Navigation – Plan du site
Varia

Échanges sociaux et mécanismes relationnels à São Paulo et Salvador

Trocas sociais e mecanismos relacionais em São Paulo e Salvador
Social Exchanges and Relational Mechanisms in São Paulo and Salvador
Encarnación Moya et Eduardo Marques
Traduction de Emilie Audigier
p. 149-172

Résumés

L’article décrit les réseaux d’individus en situation de pauvreté dans deux métropoles brésiliennes et analyse la manière dont ils se transforment. Il montre comment la dimension relationnelle intervient dans la survie, l’amélioration des conditions de vie voire la mobilité sociale de ces individus et comment les mécanismes relationnels s’associent à la (re)production de la pauvreté et des inégalités ou, au contraire, à son atténuation, voire son dépassement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2012 ; approuvé en octobre 2012.

Traduit du portugais.

Texte intégral

1Cet article décrit les réseaux d’individus en situation de pauvreté dans deux métropoles brésiliennes et analyse la manière dont ils se transforment. Prenant comme base empirique des entretiens approfondis, il montre comment la dimension relationnelle intervient dans la survie, l’amélioration des conditions de vie voire la mobilité sociale de ces individus placés dans le cadre d’une logique d’accumulation de handicaps et d’avantages tout le long de leur vie. Plus spécifiquement, son objectif est d’identifier comment les mécanismes relationnels s’associent à la (re)production de la pauvreté et des inégalités ou, au contraire, à son atténuation, voire son dépassement.

  • 1 Cette recherche, dirigée par Eduardo Marques au Centro de Estudos da Metrópole, a compté sur la par (...)

2Cette étude se situe dans une recherche plus large sur le rôle joué par les réseaux sociaux dans la production de différentes situations de pauvreté (Marques 2012)1. Dans une première phase, on a appliqué la méthodologie des réseaux sociaux à la reconstitution des relations personnelles d’individus pauvres, habitant les villes de São Paulo et Salvador (deux cent neuf et cent cinquante-trois réseaux, respectivement), puis des relations personnelles de trente individus de classe moyenne utilisés comme élément de comparaison. Nous avons ainsi pu identifier des structures-types de réseau et de sociabilité et soutenir que la pauvreté devrait être conçue comme un phénomène hétérogène : celui-ci serait non seulement conditionné par des caractéristiques et attributs individuels, mais il ressortirait également de facteurs relationnels, liés aux réseaux, ainsi que de facteurs territoriaux associés aux types de ségrégation dont le milieu de l’individu fait l’objet.

3Dans une deuxième phase, de nature qualitative, nous avons réalisé des entretiens avec un échantillon d’individus dont les réseaux personnels étaient représentatifs de l’hétérogénéité relationnelle de la pauvreté, en prenant également en compte d’autres caractéristiques telles que le genre et l’âge. Bien que les logiques des études quantitatives et qualitatives soient différentes, ces méthodologies ont permis d’explorer une dimension peu étudiée dans les enquêtes sur la pauvreté : le rôle des relations sociales. Ainsi, dans la première phase, il a été possible de répondre à la question : « En quoi consistent les réseaux d’individus en situation de pauvreté ? » L’étude qualitative, quant à elle, a permis de répondre à la question : « Comment les réseaux d’individus en situation de pauvreté se transforment-ils ? » Dans les deux cas, il s’agissait d’étudier leurs effets sur les conditions de vie (aides sociales au quotidien) et les éventuelles améliorations apportées à celles-ci, ainsi que les possibilités de mobilité sociale qui en découlent. L’objectif du présent article sera de décrire les principaux mécanismes relationnels rencontrés au cours de notre enquête, à partir des constantes dans les types relationnels, constantes qui déclenchent les processus de reproduction de la pauvreté.

4Cet article est organisé en trois sections. Dans la première, nous résumerons quelques-uns des principaux résultats de la phase quantitative et nous discuterons les principaux points de départ analytiques de ce travail. Ensuite, nous discuterons les processus de transformation qui expliquent les changements dans les réseaux. La troisième section analysera les principaux mécanismes relationnels permettant d’expliquer la constitution des réseaux ainsi que leurs transformations, mécanismes intervenant comme médiation dans l’accès des individus aux aides sociales, aux biens et aux services, et influençant ainsi les situations de pauvreté.

Réseaux, ségrégations et pauvreté

5Le concept de pauvreté est traditionnellement associé aux idées de manque, de carence et de privation. Cependant, au cours des dernières décennies, les chercheurs ont souligné la nécessité de concevoir la pauvreté comme un phénomène multidimensionnel, dynamique et relationnel. De fait, la reconnaissance de la multidimensionalité de la pauvreté, voire de son hétérogénéité, n’est pas nouvelle. Des études quantitatives ont notamment entrepris d’analyser les conditions de vie en prenant en compte leurs différentes dimensions (revenu, éducation, habitation, santé, etc.), prises individuellement et combinées entre elles. Ces études se sont fondées sur des concepts comme la privation relative qui aborde les changements de nature et de qualité des besoins des individus dans des sociétés en constante mutation (Towsend 1962).

6Cependant, depuis une date récente, on étudie systématiquement les effets de la concentration de la pauvreté dans l’espace. Dès les années 1980, on a reconsidéré, à partir de concepts comme ceux d’exclusion et de vulnérabilité sociales, les questions de l’intégration sociale et de la participation à la vie collective, de l’instabilité et de la précarité des conditions de vie en fonction des relations entre individu et société. Ce mouvement a débuté après que l’on ait perçu que les crises des dernières décennies ont affecté et affectent encore le fonctionnement des « régimes d’aides » et des institutions qui favorisent l’intégration sociale (Esping-Andersen 2002). Cette discussion pose non seulement la question du rôle de la famille et des liens primaires, mais également de celui des relations de nature institutionnelle et organisationnelle. Corollairement, le débat sur la ségrégation sociale a montré la nécessité de se pencher sur le problème du relatif isolement socio-spatial de certaines parties de la population.

7Le présent travail explore le rôle joué par les relations (la dimension relationnelle de la pauvreté) et par leurs interactions avec la ségrégation sociale. Toutefois, avant d’aborder les mécanismes relationnels identifiés au cours de la phase qualitative de notre enquête, il convient d’introduire les arguments de portée générale exposés dans la première phase où l’on a appliqué la méthodologie d’analyse des réseaux sociaux conjointement avec des techniques statistiques. À ce stade de notre recherche, nous nous sommes demandé quelles étaient les caractéristiques générales des réseaux d’individus en situation de pauvreté vivant dans des conditions diverses de ségrégation socio-spatiale. Nous sommes ainsi parvenus à définir, à partir du genre de sociabilité, les types de réseaux personnels les plus significatifs et les plus courants chez les individus en situation de pauvreté. Notre principale découverte a consisté à mettre en évidence l’importance de la dimension relationnelle, dans la mesure où elle conditionne les effets de la ségrégation sociale. Nous présenterons rapidement notre itinéraire de recherche.

8Nous avons choisi les villes de São Paulo et Salvador parce qu’elles sont représentatives des grands espaces métropolitains, mais également parce qu’elles présentent des caractéristiques fortement différenciées en termes de marché du travail, de structure sociale, de niveau et de forme de pauvreté ainsi que de type de ségrégation. Afin d’explorer les effets de la ségrégation dans les réseaux personnels, trente réseaux ont été inventoriés dans douze endroits différents (sept à São Paulo et cinq à Salvador). Selon les études antérieures sur la pauvreté dans les deux villes, ces emplacements diffèrent fortement en termes de : 1) distance par rapport au centre, 2) degré de consolidation, 3) type de construction des habitations et 4) niveau d’intervention de l’État (cem/sas 2004, Carvalho & Pereira 2006, Carvalho et al. 2004).

9Dans le cas de São Paulo, nous avons sélectionné sept lieux de manière à garantir la diversité des types de ségrégation socio-spatiale. Les immeubles à bas revenu du centre de São Paulo sont caractéristiques d’une pauvreté de centre-ville et d’une faible ségrégation. Les situations de plus forte ségrégation socio-spatiale sont représentées par la frange péri-urbaine de la région métropolitaine (Vila Nova Esperança), par une zone mixte de lotissements et de favelas du secteur périphérique de la zone Sud (connue sous le nom de « tréfonds » du quartier de Jardim Ângela), et par un grand ensemble dans le quartier Cidade Tiradentes de la zone Est (à environ 25 km du centre). Nous avons également étudié deux favelas dans des endroits relativement proches du centro expandido (centre élargi), mais avec un voisinage différencié : Paraisópolis, une favela contiguë à Morumbi, un quartier à très haut revenu de la zone Sud ; et Vila Nova Jaguaré, une favela jouxtant des quartiers de classes moyennes et élevées dans la zone ouest. Finalement, on a ajouté un dernier endroit, à proximité du centre de la commune de Guarulhos mais appartenant à la région métropolitaine de São Paulo tout en étant fort éloigné de son centre. Deux cent neuf entretiens ont été réalisés, près de trente sur chaque terrain d’étude.

10À Salvador, nous avons utilisé les mêmes critères pour sélectionner cinq endroits de la ville. Pour la zone la plus centrale, c’est le Pelourinho qui a été choisi. Le quartier de Cabritos, dans le secteur d’Alagados, et une grande favela connue sous le nom de Bairro da Paz représentent la zone de plus forte ségrégation (particulièrement cette dernière, située à proximité de l’aéroport de Salvador, à environ 15 km du centre). Le quartier des Cabritos est composé d’un ensemble d’habitations horizontales construit sur un terre-plein et destinées au relogement de la population habitant les favelas de la zone inondée, en amont de la baie de Todos os Santos. Le quartier de Bairro da Paz constitue une vaste zone fortement peuplée depuis le début des années 1980, contiguë à la zone occupée par des copropriétés appartenant à des couches sociales élevées. On a aussi retenu les quartiers de Curuzu et le nord-est d’Amaralina, à relative proximité du centre de Salvador. Cent cinquante-trois entretiens ont été réalisés soit environ trente à chaque endroit.

11Le choix des personnes interrogées a été fait de manière aléatoire, celles-ci ayant été abordées dans l’espace public ou à l’entrée de leurs maisons, pendant la semaine ou le week-end. Certaines caractéristiques sociales comme le sexe, l’âge, le statut migratoire et professionnel, ont été contrôlées de manière à respecter les caractéristiques moyennes de la population locale, évitant ainsi tout biais. Les membres de la classe moyenne ont été sélectionnés au sein d’un vaste spectre, dans le seul objectif de servir d’élément comparatif pour l’analyse des autres réseaux.

12Concernant les entretiens, d’une durée moyenne d’une heure, une première partie consistait en un questionnaire semi-structuré permettant de collecter des données biographiques : composition de la famille et du domicile, statut professionnel, itinéraire dans le marché du travail, trajectoire migratoire (notamment intra-urbaine), liens associatifs et pratiques de sociabilité. Dans la deuxième partie, nous avons utilisé un outil de collecte de données « relationnelles » : un générateur de noms à partir duquel nous avons demandé à chaque individu des informations sur l’ensemble du réseau de personnes qu’il côtoyait, en incluant les diverses sphères de sociabilité : famille, voisinage, amitiés, milieu associatif, loisirs, études, travail, église, etc... Nous avons non seulement recensé et classifié dans diverses sphères de sociabilité un certain nombre de noms (les nœuds du réseau, à savoir les individus avec lesquels l’ego interrogé entretenait des relations), mais nous avons également pu déterminer si les individus qui composent le réseau personnel du sujet interrogé habitaient en-dehors ou à l’intérieur de la zone retenue.

13Grâce au logiciel Ucinet, les informations « relationnelles » ont été soumises à des techniques d’analyse qui ont permis d’établir des mesures et des visualisations pour chaque réseau. Ces mesures ont été examinées grâce à diverses techniques quantitatives. Et, pour chaque individu, nous avons construit un sociogramme, une visualisation qui permet d’identifier l’ego (la personne interrogée) et tous les nœuds de son réseau personnel ainsi que la distribution de ses relations. Tous les nœuds ont pu être caractérisés par la sphère de sociabilité à laquelle appartient sa relation avec l’ego et par la localisation spatiale de cette relation.

14En résumé, les résultats de notre recherche indiquent qu’en général les réseaux d’individus en situation de pauvreté se différencient fortement des réseaux d’individus de classe moyenne, les premiers tendant à être plus limités, plus locaux et se définissant par une présence significative des voisins.

15S’agissant d’individus pauvres, les types de réseaux existants à São Paulo et Salvador convergent. Toutefois, l’une des différences réside dans le caractère local des réseaux, à savoir dans la proportion, pour un réseau donné, de relations avec des personnes qui vivent dans la même zone d’habitation, telle qu’elle est définie par le sujet interrogé.

16Ainsi, le différentiel rencontré dans ces villes concerne le degré plus ou moins élevé de « localisme », c’est-à-dire le nombre de relations concentrées sur la zone où vit la personne interrogée, ce réseau personnel devenant opérationnel en fonction de la proportion de relations vivant dans le même endroit. En outre, les réseaux sont un peu plus étendus et plus variés à São Paulo. Ainsi, s’opère une distinction avec le concept de ségrégation socio-spatiale, car celui-ci considère la localisation de l’individu dans l’espace, alors qu’au moyen du « localisme », on identifie l’espace où s’établit la relation entre l’ego et les nœuds. Nous donnerons plus loin les résultats globaux de cette analyse.

Figure 1 – Sociogramme moyen d’un individu pauvre (femme à São Paulo)

Figure 1 – Sociogramme moyen d’un individu pauvre (femme à São Paulo)

Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain

Figure 2 – Sociogramme moyen d’un individu de classe moyenne (femme à São Paulo)

Figure 2 – Sociogramme moyen d’un individu de classe moyenne (femme à São Paulo)

Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain

Figure 3 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un petit réseau (femme à Salvador)

Figure 3 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un petit réseau (femme à Salvador)

Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain
Légende : Ego : triangle ; Famille : cercle ; Voisinage : carré

Figure 4 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un réseau étendu (homme à Salvador)

Figure 4 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un réseau étendu (homme à Salvador)

Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain
Légende : Ego : triangle ; Famille : cercle ; Voisinage : carré ; Amitié : losange

17Pour illustrer ces résultats plus généraux, les sociogrammes 1 et 2 présentent les réseaux de relations de deux femmes, l’une en situation de pauvreté et l’autre appartenant à la classe moyenne. Ces femmes serviront d’exemples représentatifs pour chaque groupe. Comme on peut le voir, le premier réseau est plus limité, plus simple et plus centré sur l’ego que le second.

18Au-delà des principales différences entre les moyennes des groupes, la découverte la plus intéressante du point de vue de l’analyse est le fait que 1) les réseaux diffèrent considérablement à l’intérieur de chaque groupe, et 2) les individus en situation de pauvreté peuvent posséder des réseaux très différents, ce qui suggère une grande hétérogénéité relationnelle parmi eux. Les sociogrammes 3 et 4 illustrent ces différences, en montrant les réseaux de deux individus en situation de pauvreté avec des types de relations très différents. Les symboles qui représentent les nœuds indiquent les sphères de sociabilité, dans lesquelles les ego rencontrent les membres de leurs réseaux.

19Le premier sociogramme correspond à la structure d’un réseau fort limité et simple, presque totalement restreint à des contacts directs avec l’ego. Il se caractérise par la faible diversité des sphères de sociabilité limitées à la famille. Le second, au contraire, est bien plus étendu et beaucoup plus complexe. Les relations sont davantage distribuées dans les sphères de voisinage et d’amitié.

20Le graphique 1 montre la distribution du « localisme » dans les différents réseaux personnels d’individus en situation de pauvreté dans les deux villes. Dans le cas de São Paulo, les résultats avaient déjà montré que le « localisme » était une dimension importante de la différenciation entre, d’une part, des réseaux d’individus en situation de pauvreté et, d’autre part, des réseaux de classe moyenne. La comparaison entre São Paulo et Salvador a montré une variation significative du « localisme » chez les pauvres des deux villes. En valeur moyenne, celui-ci est comparable dans les deux villes (60,5 % à São Paulo et 63,5 % à Salvador). Cependant si l’on observe sa distribution, le nombre de situations de « localisme » élevé est relativement plus important à Salvador.

21De fait, l’analyse du « localisme » à partir des sphères de sociabilité a révélé que, à l’exception du voisinage – comme c’était prévisible –, le « localisme » est plus important à Salvador qu’à São Paulo, dans toutes les sphères, surtout quand il s’agit de sociabilités liées à l’église, au travail et aux études. Cette constatation suggère que, pour une partie des individus en situation de pauvreté à Salvador, leur milieu offre de moindres possibilités pour nouer des liens avec des individus aux caractéristiques sociales et relationnelles différenciées – au contraire des milieux organisationnels comme ceux propres au travail. Et par conséquent, l’accès aux biens, aux opportunités, aux informations et aux répertoires non redondants peuvent être plus réduits pour une partie des réseaux personnels de Salvador.

Graphique 1 : Histogrammes du « localisme » à São Paulo et à Salvador
Proportion de relations dans la zone où vit l’égo (São Paulo)

Graphique 1 : Histogrammes du « localisme » à São Paulo et à SalvadorProportion de relations dans la zone où vit l’égo (São Paulo)

Proportion de relations dans la zone où vit l’égo (Salvador)

Proportion de relations dans la zone où vit l’égo (Salvador)

Source : élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain

22Il ne faut pas concevoir ces phénomènes sur le mode de relations causales univoques mais, au contraire, comme des processus aux causalités multiples, qui doivent être également associés au contexte socio-économique et territorial des deux villes. Pourtant, ces découvertes permettent de remettre en cause l’idée selon laquelle la ségrégation spatiale exerce une action isolée. Ce faisant, elles révèlent que les individus en situation de pauvreté, dont les réseaux présentent davantage de liens vers le dehors, pourraient éventuellement utiliser de telles relations comme « ponts » permettant l’accès à des opportunités et des informations non redondantes.

23L’étape qualitative a permis une approche dynamique des réseaux personnels. Nous avons choisi quarante personnes (vingt dans chaque ville), en considérant l’hétérogénéité relationnelle existante, les lieux et les caractéristiques des sujets interrogés.

24Dans l’analyse des données qualitatives, nous nous sommes intéressés aux mécanismes relationnels rencontrés dans les deux villes et nous les avons comparés entre eux. Nous avons donc étudié les régularités causales à l’œuvre dans l’activation des réseaux, en d’autre termes, les mécanismes relationnels, conçus comme mécanismes sociaux (Tilly 2001 et 2005 ; Mahoney 2001) qui agissent sur les réseaux et sur leur disponibilité pour faciliter la vie quotidienne. Ces mécanismes permettent d’expliquer : 1) comment les réseaux personnels se structurent et se transforment, 2) comment ils sont mobilisés pour résoudre les problèmes ordinaires, et 3) comment ils influencent l’action sociale et l’accès (ou non) aux opportunités. L’analyse de la dynamique des réseaux personnels a permis d’examiner comment des mécanismes relationnels sont impliqués dans la (re)production de la pauvreté et des inégalités ou, au contraire, dans leur réduction, voire leur suppression.

25Au-delà des approches uniquement centrées sur les attributs individuels ou sur les conditions de vie, il s’agit de montrer comment, chez les personnes en situation de pauvreté, la dimension relationnelle est liée à la survie de l’individu, à l’amélioration de ses conditions d’existence, voire à sa mobilité sociale. Cette interrelation complexe entre attributs, d’une part, et types de relations et de sociabilité, d’autre part, doit être comprise dans le cadre d’une logique d’accumulation des avantages et des handicaps tout au long de la vie. Cette approche permet de comprendre en quoi et pourquoi la pauvreté n’est pas un phénomène homogène, puisque divers mécanismes de nature relationnelle peuvent amener des transformations des conditions de vie des individus pendant tout le cours de leur existence.

26Les deux sections suivantes résument les mécanismes expliquant la structuration des réseaux et leur activation en vue d’obtenir soutiens et aides sociales. Dans un premier temps, nous comparerons les différents éléments impliqués dans le processus de transformation des réseaux dans la durée. Ensuite nous identifierons et comparerons les différents mécanismes relationnels qui influencent les conditions de vie et de pauvreté dans les deux villes et qui aident à expliquer l’existence des réseaux eux-mêmes.

Les changements à l’intérieur des réseaux

27Comment les changements dans les réseaux créent-ils ou détruisent-ils des occasions de relations ? Il ne s’agit pas seulement de changements dans la taille ou la structure des réseaux, mais de changements de contenus (sociabilité, types de liens). À cet égard, il est important d’analyser leurs conséquences sur l’obtention de soutiens et d’aides liés aux relations sociales.

28De manière générale, tous les éléments identifiés dans les cas rencontrés à São Paulo se retrouvent à Salvador. Les processus comme les cycles de vie, les migrations et la mobilité résidentielle ont des effets similaires sur l’expansion ou la réduction des réseaux. Bien évidemment, ces effets peuvent être contrebalancés par divers autres facteurs individuels, déterminants pour la trajectoire de chacun.

29Les cycles de vie des individus peuvent être considérés comme formant un processus plus général qui explique les changements dans leurs réseaux. Cependant, nous avons pu observer, aussi bien à São Paulo qu’à Salvador, que ce processus ne se déploie pas de manière linéaire. Théoriquement, il y a une tendance à l’expansion des réseaux au cours de l’adolescence (où les relations de voisinage et de milieu scolaire sont fortement incorporées), une tendance à la réduction et à la diversification lors du passage à la vie adulte, notamment dans le monde du travail, et une grande réduction dans la phase du vieillissement. Cependant, des événements comme les séparations et les recompositions familiales, les phases de chômage ou de longue transition professionnelle sont des facteurs individuels et familiaux qui peuvent affecter significativement l’univers relationnel et avoir un impact plus ou moins important sur les conditions de vie, comme nous le montrerons plus loin.

30La répétition de certains cycles dans un parcours de vie, notamment une nouvelle relation conjugale, peut être associée à un déménagement et conduire à un autre lieu de la ville où habite la famille de l’un des conjoints, entraînant un éloignement vis-à-vis de parents autrefois considérés comme des relations fortes. À l’occasion d’un changement de résidence, les liens les plus structurants pourraient se maintenir même avec la diminution des contacts, si des rencontres ponctuelles lors des fêtes de mariage, d’anniversaire et lors des visites, par exemple, étaient suffisantes pour entretenir des liens actifs. Cependant d’autres éléments de nature plus émotionnelle semblent jouer un rôle dans l’éloignement et la rupture des liens (par exemple, la jalousie ou le dépit, sans qu’il y ait nécessairement de querelle déclarée). Après la séparation des conjoints et la formation de nouvelles relations conjugales, on peut également observer un phénomène de « circulation des enfants » (Sarti 2005) et d’adolescents issus du premier mariage, qui vivent soit avec le père, soit avec la mère, et avec les nouvelles familles respectives. Ce phénomène peut éventuellement impliquer une mobilité résidentielle pendant l’enfance et l’adolescence, lorsque les parents vivent dans des endroits distincts de la ville.

31Toujours au sujet des événements qui ponctuent les trajectoires individuelles et familiales, divers cas rencontrés à Salvador suggèrent la présence d’individus qui exercent au sein de la famille la fonction de « chaînons », notamment les grands-parents, mais également les oncles et les parrains, et contribuent à maintenir un certain degré de cohésion dans la famille élargie, pouvant contrebalancer des événements tels que la séparation des parents et l’éloignement physique. Dans des cas extrêmes, il s’agit de liens si vitaux du point de vue du soutien matériel et émotionnel, que leur disparition physique contribue à l’isolement social et à l’éloignement de la famille proche, et entraîne une aggravation des conditions de vie.

32Dans le cas de São Paulo, nous avons observé que des déplacements géographiques liés à des changements de résidence (mobilité résidentielle) impliquent la sortie de certains réseaux, puis l’entrée dans d’autres. Contrairement à ce qui se passe pour les individus de classe moyenne, ce phénomène tend à pénaliser particulièrement les personnes en situation de pauvreté, en vertu de l’économie des relations, car créer et surtout entretenir des liens comporte un coût que des individus en situation de pauvreté ne peuvent pas toujours assumer. Ainsi, des individus pauvres abandonnent une partie significative de leurs réseaux périodiquement, les laissant à l’état latent. Après quelque temps, ceux-ci ne peuvent plus être activés. Cette perte concerne, pour une large part, des contacts très superficiels quoique fréquents, notamment avec le voisinage, mais elle peut également concerner des relations théoriquement fortes comme les membres de la famille, notamment lorsqu’on a affaire à des phénomènes de migration. Le problème est d’autant plus grave que les individus sont plus pauvres, acculant ceux parmi les plus pauvres à des situations proches de l’isolement social, ceux-ci ne disposant plus que de relations très locales et très faibles. C’est ce qui tend à se produire à Salvador, malgré la présence d’un fort « localisme » dans les réseaux personnels de cette ville. Ce phénomène d’appauvrissement semble donc avoir tendance à y être plus important qu’à São Paulo.

33Assurément, l’éloignement géographique dû à la migration ou à la mobilité résidentielle intra-urbaine constitue un facteur qui peut entraîner, même ponctuellement, la transformation du réseau personnel (rupture avec les relations de départ, acquisition de nouveaux liens dans le lieu de destination). La combinaison de cet éloignement avec l’éloignement social peut concourir, comme l’ont déjà signalé certains auteurs (Lomnitz 1975), à la mise en attente, voire à la rupture de relations autrefois fortes, même à l’intérieur de la famille élargie la plus proche. Par ailleurs, c’est aux membres de la famille jouissant des meilleures conditions matérielles que l’on fait appel dans les situations urgentes de besoins financiers. Cependant, il y a lieu de rappeler que la satisfaction de ce type de besoins passe par le recours à d’autres moyens, comme le prêt à intérêt et le crédit bancaire, qui suppléent les relations personnelles. Ceci s’explique souvent par l’humiliation d’avoir à demander de l’aide à une relation personnelle située à un échelon supérieur, voire par la peur de recevoir une réponse négative, comme l’exprime João, originaire de Tiradentes à São Paulo : « Plutôt mourir que de recevoir un refus d’une personne qui m’est chère ». À Salvador on trouve couramment des réactions similaires.

34Enfin, dans les cas de fort éloignement consécutif à une migration d’un État à un autre, ou de l’intérieur vers une capitale, au moins un cas à Salvador montre que les relations ou contacts ne se perdent pas nécessairement ; une dynamique de « va-et-vient » permettant de conserver les relations d’origine, en général les parents, a pu être observée. Ce phénomène a déjà été signalé par le passé (Durham 1973). Ces cas suggèrent que le réseau de soutien aux migrants, fondé sur la parentèle ou la communauté d’origine, peut perdurer, par exemple, en soutenant ceux qui profitent des opportunités offertes par la ville (emplois ou petits travaux) pour gagner de l’argent, ou bien, simplement, ceux qui vont retrouver leur famille.

35À Salvador, on observe de manière plus claire qu’à São Paulo que l’entrée et la sortie d’un milieu organisationnel n’implique pas nécessairement un gain ou une perte de relations. C’est le cas par exemple d’un changement d’église, lorsque les anciens coreligionnaires sont des voisins et que l’on continue de se rencontrer quotidiennement. Le milieu organisationnel, dans ces cas, n’est pas à proprement parler différencié, car il se superpose au voisinage. Ce qui semble changer, c’est le sens des « devoirs et obligations » que revêt la relation avec l’autre du fait de sa participation aux activités de l’église. Cependant, même à l’intérieur de lieux considérés comme des « communautés spirituelles », complicités et affinités produisent également une certaine sélectivité au sein des relations – plus « dyadiques » que proprement « communautaires » –, certains étant plus requis que d’autres pour de l’aide ou des informations qui auront un impact sur les conditions de vie, par exemple les opportunités de travail.

36Cette superposition est patente lorsque l’on interroge les gens sur le soutien matériel apporté à des ex-camarades d’école appartenant à leur réseaux personnels qui, dans le cas de Salvador, sont presque toujours des voisins à vie.

37La « multiplexité » des relations, fort visible dans les cas rencontrés à Salvador, se manifeste également à l’occasion de l’obtention d’un travail, légal ou non (des biscates comme on appelle communément les travaux précaires et temporaires). Il est courant de bénéficier de la recommandation de voisins, particulièrement d’amis habitant dans le voisinage, ou de parents qui vivent alentour, pour pouvoir profiter de telles opportunités. Ceci montre l’importance des relations fortes et stables à l’intérieur d’un réseau. Des voisins qui ont été camarades de classe et qui éventuellement fréquentent le même lieu de culte, constituent des médiations fréquentes pour obtenir des informations sur des offres d’emploi. Ils peuvent même être à l’origine d’un processus qui amène, comme on l’a vu, à la constitution d’une sphère de relations liées au travail, qui peut faire à son tour de l’individu un broker ou un pont pour d’autres personnes du quartier dans l’obtention d’informations et d’opportunités professionnelles en dehors du voisinage et dans différents endroits de la ville. Ainsi, les réseaux personnels caractérisés par le « localisme », la « multiplexité », et composés d’individus qui vivent dans des endroits discriminés, ne représenteraient pas en soi des obstacles, mais une manière singulière de bénéficier d’autres types d’occasions sur le marché du travail.

38Nous allons maintenant examiner les mécanismes relationnels qui influencent la formation des réseaux du travail ainsi que leur activation différenciée par les individus. Il s’agit de mettre en lumière les « déclencheurs » du processus causal qui produisent une différenciation entre les réseaux de personnes en situation de pauvreté et expliquent leur variabilité.

Les mécanismes (à l’intérieur) des réseaux

39Pour une meilleure compréhension de la portée des mécanismes relationnels qui sont à la base des processus de différenciation des réseaux, reprenons la comparaison entre les réseaux de classe moyenne et les réseaux d’individus en situation de pauvreté à São Paulo (dans le cas de Salvador, nous avons collecté des informations uniquement en rapport avec les réseaux les plus pauvres).

Différencier les réseaux de classe moyenne et ceux des personnes en situation de pauvreté

40Dans l’analyse faite à partir des cas rencontrés à São Paulo, où nous avons comparé les itinéraires et les relations personnelles d’individus appartenant à des groupes sociaux différents, les réseaux personnels tendaient jusqu’à l’adolescence à être similaires en termes de composition, étant en grande partie conditionnés par les mécanismes plus généraux du cycle de vie. À partir de l’adolescence cependant, nous avons identifié des mécanismes sociaux qui entraînent la différenciation des modèles relationnels des individus de classe moyenne et des personnes se trouvant en situation de pauvreté. Dans la phase de transition vers la vie adulte, la sociabilité scolaire et le processus de socialisation pour trouver un travail constituent, chez ces deux groupes, des facteurs-clés dans la différenciation des structures relationnelles. Il s’agit d’un moment crucial dans la vie des individus, où se produisent des clivages qui auront des effets durables, se répercutant sur l’accumulation différenciée d’avantages et de handicaps au cours de la vie de chacun (Marques 2012).

41Cette argumentation a de nombreuses conséquences sur les études consacrées à la pauvreté et aux inégalités, notamment parce qu’elle cherche à nier la centralité accordée jusqu’alors aux attributs individuels, notamment le niveau de scolarité et ses répercussions sur le niveau de rémunération des individus sur le marché du travail. Nous cherchons donc ici à répondre à la question suivante : comment la dimension relationnelle rivalise-t-elle avec ce type d’attributs dans la détermination du revenu des individus ?

42Les cas rencontrés à São Paulo témoignent du fait qu’une présence plus longue dans les institutions scolaires a un impact positif sur l’insertion dans le monde du travail. En premier lieu, l’entrée à l’école diminue l’homophilie du réseau du fait des relations établies dans le nouveau milieu, par rapport aux liens de famille et de voisinage jusqu’alors prépondérants. L’école est un des milieux qui transforment le contenu des réseaux. En même temps que les liens plus primaires et locaux (comme ceux de la famille et du voisinage), de nouvelles relations, moins primaires, sont incorporées (comme théoriquement, les relations de travail, celles nouées dans les lieux de culte et dans les associations). Ce processus s’accentue au fil du parcours scolaire. Par conséquent, le secondaire est généralement un lieu moins homophile en termes relationnels et moins local en termes géographiques que le primaire. À cet égard, les attributs tels que le niveau de scolarité se constituent en même temps que les types de réseaux personnels.

43Cependant, chez les personnes de classe moyenne, les attributs individuels du monde adulte et les types de réseaux personnels se construisent de manière parallèle et progressive. C’est également dans l’univers étudiant que ces individus débutent leur transition vers le monde professionnel et cherchent à réaliser leur insertion dans les réseaux professionnels. Chez les personnes en situation de pauvreté, on observe que la durée de la vie scolaire tend à être moindre et, de plus, dans cette phase de la vie adulte, des événements peuvent se superposer et fragiliser ainsi la recherche d’une meilleure insertion professionnelle. Parmi ces événements, il y a les mariages précoces et la grossesse pendant l’adolescence, mais également la nécessité de travailler pour aider le noyau familial, ainsi qu’une plus forte exposition et un accès plus direct aux secteurs du marché de travail proposant des activités à faible spécialisation et à bas salaire.

44Au contraire, chez les jeunes de classe moyenne, il y a une meilleure insertion dans le milieu universitaire et dans d’autres espaces de préparation à la vie active, qui tendent à favoriser une socialisation professionnelle plus avantageuse et privilégiée. C’est justement en milieu universitaire qu’on observe chez ces individus la construction initiale de réseaux professionnels et une transition relationnelle lente, mais continue, vers un marché du travail plus spécialisé. Une partie des relations des réseaux de ces sujets est associée à la profession visée, relations par le biais desquelles des emplois, informations, opportunités et techniques sont partagés pendant toute la vie de manière plus dense et plus stable. La liberté de choix tend en effet à être plus grande pour ces jeunes des classes moyennes.

45S’agissant d’individus en situation de pauvreté, les cas rencontrés à São Paulo témoignent d’importantes discontinuités dans les itinéraires d’insertion au sein du marché du travail, même pour ceux qui arrivent à la fin du secondaire. En effet, au lieu de se réaliser dans des niches professionnelles, leur insertion est marquée par la variabilité et se traduit par le passage par une série d’activités diverses, à faible qualification et à faible rendement. L’apprentissage professionnel se trouve ainsi compromis, et les informations et moyens pour en bénéficier sont plus épars, d’autant plus que les amis d’école tendent à suivre des itinéraires similaires. Ainsi, il ne se produit aucune médiation relationnelle (préalable et continuée tout le long de la vie) dans le milieu scolaire, à l’image de ce qui se passe chez les jeunes des classes moyennes. En pratique, la socialisation ouvrant au monde du travail s’effectue bien davantage de manière instable, discontinue et dispersée, ce qui explique que les choix professionnels soient plus contraints et moins libres.

46Pour les individus en situation de pauvreté, l’enseignement technique pourrait représenter une alternative susceptible d’agir positivement, à l’image de ce qui se passe dans les classes moyennes qui fréquentent l’université, mais en bénéficiant certainement d’une immersion relationnelle moins intense en raison de la faible durée de ce type d’études. En outre, du point de vue de la mobilité sociale, cette formation est de moindre portée qu’une formation supérieure. Ceci est dû aux différences de catégories qui sont à l’œuvre dans le champ professionnel, établissant une distinction entre, d’une part, des professions au statut élevé, offrant un fort retour socio-économique et une position de prestige (médecins, infirmiers, dentistes, ingénieurs, etc.) et, d’autre part, les professions de nature plus technique, avec un retour plus faible (aides-soignantes, techniciens). Comme l’a souligné Marques (2012), ces exemples renvoient à des divisions classiques entre travail manuel et non manuel, qui contribuent à produire et reproduire les inégalités persistantes, comme le montre Tilly (2005).

47Il existe un autre mécanisme qui se superpose à celui-ci et tend à différencier les réseaux des deux groupes sociaux tout le long de l’itinéraire individuel. En effet, l’économie des relations lie les processus de création et de conservation des relations sociales à des coûts de différentes natures (économiques, émotionnels et temporels). Tandis que les individus de classe moyenne parviennent à conserver des contacts et des parties de leur réseau constituées à diverses époques de leur vie, les individus en situation de pauvreté se concentrent sur des liens construits plus récemment. Ainsi, chez les plus pauvres, on observe avec le temps une tendance à la réduction des réseaux personnels et à l’appauvrissement de la sociabilité. Ce phénomène est aggravé dans le cas des migrants, étant donné les coûts supplémentaires que la migration implique pour conserver des relations sociales.

48En théorie, les mécanismes cités plus haut ont pour effet cumulé d’étendre et d’enrichir les réseaux en termes de sociabilité, pour les individus des classes moyennes qui conservent diverses « temporalités ». En revanche, les individus en situation de pauvreté tendent à avoir des réseaux plus étroits, moins variés, accumulant moins de relations, et ils en perdent une part significative au cours du temps.

Différencier les réseaux d’individus en situation de pauvreté : quelques éléments rencontrés à São Paulo et Salvador

49Une fois décrits les mécanismes sociaux qui contribuent à la différenciation de chaque groupe, il a fallu identifier un autre ensemble de mécanismes qui interviennent au cours de l’itinéraire des individus en situation de pauvreté, contribuant à la différenciation de leurs réseaux. Il s’agit maintenant d’examiner, d’une part, comment et pourquoi les réseaux chez les plus pauvres se différencient et, d’autre part, quel en sont les répercussions sur leurs conditions de vie, soit du point de vue de la simple survie (get by), des améliorations des conditions de vie voire de la mobilité sociale (get ahead). Comme l’analyse Marques (2012), les réseaux d’individus en situation de pauvreté offrent une grande hétérogénéité et suggèrent que les mécanismes relationnels peuvent être au fondement de ce processus.

50À São Paulo, on a mis en évidence un processus concernant l’itinéraire de vie lié à la migration et l’insertion relationnelle du migrant : les relations disponibles dans le lieu d’arrivée conditionnant le type d’insertion dans le marché du travail. L’individu est ainsi dirigé vers une niche professionnelle offrant en général des activités de faible qualification où il peut se trouver cantonné toute sa vie. Cependant, les possibilités de contacts avec des structures relationnelles plus diversifiées et plus riches pourraient favoriser l’insertion dans des niches professionnelles de meilleure qualité, malgré la présence de liens forts. Les cas rencontrés à Salvador témoignent également de ces tendances, mais certaines situations spécifiques ont permis de mieux mesurer le poids du milieu relationnel lié à l’univers de travail de l’individu. C’est le cas de l’insertion dans des activités commerciales. Le commerce en lui-même peut favoriser une meilleure circulation et une diversification des contacts, ainsi qu’un apprentissage relationnel qui peut être utilisé par l’individu pour gravir les échelons économiques tout au long de sa vie.

51Il y a lieu d’observer que tous les individus interrogés ne disposent pas de réseaux d’entre-aides fondés sur la parentèle ou la communauté d’origine, parce que ces individus sont des « pionniers », les premiers à avoir commencé le processus de migration, ayant été amenés par des agences privées. Dans ce cas, ils ne sont pas nécessairement attachés à une entreprise, mais construisent, notamment au début, leur propre itinéraire professionnel.

52À Salvador, la fréquentation de milieux relationnels et organisationnels différenciés semble partir de liens, faibles ou forts, mais généralement locaux et denses, incluant des parents mais également des relations tissées dans le voisinage ou dans d’autres milieux organisationnels, comme l’église ou les associations, physiquement proches. Corroborant les preuves obtenues à São Paulo, ces considérations confortent l’argument selon lequel la logique des relations faibles de Granovetter (1973) n’explique pas de manière pleinement satisfaisante l’obtention d’informations nouvelles et de stratégies permettant un meilleur positionnement. De fait, dans un marché du travail où l’accès à des emplois de haut niveau paraît plus difficile qu’à São Paulo, ce qui semble prédominant, c’est une logique sélective s’appuyant sur des liens plus forts, qui peut – ou non – amener les individus à fréquenter des structures relationnelles plus riches. Autre explication possible : le simple hasard. À Salvador, « localisme » et « multiplexité » dans les relations s’entretiennent mutuellement, et il apparaît clairement que la « force des relations fortes » joue dans l’accès aux opportunités, voire aux opportunités de relations elles-mêmes.

53Les cas rencontrés à Salvador ont établi de manière évidente l’existence d’un clivage entre les écoles d’enseignement général et l’enseignement technique professionnalisant. Du point de vue des réseaux sociaux, ce dernier apparait comme une possibilité de participation à des milieux plus hétérophiles. La grande présence de relations locales dans les réseaux personnels des jeunes, jointe à la « multiplexité » école-voisinage, suggère que les écoles de Salvador tendent à être plus intensément homophiles que celles de São Paulo. Ce n’est pas en vain que les personnes interrogées ont souligné l’importance pour des enfants de fréquenter un milieu scolaire en dehors du quartier ou de l’école technique. L’hétérophilie revêt une importance en termes non seulement de qualité, mais également de valeur. « Tout son monde se limitait au quartier », raconte une mère, pour parler de l’importance pour sa fille d’étudier dans une école moins proche.

54Enfin, dans le cas d’une personne ayant connu une grande réussite socio-économique, l’absence d’enseignement formel avait été compensée par la fréquentation de « personnes d’un niveau différent du [sien]» au cours de sa vie, ce qui montre également l’importance de l’hétérophilie rattachée aux expériences et aux relations établies, permettant un apprentissage à l’intérieur de son propre parcours.

55Peut-être, plus qu’à São Paulo, les effets de la monopolisation des opportunités, comme l’entend Tilly (2000), s’avèrent être particulièrement forts à Salvador du fait d’un plus grand « localisme », de la « multiplexité » des relations et de la « force des liens forts ». Ce phénomène semble conforter le principe de sélectivité entravant la circulation des ressources et des informations vitales chez les individus les plus pauvres, notamment en ce qui concerne l’accès au marché du travail.

56En reprenant maintenant les éléments jouant un rôle dans la différenciation des réseaux de pauvres, de classe moyenne et d’individus en situation de pauvreté, il serait possible de suggérer que, de la même manière qu’à São Paulo, les structures relationnelles des jeunes en situation de pauvreté à Salvador tendent à subir l’impact des différentes sociabilités développées au cours de la vie scolaire et des socialisations au sein du monde du travail. Cependant, certaines réserves doivent être émises : il y a lieu de prendre en considération, d’un côté, ce qui a déjà été énoncé à propos de la forte homophilie supposée dans le secondaire à Salvador – à l’exception de l’enseignement technique qui semble se distinguer dans cette ville par une forte hétérophilie – et, d’un autre côté, les conditions du marché du travail de Salvador, plus restrictif que celui de São Paulo.

57Il convient à nouveau d’affirmer que, dans la capitale bahianaise, la force des liens est plus déterminante encore pour l’insertion initiale des plus jeunes. Dans les cas où cela ne se produit pas, c’est par la fréquentation et la participation à des associations que des jeunes ont trouvé des opportunités plus différenciées. En outre, dans ce cadre plus restrictif, l’entrée à l’université et le fait de rester dans ce milieu se sont avérés être de véritables atouts quant aux possibilités d’enrichissement de l’univers relationnel et quant à l’accès aux informations non redondantes et plus riches. De plus, on observe qu’à Salvador l’économie des relations fonctionne comme un facteur aggravant car quiconque quitte l’université perd tout contact avec des relations établies dans ce milieu (relations qui n’habitent généralement pas dans le même quartier). Demeure cependant l’espoir de les renouer après le retour tant souhaité à l’université et la conclusion du cycle supérieur.

58Concernant l’association entre confiance et homophilie observée à São Paulo (où des formes d’aides mieux dotées financièrement et plus durables sont habituellement introduites dans les réseaux par les seuls individus à qui l’on fait confiance), le cas de Salvador renforce l’idée selon laquelle il s’agit là d’un mécanisme sélectif qui tend à créer un cercle vicieux de dépendance vis-à-vis de l’entre-aide de proximité. Voilà qui pourrait suggérer l’hypothèse selon laquelle les clivages amèneraient à des différences plus polarisées entre les individus en situation de pauvreté à Salvador, étant donné que la structure des opportunités dans cette ville est plus restreinte. On cherche à pointer par là que chez les plus pauvres des pauvres, il peut y avoir une accumulation plus importante des handicaps, amenant plus facilement à des situations d’isolement social. Salvador dans ce cas serait un espace plus propice encore à « l’emprisonnement » de certains individus en situation de faible accès aux aides, biens et services, soit sur le marché du travail, soit en-dehors de celui-ci, étant donné le phénomène de monopolisation des opportunités (Tilly, 2000), ce qui alimente la reproduction constante des inégalités, même à l’intérieur de ce groupe social.

59Nous avons pu vérifier que les réseaux très locaux augmentent les effets de la ségrégation spatiale, tout comme les réseaux plus diversifiés et moins locaux tendent à annuler ces effets. Ce résultat s’avère plus significatif à São Paulo qu’à Salvador pour les individus en situation de pauvreté, dans la mesure où le « localisme » est plus intense encore dans cette dernière ville. Il s’agit d’un autre mécanisme de différenciation, qui est renforcé par le fait que les nœuds présents dans les réseaux d’individus sont riches en contacts avec l’extérieur. L’isolement social est donc un facteur plus déterminant dans les réseaux personnels que le caractère discriminé ou non du milieu résident.

60Par ailleurs, les réseaux entrent en contact les uns avec les autres en fonction de la fréquentation par les individus de lieux déterminés ou d’organisations où circulent habituellement une grande quantité d’informations non redondantes. Les cas rencontrés à São Paulo ont montré que, dans ces circonstances, l’effet produit consiste davantage dans la création d’espaces qui tendent à concentrer les personnes appartenant à des réseaux différents. Dans ce cas, les individus n’ont pas besoin de participer à des réseaux comme des églises, des associations, des salons de coiffure, etc. (qui peuvent être autant de « fenêtres d’opportunités » à condition que la fréquentation ne soit pas de nature homophilique car plus ce mécanisme est homophilique, moins il a d’effets). Dans le cas de Salvador, les points de rencontres proches physiquement du lieu de résidence ont de grandes chances de présenter un haut degré d’homophilie ; des points de rencontres dans d’autres endroits de la ville sont en ce sens moins vertueux. Ainsi la probabilité de « circularités » semble plus élevée à Salvador qu’à São Paulo.

61Enfin, il convient d’observer que les parcours individuels sont variés et ne sont pas déterminées a priori par l’existence de tels mécanismes. Ceux-ci peuvent s’associer, de manière cumulative ou non, à d’autres facteurs et événements divers, parfois même au hasard, sans oublier le rôle de l’action individuelle qui permet d’éviter un tel phénomène de cumul. De toute façon, plus la circularité est grande, plus grande est la probabilité « d’enfermement » dans un cercle de handicaps qui peut se traduire par des situations d’isolement social et de forte pauvreté.

En guise de conclusion

62Cet article a abordé l’importance de la dimension relationnelle pour la compréhension de la pauvreté et, en particulier, de l’hétérogénéité des situations de pauvreté. Comme nous l’avons vu, l’étude conjointe des réseaux sociaux et de la ségrégation peut ouvrir d’importantes voies de compréhension de ce phénomène, révélant l’existence d’une association entre les caractéristiques des réseaux, de la sociabilité et des conditions de vie.

63Cependant, pour mieux comprendre comment les réseaux créent des différences entre groupes sociaux, nous devons d’abord analyser les mécanismes qui façonnent ces réseaux, médiatisent leur utilisation par les individus et influencent leur action.

64Certains mécanismes différencient les réseaux d’individus pauvres et ceux d’individus de classe moyenne, pendant que d’autres produisent de l’hétérogénéité chez les pauvres et influencent la reproduction des inégalités. Ces mécanismes concernent : 1) les différentes dynamiques d’accès à l’éducation (notamment au niveau universitaire), 2) les différentes formes de prise en charge des coûts de production et d’entretien des relations, 3) les différentes dimensions spatiales de la migration à l’intérieur de la ville, 4) la formation professionnelle, 5) la transformation d’un type de relation en un autre, 6) la combinaison entre les différents types de sociabilité et de ségrégation. Un certain nombre de mécanismes déploient une dynamique circulaire et cumulative reproduisant des situations de pauvreté. D’autres mécanismes créent des opportunités ou rendent possibles la mise en œuvre de stratégies viables permettant aux individus d’échapper à ces cercles vicieux, comme on le voit dans la forte variabilité sociale existant entre individus discriminés, ou encore dans la transformation continue des types de relations.

65Cependant, chez certains individus, les parcours dits cumulatifs peuvent progressivement réduire les possibilités de choix disponibles. Ceci signifie qu’une partie de la population peut subir des processus de détérioration ou d’accumulation de handicaps, qui nourrissent le désespoir et le fatalisme, renforçant par conséquent les effets des cercles vicieux qui se traduisent par des inégalités et une pauvreté persistantes.

66Ceci dit, les résultats d’ensemble de notre enquête confirment l’importance des réseaux sociaux et des relations de diverses natures pour la compréhension de la (re)production de la pauvreté et des inégalités. Á cet égard, il y a lieu de reprendre certains éléments théoriques. On sait que les rapports médiatisés par les institutions, en particulier dans le monde urbain, notamment vis-à-vis du marché et de l’État, tendent à réduire les degrés de personnalisation des relations. Cependant, comme l’ont démontré certaines études, malgré l’universalisation des politiques qui donnent accès à des services variés, les relations sociales constituent toujours une médiation entre les organisations de l’État et les citoyens, comme l’a démontré Lipsky (1980), et filtrent l’accès aux différents marchés et, plus spécifiquement, au marché du travail comme l’ont montré Polanyi (1980) et Granovetter (1973). Au sujet du même phénomène au Brésil, nous pouvons citer Lotta (2010) et Guimarães (2009). Nous pourrions ajouter cependant que dans des contextes socio-économiques différents et, étant donné l’existence de « multiples causalités conjoncturelles » comme l’entend Ragin (1987), nous avons montré comment la question de la « force des liens faibles » de Granovetter (1973) doit être reconsidérée.

67D’une manière générale, cependant, dans ces contextes de pauvreté qui ne font pas nécessairement l’objet d’une politique sociale ou qui se caractérisent par une demande excédentaire par rapport à l’offre, il y a lieu de penser que l’impersonnalité tend à être moindre. Dans ce cas, le rôle des institutions qui pallient la sociabilité personnalisée, n’est pas aussi clairement corroboré que dans d’autres pays où les régimes d’aide sociale tendent à favoriser une plus grande individualisation et l’émancipation de l’individu par rapport à d’autres institutions sociales, notamment la famille.

68Par ailleurs, l’individualisme négatif (Castel 1995) qui découle de l’incapacité de ces régimes (jusqu’à maintenant) à garantir la protection, ne semble pas être une réalité si évidente dans des endroits où les institutions publiques de protection n’ont pas assumé ce rôle aussi pleinement.

69Au contraire, quand il s’agit de penser l’intégration sociale dans des contextes comme l’Amérique latine et, pour prendre le cas de cette étude, dans un pays comme le Brésil, il est nécessaire de considérer que l’intégration sociale se réalise à travers de multiples filiations (Saraví 2007). Ainsi, à côté de relations de nature institutionnelle qui se sont renforcées en même temps, par exemple, que les droits sociaux, des liens primaires et informels perdurent en se combinant avec ces liens formels.

70Le bien-être des individus se constitue par l’interrelation entre l’État, le marché et la solidarité au sein d’une société donnée, ce qui implique les interactions, les relations et les contacts sociaux. Les individus se construisent au fur et à mesure de leur parcours, constituant des modèles relationnels dynamiques qui favorisent les échanges, donnent accès à diverses aides dans leurs activités quotidiennes, avec diverses répercussions sur leurs conditions de vie.

Haut de page

Bibliographie

Blokland, Talja. 2003. Urban Bonds. Londres, Basil Blackwell.

Carvalho, Inaiá & Pereira, Gilberto (coord.). 2006. Como anda Salvador. Salvador, Edufba.

Carvalho, Inaiá, Souza, Ângela. & Pereira, Gilberto. 2004. « Polarização e segregação socioespacial em uma metrópole periférica ». Cadernos CRH, 17, 41, p. 281-297.

Cem/Sas. 2004. Mapa da Vulnerabilidade Social da População da Cidade de São Paulo. São Paulo, CEM/Cebrap, SAS/PMSP & SESC.

Castel, Robert. 1995. Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat. Paris, Librairie Arthème Fayard.

Castello, Graziela & Marques, Eduardo. 2010. « Pobreza e Localismo: Comparações entre São Paulo e Salvador ». Communication présentée au congrès de l’Anpocs, Caxambu, manuscrit.

Durham, Eunice. 1973. A caminho da cidade. São Paulo, Perspectiva

Durham, Eunice. 1988. « A sociedade vista da periferia ». In L. Kowarick (coord.), As Lutas Sociais e a Cidade. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Elder, Glen. 2006. « The Emergence and Development of Life Course Theory ». In J. Mortimer & M. Shanahan (coord.), Handbook of the Life Course. NewYork, Springer.

Esping-Andersen, Gösta. 2002. « Towards the Good Society, Once Again? » In G. Esping-Andersen et al. (coord.), Why We Need a New Welfare State? Oxford, Oxford University Press.

Granovetter, Mark. 1973. « The Strength of Weak Ties ». American Journal of Sociology, 78, 6, p. 1360-1380.

Guimarães, Nadya. 2004. « Transições ocupacionais e formas de desemprego em São Paulo e Paris ». Communication présentée au séminaire Structure sociale et ségrégation, São Paulo/Rio de Janeiro/Paris, CEM/Cebrap, manuscrit.

Guimarães, Nadya. 2009. À procura de trabalho: instituições do mercado e redes. Belo Horizonte, Argumentum.

Lipsky, Michael. 1980. Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Services. Nova York, Russell Sage Foundation.

Lomnitz, Larissa Adler, 1975. Como sobreviven los marginados. México, Siglo Ventiuno.

Lotta, Gabriela. 2010. « Implementação de Políticas Públicas: o impacto dos fatores relacionais e organizacionais sobre a atuação dos burocratas de nível de rua no Programa Saúde da Família ». Thèse de doctorat, São Paulo, Université de São Paulo.

Mahoney, James. 2001. « Beyond Correlation Analysis: Recent Innovations in Theory and Method ». Sociological Forum, 16, 3, p. 575-593.

Marques, Eduardo. 2012. Opportunities and Deprivation in the Urban South. Poverty, Segregation and Social Networks in São Paulo. Surrey, Ashgate.

McPherson, Miller, Smith-Lovin, Lynn & Cook, James. 2001. « Birds of a Feather: Homophily in Social Networks ». Annual Review of Sociology, 27, p. 415-444.

Molm, Linda, Collet, Jessica & Schaefer, David. 2007. « Building Solidarity Through Generalized Exchange: A Theory of Reciprocity ». American Journal of Sociology, 113, 1, p. 205-242.

Nunes, Edson. 1997. A gramática política do Brasil. Brasília, Enap & Zahar.

Polanyi, Karl. 1980. A grande transformação. São Paulo, Campus.

Ragin, Charles. 1987. The Comparative Method: Moving Beyond Qualitative and Quantitative Strategies. Berkeley, University of California Press.

Saraví, Gonzalo. 2006. De la pobreza a la exclusión: condituinades y rupturas de la cuestión social en América Latina. Buenos Aires, Prometeo Libros.

Sarti, Cynthia. 2005. A família como espelho: um estudo sobre a moral dos pobres. São Paulo, Cortez.

Tilly, Charles. 2000. La desigualdad persistente. Buenos Aires, Manatial.

Tilly, Charles. 2001. « Mechanisms in Political Processes ». Annual Review of Political Science, 4, p. 21-41.

Tilly, Charles. 2005. Identities, Boundaries and Social Ties. Boulder, Paradigm.

Townsend, Peter. 1962. « The Meaning of Poverty ». British Journal of Sociology, 13, 3, p. 210-227.

Weber, Max. 1922. Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriss der verstehenden Soziologie, Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck).

Haut de page

Notes

1 Cette recherche, dirigée par Eduardo Marques au Centro de Estudos da Metrópole, a compté sur la participation des chercheurs suivants (par ordre d’entrée dans le groupe de recherche) : Renata Bichir, Miranda Zoppi, Thais Pavez, Encarnación Moya, Igor Pantoja, Rafael Soares et Graziela Castello.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Sociogramme moyen d’un individu pauvre (femme à São Paulo)
Légende Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2 – Sociogramme moyen d’un individu de classe moyenne (femme à São Paulo)
Légende Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un petit réseau (femme à Salvador)
Légende Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrainLégende : Ego : triangle ; Famille : cercle ; Voisinage : carré
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4 – Sociogramme d’un individu pauvre avec un réseau étendu (homme à Salvador)
Légende Source : Élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrainLégende : Ego : triangle ; Famille : cercle ; Voisinage : carré ; Amitié : losange
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 1 : Histogrammes du « localisme » à São Paulo et à SalvadorProportion de relations dans la zone où vit l’égo (São Paulo)
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Proportion de relations dans la zone où vit l’égo (Salvador)
Légende Source : élaboré par les auteurs à partir des données collectées sur le terrain
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Encarnación Moya et Eduardo Marques, « Échanges sociaux et mécanismes relationnels à São Paulo et Salvador »Brésil(s), 3 | 2013, 149-172.

Référence électronique

Encarnación Moya et Eduardo Marques, « Échanges sociaux et mécanismes relationnels à São Paulo et Salvador »Brésil(s) [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.500

Haut de page

Auteurs

Encarnación Moya

Encarnación Moya est chercheur en post-doctorat au Núcleo de Estudos de População (NEPO) de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Eduardo Marques

Eduardo Marques est professeur au département de Science politique de l’Université de São Paulo et ancien directeur du Centro de Estudos da Metrópole (2004-2009).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals