Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Briot, Jean-Pierre. 2018, dir. Dossier « Histoire et structure de la coopération scientifique entre le Brésil et la France. »

Histoire de la recherche contemporaine VII (2), en ligne : https://journals.openedition.org/hrc/2290.
Michel Riaudel
Référence(s) :

Briot, Jean-Pierre. 2018, dir. Dossier « Histoire et structure de la coopération scientifique entre le Brésil et la France. » Histoire de la recherche contemporaine VII (2), en ligne : https://journals.openedition.org/hrc/2290.

Texte intégral

1Le dossier « Histoire et structure de la coopération scientifique entre le Brésil et la France » inaugure une série de la revue sur les coopérations du CNRS hors Europe. Projeté en 2015, il est composé de six articles et a été coordonné par l’informaticien Jean-Pierre Briot, qui a dirigé le nouveau bureau du CNRS à Rio, de 2010 à 2014.

2Une introduction fixe quelques données parfois approximatives ou lacunaires. On s’étonne, par exemple, de ne trouver aucune mention de l’ouvrage de Guy Martinière, Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité (Paris & Grenoble, Éditions de la MSH & Presses universitaires de Grenoble, 1982) ou des contributions de Michel Paty sur le sujet. Elle offre les fondements de l’histoire la plus récente : un rééquilibrage des échanges (moins asymétriques), le développement des co-publications, notamment en physique, en mathématiques et en sciences de l’univers. Elle rappelle aussi les cadres de la coopération, à travers les programmes bilatéraux, les coopérations dites « structurées » ou encore le défunt « Science sans frontières », pour lequel la France a occupé le 4e rang des pays d’accueil, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni, au coude à coude avec le Canada, et avec un bon positionnement pour les doctorats et post-doctorats.

3Dans la foulée, Jean-Pierre Briot brosse, dans son article d’ouverture, les bases de l’organisation et de l’évolution de la recherche au Brésil, actuellement 10e PIB mondial et au 15e rang pour les publications scientifiques, mais au 50e rang pour l’innovation (0,1 % en termes de dépôts mondiaux de brevets). La recherche y est financée pour moitié par la Fédération et les états, l’autre étant abondée par les entreprises, publiques ou privées. C’est là une faiblesse structurelle, selon le président de l’Académie brésilienne des sciences Luiz Davidovitch, un spécialiste de l’optique quantique, interviewé pour le numéro : « Il n’est pas sain qu’Unicamp soit l’institution qui possède le plus de brevets au Brésil : les champions devraient être les institutions de l’industrie » (p. 194). Autre talon d’Achille à ses yeux : un nombre insuffisant de chercheurs, Jean-Pierre Briot insistant pour sa part sur la nécessité d’intensifier l’internationalisation et la débureaucratisation, et de passer de critères d’évaluation quantitatifs à des critères qualitatifs – des remarques qui pourraient en partie s’appliquer autant à la France, à vrai dire.

4Hervé Théry complète le tour d’horizon pour les sciences humaines, en réservant sans surprise une place de choix aux géographes. En l’occurrence, il ébauche une synthèse très intéressante à partir de plusieurs travaux autour de Pierre Monbeig (Droulers, L. Vidal etc.) pour montrer comment le contact avec le Brésil a amené les chercheurs français à renouveler leurs modèles épistémologiques. H. Théry regrette par ailleurs le « ponérotropisme » de la recherche en sciences sociales, tant française que brésilienne : « ne pas étudier les riches, leurs alliances et leurs manœuvres pour rester toujours au sommet – si pointu – de la pyramide sociale, c’est les laisser gouverner tranquillement le pays à leur convenance et à leur profit » (p. 164).

5L’amorce d’une histoire de la recherche mathématique au Brésil et des débuts de l’IMPA, autre contribution stimulante due, elle, à Tatiana Roque (Collège international de philosophie et UFRJ), conte par le menu l’action fédératrice de Leopoldo Nachbin, dans l’orbite de la ligne bourbakiste française, ligne qui cède le pas à la fin des années 1960 au bénéfice d’une pratique moins « généraliste » et davantage sous influence étasunienne. La leçon de l’article semble laisser penser, sans l’expliciter, que le cas du franco-brésilien Artur Ávila, médaille Fields 2014, serait donc marginal et accidentel. Dans un dossier qui plaide pour des relations symétriques, il est néanmoins curieux de constater que toutes les citations en anglais de l’article n’ont pas été traduites. Comme quoi il est des langues étrangères moins étrangères que d’autres. Autre incongruité : la présence d’« Une brève histoire du Département d’informatique de la PUC-Rio », qui ne traite pas des échanges France-Brésil, même si le responsable du dossier est chercheur invité permanent de l’institution. En outre, le texte, adaptation d’une version brésilienne plus longue, remonte à 2003.

6Le dernier volet du dossier, signé Vasco Azevedo, porte sur le laboratoire international associé Bact-Inflam, tourné vers l’étude des maladies inflammatoires, notamment d’ordre digestif. Il est exemplaire à plus d’un titre : il illustre une coopération équilibrée, dynamique ; et il concerne aussi bien l’agronomie que la santé et notre qualité de vie alimentaire. Son caractère de niche engage des domaines sous-représentés dans cette coopération (cf. p. 160), alors que la biologie est au contraire un secteur de forte spécialisation au Brésil (voir les graphiques p. 122 et 130, même si peu lisibles), ce qui s’explique par les besoins et les ressources de la nation. Cela indique assurément un champ d’interaction à mieux explorer, peut-être aussi susceptible de favoriser l’intégration de la Guyane dans ces échanges. Détail : un des fers de lance de ce Bact-Inflam est Yves Le Loir, qui a jugé bon de suivre « des cours de portugais à l’Université de Rennes, de 2005 à 2010, et intervient désormais en portugais lors de ses séminaires au Brésil ». Signe que la question de la langue pourrait ne pas être si transparente qu’il y paraît. Il y a là matière à penser pour les sciences « exactes » et les brouillages de la culture, matière à mieux prendre en considération la diversité des régimes de savoir pour en réduire les angles morts.

7Au final, un dossier assez hétéroclite, mais somme toute bien utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Riaudel, « Briot, Jean-Pierre. 2018, dir. Dossier « Histoire et structure de la coopération scientifique entre le Brésil et la France. »  »Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5546

Haut de page

Auteur

Michel Riaudel

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • OpenEdition Journals