Navigation – Plan du site
Dossier - Genre et justice

« J’ai parlé à Dieu » : violences conjugales et impasses du système judiciaire brésilien

Conversar com Deus: Violência Doméstica e Dilemas do Judiciário no Brasil
Talking to God: Domestic Violence and Judicial Dilemmas in Brazil
Luis Roberto Cardoso de Oliveira et Daniel Schroeter Simião
Traduction de Stéphane Chao

Résumés

Les études ethnographiques réalisées dans diverses régions du Brésil prouvent que la judiciarisation des conflits, si elle est potentiellement bénéfique, n’entraîne qu’une réduction limitée du nombre d’agressions contre les femmes. Dans cet article, nous traitons de ce sujet d’un point de vue plus large. À partir de recherches de terrain portant sur des procès pour des affaires de violences conjugales, nous essayons de comprendre en quoi cette judiciarisation contribue à engendrer un sujet moderne, qui conçoit l’égalité comme une valeur à part entière et le monde civique comme un espace où les individus doivent être traités de manière équitable.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en novembre 2018 ; approuvé en avril 2019.

Notes de l’auteur

Cet article est le fruit d’une réflexion collective qui s’est approfondie au fur et à mesure des nombreux et riches échanges que nous avons eus notamment avec le Laboratoire de recherches sur la citoyenneté, l’administration des conflits et la justice à l’Université de Brasília (Laboratório de Estudos da Cidadania, Administração de Conflitos e Justiça – CAJU/UnB). Les auteurs remercient tous les membres de ce laboratoire. Il convient également de souligner que ce travail s’est largement nourri du dialogue constant noué entre l’INCT/InEAC et le groupe coordonné par Kelly Silva qui étudie les phénomènes de transposition, d’invention et de subversion liés à la modernité. Les recherches qui ont donné lieu à cet article ont bénéficié de diverses aides à la recherche et de bourses d’études allouées par la Coordination pour le perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior – CAPES) et par le Conseil national de développement scientifique et technologique (Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico – CNPq). Les auteurs remercient également les suggestions du comité de lecture qui a évalué ce texte en vue de sa publication.

Texte intégral

1Au Brésil comme dans d’autres pays, le système judiciaire joue un rôle toujours plus décisif dans la lutte pour la défense des droits de certaines catégories d’individus comme les femmes, les Noirs, les enfants ou les adolescents. Cette « judiciarisation », selon le terme de Rifiotis (2008 et 2014), a donné lieu – au cours de la dernière décennie – à une nouvelle tradition d’études ethnographiques. Les chercheurs se sont interrogés plus avant sur la manière d’articuler la résolution des conflits à la défense des droits civiques, problématique qui est du reste explorée depuis longtemps au Brésil par l’anthropologie du droit (Kant de Lima, Eilbaum & Pires 2010 ; Schuch 2009 ; Cardoso de Oliveira 2007 et 2010a, etc.).

2Tout un pan de cette nouvelle littérature traite de la judiciarisation des violences conjugales et familiales contre les femmes, particulièrement à partir de la promulgation en 2006 de la loi Maria da Penha (loi 11.340/2006) qui a débouché sur la création de tribunaux chargés de ces causes.

3Les études ethnographiques réalisées dans diverses régions du Brésil prouvent que cette judiciarisation, si elle est potentiellement bénéfique, n’entraîne qu’une réduction limitée du nombre d’agressions contre les femmes. Dans cet article, nous traitons de ce sujet d’un point de vue plus large. À partir de recherches de terrain effectuées lors de procès pour des affaires de violences conjugales, nous essayons de comprendre en quoi l’intervention de la justice contribue à engendrer une subjectivité moderne, qui conçoit l’égalité comme une valeur à part entière et le monde civique comme un espace où les individus doivent être traités de manière égalitaire.

4Selon Schuch (2008), les interventions favorables à l’égalité des individus devant la loi « ont pour objectif de façonner des sujets éthiques conçus comme des citoyens actifs, aptes à maximiser leur bonheur, à faire des choix conscients et à poser des actes libres ». Au cours de la procédure judiciaire, les juristes considèrent que certaines victimes de violence, comme les enfants, les adolescents ou les femmes, jouissent d’une dignité et d’une autonomie propres au sujet moderne mis en avant par l’État. Toutefois, ils reproduisent un biais inhérent à la procédure, qui consiste à poser une dichotomie excessive entre l’agresseur et la victime. Il en résulte un traitement paternaliste des causes, qui dénie au sujet sa qualité de citoyen actif, contredisant ainsi le postulat qui est au fondement même de l’idéologie de l’individu moderne (Dumont 1983). Cette contradiction est, notons-le, particulièrement patente dans notre système judiciaire qui, comme le rappelle Kant de Lima (2010), est héritier de l’Inquisition.

5Notre groupe de recherche s’est pour sa part particulièrement penché – et depuis longtemps – sur l’inégalité de traitement qui sévit dans nos institutions judiciaires ainsi que dans la société civile en général. Nous nous sommes ainsi intéressés aux pratiques policières (Kant de Lima 1995) et judiciaires (Amorim, Kant de Lima & Teixeira Mendes 2005). Nous avons également analysé les interactions qui existent dans l’espace public (Cardoso de Oliveira 2002) et les conceptions de l’égalité qui servent de fil conducteur à nos institutions (Teixeira Mendes 2005 ; Cardoso de Oliveira 2010b, 2013 et 2018).

6Dans cet article, nous examinons en quoi l’action judiciaire tour à tour favorise et entrave la formation d’un sujet autonome. Dans ce but, nous examinons des exemples qui mettent en lumière le fonctionnement paradoxal de la justice, laquelle appréhende l’individu soit comme un self autosuffisant, détenteur de droits fondamentaux, soit comme un être ancré dans un faisceau de relations, contredisant le statut de sujet universel qu’on prétend lui attribuer. Adoptant le point de vue des acteurs, nous essayons de voir comment l’intervention de la justice influe sur leur conception de l’équité et sur l’idée qu’ils se font de la notion de réparation.

  • 1 L’exemple le plus frappant de la seconde conception se trouve dans une phrase de Rui Barbosa : « La (...)

7En nous appuyant sur un ensemble de travaux ethnographiques réalisés par des chercheuses et chercheurs de l’Université de Brasília (UnB) et par l’Institut d’études comparées en gestion des conflits (INCT/InEAC), nous montrons que l’institution judiciaire, du fait de son fonctionnement, ne peut pas traiter efficacement les différends, notamment lorsqu’il s’agit de conflits interpersonnels dans lesquels l’éthique relationnelle joue un rôle essentiel. Ces dysfonctionnements s’expliquent par le télescopage de deux conceptions de l’égalité : l’une selon laquelle les citoyens ont les mêmes droits et doivent être traités de manière indifférenciée ; l’autre selon laquelle les citoyens ont des droits dissemblables en fonction de leur statut et de leur condition sociale, et doivent être traités de manière différenciée1.

8Les individus en conflit, notamment lorsqu’ils sont membres d’une même famille (dans les cas de violences conjugales), interagissent à l’intérieur d’un réseau complexe de relations présentes ou passées. Or, l’action judiciaire traduit cette situation concrète en termes juridiques abstraits (Simião 2015a), ce qui a pour effet de la vider de son caractère relationnel, de telle sorte qu’il est difficile de reproduire symboliquement le conflit, et encore davantage d’y trouver une solution thérapeutique. Le verdict est ainsi généralement insatisfaisant pour les deux parties qui doivent souvent renoncer à la réparation qu’elles escomptaient (Cardoso de Oliveira 2010a).

9Au Brésil, la justice cherche moins à résoudre les conflits qu’à restaurer un certain ordre social (Kant de Lima 2010), à telle enseigne qu’elle ne peut pas traiter une affaire sans se heurter à des obstacles de diverses natures et, en cela, elle déçoit nécessairement les attentes des justiciables. Que se passe-t-il alors au cours d’un procès ? Quels sont les éventuels effets positifs de la justice sur les parties en présence ? Notre hypothèse est la suivante : loin d’œuvrer à la seule préservation de l’ordre social, la justice brésilienne cherche implicitement à élever le justiciable au statut de sujet moderne, en lui conférant les attributs d’une citoyenneté pleine et entière. Cependant, cette tentative est contradictoire en raison, comme nous l’avons déjà souligné, des deux types d’égalité qui cohabitent dans la sphère publique, si bien que l’action de la justice rencontre de sérieuses limites.

La réponse judiciaire aux violences conjugales : un champ d’affrontements multiples

10La création dans les années 1980 de postes de police réservés aux violences contre les femmes marque une première étape dans la judiciarisation de ces faits et constitue une victoire pour les mouvements féministes qui exigeaient la reconnaissance par l’État des droits des femmes. Toutefois, à partir des années 1990, on voit apparaître un discours qui dénigre le formalisme juridique et plaide pour un mode de résolution alternatif des conflits. Ce mouvement débouche sur la promulgation de la loi 9.099/95 qui instaure des tribunaux spéciaux chargés de juger des crimes que l’on considère « potentiellement moins graves » (menor potencial ofensivo). Créés pour éliminer le backlog de tous les procès civils et pénaux, ces tribunaux se sont immédiatement vu attribuer des causes qui jusqu’alors étaient négligées par le système judiciaire ou traitées seulement en amont par les postes de police spécialisés dans la prise en charge des femmes victimes de violences (Amorim, Kant de Lima & Teixeira Mendes 2005 ; Azevedo 2008). Cependant, à partir de la fin des années 1990, ils ont été l’objet de critiques confirmées par des études qui montrent que la justice tend à banaliser la souffrance des femmes : la cour montre de l’indulgence vis-à-vis de l’agresseur qui n’est puni que d’une amende ou encore laisse la victime sans défense une fois de retour chez elle (Debert & Oliveira 2007).

11Ces critiques ont fini par discréditer le concept de justice réparatrice appliqué aux conflits domestiques (Ministério da Justiça 2005). Il s’est ensuivi la promulgation en 2006 de la loi 11.340/2006, connue sous le nom de loi Maria da Penha, qui interdit que les violences conjugales soient jugées selon les procédures définies par la loi 9.099/95, et qui en outre met au service de la victime un dispositif d’aide psychologique et sociale, tout en durcissant fortement les peines réservées à l’agresseur. Cette loi a également donné lieu à la création de tribunaux appropriés pour instruire les affaires de violences conjugales et familiales contre les femmes. Simião avait déjà observé :

  • 2 Debert & Gregori (2008) ont perçu les nuances que recèlent ces diverses situations, mais elles pers (...)

Ce débat clôt la question de déterminer en quoi consiste la résolution équitable d’un conflit. Tandis que les partisans de la justice réparatrice considèrent qu’il est souhaitable et bénéfique de mettre en avant les liens qui existent entre les parties en conflit, d’autres y voient au contraire un obstacle, l’institution judiciaire ne reconnaissant pas les droits de l’une des parties ou ne prenant pas en considération sa souffrance. (Simião 2015a, 56)2

12En ce sens, l’application de la loi Maria da Penha a engendré des situations qui illustrent le problème que nous avons présenté dans l’introduction de cet article. En effet, une analyse ethnographique permet de mettre en évidence les vives tensions qui existent entre des sensibilités civiques différentes, comme nous essaierons de le montrer plus loin.

Le récit des victimes

13Krislane de Andrade Matias (2013) a suivi divers procès pour violences conjugales au tribunal spécial du District fédéral. Dans son étude, l’auteure décrit les attentes des victimes vis-à-vis des institutions auxquelles elles font appel ; elle souligne également l’appui qu’elles reçoivent de leur famille et l’accompagnement administratif dont elles bénéficient avant que l’affaire ne soit effectivement jugée au tribunal. Matias relate les témoignages fort éclairants de douze femmes, avec qui elle s’est entretenue.

14Ce qui au premier abord attire l’attention dans leurs récits, c’est qu’elles affirment avoir recouru à la justice dans le but de rompre avec l’éthique relationnelle. Dans l’une des affaires étudiées, un homme s’est senti offensé par le fait que sa femme ait engagé une procédure de divorce, ce à quoi il a réagi par un surcroît de violence à son égard. « Pendant environ trois mois, il l’a menacée, proférant tous sortes d’invectives soit par téléphone, soit en personne. » (Id., 82) D’autres travaux ethnographiques avaient déjà montré que l’agresseur considérait comme une attaque contre sa personne le fait que la victime ait saisi la justice. À cet égard, DaMatta avait raison d’affirmer, il y a plusieurs décennies (1979), que la loi représente aux yeux des Brésiliens moins la garantie que leurs droits seront respectés qu’un contrôle social qui s’exerce sur eux et qui culmine avec la punition. Dans d’autres sociétés comme les États-Unis, le droit fait partie intégrante de la vie du citoyen et le fonctionnement du système judiciaire est conçu de manière à permettre que les négociations au sujet des droits et des intérêts de chacun se déroulent dans un cadre étroitement institutionnel. Ce n’est pas le cas au Brésil, où le fait d’intenter un procès ou de saisir la justice est habituellement ressenti comme une rupture de la relation de confiance. Toute démarche juridique est ainsi perçue comme une attitude qui consiste à rejeter voire à nier l’existence de tout lien avec l’autre partie.

15Pour comprendre le rapport de ces femmes à l’institution judiciaire, il faut prendre en considération un autre élément d’importance, que Matias dénomme « le réseau affectif » (rede afetiva), lequel est composé par la famille et le voisinage. C’est bien souvent sous l’influence de celui-ci que les victimes prennent l’initiative d’aller trouver la police. Plusieurs témoignages mentionnent ainsi le rôle des amis ou des parents, un certain nombre d’agressions ayant même été dénoncées par la grand-mère maternelle de la femme, par le fils aîné, ou par les voisins.

16Il importe de noter que la quasi-totalité des interlocutrices de Matias avaient un point commun : ayant migré à Brasília, elles vivaient loin de leur famille d’origine. Elles ne pouvaient donc pas totalement compter sur leur réseau local d’entraide pour se protéger. Or, elles venaient d’un milieu dans lequel l’individu réagit à une menace en se tournant d’abord vers son entourage formant un réseau étroit de relations. Ainsi, elles se sont trouvées désemparées et il ne leur est plus « resté » que leur statut de citoyenne pour se protéger de la violence de leurs compagnons. Elles se sont alors résolues à faire appel à la loi, mais à contrecœur, car elles étaient conscientes qu’une telle démarche conduirait à une rupture de l’éthique relationnelle. Au sujet du rôle joué par la famille malgré l’éloignement, Matias (2013, 113) observe :

La femme qui me reçoit me raconte que ses amis et sa famille, qui vivent dans l’État de l’Alagoas, l’encouragent fermement à se séparer de son compagnon et petit à petit elle « commence à prendre courage ». Elle me dit : « ma mère prie tout le temps pour ne pas recevoir, à tout moment, un appel qui lui annonce que le pire m’est arrivé.

17Lorsqu’un individu est détaché du réseau relationnel dans lequel il est lié aux autres par des obligations et notamment un devoir de protection mutuelle, il est davantage susceptible de faire appel à des mécanismes étatiques. On assiste notamment à ce phénomène dans les situations postcoloniales, comme le montrent les travaux ethnographiques réalisés par notre groupe de chercheurs sur les violences conjugales au Timor Oriental (Simião 2015b ; Santos Filho 2017). Dans ce pays, l’individu est notablement fragilisé lorsqu’il a rompu les liens avec sa famille. En effet, cette dernière forme en général un groupe excessivement étendu obligeant l’individu qui veut y échapper à revendiquer, le cas échéant, son statut de citoyen pour trouver une issue.

18Selon Matias, il en va de même au Brésil, à ceci près que la famille a un rapport ambivalent à l’institution judiciaire. D’un côté, elle prétend résoudre elle-même les conflits qui surviennent en son sein mais, d’un autre côté, elle incite ses membres à faire appel à la justice étatique. À ce sujet, Matias (Ibid., 114) note :

Un réseau de relations se présente sous des aspects différents selon les circonstances. La famille intervient ainsi de diverses manières, notamment parce que, dans certains cas, la femme cache la violence que sa propre famille lui inflige, préférant se confier à des personnes extérieures. Dans d’autres cas, ce sont des collègues de travail ou des amies qui lui apportent leur soutien et l’exhortent à dénoncer les violences qu’elle a subies.

19C’est parfois l’éthique relationnelle qui conduit la victime à porter plainte, en particulier lorsque l’honneur des personnes est en jeu, comme dans le cas emblématique de Nadine. Voici son histoire : victime de violences de la part de son compagnon, la jeune femme a dénoncé ce dernier à la justice, suite à quoi le jeune homme a passé quelques temps en prison. Le couple a fini par se séparer, mais ils sont restés en contact parce qu’ils avaient eu un enfant ensemble. Lorsque Nadine a été à nouveau violentée, mais cette fois-ci, par son nouveau petit ami, elle a reçu le soutien actif de son ancien compagnon qui se serait, d’une certaine façon, senti outragé si elle n’avait pas porté plainte :

Son ancien compagnon a lui-même insisté pour qu’elle aille au commissariat : « C’est lui qui m’a poussé à porter plainte, parce que je l’avais fait à l’époque contre lui, alors que c’était beaucoup moins grave… Il était fou de rage... Il a insisté jusqu’à ce que je cède. » Le jour même de l’agression, Nadine s’est rendue au commissariat le plus proche, accompagnée cette fois de son ancien compagnon. (Ibid., 118)

20Nous avons ici l’exemple d’une personne qui ne cherche pas à faire valoir ses droits en tant que citoyenne, mais qui en appelle à une autre éthique – celle de l’institution judiciaire – afin de trouver une solution à son problème. Tout en faisant intervenir la justice, la victime relie sa conduite à un ensemble de significations et d’affects qui relève de l’éthique de la sociabilité. Or, selon Cardoso de Oliveira (2018), cette dimension relationnelle échappe à l’institution judiciaire qui traduit l’expérience vécue dans un langage juridique abstrait. En outre, cette même institution définit l’individu par son seul statut de citoyen, à l’exclusion de tout autre caractéristique, dans le souci de garantir un traitement égal entre les justiciables. Nous qualifions de « monde civique » cet univers de la citoyenneté, dans lequel il n’est pas acceptable de favoriser tel ou tel acteur ou, a contrario, de relativiser ses droits en fonction de son statut ou de sa condition sociale. Ainsi, pour la victime, faire appel à l’éthique relationnelle n'est pas vraiment approprié.

La maîtrise d’un langage propre

21Le plus souvent, dans les affaires de violence conjugale, une plainte n’aura de chances d’aboutir qu’à condition que la victime soit capable de traduire sa situation dans un langage approprié. Certaines d’entre-elles peuvent ainsi être pénalisées, notamment lorsqu’il s’agit de femmes pauvres et peu instruites, qui n’ont pas les moyens de comprendre la logique du processus.

  • 3 Simão a analysé cette oppositon (la négation de l’individu comme citoyen actif contre la nécessité (...)

22O’Barr & Conley (1985) soulignent à quel point, dans les tribunaux américains, les justiciables qui n’ont pas d’avocats peinent à expliquer leur cas et à se défendre, car ils argumentent selon leur propre logique, qui n’est pas celle des tribunaux. Ce télescopage entre la logique inductive des profanes et la logique déductive des juristes engendre des discriminations. On les retrouve également au Brésil mais sous une autre forme : là, les professionnels du droit rechignent à se mettre à l’écoute de gens peu instruits qu’ils ne considèrent pas comme des sujets autonomes, dans le sens où ils ne connaissent pas leurs droits et n’ont pas les moyens de parler en leur nom propre. Il s’agit d’une véritable exclusion discursive3.

23Ce cas de figure est parfaitement illustré par l’affaire rapportée par Ranna Mirtes Correa (2012, 15). L’auteure relate l’audience à laquelle elle a assisté au tribunal de Brasília chargé des affaires de violences conjugales et familiale contre les femmes :

Cette affaire présente un intérêt tout particulier. En effet, la victime a dénoncé son mari auprès d’un commissariat pour femmes et celui-ci a engagé une procédure en vue d’obtenir la garde provisoire de leurs trois enfants. À cet effet, il a produit des photos et des rapports d’expertises médicales censés prouver qu’elle les violentait, lui et leurs enfants. Ainsi, avant même que le couple ne comparaisse à la deuxième audience, le « conseil de tutelle » [organe de protection des enfants et des adolescents] a décidé d’accorder au père la garde provisoire des enfants et il s’est prononcé pour que la mère soit provisoirement mise à l’écart du foyer.

24Nous sommes ici en présence d’une affaire complexe dans laquelle un même conflit donne lieu à deux procédures distinctes traitées par deux instances judiciaires différentes. En effet, d’un côté, la plainte pour violence conjugale est instruite par un tribunal spécialisé dans les agressions contre les femmes, et de l’autre, la demande pour obtenir la garde des enfants est instruite par le tribunal de la famille. Les positions du requérant et du défendeur sont symétriques, la femme étant la plaignante (ou victime) dans un procès et la prévenue (ou accusée) dans l’autre. Au vu de l’issue que ces procès ont connue, on peut dire que la partie ayant le plus de chances de gagner est celle qui démontre la meilleure capacité de se conformer aux codes de l’institution judiciaire. Ainsi la femme, pour étayer sa plainte, a produit des pièces à conviction qui n’ont pas été considérées comme recevables. En outre, elle peinait à comprendre l’enjeu des diverses audiences qui se déroulaient dans des enceintes différentes en fonction de l’affaire traitée. Le mari, pour sa part, est parvenu à maîtriser les codes et le vocabulaire du système judiciaire pour mettre sa femme dans une situation défavorable, comme on a pu s’en apercevoir peu de temps après :

Entre la première et la deuxième audience, Maria a été provisoirement exclue de chez elle par décision du juge du tribunal de la famille. Elle ne faisait manifestement pas bien la différence entre les deux cours de justice, puisqu’elle n’attribuait pas cette décision au tribunal de la famille, mais à la « justice » en général. Maria manifestait ainsi son désarroi, en affirmant avoir été écartée de son domicile, malgré les violences qu’elle avait subies. En effet, elle n’avait pas compris qu’elle avait comparu dans ce palais de justice-là pour répondre d’un autre procès. (Id., 65)

25Lors de l’audience qui s’est déroulée au tribunal chargé des causes de violences conjugales, leurs comportements respectifs étaient fort différents. Nerveuse, la femme ne parvenait pas à exprimer ses requêtes dans un langage approprié. En revanche, le mari avait apporté des documents et des photos et il a en outre fait valoir la décision favorable rendue par le tribunal de la famille. L’affaire a bien entendu été classée, au détriment de la femme. En produisant des photos et des documents, le mari s’est montré capable d’argumenter selon une logique déductive, pour reprendre les termes d’O’Barr & Conley. En outre, le tribunal n’a pas pris le soin de vérifier si les parties comprenaient le langage technique des procédures, ce qui revient à pratiquer une discrimination produisant une deuxième dimension d’exclusion discursive, dont nous avons donné plus haut un premier exemple.

26Selon les codes de communication en vigueur dans le domaine juridique, produire des preuves matérielles est fondamental. Une des interlocutrices de Matias (2013, 84) a bien compris ce principe de base :

Je pense qu’ils ne m’ont donné aucune orientation [la première fois où elle s’est rendue au commissariat] parce que j’étais venue seule et que j’ai témoigné oralement. Alors, la deuxième fois, j’ai apporté l’enregistrement, que j’avais copié sur un CD, et je l’ai laissé au commissariat. Le commissaire l’a écouté et il a vu que c’était grave, parce que j’étais menacée de mort.

27La simple présentation d’une preuve matérielle (l’enregistrement) n’a pas été suffisante dans ce cas :

Elle relate que, outre l’enregistrement, elle a amené au commissariat une version imprimée de la loi 11.340/2006, dont elle entendait se prévaloir si d’aventure on lui objectait que la législation ne s’appliquait pas dans les cas où il n’y avait pas agression physique. Dès qu’elle a été reçue, Ana Clara a fait écouter l’enregistrement aux agents de police, et malgré tout, elle s’est vue opposer une fin de non-recevoir : « Le commissaire ne m’a pas aidé. Pourtant le jour où je suis allée porter plainte, j’ai amené avec moi un enregistrement où il [mon mari] m’insultait, me menaçait et tout le tintouin… Alors le commissaire m’a dit que cela ne tombait pas sous le coup de la loi Maria da Penha. Je lui ai répondu que si, parce que cette loi ne punit pas seulement les agressions physiques… Je lui ai montré l’article 7, à propos des violences morales et autres. Je lui ai prouvé qu’il devait prendre des mesures de protection… Parce que souvent, on croit que rien ne va arriver, et justement parce qu’on croit ça, quelque chose finit par arriver. » (Ibid., 85, c’est Matias qui souligne).

28Les requérants rencontrent ainsi de multiples obstacles au moment du dépôt de la plainte au commissariat et ensuite tout le long de la procédure judiciaire, ce qui contribue à créer le sentiment que justice n’a pas été rendue. Selon plusieurs personnes interviewées par Matias, l’intervention de la justice n’a fait qu’envenimer la situation. Du reste, voici un témoignage éloquent :

Lygia me confie que si elle avait un conseil à donner à une personne placée dans une situation similaire, elle lui dirait de ne pas s’abriter derrière la loi Maria da Penha, parce qu’avec la « justice, la situation ne fait qu’empirer ». […] « Je lui conseillerais plutôt d’aller à l’église et de prier. Parce que la justice ne va rien régler du tout. C’est ce que j’ai fait, quand j’ai vu que cela n’avancerait à rien de faire un procès, je suis allée à l’église. J’ai demandé à Dieu de m’aider, j’ai parlé à Dieu. » (Ibid., 138-39)

29En tant que partie prenante du procès, Lygia a été profondément déçue par le système judiciaire. Elle a en effet le sentiment que son affaire n’a pas été jugée de manière équitable, attendu que son mari a eu gain de cause et qu’elle a rencontré les plus grandes difficultés à se faire entendre. Cette déception semble prouver que la « pédagogie de la modernisation », selon l’expression de Kelly Silva, est un échec (Silva s. d.). La judiciarisation du conflit n’a manifestement pas conduit le sujet à intérioriser les principes d’une éthique individualiste : au contraire, la victime s’est repliée sur l’univers traditionnel, incarné ici par la religion, davantage susceptible à ses yeux d’apporter une solution à son problème.

La vocation civilisationnelle du droit

30Bien que la déception soit souvent au rendez-vous comme le montrent nombre de travaux ethnographiques, l’institution judiciaire persiste malgré tout à promouvoir la vocation dite civilisationnelle du droit. Elle est ainsi chargée d’orienter des individus considérés comme « inaptes » (hipossuficientes) vers des formes supposément mieux appropriées d’organisation et de reproduction sociale. Cette tendance est particulièrement accusée dans le droit de la famille. Dans ce domaine, en effet, les juristes mettent en avant une forme d’organisation familiale radicalement différente de celle expérimentée par les justiciables, séparant ainsi les conflits de leur origine et de leur signification.

31Ranna Mirtes Correa a mis ce dysfonctionnement clairement en évidence dans une autre étude, réalisée conjointement avec le Centre de promotion de la filiation (Núcleo de Promoção da Filiação – NPF) de la cour de justice d’Alagoas, un organisme conçu pour retrouver le père d’un enfant lorsque son nom ne figure pas sur le certificat de naissance de celui-ci. L’intervention du NPF présuppose qu’il existe un modèle de famille nucléaire composée par un père, une mère et des enfants qui habitent ensemble et sont liés par les liens du sang. À partir de cette idée préconçue, on organise des équipes de juristes, de psychologues et d’assistantes sociales qui font pression sur la mère d’un enfant à seule fin d’identifier le géniteur pour, le cas échéant, faire figurer son nom sur les registres de l’état civil :

Assurément, l’objectif principal de cette démarche est de retrouver le père pour l’inscrire sur les registres d’état civil. Cependant, les psychologues et les assistantes sociales réalisent avant tout un travail de sensibilisation pour que le père prenne conscience qu’il doit non seulement officialiser sa paternité, mais également faire partie intégrante de la vie quotidienne de son enfant, en vivant de fait avec lui. (Correa 2016, 127, souligné par l’auteur)

32Nous avons ici affaire à une vision idéologique de la famille, selon laquelle l’enfant a le droit de connaître son père et de vivre avec lui. De surcroît, le but de la démarche est de produire des liens affectifs à partir de l’action judicaire.

En faisant inscrire le nom du géniteur sur les registres d’état civil et en lui faisant passer des accords ayant valeur juridique, les professionnels pensent inciter le père, ainsi reconnu, à fréquenter plus souvent sa fille ou son fils et à être davantage présent dans sa vie pour in fine créer des liens d’affection avec elle/lui. La régularisation de l’état civil et, plus largement, le travail réalisé par le NPF ont pour objectif que le géniteur assume concrètement et de manière responsable son statut de père. Nous insistons sur le fait que d’autres facettes de la relation avec l’enfant, comme l’engagement affectif, l’amour, la tendresse, généralement éludés par les instances judiciaires, devraient être prises en considération par les professionnels, comme autant de critères essentiels pour reconnaître le statut de père. (Id., 128)

33Dans ses démarches pour retrouver le père biologique, le NPF conduit des recherches minutieuses qui se révèlent similaires au processus inquisitoire de la police, comme l’a bien montré Kant de Lima (1995). Selon ce dernier, celles-ci deviennent même des enquêtes policières, le test ADN constituant la preuve matérielle par excellence. Faisant fi des relations affectives réelles, les professionnels du NPF se mettent ainsi en quête du « vrai » père sans prendre en considération les arrangements familiaux qui sont courants dans les banlieues des villes brésiliennes. À ce titre, Correa a recueilli un témoignage éclairant d’une jeune mère, qui montre comment cette démarche est perçue :

Camila me dit avec un sourire ironique que la présence du père n’a jamais rien changé dans sa famille : le nom du père de mes autres enfants figure sur leur état civil, mais à quoi bon, puisque c’est moi qui ait toujours dû m’occuper d’eux toute seule pendant toute ma vie ? Elle explique qu’elle a eu ses deux premiers enfants avec un homme qu’elle a fréquenté de 12 à 21 ans. Sa première fille, qui a huit ans aujourd’hui, elle l’a prise avec elle pour l’élever, puisque celle-ci est le fruit d’une relation que son ex-compagnon a eue avec une prostituée. Elle a accepté la petite comme si c’était sa propre fille et s’en occupe depuis qu’elle est tout bébé, car elle n’avait jamais été enceinte jusqu’alors et qu’elle avait peur de ne pas pouvoir être mère un jour. (Ibid., 95, souligné par l’auteur)

34En plaquant un modèle de famille nucléaire et consanguin, la justice finit par perturber assez gravement la vie des familles sur lesquelles elle enquête. Voici un exemple emblématique : une jeune femme a été conduite au NPF pour officialiser la paternité de l’enfant qu’elle avait eu avec un garçon qui vivait avec elle. Ils étaient ensemble depuis un certain temps et la situation avait été assumée. Lorsqu’ils ont appris, lors de l’audience, que le test ADN était négatif, ils sont restés interdits. Les paroles de la mère de la jeune fille résument bien le drame engendré par l’intervention judiciaire :

Elle est dans de beaux draps maintenant ma fille. Elle habitait avec moi et un jour elle est arrivée à la maison avec un ventre comme ça. Voyez-vous Madame, dès que ce garçon a su qu’elle était enceinte, il lui a apporté son soutien. Lorsque l’enfant est né, ils sont allés au centre pour faire un test ADN. Ensuite, ils ont décidé d’habiter ensemble dans l’intérieur du pays. Elle a rassemblé toutes ses affaires et elle les a transportées là-bas. Et maintenant, je vous pose la question : qu’est-ce qu’elle va faire ? Il ne peut pas être officiellement le père de l’enfant et pourtant il est déjà si attaché à lui... (Ibid., 77).

Les représentations ambivalentes de l’égalité de traitement

  • 4 Au Brésil les « défenseurs publics » ont les mêmes fonctions que les avocats commis d’office en Fra (...)

35Dans les différents exemples étudiés, on constate que deux logiques se télescopent : la logique individualiste sur laquelle reposent les droits de l’enfant et de la femme ; la logique hiérarchique qui renvoie à un modèle familial se définissant par un type d’affects et par une certaine position des membres les uns par rapport aux autres. Or, c’est ce dernier paradigme qui sert de fil conducteur à l’action judiciaire. D’une certaine manière, les exemples que nous avons présentés témoignent bien de la tension qui existe entre les deux conceptions de l’égalité que nous avons évoquées plus haut. En outre, la famille est une notion omniprésente chez les magistrats, qui s’en servent comme métaphore pour décrire la relation qu’ils entretiennent entre eux. Dans une étude sur le fonctionnement de la cour d’assises de Rio de Janeiro, Isabel Nuñez (2018) observe que les magistrats de l’État (juges, procureurs et défenseurs publics4) se décrivent eux-mêmes comme une « famille judiciaire ». Ils utilisent ce terme pour caractériser les liens puissants qui les unissent. En effet, le fait de se côtoyer constamment leur permet presque instinctivement de savoir ce que l’un attend de l’autre. Ainsi, sauf dans les cas où la défense est assurée par un avocat privé, les procès en assises sont instruits avec célérité.

36Nuñez décrit, à travers le prisme de cette notion de famille, la conduite des magistrats, les accords qu’ils négocient entre eux et leurs échanges de bons procédés. Elle montre par exemple que les procureurs et les défenseurs publics s’entendent à l’avance sur les stratégies de défense et d’accusation à partir de leur propre appréciation de l’affaire. Ces « accords », comme ils les appellent, ne sont pas possibles avec des acteurs qui ne font pas partie de la « famille », comme les avocats de la sphère privée. On ne passe des accords qu’avec des gens en qui on a confiance. Or, selon la logique ambigüe qui régit la vie de la « maison-rue » au Brésil (DaMatta 1979), la confiance n’est pas un postulat républicain, mais un attribut de la personne de confiance, connue, en l’occurrence du parent.

37Il n’y a pas qu’à Rio de Janeiro que juges, procureurs et défenseurs se mettent préalablement d’accord sur la procédure-standard qui sera suivie pour instruire une affaire. Cette pratique est également répandue dans le District fédéral, comme le montrent les travaux d’Alessandra de la Vega Miranda (2014) qui la dénomme « triangulation ». Dans son étude, l’auteure décrit un tribunal spécial où juge, procureurs et défenseur public déclaraient être capables d’identifier rapidement le type d’affaire qu’ils devaient instruire lors de l’audience. Cette appréciation leur permettait de savoir immédiatement quelle suite ils devaient lui donner et cela, sans prendre en compte le point de vue des justiciables. Ainsi, au nom de l’efficacité, ils prononçaient le renvoi de l’affaire en quelques minutes. Il importe de souligner que, dans le cas analysé par Miranda, les magistrats avaient la même formation et la même carrière professionnelle. La « famille judiciaire » semble être, dans ce cas, singulièrement endogamique.

38Ces diverses études mettent en lumière la conception ambigüe de l’équité qui sévit dans le monde civique brésilien. En effet, les acteurs qui devraient veiller à l’égalité de traitement entre citoyens non seulement classent ces derniers de manière hiérarchique mais, de plus, ils se laissent eux-mêmes répertorier à l’intérieur des catégories utilisées à cet effet, dont celle de « famille ». Ils finissent ainsi par attendre un type de comportement de la part de telle ou telle catégorie de personnes et ils leur attribuent certains droits en fonction de critères mouvants et flous, ce qui débouche sur ce que L. Cardoso de Oliveira qualifie de « monde civique mal configuré (mundo cívico mal-conformado) », qui est aussi mal compris. Par ailleurs, cette tendance contribue à effacer la distinction entre droit et privilège (Cardoso de Oliveira 2010b), ce qui est dommageable.

39Les justiciables, lors d’un procès, sont tiraillés entre conception universaliste et conception particulariste et hiérarchique de l’égalité. Du coup, ils ne savent pas quelle conduite adopter, car ils ignorent les critères qui seront appliqués pour les juger. L’institution judiciaire se caractérise donc par son opacité et son incapacité à prendre en compte la signification anthropologique des conflits. En visant une participation accrue des justiciables, comme s’y évertue l’État brésilien, les conflits dans lesquels ils sont impliqués deviennent plus difficiles à résoudre.

40La justice réparatrice suppose que les parties reproduisent symboliquement le conflit dans le but de lui conférer un sens. Dans les cas de violence symbolique, on cherche généralement à se tenir davantage à l’écoute des justiciables, en multipliant les espaces où ils peuvent s’exprimer et ce, avant et après la décision de justice comme nous le verrons plus loin. Cependant, étant donné les contraintes structurelles qui existent au Brésil en la matière, ces initiatives trouvent rapidement leurs limites.

En quête d’une écoute

41La loi Maria da Penha (LMP) a permis, de fait, la multiplication des espaces d’écoute propices à une reconstruction symbolique des conflits. En effet, le titre V de la loi prévoit que les tribunaux chargés des violences conjugales doivent se doter d’une « cellule d’aide composée par une équipe polyvalente » :

Entre autres obligations déterminées par la législation locale, [il revient à la cellule d’aide] de fournir des informations par écrit au juge, au ministère public et au défenseur public, sous forme de rapports écrits ou d’interventions orales pendant l’audience. Ils doivent également fournir un travail de conseil, d’orientation et de prévention auprès de la victime, de l’agresseur et des membres de la famille, et peuvent prendre toutes mesures appropriées, en apportant une attention particulière aux enfants et aux adolescents. (titre V, art. 30).

42Nous avons accompagné pendant plusieurs mois une expérience pilote réalisée dans le District fédéral au tribunal dédié aux affaires de violences conjugales et rattaché au centre Bandeirante. Les justiciables étaient pris en charge avant l’audience par une équipe multidisciplinaire qui les écoutait longtemps, d’abord individuellement puis collectivement.

43Contrairement à ce qui se passait durant les sessions du tribunal, cette écoute attentive permettait de mettre au jour un certain nombre de données, sans lesquelles il n’aurait pas été possible de recontextualiser les conflits et de leur donner une suite judiciaire satisfaisante du point de vue des justiciables. Cependant, cette logique du dialogue était en porte-à-faux avec celle du système judiciaire :

Lorsqu’on analyse le modèle mis en œuvre dans le centre Bandeirante, on est frappé par la tension constante qui existe entre les deux approches du conflit, l’une répondant à une logique judiciaire, l’autre à une logique thérapeutique. (Simão 2015a, 63)

44La logique judiciaire, fondée sur la confrontation, s’oppose radicalement à la logique réparatrice, fondée sur l’écoute, base du travail des équipes multidisciplinaires. Selon la première, les parties se répondent en s’opposant les unes aux autres jusqu’à ce que le juge tranche. Dans la seconde, les parties s’efforcent d’arriver à une interprétation commune des faits qui conviennent aux deux, attendu que ce consensus est la matrice des solutions qui permettront de réparer les dommages subis par les uns ou les autres.

45Critiquée par le ministère public, cette prise en charge préalable par l’équipe multidisciplinaire a fini par être détachée de la procédure judiciaire, à laquelle elle était initialement intégrée (sous le nom d’« audience »), pour ne plus être considérée que comme un simple « accompagnement » précédant le procès.

46L’application de la loi Maria da Penha est également tributaire d’une interprétation soit punitive, soit thérapeutique, la première étant fondée sur les droits individuels et peu attentive au contexte, la seconde soucieuse de réparer les dommages subis par la victime.

  • 5 Il s’agit de groupes d’hommes poursuivis em justice pour des violences domestiques qui doivent, sel (...)

47En étudiant le fonctionnement de différents « groupes de réflexion5 » à Rio de Janeiro, Marco Martínez-Moreno (2018) souligne un certain nombre d’impasses, qui découlent notamment du fait que les logiques dont relèvent respectivement le judiciaire et le psychosocial se chevauchent et s’affrontent. Il a analysé l’expérience vécue par divers hommes condamnés pour violences conjugales au sein de groupes de réflexion auxquels ils étaient obligés de participer et qui étaient coordonnés par des professionnels du domaine psychosocial. Ces groupes configurent un univers de sociabilité régi par une éthique autre que celle qui préside à la procédure judiciaire : si les tribunaux obéissent à une logique qui généralement réduit les sujets et les réalités complexes à des notions juridiques et à des articles du code pénal, les « facilitateurs » qui coordonnent ces groupes ont une approche nuancée et une vision influencée par la pensée psychanalytique. Selon Martínez-Moreno, les professionnels du droit autant que les psychologues s’évertuent à « civiliser la culture » en essayant de réduire l’autre (en l’occurrence « l’agresseur ») à sa culture de la violence, tout en mettant en œuvre une ingénierie sociale qui vise à transformer la conscience de l’individu. Dans ce cas, « civiliser la culture » constitue un véritable défi, la réflexion sur soi-même et l’autocritique se heurtant aux exigences du discours politique et/ou militant. Pour reprendre les termes de Martinez-Moreno (2018, 338) :

Penser le proces réflexif proposé par les agents civilisateurs suppose de bien saisir que ce retournement du regard sur soi s’impose à tous ceux qui sont impliqués dans le procès mais aussi, d’une manière générale, à tout sujet moderne. Ceci suppose que nous prenions conscience des présupposés moraux qui affectent les concepts philosophiques et scientifiques qui sont au fondement des pratiques constitutives de la société civile, véritables « points aveugles » ou « centres de référence » d’un positionnement individualiste face à l’existence. Cette réflexivité passe par des dynamiques de réduction à terme du monde juridique brésilien du fait de la qualification victimisante de la raison de l’agression qui invalide les arguments de l’accusé, ainsi que de la re-complexification du conflit associé à la reconnaissance de l’agentivité de la victime de la « situation de violence ». Cette approche, qui appréhende l’individu comme un être genré au sein de l’institution étatique moderne, révèle les conflits de pouvoir entre les discours politiques et militants et leurs exigences, d’une part, et ceux du monde juridique et scientifique, d’autre part, dans la lutte pour la caractérisation des sujets et de la punition qui doit être appliqué par l’État.

48Les travaux de Martinez-Moreno pointent ainsi la situation complexe expérimentée notamment par les professionnels du champ psychosocial. Ils mettent en effet en lumière les multiples rapports hiérarchiques qui découlent du genre et qui, associés à d’autres marqueurs sociaux et facteurs de différenciation, donnent lieu à une catégorisation préalable des hommes et des femmes impliqués dans un procès. Examiner ce problème excèderait assurément le cadre de cet article. Toutefois, on peut noter que la logique hiérarchique inhérente à l’institution judiciaire n’est pas le seul facteur qui influence les justiciables dans leur démarche pour reconstruire symboliquement une situation de violence conjugale. Les marqueurs de pouvoir et les distinctions sociales en fonction du genre y jouent également un rôle essentiel. Comme l’écrit Butler (2006, 81) :

Il faut commencer par interroger les rapports de pouvoir qui conditionnent et limitent les possibilités dialogiques. Sans cela, le modèle du dialogue risque de retomber dans un modèle libéral qui suppose que les sujets parlant ont les mêmes positions de pouvoir, et qu’ils parlent tous en se faisant la même idée de l’« unité » de ce que signifie être « d’accord » […]

Considérations finales

49Comme l’indique la littérature ethnographique et comme nous espérons l’avoir montré, les conflits relationnels donnent lieu à des affaires qui ne se laissent pas réduire à une équation simple que la justice devrait résoudre. Or, cette difficulté est emblématique de la condition du citoyen qui vit dans une société régie par un modèle égalitaire mais qui est en même temps marqué par des représentations hiérarchiques. Dans un tel contexte, il est rare que les notions de compensation ou de réparation (healing) trouvent une application effective, tant au niveau social qu’individuel, de sorte que les décisions de justice peuvent être perçues comme iniques par les individus.

50Dans le même temps, les politiques publiques façonnent un mode d’action judiciaire qui oscille entre des formes de gestion antagonistes des conflits (justice punitive vs. justice thérapeutique ; élimination du conflit vs. réparation). Dans cet article, nous avons essayé de montrer que cet antagonisme reflétait une dichotomie inhérente à la notion de citoyenneté (opposition entre deux conceptions de l’égalité, entre droits et privilèges, entre éthique du sujet de droit autosuffisant et éthique de la relation). À cet effet, nous avons analysé les conduites et les représentations des sujets impliqués dans des affaires de violences conjugales.

  • 6 Cardoso do Oliveira (2018) attribue cette tension à l’ambiguïté qui existe entre « morale sociétair (...)

51La judiciarisation des conflits fait manifestement émerger deux camps. Le premier est formé par les équipes multidisciplinaires, les professionnels travaillant dans le domaine psychosocial et certains représentants du système judiciaire. Ceux-ci envisagent avant tout la justice comme un mécanisme de réparation dans lequel l’individu est conçu comme un sujet de droit incarné, inséré dans un réseau concret de relations. Le second se réclame du principe juridique d’égalité et, de ce fait, postule un individu universel assujetti à des lois s’appliquant uniformément à tous. Pourtant, on observe, dans les pratiques concernées, la coexistence d’une conception civique de l’égalité et d’une conception étatique/hiérarchique. La tension entre ces deux pôles reflète, selon Cardoso de Oliveira, des « sensibilités civiques » antagonistes6.

52On comprend, dans un tel contexte, qu’il puisse exister de graves difficultés de communication entre les différents acteurs d’un procès. C’est là un obstacle qui entrave la reconstruction symbolique du conflit et, de ce fait, débouche sur des décisions perçues comme injustes. À cet égard, le système judiciaire brésilien fonctionne de telle manière que les plaintes ne sont pas instruites de manière satisfaisante, notamment lorsqu’elles ont trait à des conflits interpersonnels dans lesquelles l’éthique relationnelle joue un rôle essentiel.

53Cependant, toute procédure judiciaire constitue une expérience marquante qui a des conséquences sociales sur l’individu. Bien que nous manquions encore d’études concrètes sur ce sujet, il est d’ores et déjà possible d’avancer l’hypothèse suivante : en plus de préserver un ordre social hiérarchique et inégalitaire, les pratiques judiciaires tendent à promouvoir une conception individualiste du sujet. Or, ce modèle individualiste doit composer avec les ambiguïtés inhérentes au monde civique brésilien, ce qui donne lieu à des conduites elles-mêmes ambigües. En effet, si l’État exerce une tutelle juridique sur les individus, ceux-ci vont malgré tout chercher de l’aide en dehors de la sphère institutionnelle dans le but de faire valoir leurs droits ou ce qu’ils considèrent comme tels.

54Recourir à la loi ne signifie pas forcément être un citoyen conscient et responsable, notamment en ce qui concerne les femmes qui font appel à la loi Maria da Penha. En effet, ces dernières sont souvent poussées par leur réseau relationnel, lequel est régi par une logique hiérarchique. De la même manière, les instances officielles ont beau créer des espaces d’écoute et de réflexion, elles ne parviennent pas pour autant à transformer les individus en citoyens « modernes ». Ils continueront de percevoir négativement la justice tant qu’ils ne comprendront pas les critères qu’elle utilise pour apprécier, classifier et valider leurs actes (et leurs savoirs).

55Lygia, l’interlocutrice de Matias, que nous avons citées précédemment, a prononcé des paroles que l’on peut considérer comme emblématiques de ces contradictions : « La justice ne va rien régler du tout. [...] Je suis allée à l’église. J’ai demandé à Dieu de m’aider, j’ai parlé à Dieu. » En fin de compte, il paraît davantage sensé de placer ses espérances dans le Ciel que dans la justice brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

Amorim, Maria Stella, Roberto Kant de Lima & Regina Lúcia Teixeira Mendes, dir. 2005. « Introdução. » In Ensaios sobre a Igualdade Jurídica: acesso à Justiça criminal e direitos de cidadania no Brasil, xi-38. Rio de Janeiro, Lúmen Júris.

Azevedo, Rodrigo Ghiringhelli. 2008. « Sistema penal e violência de gênero: análise sociojurídica da Lei 11.340/06. » Sociedade e Estado 23 (1): 113-135.

Barbosa, Rui. 1999 [1921]. Oração aos Moços. Rio de Janeiro: Edições Casa Rui Barbosa.

Butler, Judith. 2006. Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris : La Découverte, 2006.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2002. Direito Legal e Insulto Moral — Dilemas da cidadania no Brasil, Quebec e EUA. Rio de Janeiro: Garamond, 2e éd. avec une préface nouvelle [trad. fr. (2005) : Droit légal et insulte morale — Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis. Québec : Les Presses de l’Université Laval].

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2007. « Honneur, Dignité et Réciprocité. » In La Quête de reconnaissance : nouveau phénomène social total, dirigé par Alain Caillé, 89-103. Paris : La Découverte.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2010a. « A dimensão simbólica dos direitos e a análise de conflitos. » Revista de Antropologia 53 (2): 451-473.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2010b. « Concepções de Igualdade e (Des)Igualdades no Brasil. » In Conflitos, Direitos e Moralidades em Perspectiva Comparada — Volume 1, dirigé par Roberto Kant de Lima, Lucia Eilbaum & Lenin Pires, 19-33. Rio de Janeiro: Garamond.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2013. « Equality, Dignity and Fairness: Brazilian Citizenship in Comparative Perspective. » Critique of Anthropology 33 (2): 131-145. DOI: 10.1177/0308275X13478221.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2015. « Cidadania, direitos e diversidade. » Anuário Antropológico 40 (1): 43-53. Disponible sur : http://journals.openedition.org/aa/1332 (consulté le 15 novembre 2019).

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2018. « Sensibilidade cívica e cidadania no Brasil. » Revista Antropolítica 44: 34-63.

Correa, Ranna Mirthes Sousa. 2012. « Lei Maria da Penha e a Judicialização da violência doméstica contra a mulher nos Juizados do Distrito Federal: um estudo de caso na Estrutural. » Travail de conclusion de cours (licence em sciences sociales). Brasília : Université de Brasília (UnB).

Correa, Ranna Mirthes Sousa. 2016. « Procuram-se pais: um estudo etnográfico sobre investigações de paternidade para o registro civil. » Dissertation de mestrado en anthropologie. Brasília : Université de Brasília (UnB).

DaMatta, Roberto. 1979. « Sabe com quem está falando? Um ensaio sobre a distinção entre indivíduo e pessoa no Brasil. » In Carnavais. Malandros e Heróis: para uma sociologia do dilema brasileiro, 179-248. Rio de Janeiro: Zahar.

Debert, Guita Grin & Marcella Beraldo de Oliveira. 2007. « Os modelos conciliatórios de solução de conflitos e a “violência doméstica”. » Cadernos Pagu 29: 305-337.

Debert, Guita Grin & Maria Filomena Gregori. 2008. « Violência e Gênero: novas propostas, velhos dilemas. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 23 (66): 165-185.

Dumont, Louis. 1983. Essai sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne. Paris : Le Seuil.

Kant de Lima, Roberto. 1995. A Polícia na Cidade do Rio de Janeiro: seus dilemas e paradoxos. Rio de Janeiro: Forense.

Kant de Lima, Roberto. 2010. « Sensibilidades jurídicas, saber e poder: bases culturais de alguns aspectos do direito brasileiro em uma perspectiva comparada. » Anuário Antropológico II: 25-51.

Kant de Lima, Roberto, Lucía Eilbaum & Lenin Pires, dir. 2010. Conflitos, direitos e moralidades em perspectiva comparada. Rio de Janeiro: Garamond.

Martinez-Moreno, Marco Julián. 2018. « Civilizar a cultura: questões de modernização e a afirmação da dignidade entre homens acusados de violência doméstica e familiar contra a mulher. » Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Brasília : Université de Brasília (UnB).

Matias, Krislane de Andrade. 2013. « Um novo tratamento judicial para a Lei Maria da Penha? Uma etnografia da equipe multidisciplinar do Fórum do Núcleo Bandeirante - DF. 2013. » Travail de conclusion de cours (licence em sciences sociales). Brasília : Université de Brasília (UnB).

Ministério da Justiça. 2005. « Acesso à Justiça por sistemas alternativos de administração de conflitos. Mapeamento nacional de programas públicos e não-governamentais. » Diusponible sur : https://docplayer.com.br/5527500-Acesso-a-justica-por-sistemas-alternativos-de-administracao-de-conflitos.html (consulté le 15 novembre 2019).

Miranda, Alessandra de la Vega. 2014. « Sensibilidade jurídica, sistema de justiça criminal, juizados de violência doméstica. » Thèse de doctorat en droit. Brasília : Université de Brasília (UnB).

Nuñez, Izabel. 2018. « “Aqui não é casa de vingança, é casa de justiça!”: moralidades, hierarquizações e desigualdades na administração de conflitos no Tribunal do Júri. » Thèse de doctorat en anthropologie. Niterói : Université fédérale Fluminense (UFF).

O’Barr, Willian & John Conley. 1985. « Litigant Satisfaction Versus Legal Adequacy in Small Claims Courts Narratives. » Law and Society Review 19 (4): 661-702.

Rifiotis, Teophilos. 2008. « Judiciarização das relações sociais e estratégias de reconhecimento: repensando a “violência conjugal” e a “violência intrafamiliar”. » Revista Katálysis 11 (2): 225-236.

Rifiotis, Teophilos. 2014. « Judicialização dos direitos humanos, lutas por reconhecimento e políticas públicas no Brasil: configurações de sujeito. » Revista de Antropologia 57 (1): 119-144.

Santos Filho, Miguel Antônio. 2017. « O Combate à violensia domestika na FOKUPERS: práticas de mediação e de transposição da modernidade em Timor-Leste. » In Antropologia e Direitos Humanos 7, dirigé par Lucía Eilbaum, Patrice Schuch & Gisele Fonseca Chagas, 149-179. Rio de Janeiro: Associação Brasileira de Antropologia – ABA. Disponible sur : http://www.portal.abant.org.br/publicacoes2/livros/ABA_ADH7_WEB_18ABR.pdf (consulté le 15 novembre 2019).

Schuch, Patrice. 2008. « Tecnologias da não violência e modernização da Justiça no Brasil: poderes, saberes e éticas. » Communication à la 26e Réunion brésilienne d’anthropologie, Porto Seguro (BA), 1er-4 juin. Manuscrit.

Schuch, Patrice. 2009. « Antropologia do Direito: trajetória e desafios contemporâneos. » BIB. Boletim Informativo e Bibliográfico de Ciências Sociais 67: 51-73.

Silva, Kelly. s. d. « Teaching Modernity. Pedagogical Practices in the Making and Unmaking of Contemporary Timor-Leste. » Manuscrit.

Simião, Daniel Schroeter. 2014. « Sensibilidades jurídicas e respeito às diferenças: cultura, controle e negociação de sentidos em práticas judicias no Brasil e em Timor-Leste. » Anuário Antropológico 39 (2): 237-260.

Simião, Daniel Schroeter. 2015a. « Reparação, justiça e violência doméstica: perspectivas para reflexão e ação. » Vivência: Revista de Antropologia 46: 53-74.

Simião, Daniel Schroeter. 2015b. As Donas da Palavra: gênero, justiça e a invenção da violência doméstica em Timor-Leste. Brasília: Editora Universidade de Brasília.

Teixeira Mendes, Regina Lúcia. 2005. « Igualdade à Brasileira: cidadania como instituto jurídico no Brasil. » In Ensaios sobre a Igualdade Jurídica: acesso à Justiça criminal e direitos de cidadania no Brasil, dirigé par Maria Stella Amorim, Roberto Kant de Lima & Regina Lúcia Teixeira Mendes, 1-33. Rio de Janeiro: Lúmen Júris.

Haut de page

Notes

1 L’exemple le plus frappant de la seconde conception se trouve dans une phrase de Rui Barbosa : « La règle d’égalité ne consiste en rien d’autre qu’à partager inégalement entre les inégaux, selon leurs inégalités... » (Barbosa 1999 [1921], 26). Quelle que soit la bonne interprétation de la vision de Barbosa, la phrase est systématiquement évoquée par les autorités de tous bords lorsqu’il s’agit de rendre les droits inégaux. Le thème de la tension entre les deux conceptions de l’égalité a été abordé par Cardoso de Oliveira dans différents articles (2010b ; 2013 ; 2015 ; 2018).

2 Debert & Gregori (2008) ont perçu les nuances que recèlent ces diverses situations, mais elles persistent à penser qu’il faut recourir à la médiation et à la négociation pour supprimer les inégalités de pouvoir et, partant, surmonter la tension entre ces deux conceptions.

3 Simão a analysé cette oppositon (la négation de l’individu comme citoyen actif contre la nécessité de faire valoir ses droits) dans une étude où il compare les situations du Brésil et du Timor Oriental (Simião 2014). Il indique que, dans le cas du Brésil, l’État se charge non seulement des droits de l’individu mais exerce, également, une tutelle sur le sujet lui-même.

4 Au Brésil les « défenseurs publics » ont les mêmes fonctions que les avocats commis d’office en France puisqu’ils prennent en charge ceux qui ne peuvent payer leur défense. Toutefois, au contraire de ce qui se passe en France, ils sont des employés du ministère de la Justice fédéral ou d’État recrutés par concours. (NdT)

5 Il s’agit de groupes d’hommes poursuivis em justice pour des violences domestiques qui doivent, selon décision du juge, suivre pendant un temps déterminé des séances animées par des psychologues.

6 Cardoso do Oliveira (2018) attribue cette tension à l’ambiguïté qui existe entre « morale sociétaire » (ou morale de la civilité) et « morale communautaire », et il élargit la notion de « sensibilité juridique » empruntée à Geertz pour désigner le télescopage entre deux conceptions différentes de l’égalité dans le monde civique brésilien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Roberto Cardoso de Oliveira et Daniel Schroeter Simião, « « J’ai parlé à Dieu » : violences conjugales et impasses du système judiciaire brésilien »Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.5138

Haut de page

Auteurs

Luis Roberto Cardoso de Oliveira

Luis Roberto Cardoso de Oliveira est professeur dans le département d’anthropologie et dans le programme de post-graduation en droit de l’Université de Brasília (UnB). Il est l’actuel directeur de l’Institut des sciences sociales (Instituto de Ciências Sociais – ICS).

Daniel Schroeter Simião

Daniel Schroeter Simião est professeur dans le département d’anthropologie et dans le programme de post-graduation en anthropologie sociale de l’Université de Brasília (UnB).

Haut de page
  • OpenEdition Journals