Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

Les exclus du Royaume.Des Gitans bannis du Portugal vers le Brésil : les lois et leur mise en œuvre, xvie-xviiie siècles

Os excluídos do Reino. Ciganos portugueses degredados no Brasil: as leis e sua aplicação, séculos XVI-XVIII
The Kingdom’s Exiles. On Gypsies Banished from Portugal to Brazil: The Laws and Their Enforcement in the 16th and 17th Centuries
Geraldo Pieroni
Traduction de Ilda Mendes dos Santos
p. 111-123

Résumés

Le texte traite de la conjoncture qui a favorisé la mise en place et la pratique du bannissement des Gitans au Brésil dans les premiers temps de la colonisation. Notre démarche s’appuie sur une chronologie juridique : l’ensemble des lois et édits illustre les préoccupations administratives constantes de la Couronne portugaise face à la population gitane installée ou circulant sur son territoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mai 2012 ; approuvé en septembre 2012.

Traduit du portugais

Texte intégral

A liri ye crally nicobo a liri es calès
La loi du roi a détruit la loi des Tsiganes
Dominique Aubier

1Analyser la conjoncture juridique qui favorisa la mise en place et la pratique du bannissement comme mécanisme de punition utilisé par la justice portugaise, tel est le but de ce travail.

2Qui étaient ces condamnés ? Pourquoi avaient-ils été bannis ? Quel était le mode d’application de la peine ? Ce châtiment était-il un moyen destiné à fournir au Brésil, cette colonie nouvellement née, une main-d’œuvre bon marché ? Reposait-il sur une volonté politique de peuplement des terres ? Les Gitans font-ils l’objet d’un traitement particulier ? Dans quel contexte les Gitans sont-ils expulsés vers le Brésil ?

3Pour répondre à ces questions, il convenait d’analyser l’appareil institutionnel et législatif ayant trait au bannissement et d’examiner les trajectoires individuelles des Gitans condamnés. C’est pourquoi nous avons privilégié l’étude des Gitans relégués au Brésil aux premiers temps de la colonisation.

4Notre démarche s’appuie sur une chronologie juridique : l’ensemble des lois et édits illustre les préoccupations constantes d’une administration face à la population gitane installée ou circulant sur son territoire. Les cortes portugaises ont toujours affiché la volonté, par le biais des différentes mesures promulguées, de chasser les individus indésirables, considérés comme des fauteurs de troubles et des éléments nocifs à l’ordre religieux et moral établi.

5Les travaux de Timothy Coates montrent que l’exclusion, ou la mise au ban de la société, était au xve et au xviie siècle la décision de justice la plus généralement appliquée pour punir les crimes et les délits religieux. Au xviie siècle, on remarque néanmoins une inflexion : les autorités royales commencent à envoyer de préférence les proscrits dans les terres qui souffrent d’un manque de population et de main-d’œuvre (Coates 1998 : 169-170). La « flexibilité des peines appliquées aux criminels était l’une des caractéristiques majeures du système d’exil pénal mis en œuvre par l’État portugais » (Id. Ibid.). Cette malléabilité était telle qu’une sentence pouvait être modifiée pour répondre à une situation critique.

  • 1  « Decreto em que se mandam avisar os Corregedores do crime da Corte para que fizessem despejar os (...)

6Le bannissement des Gitans était, à vrai dire, une arme à double tranchant. Il pouvait être un instrument d’harmonisation sociale visant à « nettoyer la terre » lusitane, comme le stipule sans ménagement un document de l’année 1649 qui condamne à l’expulsion hors du royaume des Gitans coupables de parler leur jargon ou « baragouin » (língua ou geringonça)1. D’un autre côté, la condamnation à l’exil favorisait la permanence de pratiques jugées illicites en transférant vers les colonies ce qui était considéré comme un problème social au Portugal.

7Les lois successives prises à l’encontre des Gitans font en fait office de palliatifs. Quand une ville s’élève contre leur présence, l’assemblée municipale, pour contenir les récriminations d’une population qui les accuse de vols de bétail et de troubles à l’ordre public, publie un décret d’expulsion.

8L’« excellence imaginaire » du fictiones iuris, qui façonnait l’image de toute puissance du royaume, avait autant d’importance que l’exécution immédiate de la décision de justice ou de la sanction substitutive de la sentence première. Or la théorie disciplinaire se heurtait, dans les faits, aux moyens institutionnels, logistiques et humains dont la Couronne disposait et qui étaient limités. Il en allait de même du bannissement, la peine sans doute la plus appliquée à l’époque. Quand le jugement entraînait le bannissement outre-mer, de longs mois, voire parfois des années, étaient nécessaires avant sa mise en œuvre : il fallait attendre les navires en partance vers les ports auxquels étaient assignés les relégués (Hespanha 1989 : 15). Le condamné devait rester en prison où il pouvait présenter un recours ou une demande de grâce. Faute de moyens d’application, la sentence originelle qui condamnait au bannissement était bien souvent commuée.

9Au Portugal, le bannissement fut malgré tout l’un des châtiments privilégiés par la justice. Cette peine faisait partie d’une procédure déjà instituée et vulgarisée depuis le Bas Moyen Age. L’Inquisition, installée en 1536, inséra cette sanction dans son arsenal répressif. Elle devait systématiser et fortifier la déportation en s’appuyant sur la large expérience de la justice séculière en la matière. Les tribunaux séculiers, et les tribunaux du Saint-Office, établirent un type similaire de procédure pénale dont le fonctionnement était parallèle de bout en bout. Les juridictions, les lieux d’emprisonnement et les juges étaient bien entendu différents ; néanmoins, une fois l’application de la peine de relégation outre-mer rendue publique, tous les condamnés, qu’ils soient issus des tribunaux royaux ou des tribunaux inquisitoriaux, étaient rassemblés à Lisbonne et confinés dans un même endroit : la prison du Limoeiro où criminels et pécheurs attendaient dans l’effroi le jour de leur embarquement.

10Les Gitans faisaient partie de ces condamnés. À en croire les textes de loi, ils étaient constamment soupçonnés de vols et d’atteintes à l’ordre public. Aux yeux de la population, ils n’étaient que des voleurs d’enfants et elle les accusait même parfois de cannibalisme. Il est vrai que les Gitanes lisaient les lignes de la main et prédisaient l’avenir, qu’elles répandaient les histoires les plus surprenantes avec une imagination débordante et que leurs pratiques étaient assimilées à la sorcellerie. La persécution des Gitans fut ainsi le fait d’une opinion publique qui leur imputait toutes sortes de crimes et de désordres. Dès qu’ils entraient au Portugal, ils devenaient l’objet de tous les soupçons. Partout où ils passaient, ils suscitaient la crainte et l’hostilité : « voici venir les corbeaux de l’Égypte » disait le bon peuple en les voyant (Moraes Filho 1981 : 21).

La répression des Gitans au Portugal

11On sait qu’en 1449 des groupes de Gitans en provenance des Pyrénées passèrent en Espagne. Partout chassé des terres abordées, un grand nombre d’entre eux pénétra au Portugal. Les anciennes légendes et chroniques sont peu loquaces sur les origines de ce peuple. Les opinions les plus diverses ont été émises à leur endroit et une seule caractéristique, infamante, est répétée et consignée dans les documents de loi : « un peuple vagabond », « insolent » et « trompeur ». Pour cette période, les témoignages retrouvés sont issus des archives criminelles des cortes séculières ou des tribunaux inquisitoriaux.

  • 2  « Artigo 24 das Cortes de Évora », ano 1535, feito por D. João iii (Id. Ibid. : 229).
  • 3  « Capítulos de Cortes e leis sobre ciganos » (Id. Ibid. : 230).
  • 4  Arquivo Nacional da Torre do Tombo (antt), Maço 5 das Cortes, documento no 6, folha 67 : « Lei xxi (...)

12Tout porte à croire qu’une des premières décisions visant à résoudre le « problème » causé, au Portugal, par la présence des Gitans fut émise par le roi João iii en 1535. Pour satisfaire les réclamations des représentants des Conseils des cortes d’Évora, il ordonna l’expulsion des Gitans étrangers au royaume. Les Gitans nés au Portugal avaient ordre de se vêtir conformément aux usages du pays et l’oisiveté leur était strictement défendue. Ainsi, les cortes d’Évora « ordonnèrent qu’ils travaillent et qu’ils apprennent un métier »2. Or, auparavant déjà, un décret du 13 mars 1526 avait interdit l’entrée dans le « Royaume » de tous les « gens étrangers ». Cette résolution ordonnait l’expulsion de tous les Gitans parce que les cortes de la ville de Torres Novas avaient déposé des plaintes contre eux. La population de l’endroit se plaignait de nombreux « dommages et ennuis » et accusait les Gitans « de moult larcins et actes de sorcellerie »3. Les Gitans qui violeraient cette loi seraient jetés en prison et fouettés en place publique. La peine prévue pouvait encore être aggravée et entraîner la confiscation des biens immobiliers, remis pour « moitié aux plaignants et pour l’autre à l’hôpital de la Miséricorde ». Enfin, pour les Gitans nés au Portugal, l’expulsion de « deux ans en Afrique » devenait la sanction promulguée4.

  • 5  Loi du 17-08-1557 : « Que não entrem os ciganos nestes Reinos em que além do que é mandado no capí (...)
  • 6  antt, Livro i de Leis, folha 57 verso : « Alvará sobre os ciganos de 11-04-1579 ».

13En 1557, la peine maximale alla jusqu’à la condamnation aux galères, « laquelle exécution se fera conformément aux voies de la justice »5. Le roi Sebastião (1557-1578) ordonna « que, partout dans mon Royaume, il soit immédiatement annoncé en place publique que les Gitans, hommes et femmes, ou ceux qui se trouvent en leur compagnie, seront chassés de mes terres dans un délai de 30 jours »6.

  • 7  Loi du 28-08-1592 (Figueiredo 1790 : 261).
  • 8  « Livro das Vereações da Câmara Municipal de Elvas », ano 1597, folhas 54 et 55 (Coelho 1892 : 235 (...)

14En 1592, la loi se fit plus sévère. La peine de mort fut instaurée pour tous les Gitans qui ne se pliaient pas aux mesures royales7. En 1597, en dépit des poursuites prévues, la population de la ville d’Elvas fut troublée par des vols de bétail et de beaucoup d’autres choses, commises depuis qu’un groupe de Gitans s’est installé près des murs de la ville, et tous les gens étaient tellement scandalisés qu’on pouvait craindre une révolte8.

  • 9  Id. Ibid.

15Les Gitans étaient-ils responsables de tous ces larcins ? De tels événements leur étaient-ils faussement imputés ? C’étaient là des questions que les conseillers de la Chambre se posaient. Si les autorités pouvaient avoir des doutes quant à l’identité réelle des coupables, les habitants attribuaient tout naturellement ces rapines aux Gitans. Pour éviter le mécontentement, voire le soulèvement de la population d’Elvas, composée « de gens belliqueux et irascibles », il fut donc notifié aux Gitans « de quitter la ville dans les trois jours ». Passé ce délai, « on agirait avec la plus extrême rigueur »9. Les autorités de la ville avaient beau être dubitatives, elles décidèrent, pour éviter tout acte d’insubordination, de livrer les Gitans à la vindicte afin d’apaiser les esprits et de juguler l’explosion d’autres sources possibles de conflits. On voit ainsi à quel point une image et des préjugés infamants étaient enracinés dans la société.

Les Ordonnances filipinas : des efforts pour un suivi plus efficace de la Loi

16Publiées en 1603, pendant la période de domination castillane du royaume du Portugal ou union ibérique (1580-1640), les Ordonnances filipinas interdisaient aux Gitans de franchir les frontières et d’entrer au Portugal. Ces Ordonnances s’inscrivaient dans la tradition inaugurée par les Ordonnances afonsinas (1446) qui privilégiaient le droit de la patrie. Le droit subsidiaire existait également et il était appliqué dans les cas où le droit principal, celui de la patrie, ne pouvait être suivi.

17Les Ordonnances filipinas ont constitué l’épine dorsale des structures administratives et juridiques du Portugal depuis leur promulgation jusqu’à la fin du xixe siècle. Même après la restauration de 1640, qui plaça sur le trône une dynastie portugaise, ce code restera en vigueur et, d’une manière générale, João iv confirmera les lois qui avaient été promulguées par ses prédécesseurs (Silva 1985 : 192).

  • 10  Ordenações Filipinas de 1603. Note de présentation de Mário de Almeida Costa, édition fac-simile d (...)
  • 11  Id. Ibid., Livro v, título lxviii.
  • 12  antt, Livro 2 de Leis, folha 123.

18Aussi, après publication des Ordonnances filipinas, un règlement de loi inscrivit-il dans la procédure pénale le châtiment du fouet et le bannissement de deux ans en Afrique. Si « dans notre Royaume » il se trouvait une personne parlant la langue des Arméniens, des Grecs, des Arabes et des Perses, « ou d’autres nations soumises aux Turcs qui occasionnent de perpétuelles frayeurs aux chrétiens », elle devait être immédiatement incarcérée. Le suspect arrêté était interrogé sur le pourquoi de son voyage au Portugal, le type d’activité qu’il venait y mener et la durée de son séjour. Ces « voyageurs » pouvaient se voir accorder une autorisation temporaire de résidence et, s’ils violaient les mesures qui les touchaient, ils « seront arrêtés et condamnés aux galères pour le temps qu’il nous semblera bon de décréter »10. Était banni en Afrique celui qui « n’avait pas un office » lui permettant de gagner son pain. Avant de partir, les insoumis étaient fouettés en place publique et considérés comme des vagabonds sans feu ni lieu11. Un décret du 7 janvier 1606 condamna au fouet et aux galères tous les « nomades » emprisonnés pour la première fois. En cas de récidive, la punition restait la même mais le nombre de coups de fouets et le temps de condamnation aux galères était doublé. À la troisième infraction, ils subissaient le fouet et étaient condamnés à dix ans de galères12.

  • 13  antt, Livro 2 de Leis, folha 230.

19En dépit de leur sévérité, les textes de loi n’étaient pas suivis à la lettre et les Gitans continuaient à vivre au sein du territoire. À cause « des nombreux Gitans qui circulent en bandes dans mon Royaume en commettant moult désordres », le roi ordonna alors l’application des lois antérieurement en vigueur, « avec la plus extrême rigueur ». La sanction était toujours la même : « galères pour les hommes » et, pour les femmes, la seule peine du fouet13.

  • 14  Coleção cronológica de Leis Extravagantes, Coimbra, 1819, vol. i, p. 62-64 (Coelho 1892 : 239).

20Le roi Philippe fut pourtant informé que « les ordonnances se rapportant aux dits Gitans n’étaient pas intégralement observées, que les peines décrétées n’étaient pas suffisantes pour les expulser du Royaume ». Il est encore signalé que les Gitans continuaient « à voler et à porter préjudice au peuple ». Le roi décida alors, le 10 octobre 1613, d’ordonner aux « juges d’être des plus vigilants et d’appliquer sans réserve le dit livre v des Ordonnances »14.

  • 15  Id. Ibid.
  • 16  antt, Livro 4 de Leis, folha 198 verso.
  • 17  antt, Livro 5 de Leis, folha 1.
  • 18  « Decreto em que se mandam avisar os Corregedores do crime da Corte para que fizessem despejar os (...)

21Après la restauration de la souveraineté portugaise, le roi João iv, soucieux de maintenir les Gitans éloignés du Portugal, ordonna que « les vagabonds de la bonne aventure » dispersés dans le Royaume devaient être relégués dans les conquêtes d’outre-mer, et notamment au Brésil et en Afrique. Ceux qui restaient au Portugal devaient résider dans les villes de Torres Vedras, Leiria, Ourém, Tomar, Alenquer, Montemor-o-velho et Coimbra. Il leur était interdit de parler et d’enseigner « le jargon » à leurs enfants. Le but était clair : éviter « les accords secrets et les tromperies dans les affaires ». Plus que jamais la loi obligeait les Gitans à travailler et elle n’autorisait l’aumône qu’aux souffreteux et invalides15. Les punitions sanctionnaient aussi « les sortilèges, les duperies et la bonne aventure », c’est-à-dire, « toutes les fourberies » utilisées pour prédire l’avenir. Les contrevenants se voyaient soumis à la peine du fouet et au bannissement aux galères à perpétuité. Les femmes, quant à elles, étaient bannies « pour toute la durée de leur existence » en Angola ou dans l’archipel du Cap-Vert où elles seraient conduites « sans avoir avec elles leurs enfants ». Cette loi interdisait aussi tout demande de « grâce et miséricorde ». En outre, « les juges ne devaient pas tolérer que les Gitans conservent avec eux leurs enfants, garçons et filles, de plus de neuf ans, pour les élever ; en âge de travailler, ces enfants devaient aller au gagne-pain comme l’exige la coutume pour les orphelins »16. Le décret du 5 février 1649 soulignait « le préjudice extrême et les troubles » que le Royaume subissait à cause de ces « vagabonds qui, sous le nom de Gitans, sortaient en bandes et vivaient de rapines, de ruses et de tromperies contrevenant de la sorte au service de Dieu et de ma personne », déclarait João iv. Ce souverain précisait que « les ordonnances royales ont, par le biais de plusieurs décrets, tenté d’éliminer cette gent pernicieuse nommée Gitans ». Les sanctions prévues, telles que « geôles, fouets, bannissements et galères », n’avaient pas porté leur fruit et le roi réaffirmait avec force : « je veux bannir la manière de vie et la mémoire de ce peuple sans règles, ce peuple nomade, sans feu ni loi, sans domicile ni office, vivant uniquement de brigandages »17. C’est cette même année que des Gitanes, à qui il était interdit de porter leurs « accoutrements » et de parler leurs « jargons », furent bannies du Royaume. Le décret était clair : il faut « nettoyer la terre »18.

22« Vagabondage » soulignait le décret de 1649, « sortilèges », « guérisons superstitieuses », « tromperies »… telles étaient les dénominations le plus souvent accolées aux hommes et aux femmes de la bonne aventure. Mais, en réalité, quelles étaient ces pratiques qui soulevaient les foudres du législateur et la colère du peuple ? Un compte rendu de procès illustrera la question.

23Garcia de Mira fut emprisonnée par l’Inquisition de Lisbonne pour avoir employé « des paroles divines pour commettre des actes illicites et faire un pacte avec le diable ». Veuve d’António Soares, lui-même Gitan, Mira, alors âgée de 50 ans, avait la réputation d’être voyante. La Gitane fut dénoncée par Manuel Álvares da Nóbrega, 30 ans, natif de Cabo Vila, paroisse de São Salvador do Taboado dans le district de la ville do Amarante, et résidant dans la ville de Lisbonne. Un jour, quand « le dit Manuel » était dans sa demeure de la rue de « Quebra Costas », sise derrière l’église Notre-Dame-de-la-Palme, une Gitane, vêtue d’un habit de tissu noir, vint vers lui et lui proposa de lire l’avenir. Une « jeune femme » nommée Catarina da Silva, qui « entretenait une amitié illicite » avec Manuel Álvares, bien que celui-ci fût « marié à une femme qui avait abandonné le foyer », se trouvait dans l’arrière-cour. Dans l’un des interrogatoires mené par les inquisiteurs, Mira, sermonnée, révéla « que le lendemain, elle retourna chez Manuel et lui dit qu’elle voulait lui jeter un sort pour savoir si sa femme absente était morte ou vivait encore ». L’homme accepta la proposition et ouvrit sa main droite dans laquelle la Gitane plaça une petite paille tortillée et séchée au feu. Elle fixa une petite boulette de cire à chaque extrémité de la paille et ficha une épingle, dont les têtes étaient dirigées vers le poignet, dans chaque boulette. Elle demanda ensuite à son client de cracher sur sa main afin que la petite paille, humidifiée, puisse « se tordre vers ses doigts » et prendre la forme d’une potence. La Gitane dit à Manuel que si les épingles tournaient « c’était signe que ladite femme était morte », et que si elles ne bougeaient pas, cela signifiait qu’elle « était vivante ». Au cours de la cérémonie, Mira récitait la prière suivante : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit qui règne et régnera pour toujours, Amen ». Au terme du travail, Manuel lui donna une demi-pièce d’or et lui promit de participer à une deuxième séance afin de voir la prédiction se réaliser.

  • 19  antt, Inquisition de Lisbonne, procès 1236 : Garcia de Mira.

24Garcia de Mira fut emprisonnée et, jetée au cachot, elle fut « sévèrement admonestée et invitée à ne plus jamais retomber dans de semblables erreurs ». Les inquisiteurs lui firent remarquer que si, pour son malheur, elle n’obéissait pas au serment qui lui interdisait de pratiquer ces sortilèges, « elle serait châtiée avec la rigueur la plus extrême prévue par la loi », c’est-à-dire qu’elle subirait le fouet et serait bannie outre-mer. Enfin, Garcia de Mira fut condamnée à verser une simple somme de monnaie. Elle dut toutefois restituer l’argent à Manuel et aux personnes dont elle avait reçu des dons. Avant de quitter le tribunal, elle promit de ne plus jamais jeter de sorts19.

  • 20  « Registro de uma provisão de Sua Majestade pelo Desembargo do Paço ao Corregedor desta Comarca pa (...)

25Les décrets, les dispositions royales et, en général, les lois ne cessaient d’être promulgués pour expulser les Gitans. En vain : ceux-ci restaient présents dans le Royaume et accusés de pratiquer « des délits à foison sans prendre le droit chemin, sans exercer un office qui puisse les soutenir ». Une lettre royale de 1694 regrettait que les lois « jusqu’ici promues n’eussent pas servi de remède » pour éviter la présence gitane en Portugal. Le roi de l’époque, Pedro ii, ordonna alors que « tous les Gitans nés dans le Royaume, qui ne mènent pas droite vie, soient expulsés du pays ». En cas d’infraction, ils encouraient la peine de mort20.

26Nombre de Gitans furent alors expulsés vers la Castille. Ils pénétrèrent de nouveau aisément au Portugal où la législation était certes sévère mais adoucie, dans les faits, par des grâces et des commutations de peines. La peine de mort, par exemple, était très peu appliquée au Portugal, même si elle était prévue dans le cas de plusieurs délits et infractions (Hespanha 1989 : 15).

  • 21  Tombo ii do Registro dos Alvarás, folha 64 verso, documento no 251 (Id. Ibid. : 254-256).
  • 22  « Decreto para que se passe ordem aos Governadores das Armas das Fronteiras para que mandassem pre (...)
  • 23  Livro iii dos Registros do Desembargo do Paço, folha 131, documento no 30 (Id. Ibid. : 258).
  • 24  Tombo iii do Registro da Câmara de Elvas, folha 203, documento no 32 (Id. Ibid. : 25).

27Un décret du 17 juin 1694 déclarait « que tous les Gitans entrés dans ce Royaume doivent le quitter dans un délai de 2 mois ». Les sanctions étaient, là encore, la peine de mort ou le bannissement « selon les termes de la loi en vigueur »21. En 1718, comme les vols ainsi que d’autres délits graves imputés à « ces gens » se multipliaient, tous les Gitans furent visés par des ordres d’arrestation. On les força à embarquer vers les conquêtes d’Afrique ou vers l’Inde22. Une nouvelle loi fut promue visant à amplifier ces mesures et à les rendre plus efficaces23. Une efficacité dont il est possible de douter car, en 1753 (au tout début du gouvernement du Marquis de Pombal), on relevait, à la frontière portugaise, la présence de Gitans qui faisaient « la contrebande de blé vers la Castille ». Ils agissaient dans les districts de Sousel et de Mértola « en connivence avec des agriculteurs locaux »24.

28On peut donc s’interroger sur l’arsenal juridique utilisé par les autorités portugaises vis-à-vis de la population gitane, sur le maintien ou l’inflexion de certaines mesures, leur renforcement pendant la période de double souveraineté castillane ou au cours de la politique « éclairée » du Marquis de Pombal.

Le bannissement vers le Brésil

29Sous le gouvernement du roi D. José ier et du Marquis de Pombal (1750-1777), une politique de centralisation suffisamment forte pour implanter et développer les réformes jugées alors nécessaires au pays fut adoptée. Il n’était nullement question de discuter la légitimité du pouvoir. L’État portugais de la deuxième moitié du xviiie siècle a de fait été marqué par la force des lois élaborées par le monarque qui fut un législateur d’importance. Dans ce contexte, la valeur du droit fut telle que de nouvelles lois virent le jour pour réguler l’exercice même du Droit, effort réflexif sans lequel l’autorité royale ne peut pleinement s’exercer (Cabral 2010).

  • 25  « Memórias das principais providências que se deram no terremoto que padeceu a Corte de Lisboa no (...)

30En 1756, le Marquis de Pombal en personne se dressa contre les Gitans qu’il accusa de « perturber l’ordre social » et qu’il condamna à travailler dans les œuvres publiques de la ville de Lisbonne. Cette sanction était justifiée par le manque de navires pour transporter les condamnés vers les lieux de leur exclusion25.

  • 26  « Decreto em que se mandou comutar o degredo de África para o Maranhão », documento no 23 (Id. Ibi (...)

31Rejetés constamment de la Métropole, un certain nombre de Gitans furent envoyés au Brésil. C’est en fait seulement à la fin du xviie siècle que la pratique du bannissement des Gitans vers les terres brésiliennes se généralisa. Des groupes en provenance de Castille franchissaient à cette époque les frontières portugaises. Le souverain D. Pedro, préoccupé par « l’invasion de ces gens oisifs et nuisibles en raison de leur manière de vie et de leurs coutumes, toujours armés pour mieux perpétrer leurs offenses », ajouta à la peine de relégation en l’Afrique celle de l’expulsion vers le Brésil. Le décret ordonna « qu’ils aillent au Maranhão et, si les ministres n’exécutent pas cet ordre, qu’ils soient châtiés... »26.

  • 27   « Decreto em que se mandou comutar o degredo de galés para o Brasil », documento no 5 (Id. Ibid.  (...)

32Ce décret fut promulgué en 1686, mais les justices portugaises avaient déjà bien auparavant envoyé des Gitans coupables de méfaits au Brésil. C’est ainsi qu’en 1574, sous le règne de Sebastião, le Gitan João Torres s’embarqua pour cette terre. Il avait été arrêté et condamné à cinq ans de travaux forcés aux galères. Or, dans la prison du Limoeiro, où il attendait son départ, il tomba malade ; « affaibli et tout fourbu », il ne pouvait « servir dans les choses de la mer ». João prétexta aussi son extrême pauvreté pour demander aux juges une remise de peine. Sa sanction fut commuée et João banni « cinq ans au Brésil où il emmènera sa femme Angelina et leurs enfants »27.

  • 28  Primeira Visitação do Santo Ofício às partes do Brasil pelo licenciado Heitor Furtado de Mendonça, (...)

33Les premières enquêtes du Saint-Office en terre atlantique portugaise, les Confessions de Bahia (1591-1592), révèlent aussi qu’il existait déjà, dans la colonie, un groupe de Gitanes expulsées du Portugal. Parmi elles, une dénommée Violante Fernandes, veuve d’un maréchal-ferrant, lui-même forçat portugais. Irritée par les pluies incessantes, « elle avait hurlé dans sa colère que Dieu lui pissait dessus et qu’il voulait la noyer » (que Deus mijava sobre ela e que a queria afogar). Une autre expulsée accusée de vol, Apollonia Bustamante, fatiguée et excédée par les tempêtes, avait inventé une « nouvelle et grotesque manière de béatitude » : « Heureuse soit la verge de mon Seigneur Jésus-Christ qui en ce moment pisse sur ma personne », (Bendito sea el carajo de mi senõr Jesu Christo que agora mija sobre mi). Le délit de blasphème et l’accusation de larcin de ces deux Gitanes relèvent des fautes du ressort de l’Église du xvie siècle européen28.

34Or nous constatons, devant de tels exemples, qu’être Gitan n’était pas un chef d’accusation aux yeux de l’Inquisition. Le trône et l’autel ont beau réunir leurs forces pour combattre l’univers du crime et de l’hétérodoxie religieuse, l’Église et l’État avaient des tribunaux dont les juridictions étaient clairement délimitées : le Saint Office s’occupait uniquement des crimes liés à l’hérésie et des entorses à la morale sexuelle. Les Gitanes de Bahia ont été condamnées par l’Inquisition pour délit de blasphème, acte hérétique.

  • 29  antt, Maço 6 de Leis, documento no 29.
  • 30  Id.

35Plus tard, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, au moment où l’expulsion des Gitans vers le Brésil était devenue officielle, les autorités portugaises se sont souciées des « méchantes mœurs » de ces Gitans « qui ont été bannis de ce Royaume vers l’état du Brésil », mœurs qui se répandaient dangereusement outre-Atlantique. Un décret du 20 septembre 1760 déclarait « qu’ils agissent malicieusement selon leur bon vouloir, conformément à leurs habitudes, en infraction totale avec les lois ; et ils causent un tort intolérable aux habitants avec leurs vols incessants de chevaux et d’esclaves »29. Le roi soulignait que les Gitans « sont redoutés » ; qu’ils « vont toujours en bande » et « munis d’armes à feu » par les chemins « où ils pratiquent leurs actions pernicieuses avec la plus grande violence »30.

  • 31  Koster, Henri. Voyages dans la partie septentrionale du Brésil depuis 1809 jusqu’en 1815, Paris, 1 (...)

36Au Brésil, les Ordonnances filipinas restèrent en vigueur jusqu’à l’Indépendance. C’est en 1824 que la constitution impériale fut promulguée ; le code de justice criminelle de 1830, puis de procédure criminelle de 1832, révoquèrent enfin, dans leur ensemble, le livre v des Ordonnances filipinas (Almeida Júnior 1959 : 151). Tant au Brésil, qu’au Portugal, les Gitans furent toujours poursuivis pour « troubles à l’ordre public ». Des groupes « avaient pour habitude de se montrer une fois l’an dans le village de Pasmado, et dans d’autres endroits de la province de Pernambouc où le gouverneur était leur ennemi »31.

  • 32  Id. Ibid.

37Les Gitans, selon la population euro-brésilienne, étaient considérés comme une « race bizarre ». Ils appartenaient à autre humanité : « grands et de belle tournure » ; de « couleur châtain, avec des traits physiques semblables aux hommes blancs ». Henri Koster, un voyageur anglais qui parcourut le Brésil septentrional au début du xixe siècle, leur attribua des comportements qu’on trouve répandus dans l’opinion publique : « ils vagabondent en bande, hommes, femmes et enfant ; et ils troquent, achètent et vendent des chevaux, des bijoux d’or et d’argent. Les femmes font route assises, au milieu de paniers, sur des chevaux bizarrement ornés : elles placent pêle-mêle dans ces corbeilles leurs enfants et leur bagage ». Koster concluait qu’« ils n’observent aucune pratique religieuse, qu’ils ne vont jamais à la messe ni à confesse, et qu’ils ne se marient qu’avec des gens de leur race »32.

  • 33  « Provisão do Conselho do Ultramar de 11 de abril de 1718 » (Accioli 1925 : 155-156).
  • 34  Id. Ibid.

38Une lettre du 11 avril 1718, rédigée par le Conseil d’Outre-mer, fournit des précisions sur l’expulsion de certains « Gitans du Royaume vers la ville de Bahia ». La missive ordonnait au gouverneur de surveiller attentivement ces Gitans, de rester « ...vigilant quant à l’interdiction qui leur était faite de parler leur langue et jargon, et de l’enseigner à leurs enfants ». Le document exprimait la claire intention, du moins dans les termes affichés, de « viser à leur extinction »33. João v ordonna d’envoyer « à Bahia plusieurs Gitans, hommes et femmes, et leurs enfants, à cause de leur conduite vile et scandaleuse en ce Royaume ». Le roi stipule que ces Gitans devaient partir vers le Brésil et être « répartis dans les différents navires qui font voile vers ce port »34.

  • 35  Id. Ibid.

39En terre d’exil, les Gitans n’ont pas connu une meilleure fortune. La Chambre municipale de la ville de Bahia de Tous les Saints, dans un décret du 5 juillet 1755, exigeait leur expulsion de la province. La même décision fut prise par la Chambre de la ville de Cachoeira qui les accusait d’attaquer les convois et les troupes des gens du Minas pour leur voler leurs chevaux. Sur ordre des autorités, les Gitans bannis à Bahia furent installés dans une partie du quartier de la Palma, dans un lieu nommé Mouraria. Mais, en raison du manque d’espace, un autre endroit de la ville fut désigné : la paroisse de Santo António Além do Carmo35.

40Mello Moraes Filho rapporte que les grands-parents et plusieurs membres de la famille de Pinto Noites, « un célèbre Gitan de 89 ans », touchèrent terre brésilienne à Rio de Janeiro. Ils appartenaient à neuf familles tout juste bannies du Portugal à cause d’un vol d’or. Selon lui, ces Tsiganes arrivèrent au Brésil en 1718 et ils se sont spécialisés dans le travail des métaux : « chaudronniers, forgerons, ferblantiers et orfèvres ». Les femmes quant à elles se consacrèrent aux « pratiques superstitieuses de la guérison et de la lecture de l’avenir » (Moraes Filho 198 : 26-27). Pinto Noites cita les noms des autres condamnés jugés dans le décret de bannissement de 1718. Il y avait parmi eux João Ramos, affublé du sobriquet de João du Royaume, qui arriva avec son fils, Fernando da Costa, et sa femme Eugênia. Il y avait encore Luis Rabelo de Aragão, Ricardo Fraga qui s’en alla dans le Minas Gerais, Antonio Laço et sa femme Jacinta, Manuel Cabral et Antonio Curto qui partirent vers Bahia avec leurs femmes, enfants, belles-sœurs, beaux-frères et petits-enfants. Débarqués au Brésil, tous « se sont logés sous des tentes dans le Champ des Gitans, une énorme place qui s’étendait depuis la rue du Cano jusqu’à la Barreira do Senado » (Moraes Filho 1981 : 26-27).

  • 36  antt, Maço 6 de Leis, documento no 29 ; Maço 4 de Leis, documento no 165.

41Expulsés de la Métropole et poursuivis dans la colonie, les Gitans étaient toujours considérés comme des êtres dangereux et des fauteurs de troubles. Les documents ressassent à l’envi les mêmes stéréotypes : « gens inutiles et de mauvaise vie ». Un décret de 1760 les oblige « en termes plus rigoureux et plus fermes à prendre vie civile ». Il fallait mettre fin à ce qui était considéré comme une transmission héréditaire des us et coutumes. Les garçons, enfants de Gitans, devaient par force de loi être remis à des maîtres qui leur enseigneraient un art mécanique. Les adultes « étaient obligés de servir, comme soldats, dans la milice ou de travailler dans les œuvres publiques ». Il leur fut alors interdit de « faire commerce de bétail et d’esclaves » et de porter « des armes », mêmes celles qui leur servaient de parures. Les femmes étaient contraintes de vivre cloîtrées en exerçant « les métiers que les femmes exercent habituellement dans notre pays »36.

Considérations finales

  • 37  Barros, Henrique da Gama. Repertório Administrativo, Lisbonne, 1860, t. i, p. 151, documento no 37 (...)

42La Métropole déversait ses « indésirables » au Brésil. La colonie à son tour bannissait ses éléments tout aussi indésirables vers d’autres capitaineries de l’intérieur du Brésil. Malgré le durcissement du système pénal, les mesures judiciaires n’ont pas atténué le malaise social que provoquait la présence des Gitans, comme nous l’avons vu dans le décret de 1537 En 1848, les tentatives amorcées au xvie siècle pour expulser les Gitans du sol portugais étaient loin d’atteindre leur visée. Pour réguler les entrées de Gitans au Portugal, les autorités les obligèrent à présenter des documents : « Il faut exiger des titres de voyage (guias de entrada) des bandes de Gitans qui circulent dans le Royaume et les examiner avec le plus grand soin ». Le temps avait passé et les législateurs ne savaient plus quel châtiment inventer. Tout avait été essayé et les anciennes lois furent remises au goût du jour. Un décret du 18 avril 1848 n’apportait ainsi rien de nouveau : les Gitans sans titre de voyage étaient passibles de la peine prévue par la loi du 20 septembre 1760, une punition imposée, sans le moindre résultat, 88 années auparavant37.

43Les textes de loi avec leur arsenal coercitif et leurs peines rigoureuses mettent en avant plusieurs « problèmes » : vols de bétail, sortilèges, sorcellerie, croyances religieuses contraires aux règles de l’Église catholique, blasphèmes, et encore toutes sortes d’infractions aux ordonnances du royaume et aux règlements de l’Inquisition. Les Gitans étaient doublement stigmatisés, pourchassés à la fois par l’Église et par l’État. Le Trône et l’Autel se sont unis pour défendre l’orthodoxie.

44Force est de constater que nous nous sommes surtout appuyés sur une documentation judiciaire. Ces archives éclairent les raisons du bannissement et les procédures d’exclusion. Mais les Gitans, ces hommes et femmes bannis, nous échappent à leur arrivée au Brésil. Ils disparaissent dans les documents du Saint-Office. C’est au Brésil qu’il faudrait maintenant essayer d’exhumer et de suivre leurs traces.

Haut de page

Bibliographie

Accioli, Ignácio, 1925. Memórias Históricas e Políticas da Bahia. Bahia, Imprensa Oficial do Estado, vol. ii.

Almeida Jr., João Mendes de, 1959. O Processo criminal Brazileiro. Rio de Janeiro, Freitas Bastos, 4e éd.

Aubier, Dominique, 1990. « Gitans Espagnols ». L’Arc, 9, Paris, Librairie Duponchelle, p. 5-8.

Cabral, Gustavo César Machado, 2010. « A lei da boa razão e as fontes do Direito: investigações sobre as mudanças no Direito português do final do Antigo Regime ». In Anais do xix Encontro Nacional do CONPEDI, Fortaleza, p. 6114-6126.

Coates, Timothy, 1998. Degredados e órfãos: colonização dirigida pela coroa no império português – 1550-1755. Lisbonne, Comissão Nacional para as comemorações dos descobrimentos portugueses.

Coelho, Francisco Adolfo, 1892. Os ciganos de Portugal com um estudo sobre o calão. Lisbonne, Imprensa Nacional.

Figueiredo, José Anastácio de, 1790. Synopsis Chronológica, Lisbonne, vol. ii. Oficina Academia Real das Sciencias de Lisboa.

Hespanha, António Manuel, 1989. « Da Iustitia à Disciplina, textos, poder e política no Antigo Regime », Boletim da Faculdade de Direito de Coimbra – Estudos em homenagem ao prof. Doutor Eduardo Correia, Coimbra, p. 58-79

Moraes Filho, (Alexandre José de) Mello, 1981. Os Ciganos no Brasil e Cancioneiro dos Ciganos. Belo Horizonte & São Paulo, Itatiaia & Edusp.

Silva, Nuno J. Espinosa da, 1985. História do direito português. Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, vol. i.

Haut de page

Notes

1  « Decreto em que se mandam avisar os Corregedores do crime da Corte para que fizessem despejar os ciganos ». Livro x da Suplicação (Coelho 1892 : 245).

2  « Artigo 24 das Cortes de Évora », ano 1535, feito por D. João iii (Id. Ibid. : 229).

3  « Capítulos de Cortes e leis sobre ciganos » (Id. Ibid. : 230).

4  Arquivo Nacional da Torre do Tombo (antt), Maço 5 das Cortes, documento no 6, folha 67 : « Lei xxii : Que os ciganos não entrem no Reino ».

5  Loi du 17-08-1557 : « Que não entrem os ciganos nestes Reinos em que além do que é mandado no capítulo 138 das Cortes de 1525 e 1535 » (Figueiredo 1790 : 22).

6  antt, Livro i de Leis, folha 57 verso : « Alvará sobre os ciganos de 11-04-1579 ».

7  Loi du 28-08-1592 (Figueiredo 1790 : 261).

8  « Livro das Vereações da Câmara Municipal de Elvas », ano 1597, folhas 54 et 55 (Coelho 1892 : 235).

9  Id. Ibid.

10  Ordenações Filipinas de 1603. Note de présentation de Mário de Almeida Costa, édition fac-simile de l’édition dirigée par Cândido Mendes de Almeida (Rio de Janeiro, 1870), Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, Livro v, título lxix.

11  Id. Ibid., Livro v, título lxviii.

12  antt, Livro 2 de Leis, folha 123.

13  antt, Livro 2 de Leis, folha 230.

14  Coleção cronológica de Leis Extravagantes, Coimbra, 1819, vol. i, p. 62-64 (Coelho 1892 : 239).

15  Id. Ibid.

16  antt, Livro 4 de Leis, folha 198 verso.

17  antt, Livro 5 de Leis, folha 1.

18  « Decreto em que se mandam avisar os Corregedores do crime da Corte para que fizessem despejar os ciganos ». Livro x da Suplicação (Coelho 1892 : 25).

19  antt, Inquisition de Lisbonne, procès 1236 : Garcia de Mira.

20  « Registro de uma provisão de Sua Majestade pelo Desembargo do Paço ao Corregedor desta Comarca para que os ciganos nascidos neste Reino tomem gênero de vida ou o despejam dentro em dois meses ». Tombo ii do Registro do Alvarás, folha 63 verso. Arquivo da Câmara de Elvas, documento no 24 (Coelho 1892 : 253-254).

21  Tombo ii do Registro dos Alvarás, folha 64 verso, documento no 251 (Id. Ibid. : 254-256).

22  « Decreto para que se passe ordem aos Governadores das Armas das Fronteiras para que mandassem prender todos os ciganos ». Livro xii da Suplicação, folha 14, documento no 29 (Id. Ibid. : 258).

23  Livro iii dos Registros do Desembargo do Paço, folha 131, documento no 30 (Id. Ibid. : 258).

24  Tombo iii do Registro da Câmara de Elvas, folha 203, documento no 32 (Id. Ibid. : 25).

25  « Memórias das principais providências que se deram no terremoto que padeceu a Corte de Lisboa no ano de 1756 », documento no 33 (Coelho 1892 : 261).

26  « Decreto em que se mandou comutar o degredo de África para o Maranhão », documento no 23 (Id. Ibid. : 253).

27   « Decreto em que se mandou comutar o degredo de galés para o Brasil », documento no 5 (Id. Ibid. : 232).

28  Primeira Visitação do Santo Ofício às partes do Brasil pelo licenciado Heitor Furtado de Mendonça, Confissões da Bahia : 1591-1592. Préface de Capistrano de Abreu, Rio de Janeiro, Briguet, 1935, p. 58, 128.

29  antt, Maço 6 de Leis, documento no 29.

30  Id.

31  Koster, Henri. Voyages dans la partie septentrionale du Brésil depuis 1809 jusqu’en 1815, Paris, 1818, vol. ii (Coelho 1892 : 272).

32  Id. Ibid.

33  « Provisão do Conselho do Ultramar de 11 de abril de 1718 » (Accioli 1925 : 155-156).

34  Id. Ibid.

35  Id. Ibid.

36  antt, Maço 6 de Leis, documento no 29 ; Maço 4 de Leis, documento no 165.

37  Barros, Henrique da Gama. Repertório Administrativo, Lisbonne, 1860, t. i, p. 151, documento no 37 (Coelho 1892 : 265).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geraldo Pieroni, « Les exclus du Royaume.Des Gitans bannis du Portugal vers le Brésil : les lois et leur mise en œuvre, xvie-xviiie siècles », Brésil(s), 2 | 2012, 111-123.

Référence électronique

Geraldo Pieroni, « Les exclus du Royaume.Des Gitans bannis du Portugal vers le Brésil : les lois et leur mise en œuvre, xvie-xviiie siècles », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/576 ; DOI : 10.4000/bresils.576

Haut de page

Auteur

Geraldo Pieroni

Geraldo Pieroni est docteur en Histoire (Université Paris-Sorbonne), professeur à l’Université Tuiuti du Paraná, à Curitiba. Cet article est tiré d’une partie restée inédite de la thèse de l’auteur : Les exclus du Royaume : l’Inquisition portugaise et le bannissement vers le Brésil, soutenue en 1996 à Paris 4. Il a été partiellement publié sous le titre : « Detestáveis na Metrópole e receados na Colônia – os ciganos portugueses degredados no Brasil ». Vária História, Université fédérale de Minas Gerais, Belo Horizonte, 12, décembre 1993, p. 5-13.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals