Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Blake, Stanley E. The Vigorous Core of Our Nationality: Race and Regional Identity In Northeastern Brazil

Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2011, 316 p.
Christophe Brochier
p. 207-209
Référence(s) :

Blake, Stanley E. The Vigorous Core of Our Nationality: Race and Regional Identity In Northeastern Brazil. Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2011, 316 p.

Texte intégral

1Le livre de Stanley Blake est consacré à la façon dont les élites politiques et intellectuelles ont envisagé le peuple du Nordeste, en particulier dans le Pernambouc, entre 1850 et 1940. C’est un vaste sujet. Plutôt que de rassembler des généralités sur le thème à partir d’ouvrages classiques et bien connus l’auteur choisit un chemin plus long et plus sinueux. Il exhume, souvent sur la base de travaux et de textes originaux tirés des archives, plusieurs types de discours et de projets privés ou étatiques censés rendre compte du « problème nordestin » ou le traiter. Pour cela il accorde une grande importance à l’angle médical. Sa problématique est la suivante : on sait que les intellectuels brésiliens au début du xxe siècle ont oscillé entre une vision infériorisante des Nordestins (rachitiques, arriérés, illuminés) et une vision partiellement glorifiante (l’homme rude et simple façonné par une nature hostile). Ces balancements se sont faits dans un contexte intellectuel marqué à la fois par le poids des théories racialistes et racistes importées d’Europe et par la volonté patriotique d’éviter de donner une image trop pessimiste du Brésil et de son peuple métissé. Dès lors, comment comprendre dans le détail et non plus superficiellement le portrait du Nordestin esquissé par petites touches par les différents leaders d’opinion ? Blake a choisit de dresser l’inventaire en insistant sur des aspects souvent négligés mais qui ont l’avantage de faire intervenir à la fois des penseurs et des acteurs politiques et sociaux : juristes, psychiatres, administrateurs, représentants de fondations américaines, anthropologues, hygiénistes, réfor­mateurs sociaux, géographes, etc.

2Cette manière de procéder présente l’avantage de nous obliger à accepter que les idées sociales ne prennent pas formes et ne se diffusent pas seulement sur la base des grands textes de renom. Les idées sur les Nordestins ont pris corps et se sont modifiées au fil des interventions de nombreux acteurs, souvent intéressés par l’action directe et pas uniquement par la spéculation théorique. Le choix du Pernambouc permet également de rendre l’entreprise faisable : analyser toutes les interventions et études concernant l’ensemble du Nordeste aurait été impossible. Blake accorde par ailleurs une grande attention aux analyses locales des élites nordestines sur leur peuple. La comparaison avec les visions élaborées dans le Sud est fertile : Blake montre que les élites locales ont essayé de produire un discours optimiste sur le peuple, couplé dès les années 1910 à de vrais efforts d’action sociale. À Rio et São Paulo les discours étaient plus pessimistes, sur la base de condamnations racistes du Nordestin comme inférieur. La volonté d’améliorer la situation dans le Nordeste rural était cependant limitée par des hésitations conservatrices conduisant à soigner les pauvres plutôt qu’à répartir autrement les richesses.

3La structure du livre de Blake est cependant en partie déroutante dans la mesure où le sujet n’est traité de façon vraiment frontale que dans la fin du dernier chapitre (« Inventing the Homem do Nordeste, Race, Region, and the State 1925-1940 »). Dans les autres, chaque champ disciplinaire est regardé pratiquement pour lui-même : visions raciales, visions hygiénistes, visions médicales, visions psychiatriques, etc. Ce choix de rédaction présente l’inconvénient de diluer le sujet et donc d’obliger à rattacher les fils sur la fin. Mais il est également l’occasion, en particulier pour le lecteur non spécialiste, de découvrir avec suffisamment d’explication la logique et le contexte de chacune de ces élaborations. En ce sens, le livre de Blake constitue un traité récapitulatif particulièrement utile. Il a été écrit pour un public nord-américain mais les analyses sont assez fouillées pour intéresser les Brésiliens connaisseurs de la question grâce à la diversité des angles d’attaque.

4Dans sa conclusion, sans doute trop courte, l’auteur récapitule les différentes étapes de sa démonstration. On peut regretter qu’il ne théorise pas assez la façon dont des discours identitaires élitistes se cristallisent en fonction du contexte. Mais l’essentiel est clairement dit : par couches successives des idées sur les Nordestins ont été construites en fonction des théories sociologiques et géographiques de l’époque, des intérêts économiques des planteurs, des visions réformatrices des bureaucrates, des disputes idéologiques entre le Nord et le Sud du pays au sujet du retard, de la modernité et des identités nationales et locales. Différents acteurs à différentes époques ont donc produit des analyses souvent en partie contradictoires puisqu’elles mêlent toujours plus ou moins des considérations raciales, des idées politiques, des descriptions de la réalité et des non-dits pesant sur l’ensemble (par exemple l’absence de critique vis-à-vis de la République ou la question noire). Jusqu’aux années 1930, ces différents penseurs ont subi l’influence des théories anthropologiques racistes mais l’ont accommodée de différentes manières selon leurs priorités et perspectives d’action. Après, se sont mélangés des considérations purement sociologiques apportées par Freyre, un fond de théories raciales et des pressions politiques pour nier les particularismes locaux.

5Il n’y a donc pas un résultat unique de cette construction identitaire qui serait stable dans le temps, mais un champ de débats sous influences diverses. Reste à savoir quel impact ces discussions ont pu avoir hors des milieux universitaires ou de la grande bureaucratie. Car le livre de Blake réfléchit peu au sens que peut prendre le terme « identité » et à la possible construction de figures identitaires par le bas. Mais il s’agit bien sûr d’une autre question dépassant les objectifs de cet ouvrage clair et fort bien documenté qui intéressera le lecteur curieux du Nordeste ou de la pensée sociale du début du xxe siècle au Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Blake, Stanley E. The Vigorous Core of Our Nationality: Race and Regional Identity In Northeastern Brazil », Brésil(s), 3 | 2013, 207-209.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Blake, Stanley E. The Vigorous Core of Our Nationality: Race and Regional Identity In Northeastern Brazil », Brésil(s) [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/527

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals