Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

Prisme : Les Tsiganes diseuses de bonne aventure d’un continent à l’autre

Prisma : As Ciganas leitoras do futuro de um continente ao outro
Iulia Hasdeu
p. 107-109

Texte intégral

  • 1  Des versions antérieures du texte ont été publiées dans des actes de colloque en 1983 et 1984.
  • 2  Ndr.  : Les règles d’écriture de « Tsigane », et autres termes suivent celles établies par Florenc (...)

1L’article de Florencia Ferrari fait écho à « Fortune tellers : fakes or therapists » de Judith Okely, paru en 1996 et faisant état d’une réflexion plus ancienne de l’anthropologue britannique1. Le texte d’Okely auprès des femmes tsiganes (Traveller Gypsies) de Grande Bretagne examine la pratique de la bonne aventure, complexe performance de soi et relation thérapeutique avec les non-Tsiganes (Gorgios), déroulée dans un jeu d’images idéalisées concernant les pouvoirs magiques des Gypsies que ces derniers s’emploient à détourner et à instrumentaliser pour tirer un bénéfice économique et pour renverser symboliquement les hiérarchies sociales2.

2De prime abord, il est surprenant de constater que les mêmes cadres et mécanismes définissent la relation entre Calons et Brésiliens sur l’autre bord de l’Atlantique et trente ans plus tard (trente ans aussi de grands bouleversements culturels mondialisés) : lire les lignes de la main en regardant dans les yeux du/de la client-e, pêcher quelques éléments de son histoire personnelle et construire de façon euristique une narration prémonitoire, demander de l’argent en retour, etc. Néanmoins, en suivant en parallèle les deux démonstrations basées sur des ethnographies très fines, on comprend que les deux anthropologues portent à notre attention des situations, des interactions et des relations où se joue notamment la frontière entre deux mondes. Ces deux mondes sont autant indispensables qu’obscurcis l’un pour l’autre. C’est bien cette logique contradictoire de la séparation-union d’avec la société gorgio, garrin ou gadji que caractérise la vie sociale des Tsiganes (Traveller Gypsies de Grande Bretagne, Calon de Brésil, ou encore les très médiatisés de nos jours, Roms), où qu’ils aient leur ancrage territorial. Aux yeux de bon nombre de chercheurs et chercheuses, dont les deux anthropologues, cela justifie un objet d’étude « Tsiganes » qui se déploie en maintes modalités culturelles et évolutions historiques tout en gardant des caractéristiques unitaires.

  • 3  Voir également Id. 2009.
  • 4  « I also find myself mesmerized in my encounter as a client with a Gypsy in Durham ». Okely 1996 : (...)

3L’enjeu, autant pour Ferrari que pour Okely, est de comprendre et de situer le régime de vérité de ces pratiques dans un présent relationnel de co-construction par les Tsiganes et les non-Tsiganes. Pour qualifier la rationalité de ces pratiques et leur importance sociale, toutes les deux souhaitent dépasser une polarisation manichéenne entre mensonge et vérité, entre tromperie et cure afin de déceler non seulement « comment peut-on être “Tsigane” » mais comment les non-Tsiganes peuvent se penser dans ce cadre relationnel où aux représentations culturelles des uns et des autres se mêlent le besoin de confiance et d’intimité et la gestion du secret. Si telle est leur intention, on ne pourrait que regretter l’absence, dans les deux cas, des points de vue des Gadjé client-e-s des séances de divination dans la paume de la main ou dans les cartes. Et dans le même sillage, qu’en est-il de la place de la chercheuse en tant qu’actrice dans la divination ? Jeanne Favret-Saada avait d’ailleurs averti à ce propos que « pour qui veut connaitre la raison de ce discours il n’est alors pas d’autre issue que de le pratiquer soi-même » (1977 : 46-47)3. La chercheuse est-elle devenue à son insu cliente/pratiquante ? Okely est presque silencieuse sur ce point (hormis « J’ai moi-même été fascinée lors d’une rencontre comme cliente avec une Tsigane à Durham »4) alors que Ferrari rapporte son initiation à la bonne aventure par ses interlocutrices calins, sans s’attarder sur ses propres contradictions émotionnelles ou éthiques, sur le processus de cet apprentissage.

4Un autre point commun entre les deux situations de divination tsigane semble être le dispositif de la performance de la différence culturelle (corps, langage, émotion) de la Tsigane. Mais, la manipulation d’une image de femme « autre » empreinte de magie, de sorcellerie et d’irrationnel est surtout le fait d’Okely, son texte étant écrit à l’heure où les anthropologues féministes considéraient nécessaire, à juste titre, de penser le féminin comme sujet culturel (d’ailleurs le volume qui intègre ce texte est construit dans son ensemble autour du voisinage entre la pensée de l’altérité et le devenir femme-anthropologue).

5Dans cette mise en scène d’une représentation stéréotypée, il y a non seulement une apparence, une gestuelle et une rhétorique mais, nous dit Ferrari, une cosmologie qui se joue. Chaque acteur et actrice de ce duo, car il s’agit bien de femmes diseuses de bonne-aventure, est conduit-e à se laisser provoquer par et entrainer dans la cosmologie de l’autre : si d’ordinaire la conception calin du temps ne laisse pas de place à la conceptualisation du futur autrement que quelque chose en train de se faire, le moment rituel de la bonne aventure oblige à une immersion dans la conception des Brésiliens, à savoir parler du long-terme, du projet, du désir. Inversement, pour les client-e-s, il sera question d’agirici et maintenant (à la façon calin) directement sur l’avenir en donnant à la « Tsigane » de l’argent pour faire l’intermédiaire. Okely est d’un autre avis à ce propos : la Tsigane diseuse de bonne aventure utilise des éléments de l’ethos gadjo, tels la planification ou la recherche de sécurité et se positionne de la même façon que le/la psychanalyste par rapport à son/sa patient-e, elle oblige son/sa client-e de chercher par soi-même une solution.

6Okely lie cette pratique à la marginalité des Gypsies par rapport à la société sédentaire, à la marginalité également des situations qui se prêtent à la lecture de la bonne aventure : ambiance de foire, vacances ou crise existentielle. Ferrari, quant à elle, décrit plutôt une activité quotidienne où la banalité et le spectaculaire cohabitent et elle s’attache à montrer un continuum entre les pratiques de la divination calin et l’univers religieux de la société environnante brésilienne. Pour elle, il s’agit d’un « imaginaire partagé » et syncrétique de significations qui intègre les miracles, le culte des Orixás, les prières catholiques et la divination tsigane. Néanmoins, on reste dans le « malentendu contrôlé » : dans les deux cas, séparés par l’Atlantique et le temps, les Tsiganes s’obstinent à considérer devant l’anthropologue qu’il s’agit dans leur pratique de divination de « fraude », « tromperie » ou « fake ». Pourquoi se demande Ferrari, sans avoir de réponse. Et si l’anthropologue n’était qu’une autre Gadji à laquelle il s’agit de dissimuler, non pas la vérité mais bien le chemin trop droit entre cause et effets ? Déplaçons alors le « pourquoi » sur le « comment ». C’est aussi ce que suggère Ferrari par le syntagme « multiplier les descriptions ».

7Dans tous les cas, il apparait que la séparation Tsiganes/non-Tsiganes est sans cesse recréée et resignifiée dans la bonne aventure et c’est bien pour cela que nous pensons que les deux textes se complètent et se répondent l’un l’autre en traitant d’un sujet qui est peu abordé dans la littérature tsiganologique.

Haut de page

Bibliographie

Okely, Judith, 1996. « Fortune tellers: fakes or therapists ». In Id. Own and Other Culture. Londres, Routledge, p. 94-114.

Favret-Saada, Jeanne, 1977. Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard.

Favret-Saada, Jeanne, 2009. Désorceler, Paris, L’Olivier.

Haut de page

Notes

1  Des versions antérieures du texte ont été publiées dans des actes de colloque en 1983 et 1984.

2  Ndr.  : Les règles d’écriture de « Tsigane », et autres termes suivent celles établies par Florencia Ferrari dans son article.

3  Voir également Id. 2009.

4  « I also find myself mesmerized in my encounter as a client with a Gypsy in Durham ». Okely 1996 : 112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iulia Hasdeu, « Prisme : Les Tsiganes diseuses de bonne aventure d’un continent à l’autre », Brésil(s), 2 | 2012, 107-109.

Référence électronique

Iulia Hasdeu, « Prisme : Les Tsiganes diseuses de bonne aventure d’un continent à l’autre », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/574 ; DOI : 10.4000/bresils.574

Haut de page

Auteur

Iulia Hasdeu

Université de Genève

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals