Navigation – Plan du site
Dossier - Genre et justice

Violence de genre et justice

Violência de gênero e justiça
Gender Violence and Justice
Guita Grin Debert et Maria Filomena Gregori
Traduction de Anthony Taieb

Texte intégral

1Depuis les années 1970, la justice brésilienne est l’objet d’études et de réflexions critiques de la part des sciences sociales et des théories féministes, notamment grâce à l’analyse des impasses qu’elle rencontre pour faire face à la violence de genre. S’appuyant sur une solide méthode ethnographique, les enquêtes et les discussions se confrontent à un contexte institutionnel dans lequel le droit pénal, se situant en rupture avec une criminologie orientée exclusivement vers le crime et le criminel, donne de plus en plus d’importance aux victimes en même temps que de nouvelles lois et institutions visant à garantir les droits des minorités discriminées sont votées et mises en place.

Photo : Boris Kossoy, Sans titre, Brasília, 1972

2Cela a été le cas de la création des commissariats de police pour la défense des femmes dans la ville de São Paulo dès 1986. En 2006, la loi Maria da Penha a fait entrer la violence de genre dans le domaine normatif en la définissant comme une violation des droits humains, entraînant la création de tribunaux dédiés aux cas de violences envers les femmes, qu’elles soient conjugales ou familiales ou, encore, survenant dans le cadre de relations intimes et affectives. Ces tribunaux font partie d’un système juridique autonome traitant les crimes prévus par le code pénal et commis contre des femmes pour des raisons liées au genre. En 2015, la loi sur les féminicides est entrée en vigueur, modifiant le code pénal pour y inclure ce type d’homicide commis contre des femmes en raison de leur condition féminine ou de l’inégalité qui leur est imposée. Il a été considéré comme un crime commis avec des circonstances aggravantes, se distinguant ainsi du crime passionnel au sein du couple qui n’impliquait la plupart du temps que des circonstances atténuantes.

  • 1 « Mapa da Violência 2015: Homicídio de Mulheres no Brasil » (Flacso/OPAS-OMS/ONU Mulheres/SPM, 2015 (...)

3La création de ces lois et de ces nouvelles institutions prend tout son sens à la lumière des statistiques. En 2013, sur les 4 762 meurtres de femmes enregistrés au Brésil, 50,3 % avaient été commis par des membres de la famille et, dans 33,2 % des cas, par le partenaire ou l’ex-conjoint. Ces décès représentaient près de 13 homicides de femmes par jour en 20131.

4Pourtant, la violence de genre – en particulier, la violence contre les femmes – occupe une place centrale dans le féminisme brésilien qui critique la négligence avec laquelle la justice (en particulier le système judiciaire, les commissariats de police et le ministère public) traite les crimes dont les femmes sont victimes. Les luttes politiques récentes sont associées à de nombreux travaux de recherche portant sur ces différentes lois et institutions, mobilisant des chercheurs en sciences sociales qui tentent d’en évaluer les effets. Ils peuvent relever de l’émergence d’acteurs politiques différents dont les revendications doivent être prises en considération mais aussi d’une nouvelle ferveur punitive qui caractériserait les revendications d’une société marquée par des injustices sociales extrêmes. En fait, il n’y a pas de consensus parmi les chercheurs quant à l’appréciation du sens de ces changements et des pratiques juridiques qui les accompagnent.

5Les divergences sont surtout liées à l’opposition entre différentes théories ontologiques que l’on pourrait caractériser, de manière simplifiée, comme suit : une approche qui met plutôt l’accent sur la capacité de compréhension et de choix des individus à partir de l’hypothèse selon laquelle des acteurs libres et bien informés parviennent à de meilleures formes de coexistence sociale ; une approche qui se focalise sur la dynamique des relations de pouvoir, des inégalités et dominations, des processus de contrainte et coercition.

6Ce dossier cherche à aborder les versions les plus sophistiquées, d’un point de vue analytique, de ces différentes positions, ce qui implique d’accorder une attention particulière à la politisation de la justice et au rôle des relations interpersonnelles et familiales dans les processus judiciaires, éléments qui orientent la pratique de nombreux juges et médiateurs. L’expression « politisation de la justice » dévalorise ces nouvelles institutions en faisant référence à une invasion croissante de la loi dans l’organisation de la vie sociale. Dans les sociétés occidentales contemporaines, cette ingérence ne se limite pas à la sphère strictement politique : elle touche aux régulations de la sociabilité et des pratiques sociales dans des domaines considérés comme strictement privés par nature, et marquées par les inégalités de genre ainsi que par la manière dont les parents traitent leurs enfants et dont les enfants devenus adultes traitent leurs parents.

7Les nouveaux objets sur lesquels se penche le pouvoir judiciaire nous renvoient l’image d’une société de plus en plus pénétrée par la sémantique juridique, par ses procédures et ses institutions. Certains analystes considèrent que cette expansion du droit constitue une menace pour la citoyenneté et la culture civique, dans la mesure où elle tend à remplacer l’idéal d’une démocratie de citoyens actifs par un ensemble de juristes qui, s’arrogeant la condition de dépositaires de l’idée de justice, finissent par usurper la souveraineté du peuple. Il convient toutefois de reconnaître que les institutions dédiées à la défense des minorités sont nées des revendications de mouvements sociaux. Cette articulation entre action publique et luttes pourrait être considérée comme une dynamique différente, voire inverse, dans la mesure où elle serait une avancée du combat contre les inégalités : la sphère politique serait capable de produire des lois en faveur de certains groupes discriminés et opprimés. C’est précisément pour cette raison que ces nouveaux instruments judiciaires ont fait naître d’autres attentes dans la société : l’espoir qu’au-delà de leurs activités strictement légales et policières, ils puissent frayer un chemin pédagogique vers l’exercice de vertus civiques dans les relations de genre.

8Affirmer que ces initiatives constituent des moyens de politiser la justice n’implique pas nécessairement de négliger le risque de les voir devenir un instrument de judiciarisation des relations sociales qui imposerait une certaine vision du bon comportement marital, maternel ou paternel. Le fonctionnement de ces institutions et les impasses auxquelles sont confrontés ceux qui y travaillent jouent un rôle actif dans la construction d’une nouvelle catégorie de crimes – la violence conjugale ou domestique – qui modifie la manière dont les données statistiques sur la violence urbaine sont traitées dans le contexte brésilien. Ce nouveau type de crime entraîne en effet une révision des concepts utilisés par la criminologie dans la mesure où les victimes et les accusés sont vus comme des citoyens conduits à une forme d’échec dans l’exercice de leur citoyenneté du fait de leur incapacité à exercer des droits civils pourtant déjà acquis. Les raisons de ces crimes sont considérées comme étant d’ordre moral ou comme le résultat de l’incapacité des membres de la famille à jouer leurs rôles respectifs lors des différentes étapes de leur vie commune. Ce sont précisément ces dysfonctionnements que certains professionnels de la justice visent à corriger de manière autoritaire, en surveillant les plaignants et les accusés et en s’assurant que ceux-ci agissent correctement dans leur vie familiale en fonction des différentes positions qu’ils y occupent.

9Les textes que nous présentons dans ce dossier doivent être situés dans le contexte de l’émergence du droit pénal de la victime et de l’abolitionnisme pénal comme des concepts capables de construire des sociétés plus justes et plus égalitaires.

10Ce dossier débute avec un article de Lia Zanotta Machado qui propose l’analyse serrée de certains textes de loi sur le féminicide à partir d’une approche anthropologique et féministe. Ce faisant, elle permet au lecteur de se familiariser avec les débats complexes qui ont accompagné la formulation des lois définissant le féminicide comme homicide commis avec des circonstances aggravantes. Cette législation a tout d’abord été formulée comme une recommandation d’organismes internationaux tels que la Commission de la condition de la femme et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes à l’ONU, avant de s’inscrire dans des processus nationaux d’expansion des droits promouvant l’égalité des sexes. Cet article a non seulement le mérite de définir les contours institutionnels et politiques du processus d’élaboration d’une nouvelle loi mais aussi de revenir sur ses effets et sur la manière dont la prévention de la violence de genre est perçue dans la société.

11L’article de Luis Roberto Cardoso de Oliveira et Daniel Schroeter Simião aborde la tension existant entre la judiciarisation des conflits sociaux et l’accès aux droits citoyens au Brésil dans les cas de violence conjugale et familiale à l’égard des femmes. S’appuyant sur des recherches ethnographiques portant sur le fonctionnement de la justice, les auteurs soulignent les limites de l’application du droit, critiquant l’incapacité du système à prendre en compte la dimension relationnelle des conflits. L’impossible communication entre les sujets impliqués dans les processus judiciaires fait en sorte que les parties ne perçoivent pas les décisions comme équitables, ce qui les conduit à rechercher du soutien et des solutions satisfaisantes dans d’autres espaces, comme l’univers religieux.

12Marcella Beraldo de Oliveira s’intéresse à la médiation extrajudiciaire des conflits familiaux, en s’appuyant sur une recherche ethnographique menée dans les Balcões de Direitos [comptoirs du droit] créés dans les quartiers pauvres de Rio de Janeiro et à Olinda (Pernambuco). Ces expériences inspirées par ce que l’on a appelé la « justice du dialogue » ont pour principal objectif de donner aux parties en conflit les moyens d’agir, en leur conférant l’autonomie nécessaire pour faire valoir leurs revendications. Cependant, les modèles de résolution de conflits mis en œuvre par l’État renvoient à une conception de la justice de type tutélaire et éducative. Dans la mesure où la plupart des plaignants sont des femmes qui demandent le paiement d’une pension alimentaire pour leurs enfants, ajoute l’auteure, la masculinité et la féminité sont des déterminants essentiels de la dynamique de la médiation.

13L’article d’Ana Lúcia Pastore Schritzmeyer s’intéresse au tribunal lui-même en reconstituant de manière ethnographique le procès dans lequel une mère est condamnée pour n’avoir rien fait lorsque son partenaire a torturé et tué sa fille de cinq ans. Inspirée par la recherche sur les crimes conjugaux de Mariza Corrêa (1983), Schritzmeyer analyse ce procès de manière détaillée et propose une mise en perspective pertinente au regard de l’époque actuelle. Les arguments de la défense et de l’accusation y sont présentés, ainsi que l’aménagement de l’espace judiciaire et le caractère théâtral de l’intervention des différentes personnes présentes, notamment du côté de la justice. Son analyse met en évidence le poids des jugements de valeur portés sur les comportements des hommes et des femmes, mais révèle également la façon dont l’opinion des jurés, selon laquelle l’accusée avait une morale sexuelle incompatible avec celle d’une mère, les a conduit à la considérer comme complice et non victime de son partenaire.

14Larissa Nadai et Cilmara Veiga connectent différentes données ethnographiques pour questionner la manière dont le viol est perçu à l’intérieur et à l’extérieur du système judiciaire brésilien. Dans un premier temps, elles analysent les liens entre les cours de médecine légale, les bibliographies techniques de sexologie médico-légale et les rapports d’autopsie établis par l’Institut médico-légal. Dans un second temps, elles s’attachent aux articles de journaux et aux documents juridiques et policiers produits lors d’un procès jugeant cinq crimes en série commis contre des femmes âgées. Partant de l’idée que les violences sexuelles et leur qualification en tant que viol constituent un espace privilégié de réflexion, elles montrent comment la notion de matérialité de l’infraction est une puissante ruse technique, scientifique et bureaucratique qui permet de comprendre que les engrenages qui gouvernent les corps, les crimes et les criminels, sont profondément marqués par des questions de genre. Elles montrent la place centrale de l’hymen dans les rapports d’expertise mais aussi dans les salles de classe et dans les pratiques de la médecine légale lorsqu’un viol est en question. Elles expliquent que cette membrane continue à être décrite pour évoquer la défloration (un crime qui n’existe plus dans le code pénal) et non le viol. Ce dernier, en effet, implique le non-consentement. Dès lors, lorsque le corps vieillissant est en jeu, un possible consentement vient à annuler la qualification du viol sans pour autant supprimer l’attention à l’hymen.

15Ce dossier se termine par un article de Heloisa Buarque de Almeida qui analyse la manière dont des situations de violence sexuelle et de violence de genre sont traitées à l’Université de São Paulo (USP), la principale université du Brésil. Bien qu’il s’agisse d’un espace institutionnel et éducatif de plus en plus ouvert et accessible aux femmes – dans différents domaines disciplinaires et professionnels – l’auteure y décrit l’existence d’une sorte de « curriculum invisible » impliquant des mécanismes de maintien et de reproduction des hiérarchies qui s’inscrivent dans un processus de naturalisation des pulsions prédatrices sexuelles. Elles sont considérées comme des attitudes normales voire « naturelles » parmi les hommes des plus hautes sphères du pays. S’appuyant sur un récit ethnographique personnel, l’article montre comment les inégalités entre les sexes se reproduisent à l’université notamment par le biais des bizutage (ou d’autres pratiques semblables), de la violence sexuelle qui y est associée et du consentement implicite qu’il présuppose. Parmi tous les articles sélectionnés, celui-ci est de toute évidence le plus éloigné du système judiciaire stricto sensu. Cependant, le traitement institutionnel, basé sur des commissions et des enquêtes au sein de l’université, met en évidence la diffusion de mécanismes de judiciarisation ainsi que la diffusion d’une préoccupation sociale de plus en plus forte et critique vis-à-vis des inégalités de genre.

16Ce dossier est une expression partielle mais représentative de l’intérêt des anthropologues brésiliens pour les interfaces et les articulations entre violence de genre et justice. Le cadre de ce débat, animé et riche de différentes approches, peut être élargi par les références bibliographiques que nous présentons ci-dessous. Sans prétendre couvrir l’ensemble du champ étudié, celles-ci signalent de nouveaux travaux, concepts et approches, qui enrichissent et alimentent les défis associés à la recherche sur ce thème.

Haut de page

Bibliographie

Amorim, Maria Stella. 2003. « Cidadania e jurisdição de direitos nos Juizados Especiais Criminais. » In Juizados Especiais Criminais, sistema judicial e sociedade no Brasil: ensaios interdisciplinares, dirigé par Maria Stella Amorim; Roberto Kant de Lima & Marcelo Burgos, 205-229. Niterói: Intertexto.

Azevedo, Rodrigo Ghiringhelli. 2001. « Juizados Especiais Criminais: uma abordagem sociológica sobre a informalização da Justiça penal no Brasil. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 16 (47): 97-110.

Blay, Eva & Maria Oliveira. 1986. Em briga de marido e mulher... Rio de Janeiro/São Paulo: Idac/Conselho da Condição Feminina.

Beraldo de Oliveira, Marcella. 2006. « Crime invisível: a mudança de significados da violência de gênero no Juizado Especial Criminal. » Dissertation de mestrado en anthropologie. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Brandão, Elaine Reis. 1998. « Violência conjugal e o recurso feminino à polícia. » In Horizontes Plurais: Novos Estudos de Gênero no Brasil, dirigé par Cristina Bruschini & Heloisa Buarque de Hollanda, 53-84. São Paulo: Fundação Carlos Chagas/Editora 34.

Brockson, Sandra. 2006. « O cotidiano na DDM – relatos de pesquisa de campo em São Carlos. » In Gênero e Distribuição da Justiça: as Delegacias de Defesa da Mulher e a construção das diferenças, dirigé para Guita Grin Debert, Maria Filomena Gregori & Adriana Piscitelli, 213-258. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Burgos, Marcelo Baumann. 2001. « Conflito e sociabilidade: a administração da violência pelos Juizados Especiais Criminais. » Cidadania e Justiça: Revista da AMB 5 (10): 222- 235.

Campos, Carmen Hein de. 2003. « Juizados Especiais Criminais e seu déficit teórico. » Revista Estudos Feministas 11 (1): 155-170.

Cardoso, Antônio Pessoa. 1996. A Justiça alternativa: juizados especiais. Belo Horizonte: Nova Alvorada Edições.

Cardoso de Oliveira, Luis Roberto. 2008. « Existe violência sem agressão moral. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 23(67): 135-146.

Carrara, Sérgio, Adriana Vianna & Ana Lúcia Enne. 2002. « Crimes de bagatela: a violência contra a mulher na justiça do Rio de Janeiro. » In Gênero & cidadania, dirigé para Mariza Corrêa, 71-106. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Corrêa, Mariza. 1983. Morte em Família: representações jurídicas de papéis sexuais. Rio de Janeiro: Graal.

Cunha, Luciana Gross S. 2001. « Juizado Especial: ampliação do acesso à justiça? » In Acesso à Justiça, dirigé para Maria Tereza Sadek, 43-69. São Paulo: Fundação Konrad Adenauer.

Debert, Guita Grin & Marcella Beraldo de Oliveira. 2007. « Os modelos conciliatórios de solução de conflitos e a violência doméstica. » Cadernos Pagu 29: 305-338.

Debert, Guita Grin & Sandra Brockson. 2015. « La administración de la Justicia en Brasil: el caso de São Paulo. » Journal of Feminist, Gender and Women Studies 2: 1-9.

Debert, Guita Grin & Maria Filomena Gregori. 2002. « As Delegacias Especiais de Polícia e o projeto Gênero e Cidadania. » In Gênero & cidadania, dirigé para Mariza Corrêa, 9-19. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Debert, Guita Grin & Maria Filomena Gregori. 2008. « Violência e gênero: novas propostas, velhos dilemas. » Revista Basileira de Ciências Socais 23 (66): 165-185.

Debert, Guita Grin & Maria Filomena Gregori. 2016. « Conceptualising Violence and Gender in the Brazilian Context: New Issues and Old Dilemas. » Feminist Theory 17 (2):175-190.

Debert, Guita Grin, Maria Filomena Gregori & Adriana Garcia Piscitelli. 2006. Gênero e distribuição da Justiça: as Delegacias de Defesa da Mulher e a construção das diferenças. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Faisting, André Luiz. 1999. « O dilema da dupla institucionalização do Poder Judiciário: o caso do Juizado Especial de Pequenas Causas. » In Acesso à Justiça, dirigé para Maria Tereza Sadek, 71-104. São Paulo: Fundação Konrad Adenauer.

Garcia, Isis de Jesus. 2016. « A produção de justiça: um estudo sobre o Juizado de Violência Doméstica e Familiar contra a Mulher. » Thèse de doctorat en anthropologie. Florianópolis : Université fédérale de Santa Catarina (UFSC).

Gregori, Maria Filomena. 1993. Cenas e queixas: um estudo sobre mulheres, relações violentas e a prática feminista. São Paulo: Paz & Terra/Anpocs.

Gregori, Maria Filomena. 2004. « Deslocamentos semânticos e hibridismos: sobre os usos da noção de violência contra a mulher. » Revista Brasileira de Ciências Criminais 48: 246-259.

Gregori, Maria Filomena. 2010. « Violence and Gender: Political Paradoxes, Conceptual Shifts. » Vibrant Brazilian Anthropology 7 (2). Disponible sur : http://www.vibrant.org.br/issues/v7n2/maria-filomena-gregori-violence-and-gender (consulté le 25 novembre 2019).

Grossi, Miriam Pilar. 1998. « Rimando amor e dor: reflexões sobre a violência no vínculo afetivo conjugal. » In Masculino, Feminino, dirigé par Joana Maria Pedro & Miriam Pilar Grossi, 292-313. Florianópolis: Ed. Mulheres.

Machado, Lia Zanotta & Maria Tereza Bossi Magalhães. 1999. « Violência conjugal: os espelhos e as marcas. » In Violência, gênero e crime no Distrito Federal, dirigé par Mireya Suárez & Lourdes Bandeira, 173-237. Brasília: Editora UnB/Paralelo 15.

Moraes, Aparecida Fonseca. 2006. « Universal e local nas expressões da “violência conjugal”. » Revista de Ciências Sociais 37 (2): 37-53.

Moraes, Aparecida Fonseca & Bila Sorj. 2009. Gênero, violência e direitos na sociedade brasileira. Rio de Janeiro: 7Letras.

Muniz, Jaqueline. 1996. « Os direitos dos outros e os outros direitos: um estudo sobre a negociação de conflitos das DEAMs/RJ. » In Violência e política no Rio de Janeiro, dirigé par Luiz Eduardo Soares, 125-163. Rio de Janeiro: Relume Dumará/Iser.

Nelson, Sara. 1996. « Constructing and Negotiating Gender in Women’s Police Stations in Brazil. » Latin American Perspectives 23 (1): 131-148.

Oliveira, Patrícia. 2006. « A Delegacia de Defesa da Mulher em São José do Rio Pardo. » In Gênero e distribuição da Justiça: as Delegacias de Defesa da Mulher e a construção das diferenças, dirigé para Guita Grin Debert, Maria Filomena Gregori & Adriana Piscitelli, 259-283. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Pasinato, Wânia. 2003. « Justiça para todos: os Juizados Especiais Criminais e a violência de gênero. » thèse de doctorat. São Paulo : Université de São Paulo.

Pasinato, Wânia. 2015. « Acesso à justiça e violência doméstica e familiar contra as mulheres: as percepções dos operadores jurídicos e os limites para a aplicação da Lei Maria da Penha. » Revista Direito GV, 11 (2): 407-428.

Reis, Izis Morais Lopes dos. 2016. « Desafios e conflitos entre campos do conhecimento: o Ministério Público após a Lei Maria da Penha. » Thèse de doctorat. Brasília : Université de Brasília (UnB).

Rifiotis, Theophilos. 2008. « Judiciarização das relações sociais e estratégias de reconhecimento: repensando a “violência conjugal” e a “violência intrafamiliar”. » Revista Katál 11 (2): 225-236.

Santos, Cecília Macdowell. 1999. « Cidadania de gênero contraditória: queixas, crimes e direitos na Delegacia da Mulher de São Paulo. » In O cinqüentenário da Declaração Universal dos Direitos do Homem, dirigé par Alberto do Amaral Júnior & Claudia Perrone-Moisés, 315-352. São Paulo: Edusp.

Simião, Daniel. 2015. « Reparação, justiça e violência doméstica: perspectivas para reflexão e ação. » Vivência: Revista de Antropologia 46: 53-74.

Soares, Barbara Musumeci.1999. « Delegacia de atendimento à mulher: questão de gênero, número e grau. » In Violência e política no Rio de Janeiro, dirigé par Luiz Eduardo Soares, 107-123. Rio de Janeiro: Relume Dumará/Iser.

Suárez, Mireya & Lourdes Bandeira. 1999. Violência, gênero e crime no Distrito Federal. Brasília: Editora UnB/Paralelo 15.

Taube, Maria José. 2002. « Quebrando silêncios, construindo mudanças: o SOS/AçãoMulher. » In Gênero & cidadania, dirigé par Mariza Corrêa, 167-201. Campinas: Pagu/Núcleo de Estudos de Gênero – Unicamp.

Haut de page

Notes

1 « Mapa da Violência 2015: Homicídio de Mulheres no Brasil » (Flacso/OPAS-OMS/ONU Mulheres/SPM, 2015). Disponible sur : https://dossies.agenciapatriciagalvao.org.br/feminicidio/pesquisa/mapa-da-violencia-2015-homicidio-de-mulheres-no-brasil-flacsoopas-omsonu-mulheresspm-2015/ (consulté le 2 mai 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Photo : Boris Kossoy, Sans titre, Brasília, 1972
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/5567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guita Grin Debert et Maria Filomena Gregori, « Violence de genre et justice », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.5567

Haut de page

Auteurs

Guita Grin Debert

Guita Grin Debert est professeure dans le département d’anthropologie de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp), chercheure du Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) et de la Fondation d’aide à la recherche de l’État de São Paulo (Fapesp, dossier 201909742-6).

Articles du même auteur

Maria Filomena Gregori

Maria Filomena Gregori est professeure dans le département d’anthropologie de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp) et présidente de l’Association brésilienne d’anthropologie (ABA), pour la période 2019-2020.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals