie pour adhérer aux perspectives du réformisme des Lumières :

  • 34 Fragmento..., op. cit., p. 42.

Que fez a Natureza
em pôr neste país o seu tesouro,
das pedras na riqueza,
nas grossas minas abundantes de ouro,
se o povo miserável?... Mas que digo:
povo feliz, pois tem o vosso abrigo!34

  • 35 Autos de devassa da inconfidência mineira. 1936-38. Rio de Janeiro : Ministério da Educação, Biblio (...)
  • 36 ADIM, vol. I, p. 142-143.
  • 37 ADIM, vol. III, p. 241.

47Dans les récits attribués aux conspirateurs de l’Inconfidência de 1789, la nature prodigue du Minas apparaît presque toujours en contraste et en opposition à la pauvreté de ses habitants, ce qui implique la nécessité du soulèvement et, au final, de l’indépendance. La plupart de ces considérations sont attribuées à Tiradentes, l’allusion aux « richesses inestimables du pays du Minas » étant la manière dont il « commençait à sonder les dispositions [de ses interlocuteurs] avant d’aborder la question du soulèvement35 ». Différents témoins ont affirmé avoir entendu Tiradentes « exagérer la beauté, la fertilité et la richesse du pays du Minas Gerais, et [affirmer] que c’était pour toutes ces raisons qu’il pouvait bien devenir indépendant, comme le fit l’Amérique anglaise…36 ». Dans ces interventions, la nature était toujours présentée sous l’angle de la complétude : « Le pays n’était pas seulement fertile en or et en pierres précieuses, mais également en tout ce qui est nécessaire et dont l’industrie a besoin37 ».

  • 38 ADIM, vol. IV, p. 46.
  • 39 ADIM, vol. I, p. 168-169.

48Tiradentes n’était pas le seul à mettre en avant les qualités naturelles du Minas. José Alvares Maciel disait que « les nationaux de cette Amérique ignoraient les trésors qui leur appartenaient38 ». Le colonel Antonio de Oliveira Lopes avait déclaré à Domingos Vidal Barbosa « que ce pays était fort heureux de disposer de tous ces agréments pour la vie, et combien il serait délicieux s’il était libre ». « Après cela, quelques jours ayant passé, ledit colonel lui fit à nouveau quelques discours épars sur les avantages de ce pays, défendu par la nature…39 »

  • 40 ADIM, vol. I, p. 108.
  • 41 ADIM, vol. I, p. 122.
  • 42 ADIM, vol. I, p. 207-208.
  • 43 ADIM, vol. I, p. 122.
  • 44 ADIM, vol. I, p. 127.
  • 45 ADIM, vol.I, p. 179.
  • 46 ADIM, vol. I, p. 185.
  • 47 ADIM, vol. II, p. 415.
  • 48 ADIM, vol. II, p. 179.

49Lors du dernier quart du siècle, la prodigalité du sol servit à justifier les désirs d’indépendance, et les qualificatifs utilisés dans ce but étaient souvent de nature végétale. Ainsi, le « pays du Minas Gerais pourrait devenir une république libre et prospère », disposant de plus d’avantages encore que l’Amérique anglaise « grâce au confort qu’il procure en plus grande abondance »40. Il serait « un florissant empire41 », un « empire fort harmonieux42 ». Cette prise de conscience fut en grande partie favorisée par la perception du fossé qui séparait les potentialités du milieu naturel des conditions de vie des habitants. De l’exaltation de la nature, on glissait naturellement vers la perception des injustices inhérentes à la situation coloniale et, de-là, vers le désir de dépasser une bonne fois pour toutes ces inégalités et la dépendance envers le Portugal : le « pays du Minas est extrêmement fertile et riche en tout ; si toute sa richesse n’en sortait pas, ce serait une terre de la plus grande utilité43 ». On vit donc se généraliser l’insatisfaction. « On lui enlevait tout ce qu’il produisait, sans que n’y subsiste la moindre parcelle de tout l’or qu’on en extrayait44. » Les gouverneurs ne cherchaient qu’à s’enrichir, et « le pays était toujours malheureux, alors qu’il était le plus délicieux et le plus opulent » des territoires45. Et l’on n’était pas en reste d’élucubrations à cet égard : Basílio de Brito Malheiro raconte que Tiradentes critiquait les fonctionnaires de la Couronne car une fois riches, « ils partaient laissant cette terre toujours aussi misérable, car tout en procédait, et s’il n’en était point ainsi, on pourrait avoir des rues pavées d’or46 ». Tiradentes avait de la situation une vision claire : « Les fils du Portugal [sont] les seigneurs de l’or que l’on extrait de cette terre, […] et nous devrions supporter cela47 ? » Au final, disait-il, « ce pays du Minas est le trésor de l’Europe48 ».

50Les bribes de paroles qui nous arrivent par l’entremise de la persécution qui frappa les conspirateurs de l’Inconfidência ne nous permettent pas d’affirmer grand-chose quant à la clarté et à la consistance de leurs objectifs politiques. Dans la mesure où Tiradentes est devenu un héros de la république brésilienne, nous nous retrouvons tous empêtrés dans le terrain du mythe – nos mythes, mais peut-être pas les siens – et condamnés à une interprétation passionnée. Plutôt que de suggérer les liens avec certaines idées – république, autonomie voire indépendance – il importe surtout de reconnaître, mais également d’analyser, les raisons qui poussaient à mythifier la nature du Minas Gerais pour s’opposer à l’oppression métropolitaine. Au royaume de l’utopie, elle retrouvait ses attributs édéniques.

51Entre 1789 et 1792, comme on le sait tous, les hommes accusés d’avoir mené la conjuration de l’Inconfidência furent arrêtés et expulsés de la capitainerie. Tiradentes fut exécuté puis écartelé, et les différents morceaux de son corps furent exposés sur le chemin qui reliait la capitale du Brésil au Minas Gerais, composant ainsi un paysage tragique et menaçant. Lorsqu’il espérait que la nature de la capitainerie puisse un jour offrir à ses habitants – « les pauvres enfants de Minas, toujours pauvres et sans rien qui ne soit jamais à eux » – toute sa richesse, Tiradentes n’était pas un rêveur isolé. Dans différents domaines de la vie quotidienne, la sensibilité envers le milieu naturel a toujours contribué à construire une conscience spécifique qu’on peut, à la limite, qualifier de politique.

52En 1799, José Vieira Couto décrivait sa terre natale dans un langage coloré et affectueux. Il soulignait l’importance de l’« immense montagne » qui parcourait la plus grande partie du territoire, lançant du sud au nord, « d’un côté et de l’autre, de grandes ramifications qui parfois s’abaissaient, parfois s’élevaient plus encore ». Il évoquait la terre fertile, les forêts et les champs amènes qui couvraient les espaces les moins pentus, offrant aux cultivateurs « une surface fertile ». Il n’oubliait pas « leurs entrailles, parcourues de riches veines de métaux, qui invitaient les mineurs à les étriper » (Couto 1848, 291). Il y avait pourtant un sérieux obstacle, énoncé dans la foulée :

Le peuple est la source et le principe des richesses de l’État ; un peuple bien dirigé, un peuple laborieux, commerçant et intelligent, est riche ; les coffres de la nation seront tout aussi riches ; et le contraire, c’est une réalité qui n’existe pas dans la nature, des coffres publics pleins d’une nation pauvre (Couto 1848, 325).

53Lorsque Vieira Couto écrivit ce passage, cela faisait déjà dix ans que la conjuration de l’Inconfidência avait été écrasée et que la plupart des condamnés qui avaient été déportés en Afrique y étaient morts. Partagées au quotidien, les différentes formes de perception du milieu naturel du Minas étaient toujours là, se relayant les unes les autres : parfois édéniques, parfois tragiques, parfois pratiques. Elles sont arrivées jusqu’à nous par l’entremise de différents textes écrits par des sujets du royaume ou par des natifs de la région et ont fini par créer au fil du temps un fondement commun, partagé par beaucoup. Encore que contradictoires, ces perceptions semblent avoir été fondamentales pour lier plus profondément l’homme à la terre, en y plantant ses affects. Avant d’être des Brésiliens, les habitants du Minas se sentirent les enfants d’une région intérieure qui avait redéfini au fil d’un siècle ses frontières géographiques, politiques et sociales. Et, ce faisant, au lieu de se distinguer, ils s’intégraient à un tout, avant même que prenne corps l’idée du Brésil.

54* * *

55Au terme de ce voyage dans l’une des régions qui, durant le premier quart du XIXe siècle, allait devenir l’une des provinces de l’empire du Brésil, j’ai plus de doutes que de certitudes. Je ne crois pas que l’histoire puisse offrir des solutions pratiques pour le présent, mais j’aime à croire qu’elle peut nous apprendre à penser de manière critique et nous aider à comprendre des processus d’une extrême complexité. Lors de cette exploration, j’ai appris avec des historiens contemporains de l’environnement que nos ancêtres n’étaient en rien dépourvus de préoccupations pour les destructions que les usages de la nature sont à même de provoquer, et j’ai pu constater à la lecture des documents conservés que le regard qu’ils portèrent sur elle fut souvent chargé d’affects et ponctué de doutes (Pádua 2002 ; Cabral 2014).

56Les catastrophes actuelles étendent en partie leurs racines dans ce passé, et deux des désastres écologiques récents – la rupture du barrage de la société Samarco dans la région de Mariana le 5 novembre 2015, puis de celui de la Vale à Brumadinho le 25 janvier 2019 – auraient pu être évités en se rappelant ce que l’histoire avait déjà et depuis toujours consigné, notamment dans le cas de Mariana. Les inondations y sont récurrentes, ainsi que les efforts entrepris par les autorités depuis les premières décennies du XVIIIe siècle pour tenter de les éviter.

57Des forêts je ne parlerai même pas, les événements récents m’en ôtant la force.

58J’avoue que je ressens une immense nostalgie de ce jardin mythique des Hespérides, que l’on situe dans un lieu imprécis et variable, et où chantaient de jolies jeunes femmes, filles d’Atlas, qui de temps à autre grignotaient les pommes d’or qu’offrait l’arbre merveilleux qu’Héra y avait planté. La déesse, pour protéger les fruits, avait également placé là un gardien, une bête terrible, un dragon ou un serpent selon les versions, car les mythes, tout comme l’histoire, changent et se mélangent. Héraclès, que le roi Eurysthée châtiait en lui faisant accomplir des travaux impossibles aux simples mortels, tua la bête, cueillit les pommes et les lui apporta, devenant le héros civilisateur. Les Hespérides, que l’on vit figurer comme des îles sur des cartes du XVIe et XVIIe siècles, furent ainsi incorporées à la sphère hellénistique.

59En 1900, l’historien mineiro Diogo de Vasconcelos compara le territoire du Minas encore indemne de la colonisation des Blancs au jardin des Hespérides, signalant au passage que là finissait le mythe et commençait l’histoire.

60Même si le cœur oscille parfois en direction de ce monde fermé et inviolé, il ne nous reste plus qu’à affronter ce que l’histoire nous impose.

Haut de page

Bibliographie

Amantino, Márcia. 2008. O mundo das feras – os moradores do sertão oeste de Minas Gerais, século XVIII. São Paulo: Annablume.

Amaral, Sergio Alcides Pereira do. 2003. Cláudio Manuel da Costa e a paisagem das Minas – 1753-1773. São Paulo: Hucitec.

Andrade, Francisco Eduardo de. 2008. A invenção das Minas Gerais – empresas, descobrimentos e entradas nos sertões do ouro da América Portuguesa. Belo Horizonte: Autêntica Editora & Editora PUC Minas.

Anonyme. 1925. Prodigiosa Lagoa descuberta nas Congonhas das Minas do Sabará, que tem curado a varias pessoas dos achaques, que nesta Relação se expõem. Coimbra: Imprensa da Universidade.

Antonil, André João. 1968 [1711]. Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas. Trad. francaise et commentaire critique par Andrée Mansuy. Paris : IHEAL.

Antunes, Alvaro de Araujo. 2005. Fiat Justicia: os advogados e a prática da justiça em Minas Gerais. 1750-1808. Thèse de doctorat. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Assumar, Conde de. 1898. Discurso Histórico e político sobre a sublevação que nas Minas houve no ano de 1720. In A Revolta de 1720 em Vila Rica. Ouro Preto: Imprensa Oficial de Minas Gerais.

Autos de devassa da inconfidência mineira. 7 vols. 1936-38. Rio de Janeiro: Ministério da Educação/Biblioteca Nacional.

Avila, Cristina et al. 1989. « Cartografia e Inconfidência: a obra de José Joaquim da Rocha ». In Análise e Conjuntura – Inconfidência Mineira e Revolução Francesa – Bicentenário: 1789-1989. Vol. 4, 373-392. Belo Horizonte: Fundação João Pinheiro.

Cabral, Diogo de Carvalho. 2014. Na presença da floresta. Mata Atlântica e história colonial. Rio de Janeiro: Garamond.

Candido, Antonio. 1956 [s.d.]. Formação da Literatura Brasileira – Momentos decisivos, vol. 1, 1750-1836. São Paulo: Martins.

Carrara, Angelo Alves. 2010. À vista ou à prazo: comércio e crédito nas Minas setecentistas. Juiz de Fora: Editora UFJF.

Coelho, José João Teixeira. 1903. « Instrução para o governo da Capitania de Minas Gerais. » Revista do Arquivo Publico Mineiro 8.

Cortesão, Jaime. 1965-1971. História do Brasil nos Velhos Mapas... 2 vols. Rio de Janeiro: Instituto Rio Branco.

Costa. Antonio Gilberto et al. 2002. Cartografia das Minas Gerais: da Capitania à Província. Belo Horizonte: Editora UFMG.

Costa, Cláudio Manuel da. 1903. Obras poéticas. 2 vols. Edição de João Ribeiro. Rio de Janeiro: Garnier.

Couto, José Vieira. 1905. « Memória sobre as minas da capitania de Minas Gerais. Suas descrições, ensaios, e domicílio próprio; à maneira de itinerário. » Revista do Arquivo Público Mineiro 10: 67-165.

Couto. José Vieira. 1848. « Memória sobre a Capitania das Minas Gerais; seu território, clima e produções metálicas; sobre a necessidade de se restabelecer e animar a mineração decadente do Brasil; sobre o comércio e exportação dos metais e interesses régios. » Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro 11: 289-335.

Damasceno Fonseca, Cláudia. 2004. « Cidades et villes cathédrales dans l’outremer portugais : le cas de Mariana (Minas Gerais). » Histoire Urbaine 9 : 47-64.

Damasceno Fonseca, Cláudia, 2008. Des Terres aux villes de l’or. Pouvoirs et territoires urbains au Minas Gerais (Brésil, XVIIIe siècle). Paris : Centre Culturel Calouste Gulbenkian.

Frieiro, Eduardo. 1981. O diabo na livraria do Cônego. São Paulo & Belo Horizonte: EDUSP & Itatiaia.

Gal, Stéphane. 2018. Histoires verticales. Les usages politiques et culturels de la montagne (XIVe-XVIIIe siècles). Ceyzérieu : Champ Vallon.

Ginzburg, Carlo. 1979. « Spie. Radici di un paradigma indiziario. » In Crisi della ragione, dirigé par Aldo Gargani, 57-106. Torino: Einaudi.

Guimarães, Carlos Magno & Liana Maria Reis. 1986. « Agricultura e escravidão em Minas Gerais (1700-1750). » Revista do Departamento de História 2: 7-27.

Gomes, Plínio Freire. 1997. Um herege vai ao paraíso: cosmologia de um ex-colono condenado pela Inquisição (1680-1744). São Paulo: Companhia das Letras.

Holanda, Sérgio Buarque de. 1976 [1936]. São Paulo: Livraria José Olympio Editora [trad. fr. (1998) : Racines du Brésil. Paris : UNESCO & Gallimard].

Holanda, Sérgio Buarque de. 1957. « Veredas de pé posto. » In Caminhos e Fronteiras. São Paulo: José Olympio.

Kok, Maria da Glória Porto. 2005. O sertão itinerante – expedições da capitania de São Paulo no século XVIII. São Paulo: Fapesp/Hucitec.

Langfur, Hal. 2006. The Forbidden Lands – Colonial Identity, Frontier Violence, and Persistence of Brazil’s Eastern Indians – 1750-1830. Stanford: Stanford University Press.

Lapa, Manuel Rodrigues. 1960. Vida e obra de Alvarenga Peixoto. Rio de Janeiro: INL/MEC.

Latif, Miran de Barros. 1940. As Minas Gerais: o aventura portuguesa, a obra paulista; a capitania e a provincia, Belo Horizonte: Livr. Cultura Brasileira.

Lisboa, João Luís. 1991. Ciência e Política – ler nos finais do Antigo Regime. Lisboa: Instituto Nacional de Investigação Científica.

Machado e Oliveira, José de Alcântara. 1930. Vida e morte do Bandeirante. São Paulo: Revista dos Tribunais.

Meneses, José Newton Coelho. 2000. O continente rústico – abastecimento alimentar nas Minas Gerais setecentistas. Diamantina: Maria Fumaça.

Navarro, José Gregório de Moraes. 1799. Discurso sobre o melhoramento da economia rustica do Brazil, pela introdução do arado, refórma das fornalhas, e conservação de suas mattas. Lisboa: Na Of. de Simão Thaddeo Ferreira.

Pádua, José Augusto. 2002. Um sopro de destruição – pensamento político e crítica ambiental no Brasil escravista (1786-1888). Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Prestes, Maria Elice Brzenski. 2000. A investigação da natureza no Brasil colônia. São Paulo: Annablume.

Rocha, José Joaquim da. 1987. « Memória Histórica da capitania de Minas Gerais. » Revista do Arquivo Público Mineiro 2.

Saint-Hilaire, Auguste de. 1830. Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes. Paris : Grimbert et Dorez.

Santos, Márcio Roberto Alves dos. 2017. Rios e Fronteiras. Conquista e ocupação do Sertão Baiano. São Paulo: Edusp.

Souza, Laura de Mello e. 2012. « O ouro das estantes. » Revista do Arquivo Público Mineiro XLVIII: 54-63.

Spix, Johann Baptist Von & Karl Friedrich Philipp Von Martius. 1938. Viagem pelo Brasil. Rio de Janeiro: Imprensa Nacional.

Vasconcelos, Diogo de. 1904. História Antiga de Minas Gerais. Belo Horizonte: Imprensa Oficial do Estado de Minas Gerais.

Zemella, Mafalda. 1990. O abastecimento da capitania de Minas Gerais. São Paulo: Hucitec.

Diniz, Sílvio Gabriel. 1959. « Um livreiro em Vila Rica no meado do século XVIII. » Kriterion: 47-48.

Villalta, Luiz Carlos. 1993. « A torpeza diversificada dos vícios. » Dissertation de mestrado. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Villalta, Luiz Carlos. 1997. « O que se fala e o que se lê: língua, instrução e leitura. » In História da Vida Privada no Brasil I.– Cotidiano e vida privada na América Portuguesa, dirigé par Laura de Mello e Souza, 331-385. São Paulo, Companhia das Letras.

Haut de page

Notes

1 Voir également Andrade (2008, 57-80).

2 « Vila Rica », Canto Sexto (Costa 1903, 216).

3 « Canto Genetlíaco » (Lapa 1960, 35).

4 On trouve une description des différentes zones de végétation du Minas Gerais dans Diogo de Vasconcelos (1904, 84-85). La référence au jardin des Hespérides se trouve à la page 85.

5 Le distrito est une région en voie d’occupation.

6 Cf. aussi Andrade (2008, 179).

7 Toutes les citations de ce paragraphe et du précédent sont extraites du Códice Costa Matoso, Biblioteca Municipal Mário de Andrade, Seção de Manuscritos, 874/70, fls. 7, 7vo, 8, 9, 9vo, 11, 13, 17, 17vo, 18vo, 20).

8 Relatório decenal à Sé Romana – Sagrada Congregação do Concílio de Trento – 1757. Traduction du Père Flávio Carneiro Rodrigues, ex. dactylographié en possession de l’auteure.

9 « Colleção das Memórias archivadas pela câmara da villa do Sabará », Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, tome 6, n° 23, octobre 1844, p. 280-281.

10 Carta do Juiz Ordinário de São João del Rei, José de Lima de Noronha, ao conde de Valadares. Biblioteca Nacional do Rio de Janeiro [dorénavant BNRJ], Seção de Manuscritos, códice 18, 3, 5, documento 75.

11 BNRJ, SMs, gavetas, 18, 3, 7.

12 « Carta Geográfica de Minas Gerais », Seção de Iconografia, BNRJ, Arc. 4-6-38.

13 Carta de João Pinto Caldeira, mestre-de-campo interino, a Valadares – 14/11/1770, BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 447-452 ; Carta de João Pinto Caldeira, mestre-de-campo interino, a Valadares – 14/11/1770, BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 447-452 ; « Memória do que deve observar na derrota... », BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 1418-1419 ; Rocha (1987, 430) ; Carta de Pamplona a Valadares, BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 88. Cartas de Martinho de Mendonça de Pina e Proença in « Motins so sertão e outras ocorrências em Minas Gerais durante o governo interino de Martinho de Mendonça de Pina e de Proença, conforme a correspondência deste com o governo da metrópole », RAPM, vol. 1, 1896, p. 649. Pour des analyses plus conceptuelles sur le sertão du Minas Gerais, voir Damasceno Fonseca (2008, 35-253) ; Santos (2017, 352-385) ; Langfur (2006) ; Amantino (2008, 33-51).

14 Cartas de Pamplona a Valadares, BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 108 ; « Notícia diária e individual das marchas... », BNRJ, SMs, 18, 2, 6, fls. 171.

15 Carta do Juiz Ordinário da Vila do Príncipe Manuel Jacome Soeiro a Valadares, 7/02/1769. BNRJ, SMs, 18, 3, 5, doc. 233 ; Carta do Padre José Correia Porto a Valadares. BNRJ, SMs, 18, 3, 1 ; Carta do Coronel Antonio Joaquim de Vasconcelos Parada e Souza a Valadares. BNRJ, SMs, cód. 18, 2, 3, doc. n° 66. Voir Langfur (2006) et Amantino (2008).

16 Référence citée sur la base d’Amantino (2008, 37).

17 Pour une typologie intéressante des différents itinéraires, voir l’analyse suggestive d’Andrade (2008, 235-264).

18 « Mapa da capitania de Minas Gerais com a divisa de suas comarcas » BNRJ, ARC 18-5-9. Voir Avila et al. (1989) ; Cortesão (1965-71, t. 2, 221-227) ; Costa et al. (2002).

19 BNRJ, S, Ms., 1, 4, 1, Correspondência de Valadares, fls. 33-V.

20 Arquivo Histórico da Câmara Municipal do Serro (Casa dos Ottoni), Autos de Correições – 1733/1792 – Vila do Príncipe, fl 34v. Ce document m’a été gentiment cédé par Luciano Raposo de Almeida Figueiredo, que je souhaite ici remercier.

21 BNRJ, SMs., cód. 18, 3, 4, Correspondência de Valadares, doc. n° 69.

22 Arquivo Histórico da Câmara Municipal de Serro Frio, caixa 17, livro 1, « Registro geral de provimentos e correições – 173-1792 », fls. 182-182V. Ce document m’a été gentiment cédé par Luciano Raposo de Almeida Figueiredo, que je remercie de tout cœur.

23 Sur le processus de destruction des sols, voir Latif (1940, 89-97).

24 « Torno a ver-vos, ó montes », In Costa (1903, vol. 1, 133).

25 Cette phrase bien connue de Sérgio Buarque de Holanda, « Nous sommes des exilés sur notre propre terre », est souvent citée (Holanda 1976 [1936], 3).

26 Carta Dedicatória ao poema Vila Rica, op. cit., p. 150. Pour la citation antérieure, voir p. 147.

27 Voir surtout les sonnets suivants : « Este é o rio, a montanha é esta » ; « Nise? Nise? Onde estás? Aonde esperas? » ; « Neste álamo sombrio, aonde a escura » ; « Altas serras, que ao céu estais servindo » ; « Torno a ver-vos, ó montes ; o destino » ; « Polir na guerra o bárbaro gentio » ; « Destes penhascos fez a natureza ». Voir encore les églogues suivantes : « Lísia » (ecl. IV) ; « Laura » (ecl. IX), « Dalizo » (ecl. XI), op. cit., p. 106, 109, 113, 131, 133, 144, 151, 223, 247, 257. Sur la présence de la pierre dans l’œuvre de Cláudio Manuel da Costa, voir Amaral (2003).

28 La citation entre guillemets est de Antonio Candido (1956, 92).

29 « Destes penhascos fez a natureza », op. cit., p. 151.

30 Vila Rica, op. cit., vol. II, p. 259-261.

31 Tomás Antonio Gonzaga, op. cit., Lira I, p. 13-14 ; Lira V, p. 19-21 ; Lira IX, p. 24-25 ; Lira XVIII, p. 39-40.

32 Gonzaga, op. cit., Lira III, p. 107-108. Il s’agit du célèbre poème qui commence par le vers : « Tu não verás, Marília, cem cativos... », l’un des plus beaux de la poésie lyrique de Gonzaga.

33 Toutes les références à Canto Genetlíaco sont dans Manuel Rodrigues Lapa (1960, 33-38).

34 Fragmento..., op. cit., p. 42.

35 Autos de devassa da inconfidência mineira. 1936-38. Rio de Janeiro : Ministério da Educação, Biblioteca Nacional, 7 volumes [dorénavant ADIM], vol. IV, p. 96.

36 ADIM, vol. I, p. 142-143.

37 ADIM, vol. III, p. 241.

38 ADIM, vol. IV, p. 46.

39 ADIM, vol. I, p. 168-169.

40 ADIM, vol. I, p. 108.

41 ADIM, vol. I, p. 122.

42 ADIM, vol. I, p. 207-208.

43 ADIM, vol. I, p. 122.

44 ADIM, vol. I, p. 127.

45 ADIM, vol.I, p. 179.

46 ADIM, vol. I, p. 185.

47 ADIM, vol. II, p. 415.

48 ADIM, vol. II, p. 179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura de Mello e Souza, « Le monde naturel du Minas Gerais : jardin des Hespérides ou paysages dévastés ? »Brésil(s) [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 28 octobre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/bresils/4852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.4852

Haut de page

Auteur

Laura de Mello e Souza

Laura de Mello e Souza est professeure d’histoire du Brésil à Sorbonne Université (Centre Roland Mousnier).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search