Navigation – Plan du site
Varia

La recherche d’emploi et ses significations. Une comparaison Paris, São Paulo, Tokyo

A procura de emprego e seus significados. Uma comparação entre Paris, São Paulo e Tóquio
Job-Seeking and Its Meanings: A Comparison of Paris, São Paulo and Tokyo
Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita
p. 133-151

Résumés

Dimension centrale de la condition de chômage, la recherche d’emploi est généralement analysée à partir des comportements et des stratégies développés par les chômeurs pour obtenir un emploi. Pourtant, la distension des liens entre le chômage et l’emploi transforme cette quête en épreuve à l’issue incertaine. Les expériences de recherche d’emploi peuvent alors être prises en compte dans une autre perspective : non pas pour leur efficacité directe dans la sortie du chômage, mais pour leur contribution aux processus de définition de la situation par rapport à l’emploi. En nous appuyant sur un corpus d’entretiens biographiques collectés auprès de personnes confrontées au chômage, à Paris, São Paulo et Tokyo, nous tentons de comprendre comment ils conçoivent la recherche d’emploi, comment ils parlent de leurs expériences, comment ils argumentent leurs pratiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2012 ; approuvé en octobre 2012.

Texte intégral

Ce texte est le résultat du projet « Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon », étude comparative menée par une équipe brésilienne de l’Université de São Paulo et du Centre d’Études de la Métropole, au CEBRAP, et des équipes françaises appartenant à trois laboratoires du CNRS : PRINTEMPS-Professions, Institutions, Temporalités, GTM-Genre Travail Mobilités et IAO-Institut de l’Asie Orientale. Nous remercions les commentaires et suggestions des lecteurs anonymes de Brésil(s).

Introduction

1La question de la recherche d’emploi fait l’objet d’un intérêt grandissant. Plus le chômage se banalise et plus le temps chômé s’allonge, plus cet intérêt croît. La recherche d’emploi et le chômage sont, pour ainsi dire, les deux faces d’une même médaille. Démêler l’enchevêtrement des relations, acteurs, comportements et significations qui animent la recherche d’emploi, tout en faisant la lumière sur le processus socialement dense qu’elle incarne, peut contribuer de manière stimulante à mettre en évidence les changements actuels du marché et des relations de travail. Tel est le but de ce texte.

2Dimension centrale de la condition de chômage, la recherche d’emploi est généralement analysée à partir des comportements et des stratégies développés par les chômeurs pour obtenir un emploi. Pourtant, la distension des liens entre le chômage et l’emploi transforme cette quête en épreuve à l’issue incertaine. Les expériences de recherche d’emploi peuvent alors être prises en compte dans une autre perspective : non pas pour leur efficacité directe quant à la sortie du chômage, mais pour leur contribution aux processus de définition de la situation par rapport à l’emploi. La première partie l’article situe cette approche au sein des débats académiques dans ce domaine.

3Dans la seconde partie du texte, en nous appuyant sur un corpus d’entretiens biographiques collectés auprès de personnes confrontées au chômage dans trois pays – France, Brésil et Japon – contrastés par leur situation socio-économique et culturelle, nous tentons de comprendre comment ces personnes conçoivent la recherche d’emploi et argumentent leurs pratiques. Ainsi, au lieu d’analyser la recherche d’emploi à partir des statuts, juridiques et instantanés, sur lesquels elle débouche, cette approche la considère comme une dynamique biographique, à la fois sociale et réflexive. Nous montrons d’abord que si la recherche d’emploi est une activité plus ou moins institutionnalisée selon les pays, les expériences que les individus en retirent impliquent des négociations plus ou moins poussées avec le rôle prescrit du « bon » postulant, du « bon » demandeur d’emploi. Nous dégageons ensuite une typologie d’univers de croyances qui construisent de manière argumentée et cohérente des espaces différenciés de recherche d’emploi.

4Pour conclure, nous voudrions souligner que les mondes sociaux esquissés et exprimés dans ces récits ne sont pas des représentations plus ou moins déformées de la réalité, mais plutôt des connaissances pratiques qui, à ce titre, participent à la construction de l’employabilité et à la régulation des sorties du chômage.

La recherche d’emploi : un objet classique de la Sociologie qui demeure peu étudié

5Dans un contexte de chômage massif et de rationnement durable de l’emploi, la déstabilisation des cheminements professionnels concerne un nombre croissant d’actifs. La recherche d’emploi occupe donc une place grandissante dans les biographies et la construction des identités, dans le fonctionnement social et dans la distribution des statuts. Elle demeure pourtant peu étudiée, car la sociologie de l’emploi s’est développée autour d’autres objets tels que les évolutions des conditions et statuts d’emploi, les politiques publiques de lutte contre le chômage, les déterminants sociaux de la régulation de l’emploi, les institutions d’intermédiation sur le marché du travail… (Maruani & Reynaud 1993). Et si la sociologie du chômage n’a pas complètement négligé l’étude des activités engagées par les actifs pour améliorer leur position professionnelle ou pour sortir du chômage (Demazière 1995), elle les analyse comme une composante, parmi d’autres, des réactions à « l’épreuve du chômage » (Schnapper 1981), des manières de vivre la privation d’emploi (Demazière 1996).

6Néanmoins, la recherche d’emploi est un objet classique de la sociologie, puisque, dès les années 1930, Bakke a effectué un premier inventaire des comportements de recherche d’emploi des chômeurs de New Haven, distinguant les demandes aux usines, l’inscription au bureau de placement, le recours aux amis et à la famille, aux hommes politiques, aux syndicats… (Bakke 1940). Prolongeant cette piste, dans une enquête menée auprès de chômeurs de Toulouse en 1959, Ledrut propose une typologie des activités de recherche d’emploi et différencie quatre classes hiérarchisées : les « mobiles », les « actifs », les « semi-actifs », les « inactifs ou passifs » (Ledrut 1966). Des recherches plus contemporaines ont repris cette orientation et classent les pratiques de recherche d’emploi en termes de « capacité à cibler sa recherche ou distance à l’emploi » (Huyghes-Despointes 1991), de « degrés de mobilisation et d’autonomie » (Benoit-Guilbot 1990), de « proximité au marché du travail » (Gélot, Siprès 1993).

7Indépendamment des spécificités des enquêtes sur lesquelles ces approches s’appuient, elles partagent une même conception de la recherche d’emploi, qui peut être caractérisée selon différents registres. Tout d’abord la codification de la recherche d’emploi mobilise des catégories officielles et standardisées (candidatures spontanées, réponses aux petites annonces, sollicitations d’intermédiaires) et débouche sur des indicateurs de fréquence et de diversité définissant des degrés dans l’activité de recherche d’emploi, sur le modèle des échelles d’attitudes. Ensuite l’interrogation majeure porte sur les effets de l’intensité de la recherche d’emploi sur la sortie du chômage et l’obtention d’un emploi : les comportements de recherche d’emploi ont-ils une influence sur le devenir des chômeurs, cette influence éventuelle est-elle déterminante ou résiduelle, peut-elle compenser l’impact d’autres facteurs (âge, absence de diplôme, faible expérience…) qui pèsent négativement sur les chances d’obtenir un emploi (Tresmontant 1991 ; Rouault-Galdo 1992 ; Sociologie du Travail 1990) ? Dans cette perspective la recherche d’emploi est construite comme une quantité de moyens, variable selon les individus, au sein d’une stratégie d’accès à l’emploi. Elle est une sorte de dépense d’énergie réalisée par un acteur doté d’une certaine rationalité instrumentale dans sa quête d’un emploi. Le chômeur, caractérisable par un rapport subjectif à une condition dégradée, cède la place au candidat ou au postulant, caractérisé par l’anticipation d’un emploi.

8Mais, dans la période actuelle, les transformations des formes de chômage (chômage de longue durée, chômage récurrent) et des conditions d’emploi (contrats de courte durée, temps partiel) distendent les liens organiques entre ces deux statuts. Aussi le sens de la recherche d’emploi se fragmente : son issue est plus problématique et sa signification plus floue. L’accès à un emploi n’est plus une simple routine inscrite dans des étapes prévisibles du cycle de vie (entrée dans la vie active, mobilité ascendante, reconversion professionnelle, poursuite d’un projet de carrière…). La quête d’un emploi devient une mise à l’épreuve dont l’issue est marquée par l’incertitude, alors que la détention d’un emploi demeure pourtant le vecteur principal de l’intégration sociale.

9Progressivement la recherche d’emploi change de signification : elle n’est plus simplement un faisceau de pratiques spécifiques permettant d’obtenir un emploi, ni une parenthèse de courte durée dans les cheminements professionnels. Elle devient une activité sociale à part entière, une expérience biographique désormais séparable de l’emploi sur lequel elle ne débouche pas toujours, même de manière différée. En particulier quand elle est associée à la privation d’emploi, elle prend l’allure d’une épreuve dont chacun se doit de surmonter les difficultés, faute de quoi il s’expose à des risques d’exclusion (Paugam 1996).

10Certes, la recherche d’emploi demeure une composante des stratégies d’accès à l’emploi, mais elle n’est pas exclusivement cela. Elle n’est pas seulement la combinaison, plus ou moins complexe, de savoir-faire et de techniques, même si de nombreux stages de formation sont destinés à apprendre ce que précisément la dénomination administrative appelle « les techniques de recherche d’emploi ». La recherche d’emploi est bien autre chose, parce que son issue est de plus en plus souvent hypothétique, du fait de l’ampleur du chômage, de l’allongement des durées de privation d’emploi, de la progression des passages récurrents en période de chômage. Les questions auxquelles sont confrontées les personnes à la recherche d’un emploi évoluent : elles ne portent pas seulement sur les moyens mobilisés (mon curriculum vitae est-il bien fait, ai-je ciblé les bonnes entreprises, ma lettre de motivation est-elle attractive, fais-je suffisamment de candidatures spontanées ?), mais aussi sur leurs résultats (quand obtiendrai-je un emploi, quel métier exercerai-je, pour combien de temps serai-je recruté, quel sera mon niveau de rémunération, et si je ne (re)trouvais pas d’emploi ?). La recherche d’emploi est, plus que jamais, irréductible à une simple stratégie, économique, rationnelle ou instrumentale, conduite sur un marché du travail.

11Prendre en compte les expériences de la recherche d’emploi, c’est privilégier l’analyse des activités des individus, en les saisissant non à travers des nomenclatures et catégories préétablies, mais à partir de leurs propres manières d’en rendre compte, de leurs propres façons d’en parler. La notion d’expérience de la recherche d’emploi renvoie donc ici aux actions engagées par les individus et aux relations qui en découlent, mais aussi au processus corrélatif et continu de « définitions de situation » (Thomas & Znaniecki 1984 [1918-1919]) par rapport à l’accès à l’emploi.

12L’hypothèse à la base de notre recherche est que ces expériences ne se réduisent pas à la mise en œuvre des recettes que le « bon » chômeur est censé connaître ou apprendre, à la vérification d’une connaissance qui serait une vérité objectivement valide. Elles correspondent plutôt à l’expérimentation de définitions de soi, nourries tant par les relations sociales dans lesquelles le chômeur est engagé en tant que personne privée d’emploi, que par les révisions des évaluations qu’il effectue lui-même sur sa situation.

13La recherche d’emploi doit alors être saisie non pas à partir des « catégories officielles » et des codifications utilisées dans les enquêtes statistiques, mais à partir des « catégories ordinaires » à travers lesquelles les sujets expriment leurs logiques pratiques et rendent compte de leurs situations, activités, projets (Demazière & Dubar 1997).

14Pour comprendre le monde de la recherche d’emploi, nous sommes partis des expériences de ceux qui éprouvent cette activité, des interprétations qu’ils en font, de leurs manières d’en parler. En nous appuyant sur des entretiens approfondis, nous chercherons à décrire l’espace de la recherche d’emploi, l’éventail des postures possibles à l’égard de cette activité. Que font les chômeurs à la recherche d’un emploi, à qui s’adressent-ils, qui sollicitent-ils, sur qui comptent-ils, quelles situations évitent-ils, etc. ? Comment les chômeurs parlent-ils de leur recherche d’emploi ? Quelles visions du marché du travail sous-tendent leurs comportements ? Quelle conception ont-ils de leur propre employabilité ? Quelles sont leurs croyances à propos de l’expérience de recherche d’emploi ? Comment définissent-ils leur situation de recherche d’emploi ? Pour répondre à ces questions, nous avons demandé aux personnes concernées de raconter leurs expériences, les exposer, les argumenter et les justifier.

La recherche d’emploi et ses significations à Paris, São Paulo et Tokyo

15Réaliser une comparaison internationale centrée sur des trajectoires et des représentations de travailleurs privés d’emploi dans trois terrains inscrits dans des économies et sociétés aussi disparates que la France, le Brésil et le Japon est une démarche qui ne va pas de soi. S’il est fréquent d’étalonner des pays selon leur vulnérabilité au chômage, le choix des trois terrains retenus n’apparaît pas d’emblée évident. Ceux-ci sont, en effet, très dissemblables, tant par leur organisation sociale que par leur développement économique, leur situation géographique, leurs traits culturels ou leur trajectoire historique. Il n’est même pas possible de les relier à quelque sous-ensemble géopolitique habituellement tenu pour pertinent, comme les pays européens, ou développés, ou postindustriels, ou riches, ou membres de l’OCDE, ou du Nord, etc. Le périmètre de la comparaison internationale reste toutefois étroitement lié à l’objet de la comparaison, à l’énigme sociologique à résoudre, aux pistes de recherche à explorer.

16L’hypothèse initiale qui nourrit cette recherche est double. D’une part la condition de chercheur d´emploi est investie de significations plurielles, instables et problématiques, en dépit de la mise au point d’indicateurs standardisés et stabilisés permettant de la circonscrire et d’en mesurer le poids statistique. D’autre part ces significations ne résultent pas des seules expériences biographiques des individus confrontés au manque d’emploi, mais sont enracinées dans l’édifice normatif propre à chaque société. Elles doivent par conséquent être saisies à l’intersection des parcours de vie et des dynamiques institutionnelles. Chaque pays se caractérise en effet par des normes de régulation de l’activité professionnelle, des systèmes d’assistance aux chômeurs et des dispositifs d’encadrement des statuts sociaux qui lui sont spécifiques et qui permettent de délimiter de manière chaque fois singulière la population à la recherche du travail. Plus encore, nous considérons le chômage comme une institution dans le sens où il est inséparable de normes de conduite, de règles statutaires et de cadres interprétatifs qui contribuent à configurer, dans des formes qu’il faut découvrir, les manières dont les chômeurs définissent leur situation. Dans ce sens, pour analyser la recherche du travail il faut l´inscrire dans les cadres institutionnels qui régulent le chômage et les attentes normatives associées.

17Dans le cas français, le chômage est durablement implanté et les institutions publiques de placement couvrent le territoire d’un maillage serré, en particulier dans les aires métropolitaines. Il apparaît donc fortement consolidé. Les individus privés d’emploi tendent à se déclarer comme chômeurs et à s’inscrire à l’agence publique (ANPE devenue Pôle Emploi), même si les fractions les plus fragilisées et paupérisées le font moins, si l’allongement de la durée du chômage peut conduire au découragement voire à l’arrêt du pointage et au retrait vers l’inactivité, et si la moitié environ des chômeurs ne sont pas indemnisés (Demazière 2006). Si les manières de vivre le chômage demeurent plurielles, cette condition est en quelque sorte banalisée, d’autant plus que le chômage survient de moins en moins souvent sous la forme d’une rupture brutale au milieu d’une carrière professionnelle continue. En effet, les conditions d’emploi se sont nettement différenciées au cours des dernières décennies, conduisant au développement de « formes particulières d’emploi » qui dérogent à la norme du point de vue de la durée et de la stabilité du contrat de travail (CDD, intérim, stages) ou du point de vue du temps de travail (travail à temps partiel). Au commencement de notre recherche, au début des années 2000 près de 6 millions d’actifs (sur 24) étaient concernés, dont 3,9 millions par le temps partiel. Les jeunes entrants sur le marché du travail sont les plus nombreux à connaître les emplois souvent qualifiés de précaires (Tuchszirer 2005), tandis que les postes à temps partiel sont massivement féminisés (à près de 85 %). Toutefois le taux d’activité des femmes demeure très élevé et c’est aussi entre les générations qu’opère la répartition du travail salarié (Gaullier 1999) : l’entrée dans la vie active est de plus en plus tardive et marquée par le chômage (ou des situations intermédiaires entre le chômage et l’emploi) et l’interruption de la vie professionnelle est de plus en plus précoce (chômage des travailleurs âgés, mais aussi politique de préretraite et de dispense de recherche d’emploi pour les chômeurs les plus âgés). La condition de privation d’emploi est donc une position fortement marquée par un statut solide, celui du « demandeur d’emploi » (selon l’appellation juridique), mais ses frontières tendent à se brouiller et s’épaissir, du fait du développement de formes diversifiées d’emploi et d’inactivité, touchant surtout certaines catégories de la population.

18Dans le cas brésilien l’installation d’un statut de chômage apparaît, comparativement, à la fois faible et récente, et ceci même dans l’aire métropolitaine de São Paulo : la faiblesse de la protection sociale, des aides publiques aux chômeurs et de l’assurance-chômage conduit à une importante sous-déclaration des situations de privation d’emploi. Il en résulte un flou important sur les frontières entre statuts sociaux, qui se manifeste publiquement dans les polémiques autour des chiffres du chômage, et la définition de mesures alternatives au chômage dit apparent : le « chômage occulté par le découragement et par le travail précaire » (Montagner, Pignoni & Sugita 2006). Les conditions d’emploi sont fortement hétérogènes et sont polarisées, entre une économie formelle encadrée par des normes juridiques et par une protection sociale, d’une part, et une économie informelle particulièrement résistante et diversifiée d’autre part. Dans un contexte de forte diminution des emplois statutaires, notamment dans le secteur industriel, au cours des années 1990, les activités informelles (les salariés sem carteira – non enregistrés et les travailleurs por conta própria – indépendants) ont assuré l’essentiel de la flexibilité de l’emploi (elles représentent plus de la moitié des emplois), tout en alimentant la croissance des activités de services et des « petits boulots » (bicos). Ainsi la salarisation de la population active qui était déjà « restreinte » (Lautier 1987) a encore reculé pendant cette décennie. Cette déstabilisation des conditions d’emploi a provoqué une accélération des transitions entre le salariat statutaire et les activités informelles, fortement visible lors de notre travail sur le terrain. Aussi les travailleurs ont développé des stratégies de résistance qui s’appuient sur la combinaison de ces deux types de situation, soit pour un même individu (cumul, alternance) soit au sein du groupe familial. La majorité des femmes actives travaillaient dans des postes précaires ou informels, qui étaient également occupés en bonne partie par les actifs les plus jeunes. Les mécanismes sociaux de distribution des formes d’emploi ont des effets structurants sur les rapports subjectifs au chômage et à la recherche de travail, et plus globalement à la trajectoire et à l’activité professionnelle. Cette construction sociale est marquée par des écarts importants entre la privation d’emploi et sa qualification comme chômage : la frontière du chômage et de l’emploi est d’autant plus poreuse que l’informalité du travail est plus forte et la protection sociale faible. Cela alimente des spécificités dans les manières d’interpréter et définir les situations et expériences.

19Dans le cas japonais, dont la région de Tokyo se différencie peu sous cet aspect, le statut de chômage est moins solidement implanté, mais pour des raisons différentes du cas brésilien : non seulement parce qu’il est longtemps demeuré à un niveau faible, mais aussi du fait que que sa gestion était traditionnellement prise en charge par les (grandes) entreprises plutôt que par l’État. Ce n’est que récemment que celles-ci licencient, et jusqu’alors elles conservaient leur main-d’œuvre surnuméraire. Aussi pour les travailleurs installés dans « l’emploi à vie » (shûshin koyô), qui sont presque exclusivement des hommes, l’expérience du chômage est toujours marquée par la honte sociale, et l’inscription à l’agence pour l’emploi est perçue comme infamante, bien que cette tendance s’atténue avec la prolongation de la crise économique. Les emplois atypiques se multiplient (28 % de la population salariée en 2003 selon l’enquête Labour Force Survey), sous des formes diverses : le contrat à durée déterminée (keiyaku shain), le « petit boulot » (arubaito) qui concerne surtout les jeunes, l’emploi non-titulaire qui touche des actifs plus âgés (shokutaku), les intérims (haken shain). Enfin le statut de « part timer », qui exclut de divers bénéfices accordés par l’entreprise aux salariés réguliers, même si la durée de travail est souvent comparable au temps plein, concerne à plus de 90 % des femmes, pour la plupart reprenant une activité après avoir élevé leurs enfants. Pour les catégories de main-d’œuvre qui ne détiennent pas d’emploi titulaire (seiki no shokuin/jyûgyôin ; seishain), la frontière entre chômage et emploi (et inactivité également) est plus poreuse et incertaine : les interruptions d’emploi ne sont pas systématiquement catégorisées et reconnues comme du chômage, notamment quand elles n’ouvrent pas droit à une indemnisation. Une des raisons souvent invoquées pour expliquer le faible niveau de chômage même pendant les périodes de crise est que les femmes ayant perdu leur emploi précaire ne se mettraient pas à la recherche d’un nouvel emploi (Freyssinet 1984 ; Hirata 1992). Dans un tel contexte les normes d’activité et les comportements par rapport au chômage et à l’emploi sont ici fortement différenciés en fonction du genre (Nohara 1999), mais aussi de la position dans le cycle de vie (Sugita 2005, 2006).

  • 1  Pour une réflexion systématique sur la méthodologie des comparaisons internationales et sa valeur (...)

20Ces observations suggèrent que le chômage – et par conséquent la recherche de travail – est bien un statut dans chacun des trois terrains, mais qu’il y prend des formes différenciées, en rapport étroit avec ce qu’y sont l’emploi et l’inactivité, et au-delà le travail et l’activité1.

  • 2  Projet CEM/Printemps/GTM/IAO, « Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparais (...)

21L’objectif de saisir le chômage et comprendre l’expérience de la recherche d’emploi au carrefour de logiques institutionnelles et d’expériences biographiques nous a conduit à articuler plusieurs démarches d’enquête2. Au départ trois enquêtes quantitatives par questionnaire ont été réalisées. La première a eu lieu à Paris-Île de France, en 1998, auprès de 5 562 demandeurs d’emploi de l’Agence nationale pour l’emploi ; la deuxième, dans la région métropolitaine de São Paulo, en 2001, auprès de 6 627 chômeurs, au moyen d’un questionnaire complémentaire à l’Enquête sur l’Emploi et le Chômage (Pesquisa de Emprego e Desemprego – PED) ; la troisième s’est déroulée à Tokyo, aussi en 2001, auprès de 1 503 personnes, parmi les demandeurs d’emploi des agences du Public Employment Security Office (PESO).

22L’étude quantitative a été suivie par une démarche qualitative, focalisée sur l’expérience du chômage. Quatre groupes cibles ont été choisis pour leur vulnérabilité face au chômage : (i) des ouvriers industriels, ayant fait leur carrière comme travailleurs manuels et qui cherchaient du travail après avoir été licenciés lors de processus de restructuration de leurs entreprises ; (ii) des cadres moyens du secteur des services ayant eu une expérience plus ou moins longue dans des fonctions de commandement et qui avaient également perdu leurs emplois lors de restructurations de leurs entreprises ; (iii) des jeunes ayant un niveau de formation assez faible pour leur pays et à la recherche d’un premier emploi ; (iv) des femmes ayant quitté le marché du travail pour élever leurs enfants et cherchant à reprendre une activité professionnelle.

  • 3  Pour plus de détails concernant la recherche, le terrain et les données, cf. Guimarães, Demazière, (...)

23Ces quatre groupes cibles ont été étudiés dans les trois métropoles – Paris, São Paulo et Tokyo – à l’aide d’entretiens biographiques réalisés entre les années 2001 et 2005, à raison d’une quinzaine pour chaque groupe et dans chaque territoire (soit un corpus total de 200 entretiens). Leurs discours ont été analysés afin de comprendre leurs façons de se référer à la recherche d’emploi, leurs manières d’anticiper l’avenir, les significations attribuées à leur situation3.

24La Figure 1 organise en une matrice de significations résultant de l’analyse du corpus la diversité des manières de raconter et donner sens à la recherche d’emploi. On peut y voir une configuration de possibilités organisées autour de quatre pôles discursifs, que nous avons appelés : désertion, rationalisation, ritualisation et subversion, correspondant à quatre rapports tranchés à la recherche d’emploi.

25Dans le premier pôle, dans la partie inférieure de la figure 1, l’expérience de la recherche d’emploi est vécue et rapportée à travers un discours dont les termes renvoient à des notions telles que le découragement, le vide, l’impuissance face à un système dont le fonctionnement n’est plus assez compréhensible pour que le chômeur puisse agir dans le sens de rétablir un lien de travail. Les individus concernés sont proches, à des degrés divers, d’abandonner le marché du travail. Ils vivent la recherche d’emploi comme une souffrance qui ne peut être soulagée que par la désertion, avec tout ce que cela entraîne en termes de déshonneur, de faillite personnelle et de perte d’identité.

26Dans le deuxième pôle, situé dans la partie supérieure de la figure 1, le récit de l’expérience de la recherche d’emploi est marqué par la présence récurrente de mots tels que « projet », « emploi », « marché ». Ces mots indiquent une représentation du vécu fondée sur une sorte de calcul rationnel ; ce calcul (i) est à la base de la formulation d’objectifs (aspiration à des postes de travail) dans un marché dont le contexte (et les possibilités) sont pris en compte lors de ce calcul, (ii) les moyens sont définis (stratégies visant à conquérir les postes de travail souhaités) et (iii) des mécanismes sont établis à travers lesquels ces stratégies sont mises en œuvre (parmi ces mécanismes, des formes particulières de recherche d’emploi). Bref, la rationalisation est déterminante dans cette manière de vivre la recherche d’emploi.

Figure 1 - Les différentes significations de la sortie du chômage

Figure 1 - Les différentes significations de la sortie du chômage

27Le troisième pôle discursif, situé à droite sur la figure 1, pourrait paraître (tout au moins, au premier regard et à un observateur pressé) se rapprocher du deuxième, à la manière d’une exacerbation de celui-ci. On peut cependant y constater que plus qu’un acte aux bases rationnelles bien visibles, la recherche d’emploi est vécue comme un rite. Des renvois à des obligations, à des institutions, à des statuts expriment le poids subjectif accordé, dans les discours de cette nature, aux règles, normes, procédures et prescriptions. Ce poids est révélateur de la force symbolique des institutions qui déterminent la conduite dans la recherche d’emploi. Il n’y a pas ici de calcul rationnel, mais une succession d’actes récurrents qui sont rapportés comme des obligations statutaires, des manières de remplir des contraintes de rôle et de répondre à des injonctions institutionnelles ou normatives.

28Enfin, le quatrième pôle, opposé, à gauche sur la Figure 1, rassemble des discours dans lesquels l’expérience de la recherche d’emploi est inscrite dans un autre univers de référence, éloigné tant du marché et de ses exigences de compétition que des institutions et de leurs exigences de conformité. La recherche d’emploi prend ici une toute autre signification et l’expérience du chômage est organisée autour de conduites caractérisées par l’engagement dans des activités rémunératrices, la participation à des réseaux d’entraide, l’inscription dans des cercles relationnels qui soutiennent les chômeurs. La recherche d’emploi est plutôt une recherche d’activités, appuyée sur une mobilisation collective de proches (famille, voisinage…).

29Cette matrice permet d’explorer l’idée que l’efficacité normative de la valeur accordée au travail et à l’attitude de recherche active d’emploi, bien que structurante de nos sociétés, prend racine de différentes manières chez les individus, les groupes et dans les différents contextes sociaux. Les figures 2, 3 et 4 montrent les inflexions de cette matrice selon les territoires où elles s’effectuent : la structure de significations est bien commune à Paris, Tokyo et São Paulo mais elle prend pourtant chaque fois une forme spécifique.

Figure 2 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Paris

Figure 2 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Paris

Une comparaison France, Brésil, Japon.

Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO – Chômage : approche institutionnelle et biographique.

30Sur le terrain français (figure 2) on retrouve une grande dispersion des discours, mais on observe aussi deux zones de convergence (chaque point du schéma correspondant à un entretien du corpus).

31La première concentre la grande majorité des cas autour des pôles 2 et 3 précédemment décrits, c’est-à-dire, entre les conduites rationalisatrices et ritualisées. Une telle concentration n’est pas surprenante si l’on a à l’esprit que les enquêtés se situent dans un contexte social dans lequel le chômage est fortement institutionnalisé. En effet, en France, la recherche d’emploi fait l’objet d’une régulation stricte, fondée sur des normes solides appliquées par des agences publiques spécialisées. Ces agences sont fortement implantées et développent une activité récurrente d’accompagnement des chômeurs et de contrôle de la recherche d’emploi. Ainsi elles alimentent, et pour partie encadrent, les expériences des chômeurs ; elles cadrent leurs interprétations.

Figure 3 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Tokyo.

Figure 3 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Tokyo.

Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon.

Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO

32Il faut aussi noter que, dans un contexte où la protection sociale est relativement plus robuste (aussi bien par les allocations accordées que par la couverture dont disposent les chômeurs), la désertion, par découragement, apparaît à la deuxième place en termes de fréquence chez ceux qui cherchent un emploi. Ce point du découragement est observable aussi dans les autres métropoles étudiées (figures 3 et 4), indiquant une large diffusion d’une expérience marquée par les difficultés et les échecs dans la recherche d’emploi, et constituant ce que nous avons appelé une norme inversée (Demazière, Guimarães & Sugita 2006 ; Guimarães, Demazière, Hirata & Sugita 2010). Dans les trois contextes règne le scepticisme quant aux institutions et un doute croissant sur les chances d’obtenir un emploi. Ce mécanisme conduit vers une sortie du marché du travail (en d’autres termes, le passage à l’inactivité), dès lors que le chômage est vécu comme une épreuve, insurmontable et insupportable. Cette signification est exprimée dans nombre de témoignages, indépendamment du pays où ils ont été recueillis.

33À Tokyo, on observe aussi un nombre important de cas où l’expérience de la recherche d’emploi, marquée par le découragement, oriente vers la désertion et le retrait, déviant par rapport à la règle socialement attendue et singulièrement prégnante d’une recherche active d’emploi.

34Cependant, on observe ici qu’une autre concentration, située sur le pôle opposé, dans la partie supérieure de la Figure 3, est plus importante. Ici, c’est la conduite rationnelle, celle de la recherche d’emploi systématique, basée sur le calcul des possibilités de réussite en fonction des buts que l’individu s’est fixés qui caractérise le discours de ces travailleurs, véritables professionnels de la recherche d’emploi. Contrairement au cas français, cette rationalisation de la recherche d’emploi n’est pas associée à une ritualisation. Car au Japon les conduites de compétition marchande ne sont pas associées à la vigueur du framing que possèdent en France les institutions de contrôle de la recherche d’emploi. Au Japon, le système public est récent et restreint, dans une société où la protection et les obligations qui en découlent avaient été associées jusqu’alors au système d’emploi des entreprises (également nommé système d’emploi à vie), actuellement en crise.

Figure 4 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à São Paulo

Figure 4 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à São Paulo

Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon.

Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO

35Les institutions publiques n’ont pas une force de prescription et de contrôle équivalente à leurs homologues françaises, mais les chômeurs japonais ont néanmoins fortement intériorisé la norme de recherche d’emploi, et plus encore les exigences de la concurrence sur le marché du travail. Plus encore qu’en France, le marché (et sa compétition) est central. C’est là que la recherche d’emploi s’effectue et doit être optimisée ; dans une polarité marquée soit par la positivité – individu activement et rationnellement à la recherche d’un emploi –, soit par la négativité – individu vivant en solitaire et sans espoir l’épreuve qui le pousse à la désertion, faute d’apercevoir des chances en-dehors du marché du travail, devenu à ses yeux impénétrable.

36Notre troisième étude de cas, à São Paulo, présente, encore, un autre type distinct de configuration, où, rappelons-le les interprétations en termes de désertion et de découragement sont également observables.

37La distribution des significations de la recherche d’emploi se caractérise principalement par une concentration organisée autour de deux pôles : celui formé par des individus dont les discours suggèrent la mobilisation rationnelle pour la recherche d’emploi, et un autre pôle plus significatif constitué par ceux pour qui la grammaire de la conduite régulée par le marché et par la recherche active de travail ne semble plus avoir de sens. Ce poids de la subversion de la recherche d’emploi, qui traduit une moindre institutionnalisation du chômage mais aussi une plus faible codification de l’emploi et plus largement des statuts sociaux, est spécifique au contexte pauliste. Certains chômeurs apparaissent alors comme affranchis des codes, des rites et des anticipations associés à l’obtention d’un emploi régulier, et donnent sens à leur situation en se référant à des solidarités collectives et des activités plus diverses que le seul emploi.

Conclusions

38Les résultats de cette comparaison sur les significations – subjectives – de la recherche d’emploi alimentent l’analyse du marché du travail et des régulations de l’emploi. Si chercher du travail est bien la conduite socialement attendue du (bon) chômeur, explorer l’expérience de cette recherche d’emploi est une voie privilégiée pour dévoiler la dimension normative par laquelle le chômage est institutionnellement défini et subjectivement vécu dans différentes sociétés.

  • 4  La force de la coercition sociale se révèle d’une façon éloquente dans la forme pléonastique de l’ (...)

39En effet, la recherche d’emploi est le comportement socialement attendu d’un (bon) chômeur. Dans ce sens, l’expérience du chômage comporte une dimension évaluative inéluctable qui fait de la recherche d’emploi un impératif comportemental. La force normative de cette contrainte est au principe du traçage de la frontière entre privation de travail et oisiveté, chômage et inactivité. La codification statistique des statuts sociaux incorpore cette différenciation : le chômage y est défini comme une situation de privation involontaire et temporaire de travail. Dans ce sens, il s’agit par définition d’une épreuve à caractère transitoire, passible d’être surmontée. Une telle situation étant involontaire, le chômeur se différencie de l’inactif puisqu’il est dans l’obligation de démontrer une attitude de « recherche active d’emploi »4.

40Ce mouvement a entraîné deux effets cognitifs intéressants. Tout d’abord, du point de vue scientifique, la mesure statistique du chômage a vite déclenché un débat sur la méthode à adopter afin de trouver le meilleur indicateur pour la recherche « active » d’emploi. On a considéré crucial de mesurer la durée de la recherche d’emploi, tout comme les mécanismes mis en œuvre par le chômeur estimant qu’ils attestent de la véracité de ses « bonnes intentions ». C’est-à-dire, les méthodes d’investigation sur la recherche d’emploi devenaient plus sophistiquées sans, cependant, que celle-ci soit reconnue comme objet d’analyse scientifique à part entière ; l’importance de l’investigation sur ce thème répondait avant tout à des besoins de contrôle institutionnel d’un autre phénomène, le chômage. Bref, le contrôle du chômage supposait le contrôle des chômeurs, et celui-ci exigeait des critères permettant d’arbitrer sur qui pourrait se voir attribuer ce statut.

41Un autre effet cognitif qui en découle concerne la construction sémantique qui transforme le « chômeur » en « demandeur d’emploi » dans le jargon administratif. Nombre de pays connaissent un tel glissement de sens. L’individu involontairement et temporairement privé de travail devient un opérateur qui reconstruit le statut en même temps qu’il le distingue face à l’État et à l’apparat de gestion de ces politiques. Il apparaît, cependant, comme quelqu’un qui se définit par la négative (« débauché », « sans emploi », « sans travail »), mais dont la condition est exprimée de manière positive, projetée sur un avenir, orientée vers une situation souhaitée (il s’agit de quelqu’un qui cherche un emploi, qui demande du travail).

42Mais cette normativité, qui se traduit statistiquement, juridiquement, institutionnellement, n’épuise pas la question de la recherche d’emploi. Car il y a le plus souvent un écart entre codification catégorielle et expérience subjective. À partir de ce point de départ, notre propos n’a pas été d’opposer catégories officielles et catégories indigènes, pour montrer les décalages, les différences, les contradictions. Selon nous les interprétations et significations de la recherche d’emploi, que l’on peut collecter à partir d’entretiens biographiques, ne sont pas des phénomènes purement subjectifs. Ils constituent des composantes des contextes normatifs au sein desquels les expériences se déroulent, dans lesquels vivent les chômeurs. Et la comparaison internationale nous est apparue comme un levier cognitif pour progresser dans cette direction.

43Tout en mettant l’accent sur les processus de définition de situation, nous nous sommes appuyés sur un matériau sociologique bien particulier, à savoir des comptes rendus d’expériences, des entretiens à caractère biographique. Cette posture ne signifie nullement que nous privilégiions la dimension subjective de la recherche d’emploi, supposée accessible à travers les récits des individus, en opposition à la dimension objective, qui serait alors celle de la description des comportements. En centrant l’attention sur les récits de recherche d’emploi et sur les interprétations que les individus produisent de leurs expériences, nous voulions porter un éclairage spécifique sur la recherche d’emploi. Celle-ci n’est plus mesurée, par le chercheur, comme une stratégie codifiée, mais narrée, par le chômeur comme une histoire argumentée. La diversité de cette activité n’est plus définie à partir de la quantité de moyens mobilisés pour atteindre une fin, mais appréhendée à partir de l’hétérogénéité des manières d’être au monde, à l’emploi.

44La matrice de significations que nous avons proposée, rend compte de la diversité des conceptions possibles de la recherche d’emploi, sans rabattre cette variété sur quelques types : elle dessine un espace de significations, accueillant une forte hétérogénéité et prenant des formes diverses selon les territoires considérés. Cette matrice est ainsi un levier méthodologique et cognitif pour la comparaison internationale, plus précisément pour une comparaison internationale d’expériences et de significations, c’est à dire, au plus concret, de discours biographiques marqués par leur singularité et donc rétif à la comparaison, a fortiori, quand elle est compliquée par le plurilinguisme.

45Plus encore, cette matrice montre la cohérence de significations pourtant hétérogènes, et permet de la référer à des différenciations institutionnelles, normatives, sociétales. C’est le sens d’une démarche fondée sur la comparaison de trois régions métropolitaines. D’emblée nous avons souligné que ces trois territoires présentent d’importants contrastes, puisqu’ils se situent dans des espaces géographiques, des dynamiques historiques, des cadres politiques fortement différenciés, et qu’ils ont été affectés de manière spécifique par le chômage que l’on considère son importance quantitative ou son rythme d’évolution. Prendre en compte une telle variété, nous a incité à analyser les transformations contemporaines du chômage (et de la recherche du travail) en les enracinant dans des contextes précis et situés mais qui ne deviennent pas pour autant des particularismes singuliers.

46Une condition de validité de cette comparaison résulte du fait que ces régions métropolitaines partagent des propriétés qui les rattachent à un même ensemble, dont elles constitueraient des variations. D’abord, leurs caractéristiques socioéconomiques globales indiquent leur ancrage dans un régime économique capitaliste et leur inscription dans des échanges mondialisés. Ensuite, elles présentent un degré minimal, mais non homogène, d’institutionnalisation du système d’emploi, repérable dans une régulation formelle des mobilités professionnelles, une codification du chômage, de la recherche du travail et une différenciation de statuts sociaux. Enfin, elles ont une certaine consistance sociale symbolique pour les individus qui y vivent, traduite dans des formes communes de conditions et d’expériences vécues, des communautés de relations et de langage.

47Les résultats mettent alors en évidence combien la recherche d’emploi est une contrainte sociale internalisée sous la forme d’un impératif comportemental : une norme générale est repérable, en particulier à travers la tension entre rationalisation de la recherche d’emploi et désertion ou renoncement. Mais les différences entre les manières de vivre le chômage et la recherche d’emploi selon les contextes ne sont pas réductibles à des degrés dans la force de cette normativité. D’autres hétérogénéités sont nettement repérables : le poids des institutions publiques encadrant les chômeurs alimente une ritualisation de la recherche d’emploi, particulièrement sensible dans le terrain français ; le caractère partiel de la codification statutaire et la force des réseaux proximaux soutiennent une subversion de la recherche d’emploi, singulièrement marquée dans le terrain brésilien.

Haut de page

Bibliographie

Bakke, Edward Wight, 1940. The unemployed worker. New Haven, Yale University Press.

Benoit-Guilbot, Odile, 1990. « La recherche d’emploi : stratégies, qualification scolaire ou professionnelle et ‘qualification sociale’ ». Sociologie du Travail, 32, 4, p. 491-506.

Demazière, Didier, 1995. La sociologie du chômage. Paris, La Découverte.

Demazière, Didier, 1996. « Chômage et dynamiques identitaires ». In S. Paugam (coord.), L’exclusion. L’état des savoirs. Paris, La Découverte, p. 335-343.

Demazière, Didier, 2006. Sociologie des chômeurs, Paris, La Découverte.

Demazière, Didier, & Dubar, Claude, 1997. « Dire les situations d’emploi. Confrontation des catégorisations statistiques et des catégorisations indigènes ». Sociétés contemporaines, 26, p. 93-107.

Demazière, Didier, Guimarães, Nadya Araujo & Sugita, Kurumi, 2006. « Unemployment as a Biographical Experience ». In K. Kase & K. Sugita (coord.), The Unemployed and Unemployment in an International Perspective. Comparative Studies of Japan, France and Brazil. Tokyo, Institute of Social Science, University of Tokyo, chap. 4, p. 70-141. Disponible en ligne : http://halshs.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/12/70/PDF/ISS_Unemployment.pdf

Demazière, Didier, & Hirata, Helena, 2006. « National Configurations of Unemployment: Empirical Results and Theoretical Implications ». In K. Kase & K. Sugita (coord.), The Unemployed and Unemployment in an International Perspective. Comparative Studies of Japan, France and Brazil. Tokyo, Institute of Social Science, University of Tokyo, chap. 5, p. 148-153. Disponible en ligne : http://halshs.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/12/70/PDF/ISS_Unemployment.pdf

Demazière, Didier, Guimarães, Nadya Araujo, Hirata, Helena & Sugita, Kurumi, 2013. Le chômage et ses significations. Une comparaison Paris, São Paulo, Tokyo (titre provisoire). Paris, Presses de Sciences Po (à paraître en mars).

Demazière, Didier, & Sugita, Kurumi, 2006. « Aims and Methods of International Comparison ». In K. Kase & K. Sugita (coord.), The Unemployed and Unemployment in an International Perspective. Comparative Studies of Japan, France and Brazil. Tokyo, Institute of Social Science, University of Tokyo, chap. 1, p. 4-14. Disponible en ligne : http://halshs.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/12/70/PDF/ISS_Unemployment.pdf

Esping-Andersen, Gosta, 1993. The Three Worlds of Welfare Capitalism. Princeton, Princeton University Press.

Freyssinet, Jacques, 1984. Le chômage. Paris, La Découverte.

Gallie, Duncan (coord.), 2004. Resisting Marginalisation. Unemployment Experience and Social Policy in the European Union. Oxford, Oxford University Press.

Gallie, Duncan & Paugam, Serge (coord.), 2000. Welfare Regimes and the Experience of Unemployment in Europe. Oxford, Oxford University Press.

Gaullier, Xavier, 1999. Les temps de la vie. Emploi et retraite. Paris, Éditions Esprit.

Gélot, Didier & Siprès, Nathalie, 1993. « Entre réinsertion et exclusion : logiques des itinéraires des chômeurs de longue durée », Travail et Emploi, 55, janvier, p. 6-17.

Guimarães, Nadya Araujo, 2009. Desemprego, uma construção social. São Paulo, Paris, Toquio. Belo Horizonte, Editora Argvmentvm, chap. 1 & 3.

Guimarães, Nadya Araujo, Demazière, Didier, Hirata, Helena & Sugita, Kurumi, 2010. « Unemployment, a Social Construction. Institutional Programs, Experiences and Meanings in a Comparative Perspective ». Economic Sociology European Electronic Newsletter, 11, 3, juillet, p. 10-24.

Hirata, Helena, 1992. « Introduction ». In Id. (coord.), Autour du « modèle » japonais. Automatisation, nouvelles formes d’organisation et de relations de travail. Paris, L’Harmattan, p. 11-19.

Huyghues-Despointes, Hervé, 1991. « Être disponible et savoir cibler sa recherche : deux clés pour trouver un emploi ». Economie et Statistique, 249, décembre, p. 67-74.

Lautier, Bruno, 1987. « Fixation restreinte dans le salariat, secteur informel et politique d’emploi en Amérique Latine ». Revue Tiers Monde, 28, 110, avr.-juin, p. 347-367.

Ledrut, Raymond, 1966. Sociologie du chômage. Paris, PUF.

Maruani, Margaret & Reynaud, Emmanuèle, 1993. Sociologie de l’emploi. Paris, La Découverte.

Montagner, Paula, Pignoni, Maria-Teresa & Sugita, Kurumi, 2006. « Codification and Measures: Changing Frontiers of Unemployment ». ISS Research Series, 19, p. 15-41.

Nohara, Hiroatsu, 1999. « L’analyse sociétale des rapports entre les activités féminine et masculine. Comparaison France-Japon ». Revue Française de Sociologie, XL, 3, p. 531-558.

Paugam, Serge (coord.), 1996. L’exclusion. L’état des savoirs. Paris, La Découverte.

Rouault-Galdo, Dominique, 1991. « Sortir du chômage : un parcours à handicaps ». Economie et Statistique, 249, décembre, p. 53-65.

Salais, Robert, Bavarez, Nicolas & Reynaud, Bénédicte, 1986. L’invention du chômage. Paris, Presses Universitaires de France.

Schnapper, Dominique, 1994 [1981]. L’épreuve du chômage. Paris, Gallimard, 2e éd.

Sociologie du Travail, 1990. « Sortir du chômage… ? », 4/90, XXXII.

Sugita, Kurumi, 2005. « Emprego atipico e desemprego na sociedade japonesa ». In N. A. Guimarães & H. Hirata (coord.), Desemprego: Trajetórias, biografias e mobilização. São Paulo, Editora Senac, p. 221-269.

Sugita, Kurumi, 2006. « Les catégories d’emploi dans la société japonaise ». Travail et Emploi, 108, oct.-déc., p. 19-32.

Thomas, William I. & Znanieck, Florian, 1984 [1918]. The Polish Peasant in Europe and America. Urbana, University of Illinois Press.

Topalov, Christian, 1994. Naissance du chômeur, 1880-1910. Paris, Albin-Michel.

Tresmontant, Raphaël, 1991. « Chômage : les chances d’en sortir ». Economie et Statistique, 241, mars, p. 41-51.

Tuchszirer, Carole, 2005. « Les différentes approches de la précarité de l’emploi en Europe, au Japon, aux États-Unis ». Chronique Internationale de l’IRES, 97, novembre, p. 23-32.

Haut de page

Notes

1  Pour une réflexion systématique sur la méthodologie des comparaisons internationales et sa valeur heuristique pour les études sur le travail et le chômage, cf. Demazière & Hirata (2006), Demazière & Sugita (2006) et Demazière, Guimarães, Hirata & Sugita (2013, à paraître).

2  Projet CEM/Printemps/GTM/IAO, « Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon ».

3  Pour plus de détails concernant la recherche, le terrain et les données, cf. Guimarães, Demazière, Hirata, Sugita (2010). Pour une analyse des trajectoires des chômeurs et des formes variées de conduire la recherche du travail dans les trois métropoles, voir Guimarães (2009). Pour une analyse plus détaillée des représentations des interviewés autour de l’expérience du chômage, cf. Demazière, Guimarães, Sugita (2006). Enfin, ayant choisi dans cet article de nous concentrer sur les comparaisons entre les pays nous renvoyons le lecteur à Demazière, Guimarães, Hirata & Sugita (2013) pour une analyse des représentations sur le chômage et la recherche d’emploi selon les groupes-cibles dans les trois métropoles.

4  La force de la coercition sociale se révèle d’une façon éloquente dans la forme pléonastique de l’expression « recherche active » de travail, notion qui va traverser depuis les documents des organismes internationaux jusqu’aux définitions opérationnelles qui fondent les statistiques officielles concernant le chômage. Elle ne laisse pas de doutes sur la centralité d’un tel impératif comportemental dans la reconnaissance et la concession des droits à ce groupe particulier de non-travailleurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les différentes significations de la sortie du chômage
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Paris
Légende Une comparaison France, Brésil, Japon.
Crédits Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO – Chômage : approche institutionnelle et biographique.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à Tokyo.
Légende Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon.
Crédits Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4 - Matrice de significations de la recherche d’emploi : les cas observés à São Paulo
Légende Chômage : approche institutionnelle et biographique. Une comparaison France, Brésil, Japon.
Crédits Source : Projet CEM/Printemps/GTM/IAO
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita, « La recherche d’emploi et ses significations. Une comparaison Paris, São Paulo, Tokyo », Brésil(s), 2 | 2012, 133-151.

Référence électronique

Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita, « La recherche d’emploi et ses significations. Une comparaison Paris, São Paulo, Tokyo », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/596 ; DOI : 10.4000/bresils.596

Haut de page

Auteurs

Didier Demazière

Didier Demazière est chercheur au CNRS et membre du Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po.

Nadya Araujo Guimarães

Nadya Araujo Guimarães est professeur au département de Sociologie de l’Université de São Paulo et membre du Centre d’Études de la Métropole (CEM), CEBRAP.

Helena Hirata

Helena Hirata est chercheur émérite au CNRS, membre du CRESPPA-GTM et professeur à l’Université de Paris viii.

Kurumi Sugita

Kurumi Sugita est chercheur au CNRS et membre de l’Institut de l’Asie Orientale, ENS Lyon.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals