Navigation – Plan du site
Dossier : Tsiganes

Prisme - Croisements, pistes et perspectives

Prisma : Cruzamentos, pistas e perspectivas
Bernard Vincent
p. 125-129

Texte intégral

  • 1  Le premier travail de Francisco Adolfo Coelho sur les Gitans, Os Ciganos de Portugal, fut publié d (...)

1Le travail de Geraldo Pieroni ici présenté constitue l’une des rares contributions à l’histoire des Tsiganes du monde portugais et brésilien. Je dis bien Tsiganes et non Gitans même si Geraldo Pieroni emploie – à raison – tout au long de son article et dès le titre le terme de Gitans qui est la traduction du mot portugais Ciganos que l’on trouve dans la documentation dès le xve siècle et qui a été repris par tous les auteurs qui, depuis Francisco Adolfo Coelho, se sont intéressés aux Tsiganes des terres de langue portugaise1. Il n’en reste pas moins que les Gitans portugais et brésiliens, à l’instar des Gitans espagnols ou du midi de la France constituent un sous-groupe du grand ensemble des Tsiganes qui est apparu en Europe occidentale au début du xve siècle, à Barcelone au plus tard en 1427. Ainsi tout apport à l’étude de la trajectoire d’un des groupes de Tsiganes conduit à d’indispensables comparaisons.

2Geraldo Pieroni part de la législation portugaise appliquée aux Gitans à partir des décisions prises sous le roi Jean iii, en 1535, aux Cortes d’Évora. Tout porte à croire que les Gitans ont connu, entre Minho et cap saint-Vincent, ce que les chercheurs ont appelé l’âge d’or ou l’âge des privilèges, signifiant par-là que l’accueil réservé aux nomades par les autochtones a été très bienveillant, empreint de curiosité et d’intérêt. Cet âge d’or fut de courte durée, quelques décennies à peine en Suisse, où dès 1471 des mesures coercitives ont été adoptées, et environ un siècle en France ou au Portugal. La répression commença partout et Geraldo Pieroni en montre le cheminement dans l’espace lusitanien depuis les Cortes d’Évora de 1535, ordonnant l’expulsion des Gitans étrangers au royaume, jusqu’aux décisions prises à l’instigation de Pombal en 1756. Ni la chronologie de la répression anti-gitane portugaise ni le contenu de la législation ne sont originaux. La répression connaît trois épisodes majeurs, celui correspondant à l’union des deux Couronnes espagnole et portugaise (1582-1640) durant laquelle furent adoptés les Ordonnances philippines (1603), celui du décret du 5 février 1649 promulgué par Jean iv, une fois la dynastie des Bragance installée sur le trône, celui enfin des dispositions pombalines. La permanence de la question gitane au Portugal n’a rien d’insolite : le traitement réservé à cette communauté minoritaire est en tous points identiques dans d’autres pays. Ainsi, en Espagne, à la première loi de 1499 visant à sédentariser les Gitans viennent s’en ajouter beaucoup d’autres, notamment une loi contre le vagabondage adoptée en 1539, une autre portant sur le même thème mais aggravant les sanctions en 1633, une nouvelle en 1695 qui menace les contrevenants de la peine de galères et qui est très sévère à l’égard de toute personne qui aiderait un Gitan dans ses déplacements. En 1749, il est décidé d’interner tous les Gitans dans des arsenaux, des forteresses et des hospices. Près de 10 000 personnes furent victimes d’une immense rafle (Ortega 1976, Leblon1985). En France, le premier texte concernant spécifiquement les Tsiganes date de 1539. Les parlements cherchèrent inlassablement à les expulser du territoire de leur juridiction, par exemple le parlement de Toulouse en 1613, 1627, 1630, 1640… En 1682, Colbert signa une déclaration ordonnant d’arrêter tous les Tsiganes de sexe masculin surpris en train de vagabonder, de les amener aux galères et d’enfermer leurs femmes et leurs enfants à l’hôpital général. Ces mesures, galères, enfermement à l’hôpital général, mais aussi bannissement, leur furent appliquées durant le xviiie siècle également (Foletier 1961).

3Il y a malgré tout quelques spécificités portugaises et Geraldo Pieroni a raison d’insister sur l’importance de l’expulsion en direction du Brésil. Non pas que le bannissement ait été une exclusivité portugaise. Nous venons de voir que la pratique en fut courante dans la France du xviiie siècle. La « transportation » aux Amériques y a bien été envisagée et même mise en acte comme l’affirme Henriette Asséo (1994 : 37). En Espagne, en 1749, l’évêque d’Oviedo préconise d’envoyer les jeunes gens de plus de 15 ans dans les présides d’Afrique du Nord et un peu plus tard, en 1763, le comte de Compomanes, l’une des figures des Lumières espagnoles, propose de déporter les Gitans, demeurés nomades, en Amérique (Leblon 1985 : 59). La plupart de ces projets sont restés lettre morte et si certains ont été suivis d’effet ils n’eurent pas l’ampleur de l’initiative qui conduisit à l’embarquement de toute une communauté gitane à Lisbonne le 10 mars 1718. L’événement a été rapporté par la Gazeta de Lisboa. Certains comme l’indique Geraldo Pieroni débarquèrent à Bahia, d’autres à Rio de Janeiro. Ils eurent beaucoup de difficultés à s’installer.

4Cependant pour valable qu’elle soit, l’approche juridique de la question gitane, comme de toutes les autres questions touchant les minorités, est incomplète et insuffisante car particulièrement biaisée. La remarque reste vraie même si dans un louable souci de diversification des sources on accompagne cette démarche par l’examen de procès intentés aux Gitans par les juridictions civiles ou ecclésiastiques et plus particulièrement par l’Inquisition, en ce qui concerne les territoires des monarchies portugaise et hispanique. L’article de Geraldo Pieroni propose l’exemple significatif de Garcia de Mira, accusée de pratiquer la chiromancie. Cet exemple s’ajoute aux nombreux procès inquisitoriaux intentés à des Gitans espagnols, qui ont fait il y a vingt-cinq ans la matière d’un livre publié par Maria Helena Sanchez Ortega (1988). Les sources judiciaires et la législation ont été longtemps les instruments privilégiés des études tsiganes. Elles tendent les unes comme les autres à faire des Tsiganes des parias... Ce qui correspond souvent à la réalité. Mais comment pourrions-nous avoir une vision autre que celle d’une discrimination systématique, d’un rejet constant puisque les procès mettent l’accent sur les déviances et que les textes légaux constituent une longue litanie d’interdictions, d’avertissements et de sanctions ? Or la répétition même de toutes ces mesures, en tous lieux, traduit leur très relative efficacité. S’interroger sur les limites de la portée de la législation permet de s’écarter d’une perception insuffisamment nuancée du phénomène. Pour comprendre les nombreuses entorses aux prescriptions légales il faut tenir compte des attitudes contrastées des non-Gitans à l’égard des Gitans et de la capacité d’adaptation et de contournement de ceux-ci aux conditions qui leur étaient faites. Il s’agit en somme de prêter attention aux comportements des acteurs au quotidien.

5Pour ce faire il faut renouer avec la démarche adoptée dans le livre de François de Vaux de Foletier, ouvrage pionnier paru en 1961. Relisons quelques lignes de son avant-propos où il détaille la masse de documents disparates qu’il a consultés.

Bien entendu, je me suis appuyé sur les textes législatifs ou règlementaires, émanant du pouvoir central ou des autorités locales, ordonnances, déclarations, édits, arrêts. Mais il y a lieu de les interpréter avec prudence.

Un autre Allemand (qui a réussi d’excellentes observations sur les Tsiganes de notre siècle) a cru résumer en quelques lignes l’histoire des Tsiganes dans l’ancienne France : connaissant l’existence des lois qui chassaient ces vagabonds ou les punissaient avec une extrême rigueur, il concluait à leur disparition presque complète ou à l’obligation pour eux de mener une vie clandestine. Mais la multiplicité même des textes législatifs prouve que ces injonctions étaient peu appliquées ou seulement de façon sporadiques et avec un zèle passager. Il ne faut pas oublier que, fréquemment sous l’Ancien Régime, la sévérité des ordonnances générales avait pour contrepoids la bienveillance des dispositions particulières. Si les Bohémiens ont été victimes de mesures d’exception, ils ont aussi bénéficié de privilèges (Foletier 1961 : 9).

6De son côté, dans un livre de synthèse portant sur l’Espagne, Bernard Leblon commente l’échec, dans le long terme (de la fin du xve au milieu du xviiie siècle) de la politique appliquée à la question gitane. « L’échec, dit-il, était régulièrement imputé aux protections diverses dont les Gitans jouissaient encore, spécialement auprès de certains aristocrates, et plus encore, à la mauvaise application de la loi de la part de la justice subalterne » (1985 : 58). Et évoquant la rafle des Gitans d’Espagne en 1749, Henriette Asséo précise « à la surprise générale, les témoignages en faveur des Gitans se révélèrent très abondants : ils avaient une conduite irréprochable, vivaient en bonne intelligence avec les payos, les non-Gitans ; leur présence était nécessaire à l’économie régionale » (1994 : 52).

7Un travail récent de Massimo Aresu, non encore publié, intitulé La coexistence oubliée : Tsiganes, pouvoirs et construction de la déviance dans la Sardaigne d’Ancien Régime, nous montre des chemins à suivre. La Sardaigne fit partie jusqu’au début du xviiie siècle des territoires relevant de la monarchie hispanique. Massimo Aresu a tenu compte de la législation et des sources judiciaires, mais il a surtout réalisé une enquête exhaustive dans les registres paroissiaux et les archives notariales. L’importante moisson obtenue montre l’intensité de la présence des Tsiganes dans les échanges et leur acceptation par de très nombreux non-Tsiganes au point que les mariages mixtes ne sont pas rares. Des conclusions similaires ont été dégagées par Elisa Novi Chavarria (2007) pour le Royaume de Naples de la même époque.

8Le Portugal et le Brésil feraient-ils exception en la matière ? Certainement pas, et Geraldo Pieroni en a bien conscience quand dans sa conclusion il affirme que « force est de constater que nous nous sommes surtout appuyés sur une documentation judiciaire ». Or, dans un article paru en 2005, des anthropologues brésiliens analysent la situation de Gitans dans la Cidade Nova – aujourd’hui le cœur de la ville – de Rio de Janeiro (Mello et al). Chemin faisant ils retracent les différentes phases de l’implantation de nombreux Gitans insistant sur leur capacité à s’insérer dans le commerce local des esclaves et sur la protection des nobles dont ils bénéficièrent. Ils rappellent qu’en 1810 des danseurs gitans furent invités à se produire lors du mariage de Thérèse de Portugal, la fille aînée du roi Jean vi. Le peintre français Jean-Baptiste Debret qui effectue à Rio un long séjour de quinze ans (1816-1831) confirme dans son Voyage pittoresque et historique au Brésil que les Gitans sont loin d’être toujours considérés comme des parias. Il dépeint un intérieur d’une maison de Gitans et surtout montre un Gitan, marchand d’esclaves dans son entrepôt. Ainsi si, comme le recommande Geraldo Pieroni, il convient de suivre les traces des Gitans à la fois au Portugal et au Brésil, il importe de multiplier les démarches et de croiser les sources afin de saisir une réalité complexe.

Haut de page

Bibliographie

Asséo, Henriette, 1994. Les Tsiganes, une destinée européenne. Paris, Gallimard.

Chavarria, Elisa Novi, 2007. Sulle trace degli zingari: il popolo Rom nel Regno di Napoli, secoli XV-XVIII. Napoli, Guida.

Coelho, Francisco Adolfo, 1887. Os Ciganos de Portugal. Revista Lusitana, p. 3-20.

Foletier, François de Vaux de, 1961. Les Tsiganes dans l’ancienne France. Paris, Société d’édition géographique et touristique.

Leblon, Bernard, 1985. Les Gitans d’Espagne. Paris, Puf.

Mello, Marco Antonio da Silva, Veiga, Felipe Berocan, Souza, Mirian Alves de & Couto, Patricia de A. Bandão, 2005. « Les Gitans de la Cidade Nova et l’appareil judiciaire de Rio de Janeiro, du négoce interprovincial des esclaves au négoce des “frais” de justice ». Études tsiganes, 21, p. 12-33.

Ortega, María Helena Sánchez, 1976. Documentación selecta sobre la situación de los Gitanos españoles en el siglo XVIII. Madrid, Editora nacional.

Ortega, María Helena Sánchez, 1988. La Inquisición y los Gitanos. Madrid, Taurus.

Haut de page

Notes

1  Le premier travail de Francisco Adolfo Coelho sur les Gitans, Os Ciganos de Portugal, fut publié dans la Revista Lusitana, p. 3-20 en 1887.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Prisme - Croisements, pistes et perspectives », Brésil(s), 2 | 2012, 125-129.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Prisme - Croisements, pistes et perspectives », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/592 ; DOI : 10.4000/bresils.592

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals