Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luca, Tânia Regina de. 2018. A Ilustração [1884-1892]: circulação de textos e imagens entre Paris, Lisboa e Rio de Janeiro.

São Paulo: Ed. Unesp, 274 p.
Carolina Pulici
Référence(s) :

Luca, Tânia Regina de. 2018. A Ilustração [1884-1892]: circulação de textos e imagens entre Paris, Lisboa e Rio de Janeiro. São Paulo: Ed. Unesp, 274 p.

Texte intégral

1Après s’être intéressée à la période de l’Estado Novo, l’historienne Tânia de Luca, professeure à l’Université de l’État de São Paulo (Unesp), se consacre désormais au XIXe siècle et, en l’occurrence, aux échanges transnationaux qui se sont produits au sein de la presse illustrée au cours de la deuxième moitié du siècle. Écrit dans le cadre du projet thématique « A circulação transatlântica dos impressos : a globalização da cultura no século XIX », dirigé par Márcia Abreu (Unicamp), l’ouvrage étudie la trajectoire du magazine A Ilustração : revista quinzenal para Portugal e Brasil, le premier périodique lusophone illustré destiné au Portugal et au Brésil, créé en 1884 par le Portugais Elísio Mendes, un des propriétaires de l’important journal brésilien A gazeta de notícias. Si le caractère éphémère des périodiques illustrés qui ont vu le jour à Rio de Janeiro entre 1850 et 1870 témoigne les difficultés techniques rencontrées par les publications désireuses d’images de haute qualité, A Ilustração se distingue par sa longévité sans pareille, ayant été distribué huit ans sans interruption, mais surtout par la qualité de ses estampes qui, imprimées à Paris, étaient nettement supérieures à celles publiées dans d’autres magazines du même genre existant dans le monde luso-brésilien.

2Imprimé à Paris, distribué à Lisbonne et à Rio et dirigé par le journaliste portugais Mariano Pina, le correspondant international à Paris pour A gazeta de notícias, ce périodique donne à voir, de ce fait, non pas seulement les limitations techniques caractéristiques de la presse portugaise et brésilienne à la fin du XIXe, mais aussi, et peut-être en raison de cela, la prégnance des échanges culturels transatlantiques. En effet, la problématique qui ouvre l’introduction remet en question l’idée d’une distance culturelle insurmontable entre le Brésil et l’Europe, « puisqu'il s'agissait d'une publication dont la rédaction était basée à Paris, qui était imprimée dans les ateliers d'un important groupe français, qui mettait à la disposition du magazine luso-brésilien toute sa collection de gravures sur paiement de petites sommes. Sa direction était assurée par un Portugais, qui habitait à Paris en raison d'un contrat avec un journal brésilien, alors que les lecteurs étaient situés de l'autre côté de l'Atlantique » (p. 5).

3Intégrant les approches qualitative et quantitative et appuyé sur des contrats d’impression, sur des lettres et sur toutes sortes d’archives rendant compte des activités éditoriales des agents impliqués dans la production d’A Ilustração, l’ouvrage est divisé en trois chapitres. Le premier présente les conditions de possibilité de la revue en question, en mettant l’accent sur l’intensité de la circulation internationale de biens culturels au cours du XIXe siècle, lorsque l’industrie graphique fait des progrès non négligeables, qui ont permis aux imprimés produits à l’échelle industrielle d’incorporer des images et d’offrir, par conséquent, des expériences visuelles inédites. Le deuxième chapitre repose sur l’exploitation d’un corpus constitué de 184 numéros de la revue (qui totalisent autour de trois mille pages), et ambitionne de fournir une analyse chiffrée du contenu et des principaux collaborateurs d’A Ilustração. Le dépouillement du matériel textuel et iconographique permet de saisir la ligne éditoriale du titre qui se vantait de consacrer la moitié de l’espace de chaque numéro à des gravures exquises, faisant ainsi la part belle à ce qui constituait l’originalité du périodique et justifiant, de surcroît, sa dénomination. Les régularités thématiques détectées par l’analyse des rubriques et des éditoriaux écrits par Mariano Pina, dévoué corps et âme au projet éditorial du magazine, font l’objet du troisième et dernier chapitre du livre, qui relève et systématise les répertoires valorisés et dévalorisés dans les pages d’A Ilustração.

4Parmi ces thématiques omniprésentes, l’importance historique des modèles parisiens de bon goût dans les aspirations civilisationnelles des élites luso-brésiliennes se donne bien à voir dans la conception même de cette publication qui devrait être « exactement pareille à L’Illustration française » (p. 32). C’est aussi ce qu’on constate dans un éditorial de présentation du nouveau périodique qui affirme qu’il s’agissait d’un journal « élégant et original, un vrai bijou parisien » (p. 41). Les effets de domination culturelle de Paris (« symbole d’élégance et de raffinement ») sur le Portugal et son ancienne colonie sud-américaine apparaissent également dans l’objectif de présenter aux abonnés du titre le calendrier des activités culturelles et sportives de la capitale française. Si des rubriques telles que « La mode parisienne » abordaient « l’élégance des Parisiennes » et mettaient en valeur l’Exposition Universelle de 1889, celles consacrées à la critique théâtrale « présentaient la liste des spectacles à l’affiche », dans le but de faire connaître « toutes les nouvelles de Paris qui puissent intéresser au Portugal et au Brésil » (p. 118). Pour ce qui est de la rubrique dédiée aux gravures, un éditorial assurait que « […] A Ilustração montrera des gravures rendant compte de grands succès parisiens de l’époque de [18]85 et [18]86, et que dans la rubrique de musiques pour piano seront publiés des morceaux des meilleurs opéras et opérettes chantés dans les théâtres de Paris » (p. 119).

5Attentive au public visé par les producteurs de la revue, l’auteure montre comment ces derniers investissaient dans la sophistication des couvertures, recommandant aux abonnés de placer leurs exemplaires « dans le salon le plus luxueux » (p. 99) et de faire étalage de ce périodique « élégant » dont l’abonnement faisait preuve de raffinement et de bon goût. Dans cette même ligne éditoriale, les rubriques sur la toilette des femmes se démarquaient des magazines de mode les plus ordinaires en ne présentant que « la mode de la haute société parisienne », signée par de grands couturiers. Dans le sillage des travaux qui ont abordé les revues en tant qu’instances de validation des goûts, Tânia de Luca postule que la collection d’estampes qui circulait de part à d’autre de l’Atlantique « contribuait à configurer une culture visuelle et un ensemble de références partagées simultanément », ces estampes étant « des vecteurs privilégiés pour éduquer et pour former le regard, diffusant des modèles, des goûts, des valeurs, des visions du monde, des expressions artistiques, des esthétiques et des styles, toujours en phase avec l’ordre établi européen ou plus précisément français (p. 167).

6Même si la présence d’auteurs brésiliens a été nettement inférieure à celle de leurs homologues français et portugais, et en dépit du fait qu’A Ilustração reprenait largement le contenu textuel et notamment les images déjà publiés principalement par Le Monde Illustré – ce qui aboutissait parfois à des illustrations assez déplacées comme, par exemple, lors de la publication d’une gravure qui montrait la neige tombant sur des oiseaux au cours du mois de janvier, tandis qu’à Rio il faisait une chaleur torride –, l’auteure soutient que le bimensuel tiré à 4.500 exemplaires donnait tout de même lieu à un certain partage des mêmes imaginaires par des lecteurs situés sur les deux côtés de l’Atlantique, ce qui revient à conclure que la circulation d’informations et d’images est loin d’être une spécificité contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Pulici, « Luca, Tânia Regina de. 2018. A Ilustração [1884-1892]: circulação de textos e imagens entre Paris, Lisboa e Rio de Janeiro. », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5408

Haut de page

Auteur

Carolina Pulici

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals