Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Castelnau-L’Estoile, Charlotte de. 2019. Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au XVIIe siècle.

Paris : PUF, 304 p.
Jean Hébrard
Référence(s) :

Castelnau-L’Estoile, Charlotte de. 2019. Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au XVIIe siècle. Paris : PUF, 304 p.

Texte intégral

1Avec Páscoa et ses deux maris, Charlotte de Castelnau-L’Estoile présente une étude de cas issue de l’analyse minutieuse d’une archive de l’Inquisition dont elle dit d’emblée qu’elle est moins exceptionnelle qu’exemplaire, voulant préciser par là que les juges du Saint-Office ont voulu en faire un exemple.

2De quoi s’agit-il ? Une esclave née en Angola où elle était captive s’y était mariée avec un homme de même statut qu’elle. Vendue sur la traite atlantique à un notaire de Salvador de Bahia, elle avait entretenu une relation avec un autre esclave de son nouveau maître, dont elle avait eu des enfants avant de se marier avec lui sans signaler son mariage antérieur. Quelqu’un qui l’avait connue en Afrique, la dénonça en 1693 à son propriétaire. Ce dernier décida de confier l’affaire au représentant local de l’Inquisition dont il était lui-même un « familier », c’est-à-dire un auxiliaire laïc. L’enquête, d’abord menée au Brésil, conduisit à la suspicion du crime et à sa relocalisation à Lisbonne.

3La tâche des juges n’était pas simple car le frère capucin qui avait marié Páscoa lors d’une cérémonie collective en Afrique était décédé et aucun acte paroissial n’avait pu être retrouvé. Ils demandèrent donc à leurs correspondants en Angola de faire comparaître les possibles témoins. Ceux-ci confirmèrent que le missionnaire exerçait sérieusement son ministère et ne pouvait, en aucun cas, s’être livré à une mascarade, que l’accusée avait vécu maritalement avec son premier mari et en avait eu deux enfants, qu’il n’était pas possible qu’elle ignore avoir été validement mariée et qu’elle avait donc ultérieurement caché sa situation, déconsidérant un sacrement majeur de l’Église catholique. Elle fut reconnue coupable de bigamie et d’hérésie légère et, de ce fait, condamnée avec une certaine mansuétude à plusieurs années de forteresse loin du lieu de son crime, au sud du Portugal. Cette procédure, minutieusement couchée sur le papier par les greffiers du Saint-Office, ouvre un questionnement renouvelé sur l’empire colonial portugais, l’institution esclavagiste de l’époque moderne tout autant que sur la relation que l’Église catholique entretenait avec l’un et l’autre. Restons-en ici à ce dernier aspect qui est aussi le plus neuf.

4Charlotte Castelnau-L’Estoile n’a pas tort de se demander pourquoi l’Inquisition est si intéressée au cas de Páscoa : le tribunal est sûr de ne pouvoir en tirer aucun bénéfice n’ayant rien à lui confisquer ; l’exemplarité de sa peine a peu de chances de convaincre des colons portugais de mieux considérer le sacrement du mariage (ils n’ont pas besoin d’entrer en bigamie pour multiplier leurs relations sexuelles avec leurs dépendants et élargir leurs familles illégitimes).

5Ce qui est en jeu, nous explique-t-elle, est l’articulation subtile entre l’institution esclavagiste, la conversion et la vie chrétienne. Depuis Augustin, la captivité était considérée comme une peine infligée au pécheur mais susceptible de lui ouvrir les voies de la rédemption par la conversion et l’adoption d’une vie pleinement chrétienne avec le mariage pour couronnement. Paul de Tarse, dans un contexte de conversion généralisée, avait établi qu’un mariage païen n’était pas invalidé par l’adoption du christianisme sauf en cas de violence du non-converti sur le converti (« haine de la foi »). Avec l’esclavage atlantique la séparation définitive des conjoints par ce que l’Église considérait comme le « drame » du passage du milieu ouvrait la voie à une possible extension de l’exception paulinienne.

6Les jésuites qui finançaient leurs missions par un usage immodéré d’esclaves dans leurs plantations y étaient très favorables. En 1585, ils imposèrent leurs vues au pape Grégoire XIII qui, dans une bulle, recommanda la plus grande « bienveillance » dans le traitement de ces cas. Les capucins de la mission d’Afrique s’engouffrèrent dans la brèche, non pour remarier les esclaves au Brésil comme les jésuites, mais pour faire du mariage une étape importante de la conversion. Ce furent eux qui croisèrent la route de Páscoa en Angola et, lorsqu’elle fut dénoncée, ce furent leurs pratiques qui, insidieusement, furent aussi jugées et condamnées.

7Née et mise en esclavage dans la colonie portugaise de l’Angola, Páscoa avait certainement été baptisée encore enfant et lorsqu’elle s’était mariée avec un captif comme elle, cela s’était passé devant l’Église catholique. Toutefois, son christianisme était encore entre les mains d’un frère capucin qui savait que la conversion était un long chemin, particulièrement lorsque la barrière de la langue rendait aléatoire la compréhension de dogmes et rituels complexes. Le mariage était, pour les missionnaires de sa congrégation, un saut supplémentaire vers une foi plus complète, qu’ils préféraient franchir graduellement en multipliant les cérémonies. L’un des premiers pas était l’échange des anneaux (le prêtre passait tour à tour le même anneau au doigt de chacun des participants). On gardait pour plus tard l’explicitation de la signification du sacrement dont l’unicité et l’indissolubilité étaient des aspects dirimants mais disruptifs dans un contexte païen ou proto-chrétien de polygamie. Cette conception de la conversion, parfaitement connue de Páscoa, lui fournit sa ligne de défense. Elle avait bien été « mariée » en Angola mais pas selon les principes du saint Concile. À cette époque, elle ne parlait pas portugais, n’avait qu’une connaissance rudimentaire de la religion catholique et de ses sacrements, son consentement ne lui avait pas été demandé, le rituel s’était limité à un simulacre d’échange d’anneaux. Son premier mariage n’était donc pas valide.

8En fait, même au sein de la congrégation ces méthodes inquiétaient. En 1650, on s’en était ouvert à Rome qui répondit clairement qu’il n’était pas question de transiger sur les sacrements et les rituels qui y étaient attachés. Le Saint-Office comme la Propaganda Fide poussaient à une réinterprétation rigoureuse de la bulle de 1585. Ils souhaitaient en particulier imposer leurs vues au clergé brésilien. Pour le visiteur de l’Inquisition installé depuis peu à Salvador de Bahia, dont la possible bigamie de Páscoa était l’une des premières investigations aux Amériques, l’occasion ne pouvait être plus parfaite.

9Les deux mariages de Páscoa n’avaient certainement pas le même sens pour les Inquisiteurs, pour les missionnaires en terre africaine ou américaine, et pour l’esclave qui allait être condamnée. Les premiers s’en servaient pour rappeler aux seconds que les sacrements n’étaient pas des instruments réformables au gré de leurs pratiques. La femme d’expérience qu’était devenue Páscoa explicitait clairement que l’institution du mariage à laquelle sa foi lui permettait d’accéder restait l’occasion de l’expression d’une volonté que son statut n’avait pas réduite à néant. En remettant en jeu la cérémonie à laquelle elle avait été conviée en Afrique, elle ne se contentait pas de plaider pour un peu de « bienveillance ». Elle rappelait aussi à ses juges que sa conversion avait été un long et complexe chemin qui, au contraire de sa personne, ne pouvait lui être volé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Hébrard, « Castelnau-L’Estoile, Charlotte de. 2019. Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au XVIIe siècle.  », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5420

Haut de page

Auteur

Jean Hébrard

Mondes américains-CRBC / EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals