Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Schwarcz, Lilia Moritz. 2019. Sobre o autoritarismo brasileiro.

São Paulo: Companhia das Letras, 280 p.
Jérôme Souty
Référence(s) :

Schwarcz, Lilia Moritz. 2019. Sobre o autoritarismo brasileiro. São Paulo: Companhia das Letras, 280 p.

Texte intégral

1Le Brésil est un champion des inégalités sociales, raciales et de genre, il est abonné depuis toujours à des formes aiguës de violence, et pourtant les représentations communes en ont longtemps fait un lieu de cohésion et de concorde. Le mythe de la « démocratie raciale » a beau avoir été scientifiquement déconstruit, le pays continue généralement à être défini à partir de l’inclusion culturelle et du métissage.

2En fait, depuis l’impeachment de 2016 et, singulièrement, depuis les élections présidentielles de 2018 ayant débouché sur l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir, le masque de la « cordialité »* brésilienne semble être tombé définitivement. La réalité actuelle est celle d’une visibilité accrue conférée aux discours et pratiques autoritaires, d’une polarisation politique extrême, et d’une détérioration manifeste du tissu social.

3C’est donc le bon moment pour publier un ouvrage qui recense et analyse les pratiques autoritaires au Brésil depuis cinq siècles, et fait le point sur un certain nombre de thématiques sensibles. L’auteure se livre en fait à une archéologie des principaux maux du Brésil : esclavage, inégalité sociale, racisme, corruption, violence (urbaine, rurale, de genre), patrimonialismo, intolérance, mandonismo… Elle en offre une analyse transversale car leurs frontières sont poreuses et ils se renforcent mutuellement. D’où leur persistance et leur récurrence historique (et, pour ceux qui les subissent, leur caractère intersectionnel). Les huit chapitres thématiques de cet essai sont donc largement entrelacés.

4Le système esclavagiste a tenu longtemps et à une très grande échelle car il était basé sur une véritable machinerie répressive et administrative aux mains des « seigneurs de la terre », avec la pleine connivence de l’État (p. 157). Aujourd’hui, la police la plus violente du monde (des indices de mortalité trente fois supérieurs à ceux observées sur le continent européen) réprime en priorité les hommes jeunes, noirs et pauvres. Le racisme, si prégnant, est lié à une idéologie qui vise à garantir le maintien des privilèges.

5Avec clarté et pédagogie, l’auteur montre que le mal principal du Brésil réside dans une immense et persistante concentration de richesse, qui génère un accès inégal à la terre, à l’éducation, au logement, à la santé, aux transports et aux droits du citoyen. Un seul exemple, parmi les nombreuses données présentées par l’auteure : « Les 10 % les plus riches paient 21 % de leurs revenus en impôts, quand les 10 % les plus pauvres paient 32 %. » (p. 130)

6Contentons-nous ici de préciser certains termes (peu familiers à un public non lusophone) utilisés dans cet ouvrage et de souligner certains points :

7Le Brésil fut longtemps une colonie d’exploration divisée en grandes propriétés de monoculture extensive (latifúndios) qui concentrait entre les mains des « seigneurs de la terre » le pouvoir de commandement et la violence. L’association entre mandonismo (terme qu’on pourrait traduire par « système de commandement autoritaire » et qui désigne une forme d’exercice du pouvoir par des groupes oligarchiques), concentration des richesses et des pouvoirs politiques commence avec les latifúndios coloniaux, se poursuit avec les coronéis [colonels] de la Première République (1889-1930) et se retrouve chez les caciques politiques et fazendeiros (propriétaires de grandes exploitations) actuels.

8Phénomène social et politique caractéristique de la Première République, le coronelismo surgit de la combinaison entre la consolidation du modèle républicain fédéraliste et l’ascension des oligarchies agraires. Il est l’expression de la « coexistence de nouvelles formes modernes de représentation politiques (le suffrage universel) avec une structure foncière archaïque basée sur la grande propriété rurale. » (p. 104)

9Quant au patrimonialismo, il désigne ici des formes d’appropriation et de privatisation du bien public. L’auteure en fait la « principale caractéristique administrative de la colonie brésilienne jusqu’au milieu du XVIIe siècle » (p. 69), même si à l’époque elle ne porte pas ce nom. Les pratiques « patrimonialistes » – par exemple la distribution, pendant la période Joanine (1808-1821) et sous l’Empire, de titres de noblesse pour calmer certaines ardeurs – impliquent l’usage de l’État pour résoudre des questions privées. Quand la charge publique devient une « propriété privée » pour soi et sa famille, tous les intérêts de la collectivité sont lésés.

10Les pratiques de favoritisme, de népotisme et de clientélisme (parrainage, conchavo [combines], etc.) des groupes oligarchiques sont récurrentes dans l’histoire du Brésil. Et elles persistent aujourd’hui. En 2018, lors des élections à la chambre, 172 parlementaires étaient issus de familles oligarchiques ; autrement dit, ils avaient des relations de parenté directes avec d’autres politiques. La corruption est si enracinée qu’elle a créé une « machine à gouverner » (p. 117) à toutes les échelles de la gestion publique (fédérale, des États, municipale).

11Depuis la fin de la dictature militaire et la Constitution de 1988, le Brésil a certes connu une période de trente ans de consolidation démocratique. Pourtant, remarque l’auteur : « Notre passé esclavagiste, le spectre du colonialisme, le mandonismo, le patriarcalisme, la corruption rampante, la discrimination raciale, les manifestations d’intolérance de genre, sexe et religion, tous ces éléments mêlés réapparaissent, de manière encore plus incisive, sous la forme de gouvernements autoritaires qui, régulièrement, reviennent sur la scène politique brésilienne. » (p. 224)

12Ces analyses historiques et anthropologiques sont donc très utiles pour remettre en perspective la brutale réalité des temps présents.

13Cet essai s’adresse à un public non spécialisé d’où l’absence d’indication des sources dans le corps du texte. On peut le regretter même si une bibliographie finale ouvre des pistes de lecture à ceux qui veulent aller plus loin.

14* La « cordialité » analysée par Sérgio Buarque de Holanda dans Raizes do Brasil était déjà plus une critique (l’« homme cordial », gouverné par ses affects et ses émotions, bascule facilement du côté de la violence) qu’un éloge (hospitalité, informalité, générosité) : la « cordialité » permettant d’éviter les hiérarchies pour, silencieusement, mieux les réaffirmer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Souty, « Schwarcz, Lilia Moritz. 2019. Sobre o autoritarismo brasileiro. », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5396

Haut de page

Auteur

Jérôme Souty

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals