Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

« On ne peut plus parcourir le monde comme avant » : au-delà de la dichotomie nomadisme/sédentarité

«Não dá mais pra andar pelo mundo»: Para além da dicotomia nomadismo/sedentarismo
“We Can't Roam the World Like We Used To”: Beyond the Dichotomy of Nomadism/Sedentariness
Martin Fotta
Traduction de Jean Hébrard
p. 11-36

Résumés

Les chercheurs caractérisent fréquemment la relation à l’espace des tsiganes brésiliens selon l’opposition sédentarité/nomadisme. Or une approche historique et ethnographique de leurs modes de vie montre que l’on objective ainsi des catégories des sciences sociales mais qu’on ne parvient pas à rendre compte de leurs sociabilités ni des significations qu’ils donnent à leur spatialité. Le monde des Tsiganes calon de Bahia est structuré par des principes spécifiques de parenté, par des caractérisations de la personne sociale, par leur manière de saisir les opportunités économiques et par les divisions que la violence introduit.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2011 ; approuvé en mars 2012.

Traduit de l’anglais.

Texte intégral

Je voudrais particulièrement remercier ici tous les Calons du littoral bahianais qui m’ont laissé entrer dans leurs vies. Mes remerciements vont aussi à Viorel Anastasoaie, Florencia Ferrari et Márcio Vilar pour leurs lectures attentives et leurs commentaires précieux. Cette recherche a été financée par le programme doctoral européen Marie Curie et a reçu une aide du Wenner Gren Dissertation Fieldwork Grant.

Présence insistante, brutale absence

  • 1 J’utilise le mot Tsigane(s) lorsque je parle des Tsiganes du point de vue des Brésiliens qui ne le (...)

1Tous les Tsiganes1 de cette petite ville de la côte bahianaise sont partis. Mon épouse et moi avons ressenti leur absence de manière très palpable car notre maison était située dans la rue où ils vivaient et avaient leurs habitudes. Il y avait trois habitations calons juste en face de la nôtre et un camp d’une douzaine de tentes à moins de cent mètres de chez nous. Dès que nous ouvrions la porte leurs activités extérieures s’imposaient à nous. Tôt le matin les hommes s’asseyaient devant le pas de la porte, buvant leur premier café, élaborant des projets et surveillant leurs jeunes coqs de combat qu’ils avaient sortis pour qu’ils se réchauffent au soleil.

  • 2 Ndt. : musique de type country caractéristique de l’intérieur du Brésil (sertão).

2Les jours de marché, les Calins en habits colorés passaient devant chez nous pour aller au centre-ville lire les lignes de la main. Elles revenaient juste avant midi en portant leurs achats sur la tête. De temps à autre, des non-Tsiganes se risquaient dans la rue, peut-être envoyés par les employés de la Banque du Brésil qui leur avaient refusé un prêt. Après le déjeuner, des voitures bourrées de Calons arrivaient des autres terrains. D’énormes haut-parleurs installés dans le coffre hurlaient de la musique sertaneja2. Quelquefois, profitant de l’une d’entre elles, des familles entières venaient se promener. À d’autres moments, c’étaient des hommes seuls qui s’invitaient pour jouer aux cartes. Souvent, leurs véhicules restaient garés tard dans la nuit attendant que la partie installée dans le jardin de l’une des maisons calons se termine. Lorsqu’ils rentraient chez eux vers deux heures du matin, ils en discutaient encore comme nous pouvions l’entendre depuis nos fenêtres.

3Les Calons ont vécu continument dans le quartier traversé par notre rue depuis presque vingt ans. Leur relation avec ce lieu était si fortement perçue dans la ville que nos factures d’électricité étaient adressées à la Rue des Tsiganes plutôt qu’au vrai nom de la voie publique, alors que la maison que nous louions appartenait à un non-Tsigane. Lorsque nous devions expliquer à quelqu’un où nous habitions, nous lui disions « en face de la maison d’Eduardo Cigano ». Puis, un jour – quatorze mois après notre arrivée – il n’y eut plus un seul Calon dans l’agglomération. Leurs maisons furent vite rachetées et le terrain où le camp était installé devint un quartier résidentiel.

  • 3 Lors d’une affaire qui avait fait la une des journaux dans l’État de São Paulo en 2010, la police a (...)

4De telles disparitions – mystérieuses pour les non-Tsiganes du voisinage – ne sont pas exceptionnelles3. De nombreux toponymes brésiliens rappellent le passage éphémère de ces populations : Campo dos Ciganos, Descida dos Ciganos, Baixada dos Ciganos, etc. De nombreuses villes les ont vus arriver et repartir à un moment ou un autre de leur histoire. Seuls ceux qui s’intéressent au passé savent qu’à Rio de Janeiro, aux xviiie et xixe siècles, les Tsiganes qui n’avaient pas le droit de s’installer dans la ville, s’établissaient autour de l’actuelle place Tiradentes (Green 2006 : 181-204). Ce n’est là qu’un exemple parmi bien d’autres. Comme le confirme Manuel Almeida dans ses Memórias de um sargento de milícias : « C’est la raison pour laquelle [ce square] avait pris pendant un certain temps le nom de Campo dos Ciganos » (Almeida 1854 : 39). Un autre chroniqueur rappelle qu’il y avait quelque part dans Salvador un Beco dos Ciganos et que « plus personne de notre génération ne sait où il se trouvait » (Leal 2000 : 172). Ces usages populaires de désignation d’espaces urbains par l’évocation des Tsiganes qui y avaient vécu sont un témoignage puissant de l’intensité de leur présence en ces lieux. Toutefois, celle-ci est discontinue et, comme Almeida ou Leal en attestent, lorsque les Tsiganes partent, l’identification du lieu avec leurs anciens habitants s’efface progressivement. Je suis persuadé que ces processus récurrents de cohabitations serrées suivies de disparitions brutales, de présences temporairement limitées mais vécues avec intensité et d’expériences éphémères de l’espace (et du temps) sont des indicateurs importants de la « spatialité » des Calons brésiliens, de leur relation à l’espace.

Abandon du nomadisme ?

  • 4 Par exemple : « The living conditions are basic. Yet, they preserve the same lively lifestyle that (...)

5L’une des affirmations souvent répétées des journalistes brésiliens comme des chercheurs est que les Tsiganes d’autrefois étaient nomades et que ceux d’aujourd’hui sont sédentaires4. Plusieurs spécialistes des sciences sociales au Brésil ont expliqué cette différence entre le passé et le présent en suggérant que, aujourd’hui, les Calons auraient été confrontés à une perte de leurs repères culturels et même à une assimilation (Moonen 1994, Silva 1999, Goldfarb 2004, etc.). Il est vrai qu’il est difficile de rencontrer encore des Tsiganes tropeiros voyageant en caravanes composées de plusieurs familles nucléaires et conduisant des troupeaux d’animaux. Cependant, je veux montrer ici que la dichotomie nomadisme/sédentarité simplifie les relations entre le passé et le présent en réduisant le passé à un point de comparaison idéalisé et indifférencié. En même temps, cette dichotomie repose sur des observations discontinues de manifestations extérieures de la spatialité (vie en caravane vs vie en maison), c’est-à-dire sur des manières non-relatives d’être dans l’espace. Comme le note Ferrari, de telles dichotomisations reflètent un problème général de l’évolution des études sur les Tsiganes au Brésil : l’imposition non critique de leurs propres catégories et préjugés par les chercheurs (2010 : 88). Sans négliger qu’autrefois, au Brésil, les Tsiganes ont bien été des commerçants ambulants (mascates), des artistes de rue et des fournisseurs de service, je souhaite montrer ici qu’il y a suffisamment de preuves historiques manifestant le haut degré de porosités qui existait entre « nomadisme » et « sédentarité » pour que cette dichotomie ne puisse être plus longtemps soutenue.

6De plus, l’instabilité et la fluidité caractérisant les lieux de résidence des Calons – même ceux qui, comme celui de notre ville, sont composés totalement ou partiellement de maisons – suggèrent une relation à l’espace plus complexe que ce que la dichotomie sédentarité/nomadisme permet de décrire. Ce que j’ai pu apprendre de leurs pratiques à Bahia s’inscrit dans la continuité historique de leur façon d’occuper l’espace. S’installer ou partir ne renvoient pas, dans ce cas, à une relation à un lieu ou un territoire mais à des manières d’être un Calon dans le présent, se réalisant dans l’interaction avec l’autre. Vue sous cet angle, la manière dont les Calons évoquent leurs voyages (viagem) comme caractérisant les Tsiganes disparus du passé ne se réfère pas à un fait historique, mais à une déclaration constitutive de la socialité calon du présent. Lorsqu’ils situent des comportements idéalisés dans un passé indifférencié, la rupture discursive entre « autrefois » et « aujourd’hui » leur permet de distinguer d’un point de vue moral Tsiganes et Brésiliens et de reconnaître une exigence de « calonité » dans le présent, tout en admettant la possibilité et même la nécessité d’un changement. Ce qui importe le plus pour un Calon n’est pas la vérité factuelle des événements historiques (caractéristique d’une attitude qui voit l’histoire comme un savoir transcendantal), mais l’action dans le présent comme personne morale.

Vies déréglées

7Du fait de la rareté des sources historiques, il est difficile de reconstruire l’usage tsigane de l’espace au Brésil dans les siècles passés. La présence de cette population ne peut être attestée de manière certaine par des documents que dans quelques localités et sur des périodes déterminées : les archives coloniales de Salvador évoquent la Mouraria comme la paroisse où les Tsiganes déportés du Portugal se sont d’abord installés (Accioli de Cerqueira e Silva 1925 : 155, note 59). Les sources mentionnent aussi le Campo de Sant’Ana, aussi connu comme Campo dos Ciganos, où de nombreux Tsiganes de Rio de Janeiro vivaient au xixe siècle, ainsi que Valongo, une rue qui durant des décennies était devenu le plus important marché d’esclaves pour la traite domestique et où de nombreux Tsiganes avaient ouvert des entrepôts pour se livrer à ce trafic (Walsh 1831 : 178, Debret 1975 : 188, Soares 1988 : 55, etc.).

  • 5 China décrit un cas similaire dans l’État de São Paulo durant la première décennie du xxe siècle. E (...)

8De la même manière, les sources historiques relatives à ces implantations de Tsiganes témoignent aussi de leurs mouvements : derrière les établissements tsiganes de Valongo, il y avait les marchands tsiganes transportant les esclaves de Rio de Janeiro vers l’intérieur (Karasch 1987 : 51, Soares 1988 : 86). Dans une lettre en date du 1er août 1761 le chancelier José Carvalho de Andrade explique au comte d’Oreias qu’à Bahia les Tsiganes préfèrent vivre dans des districts séparés et qu’ils ont l’habitude « de quitter fréquemment leurs maisons pour aller faire du troc et du commerce dans le sertão » (Goulart 1967 : 178, note 7). Lors de sa visite à Bota Fogo qui, au début des années 1820, était encore un village « de pêcheurs et de tsiganes », Lady Callcot écrit à propos de ces derniers : « Une partie de leur famille est généralement installée dans le campement (settlement) mais les hommes circulent dans la région et sont les meilleurs jockeys de cette partie du Brésil » (Graham 1824 : 253). James Wells qui est arrivé au Brésil en 1869 a acheté des mules à un vieux Tsigane qui lui explique qu’il est « le capitão [capitaine] de la tribu [qui alors campe sur sa propriété], mais que, étant maintenant un vieil homme, il a arrêté de voyager et s’est finalement installé en ce lieu où ses garçons (meninos) sont venus lui rendre visite » (1886 : 380)5. Et un conte folklorique collecté à Camaçari (Bahia) au début des années 1970 décrit un conflit entre un riche couple de Tsiganes habitant dans une maison et leur petite fille qui veut épouser un Tsigane qui vit « par le monde » (Silva, Braga & Tourinho 1972 : 150).

  • 6 Dans une lettre au gouverneur du Minas Gerais en 1737, un capitaine des dragons explique pourquoi i (...)
  • 7 Par exemple, dans les années 1750 et 1760, lorsque les autorités tentent de contrôler ce qu’elles p (...)
  • 8 Par exemple, Isabelle Borges mentionne plusieurs cas d’expulsion de Tsiganes à la fin du xixe siècl (...)

9Ce qui peut être connu à partir de ces rares documents comporte une limite. En général, ils parlent moins des Tsiganes eux-mêmes que des conflits sociaux des époques concernées, des processus de construction de l’État et des attitudes des autorités face au peuple (povo). Avant le xixe siècle, avant que les voyageurs étrangers ou brésiliens ne commencent à mentionner les Tsiganes, ces derniers n’apparaissent en général dans les documents que lorsqu’être un Tsigane « ayant une vie irrégulière6 » commence à être perçu comme un problème, voire un crime7. Cette dénonciation de leur « vie irrégulière » comporte souvent l’accusation de divagation alors que, d’une manière ironique, les actions prises à leur encontre ont quelquefois pour effet de les déraciner, de les expulser des localités où ils se sont installés8. En général, les mascates, comme tous les marchands ambulants, étaient vus de manière ambigüe : d’un côté ils étaient accusés d’abuser de la pauvreté de leur clientèle, de l’autre on appréciait qu’ils lui permettent d’échapper à l’oppression des « patrons » ruraux (McGrath 2005 : 178-192, Goulart 1967, etc.).

  • 9 Documents sur la province de Bahia, Biblioteca Nacional, ii-34, 5, 97.
  • 10 « Ciganas embusteiras » (Tsiganes maraudeuses), Diário de Notícias, 28 juin 1912.

10Les allégations de « vagabondage », de « nomadisme », de « l’itinérance » des Tsiganes du passé doivent être resituées dans leur propre contexte, toutefois il n’en demeure pas moins que tous n’étaient pas « nomades ». En 1802, les Tsiganes ont modifié le cours du Rio Oitinga à Jaguaripe (Bahia) où ils avaient acheté de la terre9. Leal se souvient de l’adresse exacte de la maison où habitait un Tsigane garde municipal au centre de Salvador au début du xxe siècle (Leal 2000 : 172). Un article de journal de 1912 mentionne des Tsiganes vivant à Santo Antonio Além do Carmo à Salvador, le quartier même où les Tsiganes déportés avaient été contraints de s’installer deux siècles plus tôt10. Des voyageurs étrangers avaient rencontré des Tsiganes vivant dans de gigantesques maisons à Rio de Janeiro comme celles peintes par Debret en 1823. On doit évidemment reconnaître que les voyageurs les rencontraient aussi dans des campements le long des routes. C’est dans un de ces campements que le capitaine Burton avait bu un café en 1867 (Burton 1869 : 108). Plus près de nous, le premier documentaire cinématographique brésilien consacré aux Tsiganes, Os Ciganos do Nordeste (1976) d’Olney São Paulo, décrit les Calons et les Roma (connus comme « Tsiganes turcs ») de Bahia vivant dans des maisons ou de petites tentes.

11Dire qu’une partie seulement des Tsiganes étaient nomades est insuffisant puisque les sources historiques suggèrent une relation plus continue entre ce que les observateurs non-tsiganes appellent « nomadisme » et « sédentarité », catégories à partir desquelles ils essaient souvent de classer les Tsiganes brésiliens. Souza (2006) note, par exemple, que même si les Calons de Catumbi (Rio de Janeiro) appartiennent aux mêmes familles que celles décrites par Moraes Filho et vivent dans les mêmes quartiers que ceux qu’ils habitaient il y a 120 ans, ils changent souvent de maisons et d’appartements, y compris à l’intérieur du même immeuble (voir aussi Moraes Filho 1981). Les données historiques que j’ai rapidement recensées ci-dessus montrent de telles différences de dynamiques entre ces deux modes que les chercheurs devraient s’abstenir de chercher un modèle unique et stable. Les Tsiganes qui vivent dans des maisons commercent avec ceux qui sont sur les routes comme à Rio de Janeiro. Ils se marient entre eux comme à Camaçari. À Salvador, ils appartiennent aux mêmes familles et ceux qui s’installent reprennent la route lorsqu’il est à propos de le faire. Quelques membres de leur parenté font périodiquement des circuits pendant que les autres restent à la maison comme à Bota Fogo. Et, de temps à autre, tous disparaissent même lorsqu’ils étaient dans des lieux comme Campos dos Ciganos où ils ont eu une présence si forte que les voyageurs étrangers les ont évoqués dans leurs récits. Les toponymes identifiant de nombreux emplacements d’après leurs anciens habitants Tsiganes ont été progressivement oubliés. Et, à l’inverse de ce que laissent supposer les apparences, dans toutes ces situations ils ne sont pas différents des Calons d’aujourd’hui.

La famille de Manuel

  • 11 Les cambiteiros transportent la canne à sucre entre les exploitations et les sucreries.

12Manuel Borges da Costa, un Calon originaire du sertão, l’hinterland semi-aride de Bahia, s’était installé près de l’endroit où Olney São Paulo avait filmé Os Ciganos do Nordeste et cela, à peu près à la même époque. Il vivait des mules qu’il vendait aux cambiteiros11. L’histoire des déplacements de cette famille durant deux décennies illustre l’usage calon de l’espace et leurs raisons de s’installer ou de partir. Dans la mesure où le récit débute dans les années 1980, il couvre aussi la période durant laquelle les Calons ont été confrontés à de nombreux changements dans leur existence quotidienne, époque où – comme on l’a souvent expliqué – ils auraient abandonné leur mode de vie « nomade » pour un mode de vie « sédentaire ».

13En 1979, Manuel et sa femme étaient occupés à préparer le mariage de leur fils aîné Jorge (16 ans). Puisque selon la tradition calon, c’est la famille de la mariée qui doit organiser la cérémonie, l’événement devait avoir lieu dans le sertão où vivait sa fiancée. En octobre, la famille a démonté ses tentes et est partie sur la route en direction du nord en une caravane composée de vingt-trois personnes montées sur des mules ou des chevaux. La famille nucléaire de Manuel était composée du couple et de huit enfants. Ses deux très proches cousins et leur famille s’étaient joints au voyage.

  • 12 Ce mot vient de caatinga, écorégion du sertão du Nord-est brésilien caractérisée par la végétation (...)

14Manuel s’était organisé de manière à revenir vers la côte peu de temps après le mariage. Il s’était installé dans la ville de Salgueiro sur un emplacement appartenant au maire de la ville dont la famille était en relation commerciale avec les familles calons depuis des années. Ce dernier lui suggéra alors de s’installer pour plus longtemps. Manuel accepta. Rapidement, il décida de construire deux maisons : une pour lui et sa famille, une autre pour Jorge et sa nouvelle épouse. En qualité de caatingueiros12, tous préféraient vivre dans le sertão, près de leur famille, de leurs morts et loin de la côte humide.

15De plus, l’aînée de ses filles, Sara, âgée de treize ans, allait être mariée à son cousin Claudio Gomes Borges (quinze ans). Claudio était le fils de la plus jeune sœur de Manuel et un cousin germain de sa femme. Manuel n’aimait pas cet arrangement et désapprouvait le choix du jeune homme qui était connu pour avoir une personnalité impulsive et pour perdre son temps et son argent à jouer aux cartes. Mais voyant que tous, y compris sa femme et sa sœur, encourageaient ce mariage, Manuel avait cédé. Une union entre cousins est souvent préférée à tout autre par les Calons, et celle-ci accentuerait l’intégration des deux familles. Après la cérémonie, les jeunes mariés, comme la plupart des couples calons le font, déménagèrent dans une ville voisine pour vivre avec la famille de Claudio.

16Environ deux ans plus tard, Claudio et Sara se présentèrent de manière impromptue dans la maison de Manuel. Ils étaient manifestement anxieux. Quelques heures plus tôt, Claudio s’était disputé avec son père et avait tiré sur lui. Dans la confusion qui avait suivi, sa mère s’était interposée et avait été atteinte d’une balle. Claudio jurait qu’il n’avait pas voulu tirer sur elle ; il ajoutait qu’il n’avait pas essayé de tirer sur son père non plus. Manuel était choqué d’apprendre que sa sœur avait été blessée, mais il voulait aussi aider sa fille. Comme ses autres enfants étaient opposés à l’idée que Claudio et Sara restent dans le camp et que les suites que pourraient avoir cet incident n’étaient encore pas claires, Manuel prit des dispositions pour que le couple puisse séjourner provisoirement dans la ferme de quelqu’un qu’il connaissait dans le voisinage. Sa sœur mourut à l’hôpital le jour suivant. Dès lors, ses enfants rejetèrent encore plus véhémentement l’idée que leur beau-frère puisse vivre avec eux. Manuel, prétextant que le couple n’avait pas encore d’enfants, suggéra à Sara de quitter Claudio. Cette dernière effrayée des ragots qui pourraient être colportés à son sujet si elle quittait son mari – et l’empêcheraient de contracter tout autre mariage – préféra suivre Claudio et le couple déménagea à Uauá, à environ 200 km de là.

17Une année plus tard, Manuel apprit que sa fille était maltraitée par Claudio qui gaspillait beaucoup d’argent avec des prostituées, buvait et jouait. Manuel et le second de ses fils aînés, Giovanni, se rendirent immédiatement à Uauá. Avant d’entrer dans la tente de Sara, ils parlèrent avec les autres Calons du voisinage qui confirmèrent les rumeurs. Apparemment Claudio avait même battu Sara durant sa grossesse. Quand Manuel se présenta dans la tente de sa fille, il lui proposa de partir avec lui, elle et son bébé, faute de quoi, ne voulant plus la voir souffrir, il ne remettrait plus jamais les pieds en ce lieu. Sara accepta. Durant les jours et les semaines qui suivirent, Claudio se mit à boire encore plus, gaspillant son argent et se battant avec tout le monde. En juin 1984, il fut tué au cours d’une rixe.

18Eraldo, le père de Claudio, commença à accuser Manuel, son ex-beau-frère, de la déchéance et de la mort de son fils. Il était convaincu que le départ de Manuel avec Sara et le bébé avait blessé Claudio au point de le rendre plus incontrôlable encore. Un jour de mars 1985, alors que Manuel était sur la place du marché de Salguerio, Eraldo, avec la complicité d’un ami non-Tsigane, tira sur lui à trois reprises. Manuel mourut sur le coup. Lorsque quelqu’un meurt, les Calons préfèrent partir « pra tirar a lembrança do falecido » (pour effacer le souvenir du disparu). Peu de jours après, ils quittèrent Salguerio pour Brejo Santo, à quelque distance de là. Une fois arrivés, ils construisirent de nouvelles maisons et dressèrent leurs tentes.

19Les quatre fils les plus âgés de Manuel étaient maintenant mariés. Ils prenaient soin de leurs frères et sœurs célibataires ainsi que de Sara. Les aînés étaient particulièrement furieux de cet assassinat. Lorsque, quelques mois plus tard, Eraldo fut emprisonné pour port d’arme illégal, ils organisèrent son exécution sommaire dans la prison pour venger la mort de leur père.

20Les enfants de Manuel – maintenant sous l’autorité de Jorge et Giovanni – et sa veuve vécurent à Brejo Santo les douze années suivantes. En 1997, durant le mariage de leur plus jeune sœur, un conseiller municipal et un policier se présentèrent au campement. Ces visiteurs inattendus se plaignaient que l’un des cousins de la mariée, présent à la cérémonie, avaient acheté une arme à feu au conseiller et ne l’avait jamais payée. Ils exigèrent que l’homme les suive. Les Calons proposèrent de régler cette affaire sans plus tarder en payant la somme due mais, au cours de la dispute qui s’en suivit, le conseiller et le policier furent tués. Jorge, Giovanni et leurs familles quittèrent Brejo Santo immédiatement, laissant tout derrière eux. Ils retournèrent sur la côte humide que leur père avait quittée vingt ans plus tôt.

Les changements des trois dernières décennies

  • 13 La saibata ou « saia e bata » est un vêtement utilisé par les Calin de Bahia qui se compose d’une j (...)

21Beaucoup de choses ont changé pour cette famille calin. Il y a trente ans, Manuel vivait dans une tente ; aujourd’hui ses fils habitent des maisons. Il n’avait pas reçu d’éducation ; ses enfants ont au moins passé quelques années à l’école. Il négociait des bêtes ; ses fils prêtent de l’argent et vendent des voitures d’occasion. La dot de Sara se composait de quelques animaux, d’un lit, de vaisselle et de casseroles ; celle de sa fille compte 10 000 reais comptant, l’ameublement complet d’une maison dont une cuisinière à six feux avec un four. Lorsque Manuel était mort, il y a vingt-cinq ans, sa femme s’était rasée la tête et avait abandonnée sa saibata13 colorée ; quand son fils Giovanni est mort il y a un an, sa femme a rassemblé ses longs cheveux bruns en chignon et remplacé ses élégants et modernes vêtements de Calin par des tenues sombres et sans fioritures.

22Plusieurs changements de plus grande ampleur qui se sont produits durant les trois dernières décennies ont aussi influencé la vie des Calons. Aujourd’hui, grâce au réseau routier et aux voitures, les hommes qui font du négoce (souvent à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux) n’ont plus à déménager avec toute leur famille même si, quelquefois, lorsqu’un de ces voyages comporte une visite chez des parents, ils emmènent avec eux femmes et enfants. Le plus souvent, ils peuvent partir tôt le matin et revenir le même jour. Aujourd’hui, le voyage de la côte jusqu’à l’endroit où Jorge s’était marié se fait en huit heures de voiture ; en 1979, il avait demandé deux mois à Manuel et sa famille. À cette époque, beaucoup de routes n’avaient pas encore été construites, ils allaient à dos de mule et devaient régulièrement faire des pauses. Durant mon terrain, j’ai rencontré une seule fois une pauvre veuve calin qui, pour marier son fils, avait dû se déplacer avec sa tente dans le lieu où vivait la jeune mariée. Elle partit quelques jours après la cérémonie. Ordinairement, les familles louent des maisons durant plusieurs semaines avant et après le mariage dans les villes où il est organisé. En résumé donc, ni les motivations ni l’organisation des voyages ne diffèrent significativement aujourd’hui de celles du passé. Ce qui a changé, ce sont les modes de transport et, en conséquence, la vitesse des déplacements et leur facilité. Les caractéristiques des voyages des Calons en sont évidemment influencées.

23La vie dans les bourgs de l’intérieur de la Bahia s’est elle aussi transformée. On peut trouver aisément, en particulier dans les périphéries des villes, de petites habitations à louer, acheter ou vendre. Avoir une maison ou un terrain est aussi un bon investissement : dès qu’une opportunité de gagner de l’argent se présente, l’une ou l’autre changent de mains. Cette flexibilité est activement exploitée par les Calons. Eduardo et sa femme, au début de ma recherche, vivaient dans la maison située juste en face de la nôtre. Quand ils quittèrent la ville, ils s’installèrent d’abord dans une tente dans une ville voisine, dans le camp où vivaient quelques-uns des parents d’Eduardo. Deux mois plus tard, ils louèrent une maison proche du camp ; ils vendirent aussi la maison qu’ils avaient abandonnée dans la ville où nous habitions. Six mois après, ils achetèrent un morceau de terre là où ils louaient la maison. Ils l’entourèrent de murs et commencèrent à y construire deux édifices, un pour eux et un pour leur plus jeune fils qui allait se marier. Ils invitèrent aussi plusieurs parents et alliés à installer leurs tentes sur le terrain derrière les maisons. Quelques mois plus tard, se présenta l’opportunité d’acheter une maison et un plus grand terrain dans une troisième ville. L’endroit était économiquement prometteur car ne s’y trouvait aucun important prêteur à gage. Eduardo et sa femme s’y installèrent avec leurs deux fils et leurs familles. Cependant, un an plus tard, ils se déplacèrent vers un important campement (majoritairement composé de tentes) situé dans une quatrième ville où ils construisirent une petite maison.

  • 14 Dans le cas de Manuel, comme je l’ai déjà précisé, les échanges commerciaux avec la famille du mair (...)
  • 15 Par exemple, en avril 2011, un groupe de Tsiganes a été empêché par la garde municipal de s’install (...)

24La modernisation des transports permettant de quitter la maison pour des voyages d’une journée seulement n’a pas été le seul changement important. Les possibilités d’acheter des maisons et des terres se sont accrues en même temps que se développaient les zones rurales. La demande en animaux de trait dont les Tsiganes étaient les commerçants privilégiés a diminuée et la multiplication des boutiques a fait concurrence aux marchands ambulants. Les configurations sociales aussi ont changé. Les descendants de nombreux propriétaires ruraux, par exemple, préfèrent vivre à Salvador et laisser leurs terres dans les mains de fermiers. Les emplacements pour camper qui, dans le passé, appartenaient aux partenaires commerciaux des Tsiganes deviennent de moins en moins accessibles à ces derniers même s’ils continuent souvent à être en relation avec les mêmes familles qu’autrefois14. En conséquence, lorsque c’est possible, ils préfèrent acheter un emplacement ou, du moins, le louer plutôt que d’avoir à négocier avec la police chaque fois qu’ils occupent des terrains municipaux ou des espaces vacants. Les expulsions, les protestations contre les campements de Tsiganes sont constamment rapportées par les journaux, attestant des difficultés rencontrées par les Calons pour se fixer même passagèrement15.

  • 16 Billi, Marcelo. « No sertão da Bahia, cigano é “banqueiro” », Caderno Dinheiro, Folha de São Paulo, (...)

25Lorsque les Calons de Bahia virent décliner leur commerce d’animaux, le prêt d’argent devint leur principale préoccupation. Comme la Folha de São Paulo l’a écrit, « Dans le sertão bahianais, le Tsigane est le banquier16 ». On ne sait pas exactement quand le prêt est devenu le mode d’existence privilégié des Calons de Bahia. Déjà, en 1957, un dictionnaire avait enregistré « usurier » comme l’une des définitions de Tsigane dans l’argot de Rio de Janeiro (Viotti 1957). Il est possible que le prêt soit aussi une extension de leurs autres activités. Dans le passé, de nombreuses raisons expliquaient que la plupart des animaux soient vendus ou achetés à crédit : manque récurrent de numéraire, formes d’insertion de l’économie brésilienne dans le commerce international, caractéristiques des cycles agricoles dans lesquels la disponibilité d’argent frais au moment de la vente des récoltes alternait avec sa pénurie. Un fazendeiro m’expliquait que des Tsiganes venaient périodiquement camper sur les terres de sa famille et vendaient des animaux à crédit (fiado). De telles pratiques étaient largement répandues et se rencontraient des deux côtés : quand Manuel mourut, son fils régla les dettes qu’il avait contractée avec un fermier en achetant des bêtes de cette manière. Il est aussi probable que l’une des raisons des voyages des Calons dans le passé ait été le recouvrement des créances.

  • 17 Le premier témoignage combinant quelques traits supposés caractéristiques des « Tsiganes » (séducti (...)

26Cette manière calon de gagner sa vie doit être resituée au cœur du mouvement de monétisation de la vie rurale bahianaise née des interventions de l’État et de la libéralisation du marché. Je ne peux décrire ici que quelques-uns des facteurs de cet accroissement du besoin en numéraire : mesures contre la pauvreté, stabilisation du change, augmentation du salaire minimum, diffusion des marchandises, formes nouvelles de crédit officiel accessible à un nombre de plus en plus large de personnes, etc. Dans la mesure où les sources réglementaires de crédit ne rencontrent que rarement la demande, les Bahianais ont créé des mécanismes alternatifs. Par exemple, ceux qui reçoivent les allocations familiales ou les pensions de retraite établies à l’époque de la présidence de Lula peuvent utiliser cette arrivée mensuelle d’argent garanti par le gouvernement fédéral comme nantissement pour l’obtention d’autres prêts informels. Ces mesures ont eu des conséquences secondaires comme, par exemple, la monétisation de la vie politique locale. Le passage d’un système traditionnel de patronage appuyé sur des réciprocités à long terme à un clientélisme à court terme a poussé les politiciens à se procurer de l’argent frais pour mener leurs campagnes afin de pouvoir le distribuer à leurs protégés. Ces sommes ne peuvent souvent être obtenues que des prêteurs17. Bien qu’ils n’aient pas été les plus gros d’entre eux, la distance ethnique et sociale dans laquelle sont perçus les Tsiganes a augmenté l’attrait qu’ils suscitaient. Et, bien que les voitures, les téléphones et les cartes bancaires aient contribué à la disparition des bandes de Tsiganes conduisant des caravanes d’animaux, les occupations auxquelles ils se livrent aujourd’hui ne font pas obstacle à leur mobilité. Les Calons qui ont quitté notre ville ont continué à faire des affaires avec les mêmes clients. Avec le temps, un Tsigane rassemble une clientèle dispersée sur toute une région, mais qui peut aisément lui rendre visite dans n’importe laquelle de ces nouvelles implantations, et qu’il peut lui-même rencontrer ou appeler au téléphone. La relation entre un homme et sa clientèle dispersée, caractéristique du style de vie des Tsiganes marchands ambulants, ne change donc pas. Pour visiter ses habitués, il ne doit plus voyager pour de longues périodes avec toute sa famille et toutes ses affaires. Et même ceux qui continuent à faire le commerce des animaux les transportent maintenant dans des camions.

Les lieux où s’installent les Calons aujourd’hui

27Les Calons qui ont vécu dans notre ville circulaient dans cette région composée d’une quinzaine d’agglomérations depuis vingt ans. Les mêmes familles (households) ne campent pas toujours ensemble dans un même lieu, chacune de celles qui ont déménagé dans la région ont occupé de différente manière des emplacements interconnectés par les liens de parenté. Comme à l’époque de Manuel, de nombreux Calons de Bahia vivent entourés de leurs parents bilatéraux. Prenons, par exemple, Eduardo et sa femme, que j’ai déjà évoqués plus haut. Après une période de six ans pendant laquelle ils ont vécu dans notre ville, ils ont occupé cinq lieux différents dans trois villes distinctes durant les deux années qui ont suivi, vendant trois maisons et un lot de terrain en même temps. Les deux fils d’Eduardo et leur famille ont toujours vécu avec eux et, la plupart du temps, le couple se retrouvait entouré d’autres parents auprès desquels ils s’étaient rendus ou qu’ils avaient invité à les rejoindre.

28Dans ce cas, les affects jouent un rôle crucial. Les Calons préfèrent vivre avec ceux avec qui ils ont grandi (parents, frères et sœurs, cousins). Le chagrin contraint aussi leur manière d’occuper l’espace : à cause de la mémoire qui y est attachée, ils évitent les lieux où les êtres qu’ils chérissaient sont morts. Les emplacements et les maisons ainsi abandonnés restent liés à la mémoire des disparus et seuls les Tsiganes qui les évitent connaissent la signification qui y est attachée (Williams 1993). Comme dans le cas de Manuel, des violences surviennent souvent entre parents (en particulier affines) : ceux qui vivaient ensemble deviennent des ennemis et n’ont plus qu’à se séparer. Dans ces situations, la colère générée par les griefs encourage à se venger. Dès lors, l’éloignement devient préférable et on évite les zones où vivent des ennemis (inimigos) (Okely 2008 : 49-70, Gay y Blasco 1999). De la même manière, on ne se rend pas dans les lieux où vivent des Calons inconnus (Ciganos desconhecidos). Si néanmoins on s’y installe, c’est toujours pour peu de temps. Dans la mesure où la masculinité calon exige une défense constante de l’honneur, le moindre signe de provocation, particulièrement venant d’un Tsigane inconnu, peut dégénérer en conflit.

  • 18 Ndt. : successivement, chef, guide, baron, ou capitaine.

29Aujourd’hui, comme dans le passé, les lieux d’implantation s’organisent autour d’hommes puissants (hommes-forts) susceptibles de susciter des rassemblements autour d’eux. En d’autres lieux, ce personnage est aussi connu comme o chefe (Ferrari 2010), o líder (Goldfarb 2004), o barão (Silva 1999), ou o capitão (Wells 1886)18. Manuel et, plus tard, ses fils Giovanni et Jorge étaient des hommes de ce type. C’étaient eux qui entretenaient le plus d’échanges en dehors de leur lieu de résidence, c’est-à-dire qui, comme le suggère Piasere (1985 : 143-146), avaient le « capital gagikane » le plus élevé. Ils étaient respectés par les Brésiliens et les autres Calons et ils pouvaient mobiliser d’autres personnes pour protéger leurs intérêts. Vivre auprès des hommes-forts avait aussi des avantages économiques. Grâce à leurs compétences et à leurs contacts ils étaient capables de créer de nouvelles opportunités et d’inviter d’autres Calons à se joindre à eux. Parce qu’ils étaient généralement plus riches, ils pouvaient prêter de l’argent à ceux de leurs parents qui étaient dans le besoin. Traditionnellement, ils négociaient avec les propriétaires fonciers et les autorités les emplacements où camper. Encore aujourd’hui ils savent comment revendiquer efficacement un lieu où s’installer. Dans le camp situé dans notre ville, par exemple, un homme-fort était propriétaire du terrain où sa tente était installée alors que ceux qui vivaient autour de lui occupaient la terre illégalement. Dans un campement voisin l’homme-fort était propriétaire du terrain sur lequel six tentes étaient plantées et, dans un autre, c’était lui qui négociait les conditions de la location de l’emplacement.

  • 19 Personnes habitant habituellement le même campement, communauté d’un camp.

30Les lieux d’implantation des Calons sont constitués de combinaisons variées de tentes et de maisons. Dans notre ville, il y avait trois maisons et un campement de douze tentes. Dans les emplacements voisins on trouvait différentes situations : dix tentes seulement, une maison avec cinq tentes autour, une rue avec six maisons ou encore un lieu entouré de murs comprenant une grosse maison et cinq plus petites. Ces espaces ne sont pas définitivement structurés, particulièrement ceux composés de tentes. Dans les vingt dernières années, le campement de notre ville a changé de localisation au moins cinq fois au fur et à mesure que la ville grossissait, que les propriétés changeaient de main ou que des gens mourraient. Lorsque nous sommes arrivés dans notre maison de la rue des Ciganos, le campement était constitué de douze tentes occupées par vingt-cinq personnes. Six familles (households) constituant le cœur de la turma19 du camp vivaient ensemble depuis plus de six ans. Six mois après notre arrivée, le campement avait grossi de cinq tentes supplémentaires et comportait quarante-six personnes. Quatorze mois plus tard il était abandonné. Mon carnet de terrain montre que chaque mois quelqu’un arrivait ou partait. Les raisons singulières de ces mouvements variaient : recherche de meilleures opportunités économiques, désir de vivre près des siens, disputes ou ennui. Il faut souligner que, en dépit de la préférence des Calons pour vivre avec des parents et de la dominance de la patrilocalité ou de la virilocalité, aucun Calon n’était prêt à accepter que quelqu’un lui dise quoi faire et où vivre.

31Bien qu’aujourd’hui, probablement, plus de Calons vivent dans des maisons – mutation que l’histoire de Manuel met en évidence – il n’y a pas de solution de continuité entre l’usage d’une maison ou celui d’une tente. Si la casa des autres bahianais de la côte atlantique est une référence stable et reste strictement occupée par une famille nucléaire (Marcelin 1999 : 31-60), il n’en est pas de même pour la maison ou la tente du Calon. Le passage de l’une à l’autre n’est pas unidirectionnel. Parmi les trois familles de notre ville qui vivaient dans des maisons, deux vivent aujourd’hui dans des tentes situées dans un campement d’une autre agglomération.

32J’ai déjà mentionné qu’Eduardo et sa femme avaient vendu deux maisons dans lesquelles ils avaient vécu ces quatre dernières années. Parmi les douze maisonnées qui vivaient dans des tentes dans le campement situé dans notre rue, trois avaient vécu dans des maisons en d’autres lieux dans le passé. Plus tard, après qu’ils aient eu quitté notre ville, l’une de ces maisonnées se réinstalla dans une maison.

Vivre au présent

  • 20 Cet argument n’est évidemment pas nouveau (Piasere 1992 : 279-291, Piasere 1986 : 1-4). En fait il (...)

33Les faits historiques et ethnographiques que j’explore dans cet article montrent que la division des Calons brésiliens en « sédentaires » ou « nomades », que ce soit aujourd’hui ou dans le passé, loin d’être une description fidèle de leurs pratiques est une objectivation des catégories de la pensée socio-scientifique. La relation à l’espace calon résiste à ces classifications, voire se rebelle contre elles. Lorsque nous les constituons en repères absolus, la situation relative de chaque Calon singulier (de chaque lieu de résidence, de chaque famille, de chaque individu) le long de l’axe qui va de l’un à l’autre, ou la transition assumée de l’une à l’autre de ces positions dans le temps deviennent l’aspect le moins intéressant de ce rapport à l’espace, au lieu et à la mobilité. En fait, derrière les façades de leurs maisons, les Calons préservent un monde structuré selon des principes spécifiques : les lieux où vivre et les moments de se déplacer répondent à de complexes exigences de relations de parenté et d’opportunités, les regroupements et les dispersions provoqués par la violence et les comportements des individus d’aujourd’hui requièrent de la flexibilité20.

34Ce sont précisément ces principes qui expliquent la disparition des Calons de notre rue des Ciganos et leur brusque déplacement évoqué au début de cet article. Un jeune Calon, mu par sa loyauté familiale, avait tué un homme non-Tsigane. Craignant un châtiment des amis de l’homme assassiné, tous les Calons – ceux vivant dans des tentes comme ceux vivant dans des maisons – ont fui la ville. Ils ont rejoint leurs parents en des lieux variés. Certains d’entre eux, évaluant rétrospectivement leurs choix, déménagèrent encore dans les semaines qui suivirent. Quelques-uns, comme Eduardo et sa femme, ont changé plusieurs fois de place durant la période qui a suivi. D’autres créèrent de nouveaux campements, rejoints par des Calons d’autres emplacements. D’autres encore rejoignirent leurs parents dans des régions éloignées. D’autres installèrent un campement dans une ville voisine qui se désintégra après la mort de son homme-fort. Bien que « non-nomades », les Calons ne sont définitivement pas « sédentaires ».

35Décrire la relation à l’espace des Calons est une chose, montrer ce qui donne à une telle fluidité de la stabilité conceptuelle en est une autre. En d’autres mots, que signifient les concepts qui sous-tendent ce processus pour ceux dont la vie en dépend ? Dans la suite de cet article, je vais essayer de décrire la manière dont les Calons pensent l’espace et le mouvement, en relation avec leur conception de la personne.

  • 21 Souligné par l’auteur.

36La première chose importante à noter est que les Calons opposent l’agitation et le calme. La première renvoie à la santé et à la vie, tandis que la seconde en provoquant un degré zéro de la vélocité est relative à la mauvaise santé et est assombrie par la mort (Ferrari 2010 : 268, voir aussi Goldfarb 2004). Dans ce cadre, les hommes calons se définissent comme d’audacieux « hommes d’actions » capables de négocier avec les aléas et de saisir les occasions passagères. Le Calon bahianais – en particulier lorsqu’il s’agit d’affaires – évoque quelquefois cette capacité comme l’art de « faire le futur » (fazer futuro). Du fait de cette orientation générale, les jours où tout semble bloqué, on peut au moins jouer aux cartes avec de la petite monnaie ou échanger des objets de même valeur comme si leur circulation pouvait créer l’occasion de plus d’opportunités. De la même manière, Stewart avait noté que lorsqu’un Rom de Hongrie marchand de chevaux n’arrivait pas à vendre un animal depuis plusieurs mois, il essayait au moins de l’échanger « dans l’espoir que l’accroissement de la vitesse de ses échanges les multiplierait » (Stewart 1987 : 230)21. Dans ce cas, chaque individu singulier voit, dans chacun de ses actes, son futur se révéler littéralement sous ses yeux. Jouer ou prêter de l’argent, échanger, se battre tout comme négocier une place pour vivre, sont conçus de cette manière. En se saisissant d’occasions de ce type, les Calons se construisent comme personnes morales dans le présent. Comme une Calin le disait à son oncle : « Seule la mort n’ouvre pas de futur ». Les morts sont littéralement arrêtés et fixés au lieu où ils sont morts ou encore dans les objets que les vivants gardent comme souvenir d’eux et qui sont mis hors circulation.

  • 22 De la même manière Okely signale que « les Tsiganes voyageurs décrivent les maisons comme des lieux (...)

37En conséquence, un lieu où rien n’arrive est considéré comme immobile (parado), sans futur (sem futuro) ou même mort (morto). Comme le montre Ferrari, vivre dans une maison amène des soucis particuliers. « Ce flux semble s’arrêter lorsqu’ils commencent à habiter [dans une maison]. Bien que les Calons soulignent les avantages qu’ils retirent à vivre dans du dur – eau, électricité, facilité d’entretien – ils n’en considèrent pas moins ce mode d’existence comme une “vie arrêtée” (vida parada). Ils attirent l’attention sur son manque de fluidité » (Ferrari 2010 : 266). Plus loin Ferrari explique : « “immobile” (parado) renvoie à l’image d’un monde de mauvaise qualité, moribond, malade » (Id.  : 267)22. Bien que le voyage (viagem) soit considéré comme supérieur à la possession d’un domicile fixe (moradia) pour se conduire en Calon, on ne peut considérer ce choix seulement du côté de la relation à l’espace. Au contraire, je confirme les observations de Ferrari : il y a toujours toute une échelle des « vitesses » possibles, des « modes de déterritorialisation » (Ibid. : 268). Ainsi, les Calons circulent souvent en voiture autour des villes : ils sortent (andar na rua), visitent des gens dans différents campements (passear) ou s’installent en un autre lieu de vie pour quelques semaines seulement (passar).

38Venons-en à Pedro, l’un des plus gros joueurs de la région. Lorsque je l’ai rencontré pour la première fois, il semblait être installé en un lieu fixe. Quelques années auparavant il avait vendu sa maison dans la ville où son oncle était mort et avait déménagé dans cet endroit situé 32 km plus loin. Toutefois, ce n’est que récemment qu’il y a acheté un grand terrain et installé la plus grande tente du campement (environ 10 mètres sur 10 avec un pilier central de 4 mètres et un sol en bêton). Plus tard, son frère a quitté une ville située à 45 km de là pour venir vivre avec lui. Aujourd’hui, il vient d’arriver d’une ville située à 18 km, a avalé son déjeuner et a repris sa voiture en compagnie de trois autres hommes, dont moi. Nous avons roulé vers une autre agglomération se trouvant à 20 km. Alors qu’il était en conversation avec un client, il nous a dit : « Je ne supporte pas de rester immobile. Je mange et je repars immédiatement. Rester ici c’est angoissant ».

39Clairement, se comporter en Calon requiert de chercher des occasions engendrées par le mouvement et décrites comme telles. Il n’est pas surprenant que les Calons ne considèrent pas les installations fixes comme une condition permanente, même s’il leur arrive de vivre au même endroit durant des années voire des décennies. Si les circonstances changent, ils peuvent décider de bouger. Malgré tous les changements survenus les trente dernières années décrits plus haut, la virilité calon se réalise toujours par une large variété de déplacements, depuis déplacer le lieu où la tente est plantée jusqu’à entreprendre un voyage (viagem) comme dans l’ancien temps.

  • 23 Je dois préciser que c’est le point de vue masculin que je présente ici.

40Quand les Calons changent d’emplacement ou décident quand partir, ils prennent en compte le contexte. Ils évaluent les options possibles en tenant compte de différents facteurs : qui vit en ce lieu ? Quels sont les intérêts des autres membres de la famille ? Quelles sont les opportunités économiques ? Quel est l’espace disponible ? Qui possède quoi ? Quelle sécurité y trouvera-t-on ? Quel en sera le coût ? Etc. Une évaluation de ce type est récursive, comme le contexte lui-même. Dans ce cas, la composition absolue comme la composition relative de tous les emplacements est elle-même instable. Elle requiert une attention permanente au présent, qui peut être mise en œuvre par différents moyens comme des conversations avec d’autres ou des visites. Ces sortes de changements de lieux de vie sont des manières de saisir des opportunités (de les créer). Conceptuellement, elles se situent dans le cadre de l’orientation consistant à préférer le mouvement et la qualité « d’homme d’action » que j’ai déjà soulignée. Comme me l’a dit un homme alors que nous regardions sa famille plier la tente et la charger sur un camion : « Le Tsigane est comme ça. S’il voit qu’il n’y a pas d’avenir (não tem futuro), il change de place (mudar a lugar). » Même si cette manière de « créer l’avenir » est une occasion de mettre en avant sa virilité23, elle ne peut être réalisée que dans un réseau d’interrelations. Eduardo et sa femme, par exemple, ne pouvaient changer de maison, de tente ou de terrain que parce que, à un certain moment, il y avait des parents qui étaient installés en d’autres lieux ou en train de bouger. Et il y avait aussi des endroits que la famille d’Eduardo évitait.

Le passé dans le présent

41Avant de conclure, je souhaite discuter un dernier point. Bien que le mouvement ait, pour les Calons, d’autres significations que le « nomadisme » adopté par quelques auteurs brésiliens, il serait erroné de soutenir que l’image associant dans le passé le mouvement avec les Tsiganes serait une simple construction des chercheurs ou des journalistes. Il convient de montrer aussi que le passé a pour les Calons une signification différente. Il n’a pas pour objet de refléter des « faits » historiques au sein d’une « communauté ».

42Les Calons eux-mêmes affirment souvent que, de nos jours, ils vivent dans des domiciles stables alors que les Tsiganes d’autrefois voyageaient. Dans une étude sur les Calon de Souza (Paraíba), Patricia Goldfarb (2004) montre comment les Calons qui vivent là distinguent entre temps d’avant (tempo de atrás) lorsqu’ils circulaient librement et l’actuel temps des habitations stables (tempos da moradia). Elle interprète cela comme une mémoire collective utilisée pour construire l’identité tsigane dans le présent. En d’autres termes, pour se distinguer de leurs voisins, les Tsiganes se réfèrent à leur passé nomade précisément parce qu’aujourd’hui ils vivent dans un domicile fixe comme n’importe qui. Florencia Ferrari note avec raison que Goldfarb réduit la riche conceptualisation de l’inscription dans l’espace et le temps à la double dichotomie nomadisme/sédentarité et autrefois/aujourd’hui. De cette manière, ajoute-t-elle, elle rend opaque la complexité conceptuelle qui préside chez les Calons à la relation à l’espace, à la mobilité et au corps dans le présent (2010 : 264). Cette complexité conceptuelle, que j’ai brièvement évoquée ci-dessus, va aussi de pair avec la fluidité et l’instabilité de l’organisation de l’espace, telle qu’elle est documentée par les données historiques et ethnographiques.

43C’est aussi dire que les Calons de la ruralité bahianaise que j’ai pu connaître, comme ceux de São Paulo ou du Paraíba, considèrent que leurs relations à l’espace et au mouvement sont aujourd’hui différentes de ce qu’elles étaient autrefois. Invariablement, ils parlent de leur propre passé en le qualifiant de plus mobile. De plus, les Tsiganes indifférenciés « d’autrefois » sont toujours présentés comme « vivant de par le monde » (vivendo pelo mundo) alors que jamais les Calons dans leur ensemble n’ont été en permanence sur la route, que ce soit dans un passé récent ou éloigné. Ceux de la ruralité bahianaise ont admis cela. Quand on enquête sur ce fait, ils se souviennent d’ancêtres déterminés qui vivaient dans des maisons. Une même coupure entre passé et présent peut être mise en évidence dans d’autres régions. Après qu’un Calon m’ait affirmé que les Tsiganes d’autrefois étaient plus courageux (valentes), j’ai découvert que ces vaillants Calons « d’autrefois » avaient été tués dans des bagarres il y a moins de dix ans. Le même homme qui dénonçait l’absence de courage de la génération actuelle se trouva mêlé à une querelle un an plus tard.

  • 24 Par exemple, la première thèse américaine écrite par Rena Cotten sur les Roms Kalderash originaires (...)

44Ces réactions semblent renvoyer à un phénomène plus universel et je suggérerais volontiers que l’on peut considérer ces divisions comme un moment constitutif de la « tsiganité » (gypsyness). De nombreuses recherches ethnographiques portant sur d’autres pays relatent que les Tsiganes eux-mêmes considèrent que quelques-unes de leurs institutions « traditionnelles » (par exemple le kris, le marimé, le mariage, la rixe, le nomadisme, etc.) sont moins importantes aujourd’hui24. En fait la première tsiganologie est aussi née de ce moment. Nourris par leur propre imagination romantique, leurs vues sur la nécessaire marche du progrès et prenant ces dichotomies tsiganes comme des vérités d’évidence, les tsiganologues se sont enfermés dans l’obsession de trouver les vrais Tsiganes derrière les Tsiganes altérés d’aujourd’hui (Willems 1997). De tels contrastes entre le passé traditionnel et le présent menacé par l’assimilation, ainsi que l’opposition qui y est liée entre « nomadisme » et « sédentarité », ont aussi été construits dans le récit socio-scientifique brésilien depuis que, dans les années 1980, un intérêt académique pour les Tsiganes s’est manifesté. Par exemple, le premier livre auto-désigné comme anthropologique produit dans ce cadre s’ouvre sur un chapitre intitulé « Culture et nomadisme » (Cultura e Nomadismo) et se termine en affirmant que les Tsiganes sont en train de disparaître du fait de leur assimilation (Locatelli 1981).

  • 25 Bien que les premiers tsiganologues se soient prioritairement intéressé à l’assimilation et à la cu (...)

45En conséquence, et bien que cette question nécessite d’autres recherches, ce qui me semble être en jeu n’est pas seulement une conception différente du mouvement ou de la relation à l’espace (du « nomadisme »), mais une conception du passé. Dit plus simplement, dans les cas que j’ai discutés ici, « l’histoire tsigane » n’est pas la même chose que « l’histoire des Tsiganes ». Cette dernière commence avec les non-Tsiganes (avec les guerres, les industrialisations, les différentes formes de modernité, etc.), elle voit « l’histoire des Tsiganes » comme un processus de changement grâce auquel les Tsiganes deviennent des parties de la société non-tsigane (assimilation, intégration) et, généralement, imagine l’histoire comme une instance transcendantale qui produit des sociétés et des groupes ethniques (voir aussi McCallum 2000 : 375-401). Pour ceux d’entre nous qui sont accoutumés à ces vues, une expression comme « les Tsiganes autrefois voyageaient » renvoie à l’idée qu’un changement dans le style de vie d’un groupe (parmi de nombreuses « minorités ») serait la conséquence de la pression de la « majorité »25.

46Toutefois, « l’histoire tsigane » est tout sauf transcendantale et n’est pas séparable de la construction quotidienne de la personne morale qui constitue cette société (Tauber 2006, Williams 1993). Quand un Calon de Bahia dit « autrefois les Tsiganes voyageaient » ou « les Tsiganes ne voyagent plus », il ne signifie pas la même chose qu’un chercheur ou un journaliste non-tsigane.

47Pour le Calon, l’opposition entre autrefois et maintenant est constitutive de la personne et de la socialité. Si le passé est ainsi réduit à un avant indifférencié (antes, antigamente, tempo de atrás), il ne peut plus être un ensemble de prescriptions. En fait, la tsiganité est posée comme devant être agie dans le présent (voir aussi Gay y Blasco 1999 : 52). Le passé fournit une chaîne de questions et de réponses sur les comportements de chacun plutôt qu’un ensemble de règles transcendantales. Cette mise en scène de soi s’accommode difficilement ce qui est reconnu dans les descriptions du passé faites par les Calons comme « une vie de souffrance » (uma vida sofrida). De la même manière, un homme qui est aujourd’hui impliqué dans des querelles devient un meilleur Tsigane. Grâce à leur savoir d’une manière de vivre prétendument moralement supérieure, qu’ils peuvent mettre en œuvre avec créativité, les Calons reconnaissent qu’être Calon dans le présent est une tâche difficile (après tout les Tsiganes « d’autrefois » menaient « une vie de souffrance »), et, ce faisant, ils se construisent dans la vie quotidienne comme des personnes morales différentes de leurs voisins non-Tsiganes (Gay y Blasco 1999 : 108).

48Disloquant les comportements idéaux du passé, les performances individuelles des Calons dans le présent diffractent ainsi « l’autrefois ». Dans chaque mise en scène individuelle réussie, le passé fortifie le présent dont il est discursivement séparé. Ou encore, pour citer Walter Benjamin, « L’image authentique du passé n’apparaît que dans un éclair. Image qui ne surgit que pour s’éclipser à jamais dès l’instant suivant.  » (1991 : 341). Une telle dialectique devient plus visible dans la relation des Calons à l’espace, thème de cet essai. À travers la dichotomie passé-présent, l’image du mouvement associé à « l’autrefois » apporte une tension dans le présent ; il devient un « possible » (Ferrari 2010 : 264).

49Les Calons présentent de manière répétée l’absence de mouvement comme une sorte d’agonie, l’ombre portée de la mort. Par exemple, un homme incapable de faire circuler des objets par des échanges est dit morto (mort) ou mulon (mort en romani). Réagissant aux décès qui surviennent dans leur entourage, les Calons quittent le lieu où quelqu’un est mort. Dans un curieux processus d’inversion, les Calons d’aujourd’hui qui, habituellement, déclarent qu’ils sont plus immobiles (et donc potentiellement mal en point ou plus près de la mort) deviennent mobiles (se déterritorialisent) pour réagir correctement aux décès. La mort redonne des forces à la vie. Conduit par sa propre affliction – sa relation au défunt rendue visible – le vivant devient Calon. Avec ses semblables il déménage aussitôt vers de nouveaux emplacements, construit de nouvelles relations, alors que le mort et les rapports que l’on entretenait avec lui restent attachés au lieu que l’on abandonne. Ainsi, les défunts sont lentement inclus dans la catégorie des Tsiganes « d’autrefois » qui étaient plus mobiles et qui, en retour, font contraste avec ceux qui sont menacés par l’immobilité dans le présent.

50Pour terminer, il me semble que, dans le contexte de l’incertitude (particulièrement à propos des comportements appropriés de chacun) à partir de laquelle les Calons ne cessent de créer leur socialité aussi bien que de plus larges expériences qui exigent de constants ajustements, cette division met en évidence aussi bien la réalité que les possibilités de transformation et de redéfinition du contenu de la « calonité ». Cela alors que les traditions passées ne s’imposent pas comme exigences directes (c’est-à-dire comme normes fixes). C’est cette même division qui permettait à une Calin de déclarer : « On ne peut plus parcourir le monde comme avant ». Ce jour-là, elle contemplait l’aménagement en cours dans une maison qui avait fait suite à un déplacement durant une période particulièrement pluvieuse. Et pourtant, deux ans plus tard, elle vit dans une tente sur un terrain appartenant à son frère dont le fils va épouser sa propre fille. Alors que l’idéal s’éloigne et que le contexte change, cette Calin crée son propre présent en relation avec les autres – son mari, sa famille et les autres Calons – tandis qu’elle relègue les activités des morts dans un « autrefois » indifférencié.

Haut de page

Bibliographie

Almeida, Manuel Antônio de, 1854. Memórias de um Sargento de Milícias. Rio de Janeiro, Typographia Brasiliense de Maximiano Gomes Ribeiro, vol. i.

Benjamin, Walter, 1968 [1940]. « Theses on the Philosophy of History ». In Id. Illuminations: Essays and Reflections. New York, Schocken Books, p. 253-263 [éd. française (1991) : « Sur le concept d’histoire ». In Écrits français. Paris, Gallimard, p. 331-356.

Borges, Isabel Cristina Medeiros Mattos, 2007. Cidades de portas fechadas: a intolerância contra os ciganos na organisação urbana na Primeira República. Dissertation de mestrado, Université fédérale de Juiz de Fora.

Braga, Júlio Santana, Silva, José Calasans Brandão da & Tourinho, Maria Antonieta Campos, 1972. Folclore Geo-Histórico da Bahia e Seu Recôncavo. Rio de Janeiro, Ministério da Educação e Cultura.

Burton, Richard Francis, 1869. Explorations of the Highlands of the Brazil: with a Full Account of the Gold. London, Tinsley Brothers.

Castro, Eduardo Viveiros de, 2011. « ‘Transformação’ na antropologia, transformação da ‘antropologia’ ». Sopro: panfleto politico-cultural, 58, setembro, p. 1-16. Disponible dans : http://culturaebarbarie.org/sopro/outros/transformacoes.html

China, José B. de Oliveira, 1936. Os Ciganos do Brazil. São Paulo, Imprensa Official do Estado de São Paulo.

Costa, Elisa Maria Lopes da, 1999. « O Povo Cigano e o Espaço da Colonização Portuguesa – Que Contributos? ». In E. M. L. da Costa, S. S. Floate & A. G. Alfaro (coord.), Ciganos e Degredados: Os Casos de Espana, Portugal e Inglaterra, Séculos xvi-xix. Lisboa, Centre de recherches tsiganes & Secretariado Entreculturas, p. 49-91.

Cotten, Rena Maxine, 1951. The Fork in the Road: A Study of Acculturation among the Kalderaš Gypsies. Thèse de PhD, Columbia University.

Debret, Jean-Baptiste, 1975. Viagem pitoresca e histórica ao Brasil. São Paulo, Livraria Martins Editora, vol. I, 6e éd.

Ferrari, Florencia, 2010. O mundo passa: uma etnografia dos Calon e suas relações com os brasileiros. Thèse de doctorat, Université de São Paulo.

Gay y Blasco, Paloma, 1999. Gypsies in Madrid: Sex, Gender and the Performance of Identity. Oxford, Berg Publishers.

Goldfarb, Maria Patrícia Lopes, 2004. O Tempo de Atrás: Um Estudo Sobre a Construção da Identidade Cigana em Sousa, PB. Thèse de doctorat, Université fédérale da Paraíba.

Goulart, José Alípio, 1967. O Mascate no Brasil. Rio de Janeiro, Conquista.

Graham, Maria, 1824. Journal of a Voyage to Brazil, and Residence There, During Part of the Years 1821, 1822, 1823. London, Longman, Hurst, Rees, Orme, Brown, and Green.

Green, James N., 2006. « The Emperor and His Pedestal: Pedro I and Disputed Views of the Brazilian Nation 1860-1900 ». In C. Nava & L. Lauerhass (coord.), Brazil in the Making: Facets of National Identity. Oxford, Rowman & Littlefield, p. 181-204.

Karasch, Mary C. 1987. Slave Life in Rio de Janeiro 1808-1850. Princeton, Princeton University Press.

Leal, Geraldo da Costa, 2000. Salvador dos contos, cantos e encantos. Salvador, Gráfica Santa Helena.

Locatelli, Moacir Antônio, 1981. O ocaso de uma cultura: uma análise antropológica dos ciganos. Santa Rosa, Barcellos Livreiro e Editor.

Marcelin, Louis Herns, 1999. « A Linguagem da Casa Entre os Negros no Recôncavo Baiano », Mana, 5, 2, p. 31-60.

McCallum, Cecilia, 2000. « Incas e Nawas: Produção, transformação e transcedência na história Kaxinawá ». In B. Albert & A. R. Ramos (coord.), Pacificando o branco: Cosmologias do contato no Norte-Amazônico. São Paulo, Ed. Unesp, p. 375-401.

McGrath, David, 2005. « Regatão and Caboclo: Itinerant Traders and Smallholder Resistance in Brazilian Amazon ». In S. Nugent & M. Harris (coord.), Some Other Amazonians: Perspectives on Modern Amazonia. Londres, Institute for the Study of the Americas, p. 178-192.

Moonen, Frans, 1994. Ciganos Calon no Sertão da Paraíba. João Pessoa, Procuradoria da República da Paraíba.

Moraes Filho, (Alexandre José de) Mello, 1981. Os Ciganos no Brasil e Cancioneiro dos Ciganos. Belo Horizonte & São Paulo, Itatiaia & Edusp.

Neto, Euclides, 2006. « Os Ciganos ». In Id. O Tempo é Chegado. Ilhéus, Editus, p. 65-78.

Okely, Judith, 1983. The Traveller-Gypsies. Cambrigde, Cambridge University Press.

Okely, Judith, 2008. « Gypsy Justice versus Gorgio Law – Interrelations of Difference ». In F. Jacobs & J. Ries (coord.), Roma-/Zigeunerkulturen in neuen Perspektiven. Leipzig, Leipziger Universitätsverlag GmBH, p. 49-70.

Piasere, Leonardo, 1985. Máre Roma: catégories humaines et structure sociale. Une contribution à l’ethnologie tsigane. Paris, Études et documents balkaniques et méditerranéens.

Piasere, Leonardo, 1986. Compte rendu de Les Gorbat d’Afghanistan. Aspect économiques d’un groupe itinérant ‘Jat’, de Aparna Rao. Newsletter of the Gypsy Lore Society, North American Chapter, 9, 3, p. 1-4.

Piasere, Leonardo, 1992. « Roma and Romá in North-East Italy: Two Types of Territorial Behaviour in the Same Larger Territory ». In M. J. Casimir & Aparna Rao (coord.), Mobility and Territoriality: Social and Spatial Boundaries Among Foragers, Fishers, Pastoralists and Peripatetics. Oxford, Berg, p. 279-291.

Piasere, Leonardo, 2011. « Horror Infiniti. Die Zigeuner als Europas Trickster ». Behemoth, 4, 1, p. 57-85.

Schwartz, Stuart B., 1999. « Gente da terra braziliense da nasção. Pensando o Brasil: a construção de um povo ». In C. G. Mota (coord.), Viagem incompleta: a experiência brasileira (1500-2000). Formação, histórias. São Paulo, Senac, vol. 1, p. 103-125.

Silva, Ignacio Accioli de Cerqueira e, 1925. Memórias Históricas e Políticas da Bahia do Coronel Ignacio Accioli de Cerqueira e Silva. Salvador, Imprensa Official do Estado, vol. 2.

Silva, Rosicleide Alves da, 1999. Os ciganos Calon em Sergipe. Dissertation de fin d’études, Université fédérale de Sergipe.

Soares, Luiz Carlos, 1988. Urban Slavery in Nineteenth Century Rio de Janeiro. Thèse de PhD, University College London.

Souza, Mirian Alves de, 2006. Os ciganos Calon do Catumbi: Ofício, etnografia e memória urbana. Dissertation de mestrado, Université fédérale fluminense.

Stewart, Michael, 1987. Brothers in Song: The Persistence of (Vlach) Gypsy Identity and Community in Socialist Hungary. Thèse de PhD, The London School of Economic and Political Science.

Tauber, Elisabeth, 2006. Du wirst keinen Ehemann nehmen!: Respekt, die Bedeutung der Toten und Fluchtheirat bei den Sinti Estraixaria. Münster, LIT Verlag.

Teixeira, Rodrigo Corrêa, 2007. Ciganos em Minas Gerais – breve história. Belo Horizonte, Crisálida.

Viotti, Manuel, 1957. Novo Dicionário da Gíria Brasileira. Rio de Janeiro & São Paulo, Livraria Tupã Editora, 3e éd.

Walsh, Robert, 1831. Notices of Brazil in 1828 and 1829. Boston, Boston Press.

Wells, James W., 1886. Exploring and Travelling Three Thousand Miles Through Brazil from Rio de Janeiro to Maranhão. Londres, Sampson Low, Marston, Searle, & Rivington, vol. 1.

Willems, Wim, 1997. In Search of the True Gypsy: From Enlightenment to Final Solution. Londres, Frank Cass.

Williams, Patrick, 1993. Nous, on n’en parle pas: les vivants et les morts chez les Manouches. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 J’utilise le mot Tsigane(s) lorsque je parle des Tsiganes du point de vue des Brésiliens qui ne le sont pas ou lorsque les uns et les autres sont en relation. Calon (masc. sing.), Calin (fem. sing.) et Calons (pl.) désignent les personnes auprès desquelles j’ai fait mon terrain.

2 Ndt. : musique de type country caractéristique de l’intérieur du Brésil (sertão).

3 Lors d’une affaire qui avait fait la une des journaux dans l’État de São Paulo en 2010, la police avait retenu une fillette tsigane âgée d’un an seulement. Ses parents étaient accusés de l’utiliser pour mendier. Quelques jours plus tard, lorsque le juge eut annulé cette décision, un journaliste vint rencontrer la famille et découvrit qu’elle était partie pour le Minas Gerais. Voir « Família de ciganos que teve filha arrancada do colo da mãe e SP está no Sul de Minas », Globo.com, 22.03.2010, http://oglobo.globo.com/cidades/mat/2010/03/22/familia-de-ciganos-que-teve-filha-arrancada-do-colo-da-mae-sp-esta-no-sul-de-minas-916135706.asp (consulté le 21 avril 2011).

4 Par exemple : « The living conditions are basic. Yet, they preserve the same lively lifestyle that was passed on over generations. According to expert Frans Moonen, the majority of the Brazilian Roma do not lead nomad lives anymore, but other traditions remain intact. » [Les conditions de vie sont rudimentaires. Cependant elles conservent le même style de vie animé qui s’est transmis de génération en génération. Selon le spécialiste Frans Moonen, la plupart des Roma brésiliens ne vivent plus comme des nomades, mais leurs autres traditions demeurent intactes. (souligné par l’auteur)]. Viana, Natalia. « Roma women and families say “We exist!” », Women News Network – WNN, 4 avril 2011. http://womennewsnetwork.net/2011/04/04/we-exist-roma-women-brazil/ (consulté le 4 avril 2011).

5 China décrit un cas similaire dans l’État de São Paulo durant la première décennie du xxe siècle. En 1900, José Gaspar, le capitaine d’un groupe de Tsiganes avait acheté un morceau de terrain à São Luiz do Parahytinga où il vécut jusqu’à sa mort en 1910. D’autres Tsiganes venaient installer leurs tentes (barracas) sur sa propriété ne cessant de partir et de revenir quelques temps plus tard (1936 : 101-103). Confirmant mes observations à propos des changements de nom des lieux où les Tsiganes se sont installés, China explique que ce lieu est « hoje conhecido pelos habitants de S. Luiz por Tapera dos Ciganos, nova designação que recorda a residencia temporaria daquella gente no referido bairro » (aujourd’hui connu par les habitants de S. Luiz comme Tapera dos Ciganos, nouvelle désignation qui enregistre la résidence temporaire de ces gens dans le dit quartier) (1936 : 103).

6 Dans une lettre au gouverneur du Minas Gerais en 1737, un capitaine des dragons explique pourquoi il ne poursuit pas les Tsiganes qui y vivent. Selon lui, il ne valait pas la peine de poursuivre « dix ou douze Tsiganes » et de perdre un cheval à cette occasion (pois nenhuma tinha mais crime que a desgraça de ser como cigano, costumando a uma vida irregular). (Costa 1999 : 87)

7 Par exemple, dans les années 1750 et 1760, lorsque les autorités tentent de contrôler ce qu’elles perçoivent comme une population coloniale sans règles, ingouvernable et excessivement mobile, une série de lois mettent aussi au ban le mode de vie des Tsiganes (Schwartz 1999 : 118, voir aussi Teixeira 2007).

8 Par exemple, Isabelle Borges mentionne plusieurs cas d’expulsion de Tsiganes à la fin du xixe siècle, dans le cadre des projets de modernisation proposés par les élites du pays (Borges 2007).

9 Documents sur la province de Bahia, Biblioteca Nacional, ii-34, 5, 97.

10 « Ciganas embusteiras » (Tsiganes maraudeuses), Diário de Notícias, 28 juin 1912.

11 Les cambiteiros transportent la canne à sucre entre les exploitations et les sucreries.

12 Ce mot vient de caatinga, écorégion du sertão du Nord-est brésilien caractérisée par la végétation portant le même nom. Les Calons de Bahia se distinguent souvent les uns des autres d’après la région dans laquelle ils ont été élevés. On trouve ainsi des caatingueiros, des mateiros (de la forêt du Sud-est de Bahia), des praianos (de l’île d’Itaparica), des mineiros (du Minas Gerais), etc. Ces dénomination ne renvoient à aucune délimitation fixe et encore moins à des nations, des clans, des tribus ou même des « communautés ».

13 La saibata ou « saia e bata » est un vêtement utilisé par les Calin de Bahia qui se compose d’une jupe (a saia) et d’un haut (a bata). Il n’est plus aujourd’hui porté que par les femmes âgées.

14 Dans le cas de Manuel, comme je l’ai déjà précisé, les échanges commerciaux avec la famille du maire lui avaient permis de s’installer et de construire ses premières maisons. D’autres cas de ce type ont été décrits dans d’autres États du Nord-est : des politiciens locaux ont mis des terrains à la disposition des Calons qui s’y sont installés (Silva 1999 : 25, Goldfarb 2004).

15 Par exemple, en avril 2011, un groupe de Tsiganes a été empêché par la garde municipal de s’installer sur un terrain à Santa Cruz do Sul, Rio Grande do Sul (« Ciganos tentam ocupar área do PAC no Santa Vitória », Gazeta do Sul, 26 avril 2011. http://www.gaz.com.br/noticia/274994-ciganos_tentam_ocupar_area_do_pac_no_santa_vitoria.html (consulté le 1er mai 2011).

16 Billi, Marcelo. « No sertão da Bahia, cigano é “banqueiro” », Caderno Dinheiro, Folha de São Paulo, 12 juin 2005.

17 Le premier témoignage combinant quelques traits supposés caractéristiques des « Tsiganes » (séduction, ruse) avec des portraits de Tsiganes comme prêteurs d’argent à Bahia se trouve dans la nouvelle d’Euclides Neto, « Os Ciganos » (Neto 2006 : 65-78).

18 Ndt. : successivement, chef, guide, baron, ou capitaine.

19 Personnes habitant habituellement le même campement, communauté d’un camp.

20 Cet argument n’est évidemment pas nouveau (Piasere 1992 : 279-291, Piasere 1986 : 1-4). En fait il met en évidence la résistance des catégories sociologiques et les derniers développements de la « tsiganologie » brésilienne. Récemment, cet échec de la catégorisation des Tsiganes, a conduit Piasere à les décrire comme des escrocs ethnographiques. Utilisant l’exemple du concept de peuple péripatéticien, appuyé sur l’idée que le mouvement a des bases économique et écologique, il montre que même ce terme est en définitive contredit par des faits ethnographiques et doit être considéré comme inadéquat (Piasere 2011 : 77).

21 Souligné par l’auteur.

22 De la même manière Okely signale que « les Tsiganes voyageurs décrivent les maisons comme des lieux malsains. » (1983 : 96)

23 Je dois préciser que c’est le point de vue masculin que je présente ici.

24 Par exemple, la première thèse américaine écrite par Rena Cotten sur les Roms Kalderash originaires des Balkans qui se sont installés dans les villes américaines a affronté spécifiquement ce problème du point de vue des idées contemporaines d’acculturation (Cotten 1951).

25 Bien que les premiers tsiganologues se soient prioritairement intéressé à l’assimilation et à la culture perdue, et les spécialistes de « l’anti-tsiganisme » à la « résistance », à « l’identité » et à la « représentation », les uns et les autres partagent les mêmes présuppositions. Dans leurs schémas les Tsiganes sont considérés comme un objet (ou un « patient »), même s’ils sont requis de servir d’intermédiaires dans le processus et d’y participer, puisque les notions théoriques de la « majorité » définissent ce que « représentation » et « émancipation » signifient (voir Viveiros de Castro 2011 : 10-12).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Crédits Photo : M. Fotta
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/540/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Fotta, « « On ne peut plus parcourir le monde comme avant » : au-delà de la dichotomie nomadisme/sédentarité », Brésil(s), 2 | 2012, 11-36.

Référence électronique

Martin Fotta, « « On ne peut plus parcourir le monde comme avant » : au-delà de la dichotomie nomadisme/sédentarité », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 14 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/540 ; DOI : 10.4000/bresils.540

Haut de page

Auteur

Martin Fotta

Martin Fotta est post-doctorant à l’Université Goethe (programme de recherche « Valeur et Équivalence »), Frankfurt/Main, Allemagne.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals