Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

Prisme : Hors de tout calendrier officiel, une Romni au fil des jours

Prisma : Fora de qualquer calendário oficial, percurso de uma Romni
Alain Reyniers
p. 79-81

Texte intégral

1Les bons esprits et les gens généreux nous diront qu’un peuple non territorialisé, rejeté depuis des siècles partout où sa présence a été attestée méritait la reconnaissance par la consécration d’une journée nationale. Que l’événement ait eu lieu au Brésil nous montre sans doute combien un des plus grands parmi les pays émergents peut s’engager dans une voie nouvelle et exemplaire. Un espoir pour l’avenir, peut-être. Pourtant, la mise en place de ce nouveau rituel officiel s’est accompagnée d’une série de péripéties et de questionnements qui reproduisent – certains s’en étonneront – des faits similaires un peu partout, là où vivent des Roms, des Gitans, des Manouches ou des Sinti : absence de données claires sur la singularité tsigane, mise en scène d’une présence culturelle fantasmée, rivalité entre leaders autoproclamés, etc. Tout cela pousse à s’interroger sur l’opportunité d’organiser d’autres formes similaires de reconnaissance officielle. Aux antipodes de toute célébration conjoncturelle, mais pourtant largement déroulée dans des espaces publics, l’existence de Lina ressemble à celle de millions d’autres Roms précarisés, ignorés des instances officielles, laissés à la marge du développement sociétal. Elle peut nous aider à réfléchir à d’autres formes de reconnaissance, moins spectaculaires mais sans doute autrement plus efficaces que la mise en place d’un « Jour national des Gitans ».

2Lina vient de Roumanie. Elle a longtemps vécu dans un petit village de Transylvanie, au Sud-Ouest de Huedin, non loin de la route nationale qui relie Cluj à Oradea, puis à la Hongrie. Son enfance, elle l’a passée dans un autre village, de l’autre côté de la montagne, au sein d’une famille de forgerons. Un jour qu’elle était au marché, elle rencontra Petre, le jeune homme dont elle allait devenir la femme et le suivit dans son village. Là, ils construisirent ce qui allait devenir la maison familiale, une humble cabane faite de terre et de branchages, surmontée d’un mauvais toit de tôles. C’est là, au Sud-Est de Huedin, qu’ils eurent leurs quatre enfants. Là qu’ils vécurent les premières années de leur vie commune. Le hameau au sein duquel le couple s’était établi abritait une communauté de Lingurari, Avant la Seconde Guerre mondiale, ces Tsiganes fabriquaient des objets en bois qu’ils revendaient aux paysans de la région. À l’époque communiste, ils délaissèrent leur activité traditionnelle pour travailler sur les terres de l’entreprise agricole d’État qui avait été établie aux abords de la localité. À la chute du régime de Ceausescu, et comme dans de nombreux autres villages du pays, la ferme fut abandonnée et les bâtiments tombèrent rapidement en ruine. C’est alors qu’on vit les Tsiganes, toujours plus nombreux, déambuler jour après jour, dans les rues du village, à la recherche d’un travail journalier ou de quelques biens auprès des paysans. Las d’une existence précaire, Lina et Petre suivis de leurs enfants allaient partir pour Oradea. De là, ils devaient entreprendre le voyage qui allait les mener en France.

3Leur vie dans l’Hexagone, ne fut qu’une succession de squats, à Lyon, à Marseille, à Saint-Étienne. La vie urbaine, le bruit des rues, quelques menus travaux, la rencontre d’autres Roms, la violence, le rejet quotidien, les maladies mal soignées et les expulsions d’un endroit insalubre à un autre. Avant un premier retour en Roumanie, puis là-bas le projet d’un nouveau départ vers l’Ouest et, finalement, le retour en France avec l’installation à Lille après un bref passage par la Belgique. L’Europe, Lina en a souvent entendu parler, sans en avoir vraiment bien saisi les contours. Serait-ce un organisme caritatif ? Un Eldorado ou une terre promise ? Un continent lointain ? Dire qu’aux yeux de certains ses pérégrinations sur les routes européennes en feraient une citoyenne de l’Europe par excellence ! Or, que ce soit en Roumanie, en France ou en Belgique, partout elle a traîné sa misère, subi les contrôles vexatoires des policiers, fait monts et vaux pour trouver de la nourriture, peiné pour juste vivre au jour le jour. De quelle nation ou de quel continent est-elle finalement la ressortissante ? Même si elle a parfois pu mesurer la différence des modes de vie entre son pays d’origine et les endroits où elle a vécu à l’Ouest, même si elle a été marquée par la gentillesse de certaines personnes en France ou en Belgique, elle s’est toujours sentie profondément roumaine et entend le rester. Mais, elle le sait, la Roumanie ne la reconnaît pas comme citoyenne de plein droit. Même au village, là où le maire et les paysans affirment depuis des lustres que, contrairement à ceux des villages voisins, « leurs » Tsiganes sont des gens biens à qui rien d’important n’est reproché, il a fallu l’intervention de Médecins sans Frontières, un organisme étranger, pour justifier puis financer et construire sous les regards hostiles des autochtones, un pont piétonnier afin de relier par dessus la rivière, le hameau des Lingurari au centre du village. Un pont inauguré dans l’indifférence générale et qui, fortement abimé suite à de trop fortes intempéries, ne sera jamais reconstruit…

4Se sent-elle davantage Romni, membre d’un peuple dispersé dans le monde entier ? Ses parents lui avaient bien transmis la langue romani, ce lien si fréquemment proclamé par des Roms politiques ou intellectualisés comme vecteur fondamental d’identité collective. Mais elle ne l’emploie plus depuis longtemps car la famille de son mari ne la parle pas et elle ne l’a pas transmise à ses enfants. Un jour, des Roms de Bucarest étaient venus au hameau tsigane du village pour y mener une enquête. Eux non plus ne la parlaient pas. Mais, ils se tenaient distants de ces Tsiganes villageois qu’ils nommaient Rudari et qu’ils ne considéraient pas comme de vrais Roms. C’en avait été assez pour ne plus jamais rien attendre de ces gens qui se disaient leurs frères mais les voyaient de haut. Par contre, que ce soit en Roumanie ou ailleurs en Europe occidentale, partout elle est restée perçue dans l’espace public par les non Tsiganes comme Tsigane ou, à la rigueur, comme une femme du peuple rom, indésirable, étrangère, priée de repartir dans son pays. Alors oui, l’identité réprouvée, la place marginalisée des Roms dans la cité, tout cela elle connaît ! Elle, elle n’aspire à aucune autre reconnaissance que celle d’être une personne humaine qui a le droit de vivre avec sa famille dans la dignité, là où elle est, tout simplement. Aujourd’hui, Lina est fatiguée de la stigmatisation trop souvent répétée dans tous les espaces publics qu’elle a pu, année après année, péniblement parcourir.

5Certains diront, à la lecture de ces lignes que le portrait de Lina est trop misérabiliste, à tout le moins exagéré. C’est vrai, il faudrait aussi insister davantage sur son regard, sur son sourire qui m’ont, dès la première rencontre au village en 1993 puis, plus récemment en Occident, toujours témoigné d’une force intérieure empreinte d’un optimisme prêt à triompher de la misère, au-delà des innombrables vicissitudes de l’existence. Lina n’est pas un cas isolé, loin s’en faut. Sa vie montre qu’elle a, à maintes occasions, arpenté comme tant d’autres Tsiganes anonymes des espaces publics pour n’y offrir que l’humble spectacle d’une femme ignorée, repoussée. Des monuments pour les Roms, elle en a également vus si l’on peut dire, mais bien plus banals qu’une stèle à la mémoire d’un peuple transnationalisé : la cabane familiale, le pont détruit et les taudis urbains. Des discours, elle en a entendu beaucoup, mais sous la forme d’ordres laconiques, d’invectives cinglantes, pas ceux que l’on tient dans les hémicycles internationaux ou lors de commémorations officielles. La vie de Lina et celles des millions d’autres Tsiganes qui sont comme elle à la marge des sociétés nous rappellent que la reconnaissance d’un peuple passe par l’amélioration effective des conditions d’existence de ses membres, aussi complexes que soient les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. C’est à ce prix que les Roms et autres Tsiganes prendront un jour toute la place qui leur revient comme peuple parmi les peuples tout comme au sein des États où ils vivent, que cela soit au Brésil ou de l’autre côté de l’Atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Reyniers, « Prisme : Hors de tout calendrier officiel, une Romni au fil des jours », Brésil(s), 2 | 2012, 79-81.

Référence électronique

Alain Reyniers, « Prisme : Hors de tout calendrier officiel, une Romni au fil des jours », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/565 ; DOI : 10.4000/bresils.565

Haut de page

Auteur

Alain Reyniers

Université Catholique de Louvain, Directeur de la revue

 

Études Tsiganes

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals