Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

Tsiganes et « tsiganologie » au Brésil

Ciganos e « ciganologia » no Brasil
Marc Bordigoni et Mônica Raisa Schpun
p. 7-10

Notes de la rédaction

Bordigoni, M. & Schpun, M. R., 2012. « Tsiganes et “tsigabologie” au Brésil ». Brésil(s). Sciences humaines et sociales, no 2, novembre, p. 7-10.

Texte intégral

1Ceux que l’on nomme « Tsiganes » font partie de l’histoire du Brésil depuis plusieurs siècles. Dès les premières expulsions du Portugal, des groupes de Tsiganes sont arrivés, se sont installés, ont circulé et continuent de circuler dans le pays, y développant des formes de vie qui les inscrivent dans l’histoire des rapports sociaux tout en préservant leurs formes particulières d’inscription dans la nation.

2Le cas brésilien correspond à « une situation qu’expérimentent toutes les communautés dites “tsiganes” : elles vivent immergées dans une société dont elles se distinguent – on est tenté de dire : “dont elles travaillent à se distinguer”. […] L’immersion est un caractère commun, le détachement en est un autre. » (Williams 2011 : p. 19)

3Comme on le verra plus loin, les études à propos des Tsiganes constituent, au Brésil, un champ au développement assez récent, porté en grande partie par de jeunes chercheurs. Les textes que nous publions constituent donc une lecture novatrice, que ce soit pour les chercheurs francophones ou pour tout autre spécialiste du Brésil, y compris brésilien. Pour inciter à des échanges fructueux, nous avons demandé à des chercheurs européens de réagir librement à chacun des articles brésiliens sans pour autant se livrer à un commentaire en bonne et due forme (rubrique « Prismes »). En mettant ainsi le dossier en perspective, nous tentons d’amorcer le dialogue proposé, de le faire naître dans les pages de la revue, en souhaitant qu’il se poursuive sous d’autres formes.

L’Europe « tsiganologique » et le Brésil

4Historiquement, deux revues importantes jalonnent l’histoire des recherches concernant les Tsiganes en Europe de l’ouest. La première a été créée en Angleterre dès 1888, le Journal of the Gypsy Lore Society (JGLS), la seconde le fut en France en 1955, les Études tsiganes. Dans les deux revues l’Amérique du sud n’est que peu présente, et le Brésil encore moins. Pourtant, c’est dans les premiers numéros (1888 et 1889) du JGLS que paraissent les seuls articles de la revue à propos des Tsiganes au Brésil (Sowa 1888, Groome 1889). Dans Études tsiganes deux articles sont publiés à propos du Brésil en 1990 (Bueno & Ralheta) et 2005 (Mello & alii). Le premier est un état synthétique des recherches sur le thème des Tsiganes, le second est le premier article rendant compte de la situation, très intrigante pour le lecteur français, de la présence tsigane dans la ville de Rio de Janeiro, au cœur même de la vie de la cité, où ils occupent depuis le xixe siècle et durant des générations les fonctions d’huissiers de justice (meirinhos). Bien peu de choses donc dans les publications spécialisées. Mais c’est aussi par d’autres voies que des indices de la présence contemporaine des Tsiganes au Brésil parviennent au public francophone. Dans nombre de romans brésiliens disponibles en français les « Gitans » apparaissent soit comme des figures ordinaires de la vie rurale (Rosa 1999) soit comme des acteurs essentiels, discrets mais pas toujours, de la vie politique semant le trouble comme par exemple lorsque « La Gauche était également inquiète, […] n’était pas très sûre de “la véritable orientation idéologique” de cette étrange troupe de gitans » (Suassuna 1998 : p. 212). Le métissage également est au cœur de nombreuses œuvres de fiction présentant des « Gitans » : ainsi, dans ce même ouvrage, un des protagonistes se décrit comme un « “sang mêlé de cheval brun”, allusion au sang noir, rouge, gitan, juif et maure qui coule dans [ses] veines » (p. 148). Déjà en 1928 un historien notait : « il n’y a pas de famille brésilienne où l’on ne trouve un Tsigane et pas de famille tsigane où l’on ne trouve un Brésilien » (Bercovici 1928 apud Gila-Kochanowski 1994 : 19). Cela paraît tellement vrai que parmi les Tsiganes brésiliens, certains préfèrent aller chercher ailleurs une épouse « pure », une « vraie romni » quand vient le moment de marier leurs fils. Il semble en tout cas que, dans ce pays, les Tsiganes ne sont pas perçus comme « les plus noirs des hommes » ainsi qu’ils ont été décrits en Europe dès le xve siècle (Bordigoni 2010).

L’émergence de nouvelles recherches

5Au Brésil, en dehors des ouvrages pionniers publiés entre la fin du xixe siècle et le premier xxe siècle (Moraes Filho 1885 et 1886, China 1936), les premières études universitaires consacrées aux Tsiganes sont celles des anthropologues, dans les années 1980. Ce sont principalement des dissertations de fin d’études ou de mestrado. Les historiens pour leur part se sont très peu penchés sur l’arrivée et la longue présence des Tsiganes au Brésil. Si, pour la période coloniale, des études importantes ont été consacrées aux marranes et aux nouveaux-chrétiens, les Tsiganes sont restés dans l’ombre.

6À partir de 2000, les chercheurs qui s’y consacrent – surtout des anthropologues – sont de plus en plus informés sur les recherches menées ailleurs. Ils ne sont pas tous Brésiliens, ne travaillant pas toujours dans les universités brésiliennes. Le brésilianisme prend donc peu à peu sa place dans le domaine des études tsiganes, et sa situation relativement confidentielle ne doit pas nous étonner outre mesure, ce domaine lui-même occupant une place marginale dans la production universitaire des différents pays et ne constituant nulle part un champ légitime en soi de la production académique. Un premier signe de la prise en considération de ces recherches apparaît en 2010. À cette date est créé pour la première fois un groupe de travail autour de la question tsigane, au cours de la réunion bisannuelle de l’Association brésilienne d’anthropologie qui s’est tenue à Belém.

7Dans le long terme, la reconnaissance officielle de la « présence tsigane », par le gouvernement Lula en 2006 aura-t-elle des conséquences sur cette « marginalité scientifique » ? L’enquête menée par Marco Antonio da Silva Mello et Felipe Berocan Veiga, présentée dans ce dossier, révèle combien l’intervention du gouvernement n’est pas simple, du fait la méconnaissance complète des « Tsiganes » de la part des représentants de l’État. À la différence d’autres minorités, l’État a du mal à faire émerger des « représentants légitimes » au sein de l’ensemble flou que constituent les « Tsiganes ». Sur ce point, la situation européenne n’est guère différente, comme le rappelle Alain Reyniers dans son « Prisme ». Les spécificités des communautés « tsiganes » et de leurs relations aux Gadjé au sein de la société brésilienne sont loin d’être comprises ou prises en compte par les pouvoirs publics. Les ethnographies existantes, telles que nous les présentons ici (Fotta, Ferrari) montrent bien la complexité des modes de vie, des rapports au temps et à l’espace, ainsi qu’aux « Brésiliens ». À partir de leurs observations de terrain, chacun de ces auteurs met à jour les particularités des communautés qui les ont accueillis ; que ce soit par rapport à la société qui les entoure, ou par rapport à leurs homologues européens, inspirant de la sorte les « Prismes » de Martin Olivera et d’Iulia Hasdeu. Ces comparaisons sont par ailleurs absolument nécessaires, comme le rappelle à juste titre Bernard Vincent, mettant en perspective la longue histoire de la répression des Gitans du Portugal et de leur bannissement vers le Brésil colonial, telle que la décrit Geraldo Pieroni dans son article.

8La connaissance fine des Tsiganes du Brésil, de leur histoire et des modalités de leur présence sur le territoire permet, grâce aux comparaisons qu’elle suscite, d’éclairer d’une nouvelle manière les dilemmes et la complexité de la société brésilienne, en dehors de tout regard idyllique ou exotisant.

Bercovici, Conrad, 1928. The Story of the Gypsies. New York, Cosmopolitan Book.

Bordigoni, Marc, 2010. « Les plus noirs des hommes ». In G. Boëtsch, D. Chevé & H. Claudot-Hawad (coord.), Décors des corps. Paris, CNRS Éditions, p. 215-222.

Bueno, Virginia R. S. & Ralheta, Iraci V. G, 1990. « Les Tsiganes au Brésil ». Études tsiganes, 1, p. 15-20.

China, José Baptista d’Oliveira,1936. Ciganos do Brasil: Subsídios históricos, etnográficos e lingüísticos. São Paulo, Imprensa Official do Estado.

Ferrari, Florencia, 2002. Um olhar oblíquo – contribuições para o imaginário ocidental sobre o cigano. Dissertation de mestrado, São Paulo, Université de São Paulo.

Gila-Kochanowski, Vania de, 1994. Parlons Tsigane : Histoire, culture et langue du peuple tsigane. Paris, l’Harmattan.

Groome, Francis Hondes, 1889. « Brazilian and Shetland Gypsies ». Journal of the Gypsy Lore Society, avril, p. 232-234.

Mello, Marco Antonio da Silva & alii, 2005. « Les Gitans de la “Cidade Nova” et l’appareil judiciaire de Rio de Janeiro ». Études tsiganes, 21, p.  12-33.

Moonen, Frans, 2012. « Ciganos e ciganólogos: estudar ciganos para quem e para quê?  ». Disponible sur : http://xa.yimg.com/​kq/​groups/​4842518/​2065457005/​name/​FMO_Ciganos_e_Cigan%C3%B3logos_2012.pdf (consulté le 20 octobre 2012).

Moraes Filho, Alexandre José de Melo, 1981 [1885-1886]. Cancioneiro dos Ciganos & Os Ciganos no Brasil. Belo Horizonte & São Paulo, Itatiaia & Edusp.

Rosa, João Guimarães, 1999 [1946]. Sagarana. Paris, 10/18, « Domaine étranger », no 3082.

Sowa, Rudolf von, 1888. « The dialect of the Gypsies of Brazil ». Journal of the Gypsy Lore Society, vol. I, no 2, p.  57-70.

Suassuna, Ariano, 1998 [1996]. La Pierre du Royaume. Version pour Européens et Brésiliens de bon sens. Paris, Métailié.

Williams, Patrick, 2011. « Une ethnologie des Tsiganes est-elle possible ? ». L’Homme, 197, 1, p.  7-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Bordigoni et Mônica Raisa Schpun, « Tsiganes et « tsiganologie » au Brésil », Brésil(s), 2 | 2012, 7-10.

Référence électronique

Marc Bordigoni et Mônica Raisa Schpun, « Tsiganes et « tsiganologie » au Brésil », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/537 ; DOI : 10.4000/bresils.537

Haut de page

Auteurs

Marc Bordigoni

Marc Bordigoni est chercheur à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC/CNRS – Aix-Marseille Université).

Mônica Raisa Schpun

Mônica Raisa Schpun est chercheure au Centre de recherches sur le Brésil contemporain de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et directrice éditoriale de Brésil(s).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals